mondialisation-suisse-europe
255 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Guillaume Ducret
Scoop.it!

De la cocaïne trouvée sur 90% des tables à langer publiques en Angleterre | Les moutons enragés

De la cocaïne trouvée sur 90% des tables à langer publiques en Angleterre | Les moutons enragés | mondialisation-suisse-europe | Scoop.it
Des traces de drogues dures ont été trouvées sur plus de neuf tables à changer sur dix examinées par des journalistes anglais dans le cadre d’un reportage.

On pourrait penser que la poudre blanche que l’on peut trouver sur des tables à langer publiques est du talc, mais détrompez vous… Dans un reportage nommé « Cocaine unwapped », une équipe de journalistes britanniques travaillant pour la station Real Radio a mené l’enquête. Ils ont examiné plus de cent tables à langer à travers toute l’Angleterre et le constat est accablant : sur plus de 92% d’entre elles, ils ont trouvé des traces de drogues ou de substances médicamenteuses.
more...
No comment yet.
Scooped by Guillaume Ducret
Scoop.it!

80 associations disent NON A LA GUERRE CONTRE LA SYRIE ET OUI A UNE VRAIE MEDIATION

80 associations disent NON A LA GUERRE CONTRE LA SYRIE ET OUI A UNE VRAIE MEDIATION | mondialisation-suisse-europe | Scoop.it
Association PeaceLink Casella postale 2009 74100 Taranto Italy www.peacelink.it
more...
No comment yet.
Scooped by Guillaume Ducret
Scoop.it!

Iran : un groupe russe décroche un contrat d’un milliard de dollars

Iran : un groupe russe décroche un contrat d’un milliard de dollars | mondialisation-suisse-europe | Scoop.it
Pétrole : un groupe russe décroche un contrat d’un milliard de dollars en IranLe groupe pétrolier russe  Tatneft  et la Compagnie nationale iranienne du pétrole (NIOC) ont signé dimanche un accord préliminaire d'extraction de pétrole lourd au...
more...
No comment yet.
Scooped by Guillaume Ducret
Scoop.it!

Guillaume Ducret Photographies

Guillaume Ducret Photographies | mondialisation-suisse-europe | Scoop.it
Site en construction...
Pas vraiment satisfait...
Vos avis m' intéresse!
more...
No comment yet.
Scooped by Guillaume Ducret
Scoop.it!

L’arme nucléaire est inutile et coûteuse

L’arme nucléaire est inutile et coûteuse | mondialisation-suisse-europe | Scoop.it

L’arme nucléaire est inutile et coûteuse », article du général Bernard Norlain dans le monde du 29 octobre. Un article d’un général sur le site du COT, c’est rare, mais un général qui demande l’abandon définitif de l’arme nucléaire montre que des choses bougent en ce domaine.

Les arguments repris par ce général, la dangerosité, le coût financier, l’inutilité, le risque de destruction de la planète, sa conclusion : « L’arme nucléaire n’est plus l’alpha et l’oméga de notre sécurité et notre assurance-vie peut devenir notre assurance-décès », autant d’analyses considérées il y a peu encore. comme celles de « pacifistes bêlants ». A lire absolument, même si l’on adhère pas à tout.

http://www.cot81.com/spip.php?article322

more...
No comment yet.
Scooped by Guillaume Ducret
Scoop.it!

Arctique, la découverte inquiétante de véritables fontaines de méthane d’1 km de diamètre

Arctique, la découverte inquiétante de véritables fontaines de méthane d’1 km de diamètre | mondialisation-suisse-europe | Scoop.it

Le réchauffement global est peut-être en train de s’emballer. Une expédition scientifique russe a observé plus de 100 fontaines de méthane d’une ampleur jamais vue émergeant de l’océan Arctique, au nord de la Russie, rapporte le journal britannique The Dailymail.

Il faut rappeler que le méthane est un gaz à effet de serre 20 fois plus puissant que le gaz carbonique.

Dans le passé, nous avions déjà observé des structures comme celles-ci, mais elles ne faisaient que quelques dizaines de mètres de diamètre, a affirmé le chef de l’expédition, Igor Semiletov. Cette fois, nous en avons trouvé des beaucoup plus impressionnantes, elles font plus de 1000 mètres de diamètre.

Sur une superficie relativement petite, nous en avons trouvé plus de 100, à l’échelle de la région il doit y en avoir des milliers. Ces fontaines se sont formées avec la fonte des fonds marins de l’Arctique qui s’accélère à cause du réchauffement climatique.

C’est le navire de recherche Russe « Académie Lavrentiev » qui en a fait la découverte. Il a mené ses recherches dans un périmètre d’environ 10.000 miles carrés au large de la côte Est de la Sibérie .

« C’est terrifiant » explique le Dr Igor Semiletov

Nous supposons que les quantités qui s’échappent actuellement de la région sont équivalentes à celles que la totalité des océans mondiaux libèrent normalement.

