Solaci
143 views | +0 today
Follow
Solaci
Data Intelligence - Search, Veille, IE, Collaboratif, Big Data, Open Data
Curated by solaci
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by solaci from Veille et Intelligence Economique
Scoop.it!

La recherche d'information sur le Web: l'éducation et la formation pour contrer les biais de Google - EURESIS

La recherche d'information sur le Web: l'éducation et la formation pour contrer les biais de Google - EURESIS | Solaci | Scoop.it

Via Jerome Bondu
more...
Jerome Bondu's curator insight, February 20, 4:12 AM

De l'importance d'une formation contre les biais de Google ...

Stéphane Crémier's curator insight, February 21, 10:26 AM
Un bon rappel aux exigences d'une recherche évitant le simplisme Googelien
Scooped by solaci
Scoop.it!

Objets connectés en entreprise : pourquoi le cloud est incontournable pour bien vivre la déferlante technologique annoncée, Par William Biotteau, Directeur Business Unit Toshiba PC & Solutions B2B

Objets connectés en entreprise : pourquoi le cloud est incontournable pour bien vivre la déferlante technologique annoncée, Par William Biotteau, Directeur Business Unit Toshiba PC & Solutions B2B | Solaci | Scoop.it
objets connectes entreprise pourquoi cloud est incontournable bien vivre deferlante technologique annoncee william biotteau directeur business unit toshiba pc solutions b2b
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

En quoi les Big Data sont-elles personnelles ? « InternetActu.net

En quoi les Big Data sont-elles personnelles ? « InternetActu.net | Solaci | Scoop.it
InternetActu.net est un site d'actualité consacré aux enjeux de l'internet, aux usages innovants qu'il permet et aux recherches qui en découlent.
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

Veille, Big Data, KM et 2.0 au menu de Search'2013 | Collaboratif-Info

Veille, Big Data, KM et 2.0 au menu de Search'2013 | Collaboratif-Info | Solaci | Scoop.it

La revue en ligne des pratiques collaboratives : Entreprise 2.0, travail collaboratif, communautés de pratique, social marketing, social CRM, innovation participative... Retours d'expérience, tendances, actualité.

more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

Les DRH relèvent les défis de la révolution numérique - Le Figaro

Les DRH relèvent les défis de la révolution numérique - Le Figaro | Solaci | Scoop.it
Les DRH relèvent les défis de la révolution numérique Le Figaro La société de services informatique Atos mène une grande campagne pour que ses collaborateurs utilisent mieux le courrier électronique et apprennent à travailler de manière plus...
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

Le blog de Recherche-eveillee.com: Les nouveaux métiers de la veille : compte-rendu de la matinée ADBS

Le blog de Recherche-eveillee.com: Les nouveaux métiers de la veille : compte-rendu de la matinée ADBS | Solaci | Scoop.it
solaci's insight:

Excellents témoignages sur la mise en oeuvre de projets d'e-réputation

more...
No comment yet.
Rescooped by solaci from Marketing, écosystème en mode numérique
Scoop.it!

Les nouveaux enjeux du personal branding en 201...

Les nouveaux enjeux du personal branding en 201... | Solaci | Scoop.it
Dans une société où l’image et la réputation sont cruciales, l’utilisation des réseaux sociaux est devenue un véritable atout pour trouver un emploi, construire sa personnalité et développer son réseau professionnel.

Via bviallefont
more...
bviallefont's curator insight, September 18, 2013 3:40 AM

"Se mettre à disposition de son réseau, échanger, partager du contenu intelligent, donner des conseils, ne pas compter son temps pour construire sa notoriété afin de ne pas rester dans l’ombre et être toujours compétitif."

Scooped by solaci
Scoop.it!

Comment identifier des leaders d’opinion sur le web ? Proposition d’une matrice

Comment identifier des leaders d’opinion sur le web ? Proposition d’une matrice | Solaci | Scoop.it
La question du leader d’opinion est centrale à de nombreuses actions sur le… (RT @CaddeReputation: Comment identifier des leaders d’opinion sur le web ?
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

Cas Client Jamespot : l'ARDRIF

Cas Client Jamespot : l'ARDRIF | Solaci | Scoop.it
A l’occasion du salon « Solutions Intranet  et Collaboratif – RSE » qui s’est déroulé du 26 au 28 mars 2013 au Parc des expositions, Jamespot a eu l’occasion de recueillir les impressions de Pascal...
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

Les entreprises françaises sont sur la bonne voie en terme de maturité Cloud

Les entreprises françaises sont sur la bonne voie en terme de maturité Cloud | Solaci | Scoop.it
entreprises francaises sont bonne voie terme maturite cloud
solaci's insight:

@garniera

more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

Les boss d’accord pour dire que les médias sociaux ont changé la donne !

