Revue de presse de PDE
13.1K views | +0 today
Follow
Revue de presse de PDE
Actualité de l'enseignement supérieur
Curated by PDE
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by PDE
Scoop.it!

Accueil > CampusFrance

Accueil > CampusFrance | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Campus France - promotion de l’enseignement supérieur, l’accueil et la mobilité internationale
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Les racines historiques du système français d’enseignement supérieur et de recherche | Mondes Sociaux

Les racines historiques du système français d’enseignement supérieur et de recherche | Mondes Sociaux | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Les racines historiques du système français d’enseignement supérieur et de recherche | Mondes Sociaux http://t.co/1gqyLMdaqw
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

#Entrepreneuriat : Une tendance intégrée aussi ...

#Entrepreneuriat : Une tendance intégrée aussi ... | Revue de presse de PDE | Scoop.it
En quelques années, l’entrepreneuriat est devenu partie intégrante de l’enseignement supérieur.
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Fusions d'universités : les recettes européennes

Fusions d'universités : les recettes européennes | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Les rapprochements d'établissements dépassent largement nos frontières et touchent la majorité des systèmes d'enseignement supérieur en Europe. Si les motivations de départ sont multiples, les modèles adoptés le sont tout autant.
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Examens d'anglais annulés : l'Université Jean Jaurès revoit sa copie - ladepeche.fr

Examens d'anglais annulés : l'Université Jean Jaurès revoit sa copie - ladepeche.fr | Revue de presse de PDE | Scoop.it
jeudi 21 mai, à l'Université Jean-Jaurès, l'annulation de deux examens d'anglais, suite à un imbroglio administratif, avait déclenché une vague de protestation chez les étudiants. Afin d'apaiser la situation, un nouvel arrangement a été mis en ...
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Accueil - Cnous

Accueil - Cnous | Revue de presse de PDE | Scoop.it
RT @CNOUS_CROUS: Plus que 9 jours pour saisir vos demandes de bourse et de logement ! http://t.co/nIiMarBld4 http://t.co/q9ugZfK5bd
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Villes et universités : des stratégies croisées, des objectifs communs

Villes et universités : des stratégies croisées, des objectifs communs | Revue de presse de PDE | Scoop.it

"Aménager la ville universitaire de demain" : tel est le thème du colloque national de l’AVUF (Association des villes universitaires de France) qui se déroule les 10 et 11 octobre 2013 à Aix-en-Provence. À cette occasion sera présentée une étude sur la manière dont les collectivités territoriales influent sur la structuration de l'enseignement supérieur et la recherche.

more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Créer des communautés d'étudiants, mission impossible ? - Educpros

