Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
31.3K views | +1 today
Follow
 
Rescooped by François Arnal from Géographie du sport
onto Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Scoop.it!

Schéma : Dynamiques et mutations littorales créées par le surf (Géode Caraïbe)

Schéma : Dynamiques et mutations littorales créées par le surf (Géode Caraïbe) | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Schéma : Dynamiques et mutations littorales créées par le surf

 

Source : Corine Plantin, Géode Caraïbe.
http://www1.univ-ag.fr/aihp-geode/page5/page17/page45/page85/page85.html

Le Géographe à la plage #HK42


Via Géographie de la ville en guerre
more...
No comment yet.
Géographie : les dernières nouvelles de la toile.
Last news on the web. Geography around the world. Les nouvelles de la géographie  rassemblées par François Arnal
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

« Enseigner le paysage en hypokhâgne : une des clés de compréhension de la géographie.

« Enseigner le paysage en hypokhâgne : une des clés de compréhension de la géographie. | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Débattre du paysage.  Communication sous forme de poster scientifique

Objectifs
Analyser les pratiques d'enseignement du paysage et leurs conséquences sur l'enseignement de la géographie. Découvrir la géographie, ses outils et ses méthodes en mettant l'accent sur la dimension paysagère et donc sur la subjectivité et les représentations. La découverte et l’enseignement de la géographie scientifique dans une classe post-baccalauréat nécessitent une remise à plat des outils, des méthodes et des représentations sur la question de l'espace du territoire.
En hypokhâgne, elle passe par une confrontation au paysage. J'ai pris l'habitude de faire découvrir la géographie, ses outils et ses méthodes en mettant l'accent sur la dimension paysagère et donc sur la subjectivité et les représentations.

Présentation du poster scientifique lors du Colloque de Genève DEBATTRE DU PAYSAGE. Enjeux didactiques, processus d’apprentissage, formations.
DEBATING ABOUT LANDSCAPE. Didactical issues, learning processes, training.
Ce colloque était organisé dans le cadre d’un programme de recherche financé par le Fonds national suisse de la recherche (FNS) : « Didactique du paysage. Mutualisation des expériences et perspectives didactiques à propos des controverses paysagères », qui regroupe une équipe internationale d’une dizaine de chercheurs et de formateurs autour des enjeux didactiques du paysage. Les 25-26-27 octobre 2017 à Genève, Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture (HEPIA), Genève – Suisse.
François Arnal's insight:
Le passage par le dessin du paysage et sa différenciation avec la carte permettent ils de mieux comprendre les enjeux de la géographie dans des études post baccalauréat (classe préparatoire littéraire dite « hypokhâgne ») ?
En quoi le passage par le dessin, le croquis, le schéma, le modèle aide t-il à savoir penser l'espace, à comprendre l'action d'aménager le territoire ? Quel peut être le recours au numérique et pourquoi le crayon garde t-il toute sa force ?
En quoi les techniques croisées du dessin imaginaire ou réel, de la carte ou du modèle sont-elles essentielles à la compréhension de l’espace ? Quels sont les outils, les stratégies d'apprentissage, pratiquées au lycée Claude Fauriel de Saint-Étienne, peuvent-ils servir de repère, de comparaison à toute situation d'apprentissage ? Nous proposerons à travers notre expérience en classe, ou sur le terrain d'analyser les pratiques d'enseignement du paysage et leurs conséquences sur l'enseignement de la géographie. La communication sous forme de poster est illustrée par des productions d'élèves (dessins cartes ou croquis) .

https://www.linkedin.com/pulse/enseigner-le-paysage-en-hypokh%C3%A2gne-une-des-cl%C3%A9s-de-la-fran%C3%A7ois-arnal/
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La France reste la première destination mondiale pour le tourisme en 2017

La France reste la première destination mondiale pour le tourisme en 2017 | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Vue aérienne de la Promenade des anglais'. Photo Cyril Dodergny

PAR La rédaction de Nice Matin  avec AFP Mis à jour le 15/01/2018


Le nombre de touristes dans le monde a bondi de 7% en 2017, soit la plus forte augmentation en sept ans, a annoncé lundi 15 janvier l'Organisation mondiale du tourisme (OMT). Tout indique que la France reste la première destination mondiale.

La hausse est tirée par l'Europe (+8%), en particulier méditerranéenne.

Elle est due au niveau mondial "à la reprise économique et à la forte demande de nombreux marchés émetteurs traditionnels et émergents", selon l'OMT.

Depuis 2010, le rythme de croissance annuel était d'environ 4%, précise l'organisme des Nations Unies.

Le nombre de visiteurs internationaux (passant au moins une nuit sur place) a atteint 1,3 milliard de personnes.

François Arnal's insight:
La France devant l'Espagne et les Etats-Unis "Tout indique" que la France est restée la première destination mondiale pour le tourisme en 2017, a précisé le responsable "marchés" de l'OMT John Kester, soulignant que les données définitives seraient publiées au printemps.
 "La tendance est clairement positive après deux années faibles", a-t-il précisé. "Nous nous attendons à ce que l'Espagne devienne la deuxième destination mondiale" devant les Etats-Unis, a ajouté le secrétaire général de l'OMT Zurab Pololikashvili. "En Amérique du Nord (+2%), les bons résultats du Mexique et du Canada contrastent avec le recul des Etats-Unis, la principale destinations de la région", précise l'OMT dans un communiqué, sans divulguer pour l'instant de chiffres précis.

 L'OMT a aussi souligné les bons résultats de l'Afrique (+8%) et du Moyen-Orient (+5%), insistant sur la "reprise" du tourisme en Egypte, Turquie et Tunisie, après une forte baisse les années précédentes en raison d'attentats terroristes. La région Asie-Pacifique a vu le nombre de visiteurs augmenter de 6%, tandis que les Amériques enregistrent la croissance la plus faible (+3%), malgré "des signes clairs de reprise" en Amérique centrale et dans les Caraïbes depuis le passage des cyclones Irma et Maria.
Pour 2018, l'OMT s'attend à une croissance de 4 à 5% du nombre de touristes dans le monde.
more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from Les risques naturels et l'activité volcanique en Nouvelle-Zélande
Scoop.it!

Tsunami hits New Zealand east coast after 7.5-magnitude earthquake

Tsunami hits New Zealand east coast after 7.5-magnitude earthquake | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Civil defence says first wave has struck the South Island and warns that more could reach the coast in the hours ahead


A tsunami has struck New Zealand’s east coast after a powerful earthquake hit the country’s South Island just after midnight. The US Geological Survey said the magnitude-7.5 quake hit 59 miles (95km) from Christchurch just after midnight local time on Sunday.

New Zealand civil defence said the first wave hit the South Island around two hours later and warned it was likely more could reach the coast in the hours ahead.


Officials confirmed there had been some casualties although it is not clear how serious these are as roads to some of the worst affected areas remain impassible so rescuers are flying in by helicopter. Current Time 0:46 / Duration Time 0:46 Loaded: 0% Progress: 0% Mute Facebook Twitter Pinterest Damage to room caused by New Zealand earthquake Concern was growing for people in the coastal town of Kaikoura, which has been cut off by the disaster amid reports of a number of casualties there.

Located near the epicentre, it appears to be one of the hardest hit areas, and officials are hoping to get a better understanding of the damage once the sun rises.


Helicopters are being sent to check the area and assist the victims. Thousands stranded and towns cut off after New Zealand quakes – as it happened Latest updates as scale of damage across parts New Zealand’s South and North Islands becomes clear Read more After the earthquake struck warning sirens sounded up and down the coast and officials advised anyone near the shoreline to move to higher ground immediately.

The evacuation zone quickly expanded to include the eastern coast of the North Island, including Wellington. The US Geological Survey said the magnitude-7.5 quake hit 59 miles (95km) from Christchurch, which is still recovering from the 2011 earthquake that killed 185 people and destroyed many buildings.


Via Alice Latil
more...
Alice Latil's curator insight, January 8, 6:48 AM
As my previous insights mention it, New Zealand suffer lots of natural disasters and hazards since few years ago.
This natural catastrophes, caused by the global warming, can be floodings, earthquake, volcanic eruptions or tsunamis.

