Musique : mixtapes, playlists, chroniques, live reports...
15 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Pop Cultures Cie from Pop, Cultures & Cie
Scoop.it!

L’homme qui marche – Étienne Daho (Best of).

L’homme qui marche – Étienne Daho (Best of). | Musique : mixtapes, playlists, chroniques, live reports... | Scoop.it
Pourquoi diable acheter L’homme qui marche, nouveau best of d’Étienne Daho ?
Appeler à la barre deux inédits sur un tracklisting de 36 singles ne suffira probablement pas à convaincre un tribunal un tant soit peu rigoureux.

Via Matthieu Dufour
more...
No comment yet.
Rescooped by Pop Cultures Cie from Pop, Cultures & Cie
Scoop.it!

Chronique – Crab – RRR.

Chronique – Crab – RRR. | Musique : mixtapes, playlists, chroniques, live reports... | Scoop.it
Je pensais sincèrement avoir fait le plus difficile en réussissant à achever une chronique sur Arlt. C’était un peu mon Mont Ventoux à moi. Seul dans ce paysage lunaire, à bout de souffle j’avais réussi à franchir la ligne d’arrivée.

Via Matthieu Dufour
more...
No comment yet.
Scooped by Pop Cultures Cie
Scoop.it!

La Rive.

La Rive. | Musique : mixtapes, playlists, chroniques, live reports... | Scoop.it
"Quelque part ailleurs, dans un monde aux frontières hachurées, un bout de monde, une fin de terre, quelque part vers Orsenna ou Maldoror peut-être, aux confins d’un nouveau Farghestan, ou ici, ou ...
Pop Cultures Cie's insight:

"Quelque part ailleurs, dans un monde aux frontières hachurées, un bout de monde, une fin de terre, quelque part vers Orsenna ou Maldoror peut-être, aux confins d’un nouveau Farghestan, ou ici, ou pas très loin, là de l’autre côté du périphérique ou à l’orée de cette forêt touffue, ailleurs, il y a une ancienne métropole oubliée, une ville fantôme, une cité hantée. C’est ce moment juste avant l’aube, quand tout est plus sombre encore. Ce moment où la pièce tourne encore sur elle-même dans cet air sombre et humide. Là-bas, à ce moment précis, il y a cette ville, aux contours incertains, mal définis, aux rues mal dessinées, traits de craie, déchirures cimentées, ravines déformées, elle est envahie de brume cette ville, ou de pollution, on ne sait plus très bien, c’est l’hiver, ou pas d’ailleurs, on ne sait plus. Là-bas, dans cette ville aux contours incertains, à cet instant précis, sombre et indécis, il y a un homme, moi je suppose, cet homme déambule, à la recherche de son amour échappé, d’un abri de fortune, des chimères égarées ou d’un trésor caché, d’un passage, d’une trouée, d’un balcon en forêt, d’une foi nouvelle ou d’un brin de poésie."


© Matthieu Dufour

more...
No comment yet.
Scooped by Pop Cultures Cie
Scoop.it!

Les chats sauvages.

Les chats sauvages. | Musique : mixtapes, playlists, chroniques, live reports... | Scoop.it
Achevant d’alléger le grenier de la maison familiale de ses vieilleries entassées avant sa vente il y a quelques semaines de cela, je suis tombé sur un dernier carton de vinyles oubliés. A l’intéri...
Pop Cultures Cie's insight:

"Chronique d’une insurrection annoncée.

