L'enseignement dans tous ses états.
22.8K views | +4 today
Follow
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les logiciels de vie scolaire: l'outil de surveillance de l'Education nationale | Slate.fr

Les logiciels de vie scolaire: l'outil de surveillance de l'Education nationale | Slate.fr | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Bulletins ou cahiers de texte numériques: l'Education nationale se modernise mais ne songe pas que certains de ses outils déresponsabilisent les élèves et laissent libre cours au flicage.

 

Il est déjà bien loin le temps où les professeurs devaient remplir à la main les bulletins trimestriels de leurs élèves… Bombardé enseignant en 2007, j’avoue à regret ne jamais avoir connu l’époque des bulletins manuscrits et des copies carbone, ce qui m’aurait permis de jouer les anciens combattants en salle des profs. Les logiciels de vie scolaire (citons ProNote, VieScolaire.net ou Educ’Horus) fournissent depuis désormais quelques années une assistance clé en main non seulement pour les bulletins, mais également pour la gestion des absences et des retards et du cahier de textes de la classe.

Le cahier de textes de la classe, c'est le «cahier» dans lequel le prof doit détailler pour chaque heure de cours ce qui a été fait pendant la séance (en joignant les documents utilisés) et les devoirs à faire pour la fois suivante, le but étant de permettre aux élèves absents pendant la séance de savoir tout ce qui a été fait pendant qu'il n'était pas là, et de rattraper. Plus pratique en version numérique qu'à l'époque où il était en papier, lourd, et trimballé par les élèves chargés de le porter d'une classe à l'autre, du cours de français au cours de maths, puis d'anglais...

D'ailleurs, le remplissage du cahier de textes est devenu une obligation en 2010: 

«De façon permanente, il doit être à la disposition des élèves et de leurs responsables légaux qui peuvent s'y reporter à tout moment. Il assure la liaison entre les différents utilisateurs. Il permet, en cas d'absence ou de mutation d'un professeur, de ménager une étroite continuité entre l'enseignement du professeur et celui de son suppléant ou de son successeur.»


Soyons honnêtes: le cahier de textes est la bête noire d’une majeure partie des enseignants, moi le premier. Son remplissage est une activité chronophage, de celles qui poussent à la procrastination... sauf que pour servir à quelque chose, il doit se faire de façon quotidienne et exhaustive. Gare à nous si les chefs d’établissements ou les inspecteurs réalisent qu’il est mal ou peu rempli.


Pour autant, les logiciels de vie scolaire ne risquent pas de disparaître: le passage au tout-numérique est une obsession mal contrôlée, et le côté pratique et exhaustif de tels logiciels peut difficilement donner envie de revenir au papier et au stylo; et ce n'est pas aux professeurs qu'ils peuvent nuir le plus: mais aux élèves.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

«Apologie du terrorisme» : un prof de philo suspendu

«Apologie du terrorisme» : un prof de philo suspendu | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Enseignant au lycée Victor-Hugo de Poitiers, il est suspendu quatre mois et une enquête est ouverte. Des actions de soutien sont mises en place.

 

Après les meurtres perpétrés par Coulibaly et les frères Kouachi, la plupart des enseignants, souvent démunis, ont voulu faire circuler la parole, organiser des débats, poser des mots sur ces événements glaçants. Dans le même temps, la ministre de l’Education nationale prévenait : tous les élèves ou les enseignants qui tiendraient des propos discutables seraient sanctionnés, voire signalés à la police.

