Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org)
246 views | +0 today
Follow
 
Scooped by Mycoquébec
onto Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org)
Scoop.it!

Nouvelle identité pour la « Chanterelle commune » au Québec | Le blogue Mycoquébec

Nouvelle identité pour la « Chanterelle commune » au Québec | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it

C'est l'un des champignons sauvages les plus faciles à reconnaître et à trouver en abondance. C'est également l'un des meilleurs. La chanterelle n'a pas un goût de champignon classique. Elle a un goût qui lui est propre, un goût à inspirer les plus grands cuisiniers. Alors que pour l'amateur de saveurs, il n'existe qu'une seule chanterelle jaune, Mycoquébec en énumère 4 espèces : Cantharellus cibarius (Chanterelle commune), C. cibarius var. pallidifolius (Chanterelle à plis pâles), C. appalachiensis (Chanterelle des Appalaches) et C. minor (Chanterelle mineure) , la première étant et de loin la plus fréquemment trouvée, typiquement sous les conifères.

more...
No comment yet.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Les découvertes 2015 sur Mycoquébec.

Les découvertes 2015 sur Mycoquébec. | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it
Une nouvelle espèce par semaine! Grâce à une poignée de mycologues passionnés, l'index des champignons du Québec s'est enrichi de plus de 50 espèces en 2015.
more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Champignons de Noël | Le blogue Mycoquébec

Meilleurs voeux de Joyeuses Fêtes et de Bonne Année 2015
more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

À la recherche du dolipore | Le blogue Mycoquébec

À la recherche du dolipore | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it

    par Guy Fortin avec la collaboration de Johanne Paquin.   

Tous les Hyménomycètes sont composés d’hyphes. Les hyphes sont de longs tubes caractérisés, la plupart du temps, par la présence à intervalles variés de septum déterminant des sections plus ou moins longues appelées « articles ». Toutes les cellules qu’on observe au microscope, et ce, dans toutes les parties des champignons (basides, cystides, hyphes de toute nature) sont des modifications spécialisées des mêmes hyphes basales. Celles-ci portent le nom d’hyphes végétatives dans les mycéliums et d’hyphes génératrices dans les sporophores.

more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Ça se mange? | Le blogue Mycoquébec

Ça se mange? | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it
La témérité à identifier un champignon pour la bouffe

par Tim Jones

Traduction de Can I eat it? Can I eat it? Can I eat it? 1 adapté par Guy Fortin et Johanne Paquin avec l’aimable autorisation de Tim Jones

Récemment, sur un forum Facebook dédié à la mycologie, quelqu’un demandait, « Lorsque vous postez une photo de champignon, pourriez-vous s’il vous plait, dire si on peut le manger ou s’il est toxique? »

Sur Facebook et lors des excursions, c’est souvent la première, et parfois, la seule question que plusieurs posent.

Mais ce n’est pas aussi simple. La question suppose qu’on veut savoir si le spécimen de la photo est comestible ou toxique, et cela, sans incertitude. Et pourtant, en réalité, la plupart des champignons ne sont ni comestibles ni toxiques.

 

Suite...

 

more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Peziza varia, une pézize à l’allure variable, englobe maintenant Peziza micropus et Peziza repanda | Le blogue Mycoquébec

Peziza varia, une pézize à l’allure variable, englobe maintenant Peziza micropus et Peziza repanda | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it
Changement à l’index des champignons du Québec

par Herman Lambert

Les espèces du groupe Peziza varia sont difficiles à distinguer. Ainsi, au Québec, les différences entre les 3 espèces reconnues dans ce groupe, P. micropus, P. repanda et P. varia, étaient mineures.. D’ailleurs, en 2002, Hansen et al. avaient jugées cesPeziza identiques et avaient proposé de regrouper les 3, avec une quatrième, P. cerea, sous le nom de P. varia. Ce concept semble maintenant bien accepté (Beug et al. 2014). Mycoquébec élimine donc P. micropus et P. repanda de son index et regroupe les spécimens ainsi identifiés sous le nom dePeziza varia.

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Deux belles xérampélines orangées nommées à tort Russula barleae Quél. | Le blogue Mycoquébec

Deux belles xérampélines orangées nommées à tort Russula barleae Quél. | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it

par Yves Lamoureux.Adaptation et mise en page par Jacques Landry à partir d’un texte publié originalement dans les pages Flickr de l’auteur.

 

Au Québec, deux belles russules à chapeau orangé, brunissant au contact et à odeur de crustacés cuits, ont longtemps été nommées à tort “Russula barlae Quél.”.

 

...

