Formation ouverte en ligne et MOOCs
1.1K views | +0 today
Follow
Formation ouverte en ligne et MOOCs
L'actualité des MOOCs dans le monde
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Blockchain - lien des conférences du 28 mars 2018, Université Laval

Blockchain - lien des conférences du 28 mars 2018, Université Laval | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it
Cryptographie, blockchain et applications en assurance Université Laval, 28 mars 2018 Blockchain
Revue Assurances et gestion des risques
 Fast to do, slow to undo: Les bases de la cryptographie à clé publique–Partie 1http://www.revueassurances.ca/wp-content/uploads/2018/03/CDavid_Ulaval_28_mars_2018_p1.pdf
 Fast to do, slow to undo: Les bases de la cryptographie à clé publique –Partie 2  http://www.revueassurances.ca/wp-content/uploads/2018/03/CDavid_Ulaval_28_mars_2018_p2.pdf
Chantal David, Full Professor, Department of Mathematics and Statistics, Concordia University

Blockchain et contrats intelligents: Cas d’utilisation en assurance–Partie 1http://www.revueassurances.ca/wp-content/uploads/2018/03/ULaval_Assurance_Blockchain_JHamel_p1.pdf
 Blockchain et contrats intelligents: Cas d’utilisation en assurance–Partie 2 http://www.revueassurances.ca/wp-content/uploads/2018/03/ULaval_Assurance_Blockchain_JHamel_p2.pdf
Jonathan Hamel, président et fondateur d’Académie Bitcoin et chercheur associé à l’Institut économique de Montréal
Blockchain et opportunités pour le développement

Quentin Kayila Massamba, analyste fonctionnel chez Cofomo
more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

The Online Lecture #Toolkit : Do you teach an online, hybrid, blended, or flipped course?

The Online Lecture #Toolkit : Do you teach an online, hybrid, blended, or flipped course? | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

Do you teach an online, hybrid, blended, or flipped course? Are you working with faculty who do?

This site is designed to provide you with the tools you need to create engaging and effective online video content for educational purposes. The approaches outlined here are practitioner and evidence-based and designed for educators at every level of technological fluency.


Why an online lecture toolkit? July 24, 2017 | Melissa Wehler, PhD

When we began talking with faculty members about the resources they were using to build their online courses, it seemed that they were divided into two camps. The first camp was overwhelmed by the idea of creating interactive, immersive content for their online courses. These faculty were not adopting or adapting any tools to help them build their courses. The second camp was equally overwhelmed, but for them, the sheer number of possible tools was the cause. They felt that there were so many possible tools (apps, software, websites) that they didn’t know where to begin. So they just didn’t. For both camps, the results were the same: faculty members turned to their tried-and-true methods of their brick-and-mortar classrooms. Lost in between these camps was the online student. So, we began with a simple question: what do students want from an online learning experience? Online students want to ask us questions, engage us in scholarly debate, provide and present research, and demonstrate critical thinking and problem solving. They want direction and navigational instructions, so they can focus on the content of the course instead of its organization. They want opportunities for peer-to-peer and student-to-faculty interaction through discussion, assignments, and feedback. They want to know that even though they are sitting at desks perhaps hundreds of miles away from their faculty and peers that they are not alone—that they are indeed a part of an growing community of scholars. In short, they want a quality educational experience. As we thought about how to bring this experience to the online student, we began discussing ways we can adapt, adopt, and yes improve, the methods we use in the brick-and-mortar classroom, since—whether we agree with it or not—what pedagogy development most faculty members receive is focused on those interactions. What we needed was a mechanism that would allow us to pivot our classrooms towards the online student. (For some faculty members, that also meant pivoting their pedagogy from a teaching-centered approach to a learner-centered one where the focus was on the engagement of the content—and not content for content’s sake.) It would need to be based in pedagogy theory and best practices, but it would also need to provide faculty members with easy access to practical advice. It would need to give examples—not just options. It would need to give options—not just examples. It would need to walk a faculty member through the process of creating original, online content without being overly complicated or unnecessarily simplistic. Enter the online lecture toolkit. We created the online lecture toolkit with faculty, designers, and developers—like us—in mind. When we first started talking with faculty about online teaching, we looked for something like the online lecture toolkit and couldn’t find it in the open access world. So, we set about creating it. Our mission is to support all of our toolkit users with practical, informative resources and examples based in theory, research, and best practices, so that they can build the interactive, immersive online classes that provide that quality educational experiences for our online students.


Easter Comes Early: Using a Video Syllabus to Engage Students November 3, 2017 | Melissa Wehler, PhD

Let’s be honest: as students, we didn’t read the syllabus. (In fact, some of our classes probably didn’t even have the concept of “syllabus” that we know, love, and loathe today, but rather a reading list broken into days with some vague assignments like “midterm,” “essay,” and “final” noted beside them.) If we did glance at the syllabus, we probably looked at the same things our students do today: grading, assignments, late work, and attendance. Now that we are on the other side of the desk, we might find ourselves guffawing at the very idea that our students wouldn’t memorize our every (very carefully worded) policy. Since the time we were undergraduates, not much has changed to make syllabi any more intellectually stimulating. In fact, syllabi have largely gotten longer, with more legal words than academic ones, bogged down by policies meant to close loopholes and mandatory statements passed along by federal, state, and institutional governing bodies. Yet, we remain steadfast and stubborn about our students neglect of this document, perhaps even more so than our professorial predecessors. But if the syllabus is the proverbial course holy grail, how do we ensure students engage with it? Enter the Easter egg. You may have heard of some of these experiments as they have bounded through your social media platform of choice. Faculty members, looking to test their stalwart students, hide “Easter eggs” in their syllabus. Most times, these “Easter eggs” direct students to do something out of the ordinary like sending a funny message or picture to the professor, emailing advice on what the professor should binge-watch next, or writing a joke at the bottom of the next assignment—all in the hopes that students are reading (and reading closely enough) to catch on to the joke. Everyone enjoys a few moments of levity and prove that they are indeed reading the syllabus. While of course I want the students to read the syllabus, I also wanted take this Easter egg hunt to the small screen. In my syllabus video for this semester, I hid various “eggs” throughout the content. My intent was to see if students were actively viewing the video, paying close attention to the materials, and dare I say it, engaging with the syllabus. The results were significant. I found that the majority of my students (17/19) caught at least one of the “eggs” and several more (10) caught all of them. Some of them brought it up on the discussion board at the end of the week, which prompted a few last-minute entries—to which I said better late than never! The result was by the end of the first week, everyone (all 19) had sent in an Easter egg. While I had used a syllabus video before, my only way to track student engagement was through number of views. I had no way of knowing how many unique students watched the video or if they actually watched it rather than let it play in the background. This was the first time I was certain that everyone watched it—I mean really watched it. By turning my syllabus into a video, I had moved past the posting the document and hoping for the best, but it wasn’t until I worked in a little fun and a little interactivity that I was able to find what I was looking for.



Accessibility Information

3Play Media Webinars - Web accessibility, captioning, and more. (n.d.). Ret. July 27, 2017 from http://www.3playmedia.com/resources/webinars/ Edelberg, E. (2017). When and when not to add audio description to content. Ret. July 27, 2017 from http://www.3playmedia.com/2017/06/28/when-and-when-not-to-add-audio-description-to-content/ We have web accessibility in mind. (n.d.). Retrieved July 27, 2017, from http://webaim.org/ ​ 

H5P Episode 47: Svein-Tore on H5P. (2017). Ret. July 27, 2017 from https://dearinstructionaldesigner.simplecast.fm/episodes/74665-episode-47-svein-tore-on-h5p ​ Microlecture Resource Faculty Innovation Center. (2016). Microlecture [pdf]. Austin, TX: University of Texas at Austin. ​ Directory of Learning & Performance Tools Hart, J. (2017). Directory of learning and performance tools. Ret. July 27, 2017 from http://c4lpt.co.uk/directory-of-learning-performance-tools/ ​ Advice about Video Quality Drumm, M. (2016). Want to Create a Great Instructional Video? Start with Great Audio. Ret. August 14, 2017, from https://wcupadistance.wordpress.com/2016/06/09/want-to-create-a-great-instructional-video-start-with-great-audio/ ​ ​


more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

BigBlueButton 1.1 Released: an open source web conferencing system for online learning #Teaching

BigBlueButton 1.1 Released: an open source web conferencing system for online learning #Teaching | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it
https://github.com/bigbluebutton/greenlight The BigBlueButton project is pleased to announce the release of BigBlueButton 1.1. BigBlueButton is an open source web conferencing system for online learning. It provides the instructor with real-time sharing of audio, video, slides, chat, polls, emojis and their screen. BigBlueButton can also record and playback sessions for later viewing. Major new features in BigBlueButton 1.1 include: Breakout Rooms – Instructors can group students into breakout rooms for increased collaboration. Instructors can monitor activity in the breakout rooms and set a time limit for collaboration (see video). Closed Captioning – BigBlueButton enables a stenographer to provide live closed captions in multiple languages during a session. After the session finishes, the captions will appear as subtitles in the recording (see video). Faster Screen Sharing – Screen sharing is faster, works across all browsers (using a Java application that launches outside the browser) and now captures cursors (see video). GreenLight – Administrators can install a new front-end, called GreenLight, that makes it easy for users to quickly create meetings, invite others, and manage recordings on a BigBlueButton server. Using Docker, administrators can install on the BigBlueButton server itself (no need for a separate server). GreenLight is written in Rails 5 and can be easily customized by any rails developer (see source on GitHub). Ubuntu 16.04 packages – This release installs on Ubuntu 16.04 64-bit (the most recent long-term support release from Canonical) and uses systemd for new start/stop scripts for individual components. For more information on this release see detailed list of new features and issues fixed in BigBlueButton 1.1. We recommend anyone running an earlier version of BigBlueButton to setup a new Ubuntu 16.04 64-bit server, install this latest version and copy over any previous recordings (see the above install documentation for details). The goal of the BigBlueButton project is to provide remote students a high-quality online learning experience. This release (our fifteenth so far in over eight years of development) is a significant step towards that goal. With this focus, many learning management systems have integrated BigBlueButton into their products using the BigBlueButton API. For example, the stats for the BigBlueButtonBN plugin for Moodle shows over 4000 sites using the plugin. “Our company has used BigBlueButton for over 7 years,” says Andrew Ensley, Chief Technical Officer, TaskMaster Pro Technologies, Inc. “It has allowed our development team to quickly and easily collaborate from all across the country in a high-quality video/audio conference environment. Its active development has enhanced the features and usability for our team in every release.” (...)
more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Méthodologies
pour le développement
de cours e-learning #Guide #ApprentissageNumérique

Méthodologies<br/>pour le développement<br/>de cours e-learning #Guide #ApprentissageNumérique | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it
Ce guide vise à offrir aux formateurs et aux concepteurs pédagogiques novices dans le domaine de l’apprentissage numérique ou e-learning, des indications détaillées sur la conception et l’élaboration d’un cours e-learning. Il fournit également des concepts de base et des informations sur les processus et les ressources nécessaires au développement de cours e-learning, qui pourraient intéresser les responsables du développement des compétences. Dans ce guide les termes apprentissage numérique, apprentissage électronique et e-learning sont considérés comme synonymes. Les informations contenues dans ce guide sont fondées sur des modèles de conception pédagogique et des théories de l’apprentissage reconnues et intègre les expériences de la FAO en matière de réalisation de cours e-learning dans des contextes de développement. Bien qu’il existe plusieurs définitions du e-learning ou apprentissage numérique, qui traduisent différentes perspectives, la définition du e-learning utilisée dans ce document est la suivante : Ce guide se concentre sur l’apprentissage formel, en particulier sur les cours structurés, conçus pour répondre à des objectifs de formation liés à des tâches professionnelles 1 . Il n’est pas axé sur les étapes d’évaluation des besoins d’un projet de formation, mais plutôt sur les activités de conception, de développement et de réalisation qui sont spécifiques au e-learning. L’accent est mis sur les solutions e-learning adaptées à des contextes de développement, caractérisés par des contraintes technologiques, telles que des capacités matérielles limitées et des connexions Internet à faible bande passante. Bien que l’essentiel des informations contenues dans ce document puissent être appliquées au e-learning dans le cadre de l’enseignement primaire et secondaire, ces lignes directrices ont été élaborées principalement pour des apprenants adultes, c’est-à-dire des apprenants qui ont terminé leur scolarité, mais qui sont toujours désireux de renforcer leurs connaissances et d’améliorer les tâches liées à leur emploi. Les apprenants adultes partagent des caractéristiques communes, qui influent sur la conception des programmes d’apprentissage qui leur sont destinés. Notamment, les apprenants adultes : > ont besoin de connaître les bénéfices qu’ils tireront de l’apprentissage (pourquoi ils doivent apprendre quelque chose) ; > aiment apprendre de façon empirique ; > abordent l’apprentissage comme une forme de résolution de problèmes ; > apprennent mieux lorsqu’ils peuvent observer la valeur et l’application immédiates du contenu ; et > préfèrent étudier à un moment, dans un lieu et à un rythme qui leur convient. Le guide s’articule en quatre sections principales : Partie I : Introduction La partie I (chapitres 1 et 2) présente les caractéristiques et les avantages du e-learning, ainsi que les activités et les ressources nécessaires pour développer un projet e-learning. Elle s’adresse principalement aux responsables de la formation et du développement des compétences et à tous ceux qui souhaitent développer un projet e-learning ou intégrer des composantes e-learning dans les programmes de formation de leur organisation. 1 Cependant, le e-learning ne se limite pas à des cours formels bien définis. Il englobe également d’autres formes d’apprentissage, comme l’apprentissage à domicile ou au travail par le biais du e-mentorat ou du e-coaching, par exemple. Le e-learning correspond à l’utilisation des technologies informatiques et de l’Internet pour fournir un large éventail de solutions permettant de faciliter l’apprentissage et d’améliorer les performances. 4 Partie II : Concevoir un cours e-learning La partie II (chapitres 3 et 4) fournit des conseils sur la façon de concevoir un cours e-learning (l’analyse des besoins, du public cible, des tâches et des thèmes, la définition des objectifs, le séquençage, la sélection des stratégies d’apprentissage et des formats de réalisation). Elle s’adresse essentiellement aux formateurs et aux concepteurs pédagogiques qui souhaitent créer des projets d’apprentissage qui correspondent vraiment aux besoins des apprenants. Partie III : Créer du contenu interactif La partie III (chapitres 5, 6 et 7) fournit des conseils détaillés sur la création de contenus interactifs (application des stratégies d’apprentissage, intégration des éléments multimédia et développement des didacticiels). Cette partie s’adresse principalement aux concepteurs pédagogiques et aux experts en la matière impliqués dans le développement des contenus ainsi qu’à tous ceux qui veulent en savoir plus sur les méthodes et les outils utilisés pour créer des contenus e-learning. Partie IV : Gérer et évaluer les activités d’apprentissage La partie IV (chapitres 8 et 9) présente un aperçu des méthodes d’évaluation et d’apprentissage collaboratif en ligne ainsi que des plateformes d’apprentissage utilisées pour héberger des cours en ligne. Cette partie s’adresse principalement aux responsables de la formation, aux facilitateurs et aux concepteurs pédagogiques qui veulent savoir comment réaliser et évaluer des cours en ligne et connaître le rôle des plateformes d’apprentissage pour diffuser les cours et faciliter la communication entre les participants. Ce guide comprend également un glossaire, une bibliographie et un certain nombre de modèles et de tableaux. 5 table des matièRes Part I – Introduction 7 1. Pour commencer 8 1.1 Pourquoi développer des cours e-learning ? 8 1.2 Approches en matière de e-learning 10 1.3 Composantes d’un cours e-learning 11 1.4 Apprentissage en ligne synchrone et asynchrone 13 1.5 Qualité du e-learning 14 1.6 Exemples de cours e-learning de la FAO 15 1.7 L’apprentissage mixte 18 1.8 En résumé 21 2. Que faut-il pour élaborer un cours e-learning ? 22 2.1 Les activités 22 2.2 L’équipe 24 2.3 La technologie 26 2.4 Étude de cas : flux de travail dans le cadre de l’initiative IMARK pour produire et dispenser des contenus d’apprentissage numériques 27 2.5 En résumé 28 Partie II – Concevoir un cours e-learning 29 3. Identifier et organiser le contenu du cours 30 3.1 Analyse des besoins 30 3.2 Analyser le public cible 31 3.3 Identifier le contenu du cours 32 3.4 Définir les objectifs d’apprentissage 36 3.5 Identifier la séquence de cours 38 3.6 Étude de cas 40 3.7 En résumé 45 4. Définir les stratégies pédagogiques, de réalisation et d’évaluation 46 4.1 Définir les méthodes pédagogiques 46 4.2 Définir les modalités de la formation 57 4.3 Bonnes pratiques 59 4.4 Définir la stratégie d’évaluation 59 4.5 En résumé 60 Partie III – Créer du contenu interactif 61 5. Préparer le contenu 62 5.1 Comment les experts en la matière contribuent-ils au développement d’un cours e-learning ? 62 5.2 Conseils concernant le développement du contenu et le style linguistique 64 5.3 En résumé 65 6 6. Créer des storyboards 66 6.1 Qu’est-ce qu’un storyboard ? 66 6.2 Structure d’une e-leçon interactive 68 6.3 Techniques pour présenter le contenu 70 6.4 Ajouter des exemples 76 6.5 Intégrer des éléments multimédias 79 6.6 Élaborer des exercices et des tests d’évaluation 86 6.7 Ressources complémentaires 92 6.8 En résumé 93 7. Développement du didacticiel 94 7.1 Que faut-il faire pour développer le didacticiel ? 95 7.2 Outils de création 95 7.3 Types d’outils de création 99 7.4 Choisir un outil de création 102 7.5 En résumé 104 Partie IV – Gérer et évaluer les activités d’apprentissage 105 8. Diffusion et évaluation du cours 106 8.1 Composantes d’un cours facilité ou dirigé par un formateur 106 8.2 Planifier et documenter les activités 110 8.3 Faciliter les activités d’apprentissage 111 8.4 Utiliser des outils de communication pour l’apprentissage en ligne 112 8.4 Évaluation du cours 119 8.5 En résumé 121 9. Plateformes d’apprentissage 122 9.1 Qu’est-ce qu’une plateforme d’apprentissage ? 122 9.2 LMS sous licence propriétaire vs. sous licence libre 125 9.3 Moodle et autres plateformes LMS sous licence libre 127 9.4 Solutions dans des situations d’absence de connectivité ou de connectivité limitée 132 9.5 En résumé 134 Bibliographie 135 Glossaire 136 Annexe 143 Modèle pour une analyse des tâches 143 Taxonomies d’apprentissage 144 Types de contenu 145 Méthodes et formats de réalisation 146
more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Polyèdre : capsules thématiques sur la rédaction d’un mémoire ou d’une thèse #UQAM

Polyèdre : capsules thématiques sur la rédaction d’un mémoire ou d’une thèse #UQAM | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

Cette plateforme vise à soutenir la formation des étudiants des cycles supérieurs en leur offrant un espace où ils trouveront des réponses aux questions concernant la démarche scientifique. Elle se veut également un patrimoine virtuel valorisant l’expertise polyédrique développée par les professeur.e.s en sciences de l’éducation de l’ensemble du réseau de l’Université du Québec. Durant la première phase, des professeur.e.s chevronnés de la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) ont été interviewés concernant leurs expertises spécifiques. Les entretiens ont été découpés en capsules thématiques et sont répertoriés selon les différents chapitres d’un mémoire ou d’une thèse : problématique, cadre théorique, méthodologie, analyse des résultats, discussion et conclusion. Il est également possible de visionner les entrevues en version complète en allant à l’onglet Vidéos des chercheurs. Durant une deuxième phase, des entretiens avec des professeur.e.s de toutes les constituantes de l’Université du Québec seront réalisés afin d’enrichir et de diversifier les expertises. De plus, un élément d’interactivité sera ajouté afin de permettre les échanges entre les étudiants et les chercheur.e.s expérimenté.e.s. En effet, l’objectif ultime de cette plateforme est de rendre possibles des « rencontres » virtuelles, aux termes d’Albert Jacquart. En ce sens, elle se veut complémentaire à l’encadrement des étudiants par leur comité de recherche et à celui offert dans le cadre des séminaires du programme. En effet, la consultation de la plateforme, en tout temps, selon leur rythme d’apprentissage et leur disponibilité mentale, permettra aux étudiants de mieux s’approprier les enjeux de la recherche.

