La nouvelle réalité du travail
17.6K views | +0 today
Follow
 
Scooped by Denis Pennel
onto La nouvelle réalité du travail
Scoop.it!

Le Nouveau Travail arrive : plus de confiance, moins de contrôle!

Le Nouveau Travail arrive : plus de confiance, moins de contrôle! | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Le Nouveau Travail est un courant qui fait de plus en plus d'adeptes à travers le monde, avec comme exemples Microsoft, Rabobank, la sécurité sociale belge et Telenor. Un hype, une tendance, un discours de gourou ?Selon l'expert Henny van Egmond, l'ennemi juré du management à l'ancienne, rien n'est moins vrai. Il s'agirait du seul moyen de survie en tant qu'entreprise. Et "pire" encore, cette culture est basée sur la confiance, la responsabilité individuelle et le dialogue. Pour en savoir plus, nous avons donc interrogé Henny van Egmond, expert reconnu dans le monde du Nouveau Travail.
more...
No comment yet.
La nouvelle réalité du travail
Il est urgent de moderniser l’organisation du travail afin de l’adapter au triomphe de l’individualité, à la soif de liberté et à notre société post-industrielle
Curated by Denis Pennel
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

"Travail: La soif de liberté"; la video du blockbuster de la rentrée !

"Travail: La soif de liberté"; la video du blockbuster de la rentrée ! | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

La Librairie de l'Éco, du mercredi 6 septembre 2017, présentée par Emmanuel Lechypre sur BFM Business, a invité Denis Pennel pour présenter son nouveau livre "Travail,: la soif de liberté" (Editions Eyrolles).


L’évolution du travail est celle d’une longue marche vers toujours plus de liberté. Mais aujourd’hui, c’est en dehors du salariat que s’inventent de nouvelles manières d’exercer son activité professionnelle – indépendants, slashers, co-workers, startuppers, makers, etc. – répondant à une aspiration profonde des travailleurs pour plus d’autonomie et moins d’autorité.


Car le salariat, caractérisé par la relation de subordination, a étouffé le travail dans un cadre trop rigide et coercitif, conçu à l’ère de l’usine. Devenu protéiforme, collaboratif, agile, autonome, le travail est en train de faire sa révolution. Pourtant, le mythe du CDI protecteur persiste, moins pour la stabilité qu’il procure que par l’accès au Graal de la protection sociale qu’il permet. Face à ces profondes mutations, Denis Pennel nous livre les clés pour comprendre cette soif de liberté au sein du monde du travail.


more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

L'Avenir du travail modifié en profondeur par le Numérique

L'Avenir du travail modifié en profondeur par le Numérique | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
A quoi ressemblera le travail demain ? Serons-nous tous entrepreneurs nomades ? Le contrat commercial aura-t-il remplacé le contrat de travail et l’intermittence sera-t-elle devenue la règle ? L’entreprise modulaire et les fabs labs auront-ils eu raison du bureau et de l’usine traditionnels ? Les espaces de co-working et les réseaux professionnels se substitueront-ils au travail en équipe et aux espaces de dialogue social ? Autant de questions qui émanent des bouleversements portés par la révolution technologique et par la numérisation de l’économie. Elles renouvellent aujourd’hui les termes de la réflexion, déjà engagée, sur les mutations du travail et sur son avenir.


more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Travailler autrement au 21 ème siècle
Scoop.it!

Qu'est ce que le présentéisme au travail ?

Qu'est ce que le présentéisme au travail ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Enrhumée ou épuisée, vous vous sentez "obligée" d'aller travailler, même sans être à 100% de vos capacités. Décryptage du "présentéisme", un mal qui doit sa discrétion à sa banalité.

Via Loïc CARO, JP Fourcade
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Ils cumulent plusieurs métiers par envie : les "slasheurs" vont-ils bouleverser le monde du travail ?

Ils cumulent plusieurs métiers par envie : les "slasheurs" vont-ils bouleverser le monde du travail ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Cumuler les jobs en associant passions et revenus, c'est la spécificité de ceux que l'on appelle les "slasheurs". Et les spécialistes en sont sûrs : c'est une tendance de fond qui pourrait devenir une norme.


Un terme qui désigne des personnes qui jonglent entre plusieurs activités professionnelles par nécessité d'augmenter leurs revenus ou par choix et parfois les deux. En 2016, en France, 16% des actifs entre 18 et 65 ans sont des "slasheurs" et parmi eux, 77% exercent leur deuxième métier dans un secteur tout à fait différent, indique une étude pour le salon SME, le salon des micro-entreprises.


