Les médecines complémentaires
35 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Medecines Complementaires
Scoop.it!

Sclérose en plaques et sophrologie - Isabelle BANET | Thérapies Intégratives, Hypnose Ericksonienne, Ostéopathie, Sophrologie, Paris..

Sclérose en plaques et sophrologie - Isabelle BANET | Thérapies Intégratives, Hypnose Ericksonienne, Ostéopathie, Sophrologie, Paris.. | Les médecines complémentaires | Scoop.it
Medecines Complementaires's insight:
Sclérose en plaques et sophrologie - Isabelle BANET


Isabelle Banet est sophrologue-psychologue à Aix en Provence où elle utilise également l’hypnose ericksonienne. Membre élu au conseil du Syndicat des Sophrologues Professionnels, elle nous fait part de son savoir-faire acquis en cabinet libéral auprès de personnes atteintes de sclérose en plaques, et plus largement de maladies chroniques lourdes et invalidantes.


Alain Giraud : Comment peut-on définir la Sclérose En Plaques (SEP), qui est une affection du système nerveux central ?

Isabelle Banet : Cette maladie touche le cerveau, le cervelet et la moelle épinière, qui ont en commun d’être constitués de cellules spécifiques, les neurones. Ces derniers comportent un prolongement essentiel pour la transmission des informations depuis le cerveau, l’axone, par lequel chemine l’influx nerveux. Les axones sont protégés par une substance propre au système nerveux, la myéline. Elle a pour rôle d’accélérer le passage de l’information électrique au niveau de l’axone. C’est la myéline qui est attaquée chez les patients atteints de SEP. Elle est détruite, par plaques, ce qui donne son nom à cette affection. Lorsque le trajet de l’influx est interrompu, l’information créée par le cerveau n’est plus transmise de façon adaptée au corps (et vice versa).


La SEP est-elle considérée comme une maladie auto-immune neuro-dégénérative ?


Tout à fait… Elle est la conséquence d’un dysfonctionnement du système immunitaire, en temps normal chargé de vous défendre contre les corps étrangers, qui, pour des raisons inconnues, se retourne contre vous. Classiquement, on distingue trois grandes formes de la maladie : des formes rémittentes, qui se manifestent sous l'aspect de poussées, des formes progressives où le handicap s'accroît régulièrement dès le départ sans poussée et des formes secondairement progressives, où la maladie évolue de façon continue après une période de plusieurs années marquées par des poussées suivies de rémissions.
Notons qu’il y a autant de SEP que de malades.


Attachons-nous plus particulièrement à ce qui caractérise les personnes atteintes de SEP. Nous pourrons ainsi affiner et ajuster l’accompagnement sophrologique de cette pathologie. Qu’en est-il exactement ?


Il est fondamental de prendre conscience que « si la Vie est un jeu de cartes, la maladie le mélange et change la donne ». La maladie est un chaos dans un parcours de vie, la personne qui souffre a besoin de réorganiser sa représentation du monde.

Le bouleversement qu’elle engendre sera différent d’une personne à l’autre, en fonction de son histoire, son éducation, ses croyances.

Néanmoins, dans les maladies dégénératives comme la SEP, il y a forcément (cela est vrai plus qu’ailleurs) une diminution des capacités physiques, qui engendre une dévalorisation, la personne se sent diminuée, le corps lui échappe ! Le corps est souffrance, ce n’est plus un ami.

Il y a aussi l’incertitude du lendemain qui est là, bien présente ! Comment la maladie va-t-elle évoluer ?

Sans oublier toutes les angoisses qui l’accompagnent. Que va-t-elle perdre à la prochaine offensive de la maladie ?

Quelles seront les conséquences sociales, professionnelles, économiques ?

La prise en considération du stress engendré par la maladie est fondamentale et nécessaire.

La maladie est ce que Frédéric Lenoir (écrivain et philosophe) appelle le « donné » de la vie. Nous n’avons pas choisi, nous n’avons pas voulu, mais c’est là. Et il faut apprendre à vivre avec ! Tout le challenge de sa gestion est là.

Accepter est un parcours difficile pour une personne en souffrance ? Quels vont être les objectifs d’un accompagnement sophrologique ?


