Initiatives pour un monde meilleur
2.8K views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

A Lyon, on apprivoise la pluie pour mieux récupérer l’eau

A Lyon, on apprivoise la pluie pour mieux récupérer l’eau | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
La métropole a entrepris depuis cinq ans un travail minutieux pour permettre à l’eau de pluie de s’infiltrer dans le sol où elle ira rejoindre la nappe souterraine.

Par Martine Valo Publié le 19 novembre 2018 à 06h37 - Mis à jour le 21 novembre 2018 à 10h00

Temps de Lecture 5 min.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Envoyer par e-mail
Ajouter aux favoris
Article réservé aux abonnés


Transformée en voie douce pour les piétons et les cyclistes et capable de retenir un peu l’eau, la rue Garibaldi, à Lyon, le 25 juillet. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Faire de la pluie une alliée : c’est une sacrée ambition que le Grand Lyon s’est donnée. Ne plus laisser l’eau tombée du ciel ruisseler en vain, mais l’apprivoiser et lui permettre de s’infiltrer dans le sol où elle ira lentement rejoindre la nappe souterraine, finalement le meilleur stockage qui soit.

L’idée paraît simple, la réalisation l’est beaucoup moins. La métropole a entrepris depuis cinq ans un travail minutieux, à la manière d’une dentellière décidée à ménager des aérations dans une combinaison de néoprène. Des bandes enherbées et de nouveaux rideaux d’arbres ont fait leur apparition, mais aussi des revêtements poreux, des noues ou fosses, de multiples interstices, comme autant de trous d’aiguille dans une carapace de béton et de bitume.

« Depuis 2015, l’Agence de l’eau nous accorde une subvention de 30 euros par mètre carré déconnecté du réseau unitaire [qui récupère à la fois les eaux usées et celles des précipitations], nous en sommes à 35 hectares et notre objectif est d’atteindre 113 hectares », expose Elisabeth Sibeud, responsable des études et travaux, à la direction de l’eau et des déchets du Grand Lyon.

Cela peut sembler peu pour une collectivité de cinquante-neuf communes, mais l’important est d’avoir créé une dynamique, selon Hervé Caltran, responsable du service études de la direction adjointe de l’eau. « J’ai l’habitude de dire que la ville s’est imperméabilisée mètre carré par mètre carré, eh bien la désimperméabilisation se fera pareillement », résume-t-il.

Des efforts de pédagogie
Démonstration rue Garibaldi. Quand cette artère, qui coupait trois arrondissements de Lyon, a été métamorphosée en voie douce vis-à-vis des piétons et des cyclistes, on en a profité pour la rendre aussi capable de retenir un peu l’eau.

Les anciens carrefours où déboulaient des trémies quasi-autoroutières ont été remis à plat, une partie de l’espace libéré sert désormais de réservoir. Sur le trottoir imperceptiblement en pente, Hervé Caltran se penche pour ôter un mégot qui obstrue un étroit passage découpé dans une bordure basse le long du « jardin de pluie ». C’est par là que l’eau doit pouvoir se glisser pour rejoindre les arbres variés, choisis pour leurs petites feuilles afin de ne pas gêner l’infiltration des gouttes dans le sol.

Au Québec, ce sont les riverains eux-mêmes qui entretiennent ce genre d’aménagements

« Nous ne sommes pas très bons en communication, concède-t-il. Au Québec, ce sont les riverains eux-mêmes qui entretiennent ce genre d’aménagements. Nous n’en sommes pas là. » Ces innovations mi-construites mi-végétalisées nécessitent de faire travailler de concert les services de la voirie, des espaces verts, de l’eau, ce qui demande aussi des efforts de pédagogie, selon lui. Plus loin, il désigne un platane dans un étroit cercle de béton, surélevé à l’ancienne par rapport au trottoir. « En Californie, en Australie, où les tensions autour de l’eau sont très fortes, des gens s’attaquent à ce genre d’installation, ils cassent les bordures, aèrent la terre et en rabaissent le niveau, » relate-t-il.