Pour Denis Pennel, slasheur lui-même et auteur d’un livre Travail, la soif de liberté, ces chiffres sont sûrement sous-évalués car ils ne prennent pas en compte le travail bénévole et les personnes qui ne déclarent pas toutes leurs sources de revenus. Aussi, le chiffre de 4,5 millions serait plus proche de la réalité, "encore qu’on est très probablement au dessus", selon lui. Alors qui sont ces "slasheurs", cumulards de jobs et de passions ? LCI a mené sa petite enquête.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Le Bureau Traditionnel, La Hantise Des Millennials

Le Bureau Traditionnel, La Hantise Des Millennials | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Le constat est fait : la qualité des bureaux est devenue un enjeu prioritaire pour les entreprises cherchant à atteindre un haut niveau d’attractivité et de productivité. Les dirigeants sont obligés de revoir leur modèle de bureau traditionnel pour répondre aux attentes des nouvelles générations d’actifs. 


Une nouvelle génération d’actifs s’installe dans les bureaux : Millenials, Y, Z… remplacent progressivement les précédentes au bureau. Et pour cause : 50% des actifs auront moins de 30 ans en 2020, ils seront donc plus nombreux que les boomers au bureau. Leur nouvelle vision du travail implique une rupture avec les besoins et les exigences d’aujourd’hui. Les millenials seraient prêts à renoncer à 6 500 € de salaire annuel en moyenne pour travailler dans un meilleur environnement. 93% des jeunes actifs ne veulent plus d’un bureau classique. Il est donc nécessaire de joindre leurs attentes aux dynamiques de l’environnement de travail qu’ils cultivent : non hiérarchique, fluide, innovant, en mouvement, avec des interactions dynamiques au sein du groupe.

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Actualité de l'emploi et de la formation
Scoop.it!

Les freelances s'intègrent durablement dans les grandes entreprises

Les freelances s'intègrent durablement dans les grandes entreprises | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

La culture du travail nomade s'est largement démocratisée durant ces dernières. Le nombre de freelances en France a triplé en seulement dix ans. Et les entreprises sont de plus en plus nombreuses à faire appel à eux.


«À bien des égards, les grandes entreprises ont besoin des freelances pour les aider à se transformer, précise Vincent Huguet, co-fondateur du site. Soit parce que ces travailleurs disposent de compétence clés que les entreprises traditionnelles n'arrivent pas à intégrer, soit parce qu'ils diffusent des nouvelles méthodes de travail et imposent de repenser le management en tant que tel.» Autrement dit: les freelances ont également le mérite de dépoussiérer le management. Et ils sont «adaptables» à n'importe quel milieu ou secteur professionnel. Malt a établi un classement des entreprises du CAC 40 qui travaillent le plus avec des freelances. Orange y figure en tête, et travaille au quotidien avec 486 freelances. La BNP Paribas et le groupe Publicis sont loin derrière.


Via Emploi-Formation
more...
DZConseil's curator insight, March 7, 12:27 PM
En complément, mon analyse sur le sujet est toujours d'actualité 
Helene de saint front's curator insight, March 9, 11:51 AM
La tendance freelance amène à repenser le management de projet et surtout la fidélisation. D'où l'importance pour une entreprise de clarifier le cadre de son identité, et de l'incarner vraiment, pour mieux sélectionner et fidéliser les freelance qui se retrouvent dans cette identité. 
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Le travail n'est plus ce qu'il était !

Le travail n'est plus ce qu'il était ! | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Au XXe siècle, on pouvait encore appliquer au monde du travail les trois règles de la tragédie classique : il y avait à la fois unités de lieu, de temps et d’action. Aujourd’hui, le travail a perdu cette caractéristique essentielle. Les nouvelles technologies et la dématérialisation des processus permettent diverses formes de télétravail : à domicile, dans des espaces de coworking, dans des lounges d’aéroport, etc. Il y a en outre une porosité croissante entre vies professionnelle et privée. La journée de travail est flottante : on consulte des mails de chez soi ou sur le trajet du bureau, en soirée ou le week-end.