Forgée dans les hauts fourneaux en ébullition des nuits berlinoises souterraines, des usines désaffectées de Détroit ou des squats punkérisés de Camden, la musique des Angry Cats ressemble assez peu à la production actuelle. Euphémisme. Alors que le folk teinte la pop et le rock d’une douceur et d’une langueur hivernale, que les nappes électro emballent de coton des productions léchées ou que la chanson française poétise et se pare d’acoustique, les Angry Cats déroulent une partition brute de fonderie mais pas pour autant négligée ou approximative. La technique est parfaitement maitrisée, fruit de nombreuses années communes de scène et de backgrounds individuels qui puisent dans des creusets aussi différents que la musique industrielle, le tambour, la chanson ou le blues. Si je devais chercher des sensations comparables, c’est dans des registres totalement différents que j’irais chercher. Par exemple chez les morceaux de bravoure musclés de Blackstrobe ou les lives bastonneurs d’un Gesaffelstein ou d’un Vitalic et leur façon ferme de malmener la matière première pour provoquer des coups de chaud puissants."

 

© Matthieu Dufour

more...
No comment yet.
Scooped by Pop Cultures Cie
Scoop.it!

L'étoile du Bergère.

L'étoile du Bergère. | Musique : mixtapes, playlists, chroniques, live reports... | Scoop.it
  A quoi ça rime tout ça. « Le poète est celui qui inspire bien plus que celui qui est inspiré » Si Éluard dit vrai, alors Jean-Louis Bergère est bien de cette race. Celle des veilleurs, des artisa...
Pop Cultures Cie's insight:

"Nous tiendrons les distances, mon amour, je te le promets, et s’il le faut, éreintés, à bout de souffle nous poserons notre sac là, quelque part en bas, quelques temps si tu veux, celui de bâtir une maison, de reposer le troupeau et le soir à la veillée, convier griots et sorciers pour raconter les ancêtres, les voyages et les dieux avant de remonter en selle pour affronter la fin du parcours, allégés, sereins, confiants.


Dans le couloir terminer ce voyage en mystères inconnus, escale sombre et voilée, appeler les phares du large au secours, s’aimer sans fard, tous les soirs, au soleil en retard. Essayer de ne plus avoir peur du noir. Pour le prochain voyage.

 

Revenir pour mieux repartir. Ou le contraire, je ne sais plus bien.

Demain, de nuits, de jours, combien ? Je ne sais toujours pas.

Le voyage n’est pas terminé. Il vient à peine de commencer.

 

Au fond de moi, je sais bien que jamais la poésie habitée de Jean-Louis Bergère ne me laissera sur ma fin. Ses textes sensibles, exigeants et limpides à la fois, ses mélodies au cordeau lui confèrent déjà une place à part. Quelque part ailleurs.

 

Et finalement ailleurs c’est peut-être bien ici et maintenant.

 

Nulle part ailleurs.

 

Nulle part après."

 

© Matthieu Dufour

more...
No comment yet.
Scooped by Pop Cultures Cie
Scoop.it!

Le cinquième élément.

Le cinquième élément. | Musique : mixtapes, playlists, chroniques, live reports... | Scoop.it
  Take your time... me dit-elle. Je n’avais de toute façon pas l’intention de me presser en cette fin de semaine chaude et caressante. Aussi, quand la voix stellaire de Nathalie Réaux a fait i...
Pop Cultures Cie's insight:

"Pagan Poetry ou la découverte de l’un des plus grands mensonges de tous les temps : il n’y a pas quatre éléments mais cinq.

 

La terre, ronde et chaude, la terre qui nourrit, protège, accueille, notre base secrète, notre lien avec le monde des esprits, refuge immortel, solide et fidèle. Inébranlable.

 

L’air qui nous élève, sans qui ce voyage immaculé serait improbable, l’air qui nous réchauffe quand l’hiver arrive, celui qui apaise nos brûlures quand nous nous rapprochons trop du soleil. L’air qui nous porte. L’air de rien.

 

L’eau qui réjouit, l’eau qui chante, musique mythologique et universelle, le fil qui nous relie aux siècles qui s’écoulent, au temps qui passe, l’eau qui polit les âmes les plus revêches, les pierres les plus tranchantes, l’eau qui engendre.

 

Le feu qui nous habite, puissant, indomptable, le feu qui purifie, les flammes que l’on déclare, les flammes de notre vie, les flammes fatales, le feu, son imagination, sa soif de vie et d’espace. Le feu sacré qui court dans nos veines.

