Réseaux sociaux d'entreprise et d'université
40 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Les professeurs jugés par leurs élèves à travers leurs profils Facebook | L'Atelier: Disruptive innovation

Les professeurs jugés par leurs élèves à travers leurs profils Facebook | L'Atelier: Disruptive innovation | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Utilisé par 800 millions de personnes dans le monde, Facebook est aussi devenu un moyen de communication essentiel dans les relations étudiants/professeurs.
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Réseau social d’entreprise : le rôle clé des managers

Réseau social d’entreprise : le rôle clé des managers | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Pour développer la collaboration en interne, il est indispensable de convaincre les managers. Ils doivent motiver leurs équipes et les communautés qu’ils animent pour faire apparaître de nouvelles idées.
Thomas PETIT's insight:

Les managers ont un rôle primordial dans la mise en place, et surtout l’adoption, d’un RSE. En effet, ils doivent veiller à ne pas nuire aux volontés de coopérations des équipes, tout en faisant adopter à celles-ci de nouvelles pratiques managériales d’avantage orienté collaboration.

 

En effet, si l’implication des employés est primordial pour la réussite d’un RSE, il est du devoir des managers d’animer les échanges, de favoriser la coopération et de veiller à la bienveillance des interventions.

 

Cependant, ils peut arriver à des managers de baser leur pouvoir sur une démarche autoritaire et de rétention d’informations en désaccord avec ces nouvelles pratiques qu’ils pourront avoir du mal à accepter. Il convient alors d’exprimer très clairement les objectifs de ce RSE qui leur est imposé, ce qui passe par leur implication dans la définition de ces objectifs le plus tôt possible.

 

En effet, on ne leur demande plus d’être les premiers à avoir les idées, mais plutôt de savoir les susciter, savoir les valoriser et de pouvoir faire aboutir les innovations. Le rôle des managers devient donc celui d’un motivateur de l’équipe et des communautés qu’ils animent.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Etude Microsoft : Perceptions et usages des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE)

Etude Microsoft : Perceptions et usages des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE) | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Microsoft a publié récemment les résultats de son étude menée par Ipsos autour des perceptions et des usages des Réseaux Sociaux dEntreprise dans le...
Thomas PETIT's insight:

Voici les résultats d’une étude Ipsos pour Microsoft sur les perceptions et usages des réseaux sociaux d’entreprise dans le monde à laquelle près de 10000 personnes (9908 pour être exact) ont participé, et ce dans 32 pays, entre le 25 Mars 2013 et le 24 Avril 2013. Les personnes interrogées, surnommée les « Information Workers » sont définis par Microsoft comme étant des « collaborateurs adultes travaillant dans une entreprise de plus de 100 personnes, utilisant un PC, laptop, tablette ou smartphone pour plus de 75% dans leur fonction. »

 

Cette étude nous permet de constater l’impact des variables culturelles sur les perceptions et usages des outils sociaux dans les entreprises

 

Ainsi, on observe quand ce qui concernet l'utilisation faite des outils sociaux par pays, la Chine, le Mexique et la Turquie utilisent d’avantage les outils sociaux pour le partage et la revue de document. En revanche, on utilise peu ceux-ci pour communiquer entre collègue en Allemagne.

 On constate également une tendance chez les hommes à utiliser les outils sociaux afin de suivre la concurrence et développer leurs réseaux, et ceux contrairement aux femmes qui vont d’avantage les utiliser pour communiquer avec leurs collèges et partager des documents.

 

On notera ensuite que l’argument principal de la restriction d’accès à ces plateformes est liés à des problèmes de sécurité uniquement en Belgique, Brésil, Chili, en République Tchèque, Italie, Mexique, Pologne, Afrique du Sud et Espagne, contrairement au 23 autres pays où cette restriction est justifié par l’impact négatif sur la productivité.

 On remarque également que les hommes vont d’avantage mettre l’accent sur la sécurité, la bande passante et la perte de donnée, c'est-à-dire sur des facteurs plus « techniques », contrairement aux femmes qui, elles, vont d’avantage pointer les problèmes liés à la perte de productivité.

 

Par la suite, on observe que les pays ayant réellement perçus les réseaux sociaux comme étant des moteurs de productivité dans le cadre du travail sont peu nombreux, les principaux étant le Chine, l’Inde, la Turquie, le Mexique et la Russie.