Anila Fejzo, professeure au Département de didactique des langues, UQAM

Jean Bélanger, professeur au Département d'éducation et formation spécialisées, UQAM

Viviane Boucher, étudiante au doctorat réseau en éducation de l’Université du Québec, UQTR et UQAM

Céline Chatigny, professeure au Département d'éducation et formation spécialisées, UQAM et directrice du programme de doctorat réseau en éducation de l’Université du Québec

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Open source... ou pas ? Voici comment le savoir ! #OpenSourceInitiative

Open source... ou pas ? Voici comment le savoir ! #OpenSourceInitiative | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

Premier quotidien francophone d'actualité généraliste sur Linux, le logiciels libres et l'interopérabilité

L’Open Source Initiative a créé sa définition de ce qu’est l’open source, ainsi que ce que doit être une licence pour ce type de logiciel. Elle publie maintenant un outil permettant aux organisations et entreprises de vérifier que les logiciels qu’ils utilisent sont bien publiés sous une licence open source. Cette API permet de lire les métadonnées afin de s’assurer que la licence est compatible avec le modèle défini par l’OSI. Elle est comme un centre de ressources dans le domaine des licences open source. On peut y faire une recherche par mot clé, par identifiant OSI, par licence ou afficher toutes les licences open source. Elle peut être utilisée via Python ou Haskell. Cette API est bien évidemment publiée par l’Open Source Initiative sous une licence open source (vous suivez ?).

Liens : - Le site de l’OSI -

L’annonce de l’API -

Le dépôt Github depuis mars 2000.

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

5 façons dont l’économie collaborative impacte l’éducation

5 façons dont l’économie collaborative impacte l’éducation | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

Vecteur de valeurs de partage et de confiance, l’économie collaborative est appelée à exercer son influence jusque dans le secteur éducatif. Découvrons cinq innovations collaboratives qui dépoussièrent les modes d’apprentissage. Par Tayfun Buyrukoglu, étudiant en journalisme à l’Université Paris 13 – Villetaneuse La location de chambres dans des résidences privées avec Airbnb, le covoiturage avec Blablacar (en France), le repas chez l’habitant avec Vizeat… Il ne semble pas se passer une journée sans qu’une nouvelle « startup » estampillée « économie collaborative » fasse la une de l’actualité! Porté à plus de 335 milliards de dollars d’ici 2025, ce marché jouit d’un bel avenir et bouleverse tous les pans de notre vie. Le dernier en date? L’éducation! 1. La mort du diplôme? Si le diplôme demeure une pièce maîtresse dans l’insertion professionnelle du jeune finissant, d’autres avenues sont désormais possibles. En effet, de nouveaux modèles éducatifs ne s’embarrassent plus de telles traditions. Créée en 2013 en France à l’initiative de Xavier Niel, l’Ecole 42 fait figure d’exemple. Cette grande école spécialisée dans l’enseignement des métiers du numérique s’affranchit de toute sélection fondée sur le diplôme et effectue le recrutement de ses élèves uniquement sur la base des tests pratiques. Issus de milieux très divers, ses promotions comptent aussi bien des passionnés du code informatique que des profils en cours de reconversion. Ouverte tous les jours et accessible 24 h/24, cette école nouveau genre se veut 100 % collaborative jusque dans son enseignement. Elle n’emploie en effet aucun professeur, et on n’y trouve aucun cours magistral : les élèves apprennent par eux-mêmes à l’aide de cas pratiques. On y apprend à son rythme en assimilant au fil des projets les notions étudiées. Ce système faisant florès, l’entrepreneur français a annoncé l’ouverture d’une nouvelle école sur la côté californienne : à l’instar de l’Holberton School déjà installée depuis un an, cette Ecole 42 sera basée en plein cœur de la Silicon Valley et formera de nouveaux talents informatiques, en continuant de rester fidèle à sa devise : permettre à chacun d’apprendre à son rythme. 2. L’apprentissage entre pairs Inspirées par le développement de plateformes d’intermédiation, une kyrielle de startups mettent en relation les particuliers autour du partage de services, de biens… et maintenant de savoirs! Ainsi, contrairement à des organismes traditionnels souvent spécialisés dans un domaine particulier comme le soutien scolaire, la petite entreprise Kokoroe a fait le pari d’accueillir une large palette de savoirs et de savoir-faire, allant de la cuisine à l’anglais, en passant par le ukulele ou le pilotage de drone. Son objectif : refléter la diversité des talents de notre société. Chacun y partage et monétise sa compétence entre pairs, aussi insolite soit-elle, et sans condition de diplôme. 3. Le boom des encyclopédies collaboratives L’époque où seul le professeur était détenteur du savoir est définitivement révolue. Les encyclopédies collaboratives en ligne se multiplient : pionnier dans cette discipline, Wikipédia compile depuis quinze ans une multitude de connaissances agrégées par sa communauté de bénévoles. Fondée par les américains Jimmy Wales et Larry Sanger, Wikipédia fait désormais partie aujourd’hui des 10 sites les plus visités au monde. Ses 29 millions d’articles sont traduits dans plus de 280 langues différentes et font régulièrement figure de référence. 4. L’ère des badges numériques Soucieuse de garantir la confiance et la sécurité au sein de ses communautés, l’économie collaborative a très rapidement adopté la logique de la ludification (gamification). Dans son sillon, l’industrie des technologies éducatives a suivi ce principe de ludification de l’apprentissage en optant pour des badges certifiant les compétences. Un bon exemple : Mozilla et son projet collaboratif Open Badges. Ce dernier permet la gestion d’un portefeuille de certifications et de reconnaissances des compétences acquises. Les « émetteurs » de ces badges numériques peuvent être à la fois des écoles reconnues, mais également des cours en ligne ouverts. 5. Les MOOCs pour tous Fers de lance du savoir pour tous, les MOOCs (Massive Online Open Course), des cours en ligne ouverts à tous et gratuits, se multiplient et permettent à tout un chacun d’acquérir des compétences dans des domaines aussi variés que la physique quantique ou l’astrologie. D’abord initiées par les universités américaines de l’IVY League, comme Stanford, de premières plateformes ont commencé à produire et agréger des MOOCs sur des domaines d’expertises particulièrement techniques. Emblématique, la Khan Academy explore ainsi particulièrement l’informatique, la physique, les mathématiques et l’algèbre. Que l’on soit basé en Inde dans une chambre étudiante ou dans un bureau londonien, le savoir est à portée de clics.

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Réseaux sociaux académiques... suite | CORIST-SHS : mauvais référencement et risque de prédation

Réseaux sociaux académiques... suite | CORIST-SHS : mauvais référencement et risque de prédation | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it
publié par Odile Contat le ven, 05/02/2016 - 17:55

A la suite du premier billet de synthèse sur les réseaux sociaux académiques qui date déjà de novembre 2013...http://corist-shs.cnrs.fr/reseaux_sociaux_chercheurs nous essayons

de suivre et d'accompagner la réflexion autour de l'utilisation par les chercheurs d'Academia.edu et de ResearchGate et des rapports avec les archives ouvertes : relire Réseaux sociaux de recherche et libre accès, réflexion et arguments

et de publier régulièrement sur ce site les évènements et réflexions sur ce sujet : http://corist-shs.cnrs.fr/taxonomy/term/161

Or très récemment plusieurs chercheurs ont annoncé leur décision de supprimer leurs comptes sur ces réseaux sociaux et ils expliquent pourquoi publiquement.

Leurs billets apportent de nouvelles informations sur un point crucial qui est la visibilité comparée de HAL et de ces réseaux sociaux.

A lire l'expérience de Frédéric Clavert qui a choisi de fermer son compte Academia.edu : http://histnum.hypotheses.org/2589Et celle relatée par Eric Verdeil en prenant comme exemple un de ces collègues M. Denis Bocquet : http://rumor.hypotheses.org/3890#identifier_0_3890

Il faudrait bien sûr faire des études à plus grande échelle mais ces deux exemples montrent bien que les consultations sur ces réseaux sont bien moindre que sur HAL, "la raison essentielle de ces consultations moindres réside dans le mauvais référencement de ces sites, fermés, pour lesquels il faut être inscrits."

Deuxième question fondamentale abordée celle du modèle économique de ces réseaux sociaux et de leur tentation de "revendre" ou d'exploiter les contenus que les chercheurs y déposent...un véritable risque de prédation...

Risque dont parle Frédéric Clavert en racontant le cas de Scott Johnson : "Scott Johnson, professeur de lettres classiques à l’université d’Oklahoma, a publié sur Twitter une copie d’un mail envoyé par le chef de produit du réseau Academia.edu. Ce dernier demandait au chercheur s’il accepterait de payer si ses papiers étaient recommandés sur AcademiaEdu. Le discours est ambigu: on ne paierait pas pour être recommandé mais uniquement si l’on est recommandé, le modèle revendiqué étant les publication en open access (dans sa voie dorée, ce qui n’est pas mentionné) comme PLoS qui publie en accès libre contre paiement de l’auteur mais après évaluation par les pairs. Un hashtag a été lancé sur Twitter, #DeleteAcademiaEdu, où des chercheurs discutent de la fermeture de leurs comptes Academia: 427 tweets en 18 heures, ce qui est relativement peu, mais peut néanmoins nuire à l’image de ce réseau"Risque clairement cité par Mittelalter, G. Geltner professeur d’histoire médiévale à l’université d’Amsterdam, dans son billet “Upon leaving Academia.edu”  dans les raisons qui l’ont poussé à fermer son compte sur Academia.edu. Vous pouvez lire une très bonne synthèse de ce billet en français sur le site Archives ouvertes de toulouse : https://openarchiv.hypotheses.org/3299

 

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Problèmes sur GitHub : des développeurs s'unissent autour d'une lettre ouverte

Problèmes sur GitHub : des développeurs s'unissent autour d'une lettre ouverte | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

Certains développeurs pestent contre GitHub. Certaines fonctionnalités manquent, et ses créateurs n’écouteraient pas. D’importants contributeurs se sont donc unis pour rédiger une lettre ouverte invitant le service à remédier à plusieurs problèmes.

GitHub est l'une des principales plateformes mondiales d'hébergement de code et de gestion des versions. Elle s’est particulièrement fait un nom dans le monde du logiciel libre en proposant gratuitement ses services, et on y trouve les sources de très nombreux projets, qu’il s’agisse de logiciels, de système d’exploitation ou encore de langages.

Plus de 1 300 signataires sur une lettre ouverte

Bien qu’il fasse office de référence dans ce domaine, GitHub n’est pas exempt de défauts. De nombreux développeurs et mainteneurs de projets libres se sont donc réunis pour les signaler. Ils proviennent pour certains de projets très connus comme Node.js, jQuery, Ember.js, Angular.js, Bootstrap ou encore Meteor. Ils ont été rejoints par des centaines d’autres, dont les signatures se comptent par centaines. Dans le tableau qui en fait la liste, on compte à ce jour plus de 1 300 personnes.

La lettre ouverte qui en a résulté est sobrement intitulée « Cher GitHub » et ne fait aucune circonvolution. Les signataires commencent par indiquer que le service a fait beaucoup pour l’open source depuis ses débuts, mais passe rapidement à un énoncé de soucis divers : sentiment d’être ignoré par l'équipe de GitHub, difficulté à communiquer avec elle et manque de visibilité sur le traitement des requêtes qui lui sont adressées. Ils résument l’ensemble avec une pointe d’ironie : « Puisque notre travail est habituellement fait de manière ouverte et que tout le monde a son mot à dire dans le processus, il nous semble étrange d’être tenus dans le noir pour l’une nos dépendances les plus importantes ».

Des demandes résumées sur trois axes

La lettre expose en fait trois demandes pour enrichir les outils liés à chaque projet :

La mise en place de modèles pour formater correctement les remontées de problèmes, avec des champs obligatoires, comme la version concernée ou la manière de retrouver le bugUn système de votes remanié pour éviter les « +1 » sans fin, avec des avertissements pour ceux qui en abusentQu’un fichier spécifique puisse être configuré dans le dépôt pour afficher des instructions claires à chaque ouverture de signalement de problème

Les signataires précisent que ces demandes ne devraient pas être une surprise, avec en prime un trait d’humour : « Nous attendons depuis des années que des progrès soient faits sur la moindre d’entre elles. Si GitHub était lui-même open source, nous pourrions implémenter ces choses nous-mêmes en tant que communauté – nous sommes très bons à ça ! ».

GitHub réagit, mais sans précision

Comme on pouvait s’y attendre, GitHub a réagi. Interrogé hier à ce sujet par The Next Web notamment, le service a répondu : « L'open source est très important pour GitHub et nous prenons ces retours très au sérieux. Nous travaillons sur plusieurs des initiatives qui ont été proposées et nous cherchons des moyens proactifs de faire participer les responsables open source afin qu'ils continuent de faire de GitHub une grande expérience pour leur communauté ».

Une réaction qui ne nous apprend guère ce qui est réellement en préparation, mais il y a des chances que l’attention publique portée au problème fasse réagir les concernés dans le bon sens.

Schallum Pierre's insight:

'Si GitHub était lui-même open source, nous pourrions implémenter ces choses nous-mêmes en tant que communauté – nous sommes très bons à ça'

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

#OATD – Open Access Theses and Dissertations #AroundTheWorld

Advanced research and scholarship. Theses and dissertations, free to find, free to use.

OATD.org aims to be the best possible resource for finding open access graduate theses and dissertations published around the world. Metadata (information about the theses) comes from over 1100 colleges, universities, and research institutions. OATD currently indexes 2,975,318 theses and dissertations.

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

#SSL : Les Pays-Bas votent un financement du chiffrement - Tech - Numerama

#SSL : Les Pays-Bas votent un financement du chiffrement - Tech - Numerama | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it
Le parlement néerlandais a adopté contre l'avis du gouvernement un financement d'un demi million d'euros pour aider à sécuriser le protocole de chiffrement SSL. Alors que le débat sur le chiffrement bat son plein actuellement des deux côtés de l’Atlantique, la seconde chambre parlementaire des Pays-Bas envoie un message. Comme le rapporte The Register qui s’inspire d’une information publiée sur le site néerlandais Security.nl, les députés ont décidé de voter un financement public de différents projets liés aux certificats SSL. La fragilité d’OpenSSL avait été mise à nue en 2014 avec la divulgation de la faille Heartbleed exploitée par la NSA, qui avait également mis à découvert un manque chronique de financement des outils libres de chiffrement. Le député Kees Verhoeven avait initialement prévu de verser 500 000 euros au projet OpenSSL, mais il a été décidé de répartir la somme entre plusieurs projets dont OpenSSL, LibreSSL et PolarSSL. La ventilation exacte sera décidée en concertation avec l’industrie par le Ministère des affaires économiques, dont le ministre Henk Kamp s’était opposé à la mesure. « Le chiffrement permet la communication privée (…) et permet aux journalistes, aux chercheurs, aux avocats et à d’autres (…) de protéger leurs sources, leurs clients ou partenaires », a expliqué le député. En savoir plus sur http://www.numerama.com/tech/134321-les-pays-bas-votent-un-financement-du-chiffrement.html#ehlvPydd51J4jJJl.99
more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Assises nationales sur la place du numérique dans la formation des enseignants #MENFP #PortauPrince

Assises nationales sur la place du numérique dans la formation des enseignants #MENFP #PortauPrince | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

Les assises seront l’occasion d’une démonstration des possibilités offertes par le numérique. Il s’agit d’explorer les moyens d’opérer une mutation qualitative avec un personnel en poste parfois depuis déjà des années. Nos réflexions partagées visent à identifier comment les TIC peuvent contribuer à la mise en place d’une formation de qualité de 150 000 enseignants en 2 ans et/ou de permettre aux enseignants d’intégrer un dispositif de formation sur deux années. Ce travail se fera en analysant ce qui a fonctionné en Haïti ou dans des contextes analogues et en identifiant les difficultés rencontrées. Elles seront articulées autour de deux journées : J1- Etat de lieux et possibilités offertes par le numérique, J2 : opérationnalisation et perspectives.