 

Et la voix, présence mystique, mystérieuse et fragile, solide et capricieuse, la voix, singulière et magicienne, la voix qui inspire, la voix donnée, la voix montrée, la voix royale. D’eau et de feu mêlés, la voix relie la terre et l’air dans un même écho.

 

La voix, ce cinquième élément. Pierre angulaire d’une nouvelle cosmologie, l’élément sans lequel les autres ne sont rien que des substances sans âme, des matières sans esprit.

 

Celle de Nathalie Réaux en est la preuve vibrante.

 

Sa voix est la pierre philosophale qui change l’air en cristal."

 

© Matthieu Dufour

more...
No comment yet.
Rescooped by Pop Cultures Cie from Pop, Cultures & Cie
Scoop.it!

Chronique – LOU – Et après, on verra…

Chronique – LOU – Et après, on verra… | Musique : mixtapes, playlists, chroniques, live reports... | Scoop.it
C’est un bord de terre, quelque part à l’Ouest, un de ces angles élagués qui plongent sans prévenir, attirés par les profondeurs, lestés de tous les mots de la terre. Un de ces bouts de monde qui ne débordent pas de chaleur.

Via Matthieu Dufour
more...
No comment yet.
Rescooped by Pop Cultures Cie from Pop, Cultures & Cie
Scoop.it!

Chronique – Sheraf – The third coming.

Chronique – Sheraf – The third coming. | Musique : mixtapes, playlists, chroniques, live reports... | Scoop.it
On se penchera un jour sur la formidable créativité musicale nationale qui atteint peut-être ces derniers mois une forme d’apogée. Ça défouraille dans tous les coins, dans tous les genres.

Via Matthieu Dufour
more...
No comment yet.
Scooped by Pop Cultures Cie
Scoop.it!

Syndrome de Stockholm.

Syndrome de Stockholm. | Musique : mixtapes, playlists, chroniques, live reports... | Scoop.it
Le compteur a sauté. Les plombs ont pété. Subitement. Noir absolu dans cette pièce aveugle au sous-sol. Il fait sombre, noir foncé. L’épaisse porte métallique explose dans cette obscurité poisseuse...
Pop Cultures Cie's insight:

"Le compteur a sauté. Les plombs ont pété. Subitement. Noir absolu dans cette pièce aveugle au sous-sol. Il fait sombre, noir foncé. L’épaisse porte métallique explose dans cette obscurité poisseuse. Une vague de béton armé déboule et percute mon corps groggy, choqué. Les éclats de métal de cette porte foudroyée par l’impact filent dans l’air moite comme des fragments de grenades au hasard de l’assaut. Pénètrent ma peau tendue, la perce à jour. Déflagration, onde, effet de souffle. Choc thermique inversé. Ça pique, ça brûle, ça vrille, ça pince, ça strie, ça décape, ça glace. Une voix comme désincarnée. Une bande magnétique. Une goutte de sang, une goutte de sperme. S’échappent. Sur le mur des images en noir et blanc des ébats de Laura Gemser. Sexy Girl.


Coma éveillé. Pouls stabilisé, au ralenti. Coma hagard. Pouls stabilisé, proche du néant. "paranog3". Un corps meurtri allongé là sur le sol de cette pièce ravagée par la violence de l’attaque parmi les débris de métal et de béton. Le sang qui coule, bulles de mercure, sur le sol glacé d’effroi au contact de ce sang chaud. Des hommes sont là penchés sur ce corps inerte. Les yeux de ce corps sont grand ouverts. Ils regardent sans ciller les images en noir et blanc des ébats de Laura Gemser projetées au plafond de cette pièce plongée dans le noir. Souvenirs de Berlin. Varsovie. Des héros low profile. Des glaces pilées. Des faces pillées.