Aiguillonné par le changement climatique, le concept de ville perméable, appelée « ville éponge » en Chine, gagne rapidement du terrain chez ceux qui réfléchissent à l’évolution urbaine. Il est devenu urgent de redécouvrir la valeur d’une ressource qu’on a pu croire inépuisable au point de la déverser sans discernement dans les égouts les jours d’orage. Ces flux rejoignent alors des stations d’épuration où le trop-plein fait déborder dans la nature les eaux usées sans traitement.

Repenser l’ensemble des usages
Inondations à répétition, sécheresses, canicules incitent à repenser l’ensemble des usages, à récupérer par exemple une partie des précipitations afin de moins recourir à l’eau potable. Il devient alors envisageable d’arroser les arbres en cas de besoin – ce qui ne se faisait pas auparavant – et les plantes qui vont, grâce à l’évaporation de leurs feuilles, atténuer les îlots de chaleur.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Crise de l’eau : la nature à la rescousse
« Durant la canicule de 2003, Lyon a enregistré une surmortalité de 80 %, alors que la moyenne nationale était de 60 %, rapporte Elisabeth Sibeud. Nous avons fait des essais : en arrosant une chaussée noire, on peut lui faire perdre 8 °C à 10 °C, malheureusement le passant, lui, ne ressent qu’une baisse de 0,5 °C. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A Paris, des « îlots de fraîcheur » pour rendre la canicule plus supportable
Si la métropole du Grand Lyon peut se montrer pionnière avec son plan ville perméable lancé en 2014, elle le doit en partie aux travaux menés avec le Groupe de recherche Rhône-Alpes sur les infrastructures et l’eau (Graie), une structure, créée en 1985 par des collectivités locales, l’Etat, des organismes de recherche, avec qui elle a beaucoup expérimenté.

C’est ce qui lui permet aujourd’hui de répondre à l’invariable question de la pollution. Précisons d’abord qu’en ville, les gouttes de pluie ne peuvent être infiltrées qu’au plus près de leur point de chute sans avoir eu l’occasion de s’attarder sur les trottoirs, et que l’eau qui a couru sur les routes n’est pas récupérée. Même ainsi, ne risque-t-on pas de contaminer la nappe phréatique ?

Grands travaux de réfection
Le sujet est crucial : l’agglomération a la chance de compter deux nappes phréatiques sur son territoire et de produire son eau potable localement. « Au contraire, les racines des végétaux fixent les résidus d’hydrocarbure, métaux lourds, PCB, qui sont stockés dans les premiers centimètres du sol, » explique Hervé Caltran. Et les pesticides ? « Contre ça, on ne peut rien faire, déplore-t-il. Heureusement, Lyon n’en utilise plus dans ses parcs et jardins depuis 2008. »

Il a fallu du temps pour en arriver à ces conclusions. « Dans les années 1990, on a creusé de grands bassins de rétention dans une zone industrielle, raconte Elisabeth Sibeud. Puis avec le Graie, nous avons regardé ce qui se passait en essayant un tas de techniques, de matériaux, de graviers fins qu’on lavait… Finalement on a constaté que le mieux était d’y laisser pousser des plantes autochtones. Du coup, on milite pour des dispositifs rustiques, faciles à comprendre par le public. Mais beaux aussi, comme ce qui a été fait avec les lacs de rétention du parc d’activité de la Porte des Alpes, à Saint-Priest. »


A Lyon, près de la rue Garibaldi, en juillet. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Dans le centre de Lyon, tout le quartier de la Part-Dieu bâti dans les années 1970 est en grands travaux de réfection, y compris la gare routière de la place de Francfort. Quatre-vingt-dix Ginkgo biloba s’y dressent, récemment plantés dans de vastes « fosses terre-pierres », confortables pour leurs racines, et efficaces pour retenir l’eau. Cette technique du XIXe siècle a été remise au goût du jour à Stockholm. En revanche, la suggestion d’un revêtement poreux mais légèrement grumeleux à la surface du parking n’a pas été retenue. Un sol parfaitement lisse pour faciliter le roulement des valises des voyageurs lui a été préféré.

