Géographie des Balkans
14.6K views | +0 today
Follow
Géographie des Balkans
Ressources sur la géographie des Balkans (articles, ouvrages, numéros de revues, vidéos, conférences...)
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

La Serbie à la croisée des chemins : corridors énergétiques, privatisations et guerre du gaz

La Serbie à la croisée des chemins : corridors énergétiques, privatisations et guerre du gaz | Géographie des Balkans | Scoop.it

La Serbie, Etat récemment créé, cherche sa place sur un échiquier balkanique en pleine recomposition. Ce territoire de 88 631 km2 et presque 10 000 000 d’habitants, placé sur les confins orientaux de l’Union européenne, connaît à la fois un processus d’intégration européenne et cherche sa place dans l’Europe du sud-est.

 

L’espace balkanique est devenu, depuis la découverte d’importants gisements d’hydrocarbures en mer Caspienne en 1997, une plaque tournante des réseaux de gazoducs et d’oléoducs entre Asie et Europe. A l’intersection des axes d’influence de l’UE, des Etats-Unis et de la Russie, une âpre bataille mêlant compagnies multinationales et institutions internationales est engagée, où les tracés de tubes énergétiques évoluent au gré des situations géopolitiques. Or depuis le milieu des années 2000 s’est ajoutée la guerre du gaz, où la Serbie joue malgré elle un rôle primordial : le projet américain Nabucco est concurrencé par le projet de gazoduc russe South stream.

 

A travers une politique énergétique agressive, la Russie fait un retour saisissant dans toute l’Europe du sud-est. Tout le long du tracé du South stream entre Mer noire et mer Adriatique, les entreprises russes investissent massivement dans les secteurs de l’énergie, des transports et du tourisme, très souvent avec l’aide indirecte de l’Etat. Cela permet à la Russie de prendre position sur tout l’espace balkanique, grâce à une influence économique dans des Etats retrouvéscomme la Bulgarie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, le Monténégro et la Serbie. Dans ce dernier, le rachat du secteur gazier et pétrolier par les géants russes Gazprom etLukoil leur a permis de contrôler la distribution d’énergie dans un pays central de leur dispositif d’expansion économique en Europe du sud-est, créant une vive polémique dans les milieux politiques et économiques du pays.

 

C’est à l’aune de ce processus endogène de préemption par les firmes et les pouvoirs locaux du tissu économique qu’il faut envisager un probable émiettement territorial. Les autorités albanaises du Kosovo La diplomatie serbe ne jure que par l’UE, tout en menant une active diplomatie vers les puissances montantes de la région (Turquie, Russie et Chine), alors que les firmes étatiques de ces pays s’implantent progressivement dans tous les secteurs économiques.

 

La diplomatie serbe ne jure que par l’UE, tout en menant une active diplomatie vers les puissances montantes de la région (Turquie, Russie et Chine), alors que les firmes étatiques de ces pays s’implantent progressivement dans tous les secteurs économiques.

 

Les régions à l’intersection des corridors pan-européens IV, VIII et X, ont auto-proclamé leur indépendance pour mieux contrôler le passage des hydrocarbures de mer Caspienne sur leur territoire. Dans le nord-est de la Bosnie-Herzégovine, le corridor de Brcko est un bon exemple de l’opposition de stratégies antagonistes pour le contrôle d’axes fluviaux et de tubes énergétiques primordiaux dans l’espace balkanique. La Voïvodine, grenier à blé de la Serbie et contrôlant l’accès au Danube, est agitée par un fort mouvement autonomiste : l’enjeu est ici de contrôler le trafic fluvial sur l’axe Rhin/Main/Danube. Dans ce contexte d’éclatement territorial, la place de la Serbie dans le système euro-atlantique est à la fois intégrationniste et centrifuge.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Fleuves et frontières en Roumanie (Méditerranée)

Fleuves et frontières en Roumanie (Méditerranée) | Géographie des Balkans | Scoop.it