Here the article from The Guardian focus on the fact the New Zealand, once more, had been victim of a tsunami on November 2016, in the east coast.
This natural hazard, as always, spread fear and panic in the country, and especially in the concerned regions.
It is important to mention that this tsunami was huge since it was the result of an earthquake of magnitude 7.5, that is, we are speaking about a consequent natural disaster.

Civil defense helped the residents and civils, scared by this event, and as the article let see that, many buildings and houses were destroyed, as well as many roads, and the damages were huge.

Here we notice the damages and the consequences of the dangerous global warming, created by humans being.
Rescooped by François Arnal from Les mines d'or dans le monde
Scoop.it!

Présentation de mon projet de curation en géographie : Les mines d'or dans le monde

Présentation de mon projet de curation en géographie : Les mines d'or dans le monde | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Photographie présente dans l'album La Main de l'homme de Sebastiao Salgado

 

Photo issue du site :  https://www.artsy.net/artwork/sebastiao-salgado-serra-pelada-gold-mine-brazil ;


Via Carla Messina
François Arnal's insight:
Mon travail de curation tentera donc d'offrir un panarama de l'actualité des mines d'or dans le monde, entre conflits sociaux, désastres écologiques et miracles (mirages ?) économiques.
more...
Carla Messina's curator insight, October 11, 2017 3:34 PM

 

Le Sel de la Terre, film documentaire sur l'œuvre photographique de Sebastião Salgado, est sorti en 2014. L'ayant vu cette année-là, le choix du sujet de mon projet de curation en géographie découle de l'intérêt que je porte au travail de ce photographe. En effet, lors des premières minutes du film, ce dernier revient sur quelques unes de ses premières photographies prises en 1984 sur la mine d'or de la Serra Pelada au Brésil et que l'on peut maintenant trouver dans son album La Main de l'homme.

 

 Voici ses mots :

 

« La Serra Pelada, la mine d’or du Brésil. En face de moi. Quand j’arrivais au bord de cet immense trou, tous les poils de mon corps montaient. Je n’avais jamais vu une situation pareille. Là, j’ai senti se dérouler devant moi, en quelques fractions de secondes, l’histoire de l’humanité. L’histoire des constructions de pyramides, la tour de Babel, les mines du roi Salomon. On n’écoutait pas le son d’une seule machine là-dedans. On écoutait seulement les murmures de cinquante mille personnes dans un grand trou. [...] J’ai senti presque le murmure de l’or dans l’âme dans tous ces gens.»

 

Dans les années 1980, la mine de la Serra Pelada fut un véritable cauchemar pour quiconque y travaillait. Des milliers et des milliers de chercheurs d'or creusant ensemble la terre jour et nuit à la recherche d'une richesse inespérée, « le murmure de l'or dans l'âme ». Et quand ces derniers n'étaient pas abattus pour leur maigre butin, le cratère formé par les garimperos finissait souvent par les ensevelir. Comme on peut l'imaginer, les conséquences environnementales et humaines furent terribles.

 

Mon travail de curation tentera donc d'offrir un panaroma de l'actualité des mines d'or dans le monde, entre conflits sociaux, désastres écologiques et miracles (mirages ?) économiques. 

 

Carla Messina

Rescooped by François Arnal from Les enjeux géopolitiques, géo économiques et géo culturels des pays hôtes des Jeux Olympiques;
Scoop.it!

Présentation de mon Scoop It!

Présentation de mon Scoop It! | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Empty description

Via Clémence Ville
more...
Clémence Ville's curator insight, December 6, 2017 8:29 AM
Bonjour, je m’appelle Clémence et je suis en hypokhâgne au lycée Claude Fauriel de Saint-Etienne. Dans le cadre du cours de géographie de Mr Arnal, professeur en classes préparatoires littéraires, nous devons effectuer un travail de recherche et de curation sur un sujet de notre choix durant l’année scolaire.
 Le sujet que j’ai choisi est le suivant : Les enjeux géopolitiques, géo économiques et géo culturels des pays hôtes de grands événements sportifs. Pour le traiter, j’ai décidé de me concentrer sur l’événement des Jeux Olympiques.
 Si j’ai choisi ce thème, c’est tout d’abord parce que je suis passionnée de sport, mais aussi car ce genre d’événements ont un impact beaucoup plus important que l’on pourrait penser sur les pays en terme de géographie sociale.
 Je tenterai donc, à travers mon travail, de partager des articles concernant les différents aspects de mon sujet afin de vous faire découvrir et de découvrir moi-même les dessous de ces Jeux. 

N’hésitez pas à partager mon Scoop It et à me donner votre avis, bonne lecture !
Rescooped by François Arnal from l'esclavage dans le monde du 21ème siècle
Scoop.it!

Présentation 

Dans le cadre du projet proposé par Francois Arnal, professeur de géographie en classe préparatoire au lycée Claude Fauriel de Saint Etienne ,  je m'initie à la curation et vous présente mon sujet : "l'esclavage au 21e siècle."

 

 L'esclavage peut se définir comme étant l'état d'une personne ou d'une collectivité soumise au pouvoir tyrannique d'une autre personne ou d'un groupe de personnes dans l'ordre politique et social. Cette pratique a été abolie dans la totalité des pays, même si cela fut assez tardif pour certains pays tels que l’Arabie Saoudite (1962) et la Mauritanie (1980).  

 

Alors pourquoi parler encore d'esclavage au 21e siècle? Tout simplement parce que l'esclavage n'est pas un vestige du passé qu'on tenterait tant bien que mal d'oublier mais bien une réalité encore frappante de nos jours. L'esclavagisme est bel et bien vivant de nos jours sous le nom d'« esclavage moderne ».On comptait en 2016, 40,3 millions de personnes victimes de l’esclavage moderne. L’anthropologue Tidiane N’Diaye donne un définition claire de l'esclavage des temps modernes: "c’est le droit abusif que des hommes se sont octroyé, pour user, disposer, parfois abuser des services d’une personne qui ne peut exprimer librement sa volonté, ni bénéficier de justes revenus de son travail." L'esclavage  peut se traduire sous différentes formes: exploitation par le travail, exploitation sexuelle, esclavage domestique, mendicité ou vol forcé, servitude , trafic d'organes. Si  la révélation d'une vente aux enchères de migrants lors de la crise libyenne semble récemment avoir réveillé les consciences,beaucoup de situations dans le monde restent encore trop peu connues, et ce parfois volontairement.

 

 " Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude; l'esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes." Voici les mots de la déclaration universelle des droits de l'homme , adoptée à Paris le 10 décembre 1948 par les États membres de l'Organisation des Nations Unies (ONU), réunis en Assemblée générale. Cependant, la traite des êtres humains à des fins économiques existe aussi en France, pourtant pays démocratique et signataire de cette déclaration.  En effet comment cela est il possible dans un monde qui se veut  en progrès d'accepter implicitement ou non ce recul dramatique des sociétés? Quel rôle l'état a t-il a jouer dans ces situations? Des organisations existent afin de lutter contre ces diverses formes de servitudes, telles que  l’Organisation Internationale Contre l’Esclavage Moderne ou encore Le Comité contre l'esclavage moderne. Ce dernier, depuis sa création en 1994, a porté secours en France à plus de cinq cents personnes, en très grande majorité des femmes. Il agit aussi, en Europe et aux Nations Unies pour faire avancer la lutte contre la traite des êtres humains. Mais les moyens de lutte, récents, restent encore limités.    

C'est pourquoi il me tient à coeur de présenter ce scoop it, dans lequel je tenterai d'explorer et d'analyser les diverses causes, conséquences et les actions mises en place pour lutter contre cet esclavage qui ne dit pas son nom. 


Via Nina mrt
more...
François Arnal's comment, December 30, 2017 6:25 AM
regarde du côté du Brésil tu as des choses intéressantes et des cartes sur l'esclavage moderne.
Nina mrt's comment, December 30, 2017 8:51 AM
d'accord je vais regarder merci
Rescooped by François Arnal from Les flux illicites en Afrique: conséquences et enjeux d'un phénomène en plein essor
Scoop.it!