Hervé Caltran, écologue de formation, estime cependant que l’alternative au tout tuyau est en bonne voie… même s’il reste à convaincre pas mal de promoteurs, d’architectes, d’ingénieurs… d’hygiénistes aussi. Dans les nouveaux immeubles d’habitation de la Buire, une douve a été creusée non loin d’une aire de jeux. « On nous avait d’abord opposé que les enfants allaient jeter des cailloux et faire pipi dedans, se souvient Elisabeth Sibeud. Ça arrive en effet, ça montre comme l’eau est bien intégrée dans le quartier ! »
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Cinq grandes entreprises s'engagent contre le gaspillage dans la restauration collective

Cinq grandes entreprises s'engagent contre le gaspillage dans la restauration collective | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Cinq grandes entreprises de Paris La Défense viennent de signer une charte pour lutter contre le gaspillage alimentaire dans la restauration collective. Cette démarche est pionnière à l'échelle d'un quartier d'affaires.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

La révolution numérique en agriculture va sécuriser les prises de décision, Grandes cultures - Pleinchamp

La révolution numérique en agriculture va sécuriser les prises de décision, Grandes cultures - Pleinchamp | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Pour Christian Huygue, Directeur scientifique adjoint de l'Inra, la révolution numérique profite aussi au monde agricole avec notamment l'utilisation de capteurs et de logiciels de traitement des données. Ces nouveaux outils permettent d
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

"La lutte contre les changements climatiques est le marché industriel du siècle" (Bertrand Piccard)

"La lutte contre les changements climatiques est le marché industriel du siècle" (Bertrand Piccard) | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
GRAND ENTRETIEN (1/3). La rédaction de La Tribune a reçu le 15 novembre dernier Bertrand Piccard pendant une matinée pour concevoir avec lui un numéro spécial sur le climat. À la tête de la Fondation Solar Impulse, le « savanturier » suisse aux deux tours du monde, en ballon puis en avion solaire autonome, délivre dans ce long entretien un message d’espoir aux négociateurs de la COP24 : il n’est peut-être pas trop tard, les solutions existent, il suffit de les faire passer à l’échelle de la planète.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Le Pair-à-Pair, nouveau modèle de société centré sur les communs

Le Pair-à-Pair, nouveau modèle de société centré sur les communs | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
la société civile deviendrait productive via la production collaborative de valeur à travers les communs, le marché deviendrait « éthique » car les pratiques économiques génératives y prédomineraient
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Sauver la planète et faire des économies : cette année, mettons de la seconde main sous le sapin

Sauver la planète et faire des économies : cette année, mettons de la seconde main sous le sapin | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Il est possible de fêter Noël avec des cadeaux de seconde main, un bon moyen pour allier économies et écologie.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

"Cesser de raisonner uniquement en termes de marché" Dominique Bourg

"Cesser de raisonner uniquement en termes de marché" Dominique Bourg | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
[24 Tribunes pour la COP24 | 22/24 ] Depuis le début du processus de négociation, la température moyenne sur Terre a fortement augmenté et la concentration de gaz à effet de serre a explosé. Autrement dit, pour une civilisation fière de son efficacité techno-économique, il y a de toute évidence un problème. Par Dominique Bourg, Philosophe, professeur à l’université
de Lausanne
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Numérique : nos députés sont-ils si nuls ?

Numérique : nos députés sont-ils si nuls ? | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Un rapport de l'Institut Montaigne souligne le manque de compétences de nos représentants à l'Assemblée Nationale. Peut mieux faire donc !
Patrick Tinayre's insight:
Bonjour, Le Président du Riigikogu Eiki Nestor a rencontré des parlementaires et des hauts fonctionnaires de Géorgie, du Kirghizistan, de Mongolie et d'Ukraine. Au cours de la réunion, il a souligné l'importance des solutions électroniques pour rendre le travail du Riigikogu sans papier. "Le développement numérique fait partie intégrante des réformes politiques, économiques et administratives entreprises au cours des 25 dernières années. Les solutions électroniques simplifient la gouvernance de l'État, rendent les services plus accessibles à la population et améliorent la transparence du processus décisionnel ", a déclaré Nestor. Les invités ont assisté à une présentation du système d'information sur le processus législatif du Riigikogu, où les documents sur les projets de loi, les traités et les questions administratives sont saisis, puis signés numériquement. Cela rend le processus numérique du début à la fin. La réunion a eu lieu dans le cadre d'un cours de formation organisé par l'e-Governance Academy en collaboration avec l'International Republican Institute, le principal institut sur la démocratie aux États-Unis. La liste des participants comprenait des parlementaires et des hauts fonctionnaires de Géorgie, du Kirghizistan, de Mongolie et d'Ukraine, ainsi que des représentants de l'Institut. Le cours de formation s'est concentré sur les initiatives et la législation en matière de gouvernance électronique en Estonie. https://www.riigikogu.ee/en/press-releases/board-of-the-riigikogu/nestor-shared-estonias-experiences-e-parliament/
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Le design de la supply chain prend une nouvelle dimension

