Idiocratie
195 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Ased Atlas from Graines de Troc
Scoop.it!

Politique Agricole Commune : la "PAC 2013" toujours aussi injuste

La Commission Européenne Agricole est-elle a ce point soumise aux lobbies agricoles qu'elle propose de maintenir jusqu'à 2020 les privilèges des gros agriculteurs industriels au dépend des petites exploitations de qualité et au dépend de l'environnement ?

Via Benoit Brulin, GrainesdeTroc.fr
more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

Un article ne plaît pas au préfet ? Il interdit de conférences de presse

Un article ne plaît pas au préfet ? Il interdit de conférences de presse | Idiocratie | Scoop.it

"La première raison avancée par l’entourage de Pierre de Bousquet de Florian est que je n’ai pas la carte de presse. Mais très vite, la deuxième raison pointe..."

more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

Les trois quarts des français ne font pas confiance aux médias

Les trois quarts des français ne font pas confiance aux médias | Idiocratie | Scoop.it
Une récente étude du CEVIPOF -  Laboratoire de la Fondation nationale des sciences politiques -  effectuée en décembre 2012 pour le Conseil économique social et environnemental vient conforter -...
more...
Marco Bertolini's curator insight, March 4, 2013 4:15 AM

Les Français ne font plus confiance à leurs médias : alors que 66 % d'entre eux font toujours confiance à la police et 82 % aux hôpitaux, ils sont à peine 23 % à croire ce que leur disent leurs médias...

Rescooped by Ased Atlas from Nature to Share
Scoop.it!

Enquête évènement: Les secrets de votre alimentation : ce que cachent les produits que vous mangez

Les secrets de votre alimentation : ce que cachent les produits que vous mangez

Via Damoclès
more...
Pascal Ceurtvriend's comment, March 3, 2013 2:41 PM
je n'ose pas lire !!!
Ased Atlas's comment, March 3, 2013 2:49 PM
de la chimie en forte concentration et des arômes artificiel.
Rescooped by Ased Atlas from Nature to Share
Scoop.it!

90% des vins contiennent des pesticides (et c’est légal)

90% des vins contiennent des pesticides (et c’est légal) | Idiocratie | Scoop.it

Le 14 février dernier, à Bordeaux, le laboratoire spécialisé Excell présentait les résultats d’une analyse portant sur 300 échantillons de vin. L’enjeu de cette étude était de détecter d’éventuels résidus de pesticides dans le vin. Verdict, rapporté par le magazine La Vigne :

 

« Seulement 10% [des vins analysés] ne contiennent aucun pesticide. Dans les 90% restants, Excell a trouvé la présence d’au moins une matière active, le plus souvent de la famille des fongicides. Et le laboratoire a pu détecter jusqu’à neuf pesticides simultanément dans un vin. »

 

« Des cocktails de neuf à dix pesticides dans certains vins »

 

Contacté, le responsable technique du laboratoire Excell, Stéphane Boutou, nous a expliqué que les vins analysés étaient tous issus des millésimes 2007 ou 2008, et « représentatifs » du vignoble, avec notamment « autour de 5% de vins bio ».

 

Le labo n’a en revanche « pas du tout été surpris » par les résultats, qui correspondent bien à ce qu’ils observent régulièrement. Il y avait certes « des pics avec certaines molécules ».

 

Mais « le plus étrange », selon lui, c’est qu’ils ont retrouvé « des cocktails de neuf à dix pesticides dans certains vins ». Bien sûr, « toujours dans les limites maximales » autorisées...

 

« Limites maximales », argument minimal ?

 

Comme à chaque fois que les résultats d’une étude de ce type sont publiés, on nous ressert l’argument des « doses journalières admissibles » (DJA). Ou, en l’occurrence, celui des « limites maximales de résidus » (LMR).

Ces dernières sont censées tenir compte des apports en résidus de pesticides de toute notre alimentation, en s’appuyant sur des rations quotidiennes généralement calculées pour un consommateur moyen pesant 60 kg (6,2 kg pour les jeunes enfants). Des LMR sont donc attribuées à chaque molécule pour éviter que nous dépassions les DJA...

 

Joli charabia, pourtant ces doses-seuil sont quelquefois dépassées : 1 million de Français sont par exemple en surdose de sulfites. Ce prétendu strict respect des doses maximales est donc, en partie, spéculatif.

 

Pire, comme le rapporte Terre de Vins, « la France n’a pas fixé de LMR pour les pesticides dans le vin ».