 

 

Finalement, nous avons bien ici la démonstration de l’image négative que se font les entreprises des réseaux sociaux, puisque plus d’un tiers des participants estiment que leur entreprise n’estime pas à leurs justes valeurs les avantages des réseaux sociaux.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Gestion électronique des documents - Wikipédia

Gestion électronique des documents - Wikipédia | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Thomas PETIT's insight:

GED : Gestion électronique de documents

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

File:Entreprise 2.0.jpeg - Wikimedia Commons

File:Entreprise 2.0.jpeg - Wikimedia Commons | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Thomas PETIT's insight:

schéma illustrant l'entreprise 2.0

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Analyse des solutions du marché

Analyse des solutions du marché | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Le référentiel rassemble l'analyse des solutions majeures du marché. Il s'inscrit au coeur de la Communauté lecko fédérant les acteurs de l'écosystème autour des questions de développement des usages dans les entreprises.
Thomas PETIT's insight:

Liste de logiciel de mise en place et gestion d'un réseau social d'entreprise

 

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Réseau social d'entreprise - Wikipédia

Un réseau social d’entreprise est un groupe d'individus constitués par des personnes physiques et morales réunis dans un réseau social.

Les membres d'un réseau social d’entreprise (RSE) sont regroupés en communauté à des fins professionnelles et sont liés par plate-forme applicative réunissant les employés d’une entreprise, ses clients, ses actionnaires ou ses partenaires.

Au-delà des communautés, un RSE se base sur les notions suivantes :

Thomas PETIT's insight:

Un réseau social d’entreprise est un groupe d'individus constitués par des personnes physiques et morales réunis dans un réseau social.

 

Au sein d’un RSE, les membres sont regroupés en communauté « profesionnelles » et sont liés entre-eux par des plate-forme applicative permettant de réunir les employées d’une entreprises, mais aussi ses clients, ses actionnaires et ses partenaires.

 

Equivalent à un réseau social plus orienté grand public, un RSE fourni à un utilisateur un profil enrichi lui permettant d’être mis en valeur, ainsi qu’un mur de suivi d’activités permettant d’avoir une vision globale de l’écosystème dans lequel il évolue.

 

D’un point de vue sécuritaire, la sécurité d’un RSE se base sur l’authentification et la vérification des membres du réseau.

 

Gartner et IBM affirment que d’ici 2014 « les services de réseaux sociaux auront remplacé l’e-mail comme média principal de communication interpersonnelle pour au moins 20% des utilisateurs en entreprise »

 

Un RSE permet donc :

- La création et la gestion de flux

- La gestion d’un profil et de favoris

- De poster des messages

- De développer des usages concrets et innovants pour la gestion RH de l’entreprise par le biais de la dimension collaborative de l’outil

 

Parmi les outils on peut citer :

- Elgg : pour mettre en place un réseau social. Il fournit notamment des outils de blog, de microblogging, de partage de fichiers, de mise en réseau des profils d'utilisateurs, de gestion de groupes d'utilisateurs, d'agrégation de données et de nombreuses autres fonctionnalités.

- Drupal : permet aux individus comme aux communautés d'utilisateurs de publier facilement, de gérer et d'organiser un vaste éventail de contenus sur un site web.

- Knowledge Plaza : un réseau social d'entreprise belge spécialisé dans la gestion des connaissances, dont la différence est sa capacité à structurer finement l'information partagée et à réimporter des bases documentaires existantes (Lotus Notes, disques en réseau, etc).

- Liferay : un portail de gestion de contenu.

- MediaWiki et Semantic MediaWiki, permet de créer un intranet éditable pour les entreprises5.

- Google+: permet de partager de l'information aux cercles qui peuvent être internes ou externes à l'entreprise. Google Plus intègre aussi les communautés qui permettent de partager les mêmes centres d'intérêts.

- Microsoft SharePoint 2013 : outil de Réseau social avec une interface de microblogging interface et usage similaire à twitter et Facebook en interne dans l'entreprise. Disponible également en mobilité avec une application Mobile identique à celle de Yammer.

- Yammer : Facebook killer de Microsoft, dédié aux entreprises, son interface très proche de Facebook le rend très intuitif, son intégration à SharePoint en fait un outil pratique, simple et efficace pour travailler en réseau avec ses collègues.

