Gérard Brazon-Puteaux-Libre
686 views | +0 today
Follow
Gérard Brazon-Puteaux-Libre
Liberté d'Expression, Droits de la femme, Lutte contre l'islamisation, soutien à Israël, lutte contre l'immigration de peuplement.
Curated by Gérard Brazon
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Gerard Brazon

Gerard Brazon | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it
Pour la Liberté d'Expression, pour les droits de la femmes pour la défense d'Israël. Contre l'islamisation, contre l'immigration de masse et de repeuplement.
Gérard Brazon's insight:

   Il y a peu  au titre de Conseiller économique, j’ai été invité,à une réception   où j’ai pu rencontrer mes anciens amis de l’UMP et autres représentants de la société de ma ville.

Dire que je fus mal traité n’est pas le mot. Il faut dire que recevoir un ancien de l’UMP inscrit clairement au Front National et revendiquant l’Union des Droites est plutôt inhabituel dans nos contrées des Hauts de Seine. Alors certains m’ont fait les honneurs de leurs amitiés renouvelées et n’ont manifestement pas eu de soucis pour  manifester cette amitié, mais les plus nombreux par contre, ont pratiqué l’évitement, le regard perdu, ou tout simplement l’animosité déclarée.

J’ai songé pendant ces quelques heures passées dans cette salle que c’était les mêmes qui me souriaient et avaient parfois des égards pour ma modeste personne. Mais c’était hier, c’était il y a un siècle.

Il ne fait pas bon d’être fidèle à ses idées. De dire au monde que ce ne sont pas vos idées qui ont changé mais bien le parti dans lequel vous avez cru et qui a su détourner votre énergie à votre insu la plupart du temps, et pour d’autres, les élus, les nantis de la caste, à « l’insu de leur plein gré ». Au fond, ils savent bien que ce qu’ils défendaient autrefois n’a guère de ressemblance à ce qu’ils défendent même mollement aujourd’hui.

Beaucoup de ces braves gens qui festoyaient aux différentes tables de cette réception n’ignorent pas que ce qu’ils défendent, c’est d’abord leur présence en ces lieux et non l’héritage du général de Gaulle, celui de juin 1940, celui de mai 1958, car celui de 1962 n’est plus le mien.

Tous ces braves gens qui me croisaient en m’évitant et fuyaient mon regard savent bien que l’UMP, la majorité à laquelle ils appartiennent, ne représentent plus que des lambeaux de leurs croyances politiques  d’autrefois, pour ceux qui en avaient bien sûr.  Pour les autres, le plus souvent, ils ne représentent qu’eux-mêmes et les possibles avantages à soutirer d’un positionnement « politiquement correct ».

Je balançais entre la tristesse d’un temps passé et l’amusement du temps présent. Les gens en politique sont si malléables et si corvéables au fond. Qui sait de quoi demain sera fait? Les mêmes avanceront armés d’un nouveau sourire, d’une nouvelle amitié et d’une fidélité bien sûr à toutes épreuves.  Selon que vous soyez puissant ou misérables, les gens de cour, etc. Une citation du général m’est revenue en mémoire! Quand on lui demandait ce qu’était pour lui le caractère, il répondait: c’est de pouvoir être abandonné  par les siens!

Tous ces braves gens étaient autrefois » les miens« ! Quelques-uns le sont restés et je les remercie. La plupart ne le sont plus et par définition ils éprouvent mon caractère. Finalement, je ne m’en tire pas si mal. J’affronte les abandons multiples et je n’en souffre pas trop. Une page s’est tournée et mes idées patriotes valent bien ces abandons. Je préfère décidément être en phase avec moi qu’être en phase, sur le plan politique, avec je ne sais quoi de flou, de trouble et d’ambiguë.

Cette petite société semblait heureuse d’être là, de plaire et surtout de complaire à l’autorité présente et pour ma part, j’étais passé à autre chose. Ma voisine de table me faisait la conversation et je lui faisais part de mes commentaires. Je lui expliquais combien les positionnements des invités à une table avaient son importance. En fonction de l’importance ou de la non importance du « sujet traité », du message à donner à « ce sujet ». Combien le positionnement de la table dans une salle de réception avait également son importance. Elle semblait tomber des nues. Je lui faisais découvrir un monde qu’elle n’avait pas vu apparemment.

Moi je ne le découvrais pas! Je le connaissais depuis longtemps. Il se trouve simplement que le sujet traité était différent! C’était à mon tour d’être le sujet. Ce nouveau positionnement devait me faire comprendre que je n’étais plus le bienvenu. Message reçu cinq sur cinq.

Il y a déjà quelques temps que je me sens libre! Bien plus libre que dans la cage à moineaux. Je peux siffler librement et quand je veux. Aucun maître, aucune maîtresse ne me dit quand siffler, pour qui siffler et surtout d’arrêter de siffler. C’est bon la liberté… mais comment leur dire?

Gérard Brazon

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Gerard Brazon

Gerard Brazon | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it
Pour la Liberté d'Expression, pour les droits de la femmes pour la défense d'Israël. Contre l'islamisation, contre l'immigration de masse et de repeuplement.

 

"En quête de crédibilité, le parti va confier l'organisation de plusieurs colloques à la rentrée à l'énarque Florian Philippot" nous affirme le journal l'Express dont on connait la profondeur de la pensée politique et l'amour qu'il a du Front National.

Partout l'idée que le Front National manquait de cadres était affirmée. Son recrutement de nouveaux militants étant important, il semblait évident qu'il lui fallait aussi recruter des femmes et des hommes ayant de la bouteille politique, et de l'expérience en tant que militants mais aussi en tant qu'élus. Une fois cela dit, on peut simplement constater que le FN avance et qu'il comptera comme une force de premier plan dans les mois qui viennent même s'il n'est pas aidé, loin s'en faut, par l'intelligentsia médiatique gangrenée par le gauchisme. Le FN aura de plus en plus d'élus et il comptera de plus en plus dans la vie politique française du fait même des abandons multiples des véritables valeurs républicaines par la droite dite classique c'est à dire gangrenée elle-aussi par le gauchisme. Les français de droite le réalisent et comprennent qu'ils ont été dupés pendant de longues années. Il suffit juste qu'ils le réalisent et se mettent en phase avec eux-mêmes. Mais c'est bien évidemment, le plus dur à faire.

Pour ma part, ancien permanent syndicaliste, bonaparto-gaulliste, militant RPR puis de l'UMP pendant de nombreuses années, je n'ai jamais fait un distinguo entre les valeurs de la droite et les valeurs du FN. Je n'ai d'ailleurs jamais considéré le FN comme étant d'extrême droite. Juste outrancier dans les propos de son Président qui eux souvent me choquaient. Puis vint Marine Le Pen et le temps de l'analyse des fameuses valeurs que chacun se balançaient à la tête. Valeurs de droite contre valeurs de gauche comparées avec les valeurs du FN.

C'est à l'UMP que j'ai pris conscience que les valeurs que je défendais ardemment ne correspondaient plus trop à celles défendues par les dirigeants politiques de ce parti. Beaucoup d'ailleurs,  parmi les militants, partageaient mon avis mais le système des "amitiés politiques" et des amitiés tout court est puissant. Peu parmi la masse obéissante aux mots d'ordres, pouvaient se défaire  des "amitiés politiques", voire s'y soustraire. Pour eux, la "trahison" n'était pas bien loin et tant pis si c'étaient les dirigeants politiques qui trahissaient leurs idéaux.

Un seul exemple : qui, parmi les grands et les petits dirigeants de l'UMP, peut se réclamer du gaullisme alors même qu'ils ont trahi l'esprit du gaullisme en votant au congrès en 2008 le traité de Lisbonne ? Trahissant, de fait, le vote du peuple français en 2005 ! Le Président Charles de Gaulle aurait démissionné !

Sans parler des changements de la Constitution (Mandat présidentiel, représentation parlementaire, pouvoir bicéphale de la cohabitation, abandon de souveraineté, retour à l'OTAN et j'en passe...)  Devant tant d'abandons ou d'entorses, les explications sympathiques de ces "amitiés" ne me suffisaient plus et je n'étais pas le seul.

Conseiller National à l'UMP, j'ai pu constater de visu que cette fonction était vide d'un quelconque pouvoir de décision en interne. Pas même un peu de prestige d'ailleurs. J'étais face à une représentation plus proche du centralisme démocratique du Parti Communiste que d'un réel système démocratique mettant le militant au centre des décisions si ce n'est qu'un peu. Mes prises de positions m'ont valu une cabale des instances de l'UMP de Puteaux et à la suite d'élections pour le moins curieuses (Conseil  de vote appuyé par téléphone aux militants), je fus donc remplacé par un Conseiller plus souple, plus obéissant. C'est finalement l'idée de la "démocratie" à l'UMP qui a eu raison de mon engagement dans ce parti. Gaulliste ne voyant plus De Gaulle dans les actes et les idées (particulièrement sur l'Europe, l'immigration, etc.)  j'ai quitté ce parti qui n'a plus rien de gaulliste. Il reste quelques-uns de ces vieux militants que je connais bien qui s'accrochent à des lambeaux pour ne pas avoir l'impression d'avoir milité et perdu tant d'années pour rien. Je comprends qu'il soit très dur d'admettre que l'on s'est fait flouer... au minimum. Pourtant leur dis-je, vous avez vu un Nicolas Sarkozy expert dans ce domaine de l'enfumage et du flouage. Ses prestations multiples et diverses et ces petites et grandes trahisons envers ses électeurs ont été patentes. Cela n'a pas suffi à ces vieux militants pour prendre conscience que l'esprit de De Gaulle n'est plus et sans doute n'a jamais été à l'UMP.

Je demande, à la hauteur de cet article, à tous mes amis pieds-noirs du Sud de la France et d'ailleurs,  qui ont tant souffert de l'abandon de l'Algérie par De Gaulle et ses diverses et néfastes décisions prises par lui lors de cette guerre d'Algérie, de bien comprendre que le général que j'honore, c'est celui de 1940, celui de 1958 avec sa Constitution et non celui de 1960. L'homme était multiple et complexe et comme on dit chez moi, il y avait à boire et à manger. Pour beaucoup de pieds-noirs, ce fut le plus souvent la cigüe que le vin. De Gaulle leur file des boutons. Le résultat des actions de De Gaulle en Algérie fut cette immense catastrophe qui aboutit aujourd'hui à ce qui lui faisait peur si on avait gardé l'Algérie : l'islamisation de la France. Je ne peux pas m'empêcher de regretter le plan d'Alain Peyreffite avec l'Oran et ce don imbécile du Sahara.

Tout cela pour dire que le Front National trouvera des cadres pour diffuser, apporter et emmener des fidèles militants, les anciens comme les nouveaux, (pour peu que les anciens acceptent les nouveaux) aux futures batailles électorales! Je n'en doute pas un instant. Toutefois, il y aura en marge, cette frange de vieux militants qui continueront à être à l'UMP par "fidélité", comme celle des domestiques d'autrefois avec leurs maîtres et ils voteront quand même pour Marine Le Pen dans la discrétion de l'isoloir. Il serait bien qu'un jour, ils s'affirment comme savent le faire des hommes de vérité et de sincérité. Ils ne risquent uniquement que de grandir.

Gérard Brazon (Puteaux-Libre)

 

Source l'Express: http://www.lexpress.fr/actualite/indiscrets/le-front-national-a-la-recherche-d-experts_1152433.html

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Gerard Brazon

Gerard Brazon | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it

Voilà un article paru sur Le Point très politiquement correct traitant du "français de souche" dont la teneur est bien entendu de ridiculiser l'expression et ceux qui l'emploient

L'analyse que nous fait Didier Raoult de cette expression est claire et donc, les tenants du français de souche sont par définition, de profonds débiles nationalistes qui n'ont rien compris à la France, à sa culture et à sa géographie. Patriotes circulez, vous êtes trop c....

Mais, le "professeur Didier Raoult" passe volontairement sur ce qui est le français, son identification à la nation française et à son histoire. Comment résumer ce qu'est un Français voire comment résumer ce qu'est un Didier Raoult? Est-ce son lieu de naissance, son école, ses études, sa vie privée? En parti mais pas seulement. C'est aussi sa famille et l'histoire de celle-ci ainsi que les récits entendus dans celle-ci. Jamais le petit voisin d'à côté ne pourra prétendre avoir vécu la même chose. C'est donc très facile de se foutre des français de souche mais il suffit de démonter la démonstration pour réaliser que le but de l'article est d'abord l'oeuvre d'un bien pensant! Le ridicule par le ridicule. Cqfd.