 

Les seuls faits établis ici, ce sont que neuf vins sur dix contiennent des résidus de pesticides toxiques. Aucune autre boisson n’est d’ailleurs vraiment mieux lotie, que ce soit le thé ou même l’eau du robinet.

Les vins bio sortent du lot

 

On peut enfin s’étonner que le laboratoire Excell ait décidé de ne pas distinguer, dans son étude, les vins bio des autres vins.

 

Peut-être ont-ils considéré, en tant que laboratoire privé, qu’il était professionnellement risqué de sortir ces vins du lot, qu’en effet ça aurait pu être mal perçu par l’écrasante majorité (plus de 90%) d’une profession qui ne pratique pas l’agriculture biologique. Rappelons au passage que si la vigne n’occupe que 3% des surfaces agricoles en France, elle consomme à elle seule 20% des pesticides (en volume).

 

Le laboratoire a donc lissé ses résultats à l’ensemble des vins, mettant ainsi toute la viticulture dans le même sac.

 

Néanmoins, une autre étude [PDF], précédemment publiée par des associations, est arrivée à la conclusion que les vins bio ne contiennent pas (sauf accident) de résidus de pesticides. Tandis que pour les autres vins, toujours selon cette étude, ce n’est plus 90% qui en contiennent, mais la totalité.


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

L'aide à la presse, une gabegie ?

L'aide à la presse, une gabegie ? | Idiocratie | Scoop.it

"La Cour des comptes vient de rendre son rapport sur les aides à la presse “traditionnelle”: une gabegie. De 8 millions d’euros, on est passé à 70 millions de 2009 à  2011 avec des investissements pour la fabrication (rotatives, etc.) qui ont mobilisé 58% des aides..."

more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

Les internautes, premiers vérificateurs d'information

Les internautes, premiers vérificateurs d'information | Idiocratie | Scoop.it
La semaine dernière, Julien Pain des Observateurs de France 24 est revenu sur deux épisodes qui prouvent que les internautes endossent de plus en plus le rôle…
more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

L’influence du numérique sur la presse et le journalisme

L’influence du numérique sur la presse et le journalisme | Idiocratie | Scoop.it

"On annonce souvent la mort de la presse pour différentes raisons, dont certaines liées à l’essor du numérique : baisse de la diffusion de la presse payante, généralisation de la gratuité de l’internet, pression des revenus publicitaires, baisse de qualité de l’information, développement des réseaux sociaux…"

more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

Findus-Nestlé > sous-traitance>marketing publicitaire >spéculation et paradis fiscaux >malbouffe (merde pasteurisé et surgelé)

Findus-Nestlé > sous-traitance>marketing publicitaire >spéculation et paradis fiscaux >malbouffe (merde pasteurisé et surgelé) | Idiocratie | Scoop.it

Un placard publicitaire pour Findus via Nestlé le propriétaire de cette marque de malbouffe.

Ased Atlas's insight:

on croit rêver mais non...

more...
No comment yet.
Rescooped by Ased Atlas from Nature to Share
Scoop.it!

Un trader hollandais derrière la viande de cheval vendue à Spanghero

Un trader hollandais derrière la viande de cheval vendue à Spanghero | Idiocratie | Scoop.it

La société Spanghero, qui affirme de pas avoir "d'activité à base de produit d'origine équidée", aurait acheté 42 tonnes de viande de cheval au début du mois de janvier à une société chypriote, révèle jeudi le quotidien Le Parisien, qui publie le fac-similé d'une facture.


Le journal explique avoir pu consulter "trois factures auprès des autorités roumaines (qui) portent le soupçon sur la société française Spanghero, mais aussi le trader chypriote Draap", dont les noms ont déjà été cités dans le scandale de substitution de viande de boeuf par du cheval dans des plats cuisinés qui a éclaté en Europe.

 

D'après ces factures, la société française aurait reçu 42 tonnes de minerai de cheval – produit haché issu du désossage d'une carcasse, composé des bas morceaux (attaches de muscles, gras, quartiers les moins nobles ) – : 18 tonnes et demi le 4 janvier, 18 tonnes le 9 janvier et 4 tonnes le 12 janvier.

 

Le journal publie le fac-similé d'une facture du 4 janvier à l'entête de la société chypriote Draap Trading – palindrome de "paard" (cheval en hollandais) –, dont le Guardian indique que le directeur est un Hollandais du nom de Jan Fasen, adressée à "Spanghero viandes élabore" à Castelnaudary (Aude) avec les détails d'une commande de "minerai" sous le code "0205 0080", qui correspondrait à une norme internationale pour de la viande de cheval surgelée.