- Jive Software : Plateforme collaborative et sociale pour des communautés internes ou externes à l'entreprise. La solution est bâtie sur la création de valeur (R.O.I.) liée à l'utilisation des outils RSE dans le monde de l'entreprise.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

L'intranet est mort, vive la #DigitalWorkPlace !

L'intranet est mort, vive la #DigitalWorkPlace ! | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Le "parent pauvre" de la communication en entreprise sera-t-il le socle de la mutation 2.0 ? L'intranet, c'est un peu tout le monde connaît, mais très peu l'utilise ! Généralement déployé dans le d...
Thomas PETIT's insight:

Le Digital Workplace : Pour nous, l’intranet est un ensemble d’outil et de formulaire nous servant à gérer notre carrière et nos relations avec un ensemble d’organisme sociaux. Mais, ce qui rencontre le plus de succès dans l’intranet de nos jours c’est la consultation du trombinoscope.

 

Depuis quelques années, l’entreprise est dans une logique de service vis-à-vis de ces clients, mais elle devrait se tourner à l’avenir vers une logique de service vis-à-vis de ses employés, d’où une nécessité d’innovation en interne. L’employée a de plus en plus besoin d’être reconnu par l’entreprise, c’est pourquoi celle-ci doit lui fournir les outils qui lui sont nécessaire quand il en a besoin, et c’est cela le digital workplace : une application, un portail, disponible sur de multiples support mettant en avant des informations (flux internes ou externes) et mettant à disposition des outils utiles à l’employées pour faire son travail, ainsi que des accès à des plateformes collaboratives.

 

Le collaborateur est donc placé au centre, lui apportant ainsi la reconnaissance qu’il demande, et dont il a besoin. Ainsi, on parle d’intranet de collaboration, et non plus de communication, ainsi que d’entreprise de collaboration, remplaçant le trio Processus-Profit-Pouvoir par l’association Pertinence-Personnalisation-Productivité.

 

Le nouvel intranet n’est plus un "machin" isolé et produit en interne, il devient un "outil" parfaitement intégré et disponible pour tous.

 

Ce nouvel intranet, ou Digital Workplace, devient donc un nouvel environnement de travail caractérisé par sa mobilité, véritable base pour la construction de l’entreprise 2.0 qui valorise les évolutions technologiques qu’elle a à sa disposition (outils 2.0, cloud computing, supports mobiles…) le tout en réalisant des économies sur certains postes, tels que l’immobilier, les transports, etc.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Entreprise 2.0, Social business, collaboration : quel intranet demain ?

A force de lire des billets (très bons pour la plupart) et d'en discuter avec des entreprises et des partenaires, j'ai pris le temps de "résumer" en 15 slides mon point de vue quant à l'intranet de...
Thomas PETIT's insight:

Problématique : Aujourd’hui, l’intranet n’a pas su se développer assez pour permettre réellement de rendre cet outil efficace. Comment, alors, faire de l’intranet un outil efficace ?

4 pôles :

- Profil : intranet privé me permettant de trouver de l’information qui me convienne. Pour cela, il me faut une plateforme :

  - Qui me reconnait

  - Qui me connait

  - Qui me ressemble

  - Qui me valorise

- Social : Nécessaire à un meilleur réseautage, il me permet de travailler en collaboration avec beaucoup plus d’agilité et de facilité. Il permet également de valoriser mon travail, de me valoriser, le but final étant de travailler mieux, d’être plus performant !

- Applicatif : Il doit comporter une offre de service. Je dois y trouver les outils dont j’ai besoin (appstore), les accès qui me sont utiles, les droits qui me protègent…

- (offre de) Contenu : Qui me permet d’être informé, de choisir, d’être efficace, d’avoir confiance

 

Aujourd’hui, une entreprise, au niveau de sa production informatique s’articule autour de  l’infrastructure contenant un certain nombre d’application de base (ERP, CRM, ECM, Legacy…) avec lesquels l’utilisateur doit travailler au quotidien.

L’utilisateur est depuis peu, nous sommes entrée dans une logique de « connexion permanente et mobile » (laptop, Smartphone, tablette), logique facilitée par la mise à disposition de contenue et d’application dans le Cloud. On se retrouve donc avec une délocalisation des travailleurs qui doivent alors pouvoir se connecter et bénéficier de l’information n’importe où.

