la precarite
7 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Josiane Desguers
Scoop.it!

L'Assemblée vote le texte sur le logement social

L'Assemblée vote le texte sur le logement social | la precarite | Scoop.it
PARIS (Reuters) - Les députés français ont adopté mardi majorité contre opposition le nouveau texte sur le logement social qui remplace celui qui (L'Assemblée vote le texte sur le logement social http://t.co/ADLM2Rc1...)...
more...
No comment yet.
Rescooped by Josiane Desguers from France
Scoop.it!

Santé: l'histoire de l'ancien hôpital hospice Saint Sauveur

Santé: l'histoire de l'ancien hôpital hospice Saint Sauveur | la precarite | Scoop.it
Lorsque en 2004 fut inauguré un nouvel hôpital local route de Nîmes, à côté de la maison de retraite ''Les Jardins de l'Escalette'' fut abandonné l'ancien hôpital Saint Sauveur situé à proximité du centre ville, avenue du maréchal Foch. Durant sept ans, on se demanda ce qu'allait de venir le vaste et vénérable bâtisse jusqu'au 4 décembre 2011 où une demande de permis de construire était déposée en vue de le réhabiliter. Ainsi se terminerait la vocation de cet établissement , un ''hôpital hospice'' dont la première pierre fut posée par monseigneur Bauyn le 14 octobre 1746 à l'emplacement d'un hôpital Sain Sauveur du XIIIe siècle. Le 24 avril 1749 était bénie le début de la construction de la chapelle qui marquait la fin des travaux de l'aile nord conçue par l'architecte Rollin et comprenant en rez de chaussée, cuisine, office, buanderie; au premier étage, salle des malades avec vestibule; au second étage, réfectoire et dortoir pour les orphelins.

Par la suite, fut construit le bâtiment des hommes ... L'opération coûta 40 000 livres ''entièrement des deniers de Monseigneur'', ou presque car Mme Hubac versa15 000 livres.
L'hôpital était tenu par deux personnes ''infirmiers improvisés''ou demoiselles appelées ''sœurs hospitalières de Mgr Bauyn''. En 1760, l'évêque fit appel aux Filles de la Charité de Saint Vincent-de-Paul. Cinq d'entre-elles arrivèrent le 18 juin. Ce sont les fameuses cornettes blanches qui devaient y rester jusqu'à la fin de le dernière guerre mondiale.


Via Sigalon
more...
No comment yet.