 

La chaîne la chaîne publique hollandaire NOS a découvert que M. Fasen a été condamné en janvier 2012 pour escroquerie pour avoir vendu de la viande de chevaux d'Amérique du sud qu'il faisait passer pour du bœuf hallal. Le Financial Times précise que cette viande a été vendue en France, mais le nom du client a été masqué. La chaîne publique de télévision néerlandaise NOS a ajouté qu'un second courtier en viande de Oosterhout avait écopé de travaux d'intérêt général pour complicité.

 

Le site de Spanghero ne comportait jeudi matin qu'une page sur laquelle figurait un communiqué daté du 11 février, assurant notamment qu'elle "n'a pas d'activité d'achat, de revente ou de transformation de produits à base de viande de cheval".

 

Un représentant de la société a indiqué au journal que "Spanghero n'a jamais jamais reçu de factures de Draap Trading relatives à de la viande de cheval", et "ne s'explique pas" les documents consultés par le journal.

 

DE LA VIANDE DE CHEVAL DANS DES LASAGNES SURGELÉES EN ALLEMAGNE

 

De la viande de cheval a été trouvée pour la première fois dans un lot de lasagnes surgelées vendues en Allemagne par la chaîne de supermarchés Real. Real avait déjà retiré de la vente par précaution des lots de lasagnes de sa marque à bas prix "Tip", et les tests commandés à des laboratoires ont mis en évidence la présence de viande de cheval mercredi, a reconnu le groupe dans un communiqué publié sur son site internet.

 

Real précise encore qu'il ne s'agit que d'une mesure prise "purement par précaution, car à aucun moment un risque pour la santé des consommateurs n'a été détecté". Le groupe de distribution, qui compte 316 magasins en Allemagne, a assuré travailler en collaboration avec les autorités, ses fournisseurs et le ministère de l'agriculture et de la consommation pour "prendre toutes les mesures qui seront nécessaires pour que les clients n'achètent que des produits irréprochables".

 


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

Pourquoi la SEO peut elle aider le journaliste ?

Pourquoi la SEO peut elle aider le journaliste ? | Idiocratie | Scoop.it
Comment acquérir le plus de visibilité possible ? La question du référencement est au cœur des rédactions des journaux en ligne.
more...
No comment yet.
Rescooped by Ased Atlas from Graines de Troc
Scoop.it!

Planifier son potager durant l'hiver

Planifier son potager durant l'hiver | Idiocratie | Scoop.it
Se nourrir toute l'année des légumes provenant de son propre potager suppose de s'organiser. La saison hivernale vous permettra de planifier un potager selon vos goûts et vos besoins !

Via GrainesdeTroc.fr
more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

Le "New York Times" victime d'un piratage informatique d'ampleur

Le "New York Times" victime d'un piratage informatique d'ampleur | Idiocratie | Scoop.it
Le "New York Times" a annoncé jeudi avoir été victime d'un piratage informatique de grande ampleur, et organisé, selon l'enquête du quotidien, par des pirates basés en Chine.
more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

L'Ordinateur Individuel et Micro Hebdo fusionnent en 01net Magazine

L'Ordinateur Individuel et Micro Hebdo fusionnent en 01net Magazine | Idiocratie | Scoop.it
La rédaction du mensuel L'Ordinateur Individuel bouclera demain son 376e et dernier numéro, le daté mars 2013. Micro Hebdo en fera de même sous peu. Les deux revues fusionnent...
more...
No comment yet.
Rescooped by Ased Atlas from Nature to Share
Scoop.it!

Viande avariée : Flunch suspend ses approvisionnements chez Castel Viande

Viande avariée : Flunch suspend ses approvisionnements chez Castel Viande | Idiocratie | Scoop.it

Flunch a suspendu "par précaution" ses approvisionnements en provenance de Castel Viandes, l'un de ses fournisseurs qui fait l'objet d'une enquête pour tromperie sur la viande de boeuf, "en attendant d'avoir de plus amples informations", a indiqué son directeur général. "Une enquête judiciaire est en cours. Par précaution, nous avons suspendu tous nos approvisionnements de chez Castel Viandes en attendant d'avoir de plus amples informations", indique vendredi Vincent Lemaître.