 

Comme cela me prend trois ans pour publier une espèce à l’heure actuelle, et que Bart Buyck compte décrire ces deux russules éventuellement, je préfère vous les présenter ici :  Russula ameribarlae Y. Lamoureux nom. prov. / Russule fausse-barlae et Russula aurantiobarlae Y. Lamoureux nom. prov. / Russule mandarine

more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Schizophyllum commune : un champignon peu commun. | Le blogue Mycoquébec

Schizophyllum commune : un champignon peu commun. | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it

Un champignon à lames … fendues.

par Guy Fortin avec la collaboration de Johanne Paquin.

Ce texte est paru dans le Boletin de juillet 2014 Volume 61 No. 3 

Ce magnifique champignon (Fig. 1a, b, c) est très fréquent et a une distribution mondiale [4]. Son préfixe « schizo- » provient du grec ancien et signifie « fendu ». En effet, ses lames sont formées de deux parties distinctes. Elles ne sont donc pas de vraies lames comme on l’entend habituellement et on les appelle « pseudolames ».

Fig. 1a Schizophyllum commune juvénile
Photo : Gwenaël Cartier

 

Fig. 1b Schizophyllum commune mature
Photo : Fernand Therrien

 

more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Inocybe griseoscabrosa, une première au Québec | Le blogue Mycoquébec

Inocybe griseoscabrosa, une première au Québec | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it

par Renée Lebeuf

Inocybe griseoscabrosa est un Inocybe à l’aspect remarquable. Il s’agit d’une petite espèce dont le chapeau peut atteindre 1,2 cm selon Peck, le premier qui a décrit l’espèce.  Cependant, ceux de ma collection mesuraient 1,3 à 2,2 cm. Son chapeau est gris cendré, blanc à la marge, et fortement squarreux-fibrilleux. Son pied est gris cendré et densément fibrilleux à légèrement écailleux. Peck l’a décrit de Bethlehem, dans l’État de New York, en 1903, et disait alors l’avoir trouvé une seule fois. Dans la North American Flora, Kauffman le dit présent dans l’État de New York et en Oregon. Plus tard, en 1980, Grund et Stuntz ont signalé sa présence en Nouvelle-Écosse et disaient que c’était selon eux la première observation de l’espèce au Canada. J’ai trouvé une seule autre photo sur Internet, d’Italie, où la récolte a été identifiée par Ferrari. On y mentionne que l’espèce aurait aussi été trouvée en Suède. Il n’y a aucune observation ni photo de l’espèce sur le site Mushroom Observer. Il semble donc s’agir d’une espèce très rare. Il est donc d’autant plus étonnant qu’elle ait été trouvée à deux reprises au Québec, mais dans la même région (Chertsey et Notre-Dame-de-la-Merci), une fois en 2010 et l’autre en 2011. Les caractères microscopiques  correspondent à ceux illustrés par Grund et Stuntz, exception faite de la présence de cristaux à l’apex des cystides hyméniales dans la récolte de 2010. La récolte de 2011 n’a pas fait l’objet d’un examen microscopique. L’espèce pousserait sous conifères.


more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Le Gomphide boréal, pas exclusif à la Sibérie. | Le blogue Mycoquébec

Le Gomphide boréal, pas exclusif à la Sibérie. | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it
Gomphidius borealis fait son entrée dans l’index Mycoquébec des espèces.

par Jacques Landry et Roland Labbé.

Notre perception de l’espèce de gomphide retrouvée le plus fréquemment chez nous, Gomphidius glutinosus, est en train de changer. Ce sont les conséquences de la découverte d’un nouveau gomphide, Gomphidius borealis O.K. Mill., Aime & Peintner (Miller et al., 2002), qui se cachait à travers nos collections de Gomphidius glutinosus, ayant ainsi mystifié nos plus vigilants mycologues pendant des années.

Avec l’ajout de Gomphidius borealis, l’inventaire des Gomphidius au Québec passe de trois à quatre espèces.

Gomphidius borealis
Gomphidius glutinosus
Gomphidius maculatus
Gomphidius nigricans

D’abord décrit de la Sibérie il y a 20 ans et considéré tout ce temps comme une espèce unique à ce territoire, Gomphidius borealis vient d’être formellement identifié à Terre-Neuve, une découverte rapportée dans la revue Omphalina du mois de mars 2014 (Aime et Voitk, 2014; Voitk, 2014).

more...
No comment yet.
Rescooped by Mycoquébec from MycorWeb Plant-Microbe Interactions
Scoop.it!

A single macrolichen constitutes hundreds of unrecognized species

A single macrolichen constitutes hundreds of unrecognized species | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it

The number of Fungi is estimated at between 1.5 and 3 million. Lichenized species are thought to make up a comparatively small portion of this figure, with unrecognized species richness hidden among little-studied, tropical microlichens. Recent findings, however, suggest that some macrolichens contain a large number of unrecognized taxa, increasing known species richness by an order of magnitude or more. Here we report the existence of at least 126 species in what until recently was believed to be a single taxon: the basidiolichen fungus Dictyonema glabratum, also known as Cora pavonia. Notably, these species are not cryptic but morphologically distinct. A predictive model suggests an even larger number, with more than 400 species. These results call into question species concepts in presumably well-known macrolichens and demonstrate the need for accurately documenting such species richness, given the importance of these lichens in endangered ecosystems such as paramos and the alarming potential for species losses throughout the tropics.


