Gilles Romand
3 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Gilles Romand from Immobilier L'Information
Scoop.it!

Auchan fait pousser une ville

Auchan fait pousser une ville | Gilles Romand | Scoop.it
Le futur quartier EuropaCity n’abritera aucun supermarché. Objectif : redonner le plaisir de parcourir les centres commerciaux.

Via Atlantis RH
more...
Atlantis RH's curator insight, April 6, 2014 5:18 PM

"Le projet du groupe Auchan, à plus de 2 milliards d’euros, est pharaonique. Il agrège une piste de ski, un grand huit, un parc aquati-que, des espaces d’exposition, des salles de spectacles, un cirque, 500 commerces, des hôtels, des restaurants…"

Rescooped by Gilles Romand from L'expertise immobilière
Scoop.it!

L'immobilier français jugé comme le plus sûr d'Europe !

L'immobilier français  jugé comme le plus sûr d'Europe ! | Gilles Romand | Scoop.it

Les régulateurs financiers et les agences de notation jugent le secteur immobilier français plus robuste que ses voisins européens, en raison notamment d'un plus grand respect des règles prudentielles en matière de crédits. 

Alors que les régulateurs financiers sont très vigilants sur la santé des marchés immobiliers internationaux, le système français est lui considéré comme plus robuste et davantage résilient. Le Joint Forum, un groupe de régulateurs et de banquiers centraux placé sous l'égide du Comité de Bâle, juge ainsi dans une note publiée en février dernier que "les prêts immobiliers en France sont moins risqués que dans les autres pays européens". 
Le groupe de régulateurs avance deux principales raisons. Tout d'abord, la montée en puissance depuis le début des années 2000 d'un mode de garantie résilient : "les prêts cautionnés". Cette technique garantissait plus de 59% des prêts résidentiels en France en 2010, contre seulement 30% en 2000. Ce, au détriment de l'hypothèque, largement majoritaire dans les pays anglo-saxons, et qui ne représente que 28% des garanties de prêts en 2010, contre 45% en 2002, indique le Joint Forum.

 

Un premier niveau de protection en cas de détérioration de la qualité de crédit

 

Les organismes de cautionnement de prêts "agissent comme un premier niveau de protection en cas de détérioration de la qualité de crédit des emprunteurs", indiquait en janvier dernier l'agence de notation Standard & Poor's (S&P). Ce qui limite l'impact d'un défaut des emprunteurs sur le secteur financier, d'autant que le leader du marché français,Crédit Logement, est une société dont les principales banques françaises sont actionnaires. Elles mutualisent donc en quelque sorte les risques des crédits. "Le risque avec les prêts cautionnés est plus faible (…) car il est plus fragmenté", indique ainsi le Joint Forum dans sa note.


Via Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
more...
Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)'s curator insight, August 25, 2013 11:20 AM

Quand les agences de notation estiment que l'immobilier Français est une valeur sûre, voilà une donnée importante qui devrait rassurer les acteurs du marché.

Rescooped by Gilles Romand from ESocial
Scoop.it!

16 ans et star sur Twitter

16 ans et star sur Twitter | Gilles Romand | Scoop.it
Ils ont entre 15 et 18 ans et affichent déjà 20, 30 ou 70.000 followers au compteur sur le réseau social! Twitter est devenu la nouvelle scène des ados stars. Enquête sur ces célébrités du web.

Via SANDRINE ANDRO
more...
No comment yet.
Scooped by Gilles Romand
Scoop.it!

Consultez les propositions du Conseil économique pour relancer l'immobilier !

Consultez les propositions du Conseil économique pour relancer l'immobilier ! | Gilles Romand | Scoop.it
Le Conseil d’analyse économique (CAE) juge inéquitable et contre-productive la fiscalité immobilière française. Cette instance composée d’économistes appelle à une réforme de la politique du logement

 

France : une fiscalité immobilière à réformer

La fiscalité immobilière en France est inéquitable et contre-productive selon le rapport du Conseil d'analyse économique. Cette instance, constituée d'économistes reconnus, a pour mission d'éclairer les choix du gouvernement. Le CAE propose une réforme et appelle à un changement radical de politique!

 

Aides à la accession à la propriété : des dispositifs coûteux pour l'État

Au premier rang des critiques: les mesures fiscales d'aide à la propriété. D'après le Conseil d'analyse économique, la mise en place du Duflot montre que le secteur immobilier reste dépendant des aides publiques. Résultat: un coût élevé pour l'État, alors que l'efficacité de ces dispositifs fiscaux est remise en question.