 

L’intranet doit donc :

- Parler de moi

- Parler de l’organisation

- Etre capable de dire et d’offrir les applications qui sont nécessaire à mon travail, et ce en parfaite compatibilité avec mon « profil hardware » (tablette, Smartphone, laptop, etc.)

- Me fournir le contenu nécessaire à mon travail

 

Pour cela, il est important de mettre en place un cadre clair, sécurisé, guidé… d’où l’importance de la création d’un cadre de gouvernance simple et claire.

Pour que tout cela fonctionne, l’intranet ne doit pas remplacer l’existant, mais le compléter, s’y ajouter et l’utiliser (interopérabilité).

 

L’intranet 2.0 est donc l’agrégation de ces 4 pôles, associé à une bonne gouvernance.  Il s’agit donc d’un intranet personnalisé, social, ouvert et intégré aux processus de l’entreprise pour plus d’efficacité et de créativité.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Intranet 2.0, réseau social d'entreprise : Y'a qu'a, faut que,... pas si simple !

Intranet 2.0, réseau social d'entreprise : Y'a qu'a, faut que,... pas si simple ! | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Eh oui, il n'y a aucun automatisme ni aucune évidence dans la mise en oeuvre d'un projet de communication "ouvert" et participatif au niveau des organisations professionnelles même si le lien socia...
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Une méthode en 3 étapes pour un projet social business !

Une méthode en 3 étapes pour un projet social business ! | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
En premier lieu et avant de rentrer dans la présentation affichée ci-après, je tiens à renouveler mes remerciements à tous ceux qui ont participé à nos récents échanges sur Goole + et en particulie...
more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Des entreprises françaises encore peu coutumières du 2.0 ? | L'Atelier: Disruptive innovation

Des entreprises françaises encore peu coutumières du 2.0 ? | L'Atelier: Disruptive innovation | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Wikis, réseaux sociaux, messagerie instantanée : ces solutions collaboratives peinent encore à faire leur place en entreprise. En cause : un décalage entre les avantages qu'elles promettent et l'image qu'en ont les sociétés.
Thomas PETIT's insight:

Aujourd’hui, les solutions collaboratives du type wikis et réseaux sociaux  ont du mal à se faire une place en entreprise. En effet, bien qu’elles procurent un nombres conséquent d’avantage, les sociétés en ont une image plutôt négative.

 

D’après une étude menée par Jemm Research, les grandes et moyennes entreprises françaises n’utilisent encore que très rarement ces outils collaboratifs, bien qu’il en existe une demande, et ceux à cause de l’image négative qu’en ont les entreprises qui craignent que leur utilisation ne provoque une baisse de l’activité. C’est ainsi que l’accès à ces solutions est souvent bloqués ou limité par les sociétés.

 

Ainsi, leur accès est souvent autorisé aux salariés de 35 à 45 ans à haute responsabilité dans l’entreprise, et ceux dans un but de réduction des dépenses et de prise de décisions. Les jeunes salariés, quand à eux, possèdent un accès limité à Internet.

 

D’autre part, le rôle et les avantages de ces solutions peuvent être masquée par une image négative de la part des employés. Ainsi, le premier outil « moderne » utilisé, à savoir la téléconférence, n’a pas rencontré le succès qu’elle aurait du, les collaborateurs préférant les réunions avec contact direct.

more...
No comment yet.
Rescooped by Thomas PETIT from Ressources Humaines by E-Consulting RH
Scoop.it!

Une version RSE de LinkedIn actuellement en phase de test

Une version RSE de LinkedIn actuellement en phase de test | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it

Le PDG Jeff Weiner, du fameux réseau social professionnel LinkedIn, lors d’un entretien accordé au magazine américain Fortune, a en dévoilé les premiers détails d’une version beta de LinkedIn avec de nouvelles fonctionnalités propres aux réseaux sociaux internes, qui pourraient bien faire de l’ombre aux éditeurs traditionnels de RSE.  

 

Le produit de LinkedIn, dans sa version beta, prend tout simplement la forme d’un espace restreint au sein du site, réservé aux membres d’une seule et même entreprise pouvant échanger en toute discrétion et en toute confiance comme ils le feraient sur l’intranet de leur société. Le filtrage s’effectue par une inscription préalable conditionnée par l’enregistrement de l’adresse mail professionnelle de chaque participant. Les fonctionnalités présentes au sein du groupe privé permettent à ce dernier de fonctionner comme une véritable plate-forme de travail : gestion des flux d’activité, création de groupes de travail et partage sélectif de documents seraient déjà au menu, permettant ainsi à chaque employé de suivre en direct le travail et les réflexions de ses collègues.