« D’énormes panaches de bulles de méthane remontent des fonds marins à la surface dans des zone de plus d’ 1 Km de diamètre, c’est maintenant par de véritables cratères que s’échappe le méthane dans l’atmosphère . »

« C’est la première fois que nous observons des fontaines de bulles aussi impressionnantes, elles font plus de 1000 mètres de diamètre et recrachent du méthane gazeux en continu, c’est incroyable et terrifiant »

Nous craignons que ces quantités de méthane libérées transforment radicalement les modèles actuels de nos estimations sur le réchauffement climatique

more...
No comment yet.
Scooped by Guillaume Ducret
Scoop.it!

Près de 1,6 million d'enfants sans-abri aux Etats-Unis - das Baham

Près de 1,6 million d'enfants sans-abri aux Etats-Unis - das Baham | mondialisation-suisse-europe | Scoop.it
Le nombre d'enfants considérés comme sans-abris aux Etats-Unis, qui vivaient dans un logement précaire (refuge, voiture, parc, bâtiment abandonné, etc), a augmenté de 38% en quatre ans, pour atteindre les 1,6 million en 2010. Une association
more...
No comment yet.
Scooped by Guillaume Ducret
Scoop.it!

Réalité du nombre de mort de soldat US | Les moutons enragés

Réalité du nombre de mort de soldat US | Les moutons enragés | mondialisation-suisse-europe | Scoop.it
Les Martyrs US du Pétrole
Leurs dépouilles sont déversées dans les immondices
Voici comment les US, pays du crime organisé, manipulent les chiffres de leurs pertes* en Iraq et comment ils traitent leurs morts pour la patrie !

73,846 Soldats US abattus par la Résistance Iraqienne*

Les nombres des soldats US abattus en Iraq excèdent ceux de la guerre du Vietnam

Les associations d’anciens combattants US affirment que 73,846 soldats ont été tués en Iraq depuis l’invasion de ce pays en 2003.
more...
No comment yet.
Scooped by Guillaume Ducret
Scoop.it!

Avis de tempête... bancaire

Avis de tempête... bancaire | mondialisation-suisse-europe | Scoop.it

Le 11 septembre financier se poursuit et tout se passe comme prévu pour les officines et les institutions financières du crime organisé américain en charge de créer la "bonne crise majeure". Plusieurs prédictions météorologiques financières nous annoncent que le pire est à venir. Nous pourrions vivre un Noël bien différent l'an prochain...


Quand vous placez 10'000 € sur une action qui baisse de 3%, vous perdez 300 €,
quand cette banque place 10'000 € (l'argent de ses clients) sur cette même action,
elle perd 66 x 300 = 19'800 €
À lire sur http://gold-up.blogspot.com/2011/12/avis-de-tempete-bancaire.html
more...
No comment yet.
Scooped by Guillaume Ducret
Scoop.it!

Indonésie : La résistance des petits planteurs

Indonésie : La résistance des petits planteurs | mondialisation-suisse-europe | Scoop.it

La relation de Darmin, 52 ans, avec les semences de riz qu’il a créées est comme celle d’un père avec ses enfants. Dans le canton d’Indramayu, à Java-Ouest, des dizaines d’autres paysans connaissent les mêmes joies et les mêmes peines avec leur “progéniture”. La “Jeune Indramayu” et le “Jeune Idaman” : tels sont les noms que Darmin a donnés à ses “enfants”. Mais hélas ces deux variétés qu’il a inventées ont été interdites par le pouvoir tout-puissant, là-bas, loin de chez lui. Les lois de son pays majoritairement agricole obligent les paysans à utiliser des semences “supérieures” qui doivent passer des tests pour obtenir un certificat coûtant plusieurs milliers d’euros. Un luxe que seuls les gros producteurs de semences peuvent se payer, tandis que les petits agriculteurs comme Darmin et ses compagnons sont voués à n’être que les “clients” de ces semences.

article complet

 http://actualutte.info/2011/12/04/indonesie-la-resistance-des-petits-planteurs/

   
more...
No comment yet.
Scooped by Guillaume Ducret
Scoop.it!

Une nouvelle guerre au Proche-Orient?

Un génocide pour compenser des dettes souveraines?

par H.W. Gabriel, ingénieur

hd. Le texte ci-dessous examine à la loupe avec objectivité et précision la situation actuelle et ses dangers. Il est inadmissible que tous les pays européens associent l’OTAN à la guerre contre l’Iran en préparation aux Etats-Unis et en Israël. Les pays démocratiques, avec leurs pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire ont le droit de prendre eux-mêmes leurs décisions existentielles. La politique d’alliance d’avant la Première Guerre mondiale a entraîné un pays après l’autre dans la catastrophe: répéter cela serait criminel. Les Etats-Unis ont suffisamment à faire chez eux. C’est là qu’ils doivent prouver qu’ils sont capables de démocratie et qu’ils peuvent apporter leur contribution à la construction de l’avenir.

Le contexte

Ce n’est un secret pour personne que les guerres de Corée, du Vietnam, d’Irak, du Liban, d’Afghanistan et de Libye ont été financées à crédit. Au moyen âge déjà les Fugger prêtaient de l’argent à l’Empereur pour financer ses guerres.