Le design de la supply chain prend une nouvelle dimension | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Un an après la mise en place du nouveau schéma logistique, « nous avons fait 7 % d’économies sur une optimisation du schéma logistique, ainsi qu'une meilleure utilisation des véhicules et de leur nombre d’arrêts », a indiqué Lucas Vaquero, responsable transport et logistique chez DHL Supply chain.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

2050 : Un chemin entre harmonie et économie ?

2050 : Un chemin entre harmonie et économie ? | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
La seconde édition du forum Génération 2050, organisée le 3 décembre dernier par La Tribune, s'est penchée sur le futur de notre société pour défricher les grands enjeux économiques et sociaux à venir. Rassemblés pour une table ronde "Visions du futur…", l’environnementaliste Isabelle Delannoy et le prospectiviste Thierry Gaudin ont rappelé l'urgence d'un « changement de paradigme » pour que l'Homme et la nature vivent enfin en harmonie.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Lutte contre le changement climatique au Cameroun : l'ecclésiastique s'implique - Médiaterre

Lutte contre le changement climatique au Cameroun : l'ecclésiastique s'implique - Médiaterre | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
L'actualité du développement durable avec Médiaterre, le système d'information mondial francophone pour le développement durable concourt à la mise en oeuvre du développement durable dans l'espace francophone par la diffusion et l'échange d'informations, et l'aide à la constitution de réseaux de coopération.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Reforest’Action au Maroc : à la découverte des fruits de notre travail | Reforest'Action

Reforest’Action au Maroc : à la découverte des fruits de notre travail | Reforest'Action | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Fin novembre, nous nous sommes rendus à Brachoua, au Maroc, pour prendre des nouvelles des arbres que nous avons plantés grâce au financement d’ENGIE et du grand public. Partez avec nous à la découverte de l’extraordinaire histoire d’un petit village devenu pionnier de l’agriculture durable.  
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Permaculture : à l'école, des légumes pour les plus démunis

Permaculture : à l'école, des légumes pour les plus démunis | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Permavenir crée des potagers avec les enfants dans plusieurs écoles en Belgique. À Flémalle, ce sont 15 écoles, soit 15 potagers. La majeure partie des récoltes est destinée au bar à soupe du C.P.A.S. de Flémalle, un lieu de chaleur et de convivialité pour tous les plus démunis. L’autre partie est destinée aux crèches, pour le ventre des plus petits.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

[Tribune] Crise des gilets jaunes : le numérique est à la fois la cause et la solution

[Tribune] Crise des gilets jaunes : le numérique est à la fois la cause et la solution | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it

Loin de remettre en cause la Politique, la crise des gilets jaunes révèle surtout à quel point il est urgent d'inventer une démocratie adaptée aux temps numériques. Quand Internet a tout changé, peut-on continuer à faire de la démocratie participative en trompe-l'oeil, s'interroge le co-fondateur de Okaydoc.fr, Yann-Maël Larher.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

La truite filière Auchan nourrie à l’insecte avec InnovaFeed - Auchan et Moi

La truite filière Auchan nourrie à l’insecte avec InnovaFeed - Auchan et Moi | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Pionnier, Auchan est le premier distributeur au monde à commercialiser des truites nourries à l’insecte, une alimentation naturelle, saine et durable. Maye Walraven, chargée du développement de partenariats chez InnovaFeed, nous explique tout.Pourquoi une alimentation à base d’insectes ?InnovaFeed est une entreprise qui produit des matières premières issues des insectes, et plus précisémen
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Cette startup veut remplacer les engrais chimiques par des probiotiques

Cette startup veut remplacer les engrais chimiques par des probiotiques | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
La startup américaine, PivotBio, a mis au point un fertilisant, à base de micro-organismes naturels, capable de fixer l’azote dans les plantes. Une solution bien plus écologique et moin
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