Je préfère utiliser cette terminologie du "vivre avec" où chacun part de là où il est et fait avec ce qu’il est. Un accompagnement sophrologique régulier amènera le patient à :

Apprendre à vivre avec et non contre.Apprécier ce qui va bien dans le corps. La personne n’est pas qu’une maladie !Renforcer la conscience des cinq sens, se sentir vivant, là aussi avec ce qui va bien (renforcer la perception des sens qui ne sont pas affectés par la maladie).Apprendre à respirer en toutes circonstances, la respiration est l’outil numéro un qui permet de mettre à distance, de se recentrer !Utiliser ses émotions pour soi et non contre soi.Limiter l’angoisse et l’anxiété liées à la maladie.Aider le corps à intégrer les traitements parfois lourds et les douleurs qui peuvent les accompagner.Etre plus attentif à ses sensations et signaux d’alerte. Connaître les limites de son corps est un atout dans la prévention des poussées.Etre acteur de sa guérison : cela donne un sens à l’épreuve de la souffrance.  Prendre le temps de s’écouter soi, d’écouter l’autre.  Vivre l’instant présent (pour éviter l’agitation mentale, les idées noires).

 

La séance de sophrologie va donc ouvrir un espace de parole et d’écoute. Un moment privilégié pour initier un dialogue ! Va-t-elle permettre de mettre du sens, sans culpabiliser ?

Je suis très attentive aux corrélations symboliques imposées de façon dogmatique (plaquer une explication toute faite sur un symptôme.).

Au lieu d’imposer à la personne le sens de sa maladie, il est plus juste de l’aider à exprimer sa propre vérité.

Les trois grands principes de la sophrologie sont à l’œuvre dans la gestion de la maladie : Principe d’action positive, principe du corps comme réalité vécue, principe de réalité objective.

J’insisterai sur la conscience de l’instant présent. Vivre "ici et maintenant" est fondamental. Cela préserve bien des malades de l’angoisse. Quand tout va mal, être simplement là est une ressource, je dirais presque la seule !

Dans cette vivance de l’instant, les apports de la phénoménologie ne sont-ils pas fondamentaux ?

 

La suite de l'article Sclérose en plaques et sophrologie

 

Au Sommaire du numéro 30 Novembre - Décembre 2012

Actualité médicale
• Un autre regard sur le cancer, 3ème édition                   
• Prise en charge naturelle d’un excès de cholesterol   

Sophrologie
• Sclérose en plaques et sophrologie                               

Vision intégrative
• L’intérêt d’une bonne ventilation pulmonaire             
• L’hôpital idéal                                                                   

Chronique
• Trop tard 

                                                                    

DOSSIER LES THÉRAPIES ÉNERÉTIQUES SANTÉ INTÉGRATIVE N°30

INTRODUCTION ET SOMMAIRE

“L'énergie est la joie éternelle.”
Willian Blake

Le terme d’énergie ramené au corps humain nous renvoie à plusieurs notions très différentes.
L’énergie dans le langage populaire évoque la notion de force, de dynamisme par opposition à la fatigue. En consultation, le patient souhaite en avoir plus : « Docteur, je manque d’énergie ».

En médecine, elle désigne surtout les calories dépensées ou épargnées par notre organisme et les sous unités qui le composent, les cellules. Il s’agit surtout du fruit de réactions chimiques. « Faites plus de sport pour dépenser de l’énergie et mieux maigrir » pourra dire le médecin. Il s’agit donc d’en perdre.
Beaucoup de médecines complémentaires, depuis les plus anciennes aux plus modernes, développent la notion d’énergie. Il s’agit d’un concept physique ou biophysique difficile à objectiver. Les praticiens proposent parfois quelques tests, en général qualifiés d’ésotériques ou charlatanesques par la médecine conventionnelle. On entendra parler « d’équilibre énergétique, de tonification ou de dispersion d’une ou plusieurs énergie, d’harmonisation des énergies ». En général, il s’agit surtout d’équilibre.

Proposer un dossier sur la médecine énergétique est donc assez téméraire de la part du comité de rédaction de Santé Intégrative. Comme à notre habitude, nous souhaitons vous inviter à une réflexion et à des découvertes dans un esprit d’ouverture.

L’électricité existait bien avant la naissance d’Edison. La conscience de la nécessité d’un nutrition individualisée était une évidence pour les anciens sans qu’ils aient accès aux test biologiques modernes. La démarche scientifique commence par l’observation. Certaines des techniques ou méthodes que nous présentons dans ce dossier ont été validées par des expérimentations sans que les mécanismes soient élucidés. D’autres en sont encore aux balbutiements et semblent loin de la médecine scientifique moderne.
Dans une stratégie thérapeutique intégrative, rappelons qu’aucun outil aussi efficace soit-il ne saurait devenir dominant et considéré comme totipotent.