Quelques aspects de la frontière fluviale dans un nouvel État membre de l’Union européenne.
La Roumanie vient d’entrer dans l’UE. Certaines de ses frontières constituent aujourd’hui des limites de ce vaste espace de libre circulation. D’autres bornent à l’intérieur de l’UE l’extension de l’espace Schengen. L’observation des fleuves frontières de Roumanie renseigne autant sur les enjeux inhérents à l’ouverture/fermeture des frontières que sur les questions relatives à la nature fluviale de ces frontières : leur gestion transnationale et les solutions avancées pour réduire la contrainte qu’ils opposent parfois à la mobilité. Ces fleuves frontières sont traités suivant quatre aspects étroitement imbriqués : la dimension géopolitique des fleuves et rivières qui font frontière, les dispositifs de coopérations transfrontalières, les aménagements visant à faciliter la circulation intérieure et/ou transfrontalière, la gestion transnationale de la ressource en eau.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

L’établissement de la première voie ferrée entre l’Europe et la Turquie. Chemins de fer et diplomatie dans les Balkans (Revue d'histoire des chemins de fer)

L’établissement de la première voie ferrée entre l’Europe et la Turquie. Chemins de fer et diplomatie dans les Balkans (Revue d'histoire des chemins de fer) | Géographie des Balkans | Scoop.it

À la fin de la guerre de Crimée, l’Empire ottoman, qui occupe tous les Balkans à l’exception de la Serbie et du Monténégro, ne compte pas une seule ligne de chemin de fer (carte n° 1). Entre 1860 et 1874, il met péniblement en place un embryon de réseau. Mais il a fallu attendre pratiquement la fin du siècle, 1888, pour que soit mise en service la première voie ferrée directe entre l’Europe et la Turquie. La lenteur de la construction de cette liaison capitale tient à l’échec de toutes les tentatives entreprises jusqu’à 1878. Sa réalisation n’est due qu’à la décision des grandes puissances, réunies en congrès à Berlin en 1878, d’achever ce projet au plus vite.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Carinthie-Slovénie : un espace économique et humain à reconstruire (Revue Géographique de l'Est)

Carinthie-Slovénie : un espace économique et humain à reconstruire (Revue Géographique de l'Est) | Géographie des Balkans | Scoop.it

Bien que la coopération transfrontalière soit aujourd’hui à l’ordre du jour, avec l’élargissement de l’UE à l’Est, elle se heurte à de nombreux obstacles. L’article traite des communes frontalières d’Eisenkappel-Vellach /Zelezna kapla Bela, Jezersko et Solcava. Après une description des caractéristiques démographiques et socio-économiques de ces espaces périphériques, il analyse dans une perspective historique les réticences mentales et la construction des mythes autour de la frontière, qui continuent à empêcher le développement de l’espace transfrontalier en Carinthie. L’étude d’un projet du programme Interreg Carinthie-Slovénie montre comment de petites initiatives associatives ont réussi à réaliser leur coopération transfrontalière.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Recension : "Les Balkans : une géopolitique de la violence" (Les Cafés géographiques)

Recension : "Les Balkans : une géopolitique de la violence" (Les Cafés géographiques) | Géographie des Balkans | Scoop.it

Aux portes de l’Europe riche, s’est jouée il y a quelques années une guerre aujourd’hui oubliée et dont il ne reste que des stigmates. Les Balkans sont devenus une sorte de « terra incognitae » dans l’imaginaire collectif de l’opinion publique européenne. Pourtant, cette aire régionale soulève de nombreux défis dans la construction européenne. Le dernier ouvrage de synthèse consacré aux Balkans datait de 1994 (Georges Prévélakis, 1994, Les Balkans, Nathan, collection Géographie d’aujourd’hui, Paris, 192 p). Depuis, des ouvrages d’histoire et de relations internationales ont été publiés sur les Balkans, les guerres qui ont déchiré cette région et les enjeux actuels de l’instabilité de cette région, mais bien peu de géographie.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Numéro de revue : Bulgarie-Roumanie. Les nouveaux horizons de l'Union Européenne (Méditerranée)

Numéro de revue : Bulgarie-Roumanie. Les nouveaux horizons de l'Union Européenne (Méditerranée) | Géographie des Balkans | Scoop.it