 

À noter qu’un seul espace privé regroupe pour l’instant les employés de LinkedIn eux-mêmes. D’autres entreprises pourraient toutefois suivre le mouvement avec la publication de la version définitive du projet. Les atouts de ce réseau social de mise en relation de professionnels ne manquent certes pas, selon Jeff Weiner, pour imposer une nouvelle et véritable solution de RSE : de nombreux professionnels, en effet, sont déjà enregistrés sur LinkedIn à titre privé,

 

ce qui devrait garantir un meilleur taux de participation que sur les autres réseaux internes, d’autant plus que le passage entre l’espace privé et l’espace public devrait se faire de manière très intuitive. Reste à savoir si les chefs d’entreprises ne ressentiront pas une réticence à l’idée d’exporter totalement leur réseau interne sur un site tiers.


Via RG Mobility, E-ConsultingRH
Thomas PETIT's insight:

On observe actuellement une profonde restructuration du marché des réseaux sociaux d’entreprise basé sur l’apparition, la disparition ou encore la mutation de nombreux éditeurs. Parmi eux, LinkedIn, réseaux social professionnel, a annoncé être en train de développer sa propre version d’un RSE. Celui-ci prendrait la forme d’un espace restreint au sein même du site. Cet espace serait réservé aux membres d’une seule et même entreprise qui pourrait alors échanger en toute discrétion et confiance, comme s’ils étaient sur l’intranet de leur société.

 

L’avantage d’un tel système est que de nombreux professionnels se trouvent déjà être enregistrés sur LinkedIn, et ceux à titre privé. Ainsi, on peut espérer un meilleur taux de participation sur un tel réseau que sur les autres réseaux internes.

 

Cependant, on peut se demander si les chefs d’entreprises ne seront pas quelques peu réticent à l’idée d’exporter leur réseau interne sur un site externe…

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

File:E2.0 2012.png - Wikimedia Commons

File:E2.0 2012.png - Wikimedia Commons | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Thomas PETIT's insight:

L’entreprise 2.0 se base sur une mise en relation des différents acteurs de l’entreprise :

- Au centre se trouve un utilisateur quelconque, connectés par le biais d’un PC, Smartphone, mobile, tablette,… Autour de lui gravitent les autres acteurs du réseau :

  - Les collaborateurs

  - Les clients

  - Les partenaires

  - Les prestataires

 

L’entreprise 2.0 met à la disposition de ses employées un ensemble d’outils:

- Réseau social

- Communication

- Organisation

- Recherche

- Stockage

 

Ces outils fournissent un ensemble de services :

- Information

- Connaissance

- Collaboration

- Communautés

- Applications

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Entreprise 2.0 - Wikipédia

Entreprise 2.0 est un terme dérivé de Web 2.0 pour décrire combien un logiciel peut être social, et est employé actuellement pour transformer l'intranet d'entreprise en une plateforme plus organique, collaborative et gérée par l'utilisateur. Le terme fut inventé par Andrew McAfee de la Harvard Business School dans le MIT Sloan Management Review du printemps 2006[1].

La notion d'"Entreprise 2.0" est souvent utilisée pour décrire des modifications sociales et en réseau des intranets d'entreprise et d'autres plateformes logicielles traditionnelles, ce qui implique une structure préalable à utiliser, le logiciel entreprise 2.0 encourage l'utilisation auparavant d'une architecture. Le terme s'est popularisé parmi les bloggers en 2006, et en août c'était le sujet central de nombreux blogs importants.


Thomas PETIT's insight:

Entreprise 2.0 est un terme dérivé de Web 2.0 pour décrire combien un logiciel peut être social, et est employé actuellement pour transformer l'intranet d'entreprise en une plateforme plus organique, collaborative et gérée par l'utilisateur.

 

La notion d’Entreprise 2.0 désigne principalement les modifications apportées aux intranets pour y adjoindre un aspect sociales associés à un réseau.