L’industrie cimentière mobilisée pour réduire ses émissions de CO2 : 15-11-2018 - Batiweb.com

L’industrie cimentière mobilisée pour réduire ses émissions de CO2 : 15-11-2018 - Batiweb.com | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Actualités Batiweb.com : 15-11-2018 - L’industrie cimentière, consciente de polluer et de participer au réchauffement climatique, a décidé de se mobiliser pour y remédier ! En 30 ans, elle est déjà parvenue à réduire de 40% ses émissions de CO2. Son nouvel objectif : atteindre une réduction de 80% d’ici 2050. Pour cela, elle compte s’appuyer sur la création de nouveaux ciments moins polluants, sur le recyclage du béton et sur la captation et la réutilisation du CO2, mais aussi sur les initiatives des startups, grâce à des workshops qui facilitent la communication et la circulation des idées.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Pour lutter contre le changement climatique, inspirons-nous de Linux ! | EKOPO⎪Le média de l'économie positive

Les différentes COP (pour « Conférences des parties »), dont la 24e édition s’est ouverte à Katowice en Pologne, ont permis des avancées majeure
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Nutrition : une application donne le "nutriscore" caché d'un produit

Nutrition : une application donne le "nutriscore" caché d'un produit | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Open Food Fact, en partenariat désormais avec le ministère de la Santé, répertorie le score nutritionnel de plus de 200.000 produits. Même lorsque les industriels préfèrent le cacher.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

« Nous lançons aujourd’hui un appel pour transformer les institutions et les politiques européennes »

« Nous lançons aujourd’hui un appel pour transformer les institutions et les politiques européennes » | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Un collectif de plus de 120 intellectuels et de responsables politiques de 16 pays d’Europe propose dans un manifeste, publié par « Le Monde », une nouvelle architecture pour l’Union. Leur projet s’appuierait sur la création d’une assemblée souveraine et d’un budget ambitieux.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Nestor shared Estonia’s experiences of e-parliament

Nestor shared Estonia’s experiences of e-parliament | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
The President of the Riigikogu Eiki Nestor met with MPs and higher state officials from Georgia, Kyrgyzstan, Mongolia, and Ukraine. During the meeting, he emphasised the importance of e-solutions in making the work of the Riigikogu paperless.

“Digital development has been an integral part of the political, economic, and administrative reforms carried out over the past 25 years. E-solutions simplify state governance, make services better accessible for the population, and improve the transparency of the decision making process,” Nestor said.

The guests received a presentation of the Riigikogu legislative process information system, where the documents on the draft legislation, treaties, and administrative issues are entered, and then signed digitally. This makes the process digital from start to finish.

The meeting took place in the framework of a training course organised by the e-Governance Academy together with the International Republican Institute, the leading institute on democracy in the USA. The participant list included MPs and higher state officials from Georgia, Kyrgyzstan, Mongolia, and Ukraine, as well as representatives of the Institute. The training course focussed on e-governance initiatives and legislation in Estonia.

Patrick Tinayre's insight:
Le Président du Riigikogu Eiki Nestor a rencontré des parlementaires et des hauts fonctionnaires de Géorgie, du Kirghizistan, de Mongolie et d'Ukraine. Au cours de la réunion, il a souligné l'importance des solutions électroniques pour rendre le travail du Riigikogu sans papier. "Le développement numérique fait partie intégrante des réformes politiques, économiques et administratives entreprises au cours des 25 dernières années. Les solutions électroniques simplifient la gouvernance de l'État, rendent les services plus accessibles à la population et améliorent la transparence du processus décisionnel ", a déclaré Nestor. Les invités ont assisté à une présentation du système d'information sur le processus législatif du Riigikogu, où les documents sur les projets de loi, les traités et les questions administratives sont saisis, puis signés numériquement. Cela rend le processus numérique du début à la fin. La réunion a eu lieu dans le cadre d'un cours de formation organisé par l'e-Governance Academy en collaboration avec l'International Republican Institute, le principal institut sur la démocratie aux États-Unis. La liste des participants comprenait des parlementaires et des hauts fonctionnaires de Géorgie, du Kirghizistan, de Mongolie et d'Ukraine, ainsi que des représentants de l'Institut. Le cours de formation s'est concentré sur les initiatives et la législation en matière de gouvernance électronique en Estonie.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

La supply chain, compatible avec un avenir sans déchets d’activités économiques?