Gérard Brazon

***

Les créations de mots et de concepts peuvent servir à déguiser des termes dont l'usage est interdit par la loi ou par l'évolution des moeurs. Au cours de la dernière campagne électorale, la question des "Français de souche" a émergé comme une évidence pour ceux qui ont employé l'expression. Habitant à Marseille, la croisée du monde méditerranéen, et ayant eu la chance d'y voir arriver un des meilleurs spécialistes scientifiques mondiaux de l'étude génétique des origines humaines, j'ai naturellement examiné cette question du point de vue du scientifique.

Il est d'abord bien difficile de définir géographiquement ce qu'est laFrance. En effet, ses frontières n'ont cessé de changer au cours des siècles. Marseille pendant longtemps n'a pas été française, le comté de Nice et la Savoie n'ont rejoint la France qu'il y a peu de temps, et l'Algérie a été un département français de 1830 à 1962. L'Alsace et la Lorraine étaient allemandes pour une partie du XIXe siècle et du XXe siècle. Les habitants de Saint-Louis au Sénégal eurent un statut de citoyens français dès la Révolution française, et cette citoyenneté s'étendait à quatre communes du Sénégal en 1916 ! Qu'en est-il des Français des Comores ? Ceux de Mayotte restés attachés à la France sont français, pas ceux des autres îles devenues indépendantes. Ainsi, la France est une variable géographiquement instable, un mythe.

Le droit du sang génétiquement infondé

Concernant la génétique, les choses sont beaucoup plus complexes. Ainsi comment différencier la part de la population française vivant en Europe qui est issue des vagues d'envahisseurs celtes, germains, romains, huns, arabes (lors des grandes invasions du Moyen Âge,) Normands ou de tous les peuples méditerranéens dans le sud de la France, et la part née des migrations économiques des autres pays d'Europe, d'Afrique et d'Asie ? Il existe seulement quelques îlots ayant conservé une certaine homogénéité génétique, dont les Basques qui ne sont regroupés dans aucune nation unique.

La réalité est qu'il n'y a aucune superposition entre le territoire français et son origine génétique. D'ailleurs, les récentes études génétiques ont montré qu'on trouvait en France un mélange des trois grands groupes d'hominiens archaïques que nous connaissons actuellement : Neandertal, Cro-Magnon et l'homme de Dénisova, originaire de Sibérie, dont les gènes nous ont peut-être été apportés par les Huns. Dans tous les cas le métissage est généralisé.

Ainsi le "droit du sang" n'est pas génétiquement fondé. D'autant que l'on estime que 5 à 10 % des enfants ne sont pas du père officiel, mais d'un inconnu, dont on ne connaît pas les gènes ! La définition retenue en France et aux États-Unis du "droit du sol" dépend du périmètre du pays au moment où l'enfant naît ou de la nationalité des parents.

Je redoute que le terme "Français de souche" ne serve qu'à exclure ceux que l'on ne veut pas comme Français... (ce qui était le but de cet article finalement. Ndlr Gérard Brazon)

Le Point.fr

****

Alain Dubos de Riposte Laïque

C’est la rentrée, la fin des vacances. Le Français de base (le mot souche donnant des boutons à trop de gens) a pu apprécier à quel point son pays est beau, incroyablement doté par la nature, etc., etc. Il a pu, le cas échéant, comparer son terroir d’origine avec d’autres auxquels des populations différentes de la sienne tiennent elles aussi. On appelle ça l’attachement aux racines, c’est un phénomène universel. Migrant pour quelques semaines, le Français de base a ainsi complété ses humanités, découvert, rêvé, jugé et critiqué, avant de se replonger dans la lecture du Point.

Le Point est l’un de ces périodiques dont il arrive que la lecture donne une subite envie de se coller une balle dans la tête. Les tares de l’espèce gauloise y voisinent avec les splendeurs des civilisations étrangères, l’auto-flagellation hebdomadaire y fait figure de routine imposée, la haine de soi y suinte, sournoise, entretenue par quelques chroniqueurs impatients de voir s’effacer la mémoire de la plus vieille nation constituée d’Europe. Le Point, c’est le métissage des idées qui façonnent l’opinion et puisque l’on parle de métissage, le journal se devait de saisir le citoyen bronzé à son retour de Casamance ou de Djerba, pour le replonger séance tenante dans son bain ordinaire.

« La France est un mythe géographiquement instable » nous prévient-il. C’est qu’il convient de ne pas perdre de temps, le vacancier encore ensommeillé par ses siestes pouvant s’imaginer vivre encore quelques mois, voire quelques années, dans un fantasme national obsolète, voire dangereux pour sa santé mentale. À la baguette, le Professeur Didier Raoult. Professeur de quoi ? Le Point ne le précise pas. En revanche, il sera aisé de deviner par qui ce pédant péremptoire, agressif et en fin de compte assez ignorant, a été enseigné. Bref, en attendant que l’Histoire de France disparaisse entièrement des manuels scolaires, Monsieur Raoult, muni de sa petite pelle colérique, de ses gants d’embaumeur et de sa moulinette à broyer les souvenirs de famille, prépare le terrain sous lequel un certain nombre de ses pairs célèbrent déjà les obsèques de son méprisable pays.

Et à entendre son ton de stentor de Café du Commerce, on sent bien que participer à l’enterrement lui fait des choses étranges dans la région du bas-ventre. Poings serrés, jarrets tendus, paupière frémissante, Monsieur Raoult éjacule la « visque » passablement jaunie des branlotins relativistes mêlant les Huns, les Vandales et les Germains, le rattachement de la Savoie (par referendum soit dit en passant) et l’annexion de l’Alsace par Louis XIV, fonçant, d’une fulgurance très dîner-en-ville, de Mayotte à Néanderthal pour nous asséner l’évidence : le Français n’existe pas. Il est une chimère, un ectoplasme intemporel, une scorie dont le grand ménage en cours débarrassera bientôt les ruines du château.

Je ne sais combien Monsieur Raoult a touché pour sa pige estivale, mais faire un chèque pour deux feuillets expédiés entre le café et le départ pour la plage montre jusqu’où Le Point est susceptible de descendre pour boucler ses numéros d’Août.

Car enfin, et fort sérieusement, il est clair que le Professeur Raoult ne s’est pas donné la peine de seulement connaître ce qui s’est passé entre la fusion franco-romano-gauloise du 5è siècle et l’entrée de la ville de Nice (par referendum, cher Professeur) dans l’ensemble national : l’exact contraire d’une instabilité géographique à tendance centrifuge, j’entends par là le patient et obstiné travail de souverains qui, très tôt dans l’Histoire, comprirent qu’il existait un espace géographique naturellement délimité qui s’appelait France, et que bordaient, comme nulle part ailleurs de par le vaste monde, un ensemble de côtes, de rivières, de montagnes, lui assurant une pérenne et solide sécurité.

Par un amalgame « invasions barbares au 5è siècle = métissage obligatoire au 21è », d’une honnêteté intellectuelle rappelant le fumet d’une soupe d’orties, Monsieur Raoult retouche la photo à la tronçonneuse, et omet très volontairement l’élément essentiel de toute cette affaire : la constitution, très tôt, d’une nation, à partir de provinces figées durant plus de mille ans dans des systèmes endogamiques assurant leur identité propre, auxquelles une langue commune, une envie partagée de destin et le désir rémanent de défendre la fusion des gènes en un seul corps, ont donné ce dont nous sommes aujourd’hui les héritiers (moi sûrement, le Professeur…?). La France est un tout cohérent. Si elle ne l’est pas, alors aucun pays au monde ne l’est.

Le problème de Monsieur Raoult, c’est qu’il n’a pas lu Braudel, ou alors, s’il l’a fait, c’est qu’il est encore persuadé qu’il y était question de la Pologne, du Texas ou du royaume khmer. S’il est pourtant un pays au monde où le flou géographique s’est rapidement dissipé entre des frontières dûment « vaubanisées », c’est bien le nôtre. Que dire sinon de l’Allemagne, de l’Italie, du monde slave et de quelques autres? Chimères ou nations valides?

Monsieur Raoult est un fossoyeur. L’appartenance à la France lui pèse. Que ne décide-t-il d’en quitter les rivages pour aborder ceux de ces nations jeunes où lèvent les grandes espérances du monde futur? Pourquoi donc s’obstine-t-il à enfoncer le clou de la dispersion ultime dans le cadavre écartelé de sa patrie? Quel sombre projet médite-t-il lorsqu’il s’amuse ainsi à mentir, à truquer, à déformer pour mieux désinformer? Qui l’emploie en vérité pour ce travail?  Car ne nous y trompons pas. Ces besognes-là répondent à des commandes. On exécute, ici, la France.

Au Professeur Raoult je rappelle un lieu et deux dates. Le lieu : Verdun. Les dates : 843, naissance officielle de la France en tant que personne. 1916, la souche rassemblée dans un prodigieux, indicible, effort, empêche l’arrachage de l’arbre planté onze siècles auparavant. Cent ans après, les négationnistes sont à l’oeuvre à l’école, dans les médias et les palais gouvernementaux. Car il s’agit bien de cela aujourd’hui : nier l’histoire, l’âme, les tripes et tout le reste. Assassiner la mémoire. Alors, une question au fossoyeur : qui vous paie, Monsieur, pour prétendre me priver un jour de la mienne ?

Alain Dubos

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Gerard Brazon

Gerard Brazon | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it

ICLA  (International Civil Liberties Alliance  //  Alliance Internationale pour les Libertés Civiles)

 

Traduction Nancy Verdier

Professor Dr. Johannes Jansen

Qu’est-ce que la Charia? Quelles sont ses origines ? Et pourquoi la question est d’importance ?

La Charia islamique est un système de lois. C’est un ensemble d’interdits, d’admonestations et d’ordres dont l’objet est le comportement de l’homme. La Charia n’est pas une donnée interne qui intéresse uniquement l’islam et les musulmans. La Charia inclut  un grand nombre de dispositions concernant les non-musulmans. Celles-ci   sont généralement des interdictions assorties de pénalités sévères si elles sont violées. Ces dispositions de la Charia rendent la vie précaire et incertaine pour le non-musulman vivant sous la loi de la Charia.

Sous la loi de la Charia le non-musulman ne possède aucun droit inaliénable. Si je me trompe sur ce point, je serais soulagé et heureux qu’on me le dise, et vos e-mails me signalant que j’ai tort, seront les bienvenus. Mais si j’ai raison, un prisonnier de  Guantanamo possède plus de droits qu’un juif ou un chrétien vivant sous la Charia.

 

A l’inverse des systèmes légaux de la plupart des nations et états modernes, la Charia n’est pas assujettie à l’approbation démocratique.
Au même titre que la loi internationale et la loi rabbinique, la Charia est une affaire académique : des experts discutent et débattent de réglementations jusqu’à ce qu’ils parviennent à un accord. La Charia ne connaît ni parlement,  ni gouvernement qui tienne  le rôle de législateur, mais les lois de la Charia existent parce qu’elles sont approuvées  par des experts, c’est-à-dire des chefs religieux islamiques, des professionnels de l’islam, les Oulemas, les Ayatollahs, ou n’importe quelle autre appellation pour ces dignitaires.

 

Comme moi, vous êtes en majorité très peu au courant des lois internationales.  Les exigences  des règlementations internationales ne sont jamais soumises au vote libre et démocratique. Il fut intéressant, c’est le moins que l’on puisse dire, de constater  qu’ à maintes reprises, les accusateurs de Geert Wilders en 2010 et 2011 eurent recours à ce qu’ils considéraient comme généralement accepté en matière de lois internationales pour faire taire Geert Wilders. Comme le démontre la loi internationale, les communautés de spécialistes académiques, dans leur tour d’ivoire, ont une tendance à développer un niveau de pédanterie  qu’un législateur élu ne pourrait avoir. D’une certaine manière, c’est exactement ce qui se passe avec la Charia.

Les religions ne sont pas démocratiques même si elles peuvent parfois prêcher ou tolérer la démocratie.  De ce fait, la manière dont les règlementations de la Charia en viennent à exister  est antidémocratique. Ceci implique que permettre à la Charia ou une partie de la Charia d’être la loi dans une nation occidentale, revient à affaiblir le caractère démocratique de la nation. Cela signifie perdre le pouvoir législatif et le remettre à des individus non élus et auto-proclamés, qui sont inconnus et anonymes, qui opèrent depuis de lointaines mosquées au Pakistan ou en   Afghanistan. Ce n’est pas l’organisation idéale pour une démocratie.  On peut avoir des raisons religieuses légitimes de préférer néanmoins cette organisation mais elle entraîne quelque chose de pire que la taxation sans la représentation ; elle entraîne la législation sans la représentation.  