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Danemark : le succès du prêt numérique face au boycott d'éditeurs

Danemark : le succès du prêt numérique face au boycott d'éditeurs | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

C’est un succès écrasant que rencontre manifestement le prêt de livres numériques dans les bibliothèques danoises. D’ici la fin de l’année, plus d’un million d’ebooks devraient être empruntés, contre 598.168 empruntés l’année passée. Et le portail en ligne, eReolen, qui se charge du service annonce une projection de 1,161 million d’ebooks fin 2015.

Chaque mois, les utilisateurs peuvent emprunter jusqu’à trois titres, gratuitement, à lire sur tablette, eReader ou ordinateur. À l’éditeur, la bibliothèque paye entre 10 et 14 couronnes, à chaque téléchargement, montant par la suite réparti avec l’auteur. Soit une somme de 1,34 à 1,88 €. 

 

Certaines maisons ne se sont pas satisfaites de ce modèle économique, évoquant des conditions d’usages anticoncurrentielles. « Il est vraiment difficile d’expliquer aux gens pourquoi ils devraient se rendre sur notre site et payer 100 couronnes pour un ebook, s’ils peuvent aller sur un autre site et l’obtenir gratuitement », déplore Lene Juul, directeur général de JP/Politikens Forlag.

 

Mouvement de boycott impulsé depuis plusieurs mois

 

Ce n’est pas l’unique saillie d’un éditeur contre le service. En août dernier, l’auteur Anders Rønnow publié chez Klarlund Politiken estimait « dangereux de montrer au public que les livres ne coûtent rien. Je sais que le numérique va s’installer, mais nous risquons d’entrer dans la même situation que les journaux, qui nous ont habitués à ce que tout soit gratuit. »

 

Il avait alors signifié expressément que ses livres ne seraient pas disponibles. 

 

Un véritable boycott s’était alors mis en place. Anders Rønnow Klarlund lui-même redoutait que l’offre numérique ne devienne trop attrayante. « Nous écrivons de la fiction populaire, et nous ne pouvons pas, et nous ne vivrons plus de notre art. Nous vivons seulement en vendant des livres. Aujourd’hui, les usagers de bibliothèques nous placent dans une position où, s’ils ne peuvent pas prêter une version numérique de AJ Kazinski, ils empruntent quelque chose d’autre qui est disponible gratuitement. » 

 

Autrement dit, un risque de paupérisation par le numérique. 

 

L’agent de plusieurs gros noms de l’édition danoise, Lars Ringhof, ne disait pas autre chose. Dans son portefeuille, il compte notamment Hanne-Vibeke Holst, Elsebeth Egholm, Tom Buk-Swienty et Kirsten Hammann. Il expliquait que les auteurs ont décidé de faire retirer leurs livres du catalogue, « mais plusieurs auteurs suivront sans doute ». 

 

Et à cette époque, Lene Juul avait pris cette image : « Les bibliothèques ont instauré eReolen et Netlydbog.dk, et de la manière dont ils ont propulsé leur plateforme, elle devient trop importante dans le monde numérique. C’est un magasin de bonbons, où les consommateurs n’ont qu’à remplir leur sac. »

 

Succès non négligeable, clairement

 

Si l’on considère que 1,161 million de livres devraient être téléchargées fin 2015, les prévisions catastrophiques seraient confirmées : pour le mois de juillet, 126.000 ebooks et 159.000 audiobooks avaient été empruntés.

 

À la tête de la bibiothèque principale de Copenhague, Jakob Heide Petersen, également président de eReolen, estime que les éditeurs ont été entendus. Ainsi, les nouveautés et les best-sellers sont exclus de l’offre de prêt en bibliothèque. 

 

« Je pense que c’est un grand succès que nous sommes parvenus à obtenir, en faisant lire les enfants et les jeunes, alors que nous fournissons des ebooks à ceux qui ne liraient pas autrement », note-t-il.

 

En dépit de la popularité croissante des ebooks en prêt, le livre papier reste encore le grand chouchou du public, avec 27 millions de prêts réalisés en 2014. 

 

C’est un succès écrasant que rencontre manifestement le prêt de livres numériques dans les...

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Le dilemme des chercheurs francophones : publier en anglais ou périr? Par JEAN-FRANÇOIS VENNE | Affaires Universitaires

Le dilemme des chercheurs francophones : publier en anglais ou périr? Par JEAN-FRANÇOIS VENNE | Affaires Universitaires | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

Comment expliquer que davantage de chercheurs francophones choisissent de publier leurs articles scientifiques en anglais?

De plus en plus de chercheurs francophones publient leurs articles scientifiques en anglais. Au Québec, les avis divergent quant à la pertinence de ce choix et ses impacts sur la recherche et la société locales. « Pour que la recherche joue pleinement son rôle d’amélioration de la société dans laquelle elle est faite, les chercheurs doivent être en mesure de la faire connaître dans la langue locale, soutient Frédéric Bouchard, président de l’Association francophone pour le savoir (Acfas). C’est important pour toute société d’avoir une communauté de recherche capable de s’exprimer dans sa langue. » Pourtant, depuis plus de trente ans, les chercheurs publient de plus en plus en anglais et pas seulement au Québec. « Dans les sciences dites “dures”, comme les sciences de la nature, c’est réglé depuis longtemps, les chercheurs publient en anglais et ce n’est pas dramatique, avance l’historien des sciences de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Yves Gingras. Après tout, l’électron reste le même partout. La montée de la publication en anglais dans les sciences humaines et sociales me semble moins pertinente et plus inquiétante. »

Question d’impact

En 2016, les chercheurs Vincent Larivière et Nadine Desrochers, de l’Université de Montréal (U de M), publiaient des données saisissantes sur les publications en anglais dans les sciences humaines au Québec, en France et en Allemagne, tirées de la base de données Web of Science. Entre 1980 et 2014, tant en France qu’en Allemagne, la proportion d’articles de sciences humaines en anglais y a bondi de 30 à 80 pour cent. Celle d’articles écrits dans les deux langues locales a chuté de 70 à moins de 20 pour cent. Au Québec, 70 pour cent des articles étaient déjà rédigés en anglais en 1980. La proportion dépasse maintenant 90 pour cent. Pourquoi une telle tendance? Surtout en raison des méthodes d’évaluation quantitative de la recherche, basées sur le nombre, mais surtout la portée (lire : les citations) des publications. Les deux chercheurs de l’U de M notaient que les articles de sciences humaines publiés en anglais obtenaient trois fois plus de citations en moyenne dans les trois régions observées. Louis M. Imbeau et Mathieu Ouimet, de l’Université Laval, faisaient un constat similaire en 2012, pour les sciences politiques québécoises. Ils démontraient, chiffres à l’appui, que les chercheurs qui publient surtout en français publient moins et sont moins cités que les autres. « Il faut vivre avec son siècle, croit M. Imbeau. C’est la même chose pour toutes les nations du monde. Si l’on ne publie pas en anglais, on se coupe de la plus grande partie de son lectorat potentiel. On obtient de moins bonnes mesures de performance, ce qui peut avoir une influence négative sur la carrière d’un chercheur. » À l’inverse, Yves Gingras trouve insidieuse cette tendance à l’anglicisation de la recherche en sciences humaines et sociales (SHSS). « Les objets d’études dans ces domaines sont souvent nationaux, voire locaux, dit-il. Or, pour pouvoir publier dans une grande revue anglophone, par exemple américaine, les chercheurs choisiront des thèmes plus théoriques ou plus universels, au détriment de sujets pourtant très importants pour la communauté locale. Cela crée une tension entre l’intérêt de la recherche et celui de la carrière du chercheur. »

Rayonner autrement

Bien conscient de l’importance de la langue dans les SHSS, « le Fonds recherche Québec – Société et Culture (FRQSC) exige au moins 50 pour cent de contenu francophone dans les revues scientifiques qu’il soutient financièrement », explique la directrice scientifique du fonds, Louise Poissant. À la suite de représentations politiques, le nombre de revues scientifiques francophones soutenues par le FRQSC est passé de 28 à 36 depuis 2015. Par ailleurs, les subventions du FRQSC peuvent aussi servir à faire traduire un texte scientifique en anglais, afin d’augmenter son audience. Cependant, d’autres moyens existent pour faire rayonner les textes francophones, comme la plateforme Érudit. Créée en 1998, Érudit diffuse numériquement plus de 170 revues scientifiques et culturelles francophones. En 2017, elle donnait accès à plus de 200 000 documents dans 35 disciplines scientifiques, consultés chaque année dans tous les pays du monde. Les chercheurs francophones l’utilisent, mais aussi un grand nombre de chercheurs dont le français est la deuxième ou la troisième langue. La technologie joue donc déjà un rôle important dans la diffusion de la recherche publiée en français. Toutefois, de nouvelles innovations pourraient renverser la tendance du « tout à l’anglais ». L’arrivée d’outils de traduction automatisés plus efficaces permettra aux chercheurs de publier dans leur propre langue, mais d’être lus par l’ensemble de leur communauté de recherche. « L’hégémonie de l’anglais comme langue de communication scientifique pourrait être de courte durée, prédit Frédéric Bouchard. Il ne faudrait pas s’angliciser à outrance, alors même que s’amènent des outils technologiques favorisant la diversité linguistique et culturelle. »

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Expérimenter les humanités numériques : Des outils individuels aux projets collectifs #LivreLibreAccès

Expérimenter les humanités numériques : Des outils individuels aux projets collectifs #LivreLibreAccès | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it
#Parution
Expérimenter les humanités numériques Des outils individuels aux projets collectifs
Sous la direction de Étienne Cavalié Frédéric Clavert Olivier Legendre Dana Martin
Étienne Cavalié est conservateur à la Bibliothèque nationale de France. Frédéric Clavert est maître assistant à l'Université de Lausanne. Dana Martin est maître de conférences en allemand à l'Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand. Olivier Legendre est conservateur à la Bibliothèque Clermont Université.

166 pages • septembre 2017 L'intégralité des chapitres 3, 4, 5, 11 et 12 se retrouve sur la plate-forme Parcours numériques.

 Univers en perpétuelle expansion et au foisonnement chaotique, Internet offre un nombre incalculable d’outils, dont l’exploration paraît parfois hors de portée. Dans le paysage des sciences humaines, les blogs, les logiciels bibliographiques, les bases de données, les éditions en ligne et les wikis, tous ces objets qui éveillaient notre curiosité il y a une décennie, sont devenus aussi anodins qu’omniprésents. Mais comment bien s’en servir ? Les appréhensions face à ces outils — et leur simple mais robuste méconnaissance — sont encore largement répandues. Or on ne peut plus ignorer leur intérêt, voire leur nécessité et les chercheurs qui s’y essaient ne savent souvent pas par quel bout attraper ces logiciels nouveaux. C’est à cela que cet ouvrage veut les aider, de façon simple et précise, et il entend le faire sans en cacher les difficultés, mais sans dissimuler non plus qu’elles sont désormais connues, donc surmontables, et que, dans la majorité des cas, le résultat vaut tous les efforts à consentir.

Introduction Les outils personnels Chapitre 1 Les outils d’annotation vidéo pour la recherche Chapitre 2 L’usage des réseaux sociaux pour chercheurs Chapitre 3 Zotero : la gestion de références bibliographiques et de corpus documentaires Chapitre 4 De la carte mentale au carnet de recherche en ligne Chapitre 5 La création d’une base de données théâtrales L’outillage collectif Chapitre 6 Wiki, boîte à outils ou boîte de Pandore ? Chapitre 7 Du digital naive au bricoleur numérique : les images et le logiciel Omeka Chapitre 8 L’édition électronique de manuscrits modernes La gestion de projet Chapitre 9 Le projet DFIH : humanités numériques et histoire financière Chapitre 10 Le numérique et les SIG pour présenter et représenter la population Chapitre 11 Gestion des données, partage et conservation pérenne avec le Data Management Plan Chapitre 12 La Fonte Gaia : bibliothèque numérique et blogue scientifique 
LES AUTEURS Étienne Cavalié Frédéric Clavert Olivier Legendre Dana Martin Laurent Tessier Michaël Bourgatte Emmanuel Mourlon-Druol Chloée Fabre Pascale Argod Luisa Giari Sich Marie Chagnoux Pierre Humbert Cécile Boulaire Romeo Carabelli Fatiha Idmhand Claire Riffard Richard Walter Jérémy Ducros Elisa Grandi Pierre-Cyrille Hautcœur Raphaël Hekimian Angelo Riva Stefano Ungaro Sébastien Oliveau Aurore Cartier Magalie Moysan Nathalie Reymonet Filippo Fonio Claire Mouraby
more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Projet d'implantation des Fab Labs à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys #CEFRIO

Projet d'implantation des Fab Labs à la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys #CEFRIO | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it
Projet d’implantation des Fab Labs à la C.S. Marguerite - Bourgeoys
 Historique
Un Fab Lab (contraction de l ’ anglais « fabrication laboratory » , ou « laboratoire de fabrication ») , est un lieu où l’on fait, entre autres, de la médiation de machines - outils pilotée s par ordinateur pour conce voir et réalis er d es objets. Pour être appelé Fab Lab, un atelier de fabrication numérique doit respecter la charte des Fab Labs, instaurée par le Massachusetts Institute of Technology (MIT) à la fin des années 1990. Les Fab Labs ont constitué un dynamique réseau international de plus de 500 ateliers; cer tains s ’ adressent aux entrepreneurs, aux designers, aux artistes, aux bricoleurs, aux étudiants. Après s’être informée sur la pertinence pédagogique de cette innovation, lors de la première année d’expérimentation, la C ommission scolaire a décidé de s’équiper d’un F ab Lab mobile et d’en faire la promotion dans différentes écoles secondaires. « Ce fut un passage obligé », précise le gestionnaire porteur du dossier. L’année suivante, la C ommission scolaire possédait huit Fab Lab s . Une promotion auprès de la direction générale et des directions d’établissement a aussi été réalisée par le gestionnaire port eur du dossier. « Dans la planification stratégique, on a un axe sur le développement durable 1 et un axe du vivre - ensembl e 2 , et ça s’y inscrivait » , partage - t - il. La C ommission scolaire ne possède pas de politique d’innovation écrite, mais le gestionnaire rencontré précise que la direction générale de la C ommission scolaire est ouverte à l’innovation dans son milieu. « C’est dans la culture de la C ommission scolaire que de développer, d’ouvrir et de faire place à des projets novateurs. » Les acteurs désira nt mettre sur pied différents projets innovants se voient offrir une grande liberté dans leurs actions. L’un des enseignants provenant d’une école ayant un programme international s’exprime en ces termes : « ce programme les amène toujours dans le défi , car c’est une culture du défi, de l’innovation et du progrès ». Les acteurs rencontrés ont aussi mentionné leur désir de rivaliser avec les écoles privées et ainsi offrir aux jeunes des écoles publiques de nouvelles opportunités pertinentes. 1 On fait référence à l’axe d’apprentissage tout au long de la vie. 2 On fait référence à la valeur de collaboration de la charte des Fab Labs

À la Commission scolaire Marguerite - Bourgeoys (CSMB), un gestionnaire impliqué dans le projet précise ceci : « Avec l’avènement des Fab Labs, je voyais une façon d’apprendre autrement, qui est plus stimulante, et un rapprochement entre la réalité et la salle de classe. [...] On voulait, à Marguerite - Bourgeoys, produire des élèves qui soient créatifs, qui soient autonomes, qui soient capables de résoudre des pro blèmes, et ce, en préparation au marché du travail ». Toujours selon ce gestionnaire, l’implantation du Fab Lab a été exigeante et cela a demandé beaucoup de volonté et une implication de personnes qui désiraient sortir du cadre. Projet d’implantation des Fab Labs à la C.S. Marguerite - Bourgeoys

 D éveloppement du projet Fab Lab à la CSMB
Afin de valider l’intérêt du personnel enseignant envers un tel environnement d’apprentissage et les approches pédagogiques qu’il soutient, un Fab Lab mobile a été installé dans les écoles pour une courte durée (une année scol aire) , et ce, en collaboration avec L'île du savoir de la Conférence régionale des élus (CRÉ) de Montréal et le soutien financier de la Fondation du Gand Montréal. La réponse positive des classes a incité les directions d’établissement à investir dans ce p rojet : la C ommission scolaire a dégagé un budget couvrant la moitié des frais du projet , et les écoles ont contribué à 50 % du financement pour l’installation permanente d’un Fab Lab dans leurs murs. C’est dire que l’engouement soulevé a conduit à la prép aration et à l’obtention de subventions utilisées pour cette installation dans huit écoles secondaires différentes. Actuellement, il y a huit Fab Lab s implantés de façon permanente dans huit écoles différentes. Selon le gestionnaire rencontré, les projets n’ont pas tous levé partout à la même vitesse. Des huit Fab Lab s permanents, quatre sont utilisés par les enseignants en classe avec les élèves , et quatre sont utilisés en classe et sont accessibles pour les activités parascolaires et communautaires. Si c e projet a été initié par la direction générale (« top - down »), les approches pédagogiques pour faire réaliser les apprentissages aux élèves reviennent aux enseignants. Ces derniers peuvent utiliser les espaces à leur guise, selon leurs intentions pédagogi ques. Un porteur de dossier a été sélectionné dans chacune des écoles participantes. Ce dernier avait comme rôle de faire rayonner le Fab Lab dans son milieu, peu importe la discipline , car il est évident que l’ensemble des domaines d’apprentissage peuvent utiliser les Fab L ab s pour réaliser des apprentissages en situation réelle. L’intention p édagogique est la même pour tou tes les écoles. Afin de faciliter l’implantation dans chaque éta blissement , des accompagnateurs ont été engagés pour soutenir les enseignants dans l’utilisation pédagogique des outils du Fab Lab. L’ajout de ces accompagnateurs a été possible grâce à la collaboration de L'île du savoir de Concertation Montréal et le fin ancement de la Fondation du Grand Montréal. Dans certains milieux, la direction adjointe de l’école s’est également beaucoup impliquée dans le développement du projet. Selon le conseiller pédagogique associé au projet, « l’implantation des Fab Lab a ét é une opération exigeante, tant physiquement qu’intellectuellement, pour tous les intervenants » . Il ajoute toutefois qu’il a « un sentiment que cette technologie, peut - être pas dans la forme actuelle, sera un outil de changement social. [...] Or, ce changem ent doit nécessairement passer par l’école » . 