La crise des dettes et des monnaies dans les zones dollar et euro

Aujourd’hui, faute de victoires rentables et en raison de la récession, il est impossible de rembourser les dettes et d’en payer les intérêts.
Pour différer l’effondrement des «monnaies de guerre» – un peu après 2013 – on commence par traire la vache à lait qu’est la zone euro (puis ce sera le tour de la Suisse). Cette zone euro est considérée comme une vassale contrainte de payer un tribut. Comme cette mesure, en cas d’effondrement de l’euro, ne permettra pas de mettre la main sur l’économie européenne, les dettes de guerre subsisteront.
L’abandon de l’euro contraindra l’Europe à adopter la monnaie des Etats-Unis et à participer à leur jeux guerriers avec une OTAN soumise au dollar dans laquelle les Européens seraient réduits au rôle de chair à canon incapable de se défendre. Le recours à l’OTAN sur ordre des possesseurs des banques centrales est un cauchemar.
On n’a pas encore expliqué aux populations avec quelle dureté et quelle énergie criminelle on mène la guerre des monnaies (euro contre dollar et livre anglaise). Elles seraient étonnées de voir comment les alliés et les amis se comportent entre eux.

Montée en puissance politique et économique des pays BRICS

L’association encore assez lâche des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) devrait évoluer vers une union monétaire indépendante du dollar. Les Etats endettés vont prendre toutes sortes de mesures pour éviter au dollar de perdre son statut de monnaie de réserve. La première sera sans doute de chercher à couper la Chine et l’Inde de leurs fournisseurs de matières premières, notamment l’Iran.

Affaiblissement de la puissance occidentale en raison de la prolifération nucléaire

Pourquoi le nombre des pays disposant de l’arme nucléaire a-t-il augmenté? D’après le Traité de non-prolifération nucléaire, seuls 5 pays ont le droit de posséder l’arme nucléaire: les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne et la France. Or Israël, l’Afrique du Sud, l’Inde, le Pakistan et la Corée du Nord la possèdent également.
En outre, quelque 15 autres pays seraient capables de fabriquer rapidement des armes nucléaires. Il s’agirait d’une solution politique valable et difficilement attaquable (one week to the bomb).
Comment en est-on arrivé à cette dégradation de la situation? Voici quelques explications:
a) Le volume des matériaux nécessaires à la production des armes nucléaires s’est réduit et leur contrôle est devenu plus difficile.
b) L’AIEA ne contrôle strictement que les Etats qui ne sont pas protégés par l’Occident. Il a délibérément fermé les yeux en ce qui concerne Israël et l’Afrique du Sud.
c) Le Traité de non-prolifération nucléaire n’a pas été respecté par les puissances nucléaires. Elles n’ont pas désarmé et vont même jusqu’à menacer les Etats non nucléaires d’utiliser des armes nucléaires à leur encontre.
– Le croisé Bush a même réussi l’exploit, en 2002, de menacer ses «Etats voyous», notamment la Corée du Nord, la Syrie, le Liban et l’Iran, de les attaquer avec des armes nucléaires miniaturisées et il a justifié la guerre contre l’Irak à l’aide du mensonge concernant l’existence «prouvée» d’armes de destruction massive.
– Le même Bush a menacé la Suisse de lui envoyer un missile de croisière si elle ne se comportait pas comme il l’entendait.
– En 2002, des politiques israéliens ont déclaré en toute amitié que si l’on ne soutenait pas Israël, celui-ci pourrait envoyer des missiles également sur des villes européennes.
– En 2006, l’Etat hébreu a attaqué le Liban sous prétexte de libérer un unique soldat prisonnier. Il est absolument certain que lors des bombardements massifs on a utilisé des mini-bombes nucléaires anti-bunkers (preuves: les dimensions, les lignes spectrales et du béryllium 7). Cette attaque, prévue depuis longtemps, était destinée à tester l’efficacité de ces armes et la capacité de résistance des chiites. Mais la guerre n’était pas uniquement dirigée contre la population chiite, mais contre la population tout entière, également contre les chrétiens.
Parmi les 1600 morts se trouvaient, semble-t-il, plus de 20 citoyens allemands.
Israël a perdu la face devant une milice qui défendait son pays avec motivation.
– Comme on a pu le lire dans la presse, il est prévu de livrer aux Etats sunnites du Golfe un grand nombre de mini-bombes anti-bunker. Honni soit qui mal y pense.
Dans une telle situation, il n’est pas étonnant que les Etats menacés cherchent à rétablir l’équilibre en matière d’armement.
La prolifération nucléaire résulte du fait que des politiques imbéciles et mégalomaniaques menacent d’utiliser l’arme nucléaire. Dans l’intérêt de la communauté internationale, on devrait les priver de ces armes de destruction massive. En particulier depuis qu’ils ont exprimé leurs fantasmes contraires au droit international et à l’éthique en disant: «Si quelqu’un a l’intention de te tuer, tue-le le premier.»

