Ressources pour Travailleurs Indépendants
5 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Ressources Travailleur Indépendant from Stratégie médias innovants
Scoop.it!

Walt Disney : sa vision de l’entrepreneur en 7 points

Walt Disney : sa vision de l’entrepreneur en 7 points | Ressources pour Travailleurs Indépendants | Scoop.it

Après une bonne coupure, septembre est le moment idéal pour se donner de nouveaux objectifs. Or, en matière de rêve le fondateur de Disney, Walter Disney sait de quoi il parle.


Via coup d'oeil
more...
No comment yet.
Scooped by Ressources Travailleur Indépendant
Scoop.it!

Thibaud Clément, le routard entrepreneur : après son tour du monde ... - Les Echos Entrepreneur

Thibaud Clément, le routard entrepreneur : après son tour du monde ... - Les Echos Entrepreneur | Ressources pour Travailleurs Indépendants | Scoop.it
Thibaud Clément, le routard entrepreneur : après son tour du monde ...
Les Echos Entrepreneur
Plutôt culotté, le jeune homme parvient à rencontrer des entrepreneurs expatriés ou des businessmen locaux, essentiellement dans l'univers du Web.
more...
No comment yet.
Scooped by Ressources Travailleur Indépendant
Scoop.it!

La France a le plus fort taux de création d'entreprises du G7 ...

La France a le plus fort taux de création d'entreprises du G7 ... | Ressources pour Travailleurs Indépendants | Scoop.it
Le taux de créations d'entreprises en France est quatre fois supérieur à la moyenne du G7 (1) selon une étude menée par RSM, 7ème réseau mondial d'audit, de conseil et d'expertise comptable, dans 35 pays entre 2007 et ...
more...
No comment yet.
Rescooped by Ressources Travailleur Indépendant from RELATION CLIENTS 2.0
Scoop.it!

L’entreprise est toujours gagnante quand elle mise sur la qualité de sa relation client

L’entreprise est toujours gagnante quand elle mise sur la qualité de sa relation client | Ressources pour Travailleurs Indépendants | Scoop.it
Dans un contexte de concurrence de plus en plus exacerbée, la fidélisation des clients est aussi importante que l'accroissement des parts de marché. L'amélioration des performances au service du c

Via Stephane Papeil-Lalande
more...
Stephane Papeil-Lalande's curator insight, September 10, 2013 2:05 AM

Dans un contexte de concurrence de plus en plus exacerbée, la fidélisation des clients est aussi importante que l'accroissement des parts de marché. L'amélioration des performances au service du client, devient alors un enjeu majeur et un axe essentiel de la stratégie de développement et de pérennisation de l'entreprise.Un outil de création de valeur qui accroît l'intelligence collective de l'entreprise et renforce sa cohésion.


Jean Pascal Mollet's curator insight, September 11, 2013 3:59 PM

Outil de compétitivité par excellence, la qualité du service et de la relation client s'impose donc comme un élément central des stratégies de production et de développement des centres d'appel « nouvelle génération » et un facteur crucial d'épanouissement professionnel de leurs collaborateurs.

Scooped by Ressources Travailleur Indépendant
Scoop.it!

Avoir plus de vacances ne rend pas plus heureux au travail ...!!!

Avoir plus de vacances ne rend pas plus heureux au travail ...!!! | Ressources pour Travailleurs Indépendants | Scoop.it