 

Un exercice difficile qui pourrait coûter cher à Jean-François Chazerans, professeur de philosophie au lycée Victor-Hugo de Poitiers. Il s’est vu reprocher d’avoir «tenu des propos déplacés» lors de la minute de silence (à laquelle il assure cependant n'avoir pas assisté), jeudi 8 janvier, en hommage aux victimes, rapporte la Nouvelle République. «Il y a eu des plaintes de familles, a expliqué au journal régional le recteur de l’académie de Poitiers, Jacques Moret. L’enseignant aurait tenu des propos déplacés […]. J’ai immédiatement diligenté une enquête. Le professeur a été suspendu. Il fallait l’éloigner de ses élèves. La procédure suit son cours. Le conseil de discipline statuera [le 13 mars, ndlr] sur la suite de sa carrière.» Sa suspension de quatre mois maximum a été agrémentée d’une plainte en justice. Le parquet de Poitiers a ouvert une enquête pour «apologie d'actes de terrorisme». Il encourt 75 000 euros d'amende et jusqu'à 5 ans d'emprisonnement. La teneur des propos en question n’a pas été précisée.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le ton monte autour du Harlem Shake à Tunis

Le ton monte autour du Harlem Shake à Tunis | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Etudiants et salafistes s'affrontent au sujet de cette danse jugée indécente par les islamistes.

 

Echange d’invectives et de coups: étudiants et salafistes se sont affrontés mercredi à Tunis autour de la mise en scène du buzz planétaire «Harlem Shake», devenu en quelques jours un sujet de querelle en Tunisie entre tenants de la morale islamique et jeunes laïcs.

«Dégage, dégage !», scandent plus de 200 étudiants dans la cour de l’Institut des langues Bourguiba de la cité El Khadra à Tunis. Leur cible, une dizaine de salafistes venus les dissuader d’exécuter cette danse «haram», soit interdite par l’islam.

Cette mouvance radicale, dont la cité El Khadra est un bastion, a commencé à mobiliser dans la rue comme sur les réseaux sociaux, contre le «Harlem Shake» en raison de son caractère «indécent».

«Nos frères sont tués en Palestine par les Israéliens, et vous, vous dansez!», lance l’un d’entre eux, appuyé par d’autres, la mine menaçante, et vêtus de tuniques à la mode afghane.

«Mêle toi de tes affaires et garde tes leçons de morale pour d’autres! (...) ce n’est pas un mec comme toi qui va nous empêcher de faire quoi que ce soit», réplique un jeune portant le masque d’un visage déformé rendu célèbre par le film d’horreur américain «Scream».

Soudain un intrus, vêtu d’une tenue militaire et tenant à la main un cocktail Molotov est encerclé par des enseignants qui l’empêchent d’utiliser son arme incendiaire, mais autour la dispute dégénère et les deux camps s’affrontent à coups de poings.

 

Portant des grosses lunettes roses, Fidàa Jebali, étudiante en master et l’une des organisatrices du «Harlem Shake», s’emporte, montrant sur sa joue la marque d’un coup reçu. «Une fille voilée m’a traité d’apostat avant de me gifler, ce n’est pas normal de subir ça en 2013», déplore-t-elle.

Au final les islamistes se replient laissant le tournage avoir lieu sous les applaudissements de la foule ravie de remporter la manche...

more...
Philippe Trebaul's curator insight, February 27, 2013 4:33 PM
Le ton monte autour du Harlem Shake à Tunis...

Etudiants et salafistes s'affrontent au sujet de cette danse jugée indécente par les islamistes.

 

Echange d’invectives et de coups: étudiants et salafistes se sont affrontés mercredi à Tunis autour de la mise en scène du buzz planétaire «Harlem Shake», devenu en quelques jours un sujet de querelle en Tunisie entre tenants de la morale islamique et jeunes laïcs.

«Dégage, dégage !», scandent plus de 200 étudiants dans la cour de l’Institut des langues Bourguiba de la cité El Khadra à Tunis. Leur cible, une dizaine de salafistes venus les dissuader d’exécuter cette danse «haram», soit interdite par l’islam.

Cette mouvance radicale, dont la cité El Khadra est un bastion, a commencé à mobiliser dans la rue comme sur les réseaux sociaux, contre le «Harlem Shake» en raison de son caractère «indécent».

«Nos frères sont tués en Palestine par les Israéliens, et vous, vous dansez!», lance l’un d’entre eux, appuyé par d’autres, la mine menaçante, et vêtus de tuniques à la mode afghane.