L’intégration européenne de la Roumanie et de la Bulgarie au 1er janvier 2007 est un événement étonnant dans le contexte balkanique des deux dernières décennies. Par cette entrée fracassante dans l’Union, après un demi-siècle de socialisme et dix-huit années de « transition » mouvementées, ces deux pays limitrophes de la mer Noire donnent l’impression d’échapper enfin à un long purgatoire pour accéder à la cour des « grands ». Un trait est ainsi tiré sur le passé et des populations avides de changement voient s’éclaircir leurs horizons futurs.
Les enjeux frontaliers restent au cœur de la géographie balkanique. Sur ce point, l’intégration européenne aboutit à une situation très paradoxale : tandis qu’à l’ouest les recompositions yougoslaves des années 1990 et 2000 ont été irrésistiblement guidées par une logique de fragmentation, Bulgarie et Roumanie sont parvenues à éviter toute dispute sur leurs frontières respectives. Les Balkans voient ainsi quasi-simultanément s’affronter deux logiques contradictoires : l’émiettement yougoslave associé à l’émergence de nouvelles zones de souveraineté, et l’affaiblissement simultané, plus à l’est, de tronçons frontaliers relativement anciens et stables, conformément aux objectifs d’ouverture de l’espace européen. L’intégration de la Grèce en 1981 n’avait en rien modifié l’isolement du pays face à la Turquie, la Yougoslavie, l’Albanie et la Bulgarie voisines. L’élargissement de 2007 induit au contraire une révolution silencieuse dans la région : après deux siècles de combats pour imposer leur indépendance, faire valoir leurs souverainetés nationales et définir des périmètres frontaliers solides, les États balkaniques entrent dans une nouvelle ère de leur gestion politique et territoriale. Ils renouent avec une liberté de circuler qui n’avait pas été connue depuis un siècle… sous l’Empire ottoman.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Ouvrage : Nommer et classer dans les Balkans

Ouvrage : Nommer et classer dans les Balkans | Géographie des Balkans | Scoop.it

Cet ouvrage explore les processus de dénomination des lieux et des populations dans les Balkans contemporains. Durant les deux dernières décennies, les pays de la région ont en effet vu se multiplier et s’intensifier les enjeux autour des désignations collectives : nécessité de nommer les nouveaux États issus de l’éclatement de la Yougoslavie, affirmation identitaire de minorités ethniques ou nationales, irruption de nouvelles catégories de population. De la Roumanie à la Grèce, de la Turquie à la Croatie, les textes rassemblés ici visent à la compréhension de ces processus dans le contexte balkanique. Pour cela, quatre thèmes ont retenu l’attention des auteurs : la désignation « Valaque », répandue dans toute la péninsule mais mouvante et difficile à cerner ; la dénomitaion des groupes minoritaires ou issus de l’immigration en Grèce ; les politiques toponymiques élaborées dans les régions aux XIXe et XXe siècles ; la notion d’autochtonie et son articulation avec la dénomination des lieux et des groupes.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Croatie : le tourisme avant et après la guerre (Mappemonde)

Les conflits armés ont profondément modifié l'espace touristique croate. Par rapport à l'espace touristique de référence (avant 1991), l'article montre les changements dans les lieux, leur capacité d'accueil, la nature et l'ampleur de la fréquentation touristique, et identifie les logiques d'atteintes (spatiales et matérielles) qui en modifient la structure.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Ouvrage : Territoire et nationalisme au Monténégro

Ouvrage : Territoire et nationalisme au Monténégro | Géographie des Balkans | Scoop.it

Le 21 mai 2006, 55,5 % des Monténégrins se prononçaient pour l'indépendance de leur pays. En 1992, pourtant, 92 % des Monténégrins avaient voté pour leur maintien au sein d'une nouvelle fédération yougoslave avec la Serbie. Cet ouvrage décrit le processus qui a conduit le pays à l'indépendance. Il analyse les modes de diffusion du nationalisme monténgrin au cours de cette période, et la manière dont ce territoire s'est peu à peu imposé dans les représentations de ses populations comme un territoire national.

 
more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Des ponts entre les hommes : Les paradoxes de géosymboles dans les villes en guerre (Mitrovica, Mostar) (Les Cafés géographiques)

Des ponts entre les hommes : Les paradoxes de géosymboles dans les villes en guerre (Mitrovica, Mostar) (Les Cafés géographiques) | Géographie des Balkans | Scoop.it