Lorsqu’on examine la relation entre modèle économique et forme dominante d’emploi, on constate que chaque révolution industrielle a mené à l’émergence d’une forme généralisée de travail. Dans l’Antiquité grecque et romaine, l’esclavage en était la forme la plus répandue. Au Moyen Âge, cela a évolué vers le servage où, tout en restant sous la supervision d’un seigneur, le travailleur était plus libre et rémunéré en partie. Au XIXe siècle, on a assisté à l’apparition de l’artisan et du travail indépendant et, au XXe siècle, à la généralisation du salariat. Aujourd’hui, nous vivons une révolution industrielle menant à l’apparition de formes de travail fort différentes, telle que la recrudescence du travail indépendant. C’est que les profils et les attentes des travailleurs ont aussi évolué. La population active n’a jamais été aussi bien formée et éduquée qu’aujourd’hui. Dans les années 1950, rares étaient les travailleurs qui disposaient d’un diplôme de fin d’études secondaires. Seule une très faible proportion allait à l’université. La situation est radicalement différente de nos jours. De même, dans les années 1950, il n’existait qu’une trentaine d’États démocratiques, contre plus d’une centaine aujourd’hui, selon l’ONU. Cette évolution fait que le citoyen s’est habitué à plus de liberté et d’indépendance, mais aussi à participer plus activement aux prises de décisions. Dans ce contexte, on a parfois l’impression que ce mouvement s’est arrêté aux portes des entreprises.


more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Veille Management - RH - Formation par ORSYS
Scoop.it!

Les employés ne seraient productifs que 2h53mn par jour

Les employés ne seraient productifs que 2h53mn par jour | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Une recherche sur les habitudes en ligne et la productivité des employés qui travaillent au bureau a révélé, ou confirmé selon votre vision du travail, que le travailleur moyen consacre une quantité considérable de temps à procrastination. C’est ainsi que durant sa journée de travail, l’employé de bureau ne consacrerait qu’un peu moins de 3 heures au travail constructif. L’étude - menée par Vouchercloud auprès de 1.939 employés de bureau britanniques à temps plein âgés de plus de 18 ans – a posé en particulier les 2 questions suivantes :
« Considérez-vous que vous êtes productif tout au long de la journée de travail ? » Lorsque cette question leur a été posée : 79% des employés ont admis qu'ils ne l'étaient pas ; 21 % seulement ont répondu ‘oui’, qu’ils étaient productifs tout au long de la journée. « Si vous deviez indiquer un chiffre, combien de temps pensez-vous que vous dépensez de manière productive pendant les heures de travail au quotidien ? » La compilation des réponses a permis d’obtenir la moyenne de très exactement 2 heures et 53 minutes de travail productif quotidien !

Via ORSYS Formation
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Révolution du travail: les défis des entreprises du XXIè siècle

Denis Pennel, auteur, conférencier et Directeur général de la World Employement Confederation, est intervenu dans le cadre des Entretiens de l'Académie. A cette occasion, Denis Pennel a présenté son dernier ouvrage "Travail, la soif de liberté: Comment les start-uppers, slashers, co-workers réinventent le travail" publié aux éditions Eyrolles fin 2017.

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Teletravail et coworking
Scoop.it!

La Fédération des partenaires pour l’emploi est officiellement lancée

La Fédération des partenaires pour l’emploi est officiellement lancée | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
C'est historique, n'ayons pas peur des mots. Et la présence, en force, à la conférence de presse, de la presse économique et professionnelle de l'emploi prouve bien l'enjeu nouveau du thème.

Via Xavier de Mazenod
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Actualité de l'emploi et de la formation
Scoop.it!

L'inactivité au travail coûte des milliards par an

L'inactivité au travail coûte des milliards par an | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Les moments d'inactivité au travail coûtent cher aux entreprises : 100 milliards de dollars par an aux Etats-Unis, si l'on en croit une étude qui vient d'être publiée par la Harvard Business School. Un chiffre «choc» pour mettre en avant une tendance de fond.


Les chercheurs insistent également sur quelques petites subtilités terminologiques. La procrastination, par exemple, ne peut être considérée comme un temps d'inactivité puisqu'il s'agit d'une démarche volontaire! Le temps d'inactivité d'un salarié est forcément, selon leur définition, involontaire. Il est lié à l'organisation des tâches professionnelles qui le dépassent et/ou d'un management douteux. Le temps d'inactivité est subi et non choisi. Les chercheurs se sont rendus compte que les salariés géraient cet ennui en ralentissant le plus possible une tâche afin de ne pas laisser transparaître le fait qu'ils sont inoccupés. Un phénomène qu'ils ont baptisé «l'effet de temps mort.» «Les gestionnaires devraient évaluer les employés en fonction des résultats plutôt que des heures de travail», pointe aussi Andrew Brodsky, relevant ainsi les ravages du présentéisme, ce fléau du travail.


