L'enseignement dans tous ses états.
22.8K views | +1 today
Follow
L'enseignement dans tous ses états.
Actualités, perspectives, débats... autour du monde de l'éducation et de l'enseignement.
Curated by Vincent DUBOIS
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Tunisie. La rentrée scolaire avec les enfants du Village SOS Gammarth

Tunisie. La rentrée scolaire avec les enfants du Village SOS Gammarth | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Après 3 mois de silence, la cloche de la rentrée scolaire a sonné et les 2 millions d’élèves ont repris dans la joie le chemin des écoles et des lycées. Kapitalis a rendu visite aux enfants du ‘‘Village SOS Gammarth’’. Par Zohra Abid

 

Mercredi dernier, 3e jour de la rentrée, les élèves ont acheté pratiquement toute leur fourniture scolaire. Les cours n’ont pas réellement commencé, mais tout comme. Les enseignants ont déjà fait subir quelques exercices d’évaluation à leurs élèves.

Ecole, couscous au poulet et pas de sieste

15 heures, le soleil automnal écrase la cour du village de 3 hectares, presque vide. Quelques petits chantiers de restauration ici et là. Sur une plaque vissée sur le mur, à l’entrée de l’une des 13 maisons que compte le village, nous lisons une plaque portant le nom Tunisie Telecom. Une jeune dame nous accueille avec le sourire. «C’est la stagiaire», nous dit le directeur Slim Ben Arab pour nous la présenter.

Mohamed, Tassim et Leïla sont les cadets de la maison. Ils s’accrochent aux jupons de la stagiaire, qui dégage une grande douceur, en la suivant comme son ombre. Au salon, deux autres garçons un peu plus âgés, absorbés par les dessins animés à la télévision. Notre présence ne les a pas fait bouger du tapis.

Nous apprenons que les trois autres membres de la famille «sont encore à l’école; ils rentreront vers 17h30. Leur maman, entre-temps, est en réunion avec les autres mamans du village. Je suis en train d’apprendre un métier formidable. Après mon stage, j’aime bien être du village», raconte la jeune femme qui bénéficie d’un stage rémunéré.

Certains enfants, n’ayant pas cours l’après-midi, sont déjà chez eux en compagnie de leur maman qui leur a préparé, selon l’un d’entre eux, «un bon plat de couscous au poulet. C’était succulent», en attendant le retour de leur frère et les deux autres sœurs pour prendre ensemble le goûter.

Ici, on ne badine pas avec l’horaire, c’est sacré. «Il fait chaud et je ne peux pas les laisser jouer dehors. Puis, ils s’occupent en faisant leurs devoirs ou en regardant la télé. Mais ils ne veulent pas fait la sieste. Ils sont très excités par la rentrée et les retrouvailles de leurs camardes»...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Rythmes scolaires: 74% des parents préfèrent l'école le mercredi matin

Rythmes scolaires: 74% des parents préfèrent l'école le mercredi matin | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La fin de la semaine de quatre jours à l'école primaire pose de nombreuses questions. Les enjeux économiques et politiques sont majeurs.

La PEEP, fédération de parents d'élèves - que l'on dit plus à droite que sa concurrente, la FCPE - vient de divulguer les résultats d'une enquête sur la semaine de 4 jours et demi dans le primaire, qui redeviendra la norme dès la rentrée de 2013. La question essentielle est : vaut-il mieux travailler le mercredi ou le samedi matin? Les parents de la PEEP ont tranché: les trois quarts (74%) d'entre eux ont choisi le mercredi. Seuls 11% préféreraient le samedi matin et 12% n'émettent pas d'avis.

Le sondage révèle aussi que seules 45% des personnes interrogées (4522 répondants) se disent favorables à un nouveau changement de rythmes, bouleversé en 2008 sous Xavier Darcos. 35% se disent même contre (et 19% sans opinion).La PEEP, fédération de parents d'élèves - que l'on dit plus à droite que sa concurrente, la FCPE - vient de divulguer les résultats d'une enquête sur la semaine de 4 jours et demi dans le primaire, qui redeviendra la norme dès la rentrée de 2013. La question essentielle est : vaut-il mieux travailler le mercredi ou le samedi matin? Les parents de la PEEP ont tranché: les trois quarts (74%) d'entre eux ont choisi le mercredi. Seuls 11% préféreraient le samedi matin et 12% n'émettent pas d'avis.

Le sondage révèle aussi que seules 45% des personnes interrogées (4522 répondants) se disent favorables à un nouveau changement de rythmes, bouleversé en 2008 sous Xavier Darcos. 35% se disent même contre (et 19% sans opinion)....

 

..Le chantier auquel doit s'attaquer Vincent Peillon est plus compliqué qu'il n'y paraît. Car au delà du nombre de jours travaillés pour les enfants se posent de nombreuses questions économiques, sociologiques et politiques.

*Economiques, car si le nombre de jours de classe s'accroît et que la journée de classe est raccourcie, il faudra, par ricochet, réduire la durée des vacances d'été. Actuellement, c'est toujours la loi de 1938, qui instaurait des vacances d'été de deux mois et demi pour que les enfants aident aux moissons et aux vendanges, qui régit toujours la longue pause estivale... Il est sans doute temps de changer... Mais pour cela, il faudra amadouer l'industrie du tourisme, qui a longuement bataillé pour établir la création de zones, afin d'étaler les départs et de soutenir, notamment, les professionnels des sports d'hiver...

*Sociologique : Toucher aux vacances peut s'avérer compliqué pour les familles dont les parents sont divorcés. L'idée récemment émise par Vincent Peillon d'établir un zonage académique des vacances scolaires d'été - c'est-à-dire décaler le début des vacances en fonction des zones géographiques, comme c'est déjà le cas pour les vacances de février et de Pâques - a réjoui les professionnels du tourisme mais inquiété les enseignants et les parents d'élèves.