 

Réforme de l’immobilier : la CAE plaide pour la suppression des droits de mutation à titre onéreux

Parmi ses propositions de réforme de la fiscalité immobilière, le CAE souligne l'importance de supprimer progressivement les droits de mutation à titre onéreux (DMTO). Lors d'une transaction immobilière, ces impôts locaux représentent 5,09% du montant. Une taxe qui freine les échanges et la mobilité, d'après les économistes, même si elle a représenté un apport de 9 milliards d'euros dans les caisses des collectivités en 2011.

 

 

Le Conseil d'analyse économique recommande une évolution du mode de calcul de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB)

Le Conseil d'analyse économique suggère une modification du mode de calcul la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB), aujourd'hui inéquitablement répartie.

 

Pour compenser le manque à gagner, il propose également, de créer une nouvelle taxe de 0,5% sur la valeur nette marchande de tout bien immobilier acheté. De quoi lever des recettes de 30 milliards d'euros qui permettraient de baisser la TVA sur la construction neuve et de relancer le secteur.

more...
No comment yet.
Scooped by Gilles Romand
Scoop.it!

Il faut un choc fiscal pour débloquer l'immobilier !

Il faut un choc fiscal pour débloquer l'immobilier ! | Gilles Romand | Scoop.it

Selon le Conseil d'analyse économique, la fiscalité immobilière en France est devenue inéquitable et contre-productive. Il propose plusieurs mesures pour la réformer en profondeur. Depuis le milieu des années 1980, les incitations fiscales à l'accession à la propriété se sont multipliées. Depuis 1996 et la fin du dernier krach de l'immobilier en France, les prix de la pierre ont doublé, excluant une partie croissante de la population de l'accession au logement. Faut-il y voir, comme le laisse entendre un récent rapport du Conseil d'analyse économique (CAE)*, un lien de cause à effet. De plus en plus d'économistes le pensent, appelant le gouvernement à changer radicalement de politique.

 

Des dispositifs coûteux

 

Premier argument, ces dispositifs sont très coûteux pour l'État. En 2013, l'ensemble des mesures d'aide à la pierre instaurées depuis 1996 (Périssol, Robien, Borloo, Tepa, Scellier, PTZ) pèsent pour plus de 4 milliards d'euros sur le budget. Le nouvel amortissement Duflot, sorte de Scellier en plus social, montre que le secteur ne parvient pas à se passer des aides publiques. Mais plus que le coût de ces mesures, c'est surtout leur efficacité qui pose question. Le CAE rappelle qu'en Allemagne, où les prix de l'immobilier sont restés stables depuis 1996, « le gouvernement fédéral a fortement réduit les aides à la pierre ». Oui mais, d'un autre côté, « en Allemagne, il n'y a pas de TVA sur le logement », explique Alain Dinin, le président de Nexity. Les terrains à bâtir et les bâtiments neufs sont exonérés de TVA, alors qu'ils sont soumis au taux plein en France. Une différence de 20%, cela change l'économie d'un secteur clé pour la croissance.


Le CAE plaide donc pour une réforme radicale de la fiscalité immobilière française. Il propose la suppression progressive des droits de mutation à titre onéreux (DMTO), qui ont fait rentrer 9 milliards d'euros dans les caisses des collectivités locales en 2011. Ces impôts locaux, qui représentent 5,09% du montant d'une transaction immobilière, s'apparentent, selon un économiste du CAE, à « une énorme taxe Tobin qui freine les échanges et la mobilité ». Pour compenser ces pertes de recettes, le CAE propose de modifier le mode de calcul de la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB). Celle-ci rapporte 18 milliards d'euros par an, mais est très inéquitablement répartie, car elle ne permet pas de déduire la valeur des dettes immobilières contractées pour financer les acquisitions. Ce sont donc les ménages primo accédants - contraints d'acquitter la taxe foncière dès qu'ils entrent en possession de leur bien - qui sont les plus pénalisés. Justement ceux que l'on dit vouloir encourager...

 

Une nouvelle taxe sur la valeur nette marchande

Le CAE recommande donc d'asseoir l'impôt foncier sur la valeur nette du patrimoine immobilier, en prenant en compte la dette restant à rembourser. Ce qui transférerait une partie de la charge de l'impôt des primo-accédants qui n'ont pas fini de rembourser leurs emprunts vers les patrimoines importants, c'est-à-dire vers les rentiers, les cadres supérieurs et les retraités. Pour remplacer la taxe foncière, une nouvelle taxe de 0,5% sur la valeur nette marchande de tout bien immobilier acquis permettrait alors de lever 30 milliards d'euros de nouvelles recettes. Le CAE propose de l'affecter à une baisse de la TVA sur la construction neuve à hauteur de 3 milliards d'euros.

more...
No comment yet.
Rescooped by Gilles Romand from Immobilier L'Information
Scoop.it!