Via Emploi-Formation
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Les jeunes moins inquiets de la précarité professionnelle que leurs aînés

Les jeunes moins inquiets de la précarité professionnelle que leurs aînés | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Les jeunes Français se seraient-ils habitués à la précarité ? C’est une hypothèse que soulève le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Cereq) dans un rapport publié jeudi 1er février. Alors qu’ils sont entrés sur le marché du travail dans un contexte économique dégradé avec un taux de chômage record, les femmes et les hommes de la génération 2010, entrés cette année-là sur le marché du travail, sont pourtant moins inquiets que leurs aînés.


« Comment voyez-vous votre avenir professionnel ? » La question a été posée par le Cereq aux jeunes de la génération 1998 pendant les dix premières années de leur vie professionnelle ainsi qu’à la génération 2010, après trois puis cinq années de vie active. Premier enseignement : une large majorité des deux générations se déclare « optimiste » ; néanmoins, après trois ans de vie professionnelle, ils sont 28 % à se dire inquiets pour la génération 2010, alors que ce n’était le cas que de 16 % pour celle de 1998.


Enfin, l’ancienneté dans une entreprise n’est pas forcément un facteur de sérénité. Une situation stabilisée peut entraîner la crainte de perdre une « situation privilégiée, ou vécue comme telle ». Pour les jeunes, une durée longue passée au même poste peut être également vécue comme une stagnation, sans perspectives : « L’ancienneté refléterait une détérioration progressive des conditions de travail », analysent les auteurs.

more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Les RH de demain
Scoop.it!

Le numérique sonne-t-il la fin du bureau fixe ?

Le numérique sonne-t-il la fin du bureau fixe ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Flexibilité, mobilité, nouveaux modes de travail… Des mots qui reviennent en boucle dans les différentes études et les médias dès lors que l’on parle de futur du travail. Avant, on avait le choix entre travailler en entreprise ou chez soi, désormais, on parle de « travailler partout ». Une flexibilité impulsée par les nouvelles générations de professionnels à laquelle les entreprises n’ont pas d’autres choix que de se plier.


Via Pôle emploi
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Toutes les fois où la technologie devait changer le travail... et ne l'a pas fait | 

Toutes les fois où la technologie devait changer le travail... et ne l'a pas fait |  | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Le téléphone qui donne un sixième sens aux entrepreneurs ou des hélicoptères comme moyen privilégié de transports en commun; les prédictions sur le «travail du futur» n'ont pas toutes vu le jour.
Et les prédictions remontent bien avant Internet. Déjà en 370 avant Jésus Christ, Socrate voyait d'un mauvais œil l'idée que tous les hommes apprennent à écrire: «Ils cesseront de faire travailler leur mémoire parce qu'ils compteront sur ce qu'ils ont écrit.» L'écriture a tout de même été bien pratique pour, c'est vrai, se souvenir de tels propos. Dans la même optique, aux 15e et 16e siècles, des intellectuels s'inquiétaient des effets de l'abondance de livres, qui pourraient nous «perturber» voire nous rendre «barbares».
more...
Gabarre's curator insight, April 12, 6:02 PM
petite histoire...
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Ils cumulent plusieurs jobs : les « slashers », avant-gardistes ou nouveaux précaires ?

Ils cumulent plusieurs jobs : les « slashers », avant-gardistes ou nouveaux précaires ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Pour Denis Pennel, lui-même slasher et auteur d’un livre, Travail, la soif de liberté, le grand tournant a eu lieu en 2008, avec la création du statut d’auto-entrepreneur. « D’un coup, il est devenu très facile de créer une structure d’indépendant, et les chiffres sont là pour en témoigner, on compte aujourd’hui plus d’un million d’auto-entrepreneurs », commente-t-il.

