Réflexion Bâtiment Responsable 2020 2050
39 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Anne-Lise Deloron
Scoop.it!

Google se lance dans la maison connectée en achetant Nest pour 3,2 milliards de dollars - Energie - LeMoniteur.fr

Google se lance dans la maison connectée en achetant Nest pour 3,2 milliards de dollars - Energie - LeMoniteur.fr | Réflexion Bâtiment Responsable 2020 2050 | Scoop.it
Après les lunettes et les voitures sans chauffeur, le géant de l'internet Google se lance dans les équipements "intelligents" pour la maison, avec le rachat annoncé lundi de Nest Labs pour 3,2 millia...
more...
No comment yet.
Scooped by Anne-Lise Deloron
Scoop.it!

Crowdfunding : quand les citoyens financent leur ville (1/2) - Demain La Ville - Bouygues Immobilier

Crowdfunding : quand les citoyens financent leur ville (1/2) - Demain La Ville - Bouygues Immobilier | Réflexion Bâtiment Responsable 2020 2050 | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Anne-Lise Deloron
Scoop.it!

La ville durable - Ministère du Développement durable

La ville durable - Ministère du Développement durable | Réflexion Bâtiment Responsable 2020 2050 | Scoop.it

Le développement durable s’impose comme le nouvel idéal de sociétés avancées, soucieuses de corriger les déséquilibres socio-environnementaux accumulés tout au long de l’ère contemporaine et inquiètes de leur devenir. Jalonnée d’utopies, l’histoire urbaine absorbe naturellement cette nouvelle ambition. La cité du XXIème siècle se prête au jeu de la réinvention des formes urbaines, de l’habitat et de leur aménagement dans une perspective de développement durable.

En France, le débat sur la ville durable bénéficie d’un renouveau sans précédent. Profondément impactées par les lois Grenelle, les instruments d’urbanisme et de gestion de la ville évoluent et offrent aux aménageurs un cadre renouvelé d’invention et aux élus d’investissement ou de réorientation de leurs actions.

Facteur de complexité dans la réflexion, les échelles d’approche de la ville sont multiples. En première approximation, il convient d’approcher les enjeux de la durabilité urbaine à l’échelle macro de la ville-région et à l’échelle micro des quartiers.

Avec le primat donné à la lutte contre l’artificialisation des sols, à la limitation des émissions de gaz à effet de serre et, par voie de conséquence, à la réduction de l’usage de l’automobile et à l’essor des transports collectifs, le débat sur la ville durable tend à élargir l’espace pertinent de la planification urbaine bien au-delà de la frontière du bâti continu. La ville durable se doit de faire corps avec sa proche campagne pour former une région urbaine dont la planification d’ensemble serait le préalable d’une pensée globale d’aménagement. Au delà de la dimension spatiale, la ville durable doit également être appréhendée comme un système dont les différentes composantes interagissent entre elles. Ainsi, comme le souligne la Charte de Liepzig signée par les pays européens en 2007, il convient de dépasser les approches sectorielles (transport, urbanisme, énergie...) pour mettre l’accent sur les synergies et promouvoir un mode de gouvernance intégré.

Toujours porté par la nécessité de lutter contre le changement climatique, d’économiser l’énergie mais aussi les ressources naturelles tout en assurant un cadre de vie quotidien agréable pour nos concitoyens, le développement d’éco-quartiers apparaît également comme un enjeu majeur. Le travail à réaliser à l’échelle la plus fine de l’habitat, du pâté de maisons et du quartier génère une intense réflexion pour les ingénieurs et les urbanistes sachant que l’on se situe le plus souvent en France dans une perspective de renouvellement de quartiers existants plutôt que de nouveaux quartiers. La dimension sociale ne doit pas non plus être négligée, les éco-quartiers pouvant constituer un levier fort de requalification urbaine. Au coeur de l’action ministérielle, la promotion des éco-quartiers semble un fil rouge. Le savoir et le savoir-faire développés en la matière s’appuient encore largement sur les expériences conduites dans les pays scandinaves et anglo-saxons. Ils commencent de s’adapter en France et s’enrichissent des apports de la tradition française dans le champ architectural et urbanistique.

A travers l’approche de la ville durable susceptible d’être développée en France sous l’impulsion du Grenelle, et les opérations qui sont aujourd’hui menées au plan local à l’initiative de nombreuses villes, notre pays s’ouvre un champ d’excellence à exporter dans le monde entier. Partout en effet, en particulier dans les grands pays industriels émergents, le développement urbain maîtrisé apparaît comme une priorité.

more...
No comment yet.
Scooped by Anne-Lise Deloron
Scoop.it!