Via Francis Martin
more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Formes des champignons agaricoïdes | Le blogue Mycoquébec

Formes des champignons agaricoïdes | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it
par Roland Labbé. La description des champignons requiert un vocabulaire qu'il est important de maîtriser. Voici le premier d'une série d'articles
more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Un nouveau lactaire au Québec : Lactarius imperceptus | Le blogue Mycoquébec

Un nouveau lactaire au Québec : Lactarius imperceptus | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it
par Renée Lebeuf. Lactarius imperceptus / Lactaire imperceptible : Un nouveau lactaire pour le Québec.

Nous trouvons cette espèce depuis de nombreuses années dans une chênaie de l’ouest de Montréal, mais ce n’est que cette année que j’ai réussi à lui mettre un nom après avoir assisté au foray de la NEMF, au Maine, en août dernier. L’espèce y était abondante. Ses principaux caractères sont sa couleur pâle, tirant parfois sur le rose, son lait d’abord amer puis devenant lentement âcre et sa pousse sous les chênes. Le lait est censé faire jaunir une feuille de papier blanc, mais nous n’avons pas fait le test. Le lait est blanc, mais ne jaunissait pas avec le temps. La sporée peut être blanche ou crème pâle. L’identification a été confirmée par Noah Siegel, qui connaît très bien l’espèce.

more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Classification des ascomycètes | Le blogue Mycoquébec

Classification des ascomycètes | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it
Trois sous-divisions, onze classes

par Jacques Landry 

Le répertoire de Mycoquébec contient à la fin de la saison 2014 quelque 2800 espèces du règne des champignons, se retrouvant principalement dans deux divisions (phylum), lesbasidiomycètes (Basidiomycota) qui produisent leurs spores à l’extrémité de cellules spécialisées appelées des basides, et les ascomycètes (Ascomycota)  qui les produisent dans des asques. On retrouve également 5 espèces de la division contestée des zygomycètes(Zygomycota) : Endogone pisiformis, Pilaira anomala, Pilobolus crystallinus, Spinellus fusiger,  Syzygites megalocarpus.


Dans la division des basidiomycètes, c’est presque exclusivement dans la sous-division des Agaricomycotina que l’on retrouve nos champignons avec plus de 2400 espèces inventoriées. La sous-division des Pucciniomycotina, principalement des croûtes et des rouilles, regroupe une quinzaine d’espèces dans les genresBasidiopycnides, Chrysomyxa, Cronartium, Endocronartium,  Eocronartium, Gymnosporangium, Phleogena, et Uromyces ari-triphylli. Finalement, seulement deux espèces représentent la sous-division des Ustilaginomycotina  : Ustilago maydis, Exobasidium vaccini. Nous traiterons plus à fond des basidiomycètes un peu plus tard au cours de l’hiver.

Les ascomycètes sont sous-représentés dans l’index de Mycoquébec. En réalité, cependant, ce sont eux, les ascomycètes, qui représentent la plus grande division du règne des champignons. Selon des estimations récentes, il y aurait plus de 40 000 espèces d’ascomycètes décrites à travers le monde, et l’on pourrait certainement en retrouver plusieurs milliers au Québec. Peu de doute que la liste de moins de 400 espèces compilée à ce jour par Mycoquébec est bien incomplète, même si l’on ne considère que ceux bien visibles à l’oeil nu.



more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Petit lexique des couleurs en latin à l’usage du mycologue amateur par Guy Fortin et Johanne Paquin, | Le blogue Mycoquébec

Petit lexique des couleurs en latin à l’usage du mycologue amateur par Guy Fortin et Johanne Paquin, | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it

Plusieurs champignons portent un nom dérivé du latin, parfois du grec, décrivant leur couleur. Connaître la signification de ces mots peut être utile lorsque vient le temps d’identifier un champignon. Ainsi, le préfixe ou suffixe aure signifie doré et on peut être presque certain que : Arachnopeziza aurelia, Ramaria aurea et Suillus subaureusseront de couleur jaune ou d’une couleur qui tire vers le jaune, ou qu’ils seront partiellement jaune.

more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Belle découverte à Métabetchouan : Leucopaxillus tricolor / Leucopaxille tricolore | Le blogue Mycoquébec

Belle découverte à Métabetchouan : Leucopaxillus tricolor / Leucopaxille tricolore | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it