«Mêle toi de tes affaires et garde tes leçons de morale pour d’autres! (...) ce n’est pas un mec comme toi qui va nous empêcher de faire quoi que ce soit», réplique un jeune portant le masque d’un visage déformé rendu célèbre par le film d’horreur américain «Scream».

Soudain un intrus, vêtu d’une tenue militaire et tenant à la main un cocktail Molotov est encerclé par des enseignants qui l’empêchent d’utiliser son arme incendiaire, mais autour la dispute dégénère et les deux camps s’affrontent à coups de poings.

 

Portant des grosses lunettes roses, Fidàa Jebali, étudiante en master et l’une des organisatrices du «Harlem Shake», s’emporte, montrant sur sa joue la marque d’un coup reçu. «Une fille voilée m’a traité d’apostat avant de me gifler, ce n’est pas normal de subir ça en 2013», déplore-t-elle.

Au final les islamistes se replient laissant le tournage avoir lieu sous les applaudissements de la foule ravie de remporter la manche"...


Le ton monte autour du Harlem Shake à Tunis via @justatrane http://sco.lt/...


Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Un manifeste pour protéger la démocratie

Un manifeste pour protéger la démocratie | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Près de 2000 professeurs de plus de 30 pays ont signé le «Manifeste des professeur.e.s pour la protection de la démocratie et du droit de protestation étudiants» afin de dénoncer la loi spéciale et de signifier du même coup leur appui aux étudiants.

 

Le manifeste, qui recueille toujours les signatures, établit le refus des professeurs d’être « un rouage de ce dispositif répressif » et « que le respect du contrat conclu entre un établissement d’enseignement et un.e étudiant.e serve à légitimer la violence que l’État exerce à l’endroit des droits collectifs de nature politique».

Peu importe la décision que prendront les étudiants à la rentrée, les signataires de cette déclaration leur rappellent qu’ils se rangeront derrière eux pour les soutenir.

« On veut dire aux étudiants que les décisions qu’ils prennent en assemblées générales, elles sont légitimes, a spécifié Paul Dumais, enseignant en mathématiques au Collège de Rosemont et signataire du manifeste. La démocratie étudiante, nous les profs, on lui est solidaires. On ne va pas les encourager à quelque décision que ce soit. On est là pour les appuyer, pour être à leurs côtés. Dans mon collège, par exemple, si les étudiants décident de rentrer en classe, et bien, on rentre en classe et on donne les meilleurs cours qu’on n’a jamais donnés! »

Des professeurs provenant d’Afrique du Sud, d’Algérie, du Japon, de Côte-D'Ivoire et de plusieurs autres pays ont signé le manifeste « parce qu’il s’agit maintenant d’un combat universel, a affirmé Stéphane Enjalran, professeur de philosophie à Arras, en France. Partout dans le monde, on assiste à des processus similaires de marchandisation de l’éducation. La lutte des étudiants québécois se trouve à la pointe d’un combat international pour soutenir le financement public de l’éducation. »

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les sciences politiques interdites en Ouzbékistan

Les sciences politiques interdites en Ouzbékistan | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le ministre de l'Education a annoncé l'abolition de l'enseignement de la matière, taxée de «pseudo-science occidentale».

 

«Une pseudo-science occidentale qui ne prend pas en compte le modèle ouzbek» : c’est ainsi que le gouvernement d’Islam Karimov justifie l’interdiction de l’enseignement des sciences politiques dans les universités d’Ouzbékistan. C’est une lettre ouverte d’un groupe de chercheurs ouzbeks sur Facebook qui a donné l’alerte le 29 août, avant que le décret officiel ne soit rendu public. Dans celui-ci, le ministre de l’Education, Alisher Vakhabov, ordonne que les mots «science politique» soient retirés des intitulés de cours, qui devront s’appeler désormais «Théorie et pratique de la construction d’une société démocratique en Ouzbékistan». Le ministre demande aussi aux bibliothèques des universités de verser tous les livres traitant le sujet dans un fonds spécial accessible uniquement sur demande.