Les politiciens occidentaux ne prennent pas les lois de la Charia trop au sérieux, parce que c’est un domaine académique et religieux, un système de lois qui n’émerge pas de la puissance de l’état mais de l’esprit de savants religieux. Dans le monde musulman, au contraire, l’autorité de la Charia est accablante.  Le prestige colossal de la Charia dans le monde musulman est facile à expliquer : la  théologie islamique identifie les lois de la Charia à celles de Dieu ; et les spécialistes de la Charia sont les dirigeants religieux de la communauté musulmane. Aucun gouvernement dans le monde musulman ne peut se permettre de s’aliéner ces spécialistes  des doctrines religieuses s’il veut conserver le pouvoir.

Chaque  pays islamique nourrit son propre équilibre entre son gouvernement et ses experts religieux. Cet équilibre stable est la source de dissertations de doctorants en thèses d’état.  Si la plupart des pays islamiques possèdent un système législatif influencé par la Charia, il n’est néanmoins pas identique  en tous points  aux lois traditionnelles de la Charia. Pour les dirigeants des mouvements islamistes radicaux cette non-conformité de la législation avec la Charia est une source permanente de ressentiment.  Le plus petit écart entre la Charia et la législation du pays alimente sans cesse leur machine à propagande étant donné que cette différence fournit la preuve qu’un législateur humain a voulu prendre la place de Dieu et tente d’améliorer l’œuvre divine, ce qui constitue un blasphème car Dieu doit rester le seul donneur d’ordre.

La Charia n’est pas un système de jurisprudence développé dans les cours de justice. C’est le produit des délibérations qui ont lieu entre savants et  non pas le résultat des  questions pratiques débattues par les juges, les avocats, les avoués, les procureurs ou les défenseurs. En conséquence, la Charia est pauvre dans ses attendus. C’est un modèle théorique, un système  abstrait de lois sorti tout droit des académies. Tout ceci explique la plupart de ses faiblesses.

Il n’en reste pas moins que la théologie musulmane prétend que la Charia est d’essence divine. Si des nouvelles questions inédites surgissent et pour lesquelles la Charia doit fournir une réponse, les spécialistes de la Charia, du moins en théorie, doivent émettre une solution qui est fondée sur quatre principes, ou « racines » de la Charia. Ces quatre principes reviendront sur la table sans fin dans toutes les discussions concernant la Charia.  Ce sont le Coran, les Hadiths, les analogies et le consensus.

 

Le quatrième fondement, agrément ou consensus est pour ce qui concerne toutes les questions pratiques le critère le plus important. Une fois  le consensus acquis, il devient inutile de consulter d’autres sources. Théorie et théologie, cependant  attachent la plus grande valeur à l’autorité du premier des fondements, le Coran, mais en pratique l’énoncé du Coran peut nécessiter un ajout ou être interprété par les autres sources ou par un autre passage du Coran lui-même.

Ici nous sommes en face d’un principe important provenant à la fois de la loi de la Charia et de l’interprétation du Coran. C’est le principe d’ ‘abrogation’ -  ‘naskh’ en arabe -  qui est souvent mal compris. ‘Abrogation’ signifie qu’un verset du Coran qui fut révélé plus tôt, peut être rejeté ou ‘abrogé’ par un verset écrit plus tard. Parfois même un élément de l’une ou l’autre des trois autres sources  peut abroger le contenu d’un verset du Coran. Les savants musulmans analysent tous les cas possibles en profondeur.

 

L’exemple le plus célèbre d’abrogation est un sujet d’inquiétude pour le nom musulman : l’abrogation de la sourate 109, une sourate de  la période mecquoise qui prêche la tolérance religieuse.  Cette sourate est abrogée par les versets plus tardifs de la période de Médine qui ordonnent aux musulmans de combattre et de tuer les incroyants où qu’ils se trouvent.

Quels que soient les problèmes rencontrés par les penseurs de la Charia, dans quelques générations, ceux-ci mettront au point un agrément; suivant en cela  la directive de Mohammed  selon laquelle  ‘Dieu ne peut permettre que son peuple s’entende sur une erreur’ : ‘ lan tagtami? ummatii ?alaa dalaal’.

Cette  importante directive joue un rôle central dans le système de la Charia. Son application donne un nombre imprévu de conséquences.  Abolir une règle de la Charia pour  laquelle un consensus a été acquis, implique que la Oumma de Mohammed est dans son tort. Mais selon le prophète de l’islam, cela ne se peut pas. En conséquence, il est hors de question de revenir sur des règles dès lors qu’elles sont admises par consensus. Les cas sont nombreux où cette disposition crée des difficultés et des désordres. On peut en juger par les punitions de la Charia pour apostasie, adultère ou vol.

Un exemple célèbre d’abrogation est l’interdiction de consommer du vin. Dans ses premiers versets le Coran parle du vin en bons termes ; plus tard il interdit le vin. Mais comment savoir quels versets  sont venus  en premier ? Nous ne pouvons  l’apprendre que de la bouche des experts de la Charia. Comment le savent-ils ? Et bien, puisque le vin est interdit, le verset qui interdit le vin doit être postérieur à celui qui en fait l’éloge. Un œil critique démontrera la circularité du raisonnement, mais aux yeux des musulmans traditionnels,  l’interdiction bénéficie du soutien du Très Haut  ce qui confirme bien  qu’ils seraient désorientés sans la science et le savoir de ces experts  qui représentent l’autorité de l’islam. 

Les amis de l’islam voient dans la prétendue flexibilité de l’islam un indicateur de son caractère libéral et humain. Mais ceci est une erreur. Les lois flexibles ne sont pas humaines mais dangereuses, étant donné que les citoyens ne savent pas  pour quelles raisons ils peuvent être arrêtés et exécutés. La loi islamique pour autant qu’elle est flexible, est rigide sur un grand nombre de points. Agrément, consensus, voilà sur quoi le système est construit. Aucun désaccord de taille n’existe sur les points de loi qui incombent au non- musulman, quels que soient les arguments des amis de l’islam. Ne pas respecter sa majesté Mohammed, le prophète de l’islam est généralement considéré comme un crime capital.  Si les cours de justice ou les gouvernements n’exécutent pas l’offenseur,  des volontaires spontanés et informels peuvent considérer parfaitement justifié de prendre cette tâche à leur compte quel que soit le prix qu’il puisse leur en coûter personnellement.

Les savants modernes occidentaux ont mis en doute les origines de la Charia. Ils pensent que la Charia est la continuation de la loi romaine provinciale comme elle était appliquée dans l’empire romain au Moyen-Orient à la veille des conquêtes arabes. Beaucoup de savants du 20ème siècle ont écrit à propos de la relation entre la loi romaine et la loi islamique. Il est facile de voir que le personnage du mufti est la continuation  du savant de la jurisprudence bien connu de la loi romaine  et d’autres exemples abondent.

La forte influence de la loi talmudique rabbinique sur la Charia est indéniable et ce n’est pas un miracle puisque le Talmud et la Charia sont apparus l’un et l’autre à peu près à la même époque en Irak entre le 7ème et le 9ème siècle de notre ère.  Les Fatwa sont bien sûr l’exact équivalent fonctionnel du ‘Teshuvot’ rabbinique et de la ‘Responsa’ de la loi romaine.

Les musulmans croient que leurs spécialistes religieux ont tiré les règles de la Charia de ces quatre sources : le Coran, les Hadiths, l’Analogie et le Consensus. Cependant les savants modernes occidentaux en sont venus à croire que les règles de la Charia ne sont pas tirées de ces quatre "racines" mais que ces règles et leurs attendus  furent rattachées  à ces quatre "racines" à postériori. Ceci est matière à des sujets de recherches pour les étudiants en doctorat.  Ces questions académiques, cependant,  ne devraient pas retenir notre attention ici, nous avons un devoir bien plus important : expliquer pourquoi nous devrions nous concentrer sur la Charia et pas sur le Coran, ni sur Mohammed quand il s’agit de nous défendre  contre les ravages de l’islam.

La communauté  savante moderne occidentale a fait de grands progrès depuis un siècle sur ses connaissances du  Coran et de la vie de Mohammed.  En conséquence les positions traditionnelles concernant Mohammed et le Coran se sont révélées intenables.

Que Mohammed ait réellement existé, est plus incertain que jamais. Deux siècles de patientes recherches ont crée de sérieux doutes sur la réalité historique du  prophète de l’islam. Ces doutes ne seront pas évacués  même si le nombre des académies qui travaillent sur ce sujet est faible voire insignifiant.

L’image générale que le  Coran et la tradition islamique offrent du contexte dans lequel Mohammed travaillait - d’abord comme prophète, ensuite à la fois comme prophète et  homme d’état - l’image  générale de La Mecque et de Médine au début du 7ème siècle de notre ère n’est pas confirmée par les résultats des recherches archéologiques et les inscriptions, du moins celles dont on dispose.  
Ceci bien sûr peut changer si les recherches progressent mais ce n’est pas un bon signe, en particulier si on considère que ce qui a été trouvé, à première vue semble contredire les points de vue traditionnels.

La tradition littéraire concernant la biographie de Mohammed ressemble surtout à une accumulation disparate de sermons qui se contredisent mutuellement mais qui néanmoins cherchent tous à persuader  l’audience qu’un certain Mohammed a été le messager de Dieu. Les écrits qui ont été conservés ne sont pas conformes à du matériel  historique. Ceci n’est pas nécessairement néfaste, mais ce n’est pas un bon signe. La numismatique ne confirme pas la version officielle de l’islam de la première période de son histoire. Ceci en soi n’est pas décisif, mais ce n’est pas un bon signe. Il y a des décalages entre ce que nous savons du calendrier ancien arabe et les histoires rapportées sur Mahomet. Ceci n’est pas nécessairement  sans appel, mais s’en approche.

Les vrais musulmans, cependant, ne partagent pas ces doutes à propos de leur prophète bien aimé. La corporation des chefs religieux musulmans, franchira le cap de ces doutes; elle va se montrer furieuse quand les savants occidentaux modernes  vont démasquer la version musulmane des premières heures de l’islam, narratif créé pour des raisons théologiques sous forme de sermons travestis en faits historiques. Il va sans dire que beaucoup de musulmans sont prêts à enfiler leur lourde armure pour défendre leur religion contre de telles attaques.   

Il  y a cependant, une faille dans l’armure islamique sur un point qui est considéré comme parfaitement pieux et  islamique. Cela pourrait même être plus efficace. Le Coran de manière univoque établit qu’il est écrit en langue arabe claire,’ lisaan ?arabii mubiin’. “Très bien.”, on peut alors se poser justement la question : « Pourquoi, si cela est vrai, avons-nous besoin des commentaires du Coran qui prennent des milliers de pages? »

 Cette question pose une difficulté, mais nous devons nous poser une question encore plus embarrassante concernant l’autorité des anciens pères fondateurs de la Charia : Les quatre géants al-Shaafii, Abu Haniifa, Malik and Ahmad ibn Hanbal, tous aux alentours de 800 de notre ère; tous sauf, Malik, géographiquement  connecté à l’Irak. :

"Pourquoi avons-nous besoin de ces quatre savants de la Charia  pour nous informer des actes que l’islam interdit ou prescrit ?."

"Si le Coran est clair, pourquoi avons-nous besoin de ces lumières? Pourquoi savaient-ils plus de choses que le prophète  Mohammed?"
 "Comment avaient-ils connaissance de ce qui n’est pas dans les versets clairs du Coran? "

Ces questions ne rendent pas forcément fou de rage le musulman profane moyen. Néanmoins elles rendent fous de rage les savants musulmans de la Charia.

Etant donné que ces hommes jouent le rôle que le clergé jouait dans le christianisme, ils représentent une force avec laquelle on doit inévitablement compter. Sans aucun doute ils sont une force spirituelle, mais certains de leurs jeunes fidèles ne font pas bien la différence entre l’esprit et le corps et n’hésitent pas à prendre les mesures nécessaires pour  imposer un alignement conforme aux souhaits du clergé.

Les musulmans profanes, en règle générale, approuvent tout ce que les  professionnels de l’islam enseignent et prêchent. La puissance que cette corporation d’experts en charia islamique exerce sur son troupeau  est étonnante et n’a pas d’équivalent dans l’histoire.