Présentation du topic

Présentation du topic | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les flux illicites en Afrique: voilà un sujet à la fois sensible et intriguant qui a su attiser ma curiosité. Cette région du monde, caractérisée comme la plus pauvre et la moins développée, se trouve en effet au coeur d'une zone de trafics illégaux dans différents domaines. Sur le plan économique, les pertes annuelles africaines s'élèvent à 50 milliards de dollars à cause des flux financiers illégaux, faute de corruption et de «faible capacité de gouvernance d'entreprise» selon le vice-président exécutif d'Afreximbank, institution financière africaine chargée de la gouvernance d'entreprise et des services juridiques. À cela s'ajoutent les flux de marchandises, en particuliers les drogues, médicaments, minerais, armes, et même des trafics d'hommes, qui fragilisent le développement du continent africain où le nombre de PMA, pays moins avancés du monde, reste constamment le plus important.

C'est pourquoi je vais tenter, dans un projet de géographie qui s'étend sur toute mon année d'hypokhâgne, d'alimenter ma plateforme scoop-il en actualités et informations sur le sujet suivant: «Les flux illicites en Afrique : conséquences et enjeux d'un phénomène en plein essor ». Je parlerai principalement de l'Afrique centrale et orientale, mais ne me limiterai pas à ces seules régions du continent, et élargirai régulièrement mon sujet au reste du monde, en particulier lorsqu'il s'agira d'évoquer les répercussions de la criminalité organisée africaine.

Le choix d'étudier le continent africain a une visée particulière: outre l'envie d'enrichir mes connaissances sur ce sujet qui me semble très intéressant, je pense qu'il est important de sensibiliser les gens sur les problèmes africains, qui sont en général seulement rattachés à la pauvreté et à la famine. Ce n'est pas un sujet à portée sécuritaire malgré son penchant polémique, mais simplement une volonté de montrer que l'action humaine est parfois fâcheuse et dommageable. 

Bonne lecture!

Via Noémie Mathulin
François Arnal's insight:
#curate the Curators
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

« Les pauvres des métropoles paient pour les riches du périurbain »

« Les pauvres des métropoles paient pour les riches du périurbain » | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Professeur de géographie et d'urbanisme à l'école polytechnique de Lausanne (EPFL) Jacques Lévy dirige le laboratoire Chôros. Avec trois de ses membres, il a publié en juin dernier Atlas politique de la France aux éditions Autrement. Leurs travaux universitaires battent en brèche un certain nombre d'idées reçues sur les inégalités entre les métropoles et les territoires périurbains et ruraux.

Vous écrivez dans votre Atlas politique de la France que le pays est en proie à des « révolutions silencieuses ». Lesquelles ?

Nos cartes sont éloquentes : le temps des oppositions entre blocs régionaux homogènes, le Sud-Ouest contre le Nord-Est de la France par exemple, est clairement fini. Depuis le début des années 1990, les différences socio-économiques comme celles héritées des cultures régionales s’estompent. Un nouveau clivage territorial s’est peu à peu imposé, entre les centres et les banlieues des grandes villes d’un côté, et le périurbain et les petites villes de l’autre. Ainsi, le cœur et la périphérie proche de Bordeaux ressemblent bien plus à ceux de Lyon et Lille - voire de Paris - qu’aux petites villes et villages de la Gironde, du Lot ou des Landes.


François Arnal's insight:
L’Insee découpe le territoire français en trois espaces : urbains, périurbains et ruraux. Fruit de l’étalement urbain permis par la motorisation d’une partie croissante de la population, les espaces périurbains correspondent à d’anciens territoires ruraux densifiés, imbriquant bâti et non-bâti. Situés à proximité immédiate des banlieues de la première couronne et des campagnes, ils se caractérisent par une surreprésentation de l’habitat individuel. D’après l’Insee, ils restent toutefois « sous influence urbaine du fait des nombreux déplacements domicile-travail. » Les espaces périurbains font ainsi intégralement partie des « aires urbaines », toujours d’après l’Insee.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

BnF -Tableaux de la France : géographie I L'héritage de Paul Vidal de La Blache (1845-1918)

BnF -Tableaux de la France : géographie I L'héritage de Paul Vidal de La Blache (1845-1918) | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it


L'héritage de Paul Vidal de La Blache (1845-1918)
Considéré comme le fondateur de la géographie moderne française jusque dans les années 1970, Paul Vidal de La Blache en a renouvelé le champ, scientifique, social et politique. Il a contribué au développement de la cartographie moderne avec la conception d’une soixantaine de cartes physiques, humaines et politiques qui seront utilisées dans toutes les écoles de France et d’un Atlas innovant. Son « Tableau » présentait une description inédite du paysage français et il a institutionnalisé une discipline universitaire nouvelle et indépendante de l’Histoire. Un siècle plus tard, la figure de la France a changé. Quel est aujourd’hui l’héritage de l’œuvre et de la pensée vidaliennes ? En quoi ont-elles été innovantes ?

François Arnal's insight:
Après avoir examiné au printemps dernier l’écriture de l’Histoire de France, c’est celle du territoire qui sera mise en débat lors de cette rencontre dédiée à la géographie.
Au service de la connaissance scientifique, la géographie, qui est une forme d'écriture et de déchiffrement du monde, a été continûment soumise à la pression des idéologies nationales et tributaire de la situation politique dans laquelle elle s’écrit. Les territoires bougent, se transforment, mondialisation et circulation bouleversent le paysage français.

 Comment questionner donc différemment la notion d’espace, de paysage, de territoire, de frontière et leurs nouvelles voies de représentation ? Au tournant des années 60/70, s’inscrivant dans le champ social, la discipline ouvrait largement le spectre de ses interrogations. Des champs nouveaux apparaissaient : comme ceux de l’appropriation culturelle, sociale et politique du territoire et de l’espace terrestre.

Une approche pluridisciplinaire de la géographie devrait contribuer à éclairer la question de fond : comment habiter le monde aujourd’hui ?

Les tables rondes seront animées par Sylvain Kahn, professeur à Science Po, producteur de Planète Terre sur France Culture de 2006 à 2016.

Table ronde avec Catherine Hofmann, chef du service du Dépôt légal et des fonds patrimoniaux au département des Cartes et plans de la BnF, Bernard Bezes, directeur-adjoint de la communication, chef de la cartothèque de l'IGN et Gilles Palsky, professeur de géographie à l'Université Panthéon-Sorbonne 
Habiter le paysage : l'art d'habiter le monde Dialogue avec Jean-Marc Besse, Directeur de recherche au CNRS, dirige l'équipe EHGO/UMR, Géographie-cités (CNRS/Paris I/Paris VII), co-directeur de la rédaction de la revue Les Carnets du paysage et Olivier Lazzarotti, professeur de géographie à l'Université de Picardie-Jules-Verne.
Enseigner le territoire : comment enseigner la géographie de la France à l'école aujourd'hui, quels en sont les nouveaux enjeux ? Entretien entre Magali Reghezza-Zitt, Maître de conférences à l'ENS et Michel Lussault, professeur à l'Université de Lyon (ENS).
Politiser le paysage : l'utilisation politique et sociale de la carte Dialogue entre Delphine Papin, Institut français de géopolitique, Université Paris 8, cartographe au journal Le Monde et Christian Grataloup, professeur émérite à l'Université Paris-Diderot et à Sciences Po
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Portraits de la France

Portraits de la France | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Ah ! la France éternelle, son petit clocher dominant un village entouré de vertes collines… Ce paysage rassurant et immuable, mythologie inscrite dans le roman national depuis la IIIe République, figurait encore sur l’affiche électorale de François Mitterrand en 1981. C’est pourtant sous son mandat que l’Etat décide d’en finir avec ce cliché, et d’interroger le paysage français grâce à la photographie. En 1984, la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (Datar) a lancé une Mission photographique sans précédent, devenue depuis mythique : pendant quatre ans, 29 photographes ont arpenté chacun un morceau du territoire national, pour en capter les caractéristiques, mais surtout pour y exercer leur regard d’artiste, sans idée de promotion ou d’inventaire. Robert Doisneau s’est ainsi essayé à la couleur dans les banlieues, Sophie Ristelhueber a confronté les traces dues à l’homme et celles laissées par la nature…
François Arnal's insight:
Les géographes se sont toujours intéressés au paysage. A la fois concept et outil, il nous permet de comprendre les territoires et surtout la relation que la société entretient avec son territoire.