7 Après une deuxième année d’expérimentation, les acteurs du milieu rencontrés constatent que la science et la technologie et les arts plastiques sont des disciplines où l’utilisation du Fab Lab s’est révélée particulièrement intéressante. Selon eux, l’ancrage du Fab Lab est solide dans la plupart des écoles : la réponse des élèves et des enseignants s’est révélée positive , et leur attachement est fort envers ce nouvel environnement. Ils considèr ent important que le Fab Lab soit vu dans toute sa complexité, c’est - à - dire avec toutes les machines accessibles. Le fait d’avoir les mêmes machines dans toutes les écoles a facilité la coordination des formations, ainsi que le soutien offert aux enseignan ts. L’entraide entre eux s’est également révélée plus facile en raison de cette constante. Rappelons que ce ne sont que des enseignants volontaires qui expérimentaient ce nouvel espace. Leur volonté a été identifiée comme une condition gagnante par l’un de s accompagnateurs rencontrés. Certes, la motivation des uns a éveillé la curiosité des autres , et l e bouche à oreille entre les élèves et les enseignants a tôt fait d’en intéresser d’autres. Une autre commission scolaire a démontré un intérêt pour l’idée et a mis sur pied un Fab Lab dans le cadre de l’éducation aux adultes. Les intervenants ont exprim é leur intérêt à ce que l’initiative se développe dans d’autres milieux.

Organisation physique et technologique Le Fab Lab est un lieu physique dans l’écol e, et de manière générale, détaché des locaux de classe. C’est un lieu de projet où les élèves se déplacent pour utiliser les différentes machines - outils disponibles. Des tables de travail et des ordinateurs sont également mis à la disposition des utilisat eurs. L’une des écoles participantes de la C ommission scolaire a dédié le local de science au matériel du Fab Lab. Le local est apprécié pour son grand espace et ses tables et ordinateurs, mais les enseignants doivent cependant se coordonner avec l’enseignant de science pour avoir accès au local, ce qui limite l’utilisation du Fab Lab par les enseignants et les cl asses. Les machines, entre autre s l’imprimante 3D, d’un Fab Lab peuvent aussi être mobiles et se promener de classe en classe, selon les besoins. Une grande part du travail préalable à l’impression au Fab Lab se réalise à partir de logiciels. Il devient do nc essentiel pour les élèves d’avoir accès à l’équipement approprié. Puisque ces installations permettent aux élèves de travailler en même temps sur le projet sans être tous rendus au même endroit, certains enseignants rencontrés trouvent cela facilitant l orsque les élèves ont tous accès à un ordinateur, et ce, à tout moment de leur présence au Fab Lab. Le travail peut aussi se poursuivre en classe ou à la maison. Pour un bon fonctionnement du Fab Lab, les machines et les logiciels doivent être mis à jour l orsque nécessaire. Selon le conseiller pédagogique, le Fab Lab doit être doté d’un horaire de travail et d’ouverture du laboratoire pour qu’il puisse être utilisé adéquatement. L’une des enseignantes a obtenu deux périodes consécutives avec le même groupe dans son horaire. Selon elle, il est très facilitant d’avoir plus de temps pour se rendre au Fab Lab et réaliser les activités. Toutefois, cette contrainte n’est pas vécue de la même façon par les classes où tous les élèves possèdent un ordinateur portabl e , puisque les élèves peuvent avancer leur projet à la maison ou en classe. Toujours en ce qui concerne l’horaire, pour réaliser un projet interdisciplinaire avec un collègue , les enseignants rencontrés ont mentionné la nécessité d’avoir un horaire conjoin t . En ce qui concerne les Fab Lab s mobiles, le gestionnaire porteur du dossier précise que « les enseignants ne s’y investissaient pas puisqu’ils étaient temporaires », ce qui a justifié l’installation de Fab Lab s fixes dans les écoles intéressées. Les Fab Labs étudiés comprennent principalement cinq machines - outils : une imprimante 3D, une découpe laser, une brodeuse numérique, un traceur de découpe vinyle et une fraiseuse à commande numérique. Sur le plan technique, plusieurs logiciels d’édition accompagnent ces machines - outils.

I ntentions pédagogiques
En plus de sout enir les projets interdisciplinaires, le Fab Lab élargirait l’univers des possibles pour les enseignants qui s’y intéressent, par exemple , pour a pprendre aux élèves à faire un plan, à réfléchir à leur processus créatif ou de conception. Selon l’un des ense ignants rencontrés, « les élèves peuvent développer leur créativité à travers l’utilisation des machines du Fab Lab ». Il ajoute que le Fab Lab pourrait soutenir des projets entrepreneuriaux susceptibles de rapporter et soutenir l’école, par exemple, des t - shirts pour les équipes sportives. D’après l’un des enseignants rencontrés, le Fab Lab enrichit la classe de science et technologie en permettant aux élèves de faire la conception d’objets techniques, à partir de nouveaux outils : « En technologie, ce qu ’on a à enseigner, c’est le cycle de conception : r éfléchir avant, faire un plan, faire la gamme de fabrication. [...] Ce qui devient intéressant avec le Fab Lab, c’est que l’élève est obligé de faire le plan parce que la machine ne fait rien sans plan » . Qu e ce soit au Fab Lab ou au laboratoire technologique, l’enseignant ajoute que ce n’est pas intuitif pour les élèves de réfléchir avant de débuter la conception. L’un des accompagnateurs du Fab Lab ajoute qu’en plus de faire le plan, les élèves doivent le v érifier et le modifier au besoin pour obtenir le résultat voulu. Ils se doivent alors d’être très précis. Par exemple, si l’élève fait la conception d’une roue dentée, puis d’une deuxième, il doit s’assurer que les dents soient de la même taille pour que l es deux roues puissent s’agencer. Toujours en science et technologie, une enseignante a amené ses élèves à faire la conception d’articulations à l’aide du Fab Lab. Elle réalisait déjà ce projet, mais sans le Fab Lab , et elle a décidé de réaliser son intent ion pédagogique de cette nouvelle façon. Au secondaire, plusieurs concepts scientifiques et technologiques sont revus à chaque année. Cela permet donc un réinvestissement intéressant des mêmes concepts selon des projets différents , et un transfert d’acquis à des contextes variés. Plusieurs liens peuvent être faits avec la technologie et l’informatique. L’une des enseignantes rencontrées observe une augmentation de l’intérêt des élèves ayant utilisé le Fab Lab envers ces deux discipl ines. Le Fab Lab peut aussi être utilisé dans le cadre du cours de mathématiques pour l’étude, entre autres, du transfert de la deuxième dimension à la troisième dimension , ainsi que pour l’étude des aires et des volumes des solides. Les logiciels utilisés permettent de manipuler des solides et d’amener les élèves à transférer une face en un solide. . « L’ouverture en arts plastiques, elle est exceptionnelle », partage l’une des enseignantes. L’utilisation du Fab Lab peut être orientée vers l’expression d ’idées qui ne peuvent pas être exprimées par le dessin. Les élèves peuvent travailler les formes abstraites et intégrer le 3D. Par exemple, un projet interdisciplinaire intégrant des concepts mathématiques dans une création artistique a été réalisé dans l’ un des milieux participants Projet d’implantation des Fab Labs à la C.S. Marguerite - Bourgeoys 10 A pproches pédagogiques Le Fab Lab soutiendrait la mise en œuvre d’approches pédagogiques innovantes. « Dans la première phase d’appropriation, nous expérimentions. Maintenant, on observe et on apprend que tou t un chacun dan s l’école est capable de réaliser jusqu’au bout un projet de qualité », exprime le conseiller pédagogique associé au projet. Le Fab L ab offre la possibilité de créer des contextes signifiants d’apprentissage reliés aux besoins des élèves. Le Fab Lab devient ainsi une nouvelle avenue, une motivation à intégrer les technologies dans la pratique des enseignants. « Ce que je trouve intéressant , c’est l’intégration de technologies actuelles dans mon enseignement », partage l’une des enseignantes rencontré es. Le conseiller pédagogique précise que l’utilisation du Fab Lab donne l’occasion aux enseignants de prendre des risques, et d’apprendre aussi de leurs erreurs. Autrement dit, n’étant pas expert dans l’utilisation des différentes machines et logiciels, l ’enseignant qui utilise le Fab Lab avec ses élèves apprend aussi avec eux. Selon le conseiller pédagogique, les projets doivent se situer dans la zone proximale de développement des élèves. Les élèves doivent prendre en compte plusieurs éléments en deh ors de la discipline dans l a quel le s’inscrit le projet. La diversité des pratiques pédagogiques possibles avec le Fab Lab devient une occasion pour l’enseignant de prendre du recul sur ses choix, de diversifier sa pratique et d’innover dans sa pédagogie. U n enseignant partage que « c’est un contexte un peu déstabilisant pour les enseignants, mais c’est vraiment intéressant, ça permet de se re - questionner sur des choses qu’on fait pareil depuis longtemps ». Selon l’ un des accompagnateurs, les enseignants app rennent à réorganiser la classe et la gestion de celle - ci pour une utilisation efficiente du Fab Lab : « Il s ne voi en t pas cela comme un frein, mais plus comme une réorientation de comment ils peuvent enseigner un concept avec ces technologies » . « J’apprends en même temps que mes élèves, et avec les techniciens et les collègues qui me supportent », exprime une enseignante. L’enseignant est ainsi amené à développer de nouvelles compétences numériques, et agit néanmoins en tant qu’apprenant expert auprès de ses élèves. « Je trouve que ça donne une dynamique d’apprentissage vraiment intéressante avec les élèves, et on leur montre que c’est possible d’apprendre à apprendre , que si on ne connaît pas quelque chose, on le teste et on s’amuse avec ça, et on fait des erreurs et ce n’est pas grave », partage un enseignant. Les enseignants précisent que c’est le processus d’apprentissage qui est priorisé lors de l’utilisation du F ab Lab, et que l’impression n’est que l’une des étapes de ce processus. Projet d’implantation des Fab Labs à la C.S. Marguerite - Bourgeoys 11 Le conseiller pédagogique précise que la personnalisation des objets est un aspect gratifiant et motivant pour les élèves, par exemple, la création et la personnalisation d’un support pour le téléphone. Il ajoute que le Fab Lab soutient également la différ enciation par l’offre d’outils différents, qui a été observée particulièrement avec des groupes d’élèves ayant un trouble du spectre de l’autisme. Le gestionnaire porteur du dossier précise que « pour qu’il ait des changements chez les élèves, il doit y av oir une fréquence d’utilisation, ça prend une certaine récurrence ». L’un des milieux a utilisé beaucoup le Fab Lab en parascolaire, en plus des projets réalisés en classe, pour se familiariser plus rapidement avec ces nouvelles machines. Projet d’implantation des Fab Labs à la C.S. Marguerite - Bourgeoys 12 A ccompagnemen t des élèves Les personnes interviewées ont souligné qu’au début du secondaire, il n’est pas rare que les élèves ne possèdent que très peu d’acquis en informatique. Par exemple, les élèves n’étaient pas tous compétents en ce qui concernait la gestion des d ocuments sur un ordinateur. Selon le conseiller pédagogique rencontré, il est fréquent que les élèves provenant de milieux défavorisés ne possèdent pas d’ordinateur à la maison , et qu’ils n’y so ie nt donc pas familiers, à l’inverse du téléphone intelligent qui est plus utilisé par ces élèves. Cela a donc demandé un accompagnement soutenu et pas à pas de la part de l’enseignant qui désirait intégrer l’utilisation du Fab Lab dans sa classe. Un accompagnateur précise qu’une grande différence est observable entr e les classes régulières et celles où tous les élèves possèdent et travaillent avec un ordinateur portable en tout temps. Certains ont suggéré qu’un cours en informatique soit offert pour mettre à niveau les élèves ayant un niveau de compétence insuffisant pour une utilisation adéquate du Fab Lab. Pour d’autres, un tel développement de compétences peut toutefois se produire en contexte de Fab Lab. Certains des enseignants rencontrés pensent qu’un cours en informatique offert aux élèves pourraient diminuer l ’accompagnement actuellement nécessaire lors de l’utilisation du Fab Lab avec une classe entière. Des accompagnateurs étaient présents lors des séances au Fab Lab pendant les heures de cours, selon le besoin de l’enseignant. Selon les enseignants rencontrés, il est incontournable d’avoir plus d’un adulte dans le Fab Lab si on veut accompagner les élèves selon leurs besoins spécifiques. Le gestionnaire responsable d u projet a u niveau de la C ommission scolaire est d’avis que cette perception est liée à la nouveauté et au changement de pratique en cours. Selon lui, au fur et à mesure que les enseignants gagneront en expérience au niveau technique, en enseignement par a telier et lorsque plus d’élèves auront développé une expertise et seront en mesure de devenir des mentors pour d’autres élèves, ce besoin s’estompera. Il rappelle qu’au moment de l’implantation des premiers laboratoires informatiques dans les écoles, plusi eurs enseignants étaient réticents à s’y rendre avec un groupe d’élèves sans la présence d’un technicien en informatique. Avec l’expérience, ce besoin est aujourd’hui rarement exprimé , et la majorité des enseignants sont maintenant autonomes à ce niveau.(...)
more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

La Sorbonne donne des cours de droit en direct sur Facebook par Marianne Shehadeh

La Sorbonne donne des cours de droit en direct sur Facebook par  Marianne Shehadeh | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

L’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne diffuse un cours de droit en direct sur Facebook : innovation pédagogique ou tendance à la numérisation du savoir ? Après avoir développé plusieurs MOOCs, Bruno Dondero, professeur de droit, a diffusé en direct son cours de "Droit des sociétés" sur Facebook Live.

Par l'intermédiaire de son smartphone, le professeur de droit à la Sorbonne (et directeur du Centre Audioisuel d'Etudes Juridiques) Bruno Dondero a diffusé l'intégralité de son cours magistral sur Facebook Live - le récent outil du réseau social numéro 1 pour diffuser une vidéo en direct avec son smartphone. "Il s'agit pour moi d'une première et je ne crois pas que cette pratique soit si répandue que cela, malgré l'important développement des technologiqes", explique Bruno Dondero.


Démocratiser le savoir


"Cette initiative permet de donner la possibilité à tout le monde de suivre un cours de droit de la Sorbonne comme si on était en amphi !" Le prof enthousiaste précise qu'il ne s'agit que d'une expériementation, et non d'une nouvelle directive pédagogique. En effet, il estime qu'une bibliothèque de vidéos pourrait se constituer sur Facebook, l'un des réseaux sociaux privilégiés des jeunes de la génération Y. Il voit en ce projet "une démocratisation de l'université et une plus large diffusion du droit".


Vers une pédagogie numérique ?


L’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne souhaite ainsi s'adresser à un très large public, après avoir développé de nombreux MOOCs (droit, histoire, géographie...) encore non certifiants. L'université souhaite néanmoins lancer une offre de MOOCs certifiants, qui seront pamri les tout premiers portés en France. Guillaume Simiand, chargé de mission pour la communication numérique, confirme le soutien de l'université envers cette initiative pédagogique : "nous sommes toujours à la recherche de nouveaux moyens pour améliorer l'expérience de nos étudiants, et assurer la diffusion la plus large possible des savoirs, l'une des plus belles missions de l'université". Il souligne ainsi la volonté pionnière de développer une expertise en outils numériques pour la pédagogie (en formation initiale et continue).

➜ À lire également : Les 5 commandements pour une rentrée réussie à l'université Si les universités se numérisent petit à petit, digiSchool a réalisé il y a plusieurs années que le savoir devait passer par le digital : sites web, applications mobiles, vidéos de cours... Retrouvez toute la galaxie digiSchool pour réussir vos études !

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Apprendre à lire et à écrire au CP : les apports de la Twictée. #UniversitéDétéLudovia

Apprendre à lire et à écrire au CP : les apports de la Twictée. #UniversitéDétéLudovia | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