*Politiques: Si les journées se terminent plus tôt, à 15h30 par exemple, qui va s'occuper des enfants avant le retour des parents? En 2008, au moment du passage à la semaine de 4 jours, Jack Lang, ancien ministre de l'Education nationale affirmait dans L'Ecole abandonnée. Lettre à Xavier Darcos (Calmann-Lévy), que la mesure était discriminatoire. "Ce temps libéré permettra peut-être à des enfants privilégiés de parfaire leur éducation; mais les autres? [...]

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les élèves français sont-ils les plus malheureux au monde? | Slate

Les élèves français sont-ils les plus malheureux au monde? | Slate | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Avant la rentrée, le ministre de l’Education nationale Vincent Peillon a déclaré que les élèves français étaient, avec les Japonais, les plus malheureux. Une déclaration qui doit être nuancée mais qui repose sur des constats très concrets.

 

Plus de 12 millions d’élèves ont fait leur rentrée scolaire, mardi 4 septembre. A cette occasion, Vincent Peillon, le ministre de l’Education nationale, a tenu à relancer le débat sur la notation. Une semaine jour pour jour avant la rentrée, il expliquait sur i-Télé son désir de faire «évoluer les notes», argument-massue à la clef:

«Vous savez, les élèves de France, à part les petits japonais, sont les plus malheureux au monde!»

Plus de 12 millions d’élèves ont fait leur rentrée scolaire, mardi 4 septembre. A cette occasion, Vincent Peillon, le ministre de l’Education nationale, a tenu à relancer le débat sur la notation. Une semaine jour pour jour avant la rentrée, il expliquait sur i-Télé son désir de faire «évoluer les notes», argument-massue à la clef:

«Vous savez, les élèves de France, à part les petits japonais, sont les plus malheureux au monde!»

 

Non, nous ne le savions pas. Et pour cause, cette conclusion précise n’apparaît nulle part. Si le ministère de l’Education nous a vaguement orientés vers une étude de l’OCDE datant de 2009, «Assurer le bien-être des enfants», celle-ci ne concerne que les 35 pays industrialisés membres de l’organisation. Et encore, pas tous, puisqu’elle précise: «Pas de données disponibles» pour… le Japon en ce qui concerne la «qualité de vie scolaire». La France, elle, est classée seulement 22e sur 25 pays sur ce critère (calculé à partir du nombre de «brimades» signalé par les élèves et de leur sentiment général sur l’école), devançant seulement la Grèce, le Luxembourg et la Slovaquie.

Contacté pour savoir si une étude contenait l’argument avancé par Vincent Peillon, l’OCDE a affirmé ne pas en avoir connaissance. Selon nos informations, que le ministère s’est refusé à commenter, le ministre de l’Education aurait exprimé cet argument (que l’on retrouve également dans de nombreux articles de médias) sans s'appuyer sur une source précise.

Néanmoins, l’argumentaire du ministre n’est pas totalement sans fondement. Une autre étude menée par l’OCDE dans le cadre de Pisa, un programme comparatif d’évaluation des performances scolaires, et intitulée «L’apprentissage des élèves: attitudes, engagement et stratégies», affirme que les élèves français et japonais font partie des plus stressés en ce qui concerne une matière précise: les mathématiques....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Ségrégation scolaire : l'école doit-elle s'adresser à tous… ou à chacun ? (en partenariat avec Philosophie Magazine) - Idées - France Culture

Ségrégation scolaire : l'école doit-elle s'adresser à tous… ou à chacun ? (en partenariat avec Philosophie Magazine) - Idées - France Culture | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

...

les chiffres de la rentrée. 12 millions 125 300 écoliers, collégiens et lycéens, accueillis dans près de 65 000 établissements publics et privés. Si elle fut autrefois réservée à quelques uns, l’école, en France, est depuis longtemps l’affaire de tous.L’après-guerre aura marqué le tournant de la démocratisation, avec l’instauration de la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans. Véritable succès pour l’école, en particulier en période de plein emploi. Sauf qu’avec le développement du chômage de masse est apparu un autre phénomène : le consumérisme scolaire.

Dans une société qui ne garantit plus à chacun une chance d’avoir sa place au soleil, le milieu scolaire devient l’objet d’enjeux phénoménaux, souvent irrationnels. La recherche effrénée (et compréhensible), de ce qu’il y a de mieux pour ses enfants, alimente la compétition entre établissements…et produit de la ségrégation scolaire. La société en souffre-t-elle ? Et comment peut-elle y remédier ?

 

Durée de l'émission: 39 minutes

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

« Profs : les esprits sont mûrs pour le changement »

« Profs : les esprits sont mûrs pour le changement » | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
« Profs : les esprits sont mûrs pour le changement » - 12 millions d'élèves et 850 000 professeurs ont repris le chemin de l'école aujourd'hui. Comment redonner du sens au métier de professeur ?

Pour Serge Boimare, psychopédagogue, priorité doit être donnée à la formation relationnelle, pour apprendre à gérer la classe et les élèves opposants.

 

      Attendez-vous beaucoup de la nouvelle loi d'orientation et de programmation?
J'espère qu'elle ne passera pas à côté de l'enjeu pédagogique. C'est toute la difficulté de l'Education nationale française qui accumule les directives, sans pour autant obtenir un réel changement de fond.        Une pluie de directives officielles contribue à entretenir la peur d'enseigner. Ceci dit, il me semble que les esprits sont mûrs pour un changement. Il existe une réelle lassitude chez les enseignants, confrontés à des situations difficiles, dévalorisés par un discours ambiant, accusés de démagogie relationnelle ou d'un déficit d'exigence. Les syndicats semblent prêts à soutenir une évolution. J'y crois, tout en rappelant qu'une réelle évolution nécessitera plusieurs années.