L’acupuncture : Régler l’énergie par les aiguilles – Dr Philippe Tournesac - page 16.
Différentes méthodes sont proposées pour évaluer l’énergie d’une zone corporelle. Diagnostic énergétique, faut-il y croire ? - Docteur Jean-Michel Issartel - page 18
Les plantes ont aussi des qualités énergétiques et en particulier certains extraits. Madame Elena Valette en a choisi une pour l’exemple : Huile essentielle de laurier noble – page 21.
Loin de l’approche médicale, les magnétiseurs ont leur vision du corps humain. Une approche de l'énergie vibratoire humaine – Raymond Lafeuil – page 22.
Les approches conventionnelles et non conventionnelles gagnent à se comprendre pour expliquer des phénomènes apparemment mystérieux. Sauver les thérapeutes énergétiques – Docteur Bernard Rosa - page 25.
La rencontre d’un énergéticien fervent d’acupuncture avec les travaux d’un psychanalyste chercheur Wilhem Reich donne une nouvelle thérapie énergétique. Interview de François Lovisi, énergéticien, par Alain Gourhant : « j’ai toujours été sensible aux plans les plus subtils de la réalité » - page 28.
Le psychisme et le système immunitaire peuvent répondre à des thérapies énergétiques. Le docteur Yves Le Guénédal, médecin intégratif, nous propose trois articles :
La psychoénergétique – page 32.
L’EFT, emotional freedom technique – page 33.
NAET, une médecine énergétique – page 35.

more...
No comment yet.
Scooped by Medecines Complementaires
Scoop.it!

Reflexologie : Qu'est-ce que la Réflexologie ? | Thérapies Intégratives, Hypnose Ericksonienne, Ostéopathie, Sophrologie, Paris..

Reflexologie : Qu'est-ce que la Réflexologie ? | Thérapies Intégratives, Hypnose Ericksonienne, Ostéopathie, Sophrologie, Paris.. | Les médecines complémentaires | Scoop.it
Medecines Complementaires's insight:
Reflexologie : Qu'est-ce que la Réflexologie ?

Qu'est-ce que la réflexologie ? 

La réflexologie est une pratique qui utilise la science de la pression de points sur les pieds, les mains et les oreilles pour rétablir l'équilibre du corps ou de ces différents systèmes (urinaire, lymphatique, nerveux, cardiovasculaire, etc.). C’est une pratique manuelle ancestrale qui fait partie des médecines naturelles.  Cette technique manuelle se place dans une approche dite « énergétique » et holistique du corps et s'apparente en cela au shiatsu, à l'acupuncture ou à l'ostéopathie.

 

Petit tour d’horizon des différentes techniques en réflexologie :

Concernant la réflexologie plantaire : 


Le pied est le miroir du corps humain. Chaque organe y trouverait sa terminaison et correspondrait à une zone spécifique du pied. 

C'est ainsi que des pressions appliquées sur ces zones réflexes du pied permettent de localiser les tensions et de rétablir l'équilibre dans les parties du corps correspondantes.

La réflexologie est une technique très efficace car elle agit sur l'organisme dans sa globalité (corps et esprit) : une simple pression sur un endroit précis du pied peut avoir une répercussion " à distance " sur un organe, un système en dysfonctionnement, rééquilibrant ainsi les fonctions de tous les organes du corps.

Considéré comme une médecine douce, la réflexologie plantaire permet donc de localiser les tensions du corps et autres dysfonctionnements puis de les faire disparaître. 

 

La réflexologie palmaire (les mains) :


La réflexologie palmaire est plus utilisée pour détendre, pour l'auto-traitement ou pour certains états de crise. Elle est moins précise que la plantaire, car les zones réflexes sont plus compactes et moins faciles à détecter. Elle agit sur les organes tels que les organes respiratoires, la tête et le cœur.

 

Elle permet :

 

- D’éliminer le stress,

- Recanaliser l'énergie en tonifiant le corps,

- Relâcher, apaiser les tensions,

- Repérer les points sensibles permettant de traiter des troubles précis tels que la constipation, les allergies, l'anxiété ou encore l'insomnie,

- Evacuer la fatigue.

 

La réflexologie auriculaire (auriculothérapie) :


Cette technique de réflexologie, beaucoup moins connue, consiste à utiliser le pavillon de l'oreille à des fins thérapeutiques par des stimulations de points ou de zones réflexes tout comme les pieds. Les points d'auriculo réflexologie ne se détectent que lorsque les organes correspondants souffrent. Une oreille compte à elle seule 192 points, d’après la cartographie des points d’acupression.

La réflexologie auriculaire est particulièrement efficace dans les désordres fonctionnels et notamment pour:

- Le cas de fatigue, insomnie,

-  Gestion du stress,

- Les problèmes digestifs, de peau, troubles de la sphère ORL,

- Le sevrage de dépendances : cigarette, drogues,

- L’apaisement des douleurs (migraines, névralgies, rhumatismes),

- La stabilisation du poids.