Montée en puissance

des forces religieuses fondamentalistes
Les musulmans d’Allemagne sont persuadés que l’islam finira par être victorieux en Europe parce que les chrétiens ne sont plus pratiquants et se contentent du baptême religieux. La «radicalisation» des religions se manifeste de la manière suivante:
– Les groupes sunnites d’Arabie saoudite sont responsables de presque tous les attentats terroristes. Ils préparent l’anéantissement des chiites, c’est-à-dire de l’Iran. Al-Qaida s’est développé librement en Arabie saoudite, pays particulièrement protégé par les Etats-Unis.
– Aux Etats-Unis, le développement des religions et des sectes a créé d’énormes centres de pouvoir clandestins. Or on n’a guère parlé jusqu’ici de leur influence.
– Les juifs orthodoxes ont assassiné leur propre président Rabin en 1995, les musulmans orthodoxes leur président Sadate et les musulmans pakistanais leur candidate à la présidence Bhutto.
– La fondation de l’«Etat théocratique chiite d’Iran» en 1979 a renforcé la confiance en eux de tous les groupes islamistes, réduit l’influence économique et renforcé les mouvements de libération de tout le Proche-Orient.
En 1980, l’Occident chrétien a poussé son allié sunnite Saddam Hussein à attaquer l’Iran pour le faire exécuter par la suite après son échec.
– La politique israélienne est essentiellement déterminée par de petits partis orthodoxes qui souhaitent également établir une théocratie et un Grand-Israël.
– Les groupes dont on bénit les armes, qui considèrent qu’ils appartiennent à un peuple élu, à une race de seigneurs, qui se croient des guerriers de Dieu, sont toujours enclins à mépriser les intérêts d’autrui, à pratiquer la violence, notamment les attentats-suicides.

Manipulation des mouvements de libération musulmans pour préparer des guerres économiques et religieuses

En particulier dans le monde arabe, les mouvements de libération se développent contre les despotes et les influences postcoloniales.
Comme dans l’islam le Coran sert de ligne de conduite de vie, une démocratie indépendante de la religion a peu de chance de se développer.
Le slogan «Nous vous apportons la démocratie» n’est qu’une justification des guerres économiques et de la déstabilisation intérieure. En voici quelques exemples:
a) Après les élections présidentielles iraniennes de 2009, la presse mondiale a prétendu qu’il y avait eu des «fraudes électorales», que ce n’était pas Ahmadinejad qui était vainqueur mais son adversaire Mousavi. Le porte-parole pour l’étranger de Mousavi, le dénommé Mohsem Makhmalbat en aurait fourni les preuves. Or Mousavi a dû reconnaître qu’il n’avait pas de porte-parole. La presse n’a pas cessé de participer à la déstabilisation: elle continue de nourrir des clichés négatifs alors qu’elle ignore l’origine des personnes et des influences.
b) En 2005, la Syrie a été accusée d’avoir assassiné Hariri. C’est ce qu’affirmait un procureur allemand sur la base d’informations des Services secrets. Or deux ans après, il s’avéra que ses sources étaient des faux. L’assassinat de Hariri est le résultat d’une attaque aérienne, comme bien d’autres assassinats. Actuellement, déstabilise-t-on la Syrie pour éliminer un allié de l’Iran?
c) Au Koweït, les députés au Parlement ont reçu 350 millions de dollars de pots-de-vin. Un mouvement de protestation occupe le Parlement. L’Emir et le Premier ministre criminalisent l’opposition et protègent les parlementaires corrompus.

Options de l’Occident pour conserver son pouvoir économique et militaire

La meilleure option de l’Occident serait une politique fondée sur le christianisme et la Révolution française. Or, étant donné les structures de pouvoir actuelles, elle a peu de chance de se réaliser. Avec la mentalité intacte de cow-boy, c’est l’option militaire qui domine.
Malheureusement, il faut partir de l’hypothèse qu’une attaque ponctuelle des installations nucléaires iraniennes va entraîner une guerre s’étendant à tout le Proche-Orient et dégénérant en guerre mondiale. On ne peut mettre un coup d’arrêt à cette évolution que si l’on parvient à exposer les vrais motifs d’une guerre: il n’y a pas de menace existentielle réelle; la guerre ne sert qu’à permettre à des oligarchies et à leur système financier de se maintenir.
Si tant est que l’on a imposé à nos démocraties un système financier oligarchique reposant sur le fonctionnement de la planche à billet, l’escroquerie, les intérêts usuraires et le financement caché des guerres, on peut l’éliminer pour des raisons aussi bien juridiques qu’éthiques. Cette option est plus humaine qu’une guerre mondiale ayant recours à des armes classiques, biologiques et nucléaires.

Aspects d’une guerre contre l’Iran.

Pour justifier une attaque contre l’Iran, on invoque le rapport de l’AIEA (dirigé par le Japonais Amano) qui contient des allusions à d’anciens programmes d’armes nucléaires de l’Iran. Ici aussi des informations non vérifiables des Services secrets jouent un rôle essentiel.
Ce sont précisément d’anciens utilisateurs des installations pétrolières de l’Iran (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Pays-Bas) qui menacent l’Iran de guerre.
Quatre puissances nucléaires (si l’on compte Israël qui a développé l’arme nucléaire en secret) menacent un pays libre supposé posséder l’arme nucléaire.
Ces quatre pays membres de l’OTAN pourraient entraîner dans l’abîme toute l’Alliance atlantique en invoquant la clause de défense mutuelle.
Considérons objectivement les chances de réussite d’une attaque:

Adversaires en présence

Sont favorables à l’attaque:
officiellement: Les Etats-Unis,
la Grande-Bretagne, Israël, les Pays-Bas
officieusement: L’Arabie saoudite, les Emirats

Sont opposés:

Officiellement: l’Iran, la Syrie,
le Liban-Hezbollah, l’Irak
Officieusement: Gaza, l’Egypte, la Chine, la Russie

Ouverture des hostilités

Ce sont des réflexions tactiques et d’éventuelles feintes qui détermineront qui ouvre les hostilités. On peut supposer qu’on aura affaire à une guerre de missiles entre Israël/Etats-Unis et l’Iran.