 

     Lors de sa conférence de presse de rentrée, Vincent Peillon a confirmé le rétablissement d'une année de stage dès la rentrée 2013 dans la formation de l'enseignant. Un bon début ?
      En effet, la formation s'était appauvrie. il est indispensable d'en proposer une digne de ce nom. Mais là encore, elle passerait à côté de l'essentiel si elle zappait la dimension pédagogique. Dans leur formation disciplinaire, les futurs enseignants apprennent un savoir-faire technique. Or, il faudrait ajouter à cette formation une composante relationnelle : apprendre à gérer un « groupe classe » par exemple, ou bien les élèves opposants, et ceux qui sont en difficulté. Ce n'est pas le tout de connaître sur le bout des doigts le théorème de Thalès, si vous ne savez pas réagir face à un élève qui refuse de sortir son cahier d'exercices. Or cette situation est fréquente, sinon quotidienne !....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Vincent Peillon / France Inter

Vincent Peillon / France Inter | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Vincent Peillon, le ministre de l'Education Nationale est l'invité de Patrick Cohen...
more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education : 10 raisons pour lesquelles l’année va cafouiller - Actualité - El Watan

Education : 10 raisons pour lesquelles l’année va cafouiller - Actualité - El Watan | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Education : 10 raisons pour lesquelles l’année va cafouiller -...

L’année dernière, plusieurs mois de grève ont paralysé le système public, ce qui a poussé les autorités à accorder le bac avec une moyenne de 9,5/20. Si le ministère de l’Education, qui a rencontré les syndicats hier, a promis des améliorations, des défaillances structurelles persistent. A moins d’un miracle, l’année 2012-2013 est vouée à l’échec.

 

*Les classes seront surchargées

La réforme du primaire continue de perturber l’ensemble du système scolaire. En septembre 2008, deux promotions entraient en même temps au moyen. Quatre ans plus tard, elles entrent au lycée. On attend 150 000 élèves de plus que l’année dernière. La conséquence est que les classes de seconde pourraient dépasser 50 élèves par manque d’enseignants, selon les syndicats...

 

*Les infrastructures sont insuffisantes
Le nombre de bâtiments scolaires est inférieur aux effectifs. C’est aussi l’une des raisons de la surcharge des classes. «Le manque de planification de l’Etat est flagrant, interpelle Nouar Larbi du Cnapest. A Birtouta, dans la banlieue d’Alger, on a construit des dizaines de milliers de logements, mais il n’y a qu’un seul lycée !» Ce bâtiment, qui a une capacité d’accueil de 800 élèves, en accueille 2400...

 

*Les enseignants ne sont pas compétents
Le secteur de l’éducation recrute des diplômés de l’université, titulaires d’une licence, soit trois années d’études supérieures. Un concours plus tard, ces jeunes se retrouvent devant une classe. «Ils ne sont pas formés pour enseigner, regrette Idir Archour du CLA. Pour être enseignant, les connaissances scientifiques ne suffisent pas. Il faut maîtriser la pédagogie et avoir de bonnes notions de psychologie.»...

 

*Les programmes sont inadaptés
Conçus dans les ministères, les programmes scolaires sont en décalage par rapport à la réalité du quotidien des élèves. «Pour étudier les langues étrangères, les textes proposés ne répondent pas à l’actualité», critique Idir Archour du CLA. Les textes choisis pour les épreuves du baccalauréat en sont la preuve. La politique actuelle n’est pas, en effet, de veiller au bon apprentissage de l’élève, mais de remplir des objectifs bureaucratiques....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Rentrée scolaire: les familles à la peine

Rentrée scolaire: les familles à la peine | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Selon la confédération syndicale des familles (CSF), l'augmentation de 25% de l'allocation de rentrée (en moyenne 70 euros supplémentaires) couvre à peine les frais de rentrée des élèves de maternelle et de collège mais pas ceux des lycéens.

 

"En 2011, un cahier avec une couverture en plastique coûtait 1,60€. Cette année le même article est vendu 3,30€ en promo!", déplore Danielle qui achète chaque année les fournitures de son petit-fils. Trois millions de famille vont recevoir dans le courant de la semaine prochaine l'allocation de rentrée scolaire. Une aide précieuse pour la mère de Shanka, 15 ans." Je n'ai pas les 200 euros nécessaires pour acheter les fournitures scolaires. J'espère que l'allocation ne va pas tarder." Son fils entre en septembre en 1ère au lycée Louis Armand de Nogent-sur-Marne (94). Son mari est retraité de la SNCF et gagne 1700 euros par mois."Avec nos deux fils, les fins de mois sont difficiles. J'ai déjà réglé le foyer socio-éducatif, l'assurance scolaire, la cantine et les 350 euros de bus. Au total, la rentrée coûtera 718 euros. Les 388 euros que j'attends couvriront en réalité seulement les frais de transports. Alors que d'autres dépenses interviennent en cours d'année...".

En moyenne, le panier de fournitures coûte 2,51% moins cher en ligne qu'en magasin mais attention! Acheter les copies, les cahiers et les crayons sur Internet requiert une grande vigilance." J'ai choisi un paquet de copies doubles 400 pages. Le prix me semblait intéressant mais je n'en ai reçu que 100!", témoigne Françoise, mère de famille qui finalement préfère aller comparer en magasin. En tout cas, "les familles sont responsables de leurs achats: elles font très attention", constate Marie-Françoise Martin, Présidente de la CSF...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education. Rentrée des classes avant l'heure pour une poignée d'élèves bretons

Education. Rentrée des classes avant l'heure pour une poignée d'élèves bretons | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Education. Rentrée des classes avant l'heure pour une poignée d'élèves bretons - Cette journée de lundi avait déjà un air de rentrée dans six établissements bretons. Des élèves volontaires ont entamé une semaine de stage intensif d'anglais.