La supply chain, compatible avec un avenir sans déchets d’activités économiques? | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Sommes-nous en train d’assister à la disparition de certains déchets notamment des plastiques à usage unique ? À une époque aussi propice aux clivages qu’aujourd’hui, il est rassurant de voir qu’autant d’entre nous unissent leurs forces pour signer la fin des déchets. La série de documentaires « Planète Bleue » diffusée sur une grande chaine nationale, a œuvré avec grand succès à la sensibilisation des populations sur l’impact dévastateur que produisent les déchets plastiques sur nos océans. Prise de conscience et éveil de l’intérêt des consommateurs sont aujourd’hui les maîtres mots.

Par ailleurs, une récente étude réalisée par Tetra Pak a révélé, que 64% des Français considéraient comme un frein à l’achat d’un produit, que son emballage soit nocif à l’environnement[1].  Ils sont donc logiquement 73% à déclarer qu’il serait meilleur pour l’environnement de disposer d’aliments sans emballage, distribués en vrac. Une tendance qui touche jusqu’à l’exécutif, qui, à l’horizon 2025, vise les 100% de plastiques recyclés. En attendant cette prise en charge totale, 2019 verra venir un bonus-malus sur la taxe d’écocontribution qui fera varier cette dernière selon le type de plastique en question[2]. 

Les entreprises sont aussi mises à contribution puisque le Programme National de la Prévention des Déchets 2014-2020[3] prévoit notamment une stabilisation au minimum de la production de déchets des activités économiques (ferrailles, métaux non ferreux, papiers-cartons, verre, textiles, bois, plastiques…) d’ici à 2020.

Un engagement nécessaire

Le traitement des déchets d’activités économiques passe par une collaboration internationale, à ce titre, cela fait des dizaines d’années que le Royaume-Uni se tourne vers la Chine pour se soulager du poids que représentent ses déchets plastiques.
L’appétit de la Chine en la matière permettant d’atteindre des objectifs élevés en termes de recyclage. Cette année, la Chine a toutefois décidé de freiner radicalement l’importation de déchets plastiques en provenance de l’étranger. Alors cette attitude, pourrait intensifier les pressions qui s’exercent sur les entreprises ayant recours à des plastiques à usage unique au sein de leur processus de fabrication et de leur supply chain.

Les entreprises françaises doivent ainsi s’attendre à répondre davantage de leurs agissements contre l’environnement la question de l’empreinte carbone et du recyclage étant au cœur du débat public. Car cette variable est devenue une raison de choisir telle ou telle marque.

Des marques activistes

Certaines marques de renom ont cependant anticipé cette tendance et font déjà des efforts, c’est notamment le cas de McDonald’s et Starbucks au Royaume-Uni qui testent des pailles recyclées ou la suppression des pailles et couverts en plastique. En France, c’est le groupe Carrefour [4] qui a annoncé quelques jours avant l’arrivée du mouvement « plastic attack », son projet d’utiliser 100 % d’emballages recyclables, réutilisables ou compostables pour 2025.

Des changements qui se sont malheureusement trop fait attendre, si on les compare aux chiffres publiés par la Fondation Ellen MacArthur. En effet, ceux-ci suggèrent qu’à toutes choses égales, les océans pourraient contenir, en poids, plus de déchets plastiques que de poissons d’ici 2050. L’étude allant même plus loin et démontrant que notre économie perdait entre 80 et 120 milliards de dollars en raison d’une chaîne de valeur linéaire basée sur des produits à usage unique.

Potentiel d’attractivité accru, impact positif sur les performances, encouragement de l’opinion, ce contexte favorable doit permettre aux supply chains d’évoluer.