Créer des communautés d'étudiants, mission impossible ? - Educpros | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Partant du constat que le rayonnement d'un établissement d'enseignement supérieur dépend aussi de la capacité de ses étudiants à s'y identifier, Sorbonne Paris Cité suivi de PSL ont lancé, en 2012, un appel à "initiatives étudiantes". L'objectif ? "Faire des étudiants des acteurs de l'établissement en stimulant leur prise d'initiatives et en les encourageant à s'engager", répond sans hésiter Monique Canto-Sperber, présidente de PSL. Côté Sorbonne Paris Cité, Raphaelle Lirou, chargée de la mission vie universitaire, insiste, quant à elle, sur l'importance de faire connaître la communauté d'universités à des étudiants qui, dans le cadre de l'université unique, seront amenés, au cours de leurs études, à fréquenter différents établissements. "Il faut qu'ils comprennent le système dans lequel ils évoluent et qu'ils prennent conscience que la Sorbonne, Paris-Descartes ou encore Paris-Diderot forment une entité unique", martèle la jeune femme. DES BUDGETS CONSÉQUENTS À PSL comme à Sorbonne Paris Cité, tout étudiant peut répondre à l'appel à initiatives à deux conditions : que des étudiants d'au moins deux établissements soient impliqués dans le projet et que celui-ci soit porté par une association étudiante. Pour faire émerger ces initiatives, les deux communautés d'universités ne lésinent pas sur les moyens : 167.000€ à Sorbonne Paris Cité, 90.000€ à PSL, répartis entre respectivement 27 et 29 projets sélectionnés. En outre,"c'est un ballon d'essai", précise Monique Canto-Sperber, qui a très vite pris la décision de renouveler l'expérience tant elle a été “impressionnée par le professionnalisme et le niveau d'expertise des projets proposés". Le prochain appel se tiendra ainsi en octobre 2013 ; une quarantaine de dossiers devraient être déposés. Quant à savoir combien seront retenus, "tout dépend de leur qualité. Nous avons dans l'idée de financer tous ceux qui méritent de l'être", lâche la présidente qui dit ne pas se fixer de limites a priori. Nous avons dans l'idée de financer tous les projets qui méritent de l'être, sans limite a priori (M. Canto-Sperber) QUEL IMPACT SUR LES ÉTUDIANTS ? À Sorbonne Paris Cité, le discours se veut plus nuancé. "Même s'il est difficile de tirer un bilan précis des opérations qui ont été menées, en l'absence d'indicateurs d'évaluation fiables, on peut néanmoins dire que globalement le résultat est positif. On a assisté à davantage de mixité entre étudiants", affirme Raphaëlle Lirou. Un avis que ne partage cependant pas Stéphane Cailmail, directeur de la communication étudiante de Paris-Descartes : "On en est encore à tenter de décloisonner les UFR", s'agace-t-il. "Les étudiants s'identifient davantage à ces derniers qu'à Descartes. De là à leur dire que désormais leur marque, c'est Sorbonne Paris Cité, il y a une marche que nous n'avons pas encore franchie. Pour preuve, malgré les opérations que nous avons menées, l'entité reste encore largement inconnue des étudiants au moins jusqu'au master." MANQUE DE SUIVI Dans ces conditions, l'opération sera-t-elle renouvelée ? Raphaëlle Lirou reconnaît qu'à Sorbonne Paris Cité, "on se pose la question", tant les critères d'attribution, de suivi et la communication auprès des étudiants n'ont pas donné satisfaction. "Certaines associations étudiantes sont expertes dans l'art de monter des dossiers pour obtenir des financements, ne laissant aucune chance à d'autres moins aguerries mais tout aussi créatives", déplore la chargée de mission. Juliette Crochu, responsable administrative du bureau de la vie étudiante à l'université Sorbonne-Nouvelle, dénonce, quant à elle, l'opacité qui entoure les appels à initiatives. "Il est très difficile d'avoir des informations de la part des associations lauréates", regrette la jeune femme. Même chose, du côté de PSL, où aucune des équipes retenues dans le cadre de l'appel à initiatives n'a pas répondu.
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Le premier cours en amphi ou la difficulté de captiver son auditoire