 

La rentrée officielle n'est prévue que mardi 4 septembre. Pourtant, une poignée de lycéens bretons ont d'ores et déjà repris les chemins des classes. A l'iniative de certains établissements, des stages de remise à niveau sont proposés gratuitement. En Bretagne, des cours d'anglais ont été choisi. "Les élèves sont volontaires, précise Carole Burban, chargé des relations presse à l'Académie de Rennes. Ces stages servent à renforcer leur anglais surtout au niveau oral."

Deux établissements publics (le lycée Chateaubriand et le lycée Victor et Hélène Basch à Rennes) et quatre privés (le lycée St Joseph à Concarneau, le lycée St François Notre Dame à Lesneven, le lycée Jean Paul II à St Grégoire et le lycée St Sauveur à Redon) participent à cette opération du ministère de l'Education nationale à partir de ce lundi et jusqu'à vendredi. 15 heures de cours, répartis sur cette semaine au bon vouloir des établissement, sont proposés aux élèves....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Inquiétude pour des enfants scolarisés à Paris obligés de déménager

Le Réseau éducation sans frontières (RESF) a fait part vendredi de son inquiétude pour la scolarité d'une vingtaine d'enfants sans papiers, dont les familles, hébergées à Paris, sont obligées de déménager en banlieue parisienne à quelques jours de la rentrée scolaire.Une douzaine de familles, neuf selon le Samu Social qui les héberge, habitaient pour certaines depuis 5 à 6 ans dans la résidence Montmartre à Paris (XVIIIe arrondissement). Elles doivent déménager dans différents départements de la région parisienne car l'hôtelier veut récupérer l'établissement à partir du 31 août, a expliqué à l'AFP Yves Coleman, de RESF.

Selon le Samu social, une vingtaine de familles habitaient dans cette résidence, mais une partie d'entre elles ont déjà trouvé une solution de relogement.

"C'est une vraie difficulté, l'hôtel est normalement une solution d'hébergement d'urgence, mais parce qu'il n'y a pas de logements disponibles (...) finalement ça devient, par la force des choses, des lieux d'habitation", a relevé à l'AFP son président Eric Molinié.

Pour ces familles, qui avaient "trouvé une certaine stabilité", et dont les enfants étaient tous scolarisés dans les écoles, collèges et lycées du 18e arrondissement, ce déménagement est "un drame", selon l'organisation....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

A La Réunion, la rentrée scolaire compromise en raison de la baisse des contrats aidés

A La Réunion, la rentrée scolaire compromise en raison de la baisse des contrats aidés | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
La rentrée scolaire en maternelle et dans le primaire, prévue pour jeudi, pourrait être reportée en raison de la baisse des contrats aidés.

 

La rentrée scolaire en maternelle et dans le primaire, prévue pour jeudi, pourrait être reportée, 23 des 24 maires de La Réunion jugeant lundi 13 août "nettement insuffisant" le nombre de contrats aidés proposés par le gouvernement destinés à assurer l'accueil et l'encadrement des élèves. Les écoles de La Réunion resteront donc peut-être fermées.

"On nous propose 900 contrats alors qu'il en faudrait un millier de plus. C'est nettement insuffisant", a dit Roland Robert, président de l'Association des maires de la Réunion (AMDR). "Nous nous tenons prêts jour et nuit à discuter si le gouvernement a des propositions à nous faire", a-t-il ajouté, précisant que les édiles comme les parents ne voulaient pas d'une "rentrée au rabais".

Vingt-trois des vingt-quatre maires de la Réunion – celui de Saint-Denis faisant exception – ont signé la semaine dernière une motion demandant au gouvernement de "reconsidérer urgemment le quota de contrats aidés mis à la disposition des communes mais aussi du tissu associatif qui accompagne ces politiques publiques". A l'issue d'une première réunion, vendredi, le préfet avait proposé une nouvelle rencontre lundi, le gouvernement étant "disposé à réexaminer favorablement la demande d'une enveloppe budgétaire". "Lundi nous listerons les besoins des communes et des autres employeurs de contrats aidés", a déclaré le secrétaire général de la préfecture, Xavier Brunetière, qui assure l'intérim du préfet......

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le ministère de l’éducation cherche des professeurs pour la rentrée | La-Croix.com

Le ministère de l’éducation cherche des professeurs pour la rentrée | La-Croix.com | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Pour assurer la rentrée dans de bonnes conditions, le ministère va devoir faire appel à des contractuels.

 

Crise des vocations ou faillite du système de recrutement et de formation des enseignants ? Une fois encore, cette année, les postes ouverts aux concours du Capes n’ont pas tous été pourvus. Le problème est particulièrement crucial en mathématiques : pour les 950 postes offerts au Capes externe, seuls 652 candidats ont été admis, laissant ainsi vacants plus de 300 postes.

Mais les lettres et l’anglais ne sont pas non plus épargnés : sur les 733 postes à pourvoir en lettres modernes, le jury n’a admis que 681 candidats ; et en anglais, 659 sur 790. Plus de 700 enseignants manqueront donc à l’appel cette année, notamment dans ces disciplines fondamentales.

Alors que les départs à la retraite des enseignants sont de plus en plus massifs, le nombre de candidats se présentant aux concours de l’enseignement accuse une chute alarmante. Au point d’arriver en mathématiques à cette situation absurde : les impétrants sont à peine plus nombreux que les postes auxquels ils prétendent.

Et comme il n’était pas question pour les jurys de brader les concours, et encore moins de délivrer le « certificat d’aptitude » à des personnes qu’ils estimaient « inaptes à enseigner », ils n’ont donc pu pourvoir tous les postes. Ce phénomène touche dans une moindre mesure l’agrégation, même si les niveaux d’exigence ont dû être revus à la baisse.