Les symboles paraissent clairs : les ponts font la liaison entre les hommes et favorisent les échanges, tandis que les murs marquent une distanciation volontaire et imposent la notion de seuil et de droit d’entrée dans un lieu approprié et privé. Pourtant, la guerre semble profondément modifier ces références au bâti. L’efficacité géographique de la guerre ne se lit pas seulement dans les paysages de destruction, et les stigmates qu’elle laisse ne sont pas comblés en même temps que la reconstruction du bâti. Les ponts deviennent alors de véritables géosymboles de l’inscription spatiale de ces stigmates par-delà le temps de la guerre. Reconstruire ne suffit pas à assurer la réconciliation. S’attarder sur les lieux de l’échange et les lieux de la séparation permet d’entrevoir la persistance des tensions dans les villes de l’immédiat après-guerre.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Autochtones étrangers : les déplacés à Mostar après la guerre de Bosnie-Herzégovine (Balkanologie)

Autochtones étrangers : les déplacés à Mostar après la guerre de Bosnie-Herzégovine (Balkanologie) | Géographie des Balkans | Scoop.it

À la fin de la guerre, un quart de la population a été déplacée à l'intérieure des frontières de la Bosnie-Herzégovine. Mostar a été divisée entre Bochniaques à l'est et Croates à l'ouest au cours du conflit, la ville a perdu la moitié de ses habitants d'origine réfugiés à l'étranger et remplacés par des déplacés croates et bochniaques principalement d'origine rurale fuyant le nettoyage ethnique. L'appartenance ethno-nationale commune entre les déplacés et les anciens habitants n'a néanmoins pas permis de reconstituer le réseau de relations sociales de la ville en raison des clivages entre mondes rural et urbain, mais a au contraire renforcé les divisions. Le processus de retour des déplacés dans la région de Mostar est entravé par de nombreux problèmes, dont l'opposition des nationalistes croates au pouvoir qui oeuvrent pour le maintien de zones ethniquement homogènes. La question des déplacés représente un enjeu considérable aussi bien pour la communauté internationale que pour les politiciens nationalistes aux intérêts antagonistes.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Carte : Redistribution ethnique dans l'ex-Yougoslavie (Le Monde diplomatique)

Carte : Redistribution ethnique dans l'ex-Yougoslavie (Le Monde diplomatique) | Géographie des Balkans | Scoop.it

Sources : Statistical Guide, Elections 2000, Yugoslavia, Office statistique fédéral de la République de Yougoslavie ; Conseil de l’Europe, Comité consultatif de la convention-cadre pour la protection des minorités nationales, Rapports nationaux ; Bureau du haut représentant des Nations unies en Bosnie-Herzégovine ; Carte de la structure ethnique de la population yougoslave, Université de Belgrade, faculté de géographie ; Ninth Assessm of the Situation of Ethnic Minorities in Kosovo (2002) et Update on the Situation of Roma, Ashkaelia, Egyptian, Bosniak and Gorani in Kosovo (2003), OSCE-UNHCR.

more...
François Arnal's curator insight, April 22, 2014 6:44 AM

Cartographie de Philippe Rekacewicz

Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Recension : "Peuples et nations des Balkans. Géographie politique" (Jacques Ancel)

La réédition sans modification du livre de Jacques Ancel présente aujourd'hui un grand intérêt, car nous voyons resurgir sous nos yeux un grand nombre de problèmes de nationalités qui se posaient alors. Ce petit livre, après avoir décrit les cadres territoriaux dans lesquels se sont insérées les diverses populations balkaniques, analyse le réseau de relations avec ses routes et ses carrefours, qui fait des Balkans un ensemble géographique. L'auteur présente ensuite les bases ethnohistoriques, en particulier ce qu'il appelle les sociétés paysannes slaves, grecque et albanaise. Les montagnes — balkan veut dire montagne en turc — dans leurs relations avec les plaines, les mers, ses routes et ses bordures côtières sont les deux composantes du milieu qui ont joué un rôle majeur, de façon récurrente, dans la vie de ces sociétés.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Les ports-frontières de Trieste, Koper et Rijeka, futurs débouchés pour les conteneurs d’Europe centrale (Méditerranée)

Les ports-frontières de Trieste, Koper et Rijeka, futurs débouchés pour les conteneurs d’Europe centrale (Méditerranée) | Géographie des Balkans | Scoop.it