 La convention européenne du paysage définit le paysage comme « une partie de territoire tel que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l'action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations »


La grande exposition Paysages français présentée à la BNF du 24 octobre 2017 au 4 février 2018, rétrospective majeure qui retrace 30 ans de missions photographiques sur le territoire français (les missions photographiques de la DATAR, de France(s) territoire liquide, du Conservatoire du littoral ou de l’Observatoire photographique du paysage, notamment).
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le pré-urbain : un territoire refuge aux confins du périurbain éloigné - Métropolitiques

Le pré-urbain : un territoire refuge aux confins du périurbain éloigné - Métropolitiques | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Le pré-urbain : un territoire refuge aux confins du périurbain éloigné
par Hervé Marchal & Jean-Marc Stébé, le 30/10/2017


Aujourd’hui semble émerger un nouvel espace entre les couronnes périurbaines traditionnelles et les territoires ruraux, le pré‑urbain, né, selon Jean-Marc Stébé et Hervé Marchal, du processus d’étalement urbain, de l’appauvrissement d’une partie des classes moyennes et de la pression foncière.
© Jean-Marc Stébé, 2016.

À n’en pas douter, un monde de villages reliés entre eux par tout un lacis de routes et de chemins traversant ici des prairies et des champs, là des bois et des sapinières, ailleurs des vallons et des plaines peut s’observer au sein du périurbain éloigné de l’agglomération de Nancy. Longeant parfois cours d’eau et étangs, ces routes et ces chemins mènent tantôt à des villages typiquement lorrains où les maisons se distribuent le long d’une seule rue, tantôt à des villages au sein desquels les maisons se rassemblent autour d’une place avec son monument aux morts ou autour d’une église avec son clocher en ardoise dominant le paysage. L’environnement champêtre et l’atmosphère paisible qui s’en dégagent ne doivent cependant pas faire oublier que la pression urbaine est manifeste, comme en témoignent les ponts d’autoroutes, les routes nationales au trafic dense, les éoliennes édifiées sur la ligne de crête des collines environnantes, ou encore les rames de TGV qui filent à vive allure à travers les champs. De même, les petites grappes de maisons individuelles construites ici et là à l’orée des villages sont autant d’expressions d’un mitage urbain rappelant que la ville ne cesse de s’inviter à la campagne et que se joue peut-être ici plus qu’ailleurs, à bien y regarder, ce que d’aucuns nomment une « nouvelle alliance » entre ville et nature (Bourdeau-Lepage 2017).

François Arnal's insight:
Dans la complexité territoriale de ce périurbain et de son évolution démographique récemment constatée par l’enquête, il semble qu’un nouveau territoire se dessine entre le périurbain traditionnel et l’espace rural. Ainsi est remis en question le découpage proposé par l’INSEE, puisqu’il occulte une réalité territoriale émergeant à la périphérie du périurbain, c’est-à-dire dans ce territoire encore mal connu se situant entre les couronnes périurbaines traditionnelles et les territoires ruraux. En effet, l’INSEE regroupe sous la notion générique de périurbain l’ensemble des couronnes périurbaines, qu’elles soient proches ou éloignées de la ville-centre, revêtant des réalités hétérogènes. Autrement dit, les données de terrain invitent à relativiser les catégories de l’INSEE n’identifiant jusqu’à présent aucune « espèce d’espace » entre le périurbain et le rural.

En effet, le pré-urbain n’est pas de la ville dans la mesure où ce nouveau territoire aux contours en devenir se caractérise par un environnement bucolique et un horizon champêtre, par une faible densité démographique et physique, par des relations sociales plus directes et de fait plus personnalisées, par une impossible gentrification, par un déficit des équipements et des services, et par des déplacements quotidiens contraints et en voiture individuelle le plus souvent.

Le pré-urbain n’est pas de la banlieue étant donné que la densité sociale et spatiale y est nettement moindre, qu’il accueille somme toute encore assez peu de logements sociaux – ici, pas de grands ensembles hérités du fonctionnalisme architectural des années 1960‑1970 –, qu’il n’est pas autant artificialisé, qu’il est dépourvu de vastes zones économiques et commerciales, qu’il ne comprend pas de grandes infrastructures routières, autoroutières et ferrées, et qu’il n’accueille ni gares routières et ferroviaires, ni équipements hospitaliers et culturels.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

La Corse en quête de solutions, après la sécheresse et les flammes de l'été

La Corse en quête de solutions, après la sécheresse et les flammes de l'été | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Des arbres rougis après les incendies de l'été près de Ocana, en Corse, dans le sud de la France, le 27 septembre 2017-AFP/PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Des arbres rougis, une végétation appauvrie, des réserves d'eau asséchées: après les incendies de l'été qui ont ravagé des milliers d'hectares, la Corse panse ses plaies, dans un environnement encore très marqué par la sécheresse des derniers mois.

"On a subi une très longue sécheresse, remarquable par sa précocité et son intensité", explique à l'AFP Philippe Caramelle, directeur adjoint de l'Office national des forêts (ONF) en Corse.

"En février, on a eu des précipitations très correctes et de fortes chutes de neige", rappelle cet ingénieur forestier, mais dès le mois de mars, l'île a fait face "à de fortes chaleurs qui se sont prolongées jusque début septembre".

"Les premières pluies mi-septembre, même si elles n'ont pas été énormes, ont calmé la situation sur le front des incendies et permis d'assurer l'approvisionnement en eau des végétaux", relève-t-il.

"Les végétaux commencent à récupérer", observe-t-il, mais le soulagement ne sera qu'éphémère, en l'absence de pluie importante attendue dans les semaines à venir.
François Arnal's insight:
La Corse a connu cette année 2007 une sécheresse marquée. Les incendies on été nombreux mais jamais catastrophiques grâce aux moyens au sol (pompiers et protection civile) et les moyens aériens. Le maquis formation végétale dégradée pourtant adaptée à la sécheresse estivale a pris des teintes rousses inhabituelles pour la Corse. Les précipitations d'automne sont pour l'instant insuffisantes. Lorsque le maquis est très dégradé, l'asphodèle se développe signe d'un appauvrissement du sol.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Tourisme de masse, quelles solutions ?

Tourisme de masse, quelles solutions ? | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it


Marie-Line Darcy, Mégane De Amorim, Anne Le Nir , le 07/08/2017

Habitants excédés, sites naturels ravagés ou pollués, villages muséifiés, les dégâts du tourisme de masse sont légion.

Face à ce phénomène, plusieurs collectivités tentent de trouver une réponse conciliant accueil touristique et préservation de la qualité de vie sur place.

Pour Philippe Violier, spécialiste du tourisme, la capacité à résoudre cette équation est liée au niveau de développement du pays.

Les Baux-de-Provence. / Eric Fabrer
Les Baux-de-Provence veulent faire revenir des habitants

« Il passe près de 200 000 touristes devant ma porte en un an, c’est incessant », soupire Jacques Moniquet, habitant des Baux depuis 53 ans. Le village escarpé de Provence où vivent 380 personnes voit passer chaque année un million et demi de touristes, dont 80 % l’été. « Le village n’étant pas grand, cela pose des problèmes d’engorgement, de qualité d’accueil, de stationnement », énumère le maire, Michel Fenard. Il se souvient avoir dû appeler les pompiers, l’été dernier, « parce que des touristes en étaient venus aux mains pour une place de parking ». Sur ce point, la municipalité pense avoir trouvé une solution avec la construction prochaine d’un grand parking à 1,5 km du village.