Si vous avez des soucis pour votre rate, vos poumons ou votre foie, cette technique s’avère efficace.

Cependant cette pratique n’est pas recommandée pour les femmes enceintes et les personnes du troisième âge et également si vous avez une maladie auto-immune ou un problème cardiaque.

 

Dans quel cas pratiquer la réflexologie :


- Relaxer, le stress étant à l'origine de nombreux dysfonctionnements physiques et psychiques,

- Activer la circulation sanguine et lymphatique, mobiliser les déchets, stimuler les émonctoires et réguler le système nerveux,

- Prévenir, soulager, voire éliminer un grand nombre de troubles et favoriser l'homéostasie.

 

L’encadrement de cette pratique :


Cette pratique n’est pas officiellement reconnue en France : il n’existe pas de diplôme universitaire de réflexologie. Cependant, certains instituts ou écoles délivrent des « titres », mais ils ne sont pas validés par le ministère de la Santé. Dans un communiqué datant d’Octobre 2012, le Centre d'analyse stratégique (CAS) présente son projet de création d’un label unique dédié aux pratiques médicales alternatives dont les pratiques de réflexologie. Le gouvernement souhaite mettre en place une meilleure évaluation de ces médecines non conventionnelles qui attirent de plus en plus d’adeptes et  qui s’intègre dans des pratiques de soins. Les consultations ne sont (pour le moment) pas remboursées par la Sécurité sociale.

 

Comment se déroule une séance de réflexologie ?


Une séance de plantaire dure entre quarante-cinq minutes et une heure.

Lors de la première séance le réflexologue doit prendre le temps de se renseigner sur votre état de santé général, si vous avez  une douleur, un dysfonctionnement quelque part ou de faire le point sur les réactions de votre corps entre deux séances.

Le réflexologue nettoie vos pieds afin de les préparer au massage et vous allongez. Le réflexologue commence par écouter vos pieds afin de ressentir les blocages et de déterminer les points réflexologiques à stimuler.

Il commence ensuite à masser votre pied gauche avec des mouvements doux qui vont lui permettre une bonne prise en main du pied et vous aider à vous détendre et lâcher prise.

Le massage de préparation se déroule comme suit : le praticien procède au déverrouillage articulaire de votre cheville, votre genou puis votre hanche; il étire votre pied en abduction puis en adduction; lisse la plante puis le dos de votre pied; masse vos orteils puis vos métatarses; pratique un écartement sur le dessus et le dessous du pied, un essorage au-dessus du pied, puis une torsion de vos orteils; masse vos malléoles.

Une fois la préparation du pied gauche achevée, le réflexologue réitère les mêmes opérations pour préparer le pied droit.

Grâce à ces quelques minutes de préparation et à des mouvements spécifiques de reptation du pouce, les zones de tension et les points sensibles sont détectés.

Le traitement des points réflexes peut commencer, en général par le pied droit.

Un organe en hyperfonctionnement sera localisé par un point réflexe très douloureux.

Afin de calmer l'organe, la zone réflexe sera massée de l'intérieur vers l'extérieur.

Pour au contraire activer l'organe, la zone réflexe sera massée de l'extérieur vers l'intérieur.

Toutes les zones sensibles, signe de dysfonctionnement, sont stimulées par des mouvements de pression, de massage et de reptation du pouce.

 

Vous souhaitez devenir réflexologue : comment bien choisir son école de formation en réflexologie ?


Où que vous soyez il existe des cours de réflexologie qui vous délivreront « le titre » de réfléxologue mais comme il n’existe pas de diplôme d’Etat de réflexologue seul la qualité de l'enseignement, la durée des formations, le respect d'une éthique et d'une déontologie peuvent vous guider avec objectivité dans votre choix.

 

Quelques pistes pour vous lancer dans vos recherches :


- Vérifier la notoriété de l'école, son capital social, sa structure juridique (association, entreprise en nom propre ou société),

- A t’elle un numéro Siret ?

- A t’elle un numéro d'enregistrement en qualité de prestataire de formation professionnelle continue ? Ce numéro est délivré par la Préfecture de région du lieu du siège social de l'entreprise de formation. D’ailleurs sans cet élément qui ne représente pas pour autant un agrément d'Etat, impossible d'inscrire votre projet dans le cadre d'une formation continue professionnelle, D.I.F. (droit individuel à la formation) ou C.I.F. (contrat individuel de formation) ou de tout autre dispositif entrant dans le cadre du Code du Travail et de la Formation professionnelle.

- Procurer vous le plan détaillée de la formation et assurer que le nombres d’heures ne semble pas trop léger

more...