Le premier cours en amphi ou la difficulté de captiver son auditoire | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Lundi 23 septembre, 18 h 30. L'amphithéâtre J du centre Tolbiac - université Paris-I-Panthéon-Sorbonne - est plein à craquer. Pierre Bourdon entre dans l'arène. N'était son costume cravate, on le confondrait avec un étudiant. "Bonsoir à tous, installez-vous." Près de 400 étudiants prennent place dans un brouhaha d'enfer. Et c'est parti pour douze séances d'une heure et trente minutes de droit public. Pour le tout jeune maître de conférences de 28 ans - il a soutenu sa thèse en décembre 2012 - le rendez-vous est important : c'est son premier cours en amphi. Tous le reconnaissent : dans la vie d'un enseignant, c'est un moment mémorable. "A 23 ans, j'étais déjà chargé de travaux dirigés, puis attaché temporaire d'enseignement et de recherche pendant deux ans. Mais faire cours devant une trentaine d'étudiants et plus encore devant plusieurs centaines, c'est impressionnant", reconnaît-il. Le public n'est pas forcément acquis : ce sont des élèves de première année de licence en économie-gestion. Ce cours de droit est une option. L'horaire n'est pas optimal, c'est le dernier cours de la journée. Il faut mettre les bouchées doubles pour les intéresser. Des "parrains" (professeurs d'universités et maîtres de conférences) lui ont prodigué quelques conseils : être clair, pédagogue, donner beaucoup d'exemples... "Sinon, on les perd rapidement." Et la difficulté c'est qu'ils ne décrochent pas tous au même moment ! "En préparant mes cours, je me suis mis à leur place, me demandant si chaque mot que j'employais était intelligible pour eux. Et je leur donne des tas de définitions, même s'ils doivent aussi s'impliquer personnellement." Pierre Bourdon a commencé par leur expliquer qu'il y a deux branches principales dans le droit : le public d'un côté, le privé de l'autre. Puis il leur a présenté le plan du cours et les a prévenus qu'à chaque séance, il y aurait un thème différent. "M. Bourdon, mettrez-vous vos cours en ligne ?", lui ont demandé quelques-uns. Non, son objectif, c'est de les "faire venir" et surtout de "les garder". PETITES ASTUCES Avec 400 étudiants, difficile d'empêcher les petites discussions qui s'engagent ici ou là. Pierre Bourdon n'est pas là pour jouer les "policiers". Après tout, ce sont des étudiants. A eux de "s'auto-discipliner". Mais pas question non plus de faire cours pour les dix premiers rangs. Alors, il a quelques phrases "magiques" pour ramener les plus bavards dans le cours : "Ce point est important. Notez la définition. C'est une question qui revient souvent dans les contrôles." Et ça marche. "Cela fait tilt, je vois tout de suite qu'ils se reconcentrent." Faire cours en amphi tient quasiment de la performance sportive, voire du show. Si en travaux dirigés, les étudiants sont les acteurs, en amphi, c'est l'enseignant qui mène de bout en bout le cours. Se déplacer, savoir poser sa voix, la moduler, l'infléchir lorsqu'il y a trop de bruit, faire des pauses, respirer sont autant de petites astuces pour tenir. "J'avais découvert la technique de la respiration par le ventre lorsque je faisais cours en travaux dirigés. Et cela m'aide beaucoup." Un petit regret néanmoins : le fil du micro qui le limite dans ses déplacements. Il n'hésite pas non plus à les interroger. Une pratique pourtant assez rare en amphi. Mais il faut bien se trouver des moments de respiration. "Qu'est-ce qu'une personne publique ? Jusqu'en 2000, de combien était la durée du mandat du président de la République ?..." Et parsème son cours d'informations plus anecdotiques qui font leur effet. Exemple : "Mille personnes travaillent à l'Elysée dont 100 à l'ouverture du courrier. Le président reçoit en effet environ 1 500 lettres par jour." Dans les rangs, cette information fait réagir. "N'hésitez pas à me poser des questions", leur lance-t-il d'emblée. Et, là encore, cela fonctionne. Même s'il faut trouver un équilibre. "C'est quand même un cours magistral." Ne pas se laisser perturber par les retardataires, les bavards, ceux qui partent plus tôt ou encore ceux qui bâillent... Faire cours en amphi, c'est aussi savoir rester zen. "C'est à l'enseignant de gérer la difficulté. S'énerver n'apporterait rien", affirme Pierre Bourdon. Cela ne l'empêche pas de lancer quelques pics : "Madame, mettez votre main devant la bouche, lorsque vous bâillez !" Ou encore : "Bonne soirée, Messieurs", à destination de deux étudiants quittant l'amphi avant l'heure. "C'est juste de la pédagogie." Et sans doute, l'assurance que cela ne recommencera peut-être pas. Au bout d'une heure, les signes d'impatience, de fatigue se multiplient. "Il nous reste cinq minutes, si vous êtes sages on sortira avant 20 heures." Il est 19 h 55. Le cours est terminé. L'amphi se vide. Rendez-vous lundi prochain.
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Pascale Ribon (CGE) : "Sois innovant mais d’abord respecte les règles !"

Présidente de la commission Diversité de la CGE (Conférence des grandes écoles), Pascale Ribon répond dans une tribune à ceux qui accusent les école...
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Les écoles d'ingénieurs dénoncent un contrôle accru de l'Etat

Les écoles d'ingénieurs dénoncent un contrôle accru de l'Etat | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Les écoles d'ingénieurs devront désormais demander un "avis d'opportunité" au ministère avant d'ouvrir une formation. L'instruction, envoyée par la Dgesip ...
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Enquête APEC : la promo 2012 connait la crise - Educpros