Électrochocs. Secousses violentes. Le corps se soulève comme un pantin désarticulé. Électrochocs. Ils tentent de réanimer ces membres encore tétanisés par le choc. La voix venue d’ailleurs balance ses incantations comme autant de poignards tranchant l’air vicié de cette pièce maintenant éclairée d’un néon hésitant et nu. Autant de vérités acérées. Les ébats de Laura Gemser se reflètent sur chaque mur. "libido". Le corps irradié remue sans logique et sans retenue tentant de mimer cette sexualité exhibée. Transe martiale. Danse glaciale. Addiction. Addition. Fête triste. Ceremony finale. Seppuku."


© Matthieu Dufour

more...
No comment yet.
Scooped by Pop Cultures Cie
Scoop.it!

Écœurché vif.

Écœurché vif. | Musique : mixtapes, playlists, chroniques, live reports... | Scoop.it
Vous faire partager une émotion matinale inattendue. À découvrir avant que le réchauffement climatique ne foute tout en l'air.     Sous la glace, des éclats de lumière tranchants comme de...
Pop Cultures Cie's insight:

"Sous la glace, des éclats de lumière tranchants comme des dagues. Sous la peau, des brûlures électriques et répétitives. Dans la nuit, les reflets des chairs frissonnantes. Dans la chambre froide, des cœurs gercés, des corps bouillants.

 

La méchante reine avait raison, les miroirs parlent.

 

Ils disent l’amour en voix off. Ils racontent le trouble, les ombres qui rodent, la vie intérieure remuante, sauvage, les corps tordus. Les lits énervés, les bras froissés, les jours à cran.

 

Musique hypnotique en nappes brumées et boucles cotonneuses, sous tension permanente. Textes magnifiques. Poésie funambule. Magie noire d’un improbable équilibre. Du vaudou sur la banquise. Un voyage en soi. Sur le fil du rasoir. Abyssale mise en abime de l’intime universel, de sa propre mémoire vive.

 

Pas toujours confortable mais diablement addictif. Chaud glacé.

 

Écœurché vif.

 

Chaos debout."

 

© Matthieu Dufour

more...
No comment yet.
Scooped by Pop Cultures Cie
Scoop.it!

Kermesses sans retour.

Kermesses sans retour. | Musique : mixtapes, playlists, chroniques, live reports... | Scoop.it
Opening Nights.Douceur de la soie, torsion d’un cœur dans les cordes, j’attends la voix caverneuse de Stuart Staples, puis celle de Neil Hannon quand résonnent quelques cloches au loin. Mais non, c...
Pop Cultures Cie's insight:

"Semons au vent, celui qui rend fou, jetons au ciel, celui qui apaise. En vrac, miettes de chansons d’amour, blessures sans détour et promesses des grands jours. Vénus a paradé : nos chants ne seront plus jamais trop courts. Kermesses sans retour pour les jours fastes, les soirées à l’envie et les nuits sur la route. Vénus a effacé l’ennui. Le chanteur qui devait mourir est passé plein d’allant, je me souviens, c’était hier, je n’ai pas tout compris mais tu as tout saisi, au vol : danses enivrantes, fêtes foraines déposées au creux de nos mains, au détour de nos cœurs chavirés, divinités exaltées, révélant notre insolence drôle et dense, cette joie que l’on ne doit qu’à l’enfance. De cette lumière perdue, émue, qui joue et perdure au fond de nous, de cette lumière élue et chantante, il en avait apporté des tonnes. Symphonies éclectiques et pépites encordées. Je sais maintenant. Que souvent, j’appellerai ses humeurs au chevet de la mienne, de la votre. Alors sans plus attendre récoltons à tue-tête, à tâtons ici-même, sur terre et maintenant dansons : poussières d’herbes folles, de promenades de haut-vol, parcelles de déserts rougis par ta joie et brisures de cirques ébahis par mon audace. Les champs sont enfin à jour, pleins de liesse à leur tour, les chants sont enfin de retour, célébrons l’ivresse des beaux jours venus."

 

© Matthieu Dufour

more...
No comment yet.