Film adhésif
6.1K views | +1 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Cinéma : boom des tournages français et étrangers en France

Cinéma : boom des tournages français et étrangers en France | Film adhésif | Scoop.it
Le CNC publie jeudi matin un bilan positif de la réforme des crédits d'impôt introduite en 2016 pour séduire les productions cinéma et télé sur notre sol.
more...
Valerie Mouroux's curator insight, February 19, 6:55 AM

Le CNC publie un bilan positif de la réforme des crédits d'impôt introduite en 2016 pour attirer les productions cinéma et télé sur le sol français.

Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

"Paris est une fête" bouscule les codes du cinéma

"Paris est une fête" bouscule les codes du cinéma | Film adhésif | Scoop.it

Une campagne de financement participatif a été lancée pour financer un film français d’un genre particulier.

  “Paris est une fête” est le titre d’une oeuvre d’Ernest Hemingway mais aussi celui d’un film qui risque de faire parler de lui. Le long métrage a été tourné entre 2014 et 2017 avec très peu de moyens et un dispositif ultra-simple. L’équipe a décidé de se servir de la réalité pour poser l'histoire dessus, quitte à ce qu’elle soit influencée et rattrapée des fois par le réel. Paris était à ce moment touchée par des évènements particuliers et tragiques et le film repose sur cette ambiance angoissante, étouffante, écrasante, qui colle à l’état d’esprit de l’héroïne du film.



more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Quels sont les films nommés pour les César 2018 ? La liste complète...

Quels sont les films nommés pour les César 2018 ? La liste complète... | Film adhésif | Scoop.it

Ce mercredi 31 janvier, à partir de 10h, l'Académie des César dévoile l'ensemble des nominations pour la 43e cérémonie, qui aura lieu le 2 mars.