Repenser et réinventer

Tout cela semble très attrayant, mais par où les entreprises doivent-elles commencer pour établir une supply chain exempte de plastiques à usage unique et de déchets de manière générale ? Tout repose initialement sur les données. Grâce à un logiciel dédié au design de leur supply chain, les entreprises peuvent disposer d’une vue d’ensemble sur cette dernière, leur offrant dans le même temps des informations détaillées concernant notamment les spécificités d’emballage de leurs produits. De cette façon, on peut étendre cette veille des déchets à toutes les industries où les déchets tels que les solvants ou accumulateurs seraient repérés.
Les fournisseurs d’emballages alternatifs qui répondent à ces attentes, à l’instar de ceux qui fourniront Carrefour en papier, peuvent ainsi être ajoutés au modèle de supply chain, directement au sein du logiciel, aux côtés d’un indicateur ou d’un indice relatif à leurs caractéristiques tarifaires et à leur positionnement au sein du réseau.

Visualiser et évaluer

Un logiciel dédié au design de la supply chain peut aider les entreprises à visualiser un problème en tirant parti de données volumétriques permettant d’identifier rapidement les sources et les flux des différents fournisseurs. Le logiciel permettrait aussi la traçabilité des déchets.

Place ensuite à l’évaluation des alternatives. À titre d’exemple, si vous souhaitez réduire vos matières plastiques non recyclables de 10 % d’ici 2020, vous devez être en mesure d’analyser les approches alternatives à votre disposition qui vous permettent d’y parvenir tout en maintenant vos objectifs de service, de stocks et de rentabilité, le tout étayé par les risques associés que vous avez évalués. Les scénarios qui comparent la situation actuelle à plusieurs alternatives permettent d’identifier les priorités en termes de transformation, ainsi que les coûts et les risques associés, en éliminant du calcul les canaux exceptionnels. Il est dès lors possible d’établir des objectifs visant, à terme, à réduire les matières non recyclables.

Quid d’une supply chain libérée de toute matière à usage unique et polluante ? Une supply chain qui donne priorité au recyclage est, par définition, cyclique. Imaginons par exemple des usines de traitement centralisées recevant les déchets issus des acteurs de la supply chain, ou encore des produits reconditionnés confiés aux fabricants d’emballages. Cette vision aboutirait sans doute à un réalignement des sites de production d’emballages, où ces derniers s’éloigneraient des ports et des sources pétrolières pour se rapprocher de l’usine de recyclage, des clients de la supply chain, et, en définitive, du consommateur.

L’élimination des matières à usage unique au sein de la supply chain ne se produira pas du jour au lendemain, mais l’introduction de matières recyclées peut sans aucun doute devenir réalité. L’utilisation d’un logiciel de modélisation de la supply chain pour visualiser et évaluer l’efficacité d’un réseau dénoué de toute matière à usage unique pourrait permettre aux entreprises d’améliorer leur image environnementale et de se débarrasser pour de bon des déchets.

more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Livre numérique : le jour de la libération fiscale vient de sonner

Livre numérique : le jour de la libération fiscale vient de sonner | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Ce 4 décembre est une journée à marquer d’une pierre blanche : en effet, le
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Des start-up locales, solution au chômage des régions ?

Trouver des solutions aux besoins locaux, avec les acteurs présents sur place. Le tout en mutualisant les idées et les ressources. Voilà l'ambition du réseau Start-Up de Territoire, qui fait éclore des entreprises dans toute la France.
Par Victor Branquart I Publié le 5 Décembre 2018



Le réseau Start-up de Territoire recrée de l'activité locale, comme la fabrication de chaussures "Made in Romans", la Sneak-Up. (Crédit : Eric d'Hérouville)
C'est l'histoire d'un territoire, celui du bassin de Romans-sur-Isère, dans la Drôme, de sa mono-industrie de la chaussure de luxe, d'une longue crise et de fermetures d'usines. Puis d'un sursaut économique.
 
Le 2 févier 2016, à Romans-sur-Isère, une soirée de brainstorming, baptisée "Start-Up de Territoire ", réunit plus de 250 personnes, chefs d'entreprises, collectivités, élus locaux, mais aussi chômeurs, retraités, lycéens… Tous sont venus dans un même but : trouver des solutions au chômage local.
 
Rapidement, des brasseurs font un constat : l'intérêt évident, tant d'un point vue commercial qu'environnemental, de relancer la consigne des bouteilles en verre. L'association Locaverre est créée et initie le projet "Ma bouteille s'appelle revient". Après de nombreuses rencontres avec des viticulteurs, des distributeurs, des consommateurs et une année d'étude de faisabilité, Locaverre s'apprête à ouvrir, début 2019, sa première unité de lavage (3000 bouteilles / jour). À terme, ses responsables pensent créer 7 à 10 emplois locaux. Depuis, le modèle de création d'entreprise "Start-Up de Territoire" essaime dans toute la France, avec des dizaines d'exemples de ce type.