Avec 36 jours de repos par an, la France fait partie des pays européens qui accordent le plus grand nombre de congés payés à leurs travailleurs. Le fait d’avoir beaucoup de vacances implique-t-il nécessairement que la population soit plus épanouie et efficace au travail ? Xavier Camby : A priori non, car la France est recordman mondiale du nombre de congés annuels et de la consommation par individu de tranquillisants, neuroleptiques et anxiolytiques. Accorder beaucoup de vacances à nos travailleurs n’est pas la meilleure solution. Il faut aussi noter une importante hétérogénéité en la matière, car les commerçants, les artisans et les professions libérales, elles, prennent beaucoup moins de vacances. Olivier Cousin : Il n’y a pas de lien entre les deux. Un travail pénible, fatiguant et oppressant, avec de mauvaises relations, ne sera pas rendu plus intéressant par des vacances. Les jours de repos permettent seulement une coupure avec ce cadre professionnel. Une accumulation de jours de vacances peut-elle avoir pour effet pervers d’inciter les gens à surcharger leurs journées travaillées, dans le but de compenser ? Xavier Camby : Il y a une chose à savoir, assez méconnue, bien que relayée par beaucoup de chercheurs : nos vacances sont en décalage avec nos rythmes biologiques. On prend par exemple un maximum de repos pendant l’été, là où les journées sont structurellement longues, et où le corps est déterminé pour beaucoup travailler. Et alors qu’en hiver le corps est conditionné pour entrer dans une période de repos, on travaille plus intensément. Pendant des siècles, tant que notre civilisation était agricole, nous avons respecté ce rythme. Le stress au travail n’existait pas, pour ainsi dire. En revanche, depuis presque deux siècles, ce rythme a été inversé. A l’origine, il a été mis en place pour que les enfants puissent aider leurs parents aux champs en été, au moment où il y avait le plus de travail à fournir. Cette participation était indispensable à l’économie rurale. Aujourd’hui, les gens se reposent majoritairement pendant les vacances d’été, alors qu'ils devraient s'activer, et se mobilisent plus lorsque le corps aspire au repos. Olivier Cousin : Un des effets inattendus et un peu pervers des 35h a été d’intensifier le travail. Il s’agit donc moins d’une question de temps de travail que d’une intensification : sur un même temps, on demande beaucoup plus, notamment en raison de l’apparition des outils de bureautique. Les attentes en termes d’efficacité, de rendement et de productivité sont bien plus fortes. Selon les pays, les traditions changent. En France, par exemple, le temps de travail est traditionnellement assez long, avec une grosse coupure entre 12h et 14h, qui n’existe pas dans des pays comme l’Angleterre ou les Pays-Bas. Il faudrait surtout comparer en termes d’heures travaillées. L’intérêt des vacances résiderait dans l’attente et les souvenirs que celles-ci génèrent, estiment Elizabeth Dunn et Michael Norton, auteurs de Happy Money: The Science of Smarter Spending. Au lieu de longues vacances, cela veut-il dire que nous aurions intérêt à faire des pauses plus courtes, mais plus fréquentes ? Xavier Camby : Notre corps n’est pas fait pour accumuler de la fatigue pendant de nombreux mois. Il est en revanche fait pour, après un effort assez intense, marquer des pauses. Idéalement, avec cinq semaines de congés par an, il faudrait en prendre une toutes les neuf semaines, notamment s’il s’agit d’un travail nerveusement ou physiquement fatiguant. L’alternance est une chose essentielle. Concentrer les vacances trois semaines l’été et deux semaines l’hiver, avec beaucoup d’activités pour ces dernières, c’est aller contre les cycles naturels. Un autre cycle, quotidien celui-ci, est à prendre en compte. Beaucoup de pays calquent leur rythme dessus, et connaissent des taux de stress et de fatigue beaucoup moins importants. Il consiste tout simplement à commencer la journée plus tôt, en même temps que le soleil se lève. Ainsi, toutes les tâches exigeant une implication intellectuelle et une concentration importantes sont effectuées le matin, et l’après-midi est réservé à des activités d’exécution, moins prenantes. Les systèmes économiques et scolaires suisses et allemands fonctionnent ainsi. Par exemple, les enfants étudient le matin et font des activités sportives et ludiques l’après-midi. En entreprise, les gens arrivent souvent à sept heure ou sept heure et demi au travail, font une brève pose et quittent le travail vers 16h ou 17h. Ils sont ainsi disponibles