Meilleur film


Robin Campillo, 120 Battements par minute

Albert Dupontel, Au revoir là-haut

Mathieu Amalric, Barbara

Julia Ducournau, Grave

Hubert Charuel, Petit paysan

Michel Hazanavicius, Le Redoutable

Olivier Nakache, Eric Toledano, Le sens de la fête


Meilleure actrice


Jeanne Balibar, Barbara

Juliette Binoche, Un beau soleil intérieur

Emmanuelle Devos, Numéro Une

Marina Foïs, L’Atelier

Doria Tillier, Monsieur et Madame Adelman

Charlotte Gainsbourg, La Promesse de l’Aube

Karine Viard, Jalouse


Meilleur acteur


Swann Arlaud, Petit Paysan

Daniel Auteuil, Le Brio

Jean-Pierre Bacri, Le Sens de la fête

Guillaume Canet, Rock’n’roll

Albert Dupontel, Au revoir là-haut

Louis Garrel, Le Redoutable

Reda Kateb, Django


Meilleur acteur dans un second rôle


Niels Arestrup, Au revoir là-haut

Laurent Laffite, Au revoir là-haut

Gilles Lellouche, Le Sens de la fête

Vincent Macaigne, Le Sens de la fête

Antoine Reinartz, 120 battements par minute


Meilleure actrice dans un second rôle


Laure Calamy, Ava 

Anaïs Demoustier, La Villa 

Sara Giraudeau, Petit paysan 

Adèle Haenel, 120 Battements par minute 

Mélanie Thierry, Au revoir là-haut 


Meilleur réalisateur


Robin Campillo, 120 Battements par minute 

Albert Dupontel, Au revoir là-haut 

Mathieu Amalric, Barbara 

Julia Ducourneau, Grave 

Hubert Charuel, Petit paysan 

Michel Hazanavicius, Le Redoutable 

Olivier Nakache, Eric Toledano, Le sens de la fête


Meilleure espoir féminin 


Iris Bry, Les Gardiennes 

Laetitia Dosch, Jeune femme 

Eye Haïdara, Le Sens de la fête 

 Camelia Jordana, Le Brio 

Garance Marillier, Grave 


Meilleur espoir masculin


Benjamin Lavernhe, Le Sens de la fête 

Pablo Pauly, Patients 

Arnaud Valois,120 Battements par minute 

Finnegan Oldfield, Marvin ou La Belle Éducation 

 Nahuel Perez Biscayart, 120 Battements par minute 


Meilleur premier film


Grave, Julia Ducournau 

Jeune femme, Leonore Serraille 

Monsieur et Madame Adelman, Nicolas Bedos 

Patients, Grand Corps Malade et Mehdi Idir 

Petit paysan, Hubert Charuel 


Meilleur documentaire


12 jours, réalisé par Raymond Depardon 

A voix haute - La Force de la parole, réalisé par Ladj Ly et Stéphane de Freitas 

Carré 35, réalisé par Eric Caravaca 

I Am Not Your Negro, réalisé par Raoul Peck 

Visages Villages, réalisé par Agnès Varda et JR 


Meilleure photographie 


Jeanne Lapoirie, pour 120 battements par minute 

Vincent Mathias, pour Au revoir là-haut 

Christophe Beaucarne, pour Barabara 

Caroline Champetier, pour Les Gardiennes 

Guillaume Schiffman, pour Le Redoutable 


Meilleur film étranger 

Le Caire confidentiel, réalisé par Tarik Saleh 

Dunkerque, réalisé par Christopher Nolan 

L’Echange des princesses, réalisé par Marc Dugain 

Faute d’amour, réalisé par Andreï Zviaguintsev 

La la Land, réalisé par Damien Chazelle 

Noces, réalisé par Stephan Streker 

The Square, réalisé par Ruben Östlund 


Meilleure adaptation 


Albert Dupontel, Pierre Lemaitre, pour Au revoir là-haut 

Xavier Beauvois, Frédérique Moreau, Marie-Julie Maille pour Les Gardiennes 

Grand Corps Malade, Fadette Drouard pour Patients 

Eric Barbier, Marie Eynard pour La Promesse de l’aube 

Michel Hazanavicius pour Le Redoutable 


Meilleur court-métrage 


Les Bigorneaux, réalisé par Alice Vidal 

Le Bleu blanc rouge de mes cheveux, réalisé par Josza Anjembe

Debout Kinshasa !, réalisé par Sébastien Maitre 

Marlon, réalisé par Jessica Palud 

Les Misérables, réalisé par Ladj Ly 


Meilleur court-métrage d'animation 


Le Jardin de minuit, réalisé par Benoît Chieux 

Pépé le Morse, réalisé par Lucrèce Andreae 

Le Futur sera chauve, réalisé par Paul Cabon 

I Want Pluto To Be A Planet Again, réalisé par Marie Amachoukeli, Vladimir Mavounia-Kouka 


Meilleur film d'animation 


Le Grand méchant Renard et autres contes, réalisé par Benjamin Renner et Patrick Imbert 

Sahara, réalisé par Pierre Coré 

Zombillénium, réalisé par Arthur de Pins et Alexis Ducord 


Meilleur son


Julien Sicart, Valérie de Loof, Jean-Pierre Laforce, 120 Battements par minute 

Jean Minondo, Gurwal Coïc-Gallas, Cyril Holtz, Damien Lazzerini, Au revoir là-haut 

Olivier Mauvezin, Nicolas Moreau, Stéphane Thiébault, Barbara

Mathieu Descamps, Séverin Favriau, Stéphane Thiébaut, Grave Pascal Armant, Sélim Azzazi, Jean-Paul Hurier, Le Sens de la fête 


Meilleure musique originale 


Arnaud Rebotini, pour 120 battements par minute 

Christophe Julien, pour Au revoir là-haut 

Jim Williams, pour Grave Myd, pour Petit Paysan 

Mathieu Chedid, pour Visages Villages 


Meilleur scénario original 


Robin Campillo, pour 120 Battements par minute 

Mathieu Amalric et Philippe Di Folco, pour Barbara 

Julia Ducornau, pour Grave 

Claude Le Pape et Hubert Charuel, pour Petit paysan 

Eric Toledano et Olivier Nakache, pour Le Sens de la fête 


Meilleurs costumes 

Isabelle Pannetier, pour 120 Battements par minute 

Mimi Lempicka, pour Au-revoir là-haut 

Pascaline Chavanne, pour Barbara 

Anaïs Romand, pour Les Gardiennes 

Catherine Bouchard, pour La Promesse de l’Aube 


Meilleurs décors 


Emmanuelle Duplay, pour 120 Battements par minute 

Pierre Quefféléan, pour Au revoir là-haut 

Laurent Baude, pour Barbara 

Pierre Renson, pour La Promesse de l’aube 

Christian Marti, pour Le Redoutable 


Meilleur montage 


Romain Campillo, pour 120 Battements par minute 

Christophe Pinel, pour Au revoir là haut 

François Gedigier, pour Barbara 

Julie Lena, Lilian Corbeille et Grégoire Pontecaille, pour Petit paysan

Dorian Rigal Ansous, pour Le Sens de la fête



more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Initiative Looks to Give European Films a Boost in U.S. Theaters

Initiative Looks to Give European Films a Boost in U.S. Theaters | Film adhésif | Scoop.it
The Tales of Europe initiative is being unveiled at the Art House Convergence conference in Utah.
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Trois ans après avoir lancé son multiplexe, Luc Besson quitte la salle de cinéma

Trois ans après avoir lancé son multiplexe, Luc Besson quitte la salle de cinéma | Film adhésif | Scoop.it

Europacorp a décidé de céder son activité multiplexes. Il est entré en négociation avec Gaumont Pathé. