L'analyse des échanges sur les réseaux sociaux apparaît pertinente pour surveiller les risques de mésusage de la codéine, selon une étude de l'Observatoire français des médicaments antalgiques (Ofma), présentée au congrès de la Société française d'étude et de traitement de la douleur (SFETD) qui s'est tenu à Lille du 14 au 16 novembre.