Les green tech
261 views | +0 today
Follow
Les green tech
Le developpement durable : les idees
Curated by ln
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by ln
Scoop.it!

Tata Steel developpe des poutrelle solaires ... - acheteur durable

Tata Steel developpe des poutrelle solaires ... - acheteur durable | Les green tech | Scoop.it
Published by Enerzine.com - les dernières brèves | Filed under Les brèves quotidiennes, développement durable, écologie. Tata Steel developpe des poutrelle solaires Le géant de l'acier indien, Tata Steel, ...
more...
No comment yet.
Scooped by ln
Scoop.it!

Heliotrop annonce la commercialisation de ses ... - Cleantech Republic

Heliotrop annonce la commercialisation de ses ... - Cleantech Republic | Les green tech | Scoop.it
Prix Spécial du Jury du concours Cleantech Republic 2011, la société Heliotrop a annoncé, hier, le lancement officiel de la commercialisation de ses unités.
more...
No comment yet.
Scooped by ln
Scoop.it!

Bannir les pages jaunes pour être plus vert | Green et Vert

Bannir les pages jaunes pour être plus vert | Green et Vert | Les green tech | Scoop.it
Après les sacs en plastique, San Francisco pourrait devenir la première ville américaine à bannir la distribution automatique de l’annuaire des Pages Jaunes. Toutefois, le projet tarde à convaincre cette ville écolo par excellence.

Des pages qui donnent la jaunisse à l’environnement

En février, le Conseil des Superviseurs de la ville avait présenté un projet de loi pour réduire la publication des Pages Jaunes, plus d’un million et demi d’exemplaires à présent. Selon leur président, David Chiu, cela ne répond plus aux besoins des entreprises du 21ème siècle, et la grande majorité des annuaires finiraient à la poubelle sans être déballés. On estime à 54 millions de dollars la collecte des annuaires périmés et 9 millions leur recyclage pour l’ensemble du pays.

La ville de Seattle avait déjà introduit la possibilité de refuser la livraison des annuaires, mais la proposition de San Francisco va plus loin et pourrait créer des problèmes législatifs. Une étude promise pour le 10 mai devrait aider la ville à trancher.

Les entreprises privées contre le projet de loi

En effet, avec le projet de loi, les compagnies relayant les Pages Jaunes devront contacter chaque consommateur pour obtenir son accord pour la livraison de l’annuaire. Sans autorisation, les compagnies pourront recevoir jusqu’à 500 dollars d’amende par violation de la loi, appliquée par le Ministère de l’Environnement.

Des représentants des Pages Jaunes ont rencontré les membres du conseil pour exprimer leurs inquiétudes : le projet de loi irait contre la liberté de distribution. Ils soutiennent cependant la diminution de la publication sur la base du refus initié par les consommateurs, comme à Seattle, grâce à un site internet (yellowpagesoptout.com).

Le déclassement face à Internet

Jusqu’à présent, les projets de loi aussi stricts que celui-ci ont été refusés. Le maire de San Francisco apporte son soutien mais veut d’abord évaluer l’impact sur les petites entreprises et les consommateurs. La plupart des entreprises contactées utilisent l’Internet plutôt que l’annuaire mais ont peur de perdre les clients qui ne seraient pas familiers à l’ordinateur, ainsi que les personnes âgées ou démunies.

Rien ne changerait pour les Pages Blanches dont la distribution générale est mandaté par le droit étatique. Les annuaires combinant les deux seraient soumis à la même loi que les Pages Jaunes seules.
more...
No comment yet.
Scooped by ln
Scoop.it!

Tunisie News Economie & Finance Un enjeu de vrai développement durable : Mesurer le niveau d’intégration du management global des entreprises - www.cibletrade.com,

Tunisie News Economie & Finance Un enjeu de vrai développement durable : Mesurer le niveau d’intégration du management global des entreprises - www.cibletrade.com, | Les green tech | Scoop.it
Aujourd’hui on a tendance à considérer les facteurs financiers de court terme comme prédominants. Nous voudrions conduire une réflexion plus équilibré sur un concept que nous avons pratiqué en vraie grandeur et sans outil informatique comme actuellement. Nous parlons du « Management Stratégique Intégré », c'est-à-dire de la prise en compte à la fois d’un ensemble complexe de facteurs de production d’une entreprise et surtout de la façon de concevoir cette prise en compte par les managers eux-mêmes.