 

La justice a ouvert une enquête mi-février sur Castel Viandes, société spécialisée dans la découpe de viande bovine installée à Châteaubriant (Loire-Atlantique), pour escroquerie et tromperie à la suite d'éléments fournis à la gendarmerie, notamment par un de ses anciens cadres. Selon Le Parisien/Aujourd'hui en France, qui a révélé l'affaire, "la justice soupçonne ce groupe familial, créé en 1963, de pratiques appelées remballe et d'avoir vendu de la viande avariée à des clients, notamment à des restaurants Flunch".

 

Un précédent cas à Boulogne-sur-Mer en 2008

 

"Il y a eu un cas en 2008, où deux personnes qui avaient mangé dans notre restaurant de Boulogne-sur-Mer ont eu des problèmes et se sont rapprochées de notre cellule médicale", admet Vincent Lemaître. "Les contrôles qualité de Flunch ont alerté Castel Viandes", poursuit-il, expliquant que les lots concernés avaient été bloqués. Les clients auraient précisé que la viande avait un goût suspect et une des personnes serait allée vomir immédiatement, selon les informations du Parisien. "Les résultats de l'enquête médicale n'ont pas donné lieu à une suspension des approvisionnements" chez Castel Viandes, les personnes n'ayant eu "aucune suite médicale", précise Vincent Lemaître. "Notre enseigne a une charte de qualité extrêmement stricte. Nous servons 60 millions de clients par an et nous conduisons 8 000 analyses sur nos produits dont 1 000 sur la viande", souligne-t-il.

 

Castel Viandes était l'un des quatre principaux fournisseurs en viande de Flunch, "qui se trouvent tous en France", selon Vincent Lemaître. Il précise n'avoir pas conduit de tests spécifiques à la suite de l'affaire de la fraude à la viande de cheval, n'étant "pas du tout concerné", car "pas du tout dans la boucle d'approvisionnement" mise en cause. Flunch compte 240 restaurants en France.


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Ased Atlas from Nature to Share
Scoop.it!

Le scandale alimentaire qui s'annonce

Le scandale alimentaire qui s'annonce | Idiocratie | Scoop.it

Que se passe-t-il vraiment dans l'univers de la viande industrielle ? Et que nous fait-on manger, de gré ou de force ? Avant d'essayer de répondre, il est bon d'avoir en tête deux études récentes.


La première, publiée en 2011, montre la présence dans le lait - de vache, de chèvre ou d'humain - d'anti-inflammatoires, de bêtabloquants, d'hormones et bien sûr d'antibiotiques. Le lait de vache contient le plus grand nombre de molécules.

 

La seconde, qui date de 2012, est encore plus saisissante. Une équipe de chercheurs a mis au point une technique de détection des résidus dans l'alimentation, en s'appuyant sur la chromatographie et la spectrométrie de masse.

 

Analysant des petits pots pour bébés contenant de la viande, ils y ont découvert des antibiotiques destinés aux animaux, comme la tilmicosine ou la spiramycine, mais aussi des antiparasitaires, comme le levamisole, ou encore des fongicides.

 

Certes à des doses très faibles – en général –, mais, comme on le verra, la question se pose aujourd'hui dans des termes neufs.

 

On remarquera que, dans le scandale en cours, un mot a presque disparu : phénylbutazone. Cet anti-inflammatoire, on le sait, a été retrouvé dans des carcasses de chevaux exportés vers la France.

 

UNE FRAUDE ISOLÉE ?

 

Or la phénylbutazone est un produit dangereux, interdit dans toute viande destinée à la consommation humaine. S'agit-il d'une fraude isolée ? Ou bien, comme certains éléments permettent de l'envisager, d'une pratique tolérée par les autorités de contrôle ?

 

Nul besoin d'une vaste enquête pour avoir une idée de l'incroyable pharmacopée destinée aux animaux d'élevage. La liste des produits autorisés contient de nombreux douvicides (contre des vers parasites), anticoccidiens (parasites de l'intestin), anthelminthiques (vermifuges), hormones, vaccins, neuroleptiques et antibiotiques.

 

Sait-on comment l'oxytétracycline se mélange avec la gonadolibérine chez un poulet ? Comment le flubendazole se marie avec l'azapérone et les prostaglandines PGF2 dans la chair d'un porc ? Le thiabendazole avec le diazinon ou le décoquinate dans le sang d'une bonne vache charolaise ?

 

Aucune étude sur les effets de synergie de ces produits n'est menée. Il n'est pas dit qu'elles seraient possibles.