Au moment où l’Europe centrale s’insère toujours plus étroitement dans les échanges internationaux, de nouveaux marchés se dessinent naturellement pour les ports du nord-est de la Mer Adriatique, Trieste (Italie), Koper (Slovénie) et Rijeka (Croatie). Les trois sites portuaires offrent aux espaces continentaux voisins l’accès le plus direct aux grandes routes maritimes mondiales qui empruntent le canal de Suez. Si la création des trois ports est directement liée à l’éclatement politique de la péninsule istrienne, ils retrouvent avec l’ouverture des frontières une fonction de fenêtre littorale qui avait été jusque-là contrariée par l’histoire. Les perspectives européennes et un dynamisme récent alimentent de nouvelles ambitions pour les fonctions logistiques et commerciales qui tranchent avec les tonnages encore modestes des trois organismes portuaires comparés à leurs homologues de la Mer du Nord et de la Méditerranée occidentale.

more...
No comment yet.
Rescooped by Géographie de la ville en guerre from Géographie des frontières
Scoop.it!

La frontière roumano-ukrainienne et le poids réel de la question des minorités (Cybergéo)

La frontière roumano-ukrainienne et le poids réel de la question des minorités (Cybergéo) | Géographie des Balkans | Scoop.it

Le tracé de la frontière qui sépare actuellement Roumanie et Ukraine remonte à la décision par les soviétiques d’annexer en 1940 Bucovine du Nord et Bessarabie. Aux lendemains de l’effondrement de l’Union soviétique les dirigeants roumains tenteront de faire valoir leurs droits sur des territoires dont ils se considéraient spoliés.

 

La question des minorités demeure au centre du débat même si, semble-t-il, le véritable enjeu des régulières négociations roumano-ukrainiennes est en fait l’Ile des Serpents, banc de sable inhabité au large du delta du Danube, situé au voisinage direct d’importantes ressources pétrolières.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Le déclin démographique bulgare. Bilan d’une décennie de transition post-socialiste (Espace Populations Sociétés)

Le déclin démographique bulgare. Bilan d’une décennie de transition post-socialiste (Espace Populations Sociétés) | Géographie des Balkans | Scoop.it

L’article dresse le bilan démographique de la décennie de transition post-socialiste en Bulgarie, en s’appuyant essentiellement sur les données des deux derniers recensements (1992 et 2001). L’ampleur du déclin démographique est soulignée et analysée. On replace ce processus dans trois contextes : la spécificité du comportement bulgare par rapport aux autres pays balkaniques présentée comme une « anomalie », les difficultés socio-économiques liées à la transition et leurs conséquences ainsi que la perspective de l’adhésion à l’Union européenne en 2007.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Bazar et bout de monde en Bosnie (Mappemonde)

Le dessin des frontières en Bosnie a fait apparaître l'un de ces lieux qui comptent en géographie : corridor dans un sens, pont dans l'autre, synapse de multiples trafics qui a changé d'habitants.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Transformations économiques et nouveaux conflits nationaux dans les Balkans (Strates)

Transformations économiques et nouveaux conflits nationaux dans les Balkans (Strates) | Géographie des Balkans | Scoop.it

Les conflits ethniques dans les Balkans se sont multipliés durant les deux précédentes décades. Des approches variées ont été développées et ont essayé de leur trouver une explication. Sans négliger l’importance des approches culturalistes et géoplitiques, cet article présente un point de vue basé sur le concept « d’économie ethnique ». L’hypothèse proposée est que la croissance des conflits nationaux dans l’espace occupé par l’ex-Yougoslavie est fortement reliée aux changements profonds intervenus dans les économies nationales, sur une base ethnique repérable, dans la perspective de la globalisation, de la privatisation et de la libéralisation des relations économiques nationales. Dans cette perspective, l’hypothèse formulée est que dans les conditions présentes, il y a une profonde contradiction entre le fait que l’économie et les biens matériels tombent de façon croissante dans les mains de nations auparavant opprimées, tandis que les structures étatiques et de pouvoir restent aux mains des nations traditionnellement dominantes. Cette hypothèse autorise une nouvelle interprétation des situations qui se font jour au Kosovo et en Macédoine.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Les populations des Balkans depuis 1990 : aspects géographiques de la crise (Espace Populations Sociétés)

Les populations des Balkans depuis 1990 : aspects géographiques de la crise (Espace Populations Sociétés) | Géographie des Balkans | Scoop.it

La catastrophe démographique qui frappe une grande partie des Balkans, préparée par la baisse de la fécondité et précipitée par les crises de la « transition » post-socialiste, revêt aussi une dimension spatiale : au-delà de l’opposition entre pays d’accueil (Grèce, Slovénie) et pays de départ, l’exception albanaise résiste au sein du second groupe, grâce à la lenteur de sa transition démographique, face aux pays danubiens en situation critique. Exception ethno-culturelle ou expression du sous-développement ? Réservoir d’hommes, mais pour combien de temps ? Les régions de peuplement albanais sont au coeur de la question démographique et politique.