L’université d’été Ludovia aura lieu du 23 au 26 août 2016 dans l’Ariège. Lors de cet événement des ateliers Explorcamps et Fabcamps seront proposés. Céline Laumonier présente « Apprendre à lire et à écrire au CP : les apports de la Twictée. » Problématique pédagogique : Le dispositif Twictée a été pensé pour travailler les apprentissages en orthographe grammaticale et en orthographe lexicale. Des enseignants de CP ont intégré le dispositif avec pour mission de l’adapter à leurs élèves à la fois apprentis lecteurs et apprentis scripteurs. Il fallait donc « redesigner » Twictée en ajustant ses objectifs mais également sa mise œuvre tout en respectant le cahier des charges pédagogique qui fait le succès de Twictée pour donner tout son sens à la TwictéeCP. Les élèves de début CP sont bien éloignés des questions grammaticales et lexicales ainsi que de leurs balises Twictée associées (#accordSV, #motfamille, …). La TwictéeCP doit donc créer de nouvelles balises autour des stratégies de lecture et d’écriture, et plus particulièrement des correspondances graphophonologiques. De là, se posent les questions de la progression des sons, des méthodes de lecture, de l’apprentissage du geste graphique : comment appréhender la progression des sons ? Les élèves écrivent-ils en capitale ou en cursive ? La négociation est-elle accessible à des élèves de cet âge ? Le cœur du dispositif Twictée est l’explicitation de l’erreur par l’écriture d’un twoutil : règle orthographique en 140 caractères. Il est impossible pour des élèves qui rentrent à peine dans lecture et l’écriture d’expliquer en 140 caractères leurs stratégies pour écrire tel son ou telle syllabe. Le TwoutilCP devra prendre un autre format qui permette, d’une part d’expliquer les stratégies des élèves, et d’autre part d’être suffisamment outillant pour les élèves. Apport du numérique en relation avec le thème de l’édition : Les apports du numérique se situent sur deux plans : une utilisation en classe au service du dispositif Twictée et une utilisation par les enseignants au service de leur formation. En classe : Twictée utilise le réseau Twitter, ce qui place les élèves dans une réelle situation de communication avec une grande visibilité et de nombreuses interactions. Les twittclasses participantes sont nombreuses et localisées dans plusieurs pays notamment francophones. Les élèves découvrent ainsi différentes cultures mais qui ont en commun la langue française. Les élèves de CP bénéficient donc d’une première approche d’un réseau social. Ils commencent à apprendre à gérer l’identité numérique ainsi les codes spécifiques à ce réseau social : tweet, retweet, balises, etc. Pour le TwoutilCP, le choix s’est rapidement orienté vers un format vidéo. La vidéo peut être réalisée sur tous les supports à disposition dans les classes : ordinateurs, tablette ou smartphone de l’enseignant. Elle peut être enregistrée via une application dédiée ou directement depuis l’application Twitter. Certaines twittclasses combinent les vidéos avec l’utilisation d’un TNI pour encore plus d’interactivité. Le format vidéo est très adapté. Pour les élèves émetteurs, il permet réellement d’expliquer les stratégies d’encodage en l’illustrant facilement (réinvestissement des outils de la classe, étiquettes balises). La contrainte des 140 caractères spécifique à Twitter est remplacée par la contrainte de temps (vidéo de 20 secondes) ce qui impose à l’élève de réfléchir à ce qui est important de dire et ce qui ne l’est pas. Dès tout jeune l’élève apprend donc à synthétiser ses idées, notamment au travers l’utilisation des mots balises pour catégoriser les erreurs. Pour les élèves récepteurs, la vidéo permet d’avoir un support outillant pour mieux comprendre comment écrire, outil qui leur est directement adressé et réalisé par des camarades qui partagent un vocabulaire commun : les balises. Hors-classe : Participer à Twictée en tant qu’enseignant c’est faire partie d’une équipe tirant profit de toutes les possibilités non seulement de Twitter mais aussi des plates formes collaboratives. Les discussions autour des textes consensus pour les différentes twictées sont autant d’apports didactiques et pédagogiques. Chaque Twictée est l’occasion d’élaboration de documents de travail par et pour l’équipe, de partage de savoirs faire et de compétences. Il existe une réelle dynamique de travail au sein de la TeamCP qui nourrit au quotidien la pratique de chacun. Les échanges se poursuivent bien au-delà de Twictée, ce qui fait de cet espace une bouillonnante salle des maitres. Synthèse et apport du retour d’usage en classe : La Twictée au CP a été lancée en tant que laboratoire d’expérimentations aussi bien pour les élèves que pour les enseignants. Les premières twictées ont été conçues comme des ateliers métagraphiques où il s’agissait plus de chercher à écrire qu’à bien orthographier : écriture en capitales d’imprimerie, en cursive, à l’aide d’étiquettes sons ou syllabes. Le maitre mot étant l’adaptation aux élèves (1ere twictée : certains n’écrivaient que le mot « moto » d’autres la phrase « Papa a une moto », approche différenciée). Les textes consensus des Twictées mettent au jour une certaine harmonisation des Twictonautes au niveau des progressions dans les apprentissages. Certains points orthographiques sont réinvestis lors des twictées, d’autres sont introduits par celle-ci. Si au départ les twictées se concentraient principalement sur les correspondances graphème-phonème (#lettreson, #lettresinversées), elles ont rapidement évolué vers des notions grammaticales telles la ponctuation ou le pluriel des noms avec leurs balises associées (#Ponctuation ; #pluriel ; …). Il a fallu également apprendre aux élèves ce que signifiait négocier et comment le mettre en œuvre. Les élèves s’approprient ainsi mieux leurs différents outils de classe comme points d’appui et commencent déjà à préparer les futurs twoutils. Les phases de correction collective tiennent une place importante dans le dispositif. Elles permettent la verbalisation des erreurs, la justification des choix orthographiques qui nourrissent la création des twoutils. Les premières corrections ont permis la mise en place des premières balises proposées par les élèves. La #TeamCP s’est ensuite concertée pour élaborer un dicobalises adapté à l’âge des élèves afin d’avoir un référentiel commun à toutes les Twitclasses quand elles s’envoient les twoutils. Les échanges riches et fructueux, ont permis de construire un outil parfaitement adapté aux besoins des élèves, dans un esprit à la fois pédagogique, efficace et ludique. Mais il fallait encore que les élèves s’approprient efficacement ce dicobalises (régulièrement alimenté en fil des twictées). L’image joue encore un rôle essentiel au CP, c’est un élément de représentation et de communication. La lecture d’images permet de construire une représentation stable, en particulier lorsque l’enfant ne peut encore lire et écrire. La plupart des CP n’étant pas suffisamment lecteurs, la TeamCP a décidé d’adopter des balises visuelles (créées par Laetitia Vautrin) pour catégoriser les différentes erreurs trouvées dans les twictées. Ces balises visuelles sont représentées en forme de bonhommes. Chaque balise visuelle fait référence à un point orthographique. L’élève s’approprie la balise quand il est capable d’expliquer sa correction, de justifier son choix orthographique et de la nommer. Chaque balise écrite a été associée à un pictogramme pour renforcer la représentation des balises (texte + image). Cet ensemble accompagne l’envoi du twoutil au format vidéo dans lequel les élèves ont également verbalisé et manipulé ces balises visuelles. Toutes ces manipulations et verbalisations ont permis au cours de l’année de se détacher peu à peu du format vidéo. Les élèves les plus habiles peuvent remplir un twoutil à trous se rapprochant sensiblement du twoutil canonique utilisé dans les niveaux supérieurs. Les Twictées se sont étoffées, elles peuvent être composées de courtes phrases. Le dicobalises s’enrichit à chaque twictée en fonction des points orthographiques qui sont proposés par les enseignants ou tout simplement par une erreur qui n’a pas encore été rencontrée. Le bilan est très positif, les élèves sont très investis à chaque phase de la Twictée et réalisent des progrès visibles. L’utilisation des balises et les automatismes se mettent progressivement en place et sont réinvestis dans toutes les situations de productions d’écrits. Il n’est pas rare d’entendre des « #Majuscule » ou « #pluriel » dans les classes en dehors des twictées. Voir la bio de Céline Laumonier Plus d’infos sur les ateliers EXPLORCAMPs Ludovia#13 http://ludovia.org/2016/ateliers-sur-explorcamps-ludovia13/

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

1er Forum Franco-Québécois d’Innovation en Santé #PolytechniqueMontréal #TechnologiesPourLaSanté 

1er Forum Franco-Québécois d’Innovation en Santé #PolytechniqueMontréal #TechnologiesPourLaSanté  | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it
Participez au 1er Forum Franco-Québécois d’Innovation en Santé, où seront abordés l'imagerie, les biomatériaux / biomécanique et l'e-santé. Cet évènement qui se tiendra à Polytechnique de Montréal du 11 au 12 octobre 2016 est ouvert aux chercheurs académiques, hospitaliers et industriels, engagés dans le développement de technologies pour la santé et aux sociétés de technologies médicales du domaine. Le Forum est organisé autour de présentations scientifiques et de tables rondes prévues pour favoriser et/ou consolider les échanges entre scientifiques et entreprises medtechs, et promouvoir des projets industriels collaboratifs dans le champ de l’innovation technologique en santé. Des sessions posters et des présentations flash permettront d’initier ou de renforcer ces échanges entre académiques et medtechs des deux pays. Des prix seront décernés aux meilleurs posters présentés par les équipes françaises et québécoises dans le cadre d’un concours international. Afin de faciliter les déplacements d’étudiants français, trente bourses seront allouées après sélection. Toutes les informations relatives à l’organisation du Forum sont disponibles sur le site "2fqis.aviesan.fr". Le 1er Forum Franco-Québécois pour l’Innovation en santé (2FQIS) est promu et organisé par l'Alliance française nationale pour les sciences de la vie et la santé (Aviesan) qui regroupe les opérateurs de recherche et d’enseignements publics français, Polytechnique Montréal, le Consortium de recherche industrielle et d’innovation en technologies médicales du Québec, MEDTEQ ainsi que les pôles de compétitivité Medicen, Paris région et Alsace Bio-Valley. Comité de Pilotage et d’Organisation Au Québec : Magali Bricaud (Consulat général de France au Québec) ; Diane Côté, Noémie Leclerc, Iris Leroux (MEDTEQ) ; Neila Kaou, Nathalie Jourdain, Christophe Guy, Gilles Savard, Jean Choquette, Carl-Eric Aubin (Polytechnique Montréal) En France : Caroline Mailloux (Délégation générale Québec, Paris) ; Agnès Kergus (Inserm) ; Imane Lahmami, Marie-Thérèse Ménager, François Hirsch (Aviesan) ; Régine Trébossen (CEA) ; Stefan Darmoni (Université de Normandie) ; Jean Charlet (Inserm, APHP) ; Elias Fattal (Université Paris-Sud) ; Didier Letourneur (Inserm / CNRS) ; André Pelegrin (Inserm) ; Jérôme Boudy (Institut Mines Télécom) ; Olivier Fontaine (Medicen) ; Agnès Legoll (Alsace Bio-Valley)

Programme – 11 Octobre 2016
11 octobre 2016 Maître de cérémonie : Gilles Savard (Directeur de la DRIAI, Polytechnique Montréal) 08:00 – 08:30 Accueil 08:30 – 08:50 Ouverture officielle : Christophe Guy (Directeur Général, Polytechnique Montréal) Catherine Feuillet (Consule générale de France, Montréal) Rémi Quirion (Scientifique en chef du Québec, Fonds de recherche du Québec) Yves Lévy (Président Directeur Général, Inserm & Président, Aviesan) Conférences introductives 08:50 – 09:10 Franck Lethimonnier (Aviesan, France) Le paysage de l’innovation en technologies de la santé en France 09:10 – 09:30 Fabrice Brunet (CHU Sainte-Justine et CHUM, Montréal, Québec) Le paysage de l’innovation en santé au Québec Définition des besoins en innovation en santé en France et au Québec Modérateur : Daniel Fagret (Inserm, France) & Alain Moreau (CHU Sainte-Justine, Québec) 09:30 – 09:50 - Sandrine Moirez (Medtronic du Canada) 09:50 – 10:10 - André Pèlegrin (Inserm, France) Innovations pour le diagnostic et la thérapie des cancers : apports des biomédicaments 10:10 – 10:30 - François Berger (Inserm, France) Micro-nanotechnologies d’interfaces tissulaire et moléculaire 10:30 – 10:50 - Louis-Philippe Amiot (Hôpital Maisonneuve-Rosemont) & Zimmer (CAS, Montréal, Québec) 10:50 – 11:20 Discussion Générale (incluant les 6 premiers conférenciers) 11:20 – 14:00 Session Affiches (concours) et Repas APPROCHES TECHNOLOGIQUES 14:00 – 17:00 I- Imagerie Modérateurs : Régine Trebossen (CEA, France) & Jacques A. de Guise (Québec) 14:00 – 14:30 - Gilles Soulez (Dép. Radiologie UdeM& CHUM ; Montréal, Québec) - Frédéric Leblond (Polytechnique Montréal, Québec) 14:30 – 15 : 00 - Jean-Luc Gennisson (ESPCI, France) L'imagerie ultrasonore ultrarapide - Virginie Callot (LIA CNRS, France) 15 : 00 – 15:20 Discussion Générale 15:20 – 15:50 Pause-café II- Biomatériaux et biomécanique Modérateurs : Didier Letourneur (Inserm, France) & Carl-Eric Aubin (Québec) 15:50 – 16:10 - Michael Buschmann (Polytechnique Montréal, Québec) : Commercialisation des biomatériaux: Trajectoires & Défis 16:10 – 16:30 - Joëlle Amédee (Inserm, France) Ingénierie osseuse : De la recherche à la clinique 16:30 – 17:00 Discussion Générale 17:00 Remise des prix & Cocktail / Réseautage Programme – 12 Octobre 2016 12 octobre 2016 APPROCHES TECHNOLOGIQUES (suite) 09:00 – 10:00 III-Sciences des données en santé Modérateurs : Myriam Le Goff (Institut Mines télécom France) & Louis-Martin Rousseau (Québec) 8:30 – 09:00 - Paul Lepage (TELUS Santé) 09:00 – 09:20 - François Sigaux (CEA, France) 09:20 – 09:40 - Andrea Lodi (École Polytechnique de Montréal, Québec) 09:40 – 10:00 - Stefan Darmoni (Université de Rouen, France) – Serveurs de terminologies en santé 10:00 – 10:30 Discussion Générale 10:30 – 10:50 Pause-café Aspects éthico-sociétaux10:30 – 12 :00 Modérateurs : Jean Marc Grognet (CEA, France) & 10:50 – 11:10 - Mylène Deschênes (FRQ, Québec) 11:10 – 11:30 - Johanne Patenaude (Université de Sherbrooke, Québec) 11:30 – 11:50 - François Hirsch (INSERM, France) Règlementation, acceptabilité, financement : l'accès aux technologies de santé un défi éthico-sociétal ? 11:50 – 12:20 Discussion Générale 12:20 – 13:30 Repas (autour des posters) 13:30 – 15:30 La parole aux industriels : Medteq, Medicen, Business France, Alsace Biovalley - Présentations flash de Medtechs - Mode de financement de projets, Projets en construction Modérateurs : Diane Côté (Medteq), Philippe Guédon (Medicen), Agnès Legoll (Alsace Biovalley) Québec : France : 15:30 – 16:00 Pause-café 16:00 – 17:30 Table ronde Aspects liés aux innovations en santé : mise sur le marché, acceptabilité, accès et coûts, partenariats à l'international Modérateurs : Marco Fiorini (CVT Aviesan, France) et Philippe Jouvet (CHU Sainte-Justine, Québec) Québec : Renaldo Battista (FRQS, Québec) - Michèle de Guise (INESS, Québec) - Thomas Martinuzzo (Univalor, Québec) France : Lionel Pazart (CIC IT, Besançon) - Jacques Duchêne (UTT, Troyes) - Nicolas Carboni (SATT Conectus) 17:30 Conclusion & Buffet de clôture / Réseautage
more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Les bibliothèques, outils de (re-)décentralisation du Web #Tor #LibraryFreedomProject

Les bibliothèques, outils de (re-)décentralisation du Web #Tor #LibraryFreedomProject | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

Installer un relais Tor dans une bibliothèque publique ? Voilà une initiative qui peut paraître surprenante au premier abord, mais c’est ce qu’a fait la bibliothèque de Lebanon aux États-Unis dans le cadre du Library Freedom Project, pour garantir l’anonymat des usagers qui se connectent à Internet dans ses emprises. Le texte de Jason Griffey traduit ci-dessous explique en quoi cette démarche fait sens dans une bibliothèque et pourquoi il deviendra sans doute même de plus en plus important que les bibliothèques s’emparent des enjeux de la protection de la vie privée et de la décentralisation d’Internet. Nous remercions Lionel Maurel, alias Calimaq, pour cette présentation et surtout pour ses commentaires qualifiés et éclairants que vous retrouverez à la fin de cet article. Les bibliothèques peuvent éviter à l’Internet des objets de subir la centralisation du Web par Jason Griffey Source : How libraries can save the Internet of Things from the Web’s centralized fate Traduction Framalang : Benoit, Penguin, goofy, xi jasonGriffeyTout le monde pense que les bibliothèques ont un rôle positif à jouer dans le monde, mais ce rôle diffère suivant que vous parliez à un bibliothécaire ou à leur tutelle. Demandez à un membre de leur tutelle ce que les bibliothèques ont en commun, et il répondra probablement : elles partagent les livres avec les gens. Les bibliothécaires auront une réponse différente : elles partagent un ensemble de valeurs. Il est temps pour les bibliothèques de défendre ces valeurs en soutenant l’accès à Internet et en menant le combat pour conserver un Internet ouvert, libre et sans propriétaire. Le Code d’Éthique de l’association des bibliothèques américaines dit : « Nous avons une obligation particulière de garantir la libre circulation de l’information et des idées aux générations actuelles et futures. » (1) Cette libre circulation de l’information sur Internet est en danger à cause du renforcement de la centralisation de ces vingt dernières années. Ce qui était alors un terrain ouvert où tous les participants pouvaient exprimer leurs idées et créer des outils et du contenu dépend maintenant de plus en plus de services propriétaires fournis par des entreprises comme Facebook, Amazon, Twitter et Google. Ce n’est pas le futur qu’envisageait John Perry Barlow en 1996 lorsqu’il a écrit sa Déclaration d’Indépendance du Cyberespace : Je déclare l’espace social global que nous construisons naturellement indépendant des tyrannies que vous cherchez à nous imposer. Vous n’avez aucun droit moral de dicter chez nous votre loi et vous ne possédez aucun moyen de nous contraindre que nous ayons à redouter. À l’époque, Barlow, comme beaucoup d’autres, pensait que la plus grande menace sur ce monde naissant provenait des gouvernements. C’est bien plutôt le commerce et le capitalisme qui ont permis à de grandes sociétés de dominer de façon quasi totale les services majeurs sur Internet. Les romans cyberpunks avaient tout compris. D’un autre côté, la décentralisation est devenue la priorité dans les domaines où l’anonymat et la sécurité sont de mise. Par exemple, Bittorrent permet la distribution de contenu d’un utilisateur à l’autre sans que l’information ne réside sur un serveur. Tor (« le routeur oignon ») est un réseau de serveurs décentralisés qui rendent anonymes les moyens de communication. Le Bitcoin est une monnaie qui ne repose ni sur des banques ni sur des gouvernements, utilisant à la place un réseau distribué de « registres » pour garder trace des transactions. Le mouvement pour la re-décentralisation dépend souvent de la générosité d’inconnus qui offrent une partie de leur propre infrastructure au réseau en question : bande passante, cycles de calcul ou expertise technique — s’exposant ainsi parfois à des risques personnels et professionnels importants. Les systèmes décentralisés vont fournir l’information et les services du prochain grand virage informatique : l’Internet des objets. Ces « objets » seront décentralisés par essence, et cette décentralisation peut être protégée contre l’accaparement si nous préparons le terrain maintenant en créant des nœuds par lesquels ces micro-réseaux vont communiquer. L’Internet décentralisé partage les valeurs traditionnelles des bibliothèques. Les systèmes décentralisés sont de solides remparts contre la censure, le contrôle ou les intérêts d’entreprises dirigées par leurs actionnaires. Les services distribués n’ont pas de point faible centralisé — pas de prise électrique unique à débrancher, pas de serveur unique qui puisse être assigné à comparaître — donc ces services ne peuvent pas être retirés à leurs utilisateurs finaux. Leurs intérêts sont directement alignés sur ceux de leurs utilisateurs qui n’auront pas à pâtir de maîtres indifférents. La force des systèmes décentralisés est aussi leur faiblesse. La décentralisation signifie qu’il n’est pas possible de forcer ou soudoyer une entreprise pour modifier le système afin qu’il soit plus facile à contrôler ou à espionner, mais cela signifie aussi qu’il n’existe pas d’entité capable de lutter au tribunal ou au Congrès [NdT : pouvoir législatif américain] pour défendre le système lorsqu’il est attaqué. Les bibliothèques peuvent soutenir un système décentralisé à la fois par leurs ressources informatiques et leur pouvoir de pression. Les combats qu’elles ont menés en faveur d’une infrastructure libre, juste et ouverte pour Internet montrent que nous avons de l’influence dans la sphère politique, ce qui a tout autant d’importance que les serveurs et la bande passante. À quoi ressembleraient des services bâtis sur les valeurs et l’éthique des bibliothèques ? Ils ressembleraient à des bibliothèques : accès universel à la connaissance. Anonymat des demandes d’information. Un soin particulier apporté aux capacités de compréhension et à la qualité de l’information. Un fort engagement pour s’assurer que les services sont disponibles à tous les niveaux de pouvoir et de privilège. Pour prendre un exemple, la bibliothèque Kilton, à Lebanon dans le New Hampshire, a installé un relais Tor. C’est l’aboutissement d’une longue bataille pour obtenir que les bibliothèques reconnaissent que leur infrastructure a un rôle important à jouer en faveur d’une grande idée : aider à protéger les communications du monde entier. Alison Macrina, la directrice du Library Freedom Project, et Nima Fatemi, la directrice technique, ont accompli un travail magnifique pour mener à son terme ce projet et démontrer qu’une bibliothèque peut servir aussi bien sa communauté locale que le vaste monde. (manuscrit médiéval, banque d'images BNF) Geek expliquant le fonctionnement du routeur oignon à une bibliothécaire (manuscrit médiéval, banque d’images BnF) Ça n’a pas été facile, parce que la plupart des gens ne comprennent pas ce qu’est Tor ni pourquoi Tor est important dans le monde. C’est exactement pour ça que nous avons besoin que les bibliothèques montrent le chemin. Les bibliothèques devraient embrasser ce futur distribué et mettre à disposition leurs surplus de cycles et de bande passante pour mettre en œuvre les prochaines étapes de l’évolution vers un Internet décentralisé. Les bibliothèques sont l’endroit idéal pour développer ces services, car ils sont en phase avec l’éthique des bibliothèques, et celles-ci jouent ainsi pleinement leur rôle de membres de confiance au sein de leur communauté. Tor est seulement un exemple. Les plus grande bibliothèques peuvent contribuer à l’hébergement de ressources et d’applications. Les associations de bibliothécaires peuvent parrainer des services décentralisés dans le but de les rendre accessibles, afin que les petites bibliothèques puissent les installer et les gérer facilement. Toutes les bibliothèques peuvent commencer à explorer ces possibilités, engager leurs communautés en tant qu’utilisateur de ces services, mais aussi en tant que contributeurs, par leurs compétences techniques et leurs connaissances. Les bibliothèques — par leur position dans la communauté, leurs valeurs et leur longue expérience dans leur mission qui et de rendre l’information aisément accessible tout en protégeant les intérêts des utilisateurs — ont une position privilégiée pour nous guider sur le chemin de la re-décentralisation d’Internet. Les bibliothèques et les bibliothécaires ne peuvent pas se permettre de laisser passer cette occasion de nous emmener vers la prochaine étape. Ils doivent s’en emparer. (Image : Tubes and Wires, Eddie Welker, CC-BY) (1) On consultera également avec intérêt la charte UNESCO sur le rôle des bibliothèques * * * * * * * 220px-Lionel_Maurel_Journee_domaine_public_2012Les bibliothèques ne sont pas seulement des points d’accès à des contenus culturels ou scientifiques. Ce sont aussi depuis longtemps des lieux d’apprentissage du rapport à l’information, des espaces d’exercice de la liberté d’expression et plus généralement, du vivre-ensemble et de la citoyenneté. Les bibliothécaires américains ont été sensibilisés plus tôt à la question de la protection de la vie privée, notamment parce qu’ils ont été frappés de plein fouet par le Patriot Act après les attentats de 2001. Le texte initial prévoyait en effet la possibilité pour le FBI d’accéder aux fichiers des usagers des bibliothèques pour connaître la teneur de leurs lectures. Les bibliothécaires américains (et notamment la puissante ALA – American Library Association) ont agi pendant de nombreuses années pour contester cette dérive et ériger la défense de la privacy (confidentialité) comme valeur majeure pour leur profession. Par extension, la liberté d’accès à Internet en bibliothèque a fait l’objet également d’une attention particulière, notamment pour permettre aux usagers d’accéder à un internet sans filtrage au nom de l’Intellectual Freedom de la même manière que les bibliothèques sont censées ne pas exercer de censure sur les ouvrages acquis pour leurs collections. Ces questions prennent de plus en plus d’importance à mesure que la surveillance de masse de la population se déploie et se renforce, sous l’action conjuguée des États et des grandes entreprises du Web. En 2014, à l’occasion de son congrès annuel qui se tenait à Lyon, l’IFLA — l’association internationale des bibliothécaires — a apporté son soutien aux 13 principes contre la surveillance de masse portés par EFF. Dans le contexte des révélations d’Edward Snowden, c’était un symbole fort qui marquait un tournant dans l’implication des bibliothécaires sur ces questions. Malgré le cortège de lois sécuritaires adoptées en France depuis trois ans, les bibliothécaires français restent moins en pointe que leurs homologues américains dans ces débats. Néanmoins, leur implication évolue également dans un sens similaire. L’Association des Bibliothécaires de France (ABF) a adopté en 2015 une charte Bib’Lib en faveur de « l’accès libre à l’information et aux savoirs ». Ce texte est associé à un label et préconise de garantir l’accès à un internet libre et ouvert, « sans contraintes d’identification autre que ce que prévoit la loi » et dans le respect des données personnelles des usagers. Certains établissements, comme la BULAC à Paris , agissent comme des pionniers pour définir des bonnes pratiques en termes de conservation des données de connexion et d’accès à Internet. Et on commence peu à peu à voir des établissements français comme la bibliothèque de l’INSA qui organisent des crypto-parties. L’un des intérêts du texte de Jason Griffey est d’établir le lien entre les enjeux de protection de la vie privée et de décentralisation d’Internet. Les bibliothèques peuvent en effet jouer un rôle important dans la formation des usagers à l’utilisation des outils et au développement de la « littératie numérique ». On espère que des passerelles pourront d’ailleurs se créer entre les bibliothèques françaises et le projet CHATONS de Framasoft, qui fait la promotion d’alternatives libres et décentralisées aux services proposés par les GAFAM. Il est d’autant plus important que les bibliothèques jouent ce rôle citoyen que la pression sécuritaire monte en France. Suite aux attentats de novembre dernier, le gouvernement avait annoncé un temps son intention de bloquer le WiFi public et d’interdire l’usage du réseau tor en France. Si ce genre de projets venaient à être mis à exécution, non seulement les bibliothèques françaises seraient directement impactées, mais une initiative comme le Library Freedom Project deviendrait impossible dans notre pays…

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Pourquoi utiliser la vidéo en formation? - Université de Sherbrooke

Pourquoi utiliser la vidéo en formation? - Université de Sherbrooke | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

De prestigieuses universités filment leurs professeurs et donnent gratuitement accès à leurs leçons sur le Web. Des entreprises comme TED-Ed illustrent les propos de formateurs triés sur le volet au moyen d’animations créatives. Des enseignants «inversent» leurs classes par la vidéo. Quelle est la source de cet engouement pour l’image? Pourquoi un chargé de cours, une professeure devraient-ils faire de la place à la vidéo dans leur enseignement?

Au sens où on l’entend dans ce dossier, l’expression «vidéo» peut être associée tant au processus de captation d'activités dans un cadre pédagogique et à la production d’une vidéo nécessitant scénarisation, tournage et montage qu'à la transmission en direct ou la diffusion en différé d'une vidéo pour fins de formation.

Parce que les images vidéo sont devenues omniprésentes

La compagnie Cisco publie chaque année des statistiques concernant le trafic Internet. Bien sûr ces chiffres favorisent l’industrie de la réseautique, mais il reste que certains frappent l’imagination.

D’ici 2016, Cisco prévoit que…

le trafic vidéo constituera 54 % du trafic Internet mondial;20 000 heures de contenus vidéo traverseront les réseaux chaque seconde;l’équivalent en gigaoctets de tous les films réalisés à ce jour passera par les réseaux IP toutes les trois minutes.

Dès 2008, Nielsen Online parle de la video generation puisque les enfants et les adolescents regardent davantage de vidéos en ligne (clips musicaux, bandes-annonces, etc.) que les adultes dans les maisonnées américaines. Une étude récente de Nielsen (septembre 2012) révèle que les 18-24 ans visionnent en moyenne 9 h 38 de vidéo sur Internet par mois, alors que ceux disposant d’appareils mobiles visionnent 7 h 35 de vidéo sur leurs téléphones intelligents. Et cela s’ajoute aux heures passées devant la télévision, qu’elle soit branchée sur Internet ou non.

L’étude NetTendances 2011, menée par le CEFRIO, confirme qu’au Québec ce sont désormais 82,6 % des 18 à 24 ans, 91,3 % des étudiants et 60,2 % des gens titulaires d’un diplôme universitaire qui consultent des vidéos en ligne.

Parce qu’un changement de culture est en cours chez les jeunes

Consulter des contenus vidéo numériques sur différents supports est donc naturel pour nos étudiantes et étudiants. Le journaliste Hervé Guillaud (2009), qui considère que l’on assiste à une «transformation culturelle forte», fait cette observation troublante :

«Les plus jeunes ont tendance à utiliser YouTube comme moteur de recherche, c’est-à-dire à regarder les contenus du web seulement sous l’angle vidéo, comme si les contenus textuels n’existaient pas ou plus. Pour eux, une grande partie de leur expérience du web s’arrête aux vidéos qu’ils y trouvent.»

Kevin Kelly, éditeur du magazine Wired, et Lawrence Lessig, professeur à la Harvard Law School, croient aussi que l’on assiste à un changement culturel. Selon eux, on passerait d’une littératie livresque (book literacy) à une aisance avec le langage vidéo (video fluency) (cités dans Kaufman et Mohan, 2009) :

«… Capture, editing, and archiving resources are now in the hands of millions, and the discussion has shifted from terms describing media literacy to “media fluency,” in that people are newly conversant and becoming fluent in the vocabulary, philosophy, and technology of television, movies, and music.»
(Kaufman et Mohan, 2009)

Pour que les universités s’adaptent davantage à ce changement

Cette culture vidéo trouve encore un écho modeste dans le milieu universitaire :

«… The state of play today in higher education is such that the “screen literacy,” “visuality,” and fluency that students bring to the classroom and to their work from their worlds outside the university are barely being serviced inside of it.»
(Kaufman et Mohan, 2009)

Paru en 2009, le rapport Video Use and Higher Education de Kaufman et Mohan est encore l’un des portraits les plus évocateurs de l’utilisation de la vidéo dans les universités américaines.

On y apprend notamment que…

les usages pédagogiques de la vidéo sur les campus américains se multiplient rapidement dans toutes les disciplines, tant en arts et en sciences humaines qu’en sciences, ainsi que dans les filières professionnelles;professeurs, bibliothécaires et gestionnaires s’attendent tous à ce que cette utilisation aille croissant [d’ici 2014];en 2009, la majorité des usages vidéo se limitait à la consultation de documents en classe ou dans les bibliothèques.

Dans les 20 institutions visitées par Kaufman et Mohan, la demande des étudiants − mais aussi celle des formateurs − excède les ressources vidéo disponibles. Cependant, «video assets are far from integrated systematically into pedagogy». Les bibliothèques universitaires tiennent des collections vidéo intéressantes, mais la plupart de ces contenus sont sous forme analogique (VHS), ou du moins rarement accessibles en ligne (Kaufman et Mohan, 2009).

C’est peut-être pour cela que les sites de partage de vidéo externes deviennent si populaires auprès des universitaires : «Video-sharing technologies, originally created for entertainment and amateur purposes, are quickly gaining popularity in academic arenas. Video-sharing sites designed specifically for academic purposes have already been designed and implemented.» (Snelson, 2008)

Parce que la vidéo peut ajouter de la valeur à l’enseignement

Pour Jack Koumi, consultant britannique ayant œuvré à la BBC et à la Open University, l’intégration de la vidéo peut ajouter de la valeur à la formation sur les plans cognitif, expérientiel et affectif (ce qu’il appelle nurturing) (cité dans Snelson, 2008).

Valeur cognitive

À la base, la vidéo permet de développer chez les étudiantes et étudiants des connaissances et des compétences disciplinaires par la démonstration. Lorsqu’elle se limite à l'information utile à retenir, elle permet une standardisation des contenus et facilite la transmission des savoirs. Les étudiants peuvent arrêter la vidéo au moment désiré, la revoir autant de fois que nécessaire. La vidéo permet un regard externe sur des prestations vécues en classe (ou ailleurs) afin de les commenter ou de les évaluer.

«Son utilisation en tant qu'élément d'illustration, par exemple, permet de donner à l'apprentissage une dimension plus proche de la réalité dans la mesure où une situation complexe à décrire peut être rendue plus compréhensible par la présentation d'images fixes ou de séquences animées.»
(De Lièvre et al., 2000)

Valeur expérientielle

Parce qu’elle donne accès à des expériences rares, dangereuses ou difficiles à reproduire (opération médicale, explosion d’un véhicule, événement historique, interactions avec humains ou animaux, etc.), la vidéo permet de transcender les limites physiques et chronologiques, d’ouvrir la classe sur le monde extérieur. Des séquences filmées peuvent donner accès à une multitude de voix qui viennent enrichir la réflexion universitaire, tant celles de disparus ou d’exclus que celles d’éminents collègues :

«… Higher education may be evolving to a place where lectures are commodities given by the great lecturers on the web and where classes are local, small, interactive, and focused on helping students organize ideas into their thinking and their lives. We have all heard that the “guide at the side.” But the emerging norm in higher education may instead be a sage on the web and a guide at the side.»
(Edmonds, 2008)

Le corollaire est que la vidéo permet au monde d’accéder à la classe par la formation à distance. Pouvant facilement être compressée, transférée, rendue disponible via différents supports physiques ou informatiques, elle offre une grande flexibilité en termes de diffusion.

Valeur affective (nurturing)

Parce qu’elle permet de varier méthodes et activités pédagogiques, la présentation de séquences filmées ou l’opportunité de réaliser une production vidéo a souvent un effet motivateur, stimulant chez les étudiants. Mais le potentiel affectif de la vidéo permet aussi de développer des savoirs-être. Ainsi, Snelson et Elison-Bowers (2009) donnent l’exemple du recours à ce médium pour sensibiliser les étudiantes et étudiants aux impacts de négligences médicales :

«While this information may be available in text form, video serving as a medium through which a dramatic story may be represented with compelling imagery, music, narration, and body language is a much more compelling example. If the goal is to evoke emotion and inspire learners to internalize values consistent with professional standards of patient.»

De manière plus générale, Karppinen (2005) encourage l’utilisation de la vidéo pour favoriser l’apprentissage significatif (meaningful learning). C’est-à-dire, dans une perspective constructiviste, un apprentissage :

actif;constructif et individualisé;collaboratif et conversationnel;contextualisé;guidé;émotionnellement prenant et motivant.Pour guider les étudiants dans leur lecture des vidéos

Que ce soit en formation initiale, continue, en présentiel ou à distance, la vidéo doit faire partie d’un ensemble structuré d’activités pédagogiques afin de contribuer véritablement à l’atteinte d’objectifs d’apprentissage :

«… [L]a réflexion relative à l'usage ou non d'un élément multimédia portera sur sa pertinence pédagogique avant d'envisager la manière de le mettre en œuvre d'un point de vue technique. À cet égard, pour que l'enseignant puisse juger de la pertinence d'un élément multimédia, il faut qu'il possède des capacités à analyser cet objet qu'il s'agisse d'une image, d'un film ou d'une bande sonore. La lecture de l'image permettra de déterminer son adéquation au projet pédagogique. Bien souvent une éducation aux médias devra s'effectuer en parallèle avec la formation à l'utilisation des médias dans un contexte pédagogique.»
(De Lièvre et al., 2000)

Les formateurs auraient donc intérêt à développer eux aussi une culture médiatique afin d’exercer de bons choix pédagogiques mais aussi d’être en mesure d’accompagner leurs étudiants dans l’appréhension critique des vidéos qui les entourent. Hobbs (2006) suggère d’amener l’utilisation de la vidéo au-delà de la simple transmission de contenus, vers des occasions de discuter des messages médiatiques par lesquels les jeunes construisent leurs visions du monde, souvent sans l’accompagnement de formateurs (York et Owston, 2012).

Afin d’ouvrir un tel dialogue critique et constructif autour des productions vidéo, Warnick et Burbules (2007) suggèrent de repenser l’utilisation pédagogique de tels documents en termes d’«espaces» plutôt qu’en termes de «médias» :

«When we look at information technologies as “media” (literally as conduits between two end points), we focus on the aspect of information transfer and do research studies comparing how effectively the information was conveyed. […] The space metaphor for educational technology seems to broaden our sense of educational purposes. Education is not only about effectively communicating information; indeed, this may only be a minor part. A space, as a realm of participation and dialogue rather than as a “container” for storing and transferring information, is a metaphor that more effectively highlights this point.»
(Warnick et Barbules, 2007)

Sources

CEFRIO-Léger Marketing, «Divertissement en ligne : la Webtélé prend son envol!», enquête NetTendances 2011, vol. 2, no 2, 18 p.

Cisco Visual Networking Index: Forecast and Methodology, 2011-2016, livre blanc Cisco, 30 mai 2012, 16 p. [document PDF].

De Lièvre, Bruno, Christian Depover, Albert Strebelle et Jean-Jacques Quintin, «Pour une justification pédagogique des aspects multimédias intégrés aux dispositifs de formation», Actes du Colloque du Conseil de l'éducation aux médias, Belgique, 2000, 9 p.

Edmonds, Victor, «Video Vision», Educause Review, septembre-octobre 2008, p. 76-77. [document PDF].

Guillaud, Hervé, «Quand YouTube remplacera Google», Futura-Techno, 1er avril 2009.