Israël:

Superficie: 20 000 km2
Population: 4,4 millions, dont 82% de juifs
210 habitants/km2

Iran:

Superficie: 1 648 000 km2 (80 fois plus qu’Israël!)
Population: 56 millions (14 fois plus
qu’Israël!)
33 habitants/km2

Distances/Délais de préalerte pour les missiles

Israël-Iran ou Iran-Israël (1300 km): 0,5–2 heures
Sous-marin israélien ayant pénétré dans
le golfe Persique: 10 minutes
Syrie/Liban-Israël (10–200 km): 5–20 minutes

Installations nucléaires connues

Iran: 8
Israël: 16 (une liste a été publiée qui indique les sites avec précision)

Les armes et leurs effets

(hypothèses reposant sur des éléments réels)
Dans un premier temps, il ne faut pas s’attendre à une guerre au sol.
On suppose que les deux adversaires utiliseront des armes nucléaires tactiques.
Ils disposent tous les deux de systèmes porteurs.
Les systèmes porteurs israéliens ont une électronique d’excellente qualité, mais ne pourraient pas toujours résister aux impulsions électromagnétiques (IEM).
On peut considérer les systèmes anti-missiles comme en grande partie inutiles.
Depuis les années 1960, Israël possède des armes nucléaires stratégiques et tactiques. Les chiffres avancés oscillent entre 200 et 500. En outre, il possède une grande quantité de mini-bombes nucléaires anti-bunkers.
Les systèmes porteurs (missiles) iraniens devraient pour la plupart fonctionner sans commande vulnérable aux IEM: ils sont moins vulnérables mais moins précis.
Selon toute vraisemblance, l’Iran ne possédait pas d’armes nucléaires avant 2002. Mais un Etat menacé de 56 millions d’habitants et possédant 22 universités est en mesure de fabriquer des bombes nucléaires dans un délai de 3 à 6 ans. Il n’a pas besoin pour cela (comme on nous le fait croire) d’usines d’enrichissement d’uranium de grande taille.
Pour affirmer cela, nous nous fondons notamment sur ce qui s’est passé au Pakistan, en Irak et dans une douzaine de pays nucléaires émergents.
Ceux qui ne veulent pas reconnaître ces faits cherchent à faire croire à l’opinion que nous vivons dans un monde où tout va bien et à lui cacher l’échec des instances de contrôle.
Les études préparatoires concernant l’Irak (dans la mesure où les données et les documents à ce sujet ont continué à être remis après 2002) permettent d’estimer quelles armes nucléaires ont été utilisées et combien peuvent être assemblées dans un bref délai. Leur nombre dépend des besoins de la défense et leurs spécifications de la technologie utilisée (très probablement la fusion par confinement inertiel /FCI).
Les armes nucléaires tactiques ont une puissance explosive de moins de 5000 tonnes de TNT (1/3 de la bombe d’Hiroshima) mais, selon une définition incompréhensible de l’ONU et de l’AIEA, ne sont pas considérées comme des armes de destruction massive.
Les mini-bombes nucléaires d’environ 0,1 t de TNT – qui, en ce qui concerne leurs effets, ne peuvent guère être considérées comme des armes nucléaires – suffisent pour faire sauter des bunkers.
Même le Pakistan, comme beaucoup d’autres Etats, a été capable de fabriquer des mini-bombes nucléaires grâce à la technologie de la FCI.
Si l’on utilise, pour attaquer un centre nucléaire, outre un grand nombre de mini-bombes anti-bunkers, une bombe tactique de 4 kt de TNT, mise à feu à une altitude de 500 m, on détruit chaque fois toute vie humaine ainsi que les communications sur une superficie de 50 à 100 km2.
Pour l’Iran, cela représente jusqu’à 26 000 morts et personnes vouées à la mort et pour Israël 330 000.
Si l’on prend pour base non pas la densité moyenne de population mais celle des centres urbains, le nombre des victimes – pour la plupart civiles – tuées augmente d’un facteur 1,5 à 3.
Une extension de la guerre aurait pour but d’anéantir les populations chiites d’Iran et d’Irak. Alors des millions de musulmans s’attaqueraient aux «chrétiens» du Proche-Orient et d’ailleurs.
On devrait moins songer à une extension de la guerre qu’aux moyens d’éviter la guerre.

Remontons le cours de l’histoire

En 538 av. J.-C., le roi de Perse Cyrus II permit aux juifs de rentrer chez eux après leur captivité à Babylone et de reconstruire le Temple de Jérusalem. Il reconnut la Thora comme loi d’Etat.
En 70 apr. J.-C., des juifs rebelles se réfugièrent, au mépris de la règle religieuse, dans le Temple qui fut incendié (contre la volonté du général romain Titus). La phrase suivante de ce dernier nous est parvenue: «Les juifs ne savent pas quand ils ont perdu une guerre.»
En 73, les derniers rebelles commencèrent à se suicider à Massada après avoir tué leurs femmes et leurs enfants. Le serment «Plus jamais Massada ne tombera!» peut être interprété de diverses manières.