La situation professionnelle des jeunes diplômés en 2012 de niveau bac+4 minimum s’est déteriorée par rapport à la précédente promotion. Une dégradation annoncée l’an dernier par l’APEC, qui l’a confirmée à l’occasion de la présentation de son enquête sur le sujet, rendue publique le 9 octobre 2013. Mais l’horizon devrait s’éclaircir. Le baromètre trimestriel de recrutement des cadres à paraitre fin octobre fera en effet apparaitre que près de la moitié des entreprises interrogées prévoient d’embaucher des jeunes diplômés. Elles n’étaient que 35% il y a un an.

more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

L’Université de Rouen espère créer une école d’ingénieurs en 2014

L’Université de Rouen espère créer une école d’ingénieurs en 2014 | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Drakkaronline, le portail d’informations économiques normandes du réseau CCI Normandie informe les entreprises au quotidien : flash d’actualité, revue de presse , événements et rubriques thématiques
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

De Vincennes à Saint-Denis : histoire d'une université singulière / PARIS 8

De Vincennes à Saint-Denis : histoire d'une université singulière / PARIS 8 | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Cette conférence de Charles Soulié, maître de conférence en sociologie, a eu lieu le 5 février 2015 à l'université de Paris 8.
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Grandes écoles : Anne-Lucie Wack, une nouvelle présidente discrète - Educpros

Grandes écoles : Anne-Lucie Wack, une nouvelle présidente discrète - Educpros | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Anne-Lucie Wack a été élue présidente de la Conférence des grandes écoles, mardi 9 jui...
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

François Germinet : "La société commence à se réconcilier avec son université"

François Germinet : "La société commence à se réconcilier avec son université" | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Ce mois-ci, François Germinet est le rédacteur en chef invité d’EducPros.
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Université de Lorraine : nouveau diplôme pour les métiers des ... - Ici-c-nancy.fr

Université de Lorraine : nouveau diplôme pour les métiers des ... - Ici-c-nancy.fr | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Toute l'actualité en Lorraine en continu et en vidéo: Nancy, Metz, Epinal, Thionville, Bar le Duc, Verdun, Saint-Dié, Remiremont
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Démission au Conseil supérieur des programmes, une « machine de propagande idéologique »

Démission au  Conseil supérieur des programmes, une « machine de propagande idéologique » | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Cette semaine, Jacques Grosperrin, sénateur UMP du Doubs, a annoncé sa démission du Conseil supérieur des programmes.
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Ayrault donne un coup de pouce au projet Paris-Saclay

Jean-Marc Ayrault a donné jeudi un coup de pouce au pro­jet Paris-Saclay (Yvelines) en orien­tant des inves­tis­se­ments d'avenir en faveur de l'installation de l'Ecole Centrale, d'Agro-Paris-Tech et de l'Institut Mines-Télécoms.

Le Premier ministre a effec­tué jeudi matin une visite sur le pla­teau de Saclay, de l'Eco-quartier de Palaiseau à Supélec. Il a aussi posé la pre­mière pierre, avec le PDG d'EDF, Henri Proglio, du chan­tier d'EDF Lab, un com­plexe de for­ma­tion et de recherche d'EDF qui sera ouvert en 2015.

Le pro­jet Paris-Saclay est "une illus­tra­tion exem­plaire de ce nou­veau modèle fran­çais qui ins­pire la poli­tique conduite par mon gou­ver­ne­ment", a déclaré M. Ayrault.

Pour accé­lé­rer le déve­lop­pe­ment de ce pro­jet, il a annoncé que "les hypo­thèques pesant sur trois opé­ra­tions parmi les plus impor­tantes (allaient) être levées". Il s'agit de l'installation sur le pla­teau de l'Ecole Centrale, de Mines-Télécoms et d'Agro-Paris-Tech.

"Ces opé­ra­tions ont été jusqu'ici retar­dées par des incer­ti­tudes sur leurs plans de finan­ce­ment", a-t-il rap­pelé. "J'ai décidé que le pro­gramme d'investissements d'avenir consa­cré à Saclay assu­re­rait dans son inté­gra­lité les risques liés aux ces­sions fon­cières qui condi­tionnent les plans de finan­ce­ment", a annoncé le chef du gouvernement.

"Cet effort excep­tion­nel se jus­ti­fie par le carac­tère déci­sif de ces implan­ta­tions pour la future uni­ver­sité Paris-Saclay", a-t-il expliqué.