pour une longue après-midi, qui leur donne la possibilité de décompresser, se reposer et se divertir. Olivier Cousin : On est malgré tout sous l’influence des vacances scolaires. Dès qu’arrivent la Toussaint, Noël ou février, beaucoup de gens prennent quelques jours. Ce type de découpage du temps libre existe donc déjà. Le fait de prendre un mois en été et quelques semaines en hiver est beaucoup moins la norme aujourd’hui. Bien sûr, cela concerne principalement les gens qui ont des enfants, ce qui ne veut pas dire que tous sont en mesure de prendre des vacances en même temps que leurs enfants. Se projeter à l’avance permet de rêver, et donc, dans une certaine mesure de s’échapper, d’oublier sa condition si celle-ci n’est pas appréciable. Dans quelle mesure les vacances sont-elles vitales pour notre équilibre personnel ? Olivier Cousin : C’est un moment essentiel qui permet de se reconstituer mentalement et physiquement, notamment lorsqu’on occupe un emploi pénible, que ce soit psychologiquement ou physiquement. Les personnes qui se lèvent tôt, soit parce que leur activité l’impose, soit à cause du temps de transport, ont incontestablement besoin d’un repos réparateur. Les vacances nous permettent également de profiter de ce que nous donne le travail. Cela donne un sens supplémentaire à ce dernier. C’est un aspect matériel, mais qui n’est pas négligeable. Les Pays-Bas, bons derniers au classement européen du nombre de jours de vacances (28 au total) comptent 80%  de travailleurs qui se disent « contents » ou « très contents » de leurs conditions de travail (étude Randstadt). Comment expliquer que les Néerlandais soient si satisfaits avec un nombre relativement faible de jours de congés ? Xavier Camby : Cela tient à une meilleure organisation du travail. Prenons l’exemple de la Suisse, que je connais bien : alors que les Français travaillent 37,5 heures par semaines et sont stressés, les Suisses, avec leurs 42,5 heures, ne le sont pas. Peut-être faudrait-il que les vacances ne soient pas une sorte de paradis fonctionnant sur l’attente ou le souvenir qu’on en a, mais dans la réalité du repos qu’on y trouve. A la question « comment ça va ? », il est malheureux d’entendre les gens répondre en début de semaine « comme un lundi ». C’est comme s’ils retournaient à la mine, dans un long tunnel dont la sortie se trouverait être le weekend prochain, moment au cours duquel ils pourraient enfin se retrouver une âme. Alors que le travail, lorsqu’il est bien conçu, est un moyen de valorisation de ses talents, de ses aptitudes et de ses capacités. Il n’est pas censé être déshumanisant – même s’il peut l’être parfois. Les congés ne participent pas du tout au bien-être au travail. Ils sont nécessaires au repos du corps et de l’esprit, mais ce n’est pas sur eux que l’on peut fonder l’épanouissement professionnel. Ce n'est pas seulement la journée, mais les semaines, les mois et l’année tout entière qui mériteraient d’être repensés en fonction des besoins de notre corps et de nos capacités.
J’évoquais plus haut les artisans, les commerçants et les professions libérales, qui prennent très peu de jours de congés (cinq à dix jours ouvrés). Ces professions confèrent une très grande autonomie en termes d’organisation du travail. C’est là un facteur déterminant de l’absence de stress au travail, que d’avoir une certaine forme d’autonomie. Si du lundi au vendredi notre journée est déterminée par un autre, et qu’aucune latitude ne nous est laissée pour utiliser notre intelligence, notre créativité ou notre intuition pour améliorer notre travail, alors en effet le travail nous devient pesant, car il inhibe une partie de notre personnalité. On l’observe : davantage d’autonomie permet de diminuer la fatigue et d’augmenter la performance, ce qui rend les vacances longues moins nécessaires. Olivier Cousin : Encore une fois, il n’y a pas de lien entre les deux. Toutes les enquêtes menées en Europe montrent que ce sont les Français qui attachent le plus d’importance au travail, après la famille, bien entendu. Bien souvent en France, on a un regard très critique sur le travail, son organisation et les personnes. On peut donc émettre l’hypothèse – prudente - que les conditions de travail sont meilleures aux Pays-Bas, et, avec plus de certitude, que la nature des relations au travail est sensiblement meilleure là-bas. La France, elle, est souvent caractérisée par des relations brutales, des rapports hiérarchiques forts… Cette donnée sur les Pays-Bas montre donc bien qu’il n’y pas de lien entre vacances et