Management
6 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by andre mora from Intelligence économique & stratégique - Stratégie d'innovation
Scoop.it!

Dérives du lean : pourquoi la méthode s’est écartée des principes originaux

Dérives du lean : pourquoi la méthode s’est écartée des principes originaux | Management | Scoop.it

Suite à l’échec de plusieurs projets ces dernières années, industriels et syndicats professionnels portent un regard circonspect sur le lean management. Pour Philippe Lorino, professeur à l’ESSEC, il s’agit là du résultat d’un détournement de la méthode, qui aurait dérivé progressivement au fil des décennies. A l’occasion d’un colloque sur le lean, organisé par l’Observatoire des Cadres le 15 octobre dernier, il fournit des pistes pour expliquer les raisons de ces dérives.


Via Stéphane NEREAU
more...
Stéphane NEREAU's curator insight, October 30, 2014 11:26 AM

Pour Philippe Lorino, si le lean a mauvaise presse, c’est avant tout une histoire de détournement. Un détournement dans le sens où le lean que l’on applique aujourd’hui s’est progressivement écarté de la philosophie originale. Pour preuve de cette dérive : la chasse aux "muda" (c’est-à-dire la chasse aux gaspillages), est souvent citée comme étant l’objectif essentiel de la méthode, alors qu’elle n’en est que la troisième étape. "On se focalise sur les Muda mais on oublie les deux premières étapes, à savoir le Muri et le Mura, explique Philippe Lorino. Le Muri consiste à créer un système de production efficace, et le Mura à créer des tampons, c’est-à-dire éviter les événements indésirables pour mettre ce système en sécurité."

Frédéric Brutier's curator insight, October 31, 2014 4:28 AM

Définition du Lean Management

 

Le Lean est une démarche qui a trait à l’accroissement des performances de l’entreprise par la progression de tous les employés au moyen d’un management adhérant. Cette discipline permet de viser les situations parfaites de fonctionnement en faisant œuvrer ensemble le personnel, les matériels et les entreprises de sorte à ajouter de la valeur avec le minimum de gaspillage permis.

 

 En pratique

 

La double finalité du Lean est le contentement sans réserve des clients de l’entreprise (ce qui se s’exprime en chiffre d’affaires) et la réussite de chacun des salariés (ce qui se manifeste en motivation et engagement).

 

 Appréhender le besoin du client pour stipuler la valeur du service ou du produit.

 Renforcer le juste à temps, c’est-à-dire restreindre le délai entre les achats du client et la mise à disposition des produits ou de l’offre.

  Cesser de produire à chaque défaut et découvrir le problème plutôt que l’éluder.

  Associer les salariés à l’amélioration et l’aménagement de leurs environnements de travail.

  Le Lean s’exerce sur le terrain pour tomber d’accord avec les équipes sur les circonstances et l’origine certaine des problèmes.

  La démarche Lean cherche spécifiquement à construire au fur et à mesure, amélioration par amélioration, la confiance entre l’entreprise et ses clients, entre l’encadrement et les employés et entre la compagnie et ses fournisseurs

 

http://frederic-brutier.2fh.co/lean-management/

Eric Janet's curator insight, October 31, 2014 5:11 AM

Revenons aux basiques de la philosophie du lean , plutôt que de chercher au travers de son application, à optimiser le TRS, la MO.

L'application du LEAN chez TOYOTA entraine l'augmentation des effectifs, au contraire de bien des entreprises françaises !

Rescooped by andre mora from Intelligence économique & stratégique - Stratégie d'innovation
Scoop.it!

Le dirigeant et son équipe, la principale solution à la crise ?

Le dirigeant et son équipe, la principale solution à la crise ? | Management | Scoop.it

Selon une étude réalisée par Bpifrance Le Lab et le Centre technique des industries mécaniques (CETIM) avec l'appui du cabinet Autre Vision, la capacité de rebond d'un certain nombre de PME et d'ETI manufacturières s'explique en grande partie par le renouvellement des équipes dirigeantes.


Via Stéphane NEREAU
more...
Stéphane NEREAU's curator insight, November 1, 2014 7:02 AM

Selon l'Insee, 700.000 chefs d'entreprises nés lors du baby-boom partiraient à la retraite aux cours des dix prochaines années, faisant peser, pour certains, un risque systémique sur les entreprises françaises. Qui reprendra les rênes ? C'est notamment cette peur du vide qui a incité, on le rappelle, le gouvernement, à légiférer sur ce thème en obligeant les chefs d'entreprises à avertir leurs salariés en cas de cession de leur entreprise.

Rescooped by andre mora from Intelligence économique & stratégique - Stratégie d'innovation
Scoop.it!

L'art de diriger à l'ère des machines intelligentes

Que manque-t-il encore aux algorithmes pour prendre la relève des cadres dirigeants ? Et à quoi emploierons-nous alors ces derniers ? Les avancées technologiques de ces machines vont nous stupéfier, mais elles ne transformeront la vie des dirigeants que si les méthodes managériales peuvent suivre. Un travail considérable sera nécessaire pour créer des ensembles de données dignes de ces appareils et de leur extraordinaire potentiel de prise de décision. En outre, les dirigeants vont devoir apprendre à « lâcher prise », en rupture avec cent ans de développement organisationnel


Via Stéphane NEREAU
more...
Stéphane NEREAU's curator insight, November 1, 2014 5:45 AM

Si ces deux événements se produisent – ce qui est probable, pour la simple raison que les entreprises à la pointe des techniques organisationnelles se saisiront de ces avantages compétitifs – le rôle des dirigeants évoluera. Nous suggérons, assez ironiquement, que dans cette aire de l’intelligence artificielle, ils pourront faire la différence grâce à une touche d’humanité. En ceci nous entendons les questions qu’ils sauront poser, la vigueur avec laquelle ils s’attaqueront aux circonstances exceptionnelles mises en évidence par les ordinateurs, et leur habileté à faire ce que les ordinateurs ne savent pas faire. Cela implique notamment la tolérance à une certaine forme d’ambiguïté et à se focaliser sur la dimension « douce » du management, celle qui conduit les collaborateurs à s’engager et permet à l’organisation de mieux se renouveler.