Face à une situation qu’ils jugent « extrêmement grave », 31 membres du jury de l’agrégation de mathématiques avaient décidé de démissionner en février dernier....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

C'est classe !: Education: tout est calme, est-ce bien normal ?

C'est classe !: Education: tout est calme, est-ce bien normal ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

C'est le calme plat dans l'éducation. Et ça fait drôle. Pas un conflit d'envergure à l'horizon, pas d'appel à manifester ni de pétitions nationales ... Tout n'est que soulagement après la victoire de François Hollande et surtout la chute de Nicolas Sarkozy. Jusqu'à quand ? Mystère. En attendons, goûtons la sérénité retrouvée.

 

Depuis plusieurs années, on s'était habitués à des printemps plutôt chauds (et des hivers aussi d'ailleurs) dans l'éducation nationale avec manifs, débrayages, occupations d'écoles par les parents, classes en plein air avec, souvent, le soutien d'élus, etc.

En janvier-février en effet, les établissements apprennent les "dotations horaires globabes" (les DHG) qu'ils vont avoir à la rentrée, en gros le nombre de profs. Et chaque année depuis l'élection de Nicolas Sarkozy, on coupait dans les effectifs selon la règle sacrosainte du "un sur deux"(le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite). Du coup, chaque fois, des actions de protestations éclataient un peu partout - dans un village de montagne à qui on allait supprimer une classe, une école de banlieue qui n'arrivait déjà plus à assurer les remplacements, un lycée pro où on supprimait des spécialités, etc.Or depuis l'élection présidentielle et la chute de Nicolas Sarkozy - que la FSU (première fédération de l'éducation) avait appelé à dégager, comme la CGT et Solidaires - , c'est le calme plat, ou presque.

Pourtant, il y a bien encore 14 000 suppressions de postes à la rentrée. Et François Hollande avait prévenu: élu, ce serait trop tard pour lui de revenir en arrière, il faudrait faire avec.

Mais voilà: entretemps Nicolas Sarkozy a bien dégagé (et avec lui son ministre Luc Chatel qui se vantait de supprimer des postes "sans problèmes"). Et c'est un immense soulagement, une ambiance qui change du tout au tout, comme allégée d'un poids, et l'espoir d'un retour à des relations "normales" où, par exemple, le ministre rencontre et écoute, consulte en somme.

Il y en a bien qui râlent un peu lorsque le nouveau ministre Vincent Peillon annonce, parmi les mesures d'urgence pour la rentrée, 1 000 postes pour le primaire. C'est trop peu, disent les uns. Et pourquoi rien pour le secondaire ?, s'agacent les autres....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Algérie : rentrée des classes pour le nouveau ministre de l'Education - Afrik.com : l'actualité de l'Afrique noire et du Maghreb - Le quotidien panafricain

Algérie : rentrée des classes pour le nouveau ministre de l'Education - Afrik.com : l'actualité de l'Afrique noire et du Maghreb - Le quotidien panafricain | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
A peine débutée, l'année scolaire 2012-2013 est déjà confrontée à de nombreux problèmes, entre autres la surcharge des classes sur laquelle buttent enseignants et « quêteurs du savoir ».

La rentrée scolaire 2012-2013 apporte son lot de problèmes sur lesquels le ministère algérien de l’Education va se pencher. Parmi ceux-là, la surcharge des classes, qui reste le problème majeur, la vétusté des infrastructures, les revendications des professionnels de l’éducation sujet sur lequel Abdellatif Baba Ahmed, nouveau ministre de l’Education, s’est déclaré « ouvert au dialogue ».

Selon le nouveau ministre de l’Education nationale, le secteur de l’éducation concerne 9 millions de personnes et touche l’ensemble des familles algériennes. Les problèmes rencontrés par les travailleurs de ce secteur sensible sont loin de laisser indifférent le ministre qui se déclare entièrement disponible pour l’engagement d’un dialogue avec l’ensemble des acteurs de la communauté éducative. L’ensemble des composantes du secteur de l’Education seront associées aux débats en vue d’une réforme....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education : la France est-elle une bonne élève ?

Education : la France est-elle une bonne élève ? | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Dépenses moindres en maternelle et en primaire, réussite dans la moyenne et scolarisation en berne : tous les chiffres du rapport de l'OCDE ont été dévoilés, mardi 11 septembre.

De nombreux graphiques à découvrir à partir de ce lien.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

TRANSHUMANCE – Pour éviter une fermeture de classe, un mouton fait sa rentrée scolaire

TRANSHUMANCE – Pour éviter une fermeture de classe, un mouton fait sa rentrée scolaire | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
TRANSHUMANCE – Pour éviter une fermeture de classe, un mouton fait sa rentrée scolaire...

Depuis jeudi matin, un nouvel élève, d'un genre un peu particulier, a fait sa première rentrée scolaire à l'école Jules-Simon de Saint-Nazaire. Vincent P., dont le patronyme n'a pas été révélé par la direction de l'établissement, est un mouton. Un mouton noir d'Ouessant. Il a été inscrit dans cette école par les parents d'élèves qui protestent contre la fermeture d'une classe au motif qu'il y manquait un élève. Avec Vincent, la classe est désormais au complet.

"Depuis hier matin, Vincent vient à l'école, que nous occupons avec les autres parents d'élèves car l'inspection académique a décidé mercredi de fermer notre douzième classe pour un seul élève manquant", explique Pascale Chamouillet, la présidente de la Fédération des conseils de parents d'élève de l'école, confirmant une information du quotidien Ouest-France.