Devoirs des Européens

La situation économique et sécuritaire exige des décideurs politiques européens un changement de cap afin de satisfaire aux intérêts de leurs populations.
Une première mesure devrait être d’unir les forces européennes comme cela s’est produit de manière exemplaire au Grütli.
Il faudrait examiner objectivement les problèmes posés par les anciennes alliances et amitiés et décider de nouvelles alliances.
300 millions d’Européens ne doivent pas se laisser asservir par des potentats étrangers. Ils doivent renforcer considérablement leur capacité de défense. •

more...
No comment yet.
Scooped by Guillaume Ducret
Scoop.it!

Suisse - Le chef de l’armée explique les problèmes en suspens

Le chef de l’armée André Blattmann (55) commence le dialogue en mentionnant le rôle de la population dans les questions militaires et de sécurité en suspens. A la différence de monsieur tout-le-monde, il sait expliquer de façon compréhensible pour chacun, la complexité des faits fondamentaux. La démocratie a besoin de ce dialogue – le citoyen a droit à la parole dans ces questions fondamentales. A l’évidence, la «qualité réduite» de nos informations télévisuelles ne permet pas cette réflexion commune.
Les domaines de la formation, de la santé, de la protection de la population, de l’économie réelle et des banques auraient aussi besoin de ce genre de voix explicatives et dignes de confiance.«Blick»: Monsieur le commandant de corps, dans les semaines à venir, le Conseil fédéral va décider quel avion de combat la Suisse doit acheter. Le choix comprend l’Euro­fighter, le Gripen et le Rafale. Quel est celui dont vous rêvez?

André Blattmann: Nous avons procédé à une évaluation importante. Les trois avions sont aptes. Chacun a des avantages et des désavantages. Mais tous les trois correspondent à nos besoins. Je n’ai pas d’avion préféré.
Mais il est connu que les militaires revendiquent l’Eurofighter. Il a été engagé le plus souvent, est le plus rapide et peut le mieux être équipé d’armes.
En Libye par exemple, tous les trois ont été engagés. Ils ont tous fait leurs preuves. Dans un combat aérien on a besoin de hautes qualités pour pouvoir gagner.

Les trois offreurs ont adapté leur offre. Selon le conseiller fédéral Ueli Maurer, le Gripen coûte trois, les deux autres environ quatre milliards de francs. Une grosse différence de prix. Qualitativement ils ne sont quand-même pas égaux, ou bien?

Le Gripen n’a qu’un réacteur. Cela a une incidence sur le prix. Mais c’est le produit dans son ensemble qui est décisif. Quand on achète une voiture, c’est la même chose: si vous achetez un modèle cher, il brûle peut-être moins de combustible. Un service gratuit est inclus. Et un service de dépannage aussi quand quelque chose est fichu. Il faut tenir compte de tout ça. En ce qui concerne les avions de combat, c’est l’offre d’entraînement des pilotes, c’est-à-dire la simulation, qui constitue une part importante.

Est-ce que tout est compris dans ces trois à quatre milliards? Même d’éventuelles adaptations techniques à d’autres troupes?

Il n’y aura pas de coûts supplémentaires pour la Suisse.

Si tous les appareils sont aptes, il est prévu de lier l’achat par la Suisse à des affaires en contrepartie. Cela plaiderait pour l’Euro­fighter. Le groupe EADS est en partie allemand et en partie italien – les deux pays sont nos partenaires commerciaux les plus importants.

Les trois offreurs doivent compenser le prix d’achat à 100%. Ce qui signifie que des entreprises suisses, avant tout des PME actives dans le domaine de la haute technologie, doivent être capables d’exporter des marchandises dans l’enveloppe financière du prix des avions de combat. Cela fait partie du marché. Ces conditions valent pour les trois offreurs. A cela s’ajoute le fait que les entreprises suisses profitent aussi à longue échéance – si elles font bien l’affaire. Cela a été le cas pour le F/A 18. Comme l’économie entre actuellement en récession, un achat est indiqué, puisqu’il déclencherait des affaires en contrepartie.

Qu’est-ce qui nous garantit cela?

L’obligation d’affaires de compensation est juridiquement ancrée dans le contrat d’approvisionnement des avions. L’exécution de cette obligation est surveillée par un bureau commun d’Armasuisse, de Swissmem et du groupe d’entreprises romandes GRPM. A chaque affaire annoncée par des entreprises suisses, le bureau examine si celle-ci correspond aux buts et aux règles de la compensation. Dans le cadre de l’évaluation, les trois avionneurs ont déjà conclu des affaires de compensation pour un montant d’environ 500 millions de francs.

Pouvez-vous exclure le paiement de bakchichs, comme ça a été le cas lors de l’achat de l’Eurofighter en Autriche?

