VERDE / Prologue au Festival Interculturel (CIVD) Studio ouvert au public à Paris 8 | Le Quotidien du Théâtre | Scoop.it
Nous sommes très heureux de vous convier à une des étapes de VERDE / Prologue au Festival Interculturel de Paris 8 (CIVD) Studio ouvert au public A la Coupole - Université de Paris 8 Lundi 4 Avril 2016 à 16h00

VERDE est un projet artistique cross-disciplinaire qui réunit philosophes, chercheurs, étudiants et un ensemble d'artistes d’univers les plus divers: théâtre, marionnette, écriture, danse, architecture, musique et de leurs visions

Création collective FRANCO-ITALIENNE

Tout commence en septembre 2015. La compagnie 35è parallèle cherche une dramaturge française pour la transposition théâtrale d’un texte narratif, le roman policier Almost Blue (1996) de Carlo Lucarelli.

Pourquoi mettre en scène un meurtre en série ? Depuis le premier jour, c’est la question à laquelle se sont confrontées Sabrina Pennacchietti (porteuse du projet et metteur en scène) et Alix Rampazzo (dramaturge).

Le Serial Killer inventé par Carlo Lucarelli a pour caractéristique de se réincarner en ses victimes. Il s’agit d’une prédation morale, vampirisante, dévitalisante, une expérience utilitariste et possessive de l’autre, comme s’il était un objet. Cette action d’appropriation identitaire des victimes est ce qui nous avait poussé à choisir ce roman, et c’est autour de cette première recherche que s’est formé notre collectif, intergénérationel et interdisciplinaire.

Abandonner le roman policier dans l’optique d’un matériel théâtral plus concret. Nous nous sommes intéressés à une référence textuelle des plus significatives : Roberto Zucco de Bernard-Marie Koltès (1988). Ce texte est un hymne à l’anarchie et à la criminalité, écrit à partir d’une chronique de l’époque. Roberto Zucco est un être à la dérive, ni monstre, ni anti-héros, sans joie ni but, inscrit dans un jeu de rôle imposé par la famille, par la société contre laquelle il se rebelle du fait de son incapacité (et de sa frustration ?) à y adhérer. Un travail intense, lucide et intimement politique. Nous ne pouvions pas passer à côté.

Le 7 janvier n’était pas loin, il était là parmi nous, en tant que conscience collective qui faisait corps. Influencés par l’affleurement de la violence, qu’elle soit présente dans les revendications identitaires (de nature politique et religieuse) ou dans un certain discours étatique non moins extrême, et poussés par le besoin de ne plus vivre l’histoire du côté des spectateurs, nous avons voulu approcher au plus près ce nouveau « barbare » qu’est le Serial Killer.

Nous nous intéressons à ce qu’il représente au niveau symbolique, c’est-à-dire une manifestation possible de la nature bestiale des relations humaines. Des pulsions et des peurs collectives nécessaires au bon fonctionnement de la cité et pour lequel il s’agirait de trouver un acteur à la fois bourreau et bouc émissaire. Parce que l’histoire, dans un de ses pires aspects, nous enseigne que pour donner un sentiment d’unité à un groupe il faut un sacrifice et un sacrificateur, notre « monstre » (monstrum, du latin montrer) est devenu l’occasion de mettre en scène des thèmes comme ceux de la démocratie, de la citoyenneté et du terrorisme.

VERDE / Prologue Conception et mise en espace Sabrina Pennacchietti Dramaturgie Alix Rampazzo

Mise en espace de la voix Pauline Mandroux Performers Alix Rampazzo - Edoardo Lazzari - Camille Bonniard - Davide Di Lorenzo Pauline Mandroux – Samir Reyad - Valeria

Projection : matériaux d’archives INA, France 2 Vidéo live Sabrina Pennacchietti

En collaboration avec Simona Maurone - Frederico Nepomuceno et Adrien Kanter - Matthieu Philippe De l'Isle
En compagnie de Emmanuel Vilsaint et son groupe de travail

Nous remercions le CIVD pour l'hospitalité En particulier un merci à Olivier Bruaux, Christiana Charalampopoulou, Céline Stass, Vincent Yeh Photo Francesco Calabrese

Dans la photo marionette de La Fine Compagnie (Aubervilliers), prise dans le cadre de l'intervention de Johanne Gili en février 2016

Avec le soutien du FSDIE de l’Université de Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et du Centre interculturel de Vincennes-Saint-Denis (CIVD), 35ème parallèle et Terre Vivaci.