Les ultra-riches investissent dans les mégapoles

Les ultra-riches investissent dans les mégapoles | Gilles Romand | Scoop.it
La pierre est un investissement solide. Les ultra-riches qui ne veulent pas prendre de risques avec leur capital investissent de plus en plus dans les centre-villes des mégapoles. New York et Londres ont lancé le mouvement.

Via Atlantis RH
more...
No comment yet.
Rescooped by Gilles Romand from L'expertise immobilière
Scoop.it!

L'analyse du marché immobilier 2013 selon Laforêt

L'analyse du marché immobilier 2013 selon Laforêt | Gilles Romand | Scoop.it

Lors d'une conférence de presse, le 2 juillet dernier, le réseau Laforêt livrait son bilan du marché immobilier sur ce premier semestre 2013. Pour tirer une analyse de la situation du marché, l’enseigne se penche sur les six indicateurs majeurs que sont la demande, l’offre, le volume de transactions, les prix au mètre carré, l’écart entre prix demandé et prix vendu et les délais de vente.
Une timide reprise de la demande
Le réseau Laforêt remarque une reprise de la demande provoquée par la baisse des prix et l’opportunité de faire de bonnes affaires. Une tendance surtout observée sur Paris et sa région.
Deux types d’acquéreurs font leur retour : les primo-accédants et les investisseurs. Les premiers disposent cependant d’un budget en baisse. Quant aux investisseurs, ils sondent le marché intéressés par la baisse des prix conjuguée à des taux d’intérêts record.
Si les acquéreurs reviennent, ils sont plus exigeants, visitent deux fois plus avant de faire une offre, recherche tous les prétextes à la négociation, veulent plus de qualité à un moindre prix et n’hésitent à faire des propositions basses. Enfin, plus inquiets, ils font plus facilement marche arrière juste avant de signer le compromis.
Le stock de biens reste à son plus bas niveau
L’offre se raréfie, particulièrement en province. Depuis 3 ans, le nombre de biens à la vente stagne à son plus bas niveau, voire accuse une baisse de 8% en région. Les vendeurs se montrent particulièrement frileux pour plusieurs raisons d’ordre économique et fiscal. Les transactions de résidences secondaires, notamment, sont au point mort et les mises en vente sont essentiellement provoquer par la contrainte (séparation, succession, mutation...).
Les transactions repartent à la hausse
Si l’offre se raréfie, le volume de transactions lui progresse. Durant le premier semestre 2013 il a connu une hausse de 5,3% par rapport au premier semestre 2012. Une tendance qui illustre un retour des projets immobilier.
Excepté dans les grandes agglomérations, la plupart des ventes concernent des biens inférieurs à 160 000 euros. Cette progression reste timide en raison de la plus haute exigence des acquéreurs, de l’insuffisance de l’offre tant en quantité qu’en qualité, de l’attitude des vendeurs qui persistent à ne pas revoir leur prix à la baisse et, bien sûr, des incertitudes économiques qui perdurent.


Via Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
more...
Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)'s curator insight, July 15, 2013 5:19 PM

Une timide reprise de la demande, le stock de biens reste à son plus bas niveau, les transactions repartent à la hausse, les prix du M⊃2; continuent de baisser, les négociations se musclent, les délais de vente augmentent.

 

Alors qu'en pensez vous?

Rescooped by Gilles Romand from L'expertise immobilière
Scoop.it!

Les influents de l’immobilier sur les réseaux sociaux… !!!

Les influents de l’immobilier sur les réseaux sociaux… !!! | Gilles Romand | Scoop.it

Dans le monde de l’immobilier et sur internet plus particulièrement, il y a un peu de tout, et savoir à qui s’adresser est parfois un labyrinthe sans fin. Que vous cherchiez des infos, une vente, un achat, une agence, un mandataire, un notaire ou juste pour se tenir informé des nouvelles réglementations, vous pouvez parfois « surfer » pendant de longues minutes, même si certains moteurs de recherche sont vos amis. Pour aller directement à l’info, des classements des meilleurs comptes sur Twitter, Google plus et aussi des meilleurs blogs d’infos immobilières sont établis régulièrement. Pour vous faire gagner du temps et vous orienter sans vous tromper, voici les personnes qu’il faut connaître et avoir dans sa liste d’amis, pour être au Top dans des dernières actualités…


Via Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
more...
No comment yet.
Rescooped by Gilles Romand from Proxica
Scoop.it!

Les dix principales tendances technologiques stratégiques pour 2013 | Le Cercle Les Echos

Les dix principales tendances technologiques stratégiques pour 2013 http://t.co/GAlvFmv6kp #innovation


Via Proxica
more...
No comment yet.