Hobbs, Renee, «Non-optimal uses of video in the classroom», Learning, Media and Technology, vol. 31, no 1, mars 2006, p. 35-50.

Karppinen, Païvi, «Meaningful learning with digital and online videos: Theoretical perspectives», AACE Journal, vol. 13, no 3, 2005, p. 233-250. [document PDF].

Kaufman, Peter B, et Mohan, Jen, Video use and higher education, Intelligent Television, New York, juin 2009, 14 p. [document PDF].

Snelson, Charleen, «Web-Based Video in Education: Possibilities and Pitfalls», TCC 2008 Proceedings, 13th annual Technology, Colleges and Community Worldwide Online Conference, Hawai, vol. 2008, no 1, p. 214-221 [document PDF].

Snelson, Charleen et Patt Elison-Bowers, «Using YouTube videos to engage the affective domain in e-learning», Research, Reflections and Innovations in Integrating ICT in Education, vol. 3, Badajoz, Espagne, 2009, p. 1481-1485.

Warnick, Bryan R. et Nicholas C. Burbules, «Media Comparison Studies: Problems and Possibilities», Teachers College Record, vol. 109, no 11, novembre 2007, p. 2483-2510.

York, Dennis N. et Ron Owston, Enabling learning with user-created web video in higher education, American Educational Research Association, 2012 Annual Meeting, Vancouver, 2012, 16 p. [document PDF].

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Corriger des copies numériques | Ralentir travaux : le blog #PDFExpert #Evernote #OneNote #Keep

Corriger des copies numériques | Ralentir travaux : le blog #PDFExpert #Evernote #OneNote #Keep | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it
Corriger des copies numériques

18 janvier 2016 by Yann Houry

Drame du papier

Autant le dire tout de suite, les copies ont toujours été une corvée. Il y a de nombreuses raisons à cela dont une au moins psychologique : la correction des copies est le moment où l’enseignant mesure le fruit de son travail (et de celui de ses élèves) et cela peut parfois être quelque peu décourageant.

Mais il y a aussi autre chose. Depuis que je tends vers le zéro papier, la copie sur papier reste une sorte d’anachronisme dans ma vie numérique. Avec les chèques que je signe de plus en plus rarement, la copie est bien le seul endroit sur lequel j’inflige à quelqu’un ma graphie disgracieuse.

Et il y a pire. Honnêtement, je pense que la copie est prévue pour que l’élève écrive dessus mais certainement pas pour que l’enseignant y ajoute sa correction.

Il y a certes une marge (et encore est-elle encombrée de petits trous) mais elle offre peu d’espace. Il ne reste alors que le fameux cartouche, maigre espace dans lequel personne n’a envie d’étaler sa prose. Reste aussi la fin de la copie si l’on veut se montrer un peu plus disert.

La copie numérique

Heureusement, le beau monde numérique apporte une solution à mes états d’âme. Si vos élèves n’ont ni tablette ni ordinateur, vous pouvez faire comme François Jourde (à qui ce billet doit beaucoup) et scanner les copies et faire une correction numérique (je vous assure que c’est très simple encore que peut-être un peu long). Sinon si vos élèves sont équipés, voici ce qu’il est possible de faire.

L’idée est d’avoir des copies au format PDF. Il existe de nombreuses applications qui vous permettent de faire des choses qu’on ne soupçonne pas faisables avec un banal PDF. Et pourtant !

Correction avec PDF Expert

Avec PDF Expert, j’annote les copies de plusieurs manières. Par exemple, j’use et j’abuse des tampons. Ce sont de petits rectangles que l’on peut créer soi-même et ensuite insérer sur la copie. J’ai ainsi créé différents tampons, pour corriger des rédactions : « À reformuler », « Ponctuation », « Temps », « Répétition », etc. Ces tampons s’insèrent dans la marge, sont aisément reconnaissables à leur couleur et font gagner un temps précieux. Inutile de recopier dix fois de suite « Ponctuation ».

Parfois, ces brèves remarques sont insuffisantes. Je recours alors à la « note ». Comparable à un petit post-it dans la marge, cette note est cliquable et s’ouvre pour faire apparaître une explication qui n’aurait pas trouvé de place dans la marge. On peut donc facilement insérer des explications supplémentaires qui elles aussi peuvent ensuite être copiées puis collées dans d’autres copies.

Je recours également à tout un ensemble de codes de couleur afin de souligner les passages erronés : le bleu pour la ponctuation ou les espaces en trop ou manquantes ; le rouge pour l’orthographe ; le violet pour les temps verbaux ; le jaune pour les passages qui leur valent un des tampons susmentionnés…

Mais ce que je préfère, c’est tout de même la remarque audio. On l’a dit au début, on manque souvent de place et on ne peut formuler clairement une appréciation détaillée. En enregistrant son appréciation, on peut vraiment développer et expliciter les points à retravailler.

Et ensuite ?

Ensuite, vous rendez la copie à votre élève. Pour ma part, j’utilise Evernote mais vous pouvez tout aussi bien utiliser OneNote ou Keep. Ces applications servent à de nombreux enseignants de cahier numérique. Et l’on voit qu’avec PDF Expert (mais on peut aussi utiliser d’autres apps comme PDF Max indiqué par Nicolas le Luherne), la copie aussi devient numérique, c’est-à-dire réellement numérique : elle est augmentée. Il y a une réelle plus-value à ce que la copie soit numérique.

Pour finir, on peut imaginer quelques petites choses : j’aurais bien aimé que les liens que j’ai insérés dans les notes soient de vrais liens cliquables. J’aimerais aussi pouvoir bénéficier de davantage d’options de formatage dans le texte que je peux coller sur une copie, comme le barème. Peut-être pour une future mise à jour…

more...
No comment yet.
Rescooped by Schallum Pierre from Elearning, pédagogie, technologie et numérique...
Scoop.it!

Jeux sérieux - un annuaire très sérieux d'applications ludo-educatives ! #DifférentsSujets

Jeux sérieux - un annuaire très sérieux d'applications ludo-educatives ! #DifférentsSujets | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it
Le jeu sérieux ou serious game, c'est le jeu vidéo mais détourné en produit de formation. Tout en gardant son aspect ludique, il permet d'acquérir des connaissances sur des sujets multiples. Voici la sélection de Thot Cursus issue de notre célèbre répertoire http://cursus.edu/institutions-formations-ressources/formation/16184/jeux-serieux-gratuits/
Découvrez des jeux éducatifs sur une multitude de sujets, pour tous les âges ! | See more about Quizes, Physique and Sons.
Jeux sérieux gratuits
Plus de 220 jeux éducatifs sur une multitude de sujets, pour tous les âges.

7052 rue Des Brumes
Québec Qc
Canada
G2C 1P6

Aller à cette ressourceSite de l'institutionContact
2K

Vous voici devant la plus récente version de notre célèbre Répertoire des Jeux sérieux gratuits.

Principales nouveautés :

Octobre 2014 : 27 jeux nouveaux !

Les nouveautés se situent dans les catégories suivantes: Pour les tout-petits (+2), Administration - Finances – Marketing (+1), Arts visuels (+2), Biologie – Nature (+2), Entraide - Bénévolat – Citoyenneté (+2), Environnement - Développement durable (+1), Génie – Ingénierie (+2), Histoire - Archéologie -Anthropologie (+3), Informatique – Internet (+3), Musique (+1), Orientation professionnelle (+1), Physique (+2), Politique-Affaires publiques (+2), Psyché (+1), Santé - Hygiène – Prévention (+2).

Pour vous éviter de parcourir une très longue liste, nous vous proposons de cliquer ci-dessous sur les sujets qui vous intéressent. Cela vous conduira directement au coeur de la catégorie voulue. Attention, certains sujets se trouvent sur une deuxième page, ne soyez donc pas surpris si votre navigateur se met en route !

Sommaire du répertoire

Pour les tout-petitsAdministration - Finances - MarketingAlimentation - AgricultureArchitecture - Construction - BâtimentArts visuelsBiologie - NatureChimieDroit et justiceEntraide - Bénévolat - CitoyennetéEnvironnement - Développement durableGéographieGéosciencesGénie - IngénierieHistoire - Archéologie -AnthropologieInformatique - InternetLanguesLittératureMathématiquesMusiqueOrientation professionnellePhotographiePhysiquePolitique-Affaires publiquesPsychéSanté - Hygiène - PréventionSciences, généralSports et loisirsTransport - Navigation
N’hésitez pas à explorer les catégories que vous ne connaissez pas, vous y découvrirez certainement des merveilles !

Bonne découverte, et bons jeux !



Pour les tout-petits (2 nouveautés)

Aidez le Père Noël à recueillir ses cadeaux: Proposé par le Laboratoire de Soutien à l'Enseignement Télématique (LabSET) de l'Université de Liège, il s'agit d'un bon moyen, très ludique, d'apprendre aux jeunes enfants le déplacement du curseur de la souris (motricité). suite

Histoire de poissons: Histoire de poissons nous met dans la peau d'un poisson qui doit manger de plus petits pour grandir et éviter de se faire manger par les plus gros. Ici, on stimule la motricité des enfants de façon amusante. suite

La maison de Loupy: Au coeur d'une maison virtuelle, un chien nommé Loupy fait des siennes. L'enfant sera confronté à des choix de comportements qu'il devra adapter face aux agissements de l'animal. Un bon moyen de leur faire comprendre les attitudes à adopter avec un chien. suite

Ekoloko. (en anglais) Plus de 500 activités pour se familiariser avec la protection de la nature et le développement durable ! Une série de jeux immergés dans un véritable univers, où évoluent des communautés d'enfants. Plusieurs rôles sont possibles, de simple joueur à "ranger", qui aide les joueurs débutants à vaincre les obstacles. Des heures de jeu en perspective dans un univers coloré, pour les 6-10 ans.

Mon livre préféré : Un « Serpents & Échelles » pour les élèves du primaire qui permet de vérifier leurs connaissances littéraires et de discuter de leur bouquin favori. Une idée formidable pour que les enfants aient davantage l'envie de lire et qu’ils comprennent l’impact des livres sur leur vie. suite

Les Domosores: Si la maison nous protège des intempéries, elle recèle aussi des éléments dangereux pour les tout-petits. S’adressant à eux, ce jeu leur demande de trouver des sources de danger dans les différentes pièces d’une demeure. suite

Taka T'amuser: Nouveau. Une série de petits jeux et de casse-tête qui permettent de pratiquer l'identification des formes et couleurs en plus, pour les plus vieux, de l'arithmétique et de la conjugaison. Un excellent site pour les enfants durant les jours de pluie. suite

Échos d'école: Nouveau. Un site de jeux créés par un professeur s'adressant autant aux élèves du primaire qu'aux enfants de maternelle. Des centaines de courts jeux qui couvrent des compétences diverses (observation, géométrie, lettres, spatialité, etc.) sur lesquels les petits passeront beaucoup de temps. suite

Administration - Finances - Marketing (1 nouveauté)

Cyber Budget: Mettez-vous dans la peau du ministre français des Finances et essayez d'équilibrer le budget ! Apprenez-en sur toutes les étapes de confection d'un budget national, un exercice périlleux mais formateur. suite

Event Manager : Pour construire le budget équilibré d'une manifestation culturelle. Un bon jeu pour apprendre aux adolescents, par le biais d'une activité culturelle virtuelle, les notions d'emprunt, de dette, d'épargne, etc. suite

Reveal (en anglais). Vous devenez, virtuellement du moins, un employé de la compagnie de cosmétiques L'Oréal. Vous devrez répondre à des questions sur la compagnie et faire des choix en termes de marketing et de production. Un jeu-recrutement original. suite

Simulation boursière Trader ST : Envie de jouer à la Bourse sans perdre un denier ? Une simple inscription et vous pouvez jouer au spéculateur boursier. Le jeu se base sur les mouvements de la Bourse actuelle. suite

Ma Cyber Auto-Entreprise : Une simulation permettant d'en apprendre sur le développement de PME (petites et moyennes entreprises). En contrôlant un avatar, vous serez encouragés à discuter avec d'autres personnages, à faire la promotion de votre entreprise, etc. suite

The Beer Game (en anglais) : Dans ce jeu d’équipe à quatre joueurs, vous serez responsables de la coordination et de la rentabilité d’une chaîne d’approvisionnement en bière. Cette simulation du MIT permet de saisir les aléas et les exigences qu’une telle entreprise demande. Un incontournable pour les étudiants en gestion et en administration ! suite

Des jeux sur l'économie et la finance : Pas ludique, l'économie? Allons donc ! La Cité de l'Économie propose divers titres de jeux sérieux pour en apprendre davantage sur la monnaie, la finance, la Banque centrale européenne, etc. suite

Le Jeu du bois : Un jeu multijoueur de l'Université Laval qui simule les relations d'affaires entre l'industrie forestière et ses clients. Un jeu complexe mais complet, qui demande de bons talents de gestionnaire. suite

J'apprends, j'entreprends : Un serious game complet qui décrit précisément les étapes nécessaires afin qu'un citoyen puisse créer son entreprise. Un jeu efficace de simulation de vie qui cherche à susciter l'esprit d'entrepreneuriat des Français. suite

Economics Games : Nouveau. Un site s'adressant aux professeurs d'économie qui veulent enseigner ou faire réviser les principes économiques à leurs étudiants. Majoritairement en anglais, le site comprend un jeu traduit en français ainsi que les règles de tous les autres jeux. suite

Alimentation - Agriculture

Sim Agri : Toujours rêvé d'un petit coin de paradis agricole où vous élèveriez animaux et feriez pousser des cultures ? Sim Agri vous propose une simulation complète de la vie de fermier où vous devrez penser à tout pour faire prospérer votre lopin de terre. suite

Récolte rapide : Dans ce petit jeu flash, vous devrez faire pousser le plus de blé possible en combinant l'eau, le soleil et les nutriments. Un serious game qui aiguise les réflexes et permet de comprendre le délicat équilibre nécessaire pour qu'une plante croît.

Les Harmonyculteurs :  Un jeu de gestion agricole, plus précisément ciblée sur le blé, et qui vous permettra de comprendre comment le tout se fait au rythme des saisons. De plus, vous en apprendrez sur la faune et la flore entourant la ferme et les façons de faire écologiques. Très addictif et coloré, vous risquez d’y passer des heures.suite

Odyssée PAC : La politique agricole commune célébrait ses 50 ans en 2012. Pour souligner l'événement et enseigner aux plus jeunes les impacts de ce pacte européen sur l'agriculture, un jeu sérieux de gestion est offert. Une initiative très intéressante pour un sujet qui peut sembler austère. suite

Architecture - Construction - Bâtiment

Sodaplay (en anglais) : Pour ceux qui sont attirés par le design et la construction, ce jeu de construction virtuel permet de créer des formes se déplaçant selon l'efficacité de votre génie inventif. Plus ludique qu'informatif, Sodaplay devrait vous occuper longuement. suite


Arts visuels (2 nouveautés)

Petits détectives :  Une application interactive qui permet aux enfants d’apprendre à lire un tableau. Une phrase secrète est cachée dans différentes œuvres. Pour la trouver, il faudra répondre à différentes questions sur la peinture en question. Un très beau premier contact avec l’art. 

Le jeu de la courbe de Bézier: Nouveau. (en anglais) L'outil plume de Photoshop est précis, mais très exigeant puisqu'il demande de maîtriser la courbe de Bézier. Pour pratiquer cettedite technique, un difficile jeu sur navigateur met au défi les graphistes apprentis ou aguerris. suite

Mission Zigomar: Nouveau. Dans ce jeu sérieux conçu par les musées de Paris, les joueurs sont aux commandes d'enfants qui tentent un vilain personnage de s'emparer de toutes les toiles des musées de Paris. Une façon originale et bien réalisée de sensibiliser les jeunes à la richesse des musées de la Ville lumière. suite

Biologie - Nature (2 nouveautés)

Golly (en anglais) : Vous voulez savoir comment la vie s'est développée dans le bouillon originel ? Golly est un simulateur/jeu vous permettant de voir des automates cellulaires évoluer selon les facteurs que vous aurez choisis. suite

Les animaux emblèmes du Canada : S'adressant surtout aux enfants, le site du Musée de la nature et des sciences du Canada propose divers petits jeux éducatifs sur la faune canadienne. Sympathique. suite

Imperator :  Un jeu de l’oie des glaces et des neiges dans lequel vous êtes un manchot qui doit rejoindre son ami ours polaire. Les 7 à 11 ans apprécieront cette aventure remplie d’informations sur l’écosystème polaire qui nous est méconnu. suite

Jeu pour appliquer la théorie de l’évolution (en anglais) : La chaîne de télévision scientifique Discovery ne se prend pas au sérieux avec ce jeu qui met en scène un Darwin grommelant nous expliquant le jeu de l’évolution. Vous devrez faire survivre une espèce pendant 1 million d’années en y insérant des différences génétiques pour vous adapter aux changements que subit votre monde. A la fois drôle et très pédagogique !suite

Phylo :  Séquencer un génome vous semble hors de portée? Pourtant, par le biais d’un jeu de logique compliqué, mais intéressant, vous pourriez aider de vrais chercheurs à comprendre mieux la génétique et, du même coup, guérir des maladies.suite

EteRNA (en anglais) :  Un jeu qui vous demande de synthétiser des brins d’ARN pour mieux comprendre les gènes humains. Pas aisé de prime abord, on prend vite la piqûre pour gravir les échelons du classement et, du même coup, aider de véritables scientifiques. suite

Quelques jeux interactifs sur la faune sauvage (en anglais) : Offerts sur le site d’une émission américaine s’intéressant à la faune sauvage, ces petits jeux sont un bon moyen de comprendre les différentes réalités des animaux qui peuplent notre planète. Des guépards aux tortues de mer, il y en a pour tous les goûts! suite

Oizolympique: Un petit jeu fort sympathique qui invite les internautes à identifier les oiseaux d'après leur chant. Un exercice, simplifié dans les plus bas niveau de difficulté grâce à un indice visuel.suite

Welcome to Thingdom (en anglais): Pas évident que d'aborder la génétique et l'hérédité avec des enfants. Heureusement un musée britannique a créé un jeu sur la question qui met en scène des petites boules mignonnes qui se reproduiront et transmettront leurs caractéristiques à leur progéniture et ainsi de suite. suite

Banque de jeux éducatifs sur la nature: Une série de plus de 100 questionnaires et petits jeux sur des thèmes scientifiques. Le but? Vulgariser les phénomènes de la nature pour les plus jeunes afin d'en apprendre plus sur l'écologie, le tout dans le plaisir. suite

Nanodoc: Nouveau. (en anglais) Un jeu dans la lignée de Phylo ou d'EteRNA où, en jouant, vous aiderez à la recherche contre le cancer. Il faudra lutter contre des cellules cancéreuses en envoyant des nanoparticules. Attention toutefois à ne pas tuer trop de cellules saines! suite

Dans l'ombre des dinosaures: Nouveau. D'après l'ancienne exposition du Musée national d'histoire naturelle, ces petits jeux traitent non seulement de grands sauriens qui ont vécu il y a des millions d'années, mais aussi toutes les autres espèces vivantes qui cohabitaient avec eux. suite

Chimie 

Super Kimy :  Les superhéros n’utilisent pas tous des pouvoirs surnaturels. Certains optent pour des sciences comme la chimie comme Super Kimy! Une belle façon pour les enfants de s'initier à ce domaine scientifique et de comprendre ses multiples usages dans notre vie quotidienne.suite

Projet M2C: Les métiers de la chimie sont méconnus des jeunes. Pour les démystifier, la Fondation de la Maison de la Chimie et l’Union des Industries Chimiques propose un jeu d’aventure où un jeune homme doit retrouver la trace de son père et d’autres scientifiques qui ont disparu mystérieusement. suite

Droit et Justice

Ma job aventure : Peu de travailleurs français connaissent leurs droits au travail. Ce jeu veut les éduquer sur ce sujet. Dans différentes mises en situation, ils auront à répondre à des questions correctement le plus rapidement possible pour obtenir un bon score. suite

Olympe : Ce jeu sérieux à destination des travailleurs français se déroule dans la Grèce de l'Antiquité. La déesse de la justice, Thémis, aura fort à faire pour informer les dieux et demi-dieux sur les lois entourant le licenciement et les droits des auto-entrepreneurs. suite

Le jeu de l'oie d'une loi : Le processus législatif peut être difficile à comprendre, même pour un adulte. Pour comprendre comment s'adopte une loi en France, ce jeu, reprenant le principe du classique jeu de l'oie, décrit précisément ce parcours complexe. suite

Entraide - Bénévolat - Citoyenneté (2 nouveautés)

Darfur is dying (en anglais) : Vous vous demandez comment vivent les réfugiés du Darfour ? Ce jeu sérieux américain vous met dans une situation très stressante: après avoir choisi un personnage, vous serez conduitss à vivre dans un camp, à chercher de l'eau et de la nourriture et à survivre aux attaques des milices Janjawid. Un jeu militant, certes, mais qui sensibilise très bien sur l'horreur de la guerre civile qui persiste depuis 2003.