épanouissement au travail. Même six mois de vacances n’empêcheront pas un travail d’être pénible et inintéressant. A l’inverse, des personnes qui jugent leur activité professionnelle intéressante et épanouissante, ne prendront pas systématiquement tous leurs congés. En termes d'épanouissement et de productivité, aurions-nous intérêt à réduire le nombre de jours de congés, et à instaurer des journées de travail moins lourdes ? Cela permettrait-il d'établir une réelle séparation entre vie professionnelle et personnelle ? Xavier Camby : Cela permettrait de réduire considérablement l’usage de médications, les burnouts et les maladies professionnelles. Des chercheurs québécois, qui ont été confirmés par leurs homologues américains, ont montré que le stress, qui est généré par une mauvaise gestion du temps, inhibe les systèmes immunitaires pendant au moins six heures. Ce qui veut dire qu'en cas d’événement stressant, l’organisme est sollicité pour y répondre, mais comme il ne peut pas tout faire en même temps, il inhibe le système immunitaire pendant au moins six heures. On considère qu’il faut au moins 24h pour qu’il retrouve son niveau antérieur. Lorsque vous êtes stressé, vous êtes donc naturellement exposé à tous les bacilles, microbes, maladies et pandémies pouvant survenir. La bonne intelligence du travail passerait donc par une meilleure appréhension du temps, en corrélation avec nos besoins biologiques. Ces derniers sont impératifs, car si on peut se passer de boire ou manger pendant deux semaines, on ne peut pas se passer de dormir pendant plus de trois jours. De même que nos muscles ont besoin de se reposer, notre esprit a besoin de récupérer. A défaut, la raison en pâtit. Olivier Cousin : Cela peut y contribuer. Quand le travail prend moins de place, il permet de se reposer comme il se doit. Il ne faut pas oublier que certains éléments rentrent dans le cadre du travail sans en faire réellement partie, notamment le temps de transport. Dans les grandes agglomérations, ce temps peut être considérable, allant d’une heure et demie à trois heures par jour. C’est une rallonge qui, comme on le dit communément, nous « bouffe » la vie. Des journées plus courtes permettent de compenser ce temps intermédiaire. Et n’oublions pas que selon l’activité de chacun, on n’est pas soumis à la même pression. Les Allemands, qui n’ont que 29 jours de vacances, travaillent en moyenne 1400 heures par an, contre 1900 pour les Français, qui eux ont 36 jours de libres. L’Allemagne a-t-elle un rythme travail-vacances mieux équilibré ? Xavier Camby : Tout à fait. A quelques variations près selon les Länder, la durée minimum de congé par an est de deux semaines. Il est impossible d’aller en-deçà, comme en Suisse. En fonction de l’ancienneté et des responsabilités, la durée accordée varie. La théorie des avantages acquis rend la chose très compliquée, mais on pourrait imaginer que soit effectué en France un aménagement du travail annuel, mensuel, hebdomadaire et journalier, de telle sorte qu’il soit de nouveau calé sur nos rythmes biologiques. Bien entendu, seraient à prendre en compte les différences de chacun, car une personne de 20 ans n’a pas les mêmes besoins qu’un cinquantenaire. Il m’arrive d’intervenir dans des entreprises, le plus souvent industrielles, qui ferment en juillet ou en août. Celles-ci vivent une période de stress intense avant leur clôture et après la réouverture, si bien que cette fermeture annuelle ne constitue en rien un bénéfice pour les salariés, qui commencent leurs vacances épuisés, et appréhendent le stress du retour au travail. Il est compréhensible que les gens aient envie d’être avec leurs enfants, mais prendre d’une traite trois ou quatre semaines de vacances, cela n’a pas de sens. Olivier Cousin : Contrairement à ce qu’on dit, notamment à cause des 35 heures, les journées se sont allongées. Car pour aboutir à ce nombre de jours de congés, le temps de travail s’est, selon les cas, allongé ou compressé. La France, en termes de relations hiérarchiques, est un pays avec une tradition autoritaire. C’est beaucoup moins le cas en Allemagne, où les relations sociales sont plus fortes, notamment au travers des syndicats, qui ne sont pas négligeable dans la capacité de négociation du pays. Globalement, en Allemagne les opportunités de promotion interne sont beaucoup plus importantes qu’en France, où le diplôme continue de peser fortement. On n’est plus dans le temps de travail, car c’est un ensemble d’éléments plus vaste qui joue sur l’appréciation et le climat professionnel.