M. Ayrault a aussi annoncé le lan­ce­ment d'un nou­vel Institut de recherche par­te­na­riale dans le domaine des éner­gies décar­bo­nées, sou­tenu par le pro­gramme d'investissements d'avenir à hau­teur de 19 mil­lions d'euros.

"Il y a tou­jours un moment dans l'élaboration d'un grand pro­jet où tout bas­cule, du rêve à la réa­lité, je crois qu'avec Paris-Saclay nous sommes proches de ce moment-là", s'est féli­cité M. Ayrault, rap­pe­lant les amé­na­ge­ments en trans­ports publics pré­vus d'ici 2030 dans le cadre du Grand Paris.

 
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Geneviève Fioraso répond aux "questions cribles" des sénateurs

Geneviève Fioraso répond aux "questions cribles" des sénateurs | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Geneviève Fioraso a répondu, le 10 octobre 2013, aux sénateurs lors d'une séance de "Questions cribles thématiques", consacrées à la situation des u...
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Jeux de boîtes pour l'école d'architecture de Strasbourg

Jeux de boîtes pour l'école d'architecture de Strasbourg | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Inaugurée par le ministre de la culture le 20 septembre, la nouvelle Ecole nationale supérieure d'architecture de Strasbourg (Ensas) a été réalisée par l'architecte et ingénieur Marc Mimram, auteur notamment de la passerelle Solférino à Paris. Mimram, 58 ans, revient de Lisbonne où il a reçu, le 6 septembre, le prestigieux prix de la Fondation Aga Khan, pour le pont Hassan-II qui relie Rabat à Salé, au Maroc, et pour l'ensemble des structures urbaines qui accompagnent cet ouvrage. C'est le second édifice français contemporain à avoir obtenu cette récompense triennale, après l'Institut du monde arabe à Paris, distingué en 1989. Le pont Hassan-II déroule ses arches en béton avec des enjambées de félin tout en puissance. L'Ecole de Strasbourg (Bas-Rhin) s'inscrit, elle, dans le registre du métal et du verre. Située à cent pas de la gare et au bord de l'avenue Wilson où passe le tramway, forcément truffée de ces ordinateurs qui sont devenus la seconde main des élèves, l'école collectionne les liens avec le monde contemporain : la mobilité, l'informatique et une réelle transparence vers la ville, dont le panorama s'offre avec générosité aux étudiants. Du sixième niveau, on découvre aussi bien la gare que la cathédrale, la ville ancienne et la ville nouvelle – avec quelques "beaux" ratés d'après-guerre, de quoi dissuader, on l'espère, les futurs professionnels de faire pareilles bêtises. Les étudiants sont au nombre de 800, encadrés par quelque 200 intervenants. Ce n'est pas la première école d'architecture qui ait été construite ces dernières années. Depuis quinze ans, la France a amélioré son offre grâce aux nouveaux bâtiments de Lille (Nasrin Seraji, architecte), Marne-la-Vallée (Bernard Tschumi), Paris Val-de-Seine plutôt bien reçue(Frédéric Borel), Nantes (Lacaton et Vassal), Paris Belleville (Jean-Paul Philippon)... PLUTÔT BIEN REÇUE A chaque fois, on se dit que ces professionnels ont un beau culot à vouloir donner un toit à leurs futurs confrères et donc à leur faire la leçon. Le seul risque, pas toujours évité, est celui de la prétention, une façon de construire qui "se la joue", prend des poses d'acrobate, se coupe en quatre pour épater la galerie. Mais il y a prescription, et puisqu'il nous est donné de passer au scanner la dernière d'entre ces écoles, plutôt bien reçue jusqu'à présent par la presse spécialisée, faisons-en notre ordinaire. Comme souvent, l'architecte commence par nous ensorceler sur une musique connue : si son édifice a telle forme, c'est qu'il s'est plié aux règlements et prospects de la ville. Selon les cas, cela peut donner des galbes et des rondeurs, des façades en pente, en biais, en retrait, des murs opaques, de grandes verrières... 13,4 MILLIONS D'EUROS C'est bien le cas à Strasbourg, mais ici le coup est joué finement : Mimram a découpé son école dans le sens de la hauteur, les premiers niveaux s'alignant sur la rue Moll, et formant une boîte, les suivants sur l'avenue Wilson, et voici une autre boîte posée de biais sur la première. Et ainsi de suite, selon les règles imposées par le paysage alentour. Quatre boîtes d'un ou deux niveaux, comme autant de livres posés dans un coin. L'assemblage est juste, sans emphase, satisfaisant pour l'œil. Dans les sous-sols, deux amphithéâtres efficaces complètent cet outil pédagogique annoncé pour 13,4 millions d'euros. On retrouve l'ingénieur à l'œuvre sur les façades. C'est un des hobbies de Mimram que de chercher des astuces ou des matières rares pour ses façades, ça le détend après ces ponts et ces passerelles qui sont sa spécialité reconnue : Solférino ou celle qui relie Strasbourg à Kehl au-dessus du Rhin. Un voile métallique coulissant apporte sa fluidité à la rigueur de grandes baies tantôt ouvrantes, tantôt dormantes, qui rythment la totalité des parois. Sauf la nuit, qui révèle la vie de l'édifice en même temps qu'un alphabet de structures simples en arrière des façades, l'école garde ses secrets derrière sa burqa. Le principal de ces secrets est la liberté et la fluidité de l'espace autour d'un atrium d'acier rigide. 10 M2 PAR ÉTUDIANT Au reste, on est ici dans la "fabrique", c'est-à-dire dans une moitié de l'école qui a mis en sommeil son vieil édifice, de l'autre côté de la rue Moll, appelé le "garage", ce qui définit bien sa physionomie fatiguée attendant le relooking. Après cette dernière étape (environ la moitié de la surface totale), les élèves disposeront enfin de 8 900 m2, soit les 10 m2 par étudiant qui devraient être la norme des établissements. La ministre de la culture, Aurélie Filippetti, a d'ailleurs pu annoncer que l'école de Marseille serait la prochaine à bénéficier d'une nouvelle construction.
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Diplômés des grandes écoles : la grande évasion