"Comme nous n'avons 'que' deux cent quatre vingt-six élèves, que l'inspectrice de l'éducation nationale est venue mardi compter un par un comme des moutons, 'Vincent' est désormais symboliquement le 287e", a-t-elle ajouté. Pour Mme Chamouillet, la décision est d'autant plus absurde que compte tenu des effectifs en maternelle cette année, l'école aura largement plus que le seuil l'année prochaine...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Privé-public, ces parents qui choisissent les deux écoles

Privé-public, ces parents qui choisissent les deux écoles | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Près de 5 % des élèves du second degré passent d'un secteur à l'autre chaque année. Leurs familles revendiquent le "sur-mesure".

 

Avant, il y avait le poids des idéologies. La France scolaire se partageait en deux camps : les "publics" et les "privés". Ceux qui jamais n'auraient frappé à la porte d'un établissement privé, et ceux qui n'auraient pas pensé que leurs enfants puissent, un jour, étudier à l'école publique.

Depuis quinze ans déjà, on sait qu'une famille sur deux a recours, au moins une fois durant la scolarité de ses enfants, à l'enseignement privé. Des "allers-retours" – un "zapping", disent les plus critiques – qui concernent 5 % des élèves du second degré chaque année, estime le ministère de l'éducation nationale, soit 270 780 adolescents. Ces chiffres rejoignent les calculs établis par le secrétariat général de l'enseignement catholique, qui évoque de 200 000 à 300 000 enfants.

En cette rentrée, on voit des parents un peu plus pressés que d'autres : ils revendiquent le choix de l'école publique "et" de l'école privée. Jean-Philippe Aubert, 45 ans, et Petra Van Vucht Tijssen, 40 ans, se reconnaissent dans cette "troisième voie" : leur fils aîné, Théotime, 11 ans, entre mardi 4 septembre en 6e dans un collège privé des Hauts-de-Seine, tandis que leur cadet, Louis, 8 ans, passe en CM1 dans l'école publique du quartier de Meudon où ils vivent depuis une dizaine d'années. Pour ces quadras actifs – lui est consultant dans un cabinet de conseil et de formation, elle est fonctionnaire –, l'excitation le dispute à l'anxiété – "mais c'est le cas de toutes les mamans dont un enfant passe au collège, non ?", interroge Petra.

Pour la jeune femme, née aux Pays-Bas, se tourner vers l'enseignement catholique n'allait pas de soi, en tout cas moins que pour son compagnon, Jean-Philippe, qui a fait toute sa scolarité dans le "privé catho". "Je viens d'une famille athée, explique-t-elle. Quand j'étais enfant, mon père refusait que j'assiste aux cours de religion.....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

«50 % des profs contractuels en lettres et histoire n'ont pas de poste»

A l'heure de la rentrée, les enseignants précaires sont encore nombreux à attendre leur affectation. «Libération» est allé à leur rencontre.

Ils sont près de 120 000 précaires à travailler pour l'Education nationale, en CDD ou en CDI, mais sans disposer du statut protecteur de fonctionnaire. Parmi eux, environ 23 000 enseignants et conseillers principaux d'éducation (CPE). A la veille de la rentrée des classes, ils sont encore nombreux à ne pas avoir signé de contrat.

«C'est l'héritage du précédent ministre de l'Education, Luc Chatel, note Matthieu Brabant, de la CGT Education. Avec les suppressions de postes [80 000 lors du dernier quinquennat, ndlr], la situation s'est encore tendue pour les contractuels.» Dans son académie de Créteil, Matthieu Brabant estime que près de 500 professeurs supplémentaires par rapport à 2011 n'ont pas signé de contrat au 1er septembre. Pour eux, c'est donc l'incertitude, jusqu'à un éventuel coup de fil, pour une mission de quelques semaines ou quelques mois....

 

Reportage vidéo de 5'55''.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Rentrée scolaire : l'Etat dépense 63 milliards pour l'éducation

Rentrée scolaire : l'Etat dépense 63 milliards pour l'éducation | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

Le budget de l'Education nationale reste le premier budget de l'Etat avec 63 milliards d'euros. Contrairement à une idée reçue, la France est au-dessus de la moyenne des pays de l'OCDE pour les dépenses d'éducation avec 6% de son PIB. 

 

L'Education nationale est l'une des trois priorités budgétaires du gouvernement avec la Sécurité et la Justice.

En cette rentrée scolaire, Vincent Peillon, le ministre de l'Education, est donc l'un des rares membres du gouvernement à voir ses moyens augmenter. Un millier de postes de professeurs des écoles et 280 dans le secondaire ont ainsi été créés en urgence pour septembre. Près de 11 000 autres postes devraient voir le jour en 2013, sans compter les 6000 emplois d'avenir destinés à venir épauler les enseignants l'an prochain.

A la différence des autres ministères non prioritaires, le budget de l'Education nationale ne devrait pas subir le rabotage de 7% imposé par Matignon.

Avec 62,3 milliards d'euros, ce budget reste de loin le premier de l'Etat devant la charge de la dette (46,8 milliards). Sur ce montant, 58 milliards (soit 93%) est consacré à la rémunération des 849 700 enseignants.

La dépense moyenne par élève représente 5730 euros dans le primaire et 9670 euros dans le secondaire. Ces montants ont augmenté respectivement de 76,3% et de 68,2% en trente ans, essentiellement sous l'effet de la hausse des rémunérations des enseignants.

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Les futurs profs ne rêvent plus

Les futurs profs ne rêvent plus | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Cette semaine s'achèvent les journées de formation destinées aux derniers lauréats du Capes et de l'agrégation. Tous se destinent à enseigner. Pourtant, beaucoup de ces futurs professeurs ont une vision désenchantée du métier qui les attend.