"L'idée est de regrouper l'ensemble des acteurs locaux pour faire émerger des solutions innovantes et répondre aux problématiques - environnementales, sociales, culturelles... - de ce même territoire", explique Christophe Chevalier, PDG du groupe Archer - à l'origine du projet.


Les idées d'entreprises naissent lors de réunions qui réunissent des acteurs locaux.(Crédit : Eric d'Herouville)

START-UP DE TERRITOIRE, UN CATALYSEUR D'ÉNERGIES
Né en 1987 de la volonté de lutter contre l'exclusion et le chômage de masse, le Groupe Archer a déjà plusieurs succès à son actif. L'association devenue SAS en 2007 a réussit à raviver l'industrie de la chaussure locale, "en faisant appel aux savoir-faire de petites entreprises, en les rassemblant au sein d'un même réseau d'activité - depuis peu au sein d'un même lieu, la Cité de la Chaussure - et en les intégrant à notre holding", poursuit Christophe Chevalier. Le groupe Archer compte aujourd'hui une centaine d'actionnaires locaux. En appliquant cette méthode à d'autres secteurs, 550 emplois à temps plein ont été créés. Archer est devenu l'un des plus gros employeurs de la ville. Mais comme il restait du chômage, le groupe a décidé d'adopter la stratégie "Start-up de territoire.

"Start-Up de Territoire est en réalité un énorme réseau, une dynamique agissant comme un puissant catalyseur d'énergies et de savoir-faire au niveau du territoire", analyse Clémence Richeux, cheffe du projet "Ma bouteille s'appelle revient".

Sur son modèle, une dizaine de structures s'apprêtent ou ont déjà lancé leurs activités dans la Drôme. 25 autres projets sont encore en phase de développement, auxquels s'ajoutent tous ceux imaginés lors de la troisième soirée créative de Romans-sur-Isère, le 29 mars 2018, qui a attiré près de 1400 participants. "Les idées qui ont émergé lors de cette troisième édition ont été si nombreuses que pour 2019 nous prévoyons d'organiser un forum des solutions, explique Christophe Chevalier. Y seront présentées les start-up déjà lancées et celles en cours de création. Mais aussi les dizaines de groupes de travail que les visiteurs pourront rejoindre s'ils le veulent"

DES ENTREPRISES LANCÉES DANS 60 TERRITOIRES
Côté financement, Start-Up de Territoire et les projets portés mobilisent les ressources locales, subventions, financement participatif, investisseurs, etc. Lauréat de l'appel à manifestation d'intérêt "Territoire d'innovation de grande ambition", le Groupe Archer est aussi en mesure d'accompagner financièrement les projets et jeunes structures dans leur développement.
 
Dès son lancement en 2016, Start-Up de Territoire s'est par ailleurs exportée dans six villes françaises, Bordeaux, Figeac, Grenoble, Lille, Lyon-Le-Saunier et Strasbourg, où des centaines d'acteurs locaux ont développé des idées, groupes de travail et propositions concrètes. Parmi elles, une cantine coopérative et participative à Lille ; un système de mutualisation de matériel entre entreprises, associations et particuliers à Grenoble ; une structure pour booster la permaculture en Alsace, etc.
 
Des dizaines de solutions pourraient ainsi se concrétiser dans les mois et années à venir, synonymes de créations d'emplois et de territoires redynamisés. Satisfait mais pressé, Christophe Chevalier compte désormais labelliser Start-Up de Territoire pour essaimer la dynamique au cœur de soixante autres territoires d'ici trois ans.
more...
No comment yet.
Scooped by Patrick Tinayre
Scoop.it!

Territoires zéro chômeur de longue durée : une utopie réaliste ?

Territoires zéro chômeur de longue durée : une utopie réaliste ? | Initiatives pour un monde meilleur | Scoop.it
Les territoires « zéro chômeur de longue durée » visent à la fois à créer des emplois et à redynamiser des territoires. Mais quel est leur bilan ?
more...
No comment yet.