Elle est fondée sur la pression sociale. Elle opère de la manière la plus simple qu’on puisse imaginer : le fait de divulguer les prescriptions de sa religion crée une sorte de prestige parmi les coreligionnaires. C’est le cas de tous les systèmes religieux.  En conséquence, dans le cas de l’islam, les musulmans vont admirer quiconque agit d’une manière conforme à l’islam. Qui définit le fonctionnement de cette conformité ? C’est le clergé islamique qui exerce l’autorité finale  et définit quelle attitude constitue une attitude islamique.  

Tout ceci serait sans importance pour nous si l’islam ne se vantait pas  de vouloir et de pouvoir anéantir l’occident.

Pour défendre l’occident contre l’islam c’est cette chaîne de prestige et d’autorité consentis que nous devons  attaquer et cette attaque doit se concentrer sur son point le plus faible: sur le fondement de l’autorité que représente le clergé. Cette autorité cléricale est fondée sur la Charia. Cependant l’autorité de la Charia implique que Mohammed, le prophète de l’islam, était plus ou moins un  nigaud et que le Coran est un ensemble vague et simpliste de morceaux de prose pieuse  qui ne détient pas l’information dont un homme a besoin pour être sauvé du feu de l’enfer  — seul le clergé sait comment un homme peut être sauvé et il le sait par sa connaissance de la Charia, non par sa connaissance du Coran.

La position suprême de la Charia dans le monde de l’islam, nous semble-t-il,  peut seulement se comprendre comme une dépréciation du Coran de Mohammed.

Une fois que les intéressés, le musulman et  son opposé le dhimmi auront saisi cela, on les aura influencés. La question que nous devrions nous poser dès qu’on a recours aux lois de la Charia : "Tous ces scribes et savants musulmans, tous des êtres humains, que savaient-ils de plus que Mohammed et Ses compagnons" ? 

 Considérons un exemple pour voir comment la Charia et le clergé opèrent. En 2006/ 2007, un comédien hollandais a connu des problèmes avec un activiste islamique au sujet de l’assassinat de Theo van Gogh. Le comédien sur sa propre initiative a consulté un imam local à Amsterdam  et le directoire de sa mosquée leur demandant directement s’ils voulaient le tuer. L’imam prit l’air concentré et ne dit rien, faisant comme s’il ne comprenait pas le hollandais — ce qui était peut-être le cas. Cependant, un membre très aimable du directoire rassura le comédien  qu’ils n’avaient nullement l’intention de le tuer parce que  "pour de telles choses, nous avons les radicaux". Ceci illustre parfaitement la situation. La majorité est silencieuse, l’imam limite son action à la préservation de la dignité de sa charge, ses affidés directes lui apportent les mauvaises nouvelles, et l’élite des soldats, les vrais commandos, les vrais moujahidin font le sale boulot.

Les gouvernements hésitent à résister à ces commandos; ceux qui subissent des attaques habituellement doivent se défendre. Il vaut mieux répliquer à une attaque de manière indirecte et tâcher d’influencer les musulmans pour leur faire prendre conscience qu’au cours des siècles un fossé de plus en plus grand s’est creusé entre ce que sincèrement et parfois naïvement ils considèrent comme islam et l’accumulation de prescriptions et de restrictions que le clergé veut faire appliquer.  Nous devrions sans relâche demander au "musulman laïque" ce que les scribes humains des livres de la Charia savaient de plus que l’archange Gabriel quand il a révélé le Coran à Mohammed.

Le Coran ne promet pas la joie  à celui qui refuse de se soumettre à l’islam, mais il n’est pas aussi explicite que la Charia.

Nous pouvons en outre librement critiquer les livres récemment annotés et révisés de la Charia, rien dans nos lois et nos coutumes ne nous interdit de le faire.  Cependant, critiquer un texte sacré ancien peut être considéré comme barbare.  Les nombreux livres contemporains sur la Charia au contraire s’y prêtent. Leurs auteurs  sont des hommes comme vous et moi. Mais les auteurs de ces ouvrages sur la Charia certainement prétendent connaître plus que tous les prophètes et les archanges réunis.  

C’est là que les amis de l’islam avec habilité tentent de miner notre loyauté. Quand nous faisons référence aux livres classiques de l’ancienne Charia et mettons l’accent sur  sa soif de sang et que nous en explicitons le contenu, ils diront: "Oui, bien, c’est un livre ancien qui n’est plus d’actualité de nos jours, aucun musulman moyen normal ne connait ce livre". Quand nous citons des sources modernes et contemporaines de même nature, ils diront: "Oui, c’est une innovation récente qui ne dépeint pas l’Islam dans son aspect général". Si nous citons les deux les sources anciennes et les nouvelles, ils diront que nous les agaçons en répétant des multiples incohérences. Il faut être bien accroché pour aborder ce genre de débats.   

L’un de nos problèmes avec l’islam est la question de la liberté religieuse telle qu’elle est comprise par les occidentaux.

La plupart des occidentaux ne se rendent pas compte que les religions ne sont pas semblables.  Chaque acte possible et imaginable est soit interdit soit rendu obligatoire par au moins l’une des cent trente six religions dont bénéficie notre planète.

En conséquence, la liberté religieuse, si elle signifie que chaque religion peut avoir sa place n’est pas possible. Quand mon professeur au cours de  ma première année universitaire m’expliquait cela, je ne le croyais pas et lui demandais si quelque chose d’aussi innocent que boire de l’eau au robinet pouvait être sujet à un interdit religieux. Il répondait qu’il ne pouvait citer d’exemple mais du même coup il m’assurait que si je cherchais bien, j’en trouverai un. Et il avait raison : Dans l’Hindouisme il existe une caste qui est autorisée à  boire uniquement l’eau tirée d’un puits avec une jarre en argile ; boire de l’eau du robinet est considéré comme haraam  - impur.   

En Europe et en Amérique, cependant, l’expansion des religions, relativement similaire est essentiellement en relation avec la Bible. Par conséquent les Européens et les américains ont tendance à croire qu’il n’y a pas de mal à laisser une religion faire son chemin car « fondamentalement toutes les religions sont les mêmes ». C’est là que réside le malentendu. Il n’y a rien de commun entre toutes les religions.

La liberté religieuse, si elle signifie donner libre cours à n’importe quelle forme de religion est une recette pour la guerre civile. Le message de nos sages grands-parents qui défendaient la liberté religieuse devrait être  reformulé.  Ce qu’ils voulaient dire ne pouvaient être que la liberté d’opinion  et la liberté d’exercer son culte. Comme ils n’étaient pas coutumiers des religions fondamentalement différentes et comme ils en avaient assez de partir en guerre  à propos de croyances et de formes de célébration de culte et comme ils ne connaissaient pas bien le spectre complet et varié des religions du monde, ils formulaient leurs convictions quel qu’en soit le bien fondé, d’une manière qui aujourd’hui prête à confusion et crée de graves problèmes de liberté, de science, de justice, de santé  et de politique.

Rien ne va sans mal, mais nombre de musulmans ont suffisamment de qualités humaines pour refuser d’exécuter tous les commandements imposés par la Charia.

  Aidons- les en leur faisant remarquer qu’il se peut que le Coran soit  la parole de Dieu   - ceci après tout est invérifiable -  mais que  la Charia est l’œuvre des hommes, même selon les enseignements de l’islam. Pour rester libres et à l’écart des lois de la Charia, il se pourrait que nous ayons à livrer une bataille finale, mais la liberté est à ce prix.

Prof. Dr. Hans Jansen is a Dutch scholar of Arabic and Middle Eastern studies. He was a witness for the defence in the Geert Wilders process two years ago.

For Prof. Dr. Jansen’s CV, please see www.arabistjansen.nl/.

 

La diffusion et la copie sont libres de droit en affichant les auteurs ainsi que l'interprète Nancy Verdier et  le site: http://www.gerard-brazon.com

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Les "indigène de la République" pour le racisme politique!

Les "indigènes de la république" envisagent la lutte politique, la prise du pouvoir sur une base raciale et contestent à la République Française sa légitimité en tant que nation Une et Indivisible reposant sur ses fondements de citoyenneté sans critère de race ou de religion.

De ce fait, le discours est particulièrement agressif et nous voyons bien aux différents extraits suivants d'un long, très long article sur le site des indigènes, qu'ils n'ont aucun complexe à parler de race, et de faire du racisme anti-blanc sans que pour autant, aucune organisation ne s'en s'offusque véritablement.

Cet appel à la lutte raciale, à la prise de pouvoir d'une race qui s'oppose aux blancs "dominants" est particulièrement choquant. Mais chut, ce genre de discours est absent de vos journaux imprégnés par l'idéologie de gauche (74% de journalistes ont voté Hollande - 93% de musulmans également.)

Alors je vous laisse lire ces extraits et si vous souhaitez en savoir plus sur ce discours de combat et de révolte des" minorités visibles" et autres victimes des colons blancs, vous pouvez lire l'ensemble du texte. En attendant, que dis la Justice? La même qui condamne Riposte-Laïque sur des propos bien plus inoffensifs et qui n'avaient pour le coup aucun caractère racial!

Gérard Brazon

****

 

Indigènes de la république

Penser la race sans penser le conflit racial, sans penser l’enjeu du pouvoir - et, en son sein, le pouvoir central -, interdit à l’antiracisme de se penser comme stratégie politique.

(…)

Affirmer que la question raciale est inséparable de la lutte des races pour le pouvoir signifie que les races sont des rapports de forces sociaux entre race dominante et races dominées, les unes voulant préserver leur suprématie constitutive du système racial, les autres s’en libérer. Cela signifie aussi que les races, et donc les démarcations raciales, se constituent dans le processus même de leurs luttes pour le pouvoir. La résistance des races dominées est à la fois une lutte menée de front - la race dominée voulant détruire la suprématie de la race dominante ou instaurer la sienne, tandis que la race dominante cherche à conforter sa suprématie - et une lutte pour appartenir à la race dominante ou, à tout le moins, en être le plus proche, c’est-à-dire grimper les marches de la hiérarchie raciale. Et l’une des stratégies du Pouvoir blanc, c’est justement d’élargir ses propres frontières, de sélectionner qui peut les passer, ou de faire grimper l’un ou l’autre groupe dans la pyramide raciale. C’est une stratégie et c’est l’un de ses pouvoirs.

(…)

Ainsi, la hiérarchie raciale se présente plus comme une pyramide que comme une opposition entre deux pôles homogènes et rigoureusement définis. Elle est à la fois bipolaire, opposant Blancs et non-Blancs, et pyramidale : face aux Blancs, ou plutôt en dessous des Blancs, s’empilent les différents groupes raciaux opprimés - par strates de couleur ou de culture, chacune selon son rang dans l’humanité ou la civilisation, ses droits et ses servitudes, les combats perdus et les combats gagnés.

(…)

La République blanche

Les luttes de l’immigration et des banlieues françaises participent de ce même combat racial, n’en déplaise à ceux qui s’obstinent à les appréhender dans les limites étroites de l’Hexagone, voire des seuls quartiers populaires. Il est bien sûr stratégiquement très important d’analyser les modalités particulières à travers lesquelles prend forme et s’exerce le racisme en France. (…)

L’État français et, plus largement, les appareils de pouvoir racial en France, fonctionnent en effet comme médiation de la suprématie blanche internationale.(…)

L’hégémonie bourgeoise sur les classes subalternes dans la France républicaine s’est notamment ancrée institutionnellement dans ce que l’on peut appeler un pacte social-national-racial - le Pacte républicain - lequel s’incarne dans l’ensemble des mécanismes qui organisent la stratification et l’intégration des classes subalternes à la Nation, c’est-à-dire à l’État : dispositifs démocratiques comme le suffrage universel, dispositifs sociaux dont la forme développée a été l’État-Providence, dispositifs nationaux qui tracent des frontières statutaires entre nationaux et étrangers et dispositifs raciaux conférant un statut privilégié aux Blancs par rapport aux non-Blancs.(…)

Indigènes de la république

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Une guerre de religion à l'échelle planétaire. Par Thierry Desjardins

Il serait grand temps que nous nous apercevions -enfin- qu’une nouvelle guerre de religion a éclaté et, cette fois, à l’échelle planétaire.

Les Islamistes massacrent les chrétiens en Egypte, en Irak, aux Philippines, en Indonésie, au Pakistan, au Nigéria, un peu partout.