Le Bepos a un visage - Bâtiment - LeMoniteur.fr

Le Bepos a un visage - Bâtiment - LeMoniteur.fr | Réflexion Bâtiment Responsable 2020 2050 | Scoop.it
Le constructeur de maisons individuelles LaBocaine vient de livrer, à La Ferrière, en Vendée, le premier bâtiment labélisé Bâtiment à énergie positive, dit Bepos. Conçu par l'association Effine
more...
No comment yet.
Scooped by Anne-Lise Deloron
Scoop.it!

Le crowdfunding pour co-construire la ville ? - Publications - La Fabrique de la Cité

Le crowdfunding pour co-construire la ville ? - Publications - La Fabrique de la Cité | Réflexion Bâtiment Responsable 2020 2050 | Scoop.it
Anne-Lise Deloron's insight:
Le crowdfunding pour co-construire la ville ?La Fabrique de la cité
18/09/2013 - Quelles perspectives pour les espaces publics et la co-construction ?

Est ce que le crowdfunding est une des options de co-construction de la ville à l'heure d'un contexte financier difficile où les pouvoirs publics cherchent de nouvelles sources de financement ? A la demande de La Fabrique de la Cité, des étudiants du master Stratégies Territoriales et Urbaines de Sciences Po Paris ont mené une étude sur la co-construction en ville autour de 5 cas d’études concrets en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne (Budget participatif à Berlin Lichtenberg, le "Neighborhood Improvement District" du quartier de Steilshooop à Hambourg, la Rive droite numérique à Bordeaux, la plateforme britannique Spacehive et le partenariat du Centre des Monuments Nationaux avec My Major Company).

 

Faire participer de plus en plus les acteurs privés, entreprises aussi bien que citoyens, à la définition collective des projets, à leur mise en place et à leur financement, permet à la collectivité de produire ce qui est socialement désiré et de bénéficier de sources alternatives de financement. Renouvellement du rôle des acteurs privés et modernisation de l'action publique, voici, entre autre ce qui est ressorti comme enjeu majeur de l'étude de ces 5 cas concrets de finacement participatif :

◗ Le projet de Rive Droite Numérique à côté de Bordeaux a mobilisé les riverains sur la revitalisation du territoire par l’innovation et le numérique via la constitution d’ateliers afin de faire remonter besoins et idées sur le sujet.

◗ Le Neighboorhood Improvement District (NID) de Hambourg autorise les riverains d’un quartier à se consituer en comité afin de définir et de financer des projets d’amélioration du quartier via une taxe additionnelle indexée sur la taxe foncière. La réalisation des projets se fait moyennant une adhésion suffisante de l’ensemble des riverains.

◗ Les plateformes numériques comme MyMajorCompany ou Spacehive offrent des espaces de visibilité pour des projets urbains qui sont ensuite financés en partie par les dons des internautes. MyMajorCompany en partenariat avec le Centre des Monuments Nationaux, a par exemple, permis de financer une partie de réparations du Panthéon ou du Mont Saint-Michel. Spacehive a permis le financement partiel de 169 projets dont notamment le projet « Unlock London’s secret docks » de réaménagement de quais à Londres.

 

Néanmoins, quelles sont les limites identifiées à travers ces initiatives ? Des difficultés à mobiliser un ensemble d’acteurs divers et représentatifs et à faire émerger un intérêt collectif, se posent, notament, dans la mise en œuvre de la co-construction.
Si l’Allemagne et l’Angleterre sont assez avancées dans l’intégration au cœur du projet des acteurs privés par la facilité de créer des structures sociales et solidaires, la France reste encore ancrée dans un modèle de consultation et de débat. Néanmoins en uniformisant le statut de ces structures, en offrant la possibilité de réserver des marchés publics à ce type de structures, en renforçant les pôles territoriaux de coopération économique, le projet de loi sur l’économie sociale et solidaire en passe d’être présenté à l’Assemblée changera peut-être la donne.

 

Retrouvez le webdocu de La Fabrique de la Cité en partenariat avec les étudiants de Science-Po : "la co-construction de la ville"

TÉLÉCHARGER LE DOCUMENT PDF

Retour à la page précédente 
more...
No comment yet.