 

Andrew McAfee décrit l’entreprise 2.0 comme étant correspondante à « Une utilisation des plateformes sociales émergentes au sein de sociétés ou entre des sociétés, leurs partenaires et leurs clients. »

 

Plus généralement, Entreprise 2.0 désigne l’ensemble des technologies et pratiques commerciales libérant les employées des contraintes liés aux outils de communication et de productivité, tel que l’email. Le collaborateur peut ainsi accéder à la bonne information au bon moment, et ce à travers un réseau d’applications interconnectées, de services et de dispositifs. L’entreprise 2.0 Permet également d’avoir accès à l’intelligence collective, augmentant ainsi compétitivité, l’innovation, la productivité et l’agilité.

 

L’entreprise 2.0 se base sur les outils du Web 2.0, tel que :

-Le partage de fichier

-La gestion de projet

-Les réseaux sociaux d’entreprise

-Les wiki d’entreprise

On voit ainsi apparaitre dans les entreprises une attente de la part du personnel, de plus en plus habitués aux modes de communication participatifs.

 

Cependant, si la technologie du Web 2.0, base de l’entreprise 2.0, représente un « support de l’intelligence collective », il n’en représente pas un moyen de le l’obtenir. En effet, hormis les plus jeunes employés ayant baignés dans la technologie depuis leurs enfance, peu d’employé possèdent les compétences nécessaires pour prendre en main ces nouveaux outils. De plus, il existe également une limite comportementale, liée à l’hostilité que peuvent montrer inconsciemment de nombreuses personnes vis-à-vis du changement et de l’évolution technologique.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

10 conseils pour lancer avec succès un Réseau Social d’Entreprise - Zyncro Blog France: le blog de l'Entreprise 2.0

10 conseils pour lancer avec succès un Réseau Social d’Entreprise - Zyncro Blog France: le blog de l'Entreprise 2.0 | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Thomas PETIT's insight:

Implémenter un Réseau Social d’Entreprise n’est pas un challenge technologique, c’est un changement culturel

Voici 10 conseils pour la mise en place d’un RSE :

1. La direction est la plus à même de lancer le réseau et faire la promotion de son utilisation. Celle-ci doit se montrer transparente, être impliquée et servir d’exemple

2. Choisir un sponsor capable de supporter et aider à diffuser le projet. On privilégiera le département RH, candidat idéal qui possède une plus grande crédibilité pour les collaborateurs. On n’oubliera pas non plus d’impliquer le département IT.

3. Fixer et diffuser les règles d’usages du réseau. Celle-ci doivent être assez précise et connue de tout le monde pour que chacun sache ce qu’il peut exprimer ou non.

4. Organiser le lancement de votre réseau pour que celui-ci soit le plus efficace possibles. Pour cela, utilisez au minimum 3 canaux de diffusions.

5. Fidéliser les utilisateurs du réseau. Pour cela, constituez un réseau de personnalités capables de dynamisé votre réseau en le dotant de contenus intéressants et en encourageant ainsi les autres utilisateurs à faire de même.

6. Intégrer au réseau des fonctionnalités qui faciliteront la vie des employées. Si les employées trouvent utile de se connecter au réseau afin de faciliter leurs taches, ils se connecteront plus facilement.

7. Privilégier les espaces ouverts. Les utilisateurs demanderont rapidement à bénéficier de groupe de discussion fermés, mais l’on peut s’interroger sur l’efficacité de tels espaces sur la collaboration et l’innovation.

8. Mettre en avant le talent et les connaissances des employées. On encouragera ainsi les groupes d’innovations en répondant à tous commentaires concernant des suggestions et améliorations.

9. Récompenser les membres les plus impliqués en utilisant des outils de « gamification/ludification » et en mettant ainsi en place un esprit sain de compétition. De plus, ce genre d’outil vous permettra de « thermomètre de l’atmosphère sociale » et de découvrir des leaders insoupçonnés.

10. S’amuser et s’approprier l’outil !

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Intrapreneurship : mythe ou opportunité ? (#intranet)

Intrapreneurship : mythe ou opportunité ? (#intranet) | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Il y a quelques jours Elsua annoncait sur son blog qu'en ce qui le concerne, il abandonnait l'usage de la terminologie "social business" pour préférer celle de "Social Enterprise" et de nous souhai...
Thomas PETIT's insight:

C’est dans les années 2000 que les entreprises ont commencé à mettre en place des intranets, dans le but de répondre à des besoins de diffuions de l’information en interne. Cependant, ceux-ci sont généralement comme de simples sites web1.0 peu ou pas participatif. L’intranet est donc longtemps resté un simple espace de publication pour des informations générales, une continuité du tableau d’affichage présent sur le lieu de travail.