Malraux avait dit : « Le XXIème siècle sera religieux ou il ne sera pas ».

On a bien l’impression que ce siècle qui commence va voir le déchaînement sans pitié d’un Islam renaissant, voulant dominer le monde et faire payer à la civilisation chrétienne les quelques siècles pendant lesquels elle a régné sur la planète.

Cette haine du chrétien dépasse de beaucoup tous les problèmes de la foi. En s’attaquant aux églises, aux prêtres, aux religieuses, aux fidèles, les islamistes veulent abattre la civilisation occidentale, la démocratie, le capitalisme, ce qu’ils appellent le « néo-colonialisme », la parité hommes – femmes, les Droits de l’Homme, le progrès tel que nous le concevons.

Le XXème siècle a été marqué par l’affrontement Est-Ouest, le bloc communiste contre les « Pays Libres ». Marx, Lénine et Staline se sont effondrés d’eux-mêmes sous les incohérences, bien souvent monstrueuses, de leur idéologie. Mais ils ont aussitôt été remplacés par Allah et son Prophète. Le Coran a pris la place du Communisme, le drapeau vert de l’Islam celle du drapeau rouge, les imams prédicateurs des mosquées celle des commissaires politiques.

Le XXIème siècle sera une guerre sans merci car les foules immenses du Tiers-monde islamisé (et des banlieues de nos grandes métropoles) sont autrement plus dangereuses que ne l’ont jamais été les chars du Pacte de Varsovie.

Nous pleurons, avec nos larmes de crocodiles habituelles, les coptes massacrés à Alexandrie et les chrétiens assassinés à Bagdad. Mais nous restons les bras ballants.

Il faut bien dire qu’on voit mal ce que nous pourrions faire. Ce n’est plus guère le temps des croisades et nos dernières expériences en Afghanistan ou en Irak (où nous commençons à regretter la belle époque de Saddam Hussein qui savait, lui, au moins, faire respecter la laïcité baasiste) n’ont pas été très concluantes, c’est le moins qu’on puisse dire.

Il est bien loin le temps où Napoléon III pouvait envoyer un corps expéditionnaire protéger les maronites du Liban que massacraient les Druzes. Mais au moins restons lucides et surtout arrêtons de ressortir une fois de plus la fameuse « repentance » qui nous sert désormais pour maquiller toutes nos lâchetés.

Hier, un imbécile de service nous a longuement expliqué à la télévision que si les islamistes égyptiens massacraient les coptes c’était parce que ces chrétiens de la vallée du Nil étaient « les représentants de l’Occident », les ambassadeurs de la culture européenne , les symboles vivants du capitalisme, du néocolonialisme, du dollar et du coca-cola. En un mot, les ultimes survivants de l’époque coloniale. Autant dire, à l’en croire, que les Islamistes avaient parfaitement raison de vouloir éliminer ces survivances d’un passé détesté.

L’imbécile était, en plus, un inculte.

Les coptes sont les descendants du peuple des pharaons. « Copte » veut dire « Egyptien ». Ils étaient sur les bords du Nil bien avant la conquête arabe et musulmane. S’ils sont plus nombreux au sud, entre Assiout et Assouan, c’est précisément parce qu’ils ont fui les cavaliers conquérants venus d’Arabie. Ils avaient leurs églises bien avant que nous ne construisions nos cathédrales.

On peut d’ailleurs dire exactement la même chose de tous les chrétiens d’Orient qu’ils soient catholiques (de rite d’Antioche, de rite syriaque comme les maronites libanais, de rite byzantin, de rite arménien, de rite d’Alexandrie) ou « non Chalcédoniens » comme les coptes, ou orthodoxes (ayant leur patriarcat soit à Istanbul, soit à Alexandrie, soit à Jérusalem, soit à Damas). Tous sont « chez eux » dans ces pays-là depuis des millénaires, certains parlant encore l’araméen, la langue du Christ. En faire des ambassadeurs de l’Occident, des représentants du capitalisme colonial, est évidemment une absurdité. Même si, en effet, ils sont « de culture Chrétienne ». Mais ils l’étaient avant nous.

Nous ne pouvons rien faire pour les protéger, mais au moins ne les trahissons pas en reprenant à notre compte les accusations odieuses de leurs assassins. Nous pouvons les accueillir, comme nous nous devons d’accueillir tous ceux qui sont persécutés. Beaucoup ont déjà fui leur pays.

Mais, en tous les cas, ne continuons pas à nous boucher les yeux, à parler de «l’amitié islamo-chrétienne », d’un «Islam à l’occidentale», de « la cohabitation harmonieuse des trois monothéismes».

Soyons intransigeants avec les règles de notre laïcité, mais ne nous laissons entraîner ni vers la stigmatisation ni vers la discrimination (surtout si elle devait être « positive », comme le souhaitent certains), car ce serait, évidemment, faire le jeu des fanatiques.

Aujourd’hui, la grande mode est d’évoquer, d’invoquer à tout bout de champ « les années les plus sombres de notre histoire ». C’est souvent absurde et parfois odieux. Mais s’il y a une leçon qu’il ne faut jamais oublier c’est bien celle de Munich. Churchill avait dit : « Ils ont préféré le déshonneur à la guerre et ils auront les deux ». Il ne faut jamais tenter de pactiser avec ceux qui vous ont déclaré la guerre.

Thierry Desjardins
Journaliste et Reporter, né en 1941,
Directeur général adjoint du Figaro
Auteur d’un nombre considérable d’ouvrages politiques.
Lauréat de l’Académie française.
Prix Albert Londres 1975.
Prix Louis Pauwels , 2000.

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Des salafistes violents tunisiens enfin arrêtés, et un barbu lynché.

Des salafistes violents tunisiens enfin arrêtés, et un barbu lynché. | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it
Lu sur Business News:\ (RT @protecteur88: Des salafistes violents tunisiens enfin arrêtés, et un barbu lynché.)...
more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Énorme bide de la LICRA dans son appel anti FN.

De Riposte Laïque

« Autre immixtion inadmissible de la Licra dans le débat politique, ce groupuscule « demandera dans une charte présentée aux candidats, de droite comme de gauche, un engagement de désistement en faveur du candidat républicain le mieux placé s’il y a un risque d’élection d’un représentant de l’extrême droite. »

Autrement dit, la Licra veut ouvertement fausser le jeu de l’élection républicaine, d’une manière totalement arbitraire puisqu’elle seule jugera du « risque » (sic !) de l’élection d’un candidat du Rassemblement bleu marine. C’est un véritable chantage sur tous les candidats à ces élections législatives. »

http://ripostelaique.com/chantage-de-la-licra-le-document-pour-intimider-les-candidats-non-bleu-marine.html

Voici le document que voulait faire signer la Licra par tous les candidats :

http://ripostelaique.com/wordpress/wp-content/uploads/2012/05/AppelvsFN23maiLicraV4.pdf

Hé bien c’est totalement raté ! Sur 6040 candidats (soit 6 611 moins les 571 candidats du Rassemblement bleu marine), seuls 50 (selon la Licra elle-même…), soit 0,8%, ont signé cette « charte anti-FN » :

http://licra.org/fr/candidats-signataires

(Document que m’a envoyé la Licra ce vendredi à 17 h 31 et qui a été composé ce même jour à 15 h 30… Ils ont vraiment attendu le dernier moment pour avoir un maximum de signatures… en vain !)

Et merci à la Licra de donner les noms et les circonscriptions de ces candidats anti-démocrates, ce qui permettra aux sympathisants de Marine Le Pen de mieux les faire battre aux élections dimanche prochain et le dimanche suivant !

Djamila GERARD

PS1. Voici une copie de la liste des 50 signataires, au cas où la Licra pourrait la faire disparaître : Candidats_signataires_licra_antiFN

Soit :
- 25 PS/EELV/Divers Gauche
- 10 Front de gauche
- 9 Modem/Centre pour la France
- 6 UMP/Divers droite

PS2 : Gros mensonge de l’Express dans cet article intitulé « 70 candidats aux législatives prêts à se retirer pour barrer la route au FN » ! En effet, ils osent écrire « Résultat: environ 70 d’entre eux (à l’heure où nous écrivons) ont signé l’appel. » en donnant un lien sur le même document que celui que nous avons reçu de la Licra, et qui ne comporte toujours que… 50 signataires !

PS3. Un lecteur nous signale que les 3 à 6 candidats UMP (certains cachent leur étiquette politique…) qui ont signé cette charte ne risquent absolument pas d’avoir un « vote FN » à leur encontre au second tour. Donc leur signature ne les engage nullement ; ils espèrent simplement draguer quelques « droitsdelhommistes »…

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Aurélie Philippetti archétype de la gauchiste sectaire et haineuse

Ce que vous allez entendre devrait vous scandaliser! Cette femme qui est au gouvernement vous déteste! Elle hait cette France moisie dit-elle! Ce sont les immigrés qui ont toute son attention! Ils sont la richesse de la France qui on le sait bien désormais ont tout apporté avec eux! Culture, Soldats, Maçons, Artisans, Artistes, Peintres, Musiciens, Romanciers et j'en passe. LA richesse de la France dit-elle! A se demander comment la France a bien pu vivre sans ces immigrés tout au long des siècles passés. Elle confond tout, mélange tout, survole tout, avale et tente de faire avaler tout y compris l'indécence! Elle confond les immigrés d'Europe et ceux d'Afrique! Oubliant les racines Gréco-judéo-chrétiennes, favorisant celles de l'islam. La France n'est pas millénaire sans doute! Sa culture fit de la France, le centre culturel de l'Europe pendant des siècles, sa langue était parlée par toutes les cours européennes et fût longtemps la langue de la diplomatie. Balayée, moisie, rance nous hurle-t-elle dans son délire verbal. Voir la vidéo ici:

http://www.gerard-brazon.com/article-aurelie-philippetti-archetype-de-la-gauchiste-sectaire-et-haineuse-105531306.html


Cette femme est votre nouveau Ministre de la culture! La culture arabo-musulmane va être à l'honneur, bien plus que celle de la France moisie.
Pensez-y le 10 et le 17 juin lors des élections législatives! Faîtes-le savoir autour de vous! Demandez-vous ce que sera la culture française entre les mains de cette Ministre doctrinaire qui méprise la France et sa culture moisie!
Gérard Brazon
****

Voir aussi les "valeurs" morales de cette femme qui fait passer son avenir politique avant même ses valeurs et sa dignité de femme. Elle est Socialiste et Ministre. Une honte tout simplement.


http://www.gerard-brazon.com/article-l-ambition-personnelle-d-aurelie-philippeti-plus-fort-que-ses-valeurs-morales-106153302.html

 

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Profil recherché pour devenir l'imam de Cergy : "connaitre le droit musulman"

Profil recherché pour devenir l'imam de Cergy : "connaitre le droit musulman" | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it
La Grande mosquée de Cergy dont les travaux s'achèvent peut se doter de mensurations imposantes grâce à un double coup de pouce de la mairie...
more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Gerard Brazon

Gerard Brazon | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it

La misère n'a pas de couleur et pourtant en France, la misère vu par les journalistes et la gauche ne peut-être que l'apanage des immigrés d'Afrique.

Des immigrés tout court qui focalisent l'attention des "droits-de-l 'hommistes", ces plumitifs des associations qui se gavent de subventions. Mais la misère n'a pas de couleurs ou plutôt il semble que la misère ne soit que blanche dans sa majorité. Quand vient l'hiver, on peut constater que la solitude, la misère, le désespoir a cette couleur. Le vin rouge n'est que le seul liquide de couleur qui vaille pour donner cette couleur affreuse aux visages du début de la fin... après la faim.

Alors oui, les immigrés ne sont pas toujours à la fête dans notre pays mais personne ne leur a demandé de venir et de s'entasser sous des tentes ou des logements insalubres. Personne en France ne leur a dit de venir pour mieux souffrir sous les hivers européens. Ah oui mais... me dit-on, "ils sont misérables dans leurs pays, ils souffrent là-bas...". Et alors?

- Ces français qui s'enfoncent dans la misère n'ont-ils plus le droit d'être regardés comme prioritaire?

- La retraitée de 75 ans qui fait des ménages est-elle une chanceuse?

-Sans compter le jeune, oublié par le système de l'éducation nationale qui préfère désarmée moralement les jeunes français en vantant le multiculturalisme. cette "éducation" qui devrait donner de l'espoir basée sur l'idée que la France est généreuse pour ses citoyens qui s'en donnent les moyens...