 

Lorsque c'est le cas, on découvre en tout cas un nouveau monde. Le 3 août 2012, la revue PloS One publiait un travail sur les effets combinés de trois fongicides très employés dans l'agriculture. Leur association provoque des effets inattendus sur les cellules de notre système nerveux central.

Commentaire de l'un des auteurs, Claude Reiss : "Des substances réputées sans effet pour la reproduction humaine, non neurotoxiques et non cancérigènes ont, en combinaison, des effets insoupçonnés."

 

Effets insoupçonnés, éventuellement cancérigènes, ouvrant la voie –peut-être – à des maladies neurodégénératives comme Parkinson, la sclérose en plaques ou Alzheimer.

 

Cette découverte est cohérente avec les grands changements en cours dans la toxicologie, qui étudie les substances toxiques.

 

"LA DOSE FAIT LE POISON"

 

Aujourd'hui encore, le principe de base de cette discipline est le Noael (No observed adverse effect level), ou dose sans effet toxique observable. Longtemps avant Noael, son précurseur Paracelse – un magnifique alchimiste du XVIe siècle – résumait à sa façon le paradigme actuel de la toxicologie : "Toutes les choses sont poison, et rien n'est sans poison ; seule la dose fait qu'une chose n'est pas un poison."

 

Phrase-clé que des générations de toxicologues ont résumée dans cette formule : "La dose fait le poison."

 

Mais la connaissance bouscule les idées en apparence les plus solides. Le lourd dossier des perturbateurs endocriniens vient rebattre les cartes de manière spectaculaire.

 

En deux mots, ces substances chimiques imitent les hormones naturelles et désorientent des fonctions essentielles du corps humain, comme la reproduction ou la différenciation sexuelle.

 

Or les perturbateurs agissent à des doses si faibles que l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a pu conclure, dans un rapport de 2011, que les effets de l'un d'eux, le bisphénol A, étaient avérés à "des doses notablement inférieures aux doses de référence utilisées à des fins réglementaires".

 

Il est certain que ce seul propos marque un tournant. Car du même coup, la dose journalière admissible (DJA) du bisphénol A - sa limite légale - pourrait être divisée par... 2 millions, selon le toxicologue André Cicolella.

 

Le bisphénol A pourrait même "avoir des effets plus importants à très faible niveau d'exposition qu'à haut niveau", ce qui mettrait à bas tout l'édifice.

Quel rapport avec cette fraude géante appelée désormais "horsegate" ?

 

C'est on ne peut plus limpide : nul ne sait ce que contient réellement la viande industrielle. Et nul ne veut savoir. Dans la lutte contre l'orgie d'antibiotiques donnés au bétail, le ministère de l'agriculture apparaît comme un Janus biface.

 

D'un côté, des promesses, et, de l'autre, l'inaction. Il lance fin 2011 un plan de réduction "de 25 % en cinq ans de la consommation des antibiotiques destinés aux animaux", mais que n'a-t-il oeuvré auparavant ? Entre 1999 et 2009, l'exposition du bétail à ces médicaments a augmenté de 12,5 %.

 

Certes, le volume global a baissé entre ces deux dates, mais les nouveaux produits sont actifs à des doses plus faibles. La situation s'aggrave, alors que l'antibiorésistance a été repérée dès avant la seconde guerre mondiale.

 

De quoi s'agit-il ? Après un temps court, les bactéries combattues par un antibiotique mutent. Ainsi des sulfamides, introduits en 1936, confrontés dès 1940 à des souches résistantes de bactéries.

 

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES

 

Ainsi de la molécule de tétracycline, ainsi du tristement célèbre staphylocoque doré, dont plusieurs souches résistantes ont donné diverses lignées SARM (staphylocoque doré résistant à la méticilline).

 

Le SARM joue un rôle fondamental dans les infections nosocomiales, celles qui surviennent dans les hôpitaux. Bien que des chiffres indiscutables n'existent pas, on pense que les trois quarts des 7 000 à 10 000 décès annuels de ce type en France sont le fait de bactéries résistantes aux antibiotiques, au tout premier rang desquelles le SARM.

 

Des chiffres officiels américains font état de 19 000 morts dans ce pays en 2005, soit davantage que le sida. L'enjeu de santé publique est donc considérable.

 

Et il n'est pas exagéré de parler d'une maladie émergente, dont l'évolution demeure imprévisible. Tout récemment, le professeur David Coleman, spécialiste de la question, a identifié une souche si différente des autres qu'elle ne peut être détectée par les tests existants. Bien qu'elle touche les humains, elle se développe tout d'abord chez des animaux d'élevage, surtout les bovins.