Considérée à l’échelle locale, l’émigration, difficile à mesurer, bouleverse la répartition du peuplement et des activités. Elle déleste les espaces ruraux attardés du trop-plein qu’y avaient maintenu les utopies communistes de valorisation systématique, tandis que la croissance des principales villes explose, alimentée par les remises des émigrés, et qu’en sens contraire les moins entreprenants se replient sur leur village et leur lopin de terre. Si soudains qu’ils soient, ces phénomènes ne semblent pas relever de causes accidentelles mais de mécanismes plus généraux en Grèce, pays de départ devenu pays de retour puis d’accueil, où l’espace rural profond présente à nouveau des signes de dynamisme.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Identités en mouvement. La redéfinition du nationalisme monténégrin dans les crises yougoslaves (Revue d'Etudes Comparatives Est-Ouest)

Identités en mouvement. La redéfinition du nationalisme monténégrin dans les crises yougoslaves (Revue d'Etudes Comparatives Est-Ouest) | Géographie des Balkans | Scoop.it

Cet article met en relation la restructuration et la concurrence des nationalismes monténégrins amorcées à partir de 1989 avec la redéfinition et la réappropriation de l'identité monténégrine, perceptibles dans le recensement monténégrin de novembre 2003. Ces deux processus, à la fois successifs et simultanés, s'inscrivent dans le cadre de relations institutionnelles fluctuantes entre le Monténégro et la Serbie, relations qui se caractérisent par deux phases : une phase de rapprochement (entre 1989 et 1997) et une phase de rupture et de détérioration (à partir de 1997). Le sentiment identitaire monténégrin, qui a longtemps reposé sur l'ambiguïté entre identité territoriale et identité nationale, se précise aujourd'hui en s'orientant vers un contenu national, faisant apparaître de profondes divisions territoriales au Monténégro. Parallèlement, dans le cadre de la Communauté d'États de Serbie-et-

Monténégro, le thème de la nation monténégrine et celui de l'indépendance du Monténégro semblent se dissocier au détriment des mouvements indépendantistes.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

La périphérie négociée. Pratiques quotidiennes et jeux d’acteurs autour des mobilités transfrontalières entre la Roumanie et la Moldavie (L'espace politique)

La périphérie négociée. Pratiques quotidiennes et jeux d’acteurs autour des mobilités transfrontalières entre la Roumanie et la Moldavie (L'espace politique) | Géographie des Balkans | Scoop.it

La République de Moldavie fait partie des Etats situés de l’autre côté de la nouvelle frontière orientale de l’UE et intégrés à la Politique européenne de Voisinage. Ils sont soumis à une politique ambivalente, notamment à propos des frontières qu’ils partagent avec l’Europe élargie. La Moldavie est-elle donc une périphérie de l’UE, et quelles sont les modalités de construction de cette relation par nature asymétrique ? Il serait tentant de croire que l’Europe communautaire mène la danse. Cet article cherche toutefois à identifier d’autres acteurs de la construction territoriale de l’Europe et de ses voisins. L’objectif est de comprendre la construction « par le bas » de la position de périphérie ainsi que sa structuration interne. Ainsi, la « mise en périphérie » des voisins de l’UE - ici la Moldavie - procède tout autant de pratiques et modes de vie des habitants que des politiques initiées depuis Bruxelles. La circulation à vocation marchande analysée va de la Moldavie à la Roumanie. Elle engendre des relations sociales, économiques, politiques voire identitaires entre les deux versants de la frontière et participe ainsi à la consolidation d’un territoire transfrontalier. Des tensions résultent de ces deux logiques croisées, européenne et locale, perceptibles dans le niveau d’intégration ou de marginalisation des périphéries de l’UE.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

L'urbicide dans Sarajevo : de la haine de "l'Autre" à la haine de l'urbanité (MédiHal)

L'urbicide dans Sarajevo : de la haine de "l'Autre" à la haine de l'urbanité (MédiHal) | Géographie des Balkans | Scoop.it

Bénédicte Tratnjek, "(Re)construire la ville comme lieu d'interface dans l'immédiat après-guerre : destruction de l'urbanité et symbolique des lieux dans la ville en guerre", Colloque "La ville comme lieu d'interface".