En France, pour les bobos, la misère ne peut-être qu'issue de l'immigration!

Alors oui, j'ai conscience que je touche à un tabou gauchiste qui considère que l'humanisme commence par s'occuper de toute la misère du monde alors même que je considère que la véritable générosité commence par soi-même, pour les siens avant de donner à l'étranger. En cela, et c'est curieux tout de même, je suis en phase avec les socialistes et les communistes de la troisième république! Etonnant? Non car ces socialistes étaient patriotes à cette époque et n'avaient pas subi le lavage de cerveau du type 'Terra Nova".

On ne peut rien donner et partager si on n'a plus rien, si l'on est misérable. La violence est bien plus forte lorsque l'on a faim. La rue c'est la violence entre les démunis. Les démunis ne sont pas solidaires bien au contraire car la rue n'a pas Rousseau! La misère ne provoque pas la générosité loin de là.

La gauche bobo donne des leçons et appelle à la générosité mais, celle de la collectivité bien sûr, à la manière des Yannick Noah, Muriel Robin, Josiane Balasko et consort... Sans pour autant partager leurs revenus, leurs biens, leurs appartements avec une famille malienne ou d'ailleurs.

Bientôt l'hiver et son cortège de misérables seront dans la rue. Ils auront une couleur, une origine. Toujours la même. Est-ce raciste que de le dire? Foutaises!

Une association existe Action Sociale Populaire et elle est portée par le Pasteur Blanchard. N'étant pas religieux, ni même croyant, je me sens libre de dire ce que j'en pense et j'en pense du bien et leur souhaite bon courage.

Voici sur ce que dit ce Pasteur sur son blog:

Août 2012

Comme chaque année, à partir de la fin août, mon épouse Catherine et moi-même organisons des pré-maraudes. Certains secteurs de notre circuit ayant été désertés par les sans-logis ou évacués par la police, il nous faut découvrir de nouveaux trajets, trouver les nouveaux "refuges" de nos amis.

Ce mois d'août assez clément nous a permis de sillonner les rues de la capitale et d'établir une nouvelle carte routière de la pauvreté. Par exemple, nous avons innové en descendant l'avenue des Gobelins à partir de la place d'Italie, puis en suivant le boulevard Arago (où siège la prestigieuse faculté de théologie protestante).

Tout au long de notre chemin, la pauvreté s'affiche. Elle s'installe et les personnes dormant dans la rue sont de plus en plus nombreuses. Certaines sont surprises que nous venions de notre lointaine banlieue pour leur venir en aide.  Mais, nous retrouvons, à nouveau, une attitude empreinte de gentillesse et de reconnaissance de la part des SDF. Rares sont les réactions agressives. Vêtements et couvertures sont toujours autant demandés. Les besoins sont énormes et même si les moyens de l'Action Sociale et Populaire sont limités, ils répondent  à une attente réelle

 Vous voulez les aider? Vous voulez les contacter? Voici les moyens de les contacter:

Gérard Brazon

 http://actionsocialeetpopulaire.hautetfort.com/ - asp.contact@yahoo.fr

 

Ces textes et traductions sont libres de publications à la condition de nommer les auteurs et les traducteurs ainsi que le site: http://www.gerard-brazon.com. Résistance à l'islamisation!

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Gerard Brazon

Gerard Brazon | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it

A Puteaux, sur les quais de la Gare, nous pouvons constater une immense publicité pour le "Secours Islamique". Certes, pourquoi pas puisqu'il existe d'autres secours de toutes sortes comme le Catholique et le Populaire. Mais on sait que le Secours Populaire et le Secours Catholique ne sont pas sectaires et qu'ils ne font aucune ségrégation religieuse et raciale. On sait surtout que leur action est le plus souvent tournée vers ce que l'on appelle désormais "la richesse de la France"

Quand est-il de de ce Secours Islamique? Peut-on si l'on n'est pas musulman bénéficier de ce secours? Nous savons qu'au Kosovo, le croissant rouge ne soignait que les musulmans! Le Secours Islamique vient-il lui, en aide à tous? Pour le moins, c'est à vérifier en allant s'y inscrire ou s'y informer. Si ce n'est pas le cas, si vous essuyez un refus, faîte-le nous savoir! C'est un épisode supplémentaire de l'islamisation de la France. 

Gérard Brazon

***

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Gerard Brazon

Gerard Brazon | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it

On savait que l'immigration était la richesse de la France y compris la polygamie et que sans cette richesse la France ne serait plus rien. Au delà du propos outrancier, des idées toutes faites et diffusées par cette gauche malade de bien pensance, on a compris que la droite était dans le même état et manquait de courage ou de lucidité voire les deux! Voici un article de Valeurs actuelles sur l'AME (Aide Médicale Gratuite) qui nous coûte si cher! Mais que voulez-vous, la Richesse de la France n'attend pas, ne peut attendre et en plus il faut bien la soigner!

Gérard Brazon

****

 

Valeurs Actuelles

Plus de 200 000 étrangers en situation irrégulière bénéficient de l’aide médicale de l’État. Un système dont le coût (600 millions d’euros) est encore alourdi par les fraudes.

C’est une “erreur”, comme on en découvre souvent quand on s’intéresse à la Sécurité sociale. Elle concerne l’aide médicale d’État (AME) mise en place pour soigner les immigrés clandestins résidant sur le territoire français. C’est Bernard Debré, député de Paris, qui l’a révélée : en vertu d’une circulaire de la caisse primaire d’assurance maladie de Paris (CPAM), les bénéficiaires de l’AME pouvaient exiger les médicaments de marque au lieu des génériques proposés par les pharmaciens, sans faire aucune avance de frais. Les sans-papiers étaient donc mieux traités que les assurés français ou étrangers en situation régulière, qui ne bénéficient du tiers payant que sur les médicaments génériques.

Cette anomalie, finalement corrigée par la CPAM, est symbolique d’un système totalement dérogatoire au droit commun : l’aide médicale de l’État, créée par Lionel Jospin et Martine Aubry en 1999. Pas de carte Vitale, pas de médecin traitant, pas de ticket modérateur, pas d’avance de frais pour les soins médicaux et dentaires, pas de forfait journalier à l’hôpital, pas de participation forfaitaire sur les médicaments ni de franchise médicale sur les transports sanitaires… L’État dispense les clandestins des contraintes, toujours plus nombreuses, qu’il fait peser sur les autres patients. La Sécu les prend en charge à 100 % sous trois conditions : justifier de leur identité, résider en France depuis trois mois et disposer de ressources inférieures à un plafond (661 euros par mois pour un célibataire). 

 

La droite n’en conteste pas le principe. L’AME répond à des considérations « éthiques et sanitaires », écrivait Claude Goasguen (UMP) dans un rapport publié l’an dernier. Le devoir d’humanité commande de soigner un homme malade et l’intérêt de tous est d’éviter la propagation de maladies contagieuses. « Encore peut-on se demander si les crédits destinés à l’AME ne seraient pas mieux employés dans le cadre de la coopération », note le député UMP des Bouches-du-Rhône, Dominique Tian, auteur d’un rapport remarqué sur les fraudes sociales.

Beaucoup s’alarment en revanche des abus liés à l’AME, favorisés par la générosité d’un dispositif mal contrôlé – d’autant plus que le PS vient d’abroger les quelques mesures que la droite avait votées pour limiter ces dérives, notamment un droit d’entrée de 30 euros. Le candidat Hollande l’avait promis aux associations d’aide aux sans-papiers. « En supprimant les restrictions que nous avions instaurées en 2011, la gauche a fait de l’idéologie pure », s’insurge Claude Goasguen. Le député de Paris vient de rédiger, avec Christian Jacob, une proposition de loi limitant l’aide médicale d’État aux soins relevant de l’urgence et de la prophylaxie, sauf pour les enfants et les femmes enceintes. Mais la gauche préfère maintenir en l’état un système dont le coût est encore alourdi par les fraudes et les trafics.

UN DISPOSITIF TRÈS COÛTEUX

Le nombre d’étrangers bénéficiant de l’aide médicale de l’État a triplé en douze ans : 73 000 en 2000, environ 220 000 aujourd’hui. La moitié vit à Paris et en Seine-Saint-Denis. Ce nombre a diminué pour la première fois l’an dernier, la droite ayant ôté aux associations le droit d’instruire les demandes d’AME. Il devrait repartir à la hausse cette année.

Les crédits consacrés à l’AME par l’État ont augmenté plus vite encore que le nombre de ses bénéficiaires : 75 millions d’euros en 2000, 588 millions en 2012. « C’est un effort considérable », soulignait Roselyne Bachelot l’an dernier – et pourtant insuffisant ! Votés chaque année par le Parlement, ces crédits sont régulièrement sous-évalués. L’État, qui est censé rembourser à la Sécurité sociale les dépenses liées à l’AME, a donc contracté une dette colossale vis-à-vis de la Sécurité sociale : 920 millions d’euros à la fin de l’année 2006 (remboursés en 2007), puis 278 millions en 2008 et encore 83 millions fin 2010 ! Les crédits de cette année seront encore insuffisants. L’inspection générale des Affaires sociales (Igas) avait estimé le coût de l’AME à 640 millions d’euros en 2011 : 2 900 euros en moyenne par immigré clandestin.

Plusieurs rapports ont souligné la responsabilité des hôpitaux publics dans ce dérapage des dépenses. Curieusement, les patients bénéficiant de l’AME ne sont pas soumis au système de la tarification à l’activité (T2A), comme les autres assurés : les hôpitaux facturent les soins qu’ils leur prodiguent sur la base d’un tarif spécifique – et surtout plus élevé ! Une façon pour les établissements déficitaires de se procurer un surcroît de recettes grâce aux titulaires de l’AME, dont ils prolongent volontiers le séjour. Acquitté par l’État, le surcoût lié à cette différence de tarifs atteint, au bas mot, 150 millions d’euros : 25 % du coût annuel de l’AME ! En 2010, Dominique Tian avait tenté d’obtenir que les hôpitaux appliquent la T2A aux bénéficiaires de l’AME. Le gouvernement Fillon avait prudemment opté pour une réforme moins ambitieuse, tenant compte des spécificités de ces patients « et surtout des intérêts des hôpitaux ! », précise avec malice un haut fonctionnaire des Affaires sociales.

Dominique Tian avait en revanche obtenu que le “panier de soins” auquel ont accès les titulaires de l’AME soit défini plus strictement pour éviter certains abus, comme celui que révélait le professeur Lantiéri dans l’Express en septembre 2010 : un patient égyptien, qui avait eu le doigt coupé bien avant d’arriver en France, lui demandait une opération de reconstruction consistant à prélever un orteil pour remplacer le doigt manquant. « En réalité, ce monsieur s’était d’abord rendu en Allemagne, mais il jugeait bien trop élevée la facture qu’on lui avait présentée là-bas. Une fois en France, il avait obtenu l’AME et il estimait avoir droit à l’opération ! »

 L’Igas et l’inspection générale des Finances signalent d’autres abus dans un rapport de 2010 : « À Paris, 22 bénéficiaires de l’AME ont eu des facturations d’actes au titre de l’assistance médicale à la procréation. Le total des dépenses enregistrées pour 21 d’entre elles s’élevait en 2009 à plus de 99 000 euros. » Deux des bénéficiaires « avaient dépassé l’âge de 43 ans au moment de la réalisation de l’acte », alors que la Sécurité sociale ne rembourse pas ces actes au-delà de 42 ans.

En octobre 2011, le gouvernement Fillon avait donc pris un décret pour exclure la procréation médicalement assistée et les cures thermales de l’aide médicale de l’État. Ce texte soumettait aussi la prise en charge des soins hospitaliers coûteux (plus de 15 000 euros) à l’agrément préalable de l’Assurance maladie. Non sans raison : les dépenses hospitalières représentent environ les trois quarts de la dépense de soins liés à l’AME. Elles se concentrent sur un petit nombre de patients : « En 2009, à Paris, 439 personnes ont consommé 45,4 millions d’euros de soins », signalait Roselyne Bachelot en 2010.