François Arnal's insight:
Cet été dans de nombreux sites touristiques, la saturation a amené les habitants ou les acteurs locaux à s'interroger sur les nuisances associées au tourisme de masse. Aux Baux de Provence, le village est délaissé par ses habitants qui ne peuvent se loger (prix de l'immobilier trop élevés) ou sont excédés par les nuisances de la surfréquentation. A Lisbonne ou à Barcelone, la gentrification du centre devient un réel problème. Il fat désormais envisager des solutions de tourisme durable et équitable.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les plus riches ont accaparé 82% de la richesse mondiale créée en 2017

Les plus riches ont accaparé 82% de la richesse mondiale créée en 2017 | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it


Une étude publiée lundi par Oxfam montre que 50% de la population mondiale n’a pas touché le moindre bénéfice de la croissance mondiale l’an dernier, alors que le 1% le plus riche en a empoché 82%


Quatre-vingt-deux pour cent de la richesse créée l’an dernier dans le monde a terminé entre les mains du 1% le plus riche de la population de la planète, les femmes payant le prix fort de ces inégalités, a dénoncé lundi 22 janvier l’ONG Oxfam.

«Le boom des milliardaires n’est pas le signe d’une économie prospère, mais un symptôme de l’échec du système économique», a affirmé la directrice d’Oxfam Winnie Byanyima, lors de la publication du rapport intitulé «Récompenser le travail, pas la richesse» à la veille de l’ouverture du World Economic Forum (WEF) à Davos. «On exploite les personnes qui fabriquent nos vêtements, qui assemblent nos téléphones portables et cultivent les aliments que nous mangeons, afin de garantir un approvisionnement constant en produits pas chers, mais aussi pour grossir les profits des entreprises et leurs riches investisseurs», s’est-elle insurgée, citée dans un communiqué.

François Arnal's insight:
Selon le rapport d’Oxfam, 3,7 milliards de personnes, soit 50% de la population mondiale, n’ont pas touché le moindre bénéfice de la croissance mondiale l’an dernier, alors que le 1% le plus riche en a empoché 82%. Depuis 2010, c’est-à-dire peu après le début de la crise en 2008, la richesse de cette «élite économique» a augmenté en moyenne de 13% par année, a précisé Oxfam, avec un pic atteint entre mars 2016 et mars 2017, période où «s’est produite la plus grande augmentation de l’histoire en nombre de personnes dont la fortune dépasse le milliard de dollars, au rythme de 9 nouveaux milliardaires par an».
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les « cages à lapin » d’après-guerre s’arrachent à prix d’or

Les « cages à lapin » d’après-guerre s’arrachent à prix d’or | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Les « cages à lapin » d’après-guerre s’arrachent à prix d’or

Longtemps décriée, l’architecture collective des années 1950 a de nouveau la cote. Les acquéreurs se ruent sur les appartements d’immeubles signés Le Corbusier, Fernand Pouillon ou Jean Prouvé.


Les logements de la tour Croulebarbe, construite par Édouard Albert en 1958, s’envolent jusqu’à 9 000 euros le mètre carré.

Les immeubles des années 1950 ont longtemps eu mauvaise presse. Qu’importe le charme de leurs façades épurées, vitrées et munies pour certaines de détails comme des loggias encastrées dans le béton, on n’y voyait que des « cages à lapins » mal insonorisées et mal isolées.

Soixante ans plus tard, ces ouvrages architecturaux s’arrachent à des prix en nette hausse. Les grands appartements de la tour Croulebarbe d’Édouard Albert, premier gratte-ciel de Paris, se vendent jusqu’à 9 000 euros le mètre carré, soit 1 000 euros de plus que la moyenne du 13e arrondissement — et il faut vouloir habiter dans une tour en métal de vingt-trois étages… A Marseille, les appartements de Fernand Pouillon, sur le Vieux-Port, peuvent partir à 13 000 euros le mètre carré. La cote de certains architectes moins célèbres monte également. « Les logements de standing de Jean Ginsberg, par exemple, prennent de la valeur, indique Simon Texier, auteur de Paris 1950. Un âge d’or de l’immeuble (Éd. du Pavillon de l’Arsenal). Il faut dire qu’il incarne réellement le versant moderniste des années 1950 ». Pour cet historien de l’art, la longue décennie allant de 1947 au début des années 1960 est une « époque de maturité pour l’architecture que l’on ignore souvent ».

François Arnal's insight:
L'architecture "moderne" prônée par les architectes de la Charte d’Athènes dans les années 30 trouve son aboutissement et son développement dans l'après-guerre pendant les Trente Glorieuses. Les grands ensembles en béton tant décriés et parfois dynamités ont parfois produit des perles rares signées Le Corbusier, Albert, Prouvé ou Pouillon. Ces immeubles souvent classés Munuent Histoirique ou Patrimoine du XX° siècle font aujourd'hui l'objet d'un retour et de convoitises voire de spéculations. Après le design recherché des meubles ou lampes ou étagères comme celles de Charlotte Perriand les acheteurs se ruent maintenant sur les appartements.

Cependant cette ruée vers "l'Or en barres" n'affecte pas toutes les barres d'immeubles. La prestigieuse Unité d'Habitation de Firminy (la dernière dessinée par Le Corbusier et achevée après son décès) ne rencontre pas autant de succès que la "Cité du fada", à Marseille.
La forme urbaine est identique mais le contexte géographique est différent. Firminy est au départ une HLM...

more...
No comment yet.
Rescooped by François Arnal from La géographie du sport en Europe
Scoop.it!

QUEL EST LE RAPPORT ENTRE LA GEOGRAPHIE ET LE SPORT?

Présentation du projet de curation en Hypokhâgne

Via Bilel Chera
François Arnal's insight:
Des élèves de prépa littéraire, du lycée Claude Fauriel en Hypokhâgne, sous la houlette de leur professeur François Arnal, agrégé de géographie, doivent présenter individuellement un travail de curation durant le long de l’année scolaire entre novembre 2017 et juin 2018. En ce qui concerne ma personne, mon sujet de curation portera sur : « La géographie du sport en Europe ».
more...
Bilel Chera's curator insight, November 13, 2017 7:53 PM
Des élèves de prépa littéraire, du lycée Claude Fauriel en Hypokhâgne, sous la houlette de leur professeur François Arnal, agrégé de géographie, doivent présenter individuellement un travail de curation durant le long de l’année scolaire entre novembre 2017 et juin 2018. En ce qui concerne ma personne, mon sujet de curation portera sur : « La géographie du sport en Europe ».

De prime abord, le sport et la géographie ne semblent pas être en corrélation. Cependant, ils sont davantage complémentaires qu’il n’y paraît.
D’ailleurs, Jean-Pierre Augustin, dans la Géographie du sport. Spatialités contemporaines et mondialisation, explique très bien le but de mon projet par le biais de cette citation : « Le sport est comme le reflet de la réalité sociale mais aussi, à bien des égards, un des outils d’intervention sociale […] des rapports entre le sport, les espaces sportifs et la mondialisation en utilisant les apports d’une lecture géographique des sociétés ».

En effet, ce qui est objectivement intéressant dans ce sujet est la possibilité de traiter de différentes conceptions géographiques (géopolitique, géohistoire, géoéconomie…) néanmoins liées au domaine du sport.
En outre, mes propositions d'articles s'étendront selon les diverses orientations de l'Europe (septentrionale, méridionale, occidentale, orientale...).
De plus, ces recherches tenteront de s’inscrire le plus possible dans l'actualité en publiant un article de façon quasi-hebdomadaire.

Ainsi, les recherches concernant mon projet de curation, ont pour modeste visée d'aider à la compréhension des relations pouvant exister entre les individus, les espaces et le sport sur le "vieux continent". Il ne me reste plus qu’à vous faire part de mes espérances, c’est-à-dire celles de vous offrir, visiteurs de cette page, une étude pertinente.
Rescooped by François Arnal from Rohingyas: "le peuple le plus persécuté du monde"
Scoop.it!

La persécution des Rohingyas présentation:

Empty description

Via Mia Forest
more...
Mia Forest's curator insight, January 2, 1:29 PM
L’ONU considère le peuple des Rohingyas comme étant le plus persécuté du monde. En novembre 2017, le représentant de l’organisation au Bangladesh a déclaré que la Birmanie procédait à un véritable « nettoyage ethnique de la population ». En effet, les Rohingyas, persécutés par l’armée du Myanmar en Birmanie fuient en masse vers le Bangladesh depuis la fin de l’été 2017.