En comparaison internationale, la Suisse est très peu réceptive à la corruption. Notre agence d’approvisionnement Armasuisse est par ailleurs séparée de l’armée.
Les politiciens de la Berne fédérale ont peut-être été corrompus. Tout à coup, ils étaient tous pour des avions de combat. Surgissant du néant, le Parlement devint tout à coup mieux disposé envers l’armée.
Les deux tiers du Conseil national votèrent pour les avions de combat. La décision n’était pas serrée. Et si quelqu’un corrompait deux tiers des conseillers nationaux, le Sonntags-Blick le découvrirait (il rit).

Et à vous on n’a pas promis une maisonnette en Toscane?

Non. Je n’en ai qu’une en Suisse. Mais je suis en train de la rembourser (il rit).
On pourrait en plus faire dépendre l’achat de l’Eurofighter d’une concession de l’Allemagne dans le conflit sur le bruit des avions.
Ça pourrait être une partie du paquet né­gocié par la politique. Je ne me mêle pas de ça.
Dans son rapport, le Conseil fédéral dira aussi si on peut réformer les avions Tiger des années soixante ou septante. Ce serait pourtant une option bonne et bon marché, non?
Il va de soi que nous examinons toutes les options. Ce serait possible. Le Brésil par exemple a réformé et augmenté sa flotte de Tiger. Mais quand on voit que, bien que transformés en une nouvelle version améliorée, les Tiger volent moins longtemps que les F/A 18 et que malgré cela ça coûte plusieurs centaines de millions, on doit examiner d’autres possibilités et les comparer entre elles.

Les Verts ont annoncé un référendum contre l’achat d’avions. Ils ont de bonnes chances. Comment voulez-vous gagner la votation?

Ce sera de notre propre faute si nous n’arrivons pas à convaincre le peuple! Une décision populaire produit de la légitimité – et c’est pour cela qu’il est bon et important que le peuple puisse s’exprimer à ce sujet. Alors c’est officiel.
A propos officiel: Est-il aussi officiel qu’aux CR [cours de répétition militaires] la sous-occupation domine? Le Conseil fédéral a très officiellement écrit à ce sujet: «Il ne peut être exclu qu’il y ait des temps de faible intensité de travail».
Je demande aux responsables de CR de remplir les journées de façon sensée. Mais c’est vrai, il n’y a pas partout la même intensité. Ça m’énerve. Ça jette une mauvaise lumière sur toute l’armée. Même si la grande majorité des soldats est pleinement occupée.

Quand on écoute les bruits alentour, ça n’en a pas l’air. Beaucoup disent que les CR sont cool, comme des vacances – dormir beaucoup, jouer aux cartes, regarder des films, boire des bières, et tout ça aux frais de la princesse.

Ça ne va évidemment pas! Nous retirons des gens de l’économie ou des études. Des commandants de compagnie, chez qui une pareille activité domine, ne sont pas à leur place.

Comment vous attaquerez-vous à ce problème?

L’année prochaine, nous interrogerons les soldats par SMS. Des soldats de toutes unités. Anonymement. Nous verrons alors ce qui se passe et dans quel CR. Nous aimerions savoir comment les soldats vivent leurs CR. Nous espérons obtenir une image objective des différences de chaque CR – et la certitude quant à l’endroit où nous devons intervenir. Un projet-pilote lancé cette année a fait ses preuves.
N’y a-t-il pas un danger que les réponses ne soient pas honnêtes?
Je suis sûr que les réponses seront honnêtes. La majorité de nos soldats veulent voir un programme rempli – selon la devise: Puisque je suis là, autant travailler.

L’armée doit réduire ses effectifs d’actuellement 180 000 à 100 000 hommes. Comment fait-on ça concrètement?

Le nombre de jours de service par année doit être réduit d’actuellement 6,5 millions à 5 millions. Concrètement, ça pourrait signifier: plus que cinq CR au lieu de six, 18 au lieu de 21 semaines d’école de recrues. Vers 2016, il y aura en plus une coupure, de sorte qu’un certain nombre seront licenciés tout de suite de l’armée. Mais ce qui importe, c’est que nous ne récompensions pas ceux qui ont renvoyé leur CR aussi souvent que possible.

Et pour les cadres?

Ce qui est certain, c’est que ceux qui continuent devront à l’avenir de nouveau faire une école de recrues complète. Il faut avoir réussi le tout pour devenir un chef.
Ces derniers jours, l’armée a une fois de plus fait la manchette des journaux en relatant des décès. Un Valaisan de 23 ans a tué son amie de 21 ans – avec un fusil d’assaut. Quel effet de pareilles tragédies vous font-elles?
Cela me touche profondément et me rend triste. C’est déjà assez terrible de perdre quelqu’un. Mais quand quelqu’un est tué dans la fleur de l’âge – complètement insensé – le deuil de la famille est à peine supportable. J’ai rencontré, à l’époque, les parents de la jeune fille qui avait été tuée à Zurich-Höngg. Cela m’a vivement préoccupé.

L’armée est-elle coresponsable d’un pareil assassinat?

On peut clairement répondre non à cette question. L’homme est responsable de ses actes. On pourrait aussi mettre la faute sur la société. Ou sur les médias qui n’arrêtent pas de parler de meurtres et d’assassinats. On doit être très prudent dans ce domaine. C’est une illusion de croire qu’avec des lois sévères, on peut tout prévenir.

Vous proposez de retirer l’arme de service, à titre préventif, aux soldats qui font l’objet d’une enquête pénale. Comment cela doit-il fonctionner concrètement?

