Pays Guadeloupe
66 views | +0 today
Follow
Pays Guadeloupe
De l'archipel guadeloupéen - politique, économie, culture, ....
Curated by Bitin
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bitin
Scoop.it!

4 août - Trois Rivières : Réunion épandage aérien @ Medialternative

4 août - Trois Rivières : Réunion épandage aérien @ Medialternative | Pays Guadeloupe | Scoop.it

APRES LA CATASTROPHE DE LA CHLORDECONE


ARRETONS L ‘EPANDAGE AERIEN DE PESTICIDES !


Nous, citoyens, associations, syndicats et organisations politiques, signataires de cet appel.

Dénonçons avec la plus vive fermeté l’autorisation accordée à nouveau par le Préfet à poursuivre l’épandage aérien de pesticides dans les plantations de bananes en Guadeloupe. La directive européenne et la loi Grenelle interdisent la pulvérisation de pesticides par voie aérienne. En accordant une dérogation, le Préfet n’a tenu aucun compte des avis défavorables émis par les associations de l’environnement, des scientifiques, le Parc National de la Guadeloupe, Le Conseil de la Culture de l’Environnement et de l’Education ainsi que celui de milliers de citoyens.

Condamnons cela d’autant plus fermement que les produits toxiques utilisés lors de l’épandage peuvent provoquer des affections pulmonaires graves, des cancers, des malformations congénitales, des problèmes de fertilité,…

 

L’épandage aérien de ces produits amplifie la gravité de leurs effets toxiques et ajoute à la pollution chimique extrême déjà enregistrée en Guadeloupe et en Martinique.

Après le scandale de la chlordécone, cette autorisation constitue-t-elle un droit à empoisonner de nouveau ?

 

Trop, c’est trop !

 

La culture de la banane assure de nombreux emplois directs ou indirects dans notre pays. Est-ce une raison de poursuivre l’usage de ces pesticides toxiques pour l’environnement et dangereux pour la santé de la population, à commencer par celle des employés des plantations et des riverains ?

 

Ne peut-on pas développer une agriculture diversifiée ?

 

Parce que toutes ces questions sont particulièrement graves, nous, divers acteurs de la société guadeloupéenne, quelles que soient nos origines, nos convictions idéologiques ou politiques, appelons à une unité la plus large et la plus décisive pour stopper cet épandage aérien.

Nous sommes tous responsables de la Guadeloupe, de son bon état, de son devenir et de l’avenir de nos enfants.

Tenez vous prêts aux différentes actions qui seront organisées.

 

Premiers Signataires (juillet2012) :

 

Les associations : l’Institut Rémi Nainsouta, Association Conseil Environnement Développement durable (ACED), Vernature, L’Association pour la Sauvegarde et la réhabilitation de la Faune des Antilles (L’ASFA), Guadeloupe Nature Environnement, Association des Mateurs Amicaux des Z’Oiseaux et de la Nature aux Antilles (AMAZONA), Alsophis, Nature Kulture 971, l’Institut Régional d’Elevage de Transformation et de Recherches Agricoles (IRETRA), SOS environnement, le Café-débat social club, Le Gaiac, SAVE, Le KARE, Groupement des Agriculteurs Eco Bio, Arts et Agriculture Biologique, IETE- le Panier Vert Local ,

 

Les organisations politiques : Caraïbe Ecologie Les Verts, Parti Communiste Guadeloupéen, Combat ouvrier, Comité d’Initiative pour une Politique Alternative (CIPA), Le Maire de Bouillante, Jean-Claude Malo.

 

Les syndicats : FSU

more...
No comment yet.
Scooped by Bitin
Scoop.it!

Guadeloupe : Dérogation de six mois pour l'épandage aérien

Guadeloupe : Dérogation de six mois pour l'épandage aérien | Pays Guadeloupe | Scoop.it
Une dérogation pour l'épandage aérien vient d'être accordée au Groupement des producteurs de bananes par le préfet pour une durée de 6 mois.

 

Le Groupement des producteurs de bananes avait déposé le 30 mars 2012 une demande de dérogation à l’interdiction de traitement aérien pour la lutte contre les cercosporioses de la banane pour une période d’un an.

Le préfet, qui "estime que le traitement aérien des bananeraies pour la lutte contre les cercosporioses ne peut pas être arrêté brutalement" leur aura accordé une dérogation de 6 mois. Ses propos, tout comme le semblant de consultation mis en scène avant d’accorder cette dérogation, laisse deviner que la décision de laisser continuer les épandages aériens en Guadeloupe était de toute façon prise de longue date.

Une "consultation du public" avait en effet été réalisée du 18 mai au 18 juin dernier dans les locaux de la sous-préfecture de Pointe-à-Pitre et de la préfecture de Basse-Terre.

Alertés par les associations, les Guadeloupéens ont largement fait savoir qu’ils n’entendaient pas sacrifier leurs sols et leurs santé aux seuls bénéfices du lobby des producteurs de bananes - déjà plus que largement aidés et subventionnés.

 

Des textes à lire ou relire sur le site de Medialternative Caraïbe:

 

• L’avis - défavorable - du Parc national de Guadeloupe sur l’épandage aérien ;

• Chronique d’un désastre sanitaire annoncé [1] ;

• Chronique d’un désastre sanitaire annoncé [2] ;

• Épandage aérien : Lettre ouverte aux ministres ;

• Création du Comité de défense des intérêts sanitaires et environnementaux de Guadeloupe (CODISEG)

 

Et le dossier Epandage aérien: http://www.medialternative.fr/fr/epandage-aerien.html

more...
No comment yet.
Scooped by Bitin
Scoop.it!

Pas d'emplois, pas d'immigrés ? - CARAIB CREOLE NEWS

CARAIB CREOLE NEWS

 

Pas d'emplois, pas d'immigrés ?

 

La Guadeloupe, et c'est la mécanique démographique qui l'affirme, sera un pays de vieux dans 25 ans.

more...
No comment yet.