Les boss d’accord pour dire que les médias sociaux ont changé la donne ! | Solaci | Scoop.it
La sélection du jour … C’est l’article de Thierry Moussu, pour tout savoir sur la conférence des « boss qui tweetent … ou ne tweetent pas », qu’il a bien voulu rédiger pendant que nous animions la conférence Media Aces du mardi 11 juin 2013 à Mines...
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

CRM : le Web Social va obliger les entreprises à se professionnaliser

CRM : le Web Social va obliger les entreprises à se professionnaliser | Solaci | Scoop.it
La lecture du jour ... C'est ce superbe billet (il est coutumier du fait, il faudrait les relayer tous, ce n'est pas possible), de mon condrère et ami, pionnier de Media Aces, Olivier Cimelière, su...
solaci's insight:

RT @garniera

more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

“L’ouverture des données publiques ne se confond pas avec l’open data”

“L’ouverture des données publiques ne se confond pas avec l’open data” | Solaci | Scoop.it
Les débats récents à l’Assemblée nationale et au Sénat autour des données publiques (articles 1 à 16 de la loi sur le numérique, dite loi Lemaire) ont permis à de nombreux élus et hauts fonctionnaires d’appréhender de plus près les enjeux stratégiques, sociaux et économiques que pose leur mise à disposition. Toutefois, des voix se sont élevées pour critiquer l’absence d’ambition, noter l’inculture numérique des parlementaires ou vitupérer contre leurs incohérences normatives.

Qu’en est-il ? La donnée est, par essence, multi-usage. Mais l’ouverture des données publiques ne se confond pas avec l’open data. On pourrait d’ailleurs opposer la tradition française d’ouverture des données instaurée par la loi de 1978 et la tradition d’origine anglo-saxonne d’open data, beaucoup plus récente et très différente dans l’esprit. Dans le premier cas, il s’agit, dans un cadre organisé, de faciliter la réutilisation des données produites par l’État et les collectivités locales. Il s’agit très souvent d’un cadre contractuel qui définit le contenu, les formats et les modes de mise à disposition, ainsi que le type de réutilisation. Cette mise à disposition, le cas échéant, peut être payante.

L’open data relève, lui, d’une logique différente : il s’agit, dès l’origine, de favoriser au maximum la réutilisation, en levant un maximum de barrières, tant juridiques et techniques que financières.

Les deux logiques ne sont pas antinomiques, mais elles ne visent pas les mêmes types de réutilisation et peuvent représenter, tant pour le producteur que pour le réutilisateur, des coûts différents.

La première est bien adaptée aux besoins des réutilisateurs professionnels, qui ont fait de l’amélioration de la donnée publique le principal, ou l’un des, moteur(s) de leur développement économique. La seconde est plus adaptée au “grand” public, c’est-à-dire à ceux, fanatiques des données ou pas, qui savent comprendre, faire parler et, s’ils le souhaitent, valoriser la donnée.

Il faut ajouter, pour complexifier un peu, que des réutilisateurs peuvent, selon le secteur d’activité et selon les modalités de mise à disposition, utiliser des données issues de l’un ou l’autre des cercles…

On le voit (la santé en est un bon exemple), rien ne s’oppose à ce que ces deux logiques cohabitent. En revanche, le problème survient quand n’existe que l’open data : la liberté laissée au réutilisateur est telle qu’il convient de ne prendre aucun risque de réidentification et que le producteur doit investir significativement pour anonymiser les données, limitant par là même le potentiel de réutilisation. Or les procédés d’anonymisation des fichiers sont complexes, lourds à mettre en œuvre et coûteux.

Comment faire ? L’idéal consiste donc à penser, dès l’origine ces cercles de diffusion en fonction des usages. Il est tout à fait possible de débuter par une politique d’ouverture limitée (loi de 1978) pour, ensuite, basculer tout ou partie des données, selon des formats et des temporalités différentes, en open data.

C’est ainsi que, plutôt que saupoudrer leurs investissements, nous invitons les producteurs publics à les focaliser dans deux directions :


Mettre en open data (coût maximum) les données qui présentent un intérêt démocratique (hors du sujet de cet article) ou qui sont des “données de référence” qui sont décrites ci-dessous.
Ouvrir, même si la qualité est médiocre et le tarif élevé, selon le régime de la loi de 1978, les données dont le potentiel économique est avéré.