Les ravages de l’obsession financière avec le démantèlement par activités.
Voici peu de temps l’effondrement d’Accor a été expliqué par le démembrement de l’entreprise imposé par les financiers. On a séparé l’immobilier des hôtels des services et du fonds de commerce, ceci pour « centrer l’entreprise » sur son cœur de métier et vendre l’immobilier, pour obtenir immédiatement du cash. Cette opération rentabilisait la mise de fonds des investisseurs. Mais à long terme elle a appauvri le groupe qui n’a pas pu s’en remettre et se trouve désormais loin dans le classement mondial des chaînes hôtelières. Le présupposé est la possibilité simple de déconnecter l’immobilier des services rendus ; pourtant la gestion nécessite bien un couplage entre la qualité des bâtiments et l’image, la qualité attendue globalement par les clients. Les résultats furent dévastateurs.

Le même type de procédé est en route chez Carrefour en France où les fonds de Colony Capital et Bernard Arnaud veulent faire monter la rentabilité de leur mise de fonds. L’opération présente les mêmes caractéristiques et les résultats seront vraisemblablement identiques. La pérennité, le développement ou même la survie de l’entreprise n’est pas dans le champ du raisonnement. Les investisseurs ont un but financier c’est tout. En revanche l’entreprise est un ensemble complexe de savoir-faire, d’hommes et femmes, d’organisation, de fournisseurs, de clientèles… et de ressources financières.

Ce qui est en question c’est le développement durable, celui qui apporte le bien-être, la satisfaction des clients… et la rentabilité des investisseurs à moyen terme. Certains « fonds » recherchent ce type de rendement pour des investisseurs privés, comme les retraités. Certains comprennent que le sentier de rentabilité necessite un cheminement donné, un partage entre les salariés, les fournisseurs, de telle sorte que l’ambiance dans l’entreprise procure un rendement supérieur à celui d’une société favorisant un seul paramètre, la finance.

Fonds et développement durable : compatibilité et pacte d’actionnaires.
Il y a des cas où les « grands fonds » n’ont pas cette attitude de court terme. Par exemple, l’entreprise Picard Surgelés continue sa croissance fondée sur le développement de ses magasins et la haute qualité de ses produits, avec plusieurs fonds d’investissements anglais successivement. Le Conseil d’Administration est complètement responsable des situations à risques en provenance de prédateurs : un pacte d’actionnaires pourrait caractériser le mode de gestion de l’entreprise, avec des objectifs bien mis en évidence. Sinon, comment peut-on parler de « valeurs » de l’entreprise, si ce ne sont les valeurs boursières ?

Le poids du facteur humain.
Aujourd’hui chez Carrefour, déjà le partage entre les « facteurs de production » crée de vastes lézardes : une grève dure et large s’est produite un peu partout en France. C’est une phase de la dislocation complète suivant celle de l’immobilier et des services. En général l’ambiance sociale favorable accompagne le succès des firmes : un bon service est offert par des collaborateurs motivés, non seulement par la rémunération mais par d’autres facteurs qualitatifs.

Nous avons ainsi fait ressortir que les motifs de satisfaction des collaborateurs proviennent du climat interne, de la responsabilisation, la confiance. Ceci même dans le cas de conditions salariales apparemment faibles. L’exemple que nous avons en tête provient de chez Tunisiana, le premier opérateur de téléphonie mobile en Tunisie, à l’occasion de la Révolution de jasmin : les premières revendications des conseillers commerciaux portent sur le respect, la responsabilité et la confiance, alors que la rémunération de 500 DT est basse en soi (260 € mensuels). Une leçon pour les managers, pensant immanquablement à la rémunération et aux aspects financiers. Et le premier opérateur peut aussi constater que la satisfaction des clients est aussi une préoccupation majeure de ses conseillers. C’est peut-être la raison de sa première place.

Autre démonstration : sur le réseau d’un distributeur automobile allemand, nous avons repéré les résultats de vente des conseillers commerciaux et nous avons constaté, par plusieurs audits de différents types, que le mode de gestion des RH avait un impact très fort sur les ventes ; en effet, le recrutement et la fidélisation –par la rémunération et les facteurs qualitatifs, faisaient ressortir des chiffres moyens de vente sur trois ans entre 50% et 150% supérieurs pour les commerciaux ayant des prédispositions convenables. Ceci se remarquait pour l’ensemble des vendeurs d’un site, ce qui prouvait qu’implicitement ou explicitement que le processus de recrutement ou de fidélisation favorisait ce type de profil. A l’opposé le discours financier était le suivant : « mieux vaut des vendeurs coûtant peu, même au prix d’un plus fort turnover… » Pourtant les résultats de vente sur ces autres sites s’avéraient décevants. Le raisonnement mono dimensionnel, financier, ne procure pas à terme de bons résultats, même financiers.