 

Ce n'est guère étonnant, car une autre souche - le CC398 - prolifère depuis des années dans les élevages industriels.

 

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a rendu, en 2010, un avis indiquant que le réservoir du CC398 se trouve chez les bovins, la volaille, mais surtout chez les porcs.

 

Fait inquiétant, le SARM animal est de plus en plus présent dans les infections humaines, et une étude néerlandaise (Voss et al., 2005) établit que les producteurs de porcs sont 760 fois plus touchés que la population générale.

 

Un exemple frappe l'imagination : celui d'un vétérinaire (Nienhoff et al., 2009) qui transmet à son propre chien un SARM animal acquis au contact d'un porc.

 

C'est dans ce contexte de grande inquiétude que l'EFSA lance en 2008 une enquête européenne. Disons franchement qu'elle étonne. Laissons de côté le mystère britannique, qui ne reconnaît aucun cas de SARM animal.

 

L'Espagne, en revanche, a retrouvé la souche CC398 dans 46 % des élevages porcins, l'Italie dans 14 % d'entre eux, l'Allemagne dans 43,5 % et la Belgique dans 40 %. Autrement exprimé, tous nos voisins sont fortement touchés. Mais pas nous.

 

Nos services ne rapportent que 1,9 % d'élevages porcins frappés par le SARM animal, dont tout le monde sait qu'il tue en France un nombre inconnu, mais en toute hypothèse élevé, de malades.

 

Ce pourcentage est peut-être exact, mais il fait penser, mutatis mutandis, à ce nuage de Tchernobyl qui aurait par miracle épargné la France.

Il est peut-être exact, mais l'Europe elle-même, par le biais de l'EFSA, a diplomatiquement fait état de sa grande surprise au vu des résultats.

Citation du rapport de 2009 : "L'EFSA recommande en outre que de nouvelles études soient réalisées afin d'identifier les raisons justifiant les différences observées au niveau de la prévalence du SARM dans les différents Etats membres."

 

Oui, pourvu que ce pourcentage soit exact, ce qui serait mieux que de jouer avec le feu bactérien. Car laisser flamber le SARM dans les élevages serait autrement plus grave que le tour de passe-passe autour de la viande de cheval.

 

Aucune équipe gouvernementale, depuis cinquante ans, n'a osé ouvrir le dossier infernal de l'élevage industriel et de la folie des antibiotiques. Le moment est peut-être venu.

 


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

Les règles de la diffamation changent pour les sites d'infos

"Le Sénat vient d'adopter un texte qui change les délais de prescription de la discrimination. Désormais, un lecteur dispose d'un an pour poursuivre un média et les sites web sont aussi concernés."

more...
Marco Bertolini's curator insight, February 21, 2013 10:05 AM

Si vous écrivez pour des médias français, la règle vient de changer en matière de prescription pour diffamation : les plaignants disposent à présent d'un an pour répliquer !

Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

Ecrire pour la presse web : les portes d’entrée de votre article

Ecrire pour la presse web : les portes d’entrée de votre article | Idiocratie | Scoop.it
Les articles sont lus – on peut l’espérer – sur une grande diversité de supports.  Et le lecteur y entre par de multiples portes.  Quelles en sont les conséquences pour le journaliste ?
more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

Le blog de JM Sylvestre est le plus influent

Le blog de JM Sylvestre est le plus influent | Idiocratie | Scoop.it
Selon le classement mensuel du site Ebuzzing, le blog du journaliste Jean- Marc Sylvestre arrive en première position sur plus de 400, au classement des blogs économiques les plus influents pour le mois de février 2013.
Ased Atlas's insight:

il va finir président  en icone omie .

more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

PRÉCAUTIONS – Le « Sunday Times » refuse les photos d’indépendants prises en Syrie

PRÉCAUTIONS – Le « Sunday Times » refuse les photos d’indépendants prises en Syrie | Idiocratie | Scoop.it

"Le journal britannique Sunday Times n'acceptera plus de photographies provenant de journalistes indépendants en Syrie..."

more...
No comment yet.
Rescooped by Ased Atlas from Nature to Share
Scoop.it!