 

Vieux dinosaure à la tête du pays du temps même de l’Union soviétique, Islam Karimov a obtenu en mars un quatrième mandat de président à 77 ans, avec 90,39 % des voix, d’autant plus facilement que ses trois adversaires étaient tous issus de partis politiques alliés. Alors que la constitution de ce pays de 30 millions d’habitants ne permet que deux mandats, il dirige le pays depuis un quart de siècle.

Campagnes massives de travail obligatoire dans les champs de coton, stérilisation forcée, absence de médias indépendants, détention arbitraire, torture, sont régulièrement dénoncés par les défenseurs des droits de l’homme. Selon les ONG, au moins 10 000 personnes seraient détenues pour des motifs politiques par le régime de Tachkent. L’Ouzbékistan est considéré comme l’un des régimes les plus corrompus et autoritaires de la planète. Farkhad Tolipov, éminent professeur à l’origine de la lettre ouverte, rappelle que le terme «pseudo-science» était employé par l’Union soviétique dans les années 30 et 40, et incluait déjà la géopolitique.

Laurence DEFRANOUX
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les étudiants hongkongais sèchent les cours au nom de la démocratie

Les étudiants hongkongais sèchent les cours au nom de la démocratie | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Plusieurs milliers d'étudiants sont en grève pour protester contre la décision de Pékin de limiter le suffrage universel dans l'ancienne colonie britannique. Environ 13 000 étudiants d'universités diverses, vêtus de T-shirts blancs, la couleur du deuil en Chine, se sont rassemblés lundi sur le campus de l'Université chinoise de Hong Kong plutôt que d'aller en cours.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

L'Ontario retire le droit de grève aux enseignants | Éducation

L'Ontario retire le droit de grève aux enseignants | Éducation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Trois puissants syndicats d'enseignants de l'Ontario ont déclaré la guerre au gouvernement libéral minoritaire, mardi, après l'adoption d'une loi controversée qui leur retire le droit de grève.

Les deux plus importants syndicats, qui regroupent des enseignants du primaire et du secondaire, ont demandé à leurs membres d'exercer des moyens de pression pour dénoncer cette loi, qualifiée de draconienne.

Ainsi, la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario exhorte ses membres à s'abstenir medrcredi de toute activité volontaire, comme l'animation d'équipes sportives.

De son côté, la Fédération des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario demande à ses membres de refuser de participer à toute réunion les lundis. Ces lundis de protestation ont été baptisés les «McGuinty Mondays», du nom du premier ministre, qui devra maintenant affronter la fureur d'anciens alliés qui l'ont aidé à se maintenir au pouvoir pendant neuf ans.

La section ontarienne du Syndicat canadien de la fonction publique, qui représente quelque 55 000 employés de soutien, comme des concierges et des secrétaires, s'oppose lui aussi à la loi.

...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Russie: des clubs étudiants pour canaliser l’engagement politique des jeunes

Russie: des clubs étudiants pour canaliser l’engagement politique des jeunes | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
L'administration présidentielle a trouvé un moyen pour empêcher les étudiants d'aller aux manifestations.

En effet , le journal Vedomosti rapporte que l’Etat va soutenir la création de clubs estudiantins dans toutes les universités. Le ministère de l’Education marque sa préférence pour les thèmes de société et l’innovation mais les « projets politiques » ne seront, par contre, pas encouragés. Pour obtenir le soutien de l’Etat, chaque club devra présenter le but de son projet et un programme d’action.

Le chef du département de la jeunesse du ministère de l’Education Alexandre Stradze a déjà réuni 3 milliards de roubles pour soutenir 95 associations étudiantes, et l’Agence fédérale pour la jeunesse de Sergeï Belokonev a prévu d’augmenter son financement de 400 à 800 millions supplémentaires. Il y a aujourd’hui en Russie plus de 3 000 établissements d’enseignement supérieur....

more...
No comment yet.