Mais qui sont les Rohingyas ?

-On appelle « Rohingya » la communauté ethnique vivant dans l’état d’Arakan en Birmanie. Considérée comme apatride, les difficultés qu’elle rencontre aujourd’hui ne sont pas nouvelles. En effet, les tensions existent depuis longtemps : en 1982, une loi est votée stipulant que toute communauté ne pouvant prouver son existence sur le territoire avant 1823 ne peut être considérée comme birmane. De ce fait, les rohingyas n’ont pas de nationalité, n’ont pas accès aux écoles, aux hôpitaux ou au marché du travail. Par ailleurs, ils sont musulmans tandis que 90 % de la population de Birmanie est bouddhiste, ainsi, les conflits d’ordre religieux sont fréquents.

Pourquoi fuient-ils ?

 -il semble que l’élément déclencheur de cette crise soit une attaque d’un poste de police menée par des rebelles de l’Armée du salut des Rohingya d’Arakan (ARSA) qui fut violemment méprisée par l’armée. Par la suite, les violences n’ont fait qu’augmenter : l’armée massacre les enfants, pille, détruit les maisons, et viole les femmes. À la suite de cette campagne de terreur, ils sont des milliers à fuir vers le Bangladesh, notamment dans les camps de Kutupalong ou Cox’s Bazar. On compte 647 000 personnes réfugiées depuis août 2017, et des milliers de morts, suite aux persécutions mais également aux conditions de vie insalubres des camps.

Ainsi, malgré les difficultés que rencontrent les journalistes à s’informer de l’état actuel de la crise, nous tenterons de suivre les évolutions de la situation des Rohingyas tout au long de l’année.
Rescooped by François Arnal from Le Moyen-Orient face au terrorisme
Scoop.it!

Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés | Le groupe État islamique

Syrie: 26 morts dans un attentat de l'EI contre des déplacés | Le groupe État islamique | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Au moins 26 personnes ont été tuées vendredi dans l'est de la Syrie dans un attentat à la voiture piégée visant des déplacés, perpétré par le groupe de l'État islamique.


Via EmCharrel
more...
EmCharrel's curator insight, December 26, 2017 11:50 AM

Dans le cadre du projet de curation proposé par mon professeur de géographie, j'ai décidé à m'intéresser au sujet suivant : le Moyen-Orient face au terrorisme.

 

Qui dit terrorisme dans cette région du monde, dit bien évidemment l'organisation de l'Etat islamique qui en est l'acteur principal. L'intérêt que je trouve à traiter ce thème résulte dans les conséquences que peuvent avoir les actes des djihadistes à travers le Moyen-Orient mais également de savoir quelle sera leur reconversion. En effet, de nos jours, l'EI a perdu les villes les plus importantes de Syrie et d'Irak et est acculé dans la vallée de l'Euphrate, à cheval entre les deux pays. Cependant, même sans un contrôle territorial, l'instabilité politique de ces pays n'empêchera pas l'organisation de perpétuer leurs actes et faire régner la terreur. De plus, si leurs territoires venaient à être totalement repris, la fin de l'EI est loin d'être imminente. Son influence en Afrique, notamment en Egypte, s'accentue et il en va de même en Afghanistan. Je compte ainsi suivre les prochaines actualités en rapport avec mon sujet proposé en espérant le réaliser au mieux possible.

 

Ce premier article, en guise d'illustration de ma thématique, expose les violences réalisées par Daesh qui durent maintenant depuis de nombreuses années. Une population innocente vivant dans l'insécurité constante, est victime de ces actes comme nous le démontre l'article.

Rescooped by François Arnal from L'impact de l'industrie du textile sur l'environnement et les sociétés
Scoop.it!

Présentation du topic

Présentation du topic | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Photo : Qiu Bo/Greenpeace

Via Mathilde T
François Arnal's insight:
C'est dans le cadre d'un projet de géographie en classe d'Hypokhâgne, au Lycée Claude Fauriel de Saint-Étienne, que je m'initie à la curation avec un sujet intitulé "L'impact de l'industrie du textile sur l'environnement et les sociétés". Dans un monde capitaliste où nouveauté et consommation sont maîtres mots, il est important de comprendre les enjeux et conséquences d'un tel mode de vie. Dégradations environnementales, exploitation de populations pauvres de pays sous-développés ou en développement, violation des droits de l'Homme ; tous ces phénomènes sont bien réels mais méconnus, ou tout du moins laissés de côté par les multinationales ou les médias. Tout est fait pour pousser encore et encore le consommateur à l'achat même si cela signifie « masquer » la réalité. Les campagnes marketing et publicitaires donnent une image idéalisée et fausse de la réalité afin d'inciter à la consommation sans se soucier des répercutions environnementales et sociales. Cependant, les enjeux sont biens réels. Chaque année, 80 milliards de vêtements sont fabriqués dans le monde alors que nous ne portons et n'utilisons seulement 30% du contenu de notre dressing. Pour fabriquer un t-shirt, ce sont 2 500 litres d'eau qui sont consommés alors que cette ressource naturelle est une denrée qui devient rare. Au-delà d'une surconsommation, les eaux subissent la pollution, tout comme l'air et les sols dans les pays producteurs de textile. Comment est-il possible de concilier consommation, environnement et respect des populations ? Ne pourrions-nous pas nous diriger vers un mode d'habillement moins dangereux et destructeur ? Sommes-nous obligés d'accumuler et de stocker des biens que nous n'utilisons pas au péril de notre planète et de nos semblables ? Ce topic a pour but de mettre en lumière l'envers du décor des produits d'habillement que nous consommons auxquels nous accédons si facilement. Il tentera aussi de proposer des alternatives à ce mode de consommation inconscient avec lequel nous avons tant de mal à nous éloigner.
more...
Mathilde T's curator insight, December 25, 2017 3:28 PM
C'est dans le cadre d'un projet de géographie en classe d'Hypokhâgne, au Lycée Claude Fauriel de Saint-Étienne, que je m'initie à la curation avec un sujet intitulé "L'impact de l'industrie du textile sur l'environnement et les sociétés".

Dans un monde capitaliste où nouveauté et consommation sont maîtres mots, il est important de comprendre les enjeux et conséquences d'un tel mode de vie. Dégradations environnementales, exploitation de populations pauvres de pays sous-développés ou en développement, violation des droits de l'Homme ; tous ces phénomènes sont bien réels mais méconnus, ou tout du moins laissés de côté par les multinationales ou les médias. Tout est fait pour pousser encore et encore le consommateur à l'achat même si cela signifie « masquer » la réalité. Les campagnes marketing et publicitaires donnent une image idéalisée et fausse de la réalité afin d'inciter à la consommation sans se soucier des répercutions environnementales et sociales.

Cependant, les enjeux sont biens réels. Chaque année, 80 milliards de vêtements sont fabriqués dans le monde alors que nous ne portons et n'utilisons seulement 30% du contenu de notre dressing. Pour fabriquer un t-shirt, ce sont 2 500 litres d'eau qui sont consommés alors que cette ressource naturelle est une denrée qui devient rare. Au-delà d'une surconsommation, les eaux subissent la pollution, tout comme l'air et les sols dans les pays producteurs de textile.

Comment est-il possible de concilier consommation, environnement et respect des populations ? Ne pourrions-nous pas nous diriger vers un mode d'habillement moins dangereux et destructeur ? Sommes-nous obligés d'accumuler et de stocker des biens que nous n'utilisons pas au péril de notre planète et de nos semblables ?