La méthode en 5 étapes pour enclencher les Incredible Edible dans votre quartier

La méthode en 5 étapes pour enclencher les Incredible Edible dans votre quartier | Idiocratie | Scoop.it

Pour participer, c’est simple et accessible à chacun. Cela ne demande aucun moyen particulier. Il s’agit seulement de changer de regard et de faire le choix de s’engager dans un processus de co-création joyeux librement consenti où vous décidez de vivre l’expérience ici et maintenant de l’abondance partagée dans une dynamique bienveillante et vertueuse de co-responsabilité commune de femmes et d’hommes libres sur Terre, dans le respect mutuel, l’entraide et la bienveillance.

 

Voici une proposition de méthode en 5 étapes, réalisable en un temps très court :

 

Étape 1 : on constitue une équipe locale avec d’autres familles pour initialiser l’action à plusieurs. Mais, on peut aussi commencer par se lancer seul si on ne trouve personne d’autre dans sa commune, vous serez vite rejoints par de plus en plus de volontaires connus ou inconnus qui se reconnaitront dans l’expérience et qui vous proposeront de participer à vos côtés 

 

Étape 2 : chaque membre du groupe prend une bêche de jardinier en main et va poser, avec les autres, devant la pancarte de la commune, en tenant le visuel « Incroyables Comestible France » pour donner de la force au mouvement global et enraciner l’action sur votre territoire. Vous pouvez aussi ajouter la pancarte« Nourriture à partager », cela donnera une portée plus grande encore au message. Soyez souriants, joyeux et spontanés, mettez en offrande devant vous quelques fruits et légumes qui marqueront votre engagement dans la démarche d’abondance partagée desincroyables comestibles pour tous. Associez les enfants si c’est possible, ils sont notre devenir et en même temps nos guides dans cette nouvelle ère de rapports aimants spontanés et sincères. Vous pouvez aussi associer vos amis musiciens si le coeur vous en dit, c’est vraiment l’entrée dans une nouvelle expérience joyeuse. Faites plusieurs clichés, sélectionnez les meilleurs et envoyez-les à François pour la France ou à Estelle, à Todmorden, pour l’Angleterre et l’international, les coordonnées se trouvent sur la page contact, ICI pour la France, et LÀ pour l’Angleterre. Et c’est parti, dès cette étape 2, vous êtes déjà entrés dans cette magnifique vague de partage planétaire « Incredible Edible » 

 

Étape 3 : chaque foyer réalise une plantation sur son espace privé, en bordure “non fermée” de l’espace public et prend des photos de l’installation avec la mention“nourriture à partager” des « incroyables Comestibles » 

 

Étape 4 : l’équipe crée son blog et met les photos en ligne avec des commentaires montrant comme c’est simple, joyeux et convivial. Penser à organiser des petits repas de fête, associer les voisins et vos proches, faites des petits clips vidéos à mettre en ligne sur internet, et surtout, mettez bien en évidence votre photo de groupe (ou vous seul) devant la pancarte de la commune avec le visuel des Incroyables Comestibles  

 

Étape 5 : une fois l’action d’initialisation démarrée et devenue une nouvelle réalité locale, on passe à la “pollinisation” du territoire, de proche en proche, pour gagner l’espace public, comme à Todmorden. On sensibilise ses voisins des autres rues pour se lancer à leur tour, puis on tente de rallier le conseil municipal pour ouvrir l’espace public à la co-création du partage des Incroyables Comestibles, comme nos amis anglais ont réussi à le faire en 4 ans et ainsi devenir une collectivité auto-suffisante pour son alimentation locale, simplement par la reconnexion des habitants les uns aux autres, en lien avec la terre. Avec l’expérience acquise à Todmorden, il est possible à présent, pour toute collectivité qui désire s’engager dans le processus d’auto-suffisance alimentaire du territoire, de le réaliser en 4 mois, si c’est la désir de sa population.

 

De proche en proche, nous devenons les jardiniers d’abondance de notre lieu de vie, celui du partage et de la bienveillance envers chacun. Nous préviendrons aussitôt nos cousins anglais de votre action locale. Une balise sera alors plantée sur la Carte Mondiale qui se trouve ICI, avec un hyperlien actif en direction de votre blog.


Ainsi, avec cette méthode, en moins de deux heures, vous êtes passés d’une action de partage de niveau local de votre commune, à une immense vague de reconnexion consciente au niveau planétaire. Vous n’êtes définitivement plus seuls. Par cet acte libre et délibérément consenti, vous avez effectué un retournement conscient de votre vie, vous avez changé de regard et avez retrouvé votre souveraineté en tant que femme ou homme, co-créateur libre de votre Nouvelle Réalité.