Externalisation à outrance ou mesurée ?
Mais nous savons, dans le domaine du management des entreprises, que les dirigeants fonctionnent sous rationalité limitée, avec l’influence forte de leurs propres croyances. Sous l’influence de la mode dite libérale par abus de langage, par simplification, on a pu « recentrer les entreprises sur leur coeur de métier », ce qui revient souvent à démanteler l’entreprise, organiser des processus clients/fournisseurs à l’extérieur comme à l’intérieur. Ainsi pour Accor les hôtels devaient avoir des relations de locataire à propriétaire pour l’entretien des immeubles, ce qui conduit souvent à des difficultés, à des dysfonctionnements coûteux. Naturellement, l’externalisation peut avoir un intérêt : le gardiennage, le nettoyage, le parc automobile… sont rarement stratégiques pour le développement des firmes et peuvent être confiés à des fournisseurs extérieurs, avec de forts gains de productivité et de qualité.

En revanche si l’entreprise est conduite à avoir de multiples fournisseurs répartis dans différents pays pour construire ses produits, il se peut qu’une petite rupture de stock ait des conséquences très lourdes. Ceci se manifeste aujourd’hui pour les constructeurs automobiles européens avec leurs fournisseurs japonais, après le tsunami dévastateur du mois de mars. On constate aussi que la qualité de certains prestataires chinois, l’organisation du transport n’étaient pas à la hauteur des attentes. Ainsi certains décident de rapatrier l’origine de leurs fournisseurs vers la Tunisie, qu’ils avaient pourtant quittée pour des raisons de coûts plus élevés. De fait il y a une grande difficulté à imaginer les coûts cachés, les risques… et leurs conséquences financières.

Mesurer le niveau d’intégration des différents facteurs.
Nous venons insensiblement d’évoquer plusieurs facteurs : la répartition du capital, les finances, l’immobilier, les ressources humaines, les fournisseurs et, indirectement l’organisation du travail et la qualité. La grande question posée au manager c’est l’utilisation d’ensemble de ces facteurs, caractérisant le management intégré, qui place le curseur à différents endroits significatifs.

Comme toujours le principe de variété conduit à jouer à la fois sur plusieurs paramètres. La faiblesse d’un management,conduit essentiellement par la finance de court terme, est l’assèchement, l’épuisement d’autres paramètres clés : la formation professionnelle est négligée, la sécurité est insuffisante, l’innovation n’est pas financée… Certes la première année les résultats sont boostés par les économies générées, mais ensuite la firme est exsangue et perd des clients. Entretemps, les fonds ont changé de main et les bénéfices ont pu être pris au passage !

Disons tout net que les ressources financières sont complètement dignes de respect, de même les intérêts des actionnaires. Mais ces derniers peuvent passer par celui, conjoint, des salariés comme des fournisseurs… à condition que ceci soit une partie intégrante de la stratégie globale. Nous parlons alors de « Management Stratégique Intégré ».

Comment mesurer les caractéristiques d’une entreprise donnée ?
Nous proposons aux managers d’une entreprise de bien hiérarchiser leurs préférences parmi 50 affirmations, interclassées sur un terrain de 100 positions possibles et situées sur plusieurs thèmes (clients/ finances/ organisation/ rémunérations/ RH/ communication…) Cet exercice sur une plateforme interactive permet de caractériser le style de gestion des différents responsables, séparément et dans leur ensemble, de faire ressortir les niveaux de convergence ou de divergences dans les avis. Pour ce qui concerne le Comité de Direction, des résultats convergents pourraient être une faiblesse car ils seraient le signe d’un certain monolithisme, d’un risque de rigidité.

Il est possible d’examiner plusieurs catégories comme les membres du Comité de Direction, les managers opérationnels de terrain, les managers de groupes « de soutien »… Ensuite les résultats font ressortir les différences entre les groupes. Cet exercice permet de voir si la politique de l’entreprise « passe bien » entre niveaux hiérarchiques, ce qui est un des facteurs de succès ou d’échec selon le résultat.