Mais la gauche a supprimé l’agrément préalable en même temps que le droit d’accès de 30 euros. « Irresponsable ! », s’exclame Dominique Tian, qui dénonce les injustices liées à ce système : « Un travailleur déclaré qui vit au niveau du seuil de pauvreté (950 euros de revenu mensuel) paie, directement ou indirectement, plus de 3 500 euros par an de charges, CSG et cotisations de mutuelle pour bénéficier d’une couverture maladie équivalente à celle d’un étranger en situation irrégulière pris en charge à 100 % gratuitement par l’AME, explique-t-il. Un système inégalitaire et absurde qui incite évidemment à la fraude… »

DES FRAUDES TROP NOMBREUSES

C’est un chiffre que l’on trouve en cherchant bien dans le dernier “Rapport annuel de performance” des services publics : l’an dernier, les contrôles effectués par l’Assurance maladie sur 7 % (seulement) des bénéficiaires de l’AME ont révélé que 51 % d’entre eux avaient fait de fausses déclarations de ressources. Fraude intentionnelle ou conséquence d’une ignorance des textes ? Toujours est-il que le « taux de divergence » (selon l’expression pudique du rapport) entre les ressources déclarées et les revenus constatés est particulièrement élevé !

Jusqu’en 2010, la fraude était d’autant plus facile que l’attestation AME n’était qu’un papier aisément falsifiable. Depuis deux ans, ce document est progressivement remplacé par une carte avec photo, dont le coût de fabrication avoisine 30 euros (d’où le montant du droit d’accès fixé par la droite). La diffusion de cette carte n’a pas mis fin aux fraudes, car les pièces fournies à l’appui de la demande sont parfois douteuses. La Caisse nationale d’assurance maladie précise encore sur son site que les demandeurs peuvent joindre à leur dossier une déclaration sur l’honneur à défaut de fournir les justificatifs de leurs ressources. Par ailleurs, l’Igas signalait en 2010 que les cartes de bénéficiaire de l’AME n’étaient pas récupérées en cas de changement de statut (admission à la couverture maladie uni verselle complémentaire, par exemple), « ce qui pourrait avoir pour conséquence le maintien en circulation de titres annulés et l’alimentation d’un trafic ».

Fraudes à l’admission mais aussi aux prestations. Elles seraient peu nombreuses, affirme l’Igas. Il ressort pourtant de son rapport que 12 % des fraudeurs détectés à Paris en 2009 bénéficiaient de l’AME, alors qu’ils représentent seulement 4 % des personnes gérées par la CPAM. Ils auraient donc fraudé trois fois plus que les assurés sociaux. « Les bénéficiaires de l’AME n’ont pas de carte Vitale, rappelle Dominique Tian. Certains en profitent pour faire la tournée des pharmacies et récupérer en grandes quantités, et gratuitement, des médicaments, parfois des stupéfiants, qu’ils revendent ensuite, en France ou à l’étranger. »

Certains titulaires n’hésitent pas à prêter leur attestation à des proches pour qu’ils bénéficient eux aussi de la gratuité des soins. « Une patiente, bénéficiaire de l’AME, vient me demander de lui prescrire un examen en me disant qu’elle craint d’avoir le sida, raconte un médecin du Val-d’Oise. Un laboratoire procède au test : positif. Quand je l’en informe, elle m’avoue qu’elle avait agi pour le compte d’une amie qui, munie de mon ordonnance, avait fait l’examen à sa place. Résultat : j’avais involontairement violé le secret médical et j’ai dû prescrire à la première patiente un autre test pour m’assurer qu’elle n’était pas elle-même séropositive ! » Deux actes au lieu d’un, pris en charge par l’État.

« Rien n’est plus facile à falsifier qu’une ordonnance, ajoute un pharmacien parisien. On voit souvent des prescriptions contradictoires, avec des produits liés à des pathologies très différentes : un antiinflammatoire avec un anti-épileptique, par exemple ». À la fraude s’ajoute alors un soupçon de trafic.

DES TRAFICS INADMISSIBLES

Cette fois, c’est un médecin généraliste du Val-de-Marne qui raconte l’anecdote : « Il y a quelques mois, j’ai reçu dans mon cabinet une patiente, d’origine africaine, qui m’a soumis une liste d’une cinquantaine de médicaments et de pommades, la plupart contenant de la cortisone. J’ai refusé de les lui prescrire, elle est partie. Renseignements pris, cette patiente – qui bénéficiait de l’AME – avait fait le tour de dizaines de confrères en quelques mois ! Les Africaines, explique-t-il, utilisent des crèmes à la cortisone pour s’éclaircir la peau. C’est très dangereux, mais le marché est florissant… »

Autre trafic rémunérateur, la revente de produits de substitution à l’héroïne, comme le Subutex, assimilé depuis cette année seulement à un produit stupéfiant. En 2007, la police avait démantelé un important trafic à Paris : des médecins indélicats remplissaient des ordonnances aux noms de malades bénéficiant de l’AME ou de la couverture maladie universelle, dont les organisateurs du trafic avaient dérobé les coordonnées sociales. Des pharmaciens complaisants les approvisionnaient gratuitement et se faisaient rembourser par la Sécurité sociale. Une officine aurait ainsi écoulé 12 000 boîtes de Subutex en quelques mois ! Estimation du préjudice : entre 500 000 et un million d’euros. Le trafic avait des ramifications internationales.

En 2010, l’Onu s’inquiétait encore de l’ampleur de ces détournements dans le rapport annuel de l’OICS (Organe international de contrôle des stupéfiants) : « L’abus de comprimés de buprénorphine [Subutex] acheminés clandestinement en grandes quantités depuis la France continue d’être une source de préoccupation dans les pays européens et dans d’autres régions. » Selon l’Onu, 20 à 25 % du Subutex délivré en France était détourné vers le marché illicite. Dans son rapport, l’Igas recensait 82 affaires de trafic de substituts à l’héroïne relevant d’une fraude à l’AME, à Paris et en Seine-Saint-Denis, en 2009.

« La délivrance de Subutex fait désormais l’objet d’une ordonnance sécurisée, ce qui a permis de réduire la fraude », affirme un pharmacien de la Nièvre. Tout en précisant que d’autres médicaments peuvent être détournés : des produits psychoactifs, des corticoïdes, des antibiotiques…

En novembre 2010, un sondage Ifop pour Dimanche Ouest France avait révélé que les Français souhaitaient majoritairement une réforme de l’AME : 49 % pour la création d’un droit d’entrée, et même 31 % pour sa suppression. La droite avait opté pour une remise en ordre préservant le principe de soins, jugeant que le maintien de l’AME ne pourrait s’accommoder d’un excès de dépenses. Interpellée sur ce sujet par Dominique Tian à l’Assemblée, le 17 juillet, Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, a préféré lui répondre que les fraudes qu’il évoquait relevaient du « fantasme ». Fabrice Madouas avec Cécile Piccoaleurs Actuelles

more...
No comment yet.
Rescooped by Gérard Brazon from Gérard Brazon-Puteaux-Libre
Scoop.it!

Les "indigène de la République" pour le racisme politique!

Les "indigènes de la république" envisagent la lutte politique, la prise du pouvoir sur une base raciale et contestent à la République Française sa légitimité en tant que nation Une et Indivisible reposant sur ses fondements de citoyenneté sans critère de race ou de religion.

De ce fait, le discours est particulièrement agressif et nous voyons bien aux différents extraits suivants d'un long, très long article sur le site des indigènes, qu'ils n'ont aucun complexe à parler de race, et de faire du racisme anti-blanc sans que pour autant, aucune organisation ne s'en s'offusque véritablement.

Cet appel à la lutte raciale, à la prise de pouvoir d'une race qui s'oppose aux blancs "dominants" est particulièrement choquant. Mais chut, ce genre de discours est absent de vos journaux imprégnés par l'idéologie de gauche (74% de journalistes ont voté Hollande - 93% de musulmans également.)

Alors je vous laisse lire ces extraits et si vous souhaitez en savoir plus sur ce discours de combat et de révolte des" minorités visibles" et autres victimes des colons blancs, vous pouvez lire l'ensemble du texte. En attendant, que dis la Justice? La même qui condamne Riposte-Laïque sur des propos bien plus inoffensifs et qui n'avaient pour le coup aucun caractère racial!

Gérard Brazon

****

 

Indigènes de la république

Penser la race sans penser le conflit racial, sans penser l’enjeu du pouvoir - et, en son sein, le pouvoir central -, interdit à l’antiracisme de se penser comme stratégie politique.

(…)

Affirmer que la question raciale est inséparable de la lutte des races pour le pouvoir signifie que les races sont des rapports de forces sociaux entre race dominante et races dominées, les unes voulant préserver leur suprématie constitutive du système racial, les autres s’en libérer. Cela signifie aussi que les races, et donc les démarcations raciales, se constituent dans le processus même de leurs luttes pour le pouvoir. La résistance des races dominées est à la fois une lutte menée de front - la race dominée voulant détruire la suprématie de la race dominante ou instaurer la sienne, tandis que la race dominante cherche à conforter sa suprématie - et une lutte pour appartenir à la race dominante ou, à tout le moins, en être le plus proche, c’est-à-dire grimper les marches de la hiérarchie raciale. Et l’une des stratégies du Pouvoir blanc, c’est justement d’élargir ses propres frontières, de sélectionner qui peut les passer, ou de faire grimper l’un ou l’autre groupe dans la pyramide raciale. C’est une stratégie et c’est l’un de ses pouvoirs.

(…)

Ainsi, la hiérarchie raciale se présente plus comme une pyramide que comme une opposition entre deux pôles homogènes et rigoureusement définis. Elle est à la fois bipolaire, opposant Blancs et non-Blancs, et pyramidale : face aux Blancs, ou plutôt en dessous des Blancs, s’empilent les différents groupes raciaux opprimés - par strates de couleur ou de culture, chacune selon son rang dans l’humanité ou la civilisation, ses droits et ses servitudes, les combats perdus et les combats gagnés.

(…)

La République blanche

Les luttes de l’immigration et des banlieues françaises participent de ce même combat racial, n’en déplaise à ceux qui s’obstinent à les appréhender dans les limites étroites de l’Hexagone, voire des seuls quartiers populaires. Il est bien sûr stratégiquement très important d’analyser les modalités particulières à travers lesquelles prend forme et s’exerce le racisme en France. (…)

L’État français et, plus largement, les appareils de pouvoir racial en France, fonctionnent en effet comme médiation de la suprématie blanche internationale.(…)

L’hégémonie bourgeoise sur les classes subalternes dans la France républicaine s’est notamment ancrée institutionnellement dans ce que l’on peut appeler un pacte social-national-racial - le Pacte républicain - lequel s’incarne dans l’ensemble des mécanismes qui organisent la stratification et l’intégration des classes subalternes à la Nation, c’est-à-dire à l’État : dispositifs démocratiques comme le suffrage universel, dispositifs sociaux dont la forme développée a été l’État-Providence, dispositifs nationaux qui tracent des frontières statutaires entre nationaux et étrangers et dispositifs raciaux conférant un statut privilégié aux Blancs par rapport aux non-Blancs.(…)

Indigènes de la république

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

UMP-Législatives 2012:Panique à bord, intérêts mercantiles ou prise de conscience?

UMP-Législatives 2012:Panique à bord, intérêts mercantiles ou prise de conscience? | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it

Nicolas Sarkozy, n'a pas rendu service à sa famille politique. Arrivé au pouvoir grâce à des déclarations en tant que Ministre de l'intérieur de type "karcher", il avait beaucoup promis. Son positionnement à droite, patriotique, sécuritaire, sur l'immigration, sur le drapeau et l'hymne national, de même que sur l'Europe avait eu comme conséquence de flinguer en plein vol le Front National.

Une fois pouvoir, il avait eu l'occasion soit d'appliquer sa politique soit de faire en grande partie le contraire. Il a fait le deuxième choix. En s'ouvrant à la gauche, en faisant rentrer des ministres socialistes peu fidèles, ambiguë et souvent lamentables, il a trahi la droite patriotique.

En se transformant en européiste acharné, en trahissant les français qui, à la majorité, avaient refusé par référendum la constitution européenne en la transformant en "Traité de Lisbonne", il a trahi la France.

En se mettant en avant en permanence, il a trahi la fonction présidentielle héritée de l'esprit de la cinquième république! Bref, cinq ans après, il a payé la facture mais surtout, son parti politique l'UMP.

Celui-ci ne s'en sort pas du résultat de cette politique. Il n'a pas fini d'en payer le prix. Je pense même qu'il est mort sans le savoir encore. Je n'irai pas le pleurer d'ailleurs pour plusieurs raisons qui sont avant tout l'idée que ce parti se fait de la démocratie. J'y étais Conseiller National de ce parti politique. C'est le seul échelon où l'élection est nécessaire. La seule fonction qui représente les adhérents car au-delà, c'est les amis des amis! Que ce soit les secrétaires nationaux cooptés par un secrétaire général nommé. Le centralisme démocratique d'une droite déconnectée des réalités que vivent les citoyens français. J'ai protesté, j'ai été éliminé!