Ce topic a pour but de mettre en lumière l'envers du décor des produits d'habillement que nous consommons auxquels nous accédons si facilement. Il tentera aussi de proposer des alternatives à ce mode de consommation inconscient avec lequel nous avons tant de mal à nous éloigner.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le géomaticien arrive sur le marché du travail

Le géomaticien arrive sur le marché du travail | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
Julien Moura exerce un de ces métiers qu’on préfère éviter de nommer en soirée. Son travail ne souffre pourtant pas d’une mauvaise réputation et le jeune homme de 32 ans est très épanoui dans la sphère professionnelle. Tout simplement, c’est « fatigant à expliquer », s’amuse le géomaticien. Géomaticien ? Aux interlocuteurs qui font les yeux ronds, Julien commence par expliquer patiemment qu’il s’agit d’un mot-valise entre géographie et informatique. « Comme dans le mot, la proportion est bien conservée : dans mon travail, je fais un tiers de géographie et deux tiers d’informatique. »
3D map Airvisual

Chef de projet chez l’éditeur de logiciels Isogeo, Julien aide collectivités et entreprises à bien gérer leurs informations géographiques. « Une ville comme Paris, par exemple, doit exploiter des milliers de données géographiques, dans des domaines variés, pour gérer les routes, l’énergie, l’assainissement, l’aide au logement. La géomatique s’occupe de tout ce qui est “posable” sur une carte, ça peut même être un événement ponctuel, comme la journée sans voiture, ou un service, comme les stations Vélib’ : où faut-il poser des bornes pour qu’elles soient accessibles ? Le même discours est valable pour les boîtes privées : quand Total fait de la prospection, il faut de la précision, si l’entreprise doit creuser un trou, elle ne le fera pas à un mètre près mais à un centimètre près. »
François Arnal's insight:
Elsa Lachaud, 25 ans, est, elle, géomaticienne à la Métropole européenne de Lille. Après un master en géographie, la jeune diplômée a commencé par travailler six mois auprès d’un observatoire social. « J’étais la seule géographe, entourée de collègues statisticiens. Je menais des enquêtes qualitatives, c’était bien mais il me manquait le côté technique. Je me suis donc formée en géomatique, ce qui m’a permis de reprendre la manipulation des données sans pour autant être sur un poste trop spécialisé. »

C’est d’ailleurs la variété même du métier qui fait son charme, affirme Julien Moura, qui a fait une prépa littéraire puis des études de géographie avant de se spécialiser en géomatique. « Dans les salons professionnels, on croise à la fois le géomaticien qui s’occupe de l’optimisation des réseaux de transport pour des applications comme celle de la RATP, que celui qui travaille sur les mesures bathymétriques et analyse la topographie du fond de la mer autour d’une île exotique. C’est très enrichissant. »

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/emploi/article/2018/01/04/le-geomaticien-arrive-sur-le-marche-du-travail_5237345_1698637.html#eXPPIu1PdyjtKT9l.99
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Les multiples facettes de la curation

Les multiples facettes de la curation | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Il n’aura échappé à personne que depuis plus d’un an déjà, les termes « curation » et « curateur » sont de plus en plus présents sur le Web. Vous aurez lu au détour de vos navigations que la curation est l’avenir du Web ou, au contraire, qu’elle n’apporte rien et ne fait que générer de la surcharge informationnelle. Vous aurez entendu qu’elle permet à tout un chacun d’effectuer sa veille quotidienne et de la partager ou ... qu’elle fait perdre son temps ! Vous aurez lu aussi qu’elle est en mesure d’alimenter certains processus métier en informations dans les organisations et vous vous serez (légitimement) demandé s’il ne s’agissait pas de réinventer la roue... C’est à la fois pour lever le voile sur les nouvelles pratiques que recouvre la curation et pour vous permettre d’en tirer le meilleur parti que ce dossier a été conçu.


Le terme « curation » est issu du latin curare et désigne initialement le fait de soigner. Par extension, les Anglo-saxons utilisent le mot curator pour désigner celui dont le rôle est de sélectionner les œuvres artistiques qui seront présentées lors d’une exposition ou qui constitueront une collection de musée, d’en prendre soin donc, tout en prenant en compte les publics auxquels ces œuvres seront proposées. Par extension encore, ils ont choisi le terme de content curator pour qualifier l’internaute qui, par envie, passion ou besoin de reconnaissance (et souvent un peu des trois) partage et met en scène ses découvertes numériques sur un service de curation (cf. le comparatif des services présenté p. 40). Comme le souligne Véronique Mesguich dans l’article suivant, la pratique est intéressante en ce que, ainsi auto-investi de sa mission et au regard de son expertise, chaque curateur va « filtrer [les contenus numériques] les plus pertinents, […] les organiser, les structurer à travers un dispositif de scénographie ». L’internaute curieux ou souhaitant rester informé sur un sujet précis identifiera alors les curateurs experts du domaine afin de disposer d’informations qualifiées (cf. Camille Alloing p. 31 ainsi que l’interview d’Alexandre Serres p. 35).

François Arnal's insight:
Au lycée Claude Fauriel de St-Etienne (Loire), les élèves de classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) sont initiés à la curation de contenu dans le cadre de l’enseignement de géographie depuis plusieurs années.
 Cette approche de la curation de contenu peut faire l’objet d’une évaluation. Plusieurs plate-formes de curation sont utilisées. Scoop it, Pearltrees et Pinterest.

Quelle plus-value la curation de contenu apporte t elle à des étudiants en filière littéraire (Lettres supérieures prépa AL) ? Cette technique de veille électronique et de traitement de l’information est peu utilisée dans les classes préparatoires en France alors qu’elle permet de s’approprier des compétences numériques (la littéracie numérique), pourquoi ne se diffuse t elle pas plus largement ?
Est elle valorisée et utile dans les cadre d’études littéraires post baccalauréat et plus précisément en géographie, discipline qui nécessite un renouvellement des savoirs et un suivi de l’actualité ?
more...
Gilbert C FAURE's curator insight, December 10, 2017 5:12 AM
Merci François! c'est très long à venir...
Gilbert C FAURE's comment, December 10, 2017 5:13 AM
c'était en 2012!
Gilbert C FAURE's comment, December 10, 2017 5:16 AM
https://www.scoop.it/t/notebook-by-gilbertcfaure?page=9&q=curation
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Ces si (extra)ordinaires alchimistes du sol - Agnès Stienne - Visionscarto

Ces si (extra)ordinaires alchimistes du sol - Agnès Stienne - Visionscarto | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it
La lumière se fait plus douce, les températures fraîchissent, les jours raccourcissent. Ici dans la forêt, la palette de couleur des feuilles se réchauffe dans un dernier soupir avant la chute : ocre, ocre jaune, ocre rouge, terre de Sienne naturelle, terre de Sienne brûlée, bronze, oxyde de fer, terre d’ombre, terre d’ombre brûlée… C’est l’automne. Du sol se dégage une chaleur humide et une forte odeur de matières en décomposition, de champignons et de terre envahit nos sens. Ce sont des bactéries (actinomycètes) qui émettent cette molécule, la géosmine, qui donne à la terre cette senteur si particulière.

Au pied d’un chêne séculaire, s’échappant d’un épais tapis de feuilles à moitié décomposées, trois petits chapeaux, d’un brun velouté sur le dessus, jaune et mousseux sur le dessous, trahissent la présence d’un coin à cèpes. Des cèpes mais pas l’ombre d’une trompette de la mort ! Mais enfin pourquoi ? Parce que.
François Arnal's insight:
Agnes Stienne est une artiste cartographe, c'est aussi une cartographe en colère qui défend la biodiversité et les pratiques agricoles respectueuses de l'environnement. Si la pédologie est une science obscure à vos yeux lisez son article et contemplez ses belles cartes et illustrations à la découverte des inconnus qui assurent l'équilibre et la fertilité de nos sols mis à mal par les pratiques de l'agriculture productiviste.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Gilles Clément : "Celui qui s'occupe d'un jardin vit dans la surprise heureuse"

Gilles Clément : "Celui qui s'occupe d'un jardin vit dans la surprise heureuse" | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it


03/11/2017

Qu’est-ce qu’un jardinier planétaire ? Comment le devient-on ? Peut-on l’être seul ? Sans le soutien des collectivités territoriales ?