 

Désenchantés, pessimistes, perplexes, inquiets. Les professeurs tout neufs s’apprêtent à prendre leurs postes. Cette semaine, ils participent à quatre journées de formation avant de donner leurs premiers cours, de rencontrer leurs premières classes. Or, on l'entend partout, les enseignants n'ont plus le moral. Pis, une baisse des vocations est démontrée par les statistiques. Derrière la dégringolade des chiffres d'inscrits aux concours de l'enseignement, le renoncement de ceux qui ont songé à devenir professeurs. Même ceux qui ont franchi la barrière des concours – qui dans de nombreuses filières sont encore très sélectifs – entament leur carrière avec inquiétude. Ils doutent.

Beaucoup de ces enseignants de demain ne font pas mystère de leur crainte d'exercer leur mission. Crainte qui semble être partagée par toute une génération d'étudiants...

 

«Beaucoup d'apprentissage sur le tas», résume Marie. Elle, a déjà validé l'année qui suit le concours. Elle s’apprête à prendre son premier poste de titulaire. Agrégée, elle sera professeur d'histoire dans les Yvelines. «C'est vrai que c'est un peu effrayant. Quatre jours avant notre première rentrée, nous ne connaissons pas les niveaux que nous allons avoir. Il nous faut préparer et adapter notre cours à la hâte, presque la veille de la rentrée», ajoute-t-elle. Et de souligner les problèmes de la formation : «L'an dernier nous avons eu une journée de formation sur le thème ''Comment faire un contrôle''. Nous étions déjà en novembre...» Une fois devant sa classe, l'enseignant doit faire son cours. «Un agrégé est parfaitement apte à rédiger un cours, une bibliographie, un commentaire, une dissertation. Tout cela est très bien maîtrisé par les jeunes profs. En revanche, tenir une classe, apprendre, enseigner, c'est encore autre chose. Qui peut dire, même parmi les plus motivés, qu'il sera performant dans son métier ?» Un doute forcément partagé par tous les nouveaux professeurs....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Huit heures: interrogatoire écrit

Huit heures: interrogatoire écrit | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
RENTRÉE - L'officieuse fiche tire insidieusement - et d'autorité - les vers du nez pour lire dans le passé, dans le privé, dans l'intime.

Et à part créer l'embarras du fiché à qui l'on demande d'étaler sa vie, elle ne sert à rien; si ce n'est à renseigner l'élève sur l'esprit de l'enseignant qui se renseigne sur l'élève.

 

Pour mal commencer l'année scolaire, il existe une méthode simple : faire remplir à ses nouveaux élèves une petite fiche de renseignements.

- Sur un quart de feuille, que vous prenez dans le sens de la hauteur, vous écrivez vos noms et prénoms, en haut à gauche. Et en dessous, vous écrivez votre adresse.
Kévin, il en a trois d'adresse. Celle de son père, celle de sa mère, et celle où il habite un peu en ce moment. Quitte à ce que le premier contact avec lui soit gâché, on pourrait tout aussi bien débuter par un contrôle surprise. Un direct du droit. Sur un quart de feuille, vous vous exprimerez sur la question des sans domicile fixe dans notre société. Attention au style et à l'orthographe. Vous avez une heure.

Soihirdine, ses parents ne sont pas en règle avec les services d'immigration de l'État. Remplir une fiche d'identification n'est pas un acte anodin pour lui. Il est d'ailleurs un peu inquiet. Nom, prénom, adresse du squat. Pour ne pas prendre un bon départ avec lui, autre contrôle surprise possible : un direct du droit d'entrée. Sur un quart de feuille, vous commenterez les dernières mesures gouvernementales mises en place pour pister les sans-papiers. Attention au style et à l'orthographe. Vous avez une heure pour quitter les lieux.

Avoir des adresses à revendre ou n'en avoir aucune n'est pas quelque chose qu'on a envie de crier sur le toit du lycée. Les élèves de ma classe ont parfois des situations personnelles compliquées et pour avoir toutes les chances d'être pris en grippe dès les premières secondes de l'année, le prof a la solution en main...

- Un peu plus bas, en dessous de votre adresse, vous écrivez votre date de naissance. Michaël est né le 17 juillet 1993. Il entre en seconde à dix-huit ans. À son âge, d'autres sortent de terminale. Mettre le doigt, d'entrée de jeu, sur le retard qu'il a pris dans sa scolarité est une mauvaise idée....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Une rentrée scolaire 2012 pleine de promesses

Une rentrée scolaire 2012 pleine de promesses | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it

En guise de cir­cu­laire de ren­trée, les ministres Vincent Peillon et George Pau-Langevin ont adressé fin juin une lettre à tous les per­son­nels de l'Education natio­nale. Décryptage.

 

Le réta­blis­se­ment de l'enseignement facul­ta­tif d'histoire-géographie en ter­mi­nale S, le retour de la semaine de 4,5 jours à l'école, la créa­tion d'un mil­lier de postes de pro­fes­seurs des écoles et de 1500 auxi­liaires de vie sco­laire afin d'améliorer la sco­la­ri­sa­tion des élèves en situa­tion de han­di­cap... Autant d'annonces qui figurent dans la lettre minis­té­rielle adres­sée, fin juin, à tous les per­son­nels de l'éducation.

-L'école pri­maire reste la « pre­mière prio­rité ». Hormis les 1000 nou­veaux emplois d'enseignants créés, en prio­rité pour les écoles les plus en dif­fi­culté, les ministres demandent que le CP ne soit confié qu'à des pro­fes­seurs expé­ri­men­tés. La réforme des rythmes sco­laires se tra­duira par le réta­blis­se­ment de la semaine de 4,5 jours dans le pre­mier degré, avec une pause le midi d'au moins 1h30. Autre chan­ge­ment attendu : les résul­tats des évalua­tions en CE1 et CM2 ne seront pas cen­tra­li­sés au niveau national.