Diplômés des grandes écoles : la grande évasion | Revue de presse de PDE | Scoop.it
A peine diplômés, et déjà un visa sur le passeport ! Quelque 79 % des étudiants en dernière année dans neuf des plus grandes écoles du pays "n'excluent pas" de chercher un emploi à l'étranger. C'est la leçon que l'institut Harris Interactive tire d'une étude à paraître jeudi 10 octobre, sur l'état d'esprit de 975 étudiants de l'ENS Cachan, Polytechnique, Centrale, l'ESCP ou Sciences Po. "Ces résultats sont emblématiques du pessimisme ambiant. Quand les titulaires des meilleurs diplômes pressentent que toutes les portes ne sont pas ouvertes en France pour eux, que pensent les autres ?", s'inquiète Jean-Daniel Lévy, le directeur du département politique d'Harris Interactive. Le sondage commandé par l'Institut Montaigne montre en effet que 34 % de ceux qui auront bientôt en poche un des meilleurs diplômes pensent "qu'il leur sera difficile de trouver un emploi en France". Le pays a pourtant investi sur ces jeunes qui ont réussi les concours les plus prisés. Les voilà qui lorgnent par-delà les frontières : 32 % se verraient bien aux Etats-Unis, 23 % au Royaume-Uni et 12 % en Allemagne. C'est vers ces pays qu'ils ont en général réalisé un stage pendant leurs études. 79 % sont partis à l'étranger durant leur grande école, dont 42 % pour un stage.
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Sciences po : la révolution des frais modulables dans les IEP de région - Educpros

Sciences po : la révolution des frais modulables dans les IEP de région - Educpros | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Près d’une décennie après leur introduction à Paris, la plupart des IEP mettent en place des frais d’inscription calculés sur le revenu fiscal des par...
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Culture scientifique et technique : quatre initiatives à la pointe

Culture scientifique et technique : quatre initiatives à la pointe | Revue de presse de PDE | Scoop.it
Quelques établissements d’enseignement supérieur sont d’ores et déjà présents sur le secteur de diffusion scientifique et technique. Chacun avec ses p...
more...
No comment yet.
Scooped by PDE
Scoop.it!

Quand YouTube parle science aux étudiants

Quand YouTube parle science aux étudiants | Revue de presse de PDE | Scoop.it
VIDÉO - En deux minutes, sur YouTube, des chercheurs de l’université Joseph Fourier de Grenoble expliquent la science, à partir d’un objet très concret
more...
No comment yet.