« Le fait de slasher permet de réconcilier ces deux aspects du travail : le job-passion et le job-raison », note Johann Ouaki, lui-même slasher et fondateur de SOTO, une entreprise qui accompagne des freelances dans l’optimisation de leur parcours professionnel. « Aujourd’hui, on peut faire les deux : on peut moduler le job carriériste et avec les 30/40% de temps restant développer un nouvel équilibre. C’est un profil qui va de plus en plus être représenté : beaucoup de gens sont frustrés de ne pas faire autre chose et de ne pas développer d’autres compétences. »


more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Industrie en Bretagne
Scoop.it!

Plus de 40% des investissements industriels mondiaux sont dédiés à l’usine du futur

Plus de 40% des investissements industriels mondiaux sont dédiés à l’usine du futur | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Les annonces sur l’industrie du futur sont-elles suivies d’actions concrètes ? Plutôt oui, répond une étude basée sur l’analyse d’articles de presse de l’Observatoire des usines du futur de l’ingénieriste Fives, Trendeo, EDF et l’Institut de la réindustrialisation publiée mardi 20 mars. 41% des projets d’investissement industriel en 2017 incluraient des briques de l’usine du futur selon ce baromètre.

 Les projets usines du futur selon ce baromètre sont majoritairement regroupés en Amérique du Nord, en Europe et en Amérique du Sud. Parmi les plus grands projets d’usine du futur répertoriés par l’étude, on trouve l’usine du fabricant d’adhésifs brésilien Pegatex Artecola à Mosquera en Colombie qui allie système de production flexible et économie d’énergie, l’usine LG à Séoul équipée de toits végétaux, panneaux d’algues et de technologie de récupération des bruits de pas pour générer de l’énergie, le site Jas Hennessy à Cognac et son système de traçabilité sophistiqué, ou encore l’usine très automatisée de batteries pour voiture électrique de l’autrichien Kreisel Electric.

Via François Pellerin, Obsmetalbretagne
more...
François Pellerin's curator insight, March 20, 2:40 AM

"L’étude a identifié 3 412 projets annoncés ou réalisés l’an dernier, représentant 1 026 milliards de dollars. Pour être identifiés "usine du futur", les projets doivent répondre à au moins l’un des six critères suivants : numérisation, flexibilité du travail, efforts environnementaux, efficacité énergétique, efforts territoriaux et efforts sociaux."

La qualification d'Usine du Futur est discutable. Il suffit d'obtenir 1 point sur 12 possibles pour être classé Usine du Futur. Si l'on prenait par exemple le score de 6 comme référence, il ne reste que 63 projets soit 2% des projets! Voir les résultats détaillés.

 

Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Travail, la soif de liberté

Travail, la soif de liberté | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Face à la grosse fatigue du salariat, Denis Pennel exhorte à planter le nouvel arbre qui portera les fruits d’un travail réconcilié avec la liberté et sera fait pour survivre au monde du XXIe siècle. Car, il en est convaincu: on ne pourra plus longtemps appliquer des solutions éculées pour résoudre les problèmes du futur. Le travail se sent aujourd’hui à l’étroit dans le moule qu’on lui a forgé, « engoncé dans l’habit qu’on lui a façonné au XXe siècle », nous dit Dennis Pennel, directeur général de la World Employment Confederation et expert reconnu du monde du travail (il est notamment l’auteur de Travailler pour soi, paru en 2013).

« La relation standardisée établie à travers l’organisation fordiste de l’emploi (contrat à durée indéterminée, travail répétitif et calibré, unité de lieu et de temps) a évolué au profit de contrats de travail plus courts et flexibles (CDD, intérim, temps partiels). Mais, aujourd’hui, c’est en dehors du salariat que s’inventent de nouvelles manières d’exercer son activité professionnelle: auto-entrepreneur, travail via des plates-formes numériques, renouveau de l’artisanat à travers les ‘fab labs’ et autres masers, renaissance du petit commerce de proximité… »
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Le livre "Travail, la soif de liberté"  nommé pour le Prix Turgot 2018

Le livre "Travail, la soif de liberté"  nommé pour le Prix Turgot 2018 | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Créé sous le haut patronage du ministère de l'Économie et des Finances, le prix Turgot récompensera le 4 avril prochain le meilleur livre de la littérature économique et financière. Mon dernier livre "Travail, la soif de liberté" (paru chez Eyrolles) a été nommé pour recevoir un des 5 prix à l'issue d'une stricte sélection (plus de 150 ouvrages étaient en compétition). La cérémonie sera présidée par Jean-Claude Trichet, sous le haut patronage du ministre Bruno Le Maire.
more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Les Slasheurs : ces frondeurs en terre gauloise

Les Slasheurs : ces frondeurs en terre gauloise | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
« Slasheur » : le mot sonne encore comme une météorite malvenu dans la langue française. D’origine anglo-saxonne, rappelant un signe informatique, il désigne ces travailleurs qui cumulent plusieurs jobs, plusieurs activités, et en définitive plusieurs passions. Une forme d’éclectisme assez peu dans le vent dans une culture française encore très dépendante des modèles univoques.