more...
No comment yet.
Rescooped by Ressources Travailleur Indépendant from Économie de proximité
Scoop.it!

Le marketing personnalisé se tourne vers les capteurs et l’impression 3D

Le marketing personnalisé se tourne vers les capteurs et l’impression 3D | Ressources pour Travailleurs Indépendants | Scoop.it
D’ici 2014, plus de la moitié des marques vont proposer à leurs clients des offres personnalisées sur les sites web, sur les mobiles comme sur les points de vente. Tour d’horizon des projets innovants.

Via Franck Dupessey Pro
more...
Franck Dupessey Pro's curator insight, September 4, 2013 12:13 AM

Au-delà de la sphère digitale, les marques songent à apporter une expérience personnalisée aux points de vente. Pour y arriver, plusieurs sociétés ont misé sur la technologie de l’impression 3D pour attirer les flux de clientèle dans les magasins. La marque Converse, par exemple, propose aux clients qui se rendent dans leurs boutiques de concevoir leurs propres chaussures de sport et de partir avec les produits finis en moins d’une heure. La société japonaise Muji, quant à elle, invite les clients à aller en magasin pour imprimer leurs propres miniatures. Enfin, l’enjeu du marketing personnalisé est d’apporter une approche centrée sur les consommateurs,et ce indépendamment des canaux de distribution , rappelle la société Monetate.

Scooped by Ressources Travailleur Indépendant
Scoop.it!

Les petites entreprises peuvent sous-traiter aux auto-entrepreneurs ...

Les petites entreprises peuvent sous-traiter aux auto-entrepreneurs ... | Ressources pour Travailleurs Indépendants | Scoop.it
Freelancer.com a lancé un nouvel outil qui permet aux petites entreprises de sous-traiter plus facilement à des auto-entrepreneurs et à des travailleurs indépendants. Après avoir enregistré une explosion des inscriptions de ...
more...
No comment yet.
Scooped by Ressources Travailleur Indépendant
Scoop.it!

[Forum] La Création d'entreprise pour tous : Jeudi 26/09 | Mission ...

[Forum] La Création d'entreprise pour tous : Jeudi 26/09 | Mission ... | Ressources pour Travailleurs Indépendants | Scoop.it
Pour la 5ème année consécutive, une manifestation sur la création et la reprise d'entreprise est organisée à Lorient. Elle se déroulera le jeudi 26 septembr.
more...
No comment yet.
Scooped by Ressources Travailleur Indépendant
Scoop.it!

Ces outils de fidélisation numériques qui remplacent les bonnes vieilles cartes de fidélité -

Ces outils de fidélisation numériques qui remplacent les bonnes vieilles cartes de fidélité - | Ressources pour Travailleurs Indépendants | Scoop.it
Fidéliser les consommateurs et les inciter à revenir dans leur boutique est un des enjeux majeur des commerçants.
more...
No comment yet.
Scooped by Ressources Travailleur Indépendant
Scoop.it!

Comment bien utiliser Google Plus pour son référencement ...???

Comment bien utiliser Google Plus pour son référencement ...??? | Ressources pour Travailleurs Indépendants | Scoop.it

Créer une page Google Plus n’est pas  forcément le premier réflexe que l’on peut avoir lorsque l’on cherche à faire connaître son site sur la toile. Il paraît souvent plus évident de communiquer avec son public via Facebook ouTwitter.

Mais il devient réellement important de faire également figurer votre entreprise sur Google Plus. En effet, il s’agit tout de même du réseau social du moteur de recherche sur lequel vous essayez de vos positionner. Autant profiter des outils mis à votre disposition.;;;

Créer une page Google Plus complète et intéressante pour votre entreprise va vous permettre à la fois de gagner en visibilité, de vous mettre dans les petits papiers de Google et peut-être même de gagner des clients. Démonstration.

 

- Equivalent du « like » sur Facebook, le bouton « +1 » de Google Plus permet à vos lecteurs / utilisateurs / clients de manifester leurs attachements pour votre marque ou de témoigner de la qualité de vos services. De plus, les « +1 » sont autant d’indicateurs pour Google de la qualité de votre contenu, ce qui vous aidera à être mieux positionné sur le moteur de recherche...

more...
No comment yet.
Scooped by Ressources Travailleur Indépendant
Scoop.it!

Bodet Software signe 2 partenariats stratégiques

Bodet Software signe 2 partenariats stratégiques | Ressources pour Travailleurs Indépendants | Scoop.it

La priorité de Bodet est de développer sa suite SIRH lancée en mars dernier. Pour ce faire, l’éditeur s’est allié à Pixid pour simplifier la gestion des intérimaires et Kaba (fabricant de badgeuses) pour renforcer son assise européenne sur son marché historique : la gestion des temps

 

more...
No comment yet.