Au fil du temps, je me suis rendu compte qu'en valorisant le métier de jardinier, je sortais de mon rôle et que c'était la force du concept : associer des personnes qui ne se rencontrent jamais, trouver une passion commune, faire collaborer les différences pour faire voir et sentir. On peut ainsi rompre l'isolement, casser l'ennui, quitter les habitudes et s'exposer pour être soi-même. "Des jardins et des hommes", Gilles Clément

Dans quelle mesure cette notion de jardinier planétaire requestionne-t-elle en retour les autres notions-clés proposées par Gilles Clément, à commencer par celle de "Jardin planétaire", dont on peut s’interroger sur son apparente tendance à escamoter l’enjeu des échelles (locale, nationale, supranationale, ...), et donc la possibilité de faire aussi "jardins en politique" à travers la mise en réseau (rhizome ?) d’initiatives même très localisées ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles répond Gilles Clément à la lumière de l’état de sa réflexion et de ce qu’il a "butiné" au fil des ses rencontres.

François Arnal's insight:
Gilles Clément est le plus grand paysagiste français, ardent défenseur du Jardin en Mouvement et du Jardin Planétaire. Ancien professeur à l'ENSP (Ecole Nationale Supérieure du Paysage), se qualifiant de jardinier paysagiste, cet ingénieur horticole ne cesse de revendiquer une écologie humaniste et défend le jardin naturel ou le Tiers Paysage.

Pour Gilles Clément, la planète est un jardin. Ce constat du jardin Planétaire s'explique de trois façons.
La planète est désormais anthropisée (nous sommes entrés dans l'anthropocène)
La planète est brassée.
Le brassage planétaire est partout. Des espèces ont voyagé, se sont échappées des jardins. Le jardin est le lieu initial du brassage. C'est un enclos où l'on garde le meilleur, on y amène des chose venues d'ailleurs.
 Le jardin veut dire enclos et aussi paradis. On y enferme ce que l'on juge meilleur et plus beau.

Ainsi le jardin est partout, de même que le brassage. Il suffit de voyager pour se rendre compte que les lupins de Californie sont en Nouvelle Zélande, que les griffes de sorcières d'Afrique du sud sont en Corse ou dans les Maures, ou encore au Mexique. Ce sont des échappées du jardin que l'on ne contrôle parfois plus et que l'on qualifie d'invasives.

La planète est finie, les géographes le savent eux qui raisonnent en termes de distances, de limites et de territoires. Ce sentiment de finitude rejoint la définition du jardin cet enclos. Aujourd’hui on sait que sur la terre tout n’est pas infini et renouvelable. Les habitants de la terre sont comme des jardiniers puisque la planète est un jardin. Ils sont des jardiniers sans forcément le savoir. Le jardinier planétaire est simplement celui qui a pris conscience de ce fait qu’il est un jardinier dans son action.

La question est donc de savoir, peut on jardiner correctement ? Cette métaphore du jardin nous apprend quoi ? Peut jardiner autrement ? et faire que l’on aille avec la nature et jamais contre elle.

more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Le dégel du permafrost, l’autre menace climatique qui inquiète les chercheurs

Le dégel du permafrost, l’autre menace climatique qui inquiète les chercheurs | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it

Naviguer entre les 1 500 îles disséminées dans le delta de la Léna requiert une concentration sans faille, un œil fixé sur le radar du bateau pour éviter les bancs de sable, un autre à l’affût des amers côtiers qui ponctuent cette immensité de terre et d’eau. Avant de se jeter dans la mer de Laptev, au nord de la Sibérie, le fleuve est si large que ses rives dessinent un trait flou sur la ligne d’horizon.


L’île de Samoïlov est reconnaissable à la cabane en bois, construite près du rivage, où cohabitent quelques scientifiques et les gardes de la réserve naturelle qui couvre l’embouchure du fleuve et les contreforts des monts Karaoulakh. Or une lente et irréversible érosion menace de livrer le petit édifice aux flots de la Léna.


A terme, c’est l’île elle-même qui pourrait disparaître. Les fortes crues qui suivent la fonte des glaces, au printemps, fragilisent les côtes de Samoïlov. Mais l’îlot de 5 km2 pâtit surtout de la dégradation du permafrost sous l’effet du réchauffement climatique. Appelés aussi pergélisol, ces sols dont la couche supérieure dégèle en saison chaude conservent en profondeur une température en dessous de zéro degré pendant au moins deux ans consécutifs. 

François Arnal's insight:
La fonte du sol gelé en permanence (le permafrost en anglais et le pergélisol en français) est un sujet préoccupant concernant le réchauffement climatique.

 Sur l’île de Samoïlov, les chercheurs de l’AWI (l’Institut Alfred Wegener pour la recherche polaire et marine) et leurs partenaires russes de l’Institut de recherche sur l’Arctique et l’Antarctique de Saint-Pétersbourg et de l’Institut Melnikov du permafrost de Iakoutsk sont présents sur le terrain pour anlyser les effets du dégel. Les chercheurs se relaient chaque été pour mesurer et étudier l’altération des sols sédimentaires, les transformations du paysage et les interactions entre réchauffement du climat et dégel du permafrost.

« Le permafrost sibérien (différent du permafrost alpin) est à certains endroits très ancien, pouvant remonter au pléistocène [– 2,6 millions d’années à – 11 000 ans], avance Julia Boike. Il est très froid, à une température de – 9 °C environ, et il est très profond. On en a trouvé à près de 1 500 mètres de profondeur dans le nord de la Iakoutie. » Le réchauffement du sol est confirmé par les chercheurs qui redoutent une libération de GES (Gaz à Effet de Serre) avec un effet amplificateur (une boucle de rétroaction positive) sur les réchauffement global. Les sols gelés stockeraient 1 500 gigatonnes de carbone, le double de la quantité de carbone dans l’atmosphère. Dernière inquiétude, la libération de bactéries.

 Après un été 2016 anormalement chaud, la péninsule de l’ouest de la Sibérie a subi une épidémie d’anthrax. A cela se rajoute l’érosion côtière et le possible déplacement de villages côtiers. « Qu’il existe une interaction entre réchauffement du climat et dégel du permafrost, cela ne fait plus aucun doute », affirme Peter Schreiber.
more...
No comment yet.
Scooped by François Arnal
Scoop.it!

Alpes : quand la montagne s'effondre

Alpes : quand la montagne s'effondre | Géographie : les dernières nouvelles de la toile. | Scoop.it


Une large partie du village de Bondo (GR) est actuellement ensevelie sous les pierres et les débris. Une coulée de boue dévastatrice a coûté la vie à huit personnes. Ce n’est ni la première ni la dernière fois qu’un tel drame se produit. Le changement climatique met les Alpes à rude épreuve et le permafrost dégèle. Pourquoi? 


 Pourquoi les coulées de boue dévastatrices risquent de devenir de plus en plus fréquentes.


Les Alpes s’effondrent.

Le permafrost – la glace contenue dans le sol des hautes montagnes, soudant roches et parois et permettant à l'ensemble de tenir – se réchauffe de plus en plus vite. Et ce pour une simple raison: nos étés sont de plus en plus chauds, nos hivers de plus en plus courts. L’été 2017 a encore battu des records de chaleur, et les températures du sol n’ont jamais été aussi élevées. Cette tendance a une conséquence dramatique sur le sol des hautes montagnes: il fond. Les chutes de pluie se font plus intenses, remplaçant la neige, l’eau s’infiltre dans les roches, accroissant la pression dans les sols montagneux. Ces derniers deviennent ainsi meubles, instables… et commencent à s'effriter.

François Arnal's insight:
par Mathias Bader (Blick) • Janine Gygax (Blick) • Simon Huwiler (Blick) • Adrian Meyer (Blick) • Adaptation pour Le Temps par Célia Héron et César Greppin

Les images de cette coulée de boue mélangée à de la roche nous ont marqué cet été.
L'article du Temps (Suisse) avec d'excellentes infographies nous permet de comprendre l'aléa et les risques qui en découlent.

La question du réchauffement est complexe et parfois paradoxalement l'absence de neige liée au réchauffement climatique en début d'hiver renforce à certains endroits le gel du sol. La question du permafrost (pergélisol en français) est cruciale dans la prévention des risques en montagne.

«A plus de 2500 mètres d’altitude, le permafrost n’a pas arrêté de se réchauffer ces dernières années, souligne Marcia Philipps, à la tête d’un groupe de recherche à l’Institut pour l’étude de la neige et des avalanches WSL à Davos (Grisons). Les conséquences sont visibles à l'œil nu: les Alpes se transforment.»
more...
No comment yet.