La France compterait 4,5 millions de slasheurs, soit 16 % de la population active. 70 % d’entre eux sont pluriactifs par choix et 77 % exercent leur deuxième « métier » dans un secteur très différent du premier. Pourquoi sont-ils slasheurs ? 73 % des répondants disent que c’est avant tout un moyen d’arrondir leurs fins de mois, 27 % le sont pour générer des revenus grâce à leur passion et 12 % sont motivés par le fait d’être leur propre patron. Recherche économique et aussi de plaisir sont donc les deux principaux motifs qui conduisent à slasher.


more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

SIRH : cinq tendances clefs qui redessinent la gestion des talents

SIRH : cinq tendances clefs qui redessinent la gestion des talents | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Qu’on le veuille ou non, la technologie a complètement changé la manière dont on recrute et gère les talents. Voici cinq tendances que les entreprises les plus intelligentes et les précurseurs des ressources humaines utilisent déjà pour rester à la pointe de la gestion du personnel.


« Historiquement, les recrutements se faisaient quand un poste s’ouvraient », constate Paul Hamerman du Forrester. « Une évolution majeure des RH est qu’elles utilisent aujourd’hui des techniques de marketing pour se ‘’brander’’ et créer une image positive pour attirer les meilleurs profils ». Ces stratégies pro-actives, et non plus réactives, ne peuvent faire l’économie des réseaux sociaux. Les entreprises qui les mettent en place regardent aussi de très près les évaluations de type Glassdoor. Elles analysent le trafic du site corporate, en particulier celui des pages qui racontent l’histoire et la culture de la société. Les outils de recrutement modernes doivent permettre cette approche, qui est par ailleurs celles d’un Jobvite ou d’un SmashFly. De plus en plus de sociétés utilisent également l'intelligence artificielle et des algorithmes pour identifier les perspectives d'emploi idéales, explique Brian Kropp, analyste au Gartner.

more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Nick Srnicek : « Le post-travail nous libèrera des contraintes du salariat »

Nick Srnicek : « Le post-travail nous libèrera des contraintes du salariat » | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Il vaudrait mieux parler de post-salariat, pour être plus précis, bien que ce dernier terme ne soit pas aussi accrocheur que le « post-travail ». Disons que, par là, j’entends, avec mon coauteur Alex Williams, l’organisation du travail, singulière et spécifique, qui s’est imposée dans le mode de production capitaliste.

Le salariat n’existait pas sous cette forme généralisée avant le capitalisme. Aussi, pour nous, un monde post-travail devrait au minimum viser la suppression du pouvoir coercitif du salariat, diktat selon lequel on est censé trouver un emploi si l’on ne veut pas connaître la faim et finir sans abri. Le projet du post-travail se focalise sur l’élimination de cette dimension coercitive et sur le développement de la liberté.

« Dans un monde post-travail, nous pourrons consacrer notre temps à développer des projets variés, aussi bien individuels que collectifs. Mais ce “travail” ne sera pas conditionné par l’obtention d’un salaire »


more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Quand signer un CDI devient synonyme de prise de risque ou l'inexorable montée du travail indépendant

Quand signer un CDI devient synonyme de prise de risque ou l'inexorable montée du travail indépendant | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
La soif d'indépendance au travail semble infinie, une fois qu'on y a goûté, et ce à tout âge. En gérant leurs effectifs à coups de soufflets, les entreprises ont envoyé un signal aux salariés actuels et futurs : signer un CDI ne garantit plus rien. Ce n'est bien sûr pas définitif, et, demain ou dans cinq ans, les anticipations des salariés pourront changer si les entreprises modifient durablement et collectivement leur comportement. Enfin, et c'est peut être le plus important, pour certaines personnes : signer un CDI en 2018 est devenue pour certaines personnes un risque, quand le travail indépendant leur semble gage de davantage de sécurité. Pour expliquer le développement des VTC, David Menascé avait expliqué qu'il était plus facile pour certaines personnes de trouver des clients qu'un emploi. Il semblerait que le phénomène soit beaucoup plus général et profond. Il serait temps que les débats politiques s'en rendent compte.


more...
No comment yet.
Scooped by Denis Pennel
Scoop.it!