Données pivots, données de référence (article 9) : de quoi s’agit-il ? Les “données pivots”, ou données de référence, sont des données considérées comme identifiantes, par l’administration ou par l’usager, pour nommer ou identifier des produits, des entités économiques, des territoires ou des acteurs (personnes physiques et morales). La plus large utilisation de ces données, dont une partie requiert un mode collaboratif étendu pour leurs mises à jour, ne peut être atteinte que s’il n’existe aucun obstacle financier ou réglementaire face à cette réutilisation et que leur qualité est irréprochable. Or ces référentiels sont indispensables pour lier des bases de données de nature hétérogène et construire tout nouveau service intégré dans les nouvelles technologies (linked data, big data, services en temps réel).

Les coûts d’extraction et de fabrication de ces données essentielles étant élevés, nous incitons l’État à se concentrer sur ce type de données et ainsi créer un véritable effet de levier dans la réutilisation des données publiques en France. Ces données, dont le GFII a publié une liste*, doivent être à 100 % en open data, c’est-à-dire lisibles par machine, livrables par API, exhaustives avec une mise à jour rapide et, point capital, gratuites. C’est pourquoi il faut soutenir la rédaction de l’article 9 du projet de loi Lemaire en n’oubliant pas que les 3 conditions qu’il fixe sont cumulatives.

Focaliser sur les données présentant un potentiel économique. Au-delà des données de référence dont il est demandé une complète ouverture, il existe de nombreux jeux de données détenus par l’État et ses établissements publics, les collectivités territoriales ou des organismes parapublics ou privés chargés de missions de service public. Ces données présentent souvent un potentiel de croissance qui reste ignoré en raison de l’absence totale d’un cadre de diffusion couvrant les aspects économiques, techniques et juridiques potentiellement constitutifs d’une véritable économie de la donnée autour de ces sources.

En matière économique, il s’agirait d’admettre plus clairement que tout ne peut pas être gratuit et que des modalités de recouvrement des coûts techniques de gestion et de diffusion des données sont non seulement licites, mais conduisent aussi à l’émergence d’un dialogue constructif entre fournisseurs et utilisateurs pour l’amélioration de la qualité de ces données.

En matière technique, il s’agirait notamment de permettre aux acteurs de s’approprier plus complètement l’ensemble des connaissances en perpétuelle évolution de manière à être en mesure de faire des choix en toute connaissance de cause. L’enjeu est primordial puisqu’il s’agit d’indépendance technique des entreprises et des administrations françaises par rapport à des solutions globales de plus en plus disponibles et dont l’efficacité et la facilité d’usage n’est pas exempte de nombreux risques.

Enfin, les aspects juridiques, notamment en considération des données personnelles qui sont présentes dans de nombreuses bases de données, doivent être examinés de manière pragmatique en vue de permettre une réutilisation dans des conditions économiques raisonnables tout en préservant les personnes des préjudices qu’elles pourraient subir du fait de la réutilisation des données qui les concernent. Au principe absolu d’élimination de toute information nominative des bases de données réutilisées pourrait se substituer un principe de proportionnalité qui conduirait à l’adoption de solution adaptées à chaque type de données et à chaque type de réutilisation.

Entre le “no data” et l’open data, une voie pragmatique et fructueuse. Depuis 2011, l’élaboration des textes récents (transposition de la directive de 2013 par la loi 2015-1779, loi Valter, projet de loi “pour une République numérique”) a vu le mouvement et le mot “open data” faire florès, occuper beaucoup certains médias, investir la rédaction de décrets, inspirer la création d’un service du Premier ministre, susciter quelques démarches de communication de collectivités locales… Or, malgré quelques avancées, il faut convenir qu’après trois débats parlementaires, les attentes ne sont pas si nombreuses, les vraies demandes encore peu satisfaites et l’avenir guère éclairé par des textes qui laissent les citoyens encore bien éloignés des données et les professionnels peu rassurés quant au développement de leur activité dans ce secteur.

Le constat est également fait que ces textes et ces discussions n’ont pas suscité de mouvement favorable à plus d’ouverture des données du côté des producteurs publics, sans doute en raison de moyens insuffisants, mais aussi en raison d’une crainte de plus d’insécurité lorsqu’il s’agit du secteur privé**.

Pourtant, face à la frilosité de certains acteurs et à la désorganisation de l’écosystème de production et de diffusion des données françaises, il est bienvenu de contraindre les acteurs publics à ouvrir leurs données et de créer un service public de la donnée. Le nouveau cadre législatif (qui reste à affiner au niveau réglementaire), même s’il ne résout qu’une partie des problèmes, établit les bases solides et stables d’un développement de la réutilisation des données publiques. Il est maintenant nécessaire de l’exploiter au maximum, d’abord en vérifiant sur la durée que les promesses en matière de disponibilité et de qualité des “données de référence” seront bien tenues, ensuite en ouvrant des données dans les différents secteurs (transport, santé, objets connectés…) qui disposent d’un potentiel de réutilisation fort. En remplissant ces deux conditions, l’État donnera aux acteurs économiques, actuels ou à venir, des opportunités de développement économique et le goût d’investir et d’entreprendre dans le secteur de la data.