Alors nous sommes bientôt au deuxième tour et là, c'est l'éclatement de la pensée politique. Les uns se retrouvent à parler des valeurs des uns et des choses. A se trouver des intérêts communs. A préserver des postes. Des situations politiques. Il y aura des dégâts dans ce parti politique du fait qu'il s'est enfermé lui-même dans un refus du Front National alors même qu'il aurait dû ne pas succomber aux sirènes culpabilisantes de la gauche.

Ce matin sur RMC, j'entendais un commentateur dire qu'il ne comprenait pas le parallèle que l'UMP faisait entre les communistes alliés du Parti Socialiste et le Front National. Balayant l'histoire des communistes d'avant-guerre, sa collaboration avec l'occupant jusqu'en juin 1941, un Jacques Doriot ancien communiste créateur du seul parti fasciste français le PPF, un Maurice Thorez qui avait déserté en 1939, ne retenant que l'image d'2pinal du maquisard de 1945, en oubliant volontairement, par ignorance, bêtise, inculture historique ou pire, manipulation partisane, que Laval était un Radical-Socialiste et que c'est l'Assemblée Nationale Front Populaire de gauche qui donna les pleins pouvoirs à Philippe Pétain, que Mitterrand fût décoré de la Franscisque et fût un zélé défenseur de Pétain. Sans compter que le Front National n'existait pas à cette époque.

Nous allons assister à une pression de plus en plus forte des médias contre les désistements que je trouve pour ma part, tout à fait normal entre l'UMP et le FN, et si Kociusko-Morizet n'est pas ravie, elle peut toujours rejoindre le MoDem.

Il n'y a que dans les médias, la gauche et certains de la droite molle que l'on entend parler d'extrême droite en parlant du FN car sur les papiers officiels préfectoraux d'inscriptions aux élections, je me souviens avoir vu la catégorie "extrême droite" et celle du Front National séparer. Pourquoi faire cette confusion entre les deux catégories dans le public?

Pourquoi parler de "Parti Républicain" pour ceux qui sont aux parlements alors même que tout a été fait pour interdire le parlement au FN. Comment peut-on encore accepter qu'un parti politique représentant de 16 à 20% des français ne puisse pas avoir de députés ou moins que les "fascistes rouge", ces communistes non repentis pour les crimes commis de par leur idéologie mortifère partout dans le Monde? Souvenons-nous du "bilan globalement positif" de Georges Marchais dans la Roumanie de Ceaucescu

De quelle maladie est frappé la France, les médias, les politiques en général pour ne pas appeler un chat, un chat? Jean Marie Le Pen me disent les uns, Parti fasciste par essence me disent les autres, valeurs républicaines françaises entendons-nous de ci de là! Foutaises finalement.

La Droite doit se recomposer, doit se ressourcer et le FN est une composante de cette droite. On peut ne pas partager son programme politique, avoir une vision différente de l'économie, mais on ne peut pas nier que c'est un parti républicain. Sinon pourquoi ne pas l'avoir interdit en expliquant pourquoi il n'est pas républicain! Et pourquoi alors, existent-ils des partis royalistes et autrefois un parti bonapartiste (la dernière trace se trouvant à Ajaccio)?

Pourquoi? Tout simplement parce que ce parti n'aime pas l'Europe liberticide d'aujourd'hui, bien éloignée de cette Europe du Marché Commun, n'aime pas l'immigration incontrôlée, n'aime pas l'islamisation de la France, exige une politique sécuritaire dans les cités des banlieues, parle de la Nation, de la France, etc. Bien des français se retrouvent dans cette volonté de refuser ce que les partis officiels d'aujourd'hui ont laissé faire, si ce n'ait autorisé voire, approuvé!

Que l'on cesse de s'étonner à l'UMP! Comment ne pas me souvenir de débats avec des adhérents refusant que l'on débatte de l'immigration et de la sécurité sous prétexte qu'il ne fallait pas faire du FN! Pitoyable argumentation leur ais-je dis alors même que l'on ne pouvait plus mettre en avant notre drapeau, notre hymne national sans être traité de fascistes ou de frontiste. A refuser de débattre de la vraie vie, l'UMP s'est coupée des citoyens. Ceux-ci se tournent vers le seul parti qui leur parle. A qui la faute? Certainement pas à Marine Le Pen n'en déplaise aux Xavier Bertrand, Nathalie Kociusko-Morizet et autres Jean François Copé!

Je suis pour une présence forte du FN au parlement français à la hauteur de ce qu'il représente. Si les magouilles lui interdisent l'accès à l'Assemblée, il faut craindre alors que des millions de Français soient en colère devant cette injustice électorale!

L'UMP en est la principale responsable en refusant la proportionnelle! Elle en paiera fatalement le prix fort et ce ne sera que justice. Il est temps que les Français soient entendus sur tous les sujets. Le déni de démocratie en France est patent et inadmissible. Nous sommes la risée de l'Europe là-dessus. Nous ne pouvons plus donner des leçons de démocratie et interdire à des formations politiques d'avoir des représentants. C'est au pied du mur que l'on juge le maçon. Il faudra bien que le FN se retrouve au pied du mur, avec d'autres et là on verra bien si la France se reconstruit ou non. Le reste c'est du vent! Tout sauf la gauche reste ma conviction!

Gérard Brazon

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Enquête&Débat » Les Etats-Unis développent une application mobile pour la liberté d’expression

Enquête&Débat » Les Etats-Unis développent une application mobile pour la liberté d’expression | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it
Les Etats-Unis développent une application mobile pour la liberté d’expression http://t.co/pt426Vy4...
more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Les Chrétiens du nord du Mali en voie d'épuration

Les Chrétiens du nord du Mali en voie d'épuration | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it
Lu sur Slate Afrique (07/06) \ (Les Chrétiens du nord du Mali en voie d'épuration http://t.co/1CQ7e75y...)...
more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Législatives: la démocratie bafouée ce dimanche 10 juin 2012.

Législatives: la démocratie bafouée ce dimanche 10 juin 2012. | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it

Ce lundi matin, je suis tout simplement atterré par le résultat de cette élection législative! Pour plusieurs raisons à commencer par le taux d’abstention record jamais vu dans la vie de toutes les Républiques: 43 %. Au-delà de la honte que peuvent ressentir des démocrates sincères devant cette abstention, il est clair que près de la moitié des Français n’ont eu aucune envie d’exercer leur droit à s’opposer ou affirmer. C’est clairement un déni de démocratie. Voilà donc un peuple qui ne considère pas comme important les enjeux en cause. La démocratie, (tous les pouvoirs seront cumulés dans les mains socialistes de bas en haut des hiérarchies territoriales), la Nation, l’immigration, l’islamisation, la baisse du niveau scolaire, la perte d’emplois dû à la politique d’obéissance des dirigeants de gauche comme ceux de droite à l’Europe liberticide, et j’en passe! Notre démocratie, même imparfaite, même injuste, souvent confiscatoire de par son système de scrutin majoritaire à deux tours, auquel s’est ajouté, (grâce à l’UMP, sans que le PS ne s’y soit opposé), un taux de 12,5% des votants pour qu’un parti politique puisse se présenter au second tour, était suffisamment antidémocratique pour y ajouter en plus le mépris de la moitié des français en âge de voter!

Ce système inique en Europe, qui fait de nous la risée des vraies démocraties, permet à un Front de gauche, aux Verts, d’avoir des Députés et peut-être même un groupe parlementaires (15 députés) et interdit au Front National d’avoir les représentants à hauteur de ses résultats! Ce sont les mêmes qui accusent ce Parti d’être anti démocratique! Ce serait amusant si ce n’était avant tout pitoyable de regarder aujourd’hui le triste record d’abstention. Que vaut une démocratie si près de la moitié de son peuple méprise une élection aussi importante que les législatives?

Alors quoi? Quelles en sont les raisons? Faut-il inclure les législatives dans les Présidentielles? Faut-il revenir au septennat de la Présidence qui offrait le moyen de décaler ces deux type d’élections et permettait au Président d’être au-dessus des Partis politiques?

Attaché au sens premier de la 5ième République, qui se voulait au-dessus des partisans politiques, et libérer le pouvoir des chantages politiciens, je suis effaré de constater que ceux qui se réclament de l’esprit de De Gaulle, l’auront finalement bafoué, insulté jusqu’au bout, jusque sur sa tombe, jusqu’au retour d’une quatrième république qui ne dit pas son nom. Je pense à des Chirac, des Balladur, des Juppé, des Mitterrand, des Sarkozy et à tous ceux qui ont gravité à plat ventre autour de ces gens-là!

Mais le véritable responsable de la déroute démocratique que nous vivons est le peuple lui-même! A différents niveaux certes, pour différentes raisons, il est responsable de cette dictature douce qui n’offre de possibilités qu’entre bleu-benêt et benêt-rose! Entre partisans d’une Europe liberticide et adeptes d’une Europe totalitaire, entre amoureux d’une immigration « chance de la France » et adorateurs d’un « islam de France » qui islamise en douceur notre société. Est-ce un renoncement de la part de ce peuple de France. Une impuissance, un désespoir? Ou est-ce une ignorance de ses droits, de son pouvoir, de sa capacité à changer les choses?

La gauche y voit une victoire alors même que l’ensemble des suffrages exprimés devrait la rendre plus modeste. Mais qu’importe le nombre, elle a l’ivresse. Et pour cause… Elle se permet même de donner des leçons de maintien à l’UMP en l’appelant à se désister pour elle en cherchant encore et toujours à la culpabiliser. Cette droite qui aura battu son propre record de bêtise se laissera-t-elle embobiner ? Avec elle, on peut s’attendre à un nouveau record! La gauche ne se généra pas pour gouverner avec le Front de gauche le plus réactionnaire qui soit! Cherchez l’erreur!

 

Toutefois, ce peuple de France est, et sera responsable de son avenir.

Si le peuple de France ne réalise pas rapidement que la moindre interstice de démocratie, la moindre bouffée d’air, la moindre faille dans ce système politique cadenassé est une chance pour justement tenter d’inverser le cours des choses, alors ce peuple est condamné à la perte de sa mémoire, au cadrage progressif des libertés et des droits de la femme, à la mort de ce qu’il fût depuis toujours, un grand peuple qui fît de grandes choses, qui fût parfois imparfait et souvent glorieux au point d’être reconnu dans le monde entier. Condamné à l’islamisation progressive de sa société laïque et républicaine, au retour à un certain obscurantisme religieux.

Ce grand peuple aura été vaincu de l’intérieur. Par l’action de ces dirigeants qui n’aiment pas cette France millénaire, cette France rance, moisie comme l’a dit notre Ministre de la Culture Aurélie Philippetti . Par ceux d’une Europe fédérale qui aura définitivement vaincu ce peuple frondeur, fier de lui en le submergeant par une immigration de repeuplement.

Cette moitié de peuple de France, en refusant de se déplacer, participe à l’action d’extinction de cette flamme allumée par nos philosophes, nos écrivains, peintres, nos musiciens, nos scientifiques, nos soldats. Elle s’éteindra définitivement et plongera notre France des lumières dans la grisaille, si ce n’est l’obscurité de l’anonymat. A qui profite le crime? Surement pas à toi Peuple de France.

Dimanche prochain, si vous êtes appelé à voter, bougez-vous cette fois-ci, relevez le défi, voter contre la gauche. Permettez si possible, que le Front National ait des élus, même un peu et ainsi, avoir une chance de gagner un peu de temps, un peu d’air, un peu de Nation! Le temps de reconstruire une vraie droite et battre enfin les liberticides de l’UMP, du PS et autres Verts et Front de gauche! C’était mon coup de gueule de ce matin.

Gérard Brazon

Puteaux-Libre

more...
No comment yet.
Scooped by Gérard Brazon
Scoop.it!

Avancées du projet de classe de mer de Solidarité Kosovo | :: Novopress.info

Avancées du projet de classe de mer de Solidarité Kosovo | :: Novopress.info | Gérard Brazon-Puteaux-Libre | Scoop.it
Dans le cadre de l’organisation du projet de classe de mer en faveur des enfants du Kosovo-Métochie, des membres de l’équipe de l’association humanitaire Solidarité Kosovo se sont rendus en fin de semaine dernière dans le sud de la Serbie.
more...
No comment yet.