Vie professionnelle : "il y a une soif de liberté et une envie profonde de sortir du salariat" - Mode(s) d'Emploi

Vie professionnelle : "il y a une soif de liberté et une envie profonde de sortir du salariat" - Mode(s) d'Emploi | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Dans son dernier essai, « Travail, la soif de liberté« , Denis Pennel, directeur général de World Employment Confederation, revient sur les changement en cours sur le marché du travail. Entre les slashers – ces actifs qui mêlent plusieurs activités, par besoin financier ou pour exercer des missions plus satisfaisantes que leur job alimentaire – mais aussi les indépendants, les startuppers, les makers, etc., il estime que la servitude volontaire des individus au salariat est proche de la fin. Les actifs rêvent d’être davantage autonomes et si le CDI reste, encore aujourd’hui, le Graal pour s’intégrer à la société, son rôle de moins en moins protecteur montre les limites d’un cadre en voie d’obsolescence.


more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from SIRH & RH
Scoop.it!

Demain, quelles compétences pour les professionnels des RH ?

Demain, quelles compétences pour les professionnels des RH ? | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it
Face à un monde du travail en mutation perpétuelle, une récente étude prospective a fait le point sur la fonction RH et ses configurations possibles pour demain. « RH 7.0 : les scénarii prospectifs des métiers ressources humaines » a ainsi imaginé tous les scénarios possibles pour la profession et réfléchi aux compétences qui seront indispensables à l’avenir. Pilotage, accompagnement, écoute et respect sont ainsi au cœur des enjeux.



Via HR Path
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from Les RH de demain
Scoop.it!

LinkedIn n'a pas tué les chasseurs de tête : zoom sur un métier qui a toujours la cote

LinkedIn n'a pas tué les chasseurs de tête : zoom sur un métier qui a toujours la cote | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Ni imperméable ni loupe : et non, le chasseur de tête moderne n'a pas grand chose à voir avec l'image romanesque du détective. L'un d'eux, travaillant au sein d'un cabinet de recrutement, nous décrit son activité, à l'ère du numérique. Il nous explique comment il s'y prend pour trouver et convaincre les bons candidats.


Via Pôle emploi
more...
No comment yet.
Rescooped by Denis Pennel from ZeHub
Scoop.it!

Les élèves des grandes écoles veulent un emploi pour être « utiles » et servir l’intérêt général

Les élèves des grandes écoles veulent un emploi pour être « utiles » et servir l’intérêt général | La nouvelle réalité du travail | Scoop.it

Ces futurs diplômés souhaitent trouver du sens à leur travail. Critiques envers les modes de management contemporain, ils regardent aussi du côté de l’économie sociale et solidaire.


Pour choisir leur futur emploi, les élèves interrogés citent d’abord comme critère « primordial ou important » l’intérêt du poste (91 % des répondants), l’ambiance et le bien-être au travail (85 %) et le fait d’être en phase avec ses valeurs (75 %). Et à la question de ce qui les rendrait « fiers » de leur vie professionnelle, la réponse « Avoir été utile, avoir apporté des changements à la société » arrive en tête, citée par 97 % des répondants, juste avant « avoir innové » (95 %), « avoir permis à des personnes de se développer professionnellement » (90 %), et créer des emplois par 87 %. De plus, ils se fixent comme but, dans leur travail, d’œuvrer d’abord pour l’intérêt général (52 % des répondants), d’améliorer la vie des gens (49 %) de « changer les choses » (42 %), bien avant de « créer de la valeur, de l’emploi » (23 %).


Alors que ce critère est retenu par 41 % des alumni (les anciens élèves) qui ont aussi été consultés (1 586 répondants). Les élèves des grandes écoles sont majoritaires à avoir un engagement associatif (56 %), bien davantage que leurs aînés (38 % des alumni). En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/01/23/les-eleves-des-grandes-ecoles-veulent-un-emploi-pour-etre-utiles-et-servir-l-interet-general_5245636_4401467.html#DfKR198JZ32JfxwL.99


Via Hubert MESSMER @Zehub on Twitter
more...
No comment yet.