Comment peut-on juger des résultats obtenus ?
Il n’y a pas de bons ou de mauvais résultats en soi. Ceux-ci doivent être confrontés aux informations qui concernent le contexte de l’entreprise : son marché, la concurrence, l’état de ses RH, les savoirs-faire, son mode d’organisation, les résultats…
Il faut bien examiner si le mode de management, traduit par les résultats de l’exercice (SymaPilote) est adapté au risques et opportunités repérés.
Ceci fait habituellement l’objet de réunions de travail ou de formation en groupes. Certains responsables ont la possibilité de relier ces résultats à leur propre profil « cognitif » avec les possibilités offertes par une simulation ad hoc.

Au total donc, il est indispensable et possible pour les entreprises de bien se connaître pour mieux s’adapter, notamment pour bien organiser leur mode de management. Ceci est aisé grâce au Web et peut être réalisé en une quinzaine de jours depuis les exercices jusqu'aux résultats communiqués.

Bernard Pauly
more...
No comment yet.
Scooped by ln
Scoop.it!

« La mobilité électrique va créer un nouveau ... - Cleantech Republic

« La mobilité électrique va créer un nouveau ... - Cleantech Republic | Les green tech | Scoop.it
Devant l'ampleur des enjeux de la mobilité électrique, industriels et gouvernement doivent apprendre à raisonner à l'échelle européenne. Pour relever ce défi de l'électrisation, la Commission Européenne a donc lancé, ...
more...
No comment yet.
Scooped by ln
Scoop.it!

Washington veut consacrer 2 milliards de dollars au futur train à grande vitesse

Washington veut consacrer 2 milliards de dollars au futur train à grande vitesse | Les green tech | Scoop.it
Le gouvernement américain a annoncé ce lundi qu'il allait consacrer 2 milliards de dollars au financement de lignes ferroviaires à grande vitesse et à l'amélioration du réseau très chargé du nord-est des Etats-Unis.

L'investissement de 2 milliards de dollars annoncé par Washington pour un futur réseau de TGV est sans précédent et "va aider à s'assurer que l'Amérique est équipée pour l'avenir avec le réseau de transports le plus rapide, le plus sûr et le plus efficace du monde", selon un communiqué du secrétaire aux Transports, Ray LaHood.

Le département des Transports a sélectionné quatorze compagnies ferroviaires locales et la compagnie nationale Amtrak pour se partager 2,02 milliards de dollars dédiés à vingt-deux projets de lignes, dans le cadre d'un plan visant à connecter 80% des Américains à des lignes à grande vitesse dans les vingt-cinq prochaines années.

De son côté, Barack Obama a souligné que les Etats-Unis allaient devoir dépenser des milliards de dollars pour développer des lignes ferroviaires à grande vitesse sur des trajets-clés afin d'accompagner la reprise économique du pays et d'améliorer la compétitivité de ses infrastructures.

Selon le vice-président Joe Biden, ce projet va "donner du travail à des milliers d'Américains, faire économiser des centaines de milliers d'heures de transport aux voyageurs américains chaque année, et soutenir l'industrie américaine".
more...
No comment yet.
Scooped by ln
Scoop.it!

Alsace | Le mouvement Emmaüs, pionnier du développement durable - L'Alsace

Alsace | Le mouvement Emmaüs, pionnier du développement durable - L'Alsace | Les green tech | Scoop.it
Cette année, les six communautés Emmaüs d’Alsace organisent leurs portes ouvertes à la même date, ce week-end, et sur un même thème, le développement durable.

C’était bien avant que les concepts de développement durable et d’écocitoyenneté ne deviennent des évidences. Il y a 62 ans, l’abbé Pierre et son mouvement Emmaüs ont été précurseurs : ils ont été parmi les premiers à s’opposer au credo de l’hyperconsommation « J’achète, je jette » pour lui préférer le binôme « Je donne, je valorise ».

Chaque printemps, les six communautés Emmaüs d’Alsace — Cernay, Scherwiller, Strasbourg, Mundolsheim, Saverne, Haguenau — organisent des portes ouvertes, à des dates différentes et sur des thèmes différents. Cette année, elles sont en fête au même moment, ce week-end (lire ci-dessous) et mettent en avant une même idée : ce développement durable, dont ils ont été les pionniers et dont ils sont aujourd’hui des acteurs essentiels.