-Le col­lège unique, incluant un ensei­gne­ment iden­tique pour tous les élèves de la 6e à la 3e, demeure une ambi­tion. Toutefois, selon les ministres, « main­te­nir l'obligation d'un tronc com­mun pour tous n'interdit pas de pro­po­ser aux élèves des approches péda­go­giques dif­fé­ren­ciées ». La loi Cherpion, favo­ri­sant l'apprentissage pré­coce, est abro­gée. De même, le dis­po­si­tif d'initiation aux métiers en alter­nance (Dima) pour les moins de 15 ans est suspendu...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Le carton plein des stages de remise à niveau

Le carton plein des stages de remise à niveau | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Les élèves sont de plus en plus nombreux à prendre des cours avant la date officielle de rentrée scolaire fixée le 4 septembre 2012. Un moyen de combler ses lacunes et de reprendre confiance en soi pour bien commencer l'année.

 

La rentrée scolaire arrive à grands pas. Il va falloir reprendre ses cahiers, ses stylos et le chemin de l'école. Si, pour certains élèves, se remettre dans le bain va être difficile, ils sont de plus en plus nombreux à avoir déjà mis un pied dans la rentrée en suivant des stages de remise à niveau pendant les vacances.

Les sessions proposées par l'Éducation nationale depuis 2008 rencontrent ainsi un succès grandissant: une augmentation de 15 % par rapport à 2011, soit 278.813 élèves de CM1 ou CM2 qui suivent des cours de français et mathématiques pendant cinq jours avant la rentrée.

Cette opération vient s'ajouter au projet École ouverte mis en place dès 1991, afin d'accueillir, dans les collèges et les lycées, des jeunes qui ne partent pas en vacances. Pendant au minimum deux semaines durant l'été, les élèves participent à des activités scolaires, culturelles, sportives et de loisirs. «L'opération École ouverte ne constitue pas à proprement parler une remise à niveau mais y contribue fortement. Elle vise à favoriser l'intégration sociale, scolaire des élèves et contribue ainsi à l'égalité des chances», précise-t-on au ministère de l'Éducation nationale, qui annonce 178.000 élèves participants en 2011. Les personnels enseignants sont alors souvent plus disponibles pour se mettre à l'écoute des élèves, développent des échanges plus personnalisés et surtout redonnent confiance aux jeunes, comme aux moins jeunes, en matière d'orientation et d'ambition scolaire...

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Nombre record de lycéens venus de ZEP intégrant Sciences-Po Paris

Le nombre d'élèves intégrant Sciences-Po Paris en première année après avoir fréquenté un lycée classé en Zone d'éducation Prioritaire (ZEP) va atteindre un chiffre record à la rentrée prochaine, a indiqué l'établissement mercredi, confirmant une information du Figaro.

 

Pour la rentrée 2012, 138 élèves vont intégrer Sciences-Po en première année grace à la filière ZEP, contre 129 l'année dernière et 17 en 2001 au moment de la création de cette filière d'entrée dont l'objectif affiché était de favoriser l'accès à Sciences-Po des élèves issus de milieux défavorisés.

En 2012, les filières ZEP vont ainsi représenter quelque 10% des élèves qui vont intégrer Sciences-Po en première année, selon les chiffres communiqués à l'AFP par Hakim Hallouch, le responsable du pôle diversité de l'établissement.

Ce chiffre va-t-il augmenter d'année en année ? "Il n'y a pas d'objectif chiffré car on ne veut pas entrer dans une logique de quota. Nous sommes dans une logique de recruteurs, comme une entreprise qui chercherait à attirer les meilleurs talents", explique M. Hallouch.

"La seule barrière qui existe à Sciences-Po est celle de l'intelligence. Il y aura plus (de ZEP) une année, peut-être moins une autre année. Nous avons atteint une forme de vitesse de croisière", a-t-il ajouté....

more...
No comment yet.
Scooped by Vincent DUBOIS
Scoop.it!

Education : 6 000 postes créés à la rentrée dans le second degré

Education : 6 000 postes créés à la rentrée dans le second degré | L'enseignement dans tous ses états. | Scoop.it
Le ministre Vincent Peillon a dévoilé, mardi, son "plan d'urgence" pour la rentrée 2012 afin de faire face à l'afflux d'élèves issus du baby-boom des années 2000.

Dans le "plan d'urgence" pour la rentrée 2012, les collèges et les lycées auront aussi leur part. Une belle part, même, puisqu'ils obtiennent plus que les 1 000 postes accordés la semaine dernière à l'école primaire.

Mardi 26 juin, le ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon, et la ministre déléguée à la réussite éducative, George Pau-Langevin, se sont rendus au collège Auguste-Renoir d'Asnières (Hauts-de-Seine), pour y annoncer la création de postes dans l'enseignement secondaire. L'annonce du jour s'est arrêtée à 280 enseignants. Mais ce sont 6000 postes qui seront débloqués au total pour la rentrée. Interrogé sur ce nombre, le ministre l'a confirmé, précisant que "ce devrait être de cet ordre de grandeur", mais que les derniers arbitrages interviendront lors du collectif budgétaire du 4 juillet.

Pour la nouvelle équipe installée Rue de Grenelle, le temps pressait. Elle doit créer 60 000 postes dans l'éducation nationale pendant le quinquennat de François Hollande. Si le chantier n'est pas lancé dès l'année scolaire 2012-2013, elle court le risque de ne pas tenir l'engagement présidentiel.

Il faut donc recruter sans tarder. Alors que la rentrée 2012 avait été placée par la droite sous le signe des coupes budgétaires - 14 000 suppressions de postes, dont 5 700 dans le premier degré et 6 550 dans le second au budget 2012 -, le ministère a cherché tous les stratagèmes possibles pour atténuer la tendance en quelques semaines.

Première solution : recruter des candidats inscrits sur les "listes complémentaires" aux concours - ceux qui, dans un premier temps, n'avaient pas été reçus, mais que le jury estime d'un niveau suffisant pour être sélectionnés....

more...
No comment yet.