 

Le temps à peine, que nous écrivions ces pages, nos amis de Todmorden nous signalent que les incroyables comestibles sont déjà arrivés au Japon et qu’il essaiment partout aussi vite que les bourgeons des arbres éclosent lorsque la sève du printemps est arrivée à son terme. Vous voulez le voir pour le croire ? Il vous suffit de cliquer sur le lienICI.


Source:

www.incredible-edible-freland.fr


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

Cour des comptes : un plan d'aide à la presse coûteux et inefficace

Cour des comptes : un plan d'aide à la presse coûteux et inefficace | Idiocratie | Scoop.it
La Cour des comptes dresse un bilan calamiteux du plan d'aide exceptionnel destiné au secteur de la presse écrite entre 2009 et 2011 (450 millions d'euros), qui n'a permis aucune réforme structurelle.
more...
No comment yet.
Rescooped by Ased Atlas from Nature to Share
Scoop.it!

Semences anciennes: Gratuité pour l'inscription au catalogue officiel ! Le revirement du GNIS

Semences anciennes: Gratuité pour l'inscription au catalogue officiel ! Le revirement du GNIS | Idiocratie | Scoop.it

Depuis quelques années, les consommateurs et les jardiniers amateurs se passionnent de plus en plus pour les variétés anciennes. Dans les premiers temps, ils avaient des difficultés à retrouver ces variétés pour les cultiver, puisqu’elles avaient quasiment disparu des marchés. C’était sans compter sur les collections de ressources génétiques privées et publiques, qui ont toujours conservé ces variétés et permettent ainsi d’en relancer la production de semences.

 

Encore fallait-il ajuster les conditions de commercialisation et donc d’inscription au catalogue sur le marché français. En effet, préalablement à sa commercialisation, toute variété doit être inscrite au catalogue officiel afin de garantir son identité et éviter toute mauvaise surprise aux utilisateurs. Les modalités d’inscription de ces variétés anciennes ont fait l’objet d’ajustements successifs. Une première étape en 1997 a vu la création d’une liste de variétés pour amateurs. Ce dispositif a permis l’inscription au catalogue de plus de 200 variétés pour les amateurs. La deuxième étape, en 2009, a été l’application en France de directives européennes, qui ont créé deux nouvelles listes pour les variétés anciennes : une pour les variétés menacées d’érosion génétique, dites « variétés de conservation », et une pour les variétés sans valeur intrinsèque, uniquement en semences de légumes.

 

La France est à l’origine de la moitié de ces variétés de conservation ou sans valeur intrinsèque inscrites dans l’Union européenne, prouvant que le marché français est le plus diversifié et ouvert à tous types de variétés.

 

Les conditions financières restent cependant un obstacle à l’inscription pour certains établissements qui souhaitent commercialiser leurs variétés anciennes en toute légalité. Malgré une réduction conséquente du tarif, 274 € de frais administratifs restent dus pour chaque demande d’inscription de variété sur ces listes - le ministère de l’Agriculture prenant en charge l’intégralité des coûts pour les variétés de conservation.

 

Soucieuse de faciliter l’accès de tous à ces variétés particulières, la section Potagères du Gnis vient de décider de compléter le dispositif en couvrant les frais pour les variétés sans valeur intrinsèque.

 

Assurant ainsi la gratuité des inscriptions de ces variétés anciennes, l’interprofession des semences potagères espère faciliter le travail des entreprises et organisations qui veulent les remettre en marché. Elle contribue à élargir le choix de tous les jardiniers, amateurs ou professionnels, intéressés par la culture de ces variétés.

 

François Burgaud
Directeur des Relations extérieures du GNIS
44, rue du Louvre - 75001 Paris
Tel : 01 42 33 76 94 - francois.burgaud@gnis.fr

 

Julie Schadt
Attachée de presse
Service Affaires Publiques et Relations Presse
44, rue du Louvre - 75001 Paris
Tel : 01 42 33 86 77 - julie.schadt@gnis.fr

 


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Scooped by Ased Atlas
Scoop.it!

baromètre 2013 sur la crédibilité des médias

baromètre 2013 sur la crédibilité des médias | Idiocratie | Scoop.it
Comme chaque année depuis 26 ans, La Croix et TNS Sofres ont publié le 21 janvier leur Baromètre de confiance dans les médias. L'attrait des français pour l'actualité ne se dément pas.
more...
No comment yet.