* http://www.gfii.fr/uploads/docs/GFII_Donneespivots.pdf

** À cet égard, il faut mentionner la récente prise de position de l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP), qui expose ses réserves quant aux démarches engagées de manière manifestement imprudente, selon cette association de professionnels du transport. http://utp.fr/system/files/Actu/Position/20160310_Position_Loi_Lemaire.pdf
solaci's insight:
Il est effectivement important de le souligner : “L’ouverture des données publiques ne se confond pas avec l’open data”
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

Comment les médias sociaux ont modifié mes pratiques de veille - Recherche éveillée

Comment les médias sociaux ont modifié mes pratiques de veille - Recherche éveillée | Solaci | Scoop.it
Compte-rendu de l'intervention de Béatrice Foenix-Riou lors de la matinée "Médias sociaux : quels atouts pour le veilleur" (ADBS - secteur Veille)
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

Pourquoi le Big Data ne rend pas les organisations plus intelligentes : le cas de Cuba | Contrepoints

Pourquoi le Big Data ne rend pas les organisations plus intelligentes : le cas de Cuba | Contrepoints | Solaci | Scoop.it
Ce qui compte n'est pas tant de collecter en abondance des données, mais de questionner les hypothèses qui servent à interroger ces données.
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0203106063561-les-start-up-americaines-vont-pouvoir-se-passer-des-banques-pour-se-financer-625395.php

RT @AlainClapaud: Les PME américaines seront autorisées à lever jusqu’à 1M$ | LesEchos http://t.co/skBd3TxguL #Crowdfunding
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

China Global Investment Tracker Map

China's investment in the U.S. and around the world as a whole set more records in 2012.
solaci's insight:

Vision graphique des investissements chinois à l'étranger...

more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

WriteThat.name, disponible en tant qu'extension de Google Chrome

WriteThat.name, disponible en tant qu'extension de Google Chrome | Solaci | Scoop.it
WriteThat.name est désormais disponible sous forme d'extension pour Chrome et permet donc de récupérer facilement les informations de contacts glanées sur le Web. 
Après une première version...
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

Traiter de L'information Stratégique nécessite une grille de lecture méthodologique (partie 2) | Le Cercle Les Echos

Traiter de L'information Stratégique nécessite une grille de lecture méthodologique (partie 2) | Le Cercle Les Echos | Solaci | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

Mettre en place un moteur de recherche d'entreprise - Formateur pour L'association des professionnels de l'information et de la documentation

Mettre en place un moteur de recherche d'entreprise - Formateur pour L'association des professionnels de l'information et de la documentation | Solaci | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

Les mots de passe longs ne servent à rien - Actualités CSO Fournisseurs - Reseaux et Telecoms

Les mots de passe longs ne servent à rien - Actualités CSO Fournisseurs - Reseaux et Telecoms | Solaci | Scoop.it
Les mots de passe longs ne servent à rien - CSO Fournisseurs - À eux seuls, les longs mots de passe ne pourront tout simplement ("@helenepiment: Les mots de passe longs ne servent à rien http://t.co/U1IWhLuSGC")...
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

La startup du jour : WriteThat.name

La startup du jour : WriteThat.name | Solaci | Scoop.it
WriteThat.name est un service en ligne qui met à jour automatiquement le carnet d’adresse des messageries électroniques… (La Startup du Jour : Kwaga http://t.co/E9gBVxdttG)...
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

Comment effacer des informations me concernant sur un moteur de recherche ? - CNIL - Commission nationale de l'informatique et des libertés

Vous avez tapé votre nom dans Google, Bing, ou un autre moteur de recherche. Les informations qui vous concernent nuisent à votre image ou à votre réputation ? La CNIL vous explique comment les faire disparaître.
more...
No comment yet.
Scooped by solaci
Scoop.it!

NewsGator met à jour l'add-on de Social Sites pour SharePoint - LeMondeInformatique

NewsGator met à jour l'add-on de Social Sites pour SharePoint - LeMondeInformatique | Solaci | Scoop.it
NewsGator met à jour l'add-on de Social Sites pour SharePoint LeMondeInformatique Dans sa version 4.0, le réseau social d'entreprise Social Sites de NewsGator inclut des outils de filtrage pour gérer le flux des notifications pendant l'activité des...
more...
No comment yet.