Car au-delà de leur composante sociale, évidemment fondamentale, illustrée par l’accueil inconditionnel des compagnons et la mise en place de chantiers d’insertion, les communautés Emmaüs apparaissent aussi comme d’efficaces plateformes de tri…

Le premier de ces tris doit être fait par les donateurs. Emmaüs n’est pas une poubelle et, quitte à faire une bonne action, autant la faire bien, en n’y apportant que des objets réutilisables et recyclables. Ce qui est loin d’être toujours le cas : certains jettent des bouteilles de gaz et pneus par-dessus les murs… Les déchets non réutilisables sont redirigés vers les syndicats de traitement des ordures ménagères mais, rappelle Axel Nabli, responsable adjoint d’Emmaüs à Scherwiller, « ça coûte de l’argent : on nous facture leur enlèvement ». À l’inverse, des matières premières peuvent être revendues par la communauté, comme le carton et la ferraille.

Les communautés remettent en état les objets qu’elles reçoivent en fonction des compétences dont elles disposent : ainsi, Emmaüs à Scherwiller est spécialisé dans les meubles et le petit et le gros électroménager : frigos, fours, sèche-cheveux… Ces compétences sont partagées entre les communautés par le biais de la formation : le spécialiste gros ménager de Scherwiller transmet régulièrement son savoir à d’autres compagnons. Mais une mutualisation est aussi en projet : « On envisage d’avoir chez nous un spécialiste du meuble qui travaillerait pour plusieurs communautés d’Alsace », confie Axel Nabli.

Les objets que les communautés ne savent pas restaurer sont réorientés vers les structures qui ont ces compétences. Comme les téléviseurs : « Un compagnon teste l’appareil et s’il ne marche pas, on le donne au réseau Envie qui, lui, sait les réparer ou les recycler. » Les mêmes filières existent pour les ordinateurs, les téléphones portables ou les cartouches d’encre.

Enfin, Emmaüs recycle aussi, évidemment, de façon solidaire : certains matériels n’apparaissent jamais en salle de vente car ils sont donnés à des associations ; c’est le cas, à Scherwiller, des chaises roulantes ou des machines à coudre. Et des stocks de tables, chaises, sommiers ou gazinières sont régulièrement constitués pour dépanner des familles (pas moins de 750 en Alsace en 2010) qui ont accès à un logement, mais n’ont pas les moyens de le meubler.

ENCADRE : Samedi et/ou dimanche

Ce week-end, lors des portes ouvertes organisées dans les six communautés Emmaüs d’Alsace, on pourra évidemment chiner (les coups de cœur à bas prix sont vraiment garantis), mais aussi s’intéresser d’un peu plus près au travail des compagnons. Voici les horaires de chaque communauté?:

à Cernay, dimanche de 8?h à 17?h?; à Haguenau, dimanche de 14?h à 17?h?; à Mundolsheim, samedi de 10?h à 17?het dimanche de 14?h à 17?h?30?; à Saverne, dimanche de 14?h à 17?h?; à Scherwiller, samedi et dimanche de 10?h à 18?h?;à Strasbourg, samedi et dimanche de 9?h à 17?h.

Pour en savoir plus, on peut consulter les sites internet des communautés??: www.emmaus-cernay68.org?; Mundolsheim ?: www.emmaus-mundo.com? - Strasbourg?: www.emmaus-strasbourg.com?; Scherwiller www.emmaus-alsace.com
more...
No comment yet.
Scooped by ln
Scoop.it!

Fin des quotas : quel avenir pour la brique de lait ? - Terra eco

Fin des quotas : quel avenir pour la brique de lait ? - Terra eco | Les green tech | Scoop.it
En 2015, les quotas laitiers en Europe auront disparu. Ce tournant marquera la fin des soutiens à l’un des secteurs les plus régulés de l’agriculture. Décryptage en 5 points.
LES ARTICLES PRÉFÉRÉS DES ABONNÉS
Exclusif : Nicolas Hulot répond aux questions de « Terra (...)
Sondage : Pour ou contre la candidature Hulot (...)
Plantes médicinales : le grand ménage de printemps
Pourquoi l’arrêt des quotas ? Les quotas ont été mis en place en 1984 quand le lait et le beurre coulaient à flot. Leur mise en place avait pour objectif de réguler la production et de diminuer les dépenses publiques, les Etats rachetant en effet les surplus aux agriculteurs. Le principe ? Chaque (...)
more...
No comment yet.