Envers et contre tout : Un jeu très sombre pour se familiariser avec la condition de réfugié. Contraint de fuir après un dur interrogatoire, vous devrez faire des choix pour survivre au cours des 3 parties du jeu. Le tout accompagné par des faits sur les conditions des réfugiés dans le monde. Une expérience ludique qui fait réfléchir.suite

Peace Corps Challenge (en anglais) : Dans un village fictif d'Afrique, vous serez mandaté par l'organisme Peace Corps afin de régler huit situations différentes. Un jeu humanitaire qui privilégie l'éducation et l'humain plutôt que la technologie. Intéressant.suite

Poverty is not a game :  Un jeu social très intéressant qui nous place dans la peau d’un ou d’une jeune ayant voulu quitter le nid familial et les études trop rapidement. Pour qu’il ou elle s’en sorte, il faudra faire des choix parfois déchirants et même dangereux. Un regard puissant sur la pauvreté qui fera réfléchir bien des adolescents.suite

Dans la peau d’un producteur de café: Le café est un produit phare du commerce équitable. On comprend pourquoi lorsqu’on se retrouve dans la peau d’un producteur sud-américain de café qui devra choisir, pour rentabiliser sa terre, entre les grands acheteurs de café ou des voies alternatives de commercialisation. suite

3rd world farmer: Quel que soit l'endroit, être agriculteur n'est pas aisé. Dans une situation de précarité et de climat social tendu comme celui des pays du Tiers-Monde, cela devient vite insupportable. C’est ce que nous démontre ce jeu sérieux qui ne laissera personne indifférent. suite

Despotic Mind: Un Mastermind cruel puisqu’il demande au joueur d’associer chaque pays avec un droit humain qui y est bafoué. Une originale introduction aux droits de l'homme et à la politique internationale, gracieuseté du groupe médiatique OWNI. suite

Sayansi: Le travail humanitaire couvre un large spectre de problèmes à régler. C’est ce qu’on découvre avec Sayansi, un jeu de gestion qui met à profit la science pour aider une communauté africaine. Mais comment répondre à autant de besoins avec des ressources limitées? suite

Embobiné: Nouveau. Une aventure à la manière d'un livre dont vous êtes le héros qui met dans la peau d'un travailleur du textile en Asie. Une expérience difficile qui ne comprend pas de fin heureuse et qui fait voir d'un autre œil les vêtements fabriqués en Chine et ailleurs. suite

Imagana: Nouveau. Un personnage doit se déplacer d'île en île dans le ciel. Pour passer divers obstacles, il devra épeler des mots pour obtenir des objets. Ce jeu est destiné aux personnes en situation d'illettrisme pour qui le jeu devrait être un bon défi. suite

Environnement - Développement durable (1 nouveauté)

Clim'Way : À la tête d'une ville au bilan écologique épouvantable, vous devrez abaisser radicalement les émissions de gaz à effet de serre dans un délai de cinquante ans. Un jeu difficile mais plaisant, qui met l'accent sur les arbitrages à réaliser par les élus pour arriver à un plan environnemental satisfaisant et efficace. suite

Énerguy : Petit jeu très simple, développé par l'Agence de l'efficacité énergétique du Québec, où en deux minutes vous devrez piloter un homme dans sa maison et indiquer les économies d'énergie qu'il peut faire. Serez-vous capable de toutes les trouver ?suite

Forestia : Propriétaire d'une forêt virtuelle, vous devrez vous assurer de l'équilibre entre activités économiques (coupe, chasse, tourisme) tout en protégeant un écosystème ayant une riche biodiversité. Un bon moyen de s'initier au secteur forestier. suite

PowerUp (en anglais) : Sur une planète éloignée similaire à la Terre, la surutilisation de combustibles fossiles met la survie des êtres vivants en péril. Vous devez alors sauver votre planète en développant, avec d'autres joueurs, des systèmes d'énergies propres et renouvelables. Un jeu  téléchargeable, intéressant pour les adolescents, qui allie science environnementale, connaissances énergétiques et en ingénierie.

SimuRÉNOV : En dix minutes, vous devrez effectuer des rénovations sur une maison de ville, de campagne ou de montagne pour qu'elle conserve davantage son énergie et diffuse moins de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. S'adresse autant aux rénovateurs confirmés qu'aux néophytes.suite

Lâchez prise : Alors qu'un monstre s'empare de l'esprit des habitants d'une maison pour qu'ils surconsomment de l'énergie, vous jouerez un robot qui devra, en 9 minutes, régler ces gaspillages à l'aide de divers objets que vous trouverez dans la maison.suite

EDF Park : Un jeu de gestion où l'on doit construire un parc d'attractions et, en même temps, des centrales électriques utilisant des énergies propres pour alimenter celui-ci. Pour obtenir plus de crédits et pouvoir acheter l'attraction la plus grandiose, les joueurs sont invités à répondre à des questions sur l'électricité et les énergies renouvelables. suite

Artisans du changement : Voici un jeu québécois, dont le but est de créer et de faire prospérer une entreprise tout en veillant à ses impacts sur la planète et la société. Ce jeu vous sensibilisera aux différentes dimensions du développement durable : sociales, économiques, environnementales.

L’éco-missaire mène l'enquête : Sur une île, vous serez emmenés à dépister et corriger les mauvais comportements environnementaux (gaspillage, pollution, etc.). Une belle initiative du Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer français qui devrait sensibiliser les jeunes aux notions écologiques. suite

Enercities(en anglais): Un jeu où l’on doit faire grandir une bourgade tout en empruntant des solutions énergétiques plus écologiques. Un système de progression intéressante pour un style de jeu maintes fois vu. suite

Le tri de Merlin :  S’adressant surtout aux jeunes Français, ce jeu les met au défi de trier correctement une vingtaine de déchets. Une belle mise en bouche sur l’importance du tri des déchets à télécharger ou consommer en ligne. suite

Connaître et sauvegarder la qualité de l’eau :  Une série de minis-jeux courts, mais apprenant aux jeunes enfants l’importance de conserver ce qu’on appelle désormais l’or bleu. Même vieux, le site reste encore pertinent sur tout ce qui concerne l’eau.suite

Le tour du monde en 80 déchets :  De multiples déchets se promènent dans les grandes capitales du monde. À l’aide d’un fusil trieur, le joueur place ces détritus aux endroits qui leur conviennent. Une façon dynamique de parler de recyclage. suite

Quels sont mes gestes pour le développement durable ?Le développement durable, ce n'est pas qu'une affaire de protection de l'environnement. Grâce à ces 9 quiz, découvrez votre niveau de maîtrise de ses différentes composantes et contribuez grâce aux conseils qui vous sont donnés à bâtir un monde équilibré, sain et équitable. suite

Planète lycée: L’action se passe dans un lycée en 2050. Dans l’établissement, il y a de nombreux problèmes environnementaux. Le joueur devra les identifier et retourner en 2011 pour y instaurer des écogestes qui éviteront ces catastrophes. suite

Lake Adventures: Un vaste jeu d'exploration à télécharger sur le thème de la protection de l'eau. Des mini-jeux variés, des objets à collecter, des montures à débloquer... Les enfants et les adolescents y passeront beaucoup de temps.

Les enjeux de l'énergie: Un serious game destiné aux élèves de la cinquième à la troisième sur le thème très fertile de l'énergie et du développement durable. Le joueur devra répondre aux différents besoins énergétiques d'une agglomération, le tout, sans trop polluer évidemment. suite

Le Petit Prince et le vent: Nouveau. D'après la série télévisée elle-même inspirée du roman de Saint-Exupéry, le personnage du Petit Prince se retrouve dans un court module ludique qui veut apprendre aux plus jeunes le fonctionnement d'une éolienne. Un module un peu incomplet, mais qui donne un aperçu de l'industrie de l'énergie que peut produire le vent. suite

Géographie

Connais-tu la France ? : Des jeux en ligne pour en connaître davantage sur la géographie française et sa population (cours d'eau, montagnes, vignobles, dialectes, etc.). Le tout dans un contexte ludique et coloré. suite

Jeux géographiques : Plus d'une dizaine de cartes interactives s'offrent à vous où vous devrez identifier pays, villes d'Europe et du monde, départements français et même l'origine des fromages français ! Un site qui rend vite accro tant on veut améliorer ses scores.

Les départements français : Un jeu téléchargeable où vous devrez placer non seulement les départements français, mais également les préfectures, les sous-préfectures et les régions. Pour maîtriser la géographie française ou en apprendre plus sur celle-ci. 

Les pays de la Francophonie : Petit jeu développé par l’Organisation internationale de la Francophonie, il vous demande de placer en une minute le maximum de pays faisant partie de l’Organisation. Pour chaque réponse, vous pourrez lire la fiche des différents membres ou observateurs. Une façon d’en savoir plus sur ses états s’intéressant au sort de la langue française.

Quizz Géographie :  Des questionnaires quotidiens concernant la géographie mondiale et autres sujets s’y rattachant (drapeaux, monnaies, etc.) Avec son système de classement, les gens compétitifs feront quotidiennement un tour et, du même coup, en apprendront davantage sur la géographie! suite

Petit jeu de géographie européenne (en anglais) : Placez les différents pays à partir de leur nom sur une carte européenne où seules les délimitations des frontières apparaissent. Pas aussi évident qu’on pourrait le croire, chaque erreur faisant baisser votre score dramatiquement. suite

Le monde arabe en carte (en anglais) : Le monde arabe fait beaucoup parler de lui dans l'actualité. Mais sait-on pour autant situer les différents pays qui en font partie? Un magazine américain nous convie à tous les placer sur une carte. suite

Géosciences

Halte aux catastrophes : Développé par l'ISDR, ce jeu vous engage à préparer diverses zones habitées aux catastrophes naturelles (tremblements de terre, volcans, tsunamis, etc.). Un jeu qui exige du sang-froid et un bon sens de la gestion. suite

Génie - Ingénierie (2 nouveautés)

TechnoCity : Plusieurs jeux pour intéresser aux métiers du génie, de l'ingénierie, de l'électronique et de l'électricité. Un choix varié d'activités est offert: vous pourrez alimenter une centrale nucléaire, construire un scooter, programmer un robot, etc.  suite

Moonbase Alpha (en anglais) : Ce jeu téléchargeable conçu par la NASA vous met dans la peau d’un astronaute qui doit s’assurer de rendre viable une station lunaire. Un logiciel qui encourage la coopération et permet de comprendre la complexité des tâches d’un astronaute dans l’espace. suite

S.O.S. Mission Eau : Nouveau. Un serious game mêlant adresse et gestion pour expliquer aux plus jeunes les structures qui acheminent l'eau potable dans les maisons. Un jeu disponible autant sur navigateur que sur tablette. suite

Les maîtres de l'eau : Nouveau. En savoir plus sur la distribution d'eau dans la ville de Paris vous intéresse? Il vous faudra, pour ce faire, accumuler des connaissances et affronter cinq maîtres qui supervisent toutes les activités en lien avec la gestion de l'eau potable dans une des plus grandes cités du monde. suite


Via CECI Jean-François
more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Haïti : Une université à distance pour former la relève par Dorothée Giroux #ISTEAH #Pigran #ParRadioCanada

Haïti : Une université à distance pour former la relève par Dorothée Giroux #ISTEAH #Pigran #ParRadioCanada | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

« C'est certain que c'est beaucoup plus difficile que d'enseigner dans une classe où la rétroaction est immédiate, mais ça demeure extrêmement stimulant », fait valoir Daniel Coulombe, qui fait partie des 170 professeurs universitaires qui enseignent aux étudiants de l'Institut des sciences, des technologies et des études avancées d'Haïti (ISTEAH). Dorothée Giroux nous brosse un portrait de cette initiative prometteuse. 
 
L'ISTEAH est un établissement universitaire sans but lucratif qui offre des programmes de maîtrise et de doctorat dans quatre villes haïtiennes.

more...
No comment yet.
Scooped by Schallum Pierre
Scoop.it!

Adte : Association pour le développement technologique en éducation/#Logiciellibre #EnseignementSup

Adte : Association pour le développement technologique en éducation/#Logiciellibre #EnseignementSup | Formation ouverte en ligne et MOOCs | Scoop.it

Logilibre est le blogue de l'Adte, consacré aux logiciels libres pour l'enseignement supérieur. Sa raison d'être est de faire connaître des logiciels libres et leur utilsation pédagogique ; sa valeur aoutée est que les articles sont rédigés par les personnes qui utilisent elles-mêmes le logiciel libre ou par la rédaction en collaboration avec ces dernières. La recherche de la qualité dans la production de ces ressources (par ailleurs sans autre prétention que d'informer) bénéficie d'une équipe de lectrices et de lecteurs compétents issus des collèges et universités québécoises.

Lien au blogue

Logiilibre

Référencement

Les articles portant sur les logiciels libres du blogue de l'Adte Logilibre sont référencés dans le système Ceres enrichi de fonctions du web sémantique grâce au logiciel libre Comete.
Pour en savoir plus... Ceres : un catalogue de ressources d'enseignement et d'apprentissage, par Luc Blain.

Sélection d'articles 

R pour Statistique, par Michel Lalonde, professeur de socilologie, Cégep du Vieux-Montréal.Krita, pour traiter des images, dessiner et peindre, par Nathan Lovato, GDquest, France.Scribus 1.5 : une version pleine de pormesses, par Dimitri Robert, Artefacts, Belgique.Gimp : fonctionnalités et conversion de photos en N/B, par Robert Viseur ingénieur et photographe, Belgique.VUE : chercher, organiser et présenter, par Laurence Lachapelle-Bégin, conseillère pédagogique TIC, Cégep Édouard-Montpetit, et Pierre Cohen-Bacrie; pour les cartes coneptuelles;Maxima, logiciel de calcul symbolique pour remplacer Maple ou Mathematica, par Pierre Cohen-Bacrie; Maxima est utilisé par le département de mathématiques du Collège Montmorency à la place de Mathematica ou de Maple;Shotcut : pour le montage vidéo, par Maxime Plante, étudiant, Collège Jean-de-Brébeuf;BigBlueButton : pour la visioconférence, par Isabelle Delisle, conseillère pédagogique TIC, Cégep de Lévis-Lauzon, et Pierre Cohen-Bacrie; BigBlueButton est utilisé à la formation continue du Cégep de St-Hyacinthe;Scribus : équivalent d'In Design d'Adobe, par Alexandre Robin, Jaunorange; Scribus est utilisé à la place d'In Design pour créer le magazine Lunatic.Gimp versus Photoshop, par François Doucet, professeur au département d'Infographie, Collège Ahuntsic;Zotero pour la médiagraphie de recherche, par Philippe Lavigueur, spcécialste en moyens et techniques d'enseignement, Collège Montmorency.

Directeur de la rédaction

Pierre Cohen-Bacrie, conseller pédagogique TIC, Collège Montmorency.

Comité de lecture

Martin Bérubé, conseiller pédagogique TIC, Cégep de La Pocatière;Marina Caplain, chargée de projets technopédagogiques, responsable du Carrefour technopédagogique, Service de l'audiovisuel, UQAM;Anne-Gaëlle Habib, spécialiste en moyens et techniques d'enseignement, Collège Ahuntsic;Isabelle Delisle, conseillère pédagogique, Virtual Team Teaching Project Leader, Vanier College;Laurence Lachapelle-Bégin, conseillère pédagogique TIC, Cégep Édouard-Montpetit;François Lizotte, coordonnateur, Plateforme collégiale DECclic-Moodle.

Administration

Jérôme Charaoui, technicien en informatique, Collège de Maisonneuve.

Projet d'article

Soumettre un projet d'article

Contact

Nous joindre
more...
No comment yet.