Quand on sait que quelqu’un a formulé une menace contre l’intégrité corporelle ou la vie ou qu’une procédure pénale est en cours pour un acte de violence, le canton peut retirer l’arme de service à une personne – et en informer l’armée. Les cantons en ont l’autorité déjà à présent, mais certains ne le savent simplement pas. Ce qui est positif, c’est que certains cantons s’y tiennent de façon conséquente. A la suite d’une remarque faite lors de la Conférence des directeurs des départements cantonaux de justice et police, nous avons décidé de distribuer dès à présent et rapidement une feuille d’instructions concernant la procédure à suivre.

L’armée a accès aux procédures pendantes dans le casier judiciaire automatisé de la Confédération. L’armée deviendra-t-elle désormais plus actives de sa propre initiative?

Ça ne nous serait que difficilement possible. L’armée manque des ressources en personnel pour examiner les casiers pénaux des 180 000 membres de l’armée. Et: à quelle cadence devrions-nous répéter cela – mensuelle, annuelle? Non, nous dépendons des informations des cantons concernant les cas à risque.

Il y a aussi constamment des accidents mortels avec des armes de service. Le week-end dernier, à Neuchâtel, une femme a tué un homme. Elle pensait probablement que l’arme n’était pas chargée. La Suisse doit-elle vivre avec de pareilles tragédies tant que les armes sont gardées à la maison?

Nous traiterons de la façon de conserver correctement son arme dans une des prochaines publications pour les soldats de l’armée. Le règlement est clair: l’arme doit être déposée non chargée et sans culasse. Nous devons rappeler aux soldats que cela est absolument central. J’en ferai aussi un sujet dans les rencontres entre cadres.

En janvier prochain, un important défi attend l’armée. Le commandement de la Kfor pour le Nord du Kosovo échoit à la Suisse. La Suisse est-elle outillée pour le plus grand engagement de son histoire à l’étranger?

Certainement! Sinon nous ne le ferions pas. C’est finalement moi qui porte la responsabilité des engagements. Je ne fais appel à personne si je ne sais pas qu’il est suffisamment préparé. Mais il faut considérer que la Suisse met à disposition des troupes de liaison et d’observation. Celles-ci cherchent principalement le contact avec des personnes sur place et observent d’éventuels changements.
La Suisse jouit d’une bonne réputation au Kosovo.
Nous avons l’avantage de ne faire partie d’aucune alliance militaire. On reconnaît que la Suisse ne prend partie pour personne – et c’est pour cela que nous sommes un partenaire accepté, mieux accepté que d’autres.

La frontière avec la Serbie est constamment le théâtre de troubles et de blocages de routes. Il y a déjà eu des morts. Les soldats suisses sont-ils en danger?

Non. La Suisse ne fournit pas d’engagements appelés d’imposition de la paix. Lors de blocages de routes, les soldats suisses débarrassent des matériaux, mais pas des hommes.

Dans d’autres régions du monde, ça sent bien plus le roussi. La situation géopolitique actuelle représente-t-elle un danger pour la Suisse?

Je suis pessimiste. Nous ne savons pas ce qui va nous arriver. Il y a une année, personne n’aurait pensé que les régimes d’Afrique du Nord allaient tomber, que la centrale nucléaire de Fukushima allait exploser ou que l’euro menacerait de se disloquer. La voyante Elisabeth Tessier a dit en décembre 2010 que pour Dominique Strauss-Kahn, 2012 serait «peut-être une année présidentielle» et 2011 serait une «année géniale». Aujourd’hui, nous savons: ça s’est passé tout différemment.

Vous ne basez quand-même pas vos scénarios selon les prédictions du futur?

Bien sûr que non! Mais l’épisode le démontre très bien: pas même les gens qui gagnent de l’argent avec des prédictions savent ce que l’avenir nous réservera. Personne ne le sait – et quand on ne le sait pas, il faut être prêt à toute éventualité. Ce qui me fâche infiniment, ce sont la conviction et le calme avec lesquels des gens sont capables de prétendre qu’il ne se passera de toute façon rien.

De quoi la situation a-t-elle l’air en Europe?

Le manque de perspectives règne dans bien des Etats, notamment en Europe méridionale. Beaucoup de gens veulent juste partir. La situation ressemble à un baril de poudre.

La Syrie est au bord d’une guerre civile. Qu’est-ce que ça signifie si la situation au Proche-Orient devient de plus en plus dangereuse?

A ce degré, la misère humaine au Proche-Orient peut avoir des répercussions sur la sécurité de toute l’Europe occidentale.

Un rapport de l’ONU montre que l’Iran construit la bombe atomique.

C’est une catastrophe. Mais que se passe-t-il? On en prend note et on passe au point suivant. En Libye, il manque environ 5000 missiles sol-air. J’ai déjà tiré des munitions de ce genre. Si vous savez vous en servir correctement, l’avion s’écrase. Si ces armes finissent dans les mauvaises mains, c’est une menace pour l’aviation civile.

C’est pour ça que la Suisse a besoin d’avions de combat?

Ça peut aller très vite – et tout à coup on dépend d’une armée forte. Si ça se passe différemment, tant mieux

more...
No comment yet.