Les participants à la réunion 2014 de la FQGM à Métabetchouan ont fait une belle découverte : Leucopaxillus tricolor / Leucopaxille tricolore. Cette espèce avait été vue par Pomerleau une fois en Nouvelle-Angleterre en 1965, mais n’avait jamais été rapportée au Québec (Pomerleau, 1980) :

more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Nouvelle identité pour la « Chanterelle commune » au Québec | Le blogue Mycoquébec

Nouvelle identité pour la « Chanterelle commune » au Québec | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it

C'est l'un des champignons sauvages les plus faciles à reconnaître et à trouver en abondance. C'est également l'un des meilleurs. La chanterelle n'a pas un goût de champignon classique. Elle a un goût qui lui est propre, un goût à inspirer les plus grands cuisiniers. Alors que pour l'amateur de saveurs, il n'existe qu'une seule chanterelle jaune, Mycoquébec en énumère 4 espèces : Cantharellus cibarius (Chanterelle commune), C. cibarius var. pallidifolius (Chanterelle à plis pâles), C. appalachiensis (Chanterelle des Appalaches) et C. minor (Chanterelle mineure) , la première étant et de loin la plus fréquemment trouvée, typiquement sous les conifères.

more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Panaeolus antillarum, une nouvelle espèce pour le Québec | Le blogue Mycoquébec

Panaeolus antillarum, une nouvelle espèce pour le Québec | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it

Par Renée Lebeuf

Le mois de juin est un mois où la diversité fongique est faible. Pour cette raison, il s’agit d’un temps idéal pour partir à la recherche de champignons fimicoles. Les centres équestres sont particulièrement favorables à cet égard. On y trouve toute une variété de champignons dans le fumier de cheval, en particulier du genre Panaeolus, qui peuvent présenter un intérêt pour les mycologues. Lors d’une excursion dans un tel centre, j’ai eu l’occasion d’observer de jeunes spécimens d’un champignon blanc au chapeau convexe et visqueux, au pied visqueux et dont les lames étaient larges, blanches à l’arête et portaient des spores noires formant des taches. Ces différents caractères m’ont amenée à soupçonner la présence d’un Panaeolus. En fouillant dans la littérature, j’ai constaté qu’il existait deux Panaeolus à chapeau blanc, mais un seul sans voile partiel : Panaeolus antillarum. L’examen microscopique m’a permis de confirmer qu’il s’agissait bien de cette espèce.

more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Un nouveau nom pour une étoile | Le blogue Mycoquébec

Un nouveau nom pour une étoile | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it
Un changement de nom en perspective!

Astraeus hygrometricus s.l.

par Jacques Landry et Roland Labbé

Geastrum et Astraeus sont deux genres de champignons qui se ressemblent beaucoup mais qui, pourtant, ne sont apparentés que de très loin. Les anglophones les nomment respectivement  « étoiles de terre » et « fausses étoiles de terre ».  Leur ressemblance est le résultat d’une évolution convergente plutôt que d’une parenté génétique. En effet, les Geastrum ou Géastres s’apparentent aux phallus et appartiennent à l’ordre des Géastrales, alors que les Astraeus ou Astrées s’apparentent aux vesses-de-loup et sont de l’ordre des Bolétales.

Plusieurs de ces champignons, mais surtout les Astrés, sont dits « hygroscopiques ». Ils s’ouvrent à l’humidité et et se referment lorsque le temps devient sec et chaud.

more...
No comment yet.
Scooped by Mycoquébec
Scoop.it!

Les basidiomycoses. | Le blogue Mycoquébec

Les basidiomycoses. | Le blogue Mycoquébec | Le blogue de Mycoquébec (blog.mycoquebec.org) | Scoop.it

Sommes-nous en danger lorsque nous sentons les champignons pour les identifier?

par Guy Fortin avec la collaboration de Johanne Paquin.

 

La plupart des mycologues amateurs savent que les champignons microscopiques peuvent causer des maladies. Les effets du Candida ou de l’Aspergillus sont bien connus. Les dermatomycoses, ces infections de la peau causées par des champignons, comme le très fréquent Pityriasis versicolor, sont aussi bien connues. Mais combien savent que même les champignons macroscopiques comme les basidiomycètes peuvent infecter les humains?

 

En général, les effets des champignons sur la santé sont rapportés dans des revues médicales et passent inaperçus des mycologues. Quelques articles récents décrivent des basidiomycoses, des infections fongiques chez l’humain causées par des champignons basidiomycètes. Ces infections sont principalement dues au Schizophyllum commune, mais aussi à certains Coprinellus. Ces champignons causent surtout des sinusites et des maladies broncho-pulmonaires, mais aussi des onychomycoses, des kératites, des abcès cérébraux. Un résumé de quelques-unes de ces études de cas est présenté et commenté.

more...
No comment yet.