 

En effet, on observe que, statistiquement parlant, 43% des collaborateurs utilisent l’intranet au moins une fois par semaine de le but d’y trouver des infos sur leurs collègues par le biais du trombinoscope, d’y lire les news concernant la compagnie, de consulter les procédures ou d’y trouver des formulaires interne à l’entreprise…

 

Heureusement, on voit peu à peu apparaitre des RSE qui viennent remmettre en question la communication interne et l’absence de possibilité d’engagement des collaborateurs de l’entreprise.

 

Mais il reste à faire en sorte que les collaborateurs utilisent ces nouveaux outils, car beaucoup d’utilisateurs restent simple spectateur. Il est alors difficile de faire vivre les espaces collaboratifs. Il convient alors de permettre à chacun de trouver sa place, comment il peut être utile et reconnu grâce à ces nouveaux outils.

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

[infographie]- Intranet social : un parcours d'obstacles ?

[infographie]- Intranet social : un parcours d'obstacles ? | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Prescient Digital Media vient de produire une infographie mettent en valeur quelques données de sa dernière étude (Février 2012). Quelques informations ont retenu notre attention : seulement 9% des...
Thomas PETIT's insight:

Intranet social : un intranet qui offre de multiples outils de médias sociaux pour la plupart ou tous les employés. Ces outils sont à utiliser comme moyen de collaboration pour le partage des connaissances avec les autres employés.

 

On constate que :

9% des organisations ont un véritable intranet social78% des organisations ont une stratégie de gouvernance et des règles qui s’appliquent aux contenus publiés et partagés61% des organisations utilisent au moins un « média social » dans l’intranet

 

10 étapes fondatrices d’un intranet social :

1.Besoins des métiers

2.Besoins des utilisateurs

3.Bonnes pratiques

4.Planification et déploiement

5.Stratégie de gouvernance

6.Architecture (information et IT)

7.Maquettes (wireframes)

8.Design

9.Mise en production

10.Accompagnement

more...
No comment yet.
Scooped by Thomas PETIT
Scoop.it!

Social business pour les .............. entreprises (restons concrets!)

Social business pour les .............. entreprises (restons concrets!) | Réseaux sociaux d'entreprise et d'université | Scoop.it
Au delà des publications et des discours, il y a une réalité du «social business» et bien qu’on en est encore au tout début, une enquête menée par le MIT et Deloitte (voir le détail dans le billet ...
Thomas PETIT's insight:

« Les entreprises estiment que l’apport le plus significatif du «social business» se fera dans la relation client, l’innovation et la «fidélisation des employés». »

 

 Pour 80% des entreprises, les moyens de types « social software » devraient avoir une importance toujours plus grande dans la relation client. Ces outils devraient donc permettre la mise en place d’une relation facilitée, à double sens et plus fluide avec le client, permettant l’obtention de résultats plus pertinents et une reconnaissance plus importante du client, et ceux par le biais d’un véritable dialogue continu, le but étant bien de maintenir la relation avec le client, mais également de faire évoluer celle-ci au mieux pour lui, comme pour l’entreprise.

 

Autre point avantageux du développement de ce dialogue avec le client est la facilitation de l’innovation que cela entraine. En effet, on voit l’utilisation du crowdsourcing (littéralement la « foule apport », idée qui vient de la foule) de plus en plus fréquente, celle-ci permettant d’obtenir des milliers d’idées à moindre coûts, l’idée étant de faire valider une idée par les consommateurs eux-mêmes ou d’aller récupérer chez eux une idée. Cependant, on constate de plus en plus de mécontentement de la part de la foule qui a l’impression de donner ses idées pour finalement rien (et donc l’impression de perdre du temps)  tant les récompenses offertes sont minimes.


Enfin, 65% des entreprises affirment l’importance du « social business » dans la « fidélisation » des employées. On constate en effet une évolution des outils de communication interne, de type intranet, et ceux dans le but d’y apporter des espaces « sociaux » permettant aux employées de l’entreprise d’être connus et reconnus au niveau de leur apport. En effet, ces réseaux sociaux d’entreprise permettent de valoriser et de rassurer les employées.

more...
No comment yet.