 

9e Colloque de la Relève, Montréal, 17-18 mai 2012, http://www.vrm.ca/Releve9.asp,

 

 

Texte préparatoire : http://www.vrm.ca/documents/Releve9_Tratnjek.pdf

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Le nettoyage ethnique en ex-Yougoslavie : le cas de la Krajina de Knin (Revue Géographique de l'Est)

Le nettoyage ethnique en ex-Yougoslavie : le cas de la Krajina de Knin (Revue Géographique de l'Est) | Géographie des Balkans | Scoop.it

La Krajina de Knin, en Croatie, est un parfait exemple de territoire ayant subi plusieurs nettoyages ethniques et ce dans un laps de temps assez court. Ancienne marche militaire des Habsbourg (Militärgrenze ou vojna krajina), cette région fut le théâtre d’un double nettoyage ethnique durant l’éclatement de l’ancienne Yougoslavie (1991-95). Lors de l’accès à l’indépendance de la Croatie, la Krajina de Knin était majoritairement peuplée de Serbes qui s’insurgèrent et en expulsèrent la population croate en 1991. Après quatre années d’affrontements, et d’indépendance autoproclamée, la Krajina fut reconquise par les forces croates durant l’été 1995. À cette occasion, la Krajina de Knin fut vidée de l’essentiel de sa population serbe. L’impact de ces événements est toujours sensible aussi bien par la dépopulation engendrée, que dans les paysages, l’économie ou les mentalités.

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Cartes : La destruction des interfaces comme destruction de l'urbanité : de la ville aux quartiers-territoires à Mitrovica (Kosovo) (Medihal)

Cartes : La destruction des interfaces comme destruction de l'urbanité : de la ville aux quartiers-territoires à Mitrovica (Kosovo) (Medihal) | Géographie des Balkans | Scoop.it

Bénédicte Tratnjek, "(Re)construire la ville comme lieu d'interface dans l'immédiat après-guerre : destruction de l'urbanité et symbolique des lieux dans la ville en guerre".

 

Colloque "La ville comme lieu d'interface", 9e Colloque de la Relève, Montréal, 17-18 mai 2012, http://www.vrm.ca/Releve9.asp

 

 

Texte préparatoire : http://www.vrm.ca/documents/Releve9_Tratnjek.pdf

more...
No comment yet.
Scooped by Géographie de la ville en guerre
Scoop.it!

Ouvrage : La raison du mouvement : territoires et réseaux de migrants albanais en Grèce

Ouvrage : La raison du mouvement : territoires et réseaux de migrants albanais en Grèce | Géographie des Balkans | Scoop.it
La Grèce et l’Albanie sont deux États de taille modeste situés dans le sud de la péninsule balkanique. Dans le monde, il est peu d’endroits où des pays pourtant frontaliers associent la proximité géographique à des images et une réalité si différentes. Pourtant, depuis le début des années 1990 et la chute du gouvernement autoritaire qui sévissait alors à Tirana, les deux pays sont liés par l’un des plus importants phénomènes migratoires du continent européen tant par sa puissance que par la rapidité de son exécution. Si cette migration massive naît indiscutablement de la conjonction entre la proximité géographique et le contraste des richesses, ce travail propose aussi de lire certaines de ses formes à la lumière de l’épaisseur historique des relations entre les deux pays. Les histoires de vie des migrants et de ceux qu’ils rencontrent semblent affirmer en mineur l’existence de relations qui unissent citoyens grecs et albanais dans des mêmes réseaux bâtis sur des solidarités régionales, linguistiques ou religieuses. Leur examen permet d’accéder, à travers l’observation des modalités mêmes de la migration, à des appartenances complexes où coexistent les identités « officielles », calquées sur les discours dominant des États-nations, et des reconnaissances discrètes sur lesquelles se fondent pourtant de véritables pratiques de solidarité. A travers une telle approche, cet ouvrage porte une attention particulière à l’implication des mobilités sur l’idée qu’un groupe se fait de lui-même (ou des autres), qui peut paraître utile à l’heure où sont débattues les formes à donner aux politiques migratoires et à la liberté de circulation au sein de l’Europe unifiée.
more...
No comment yet.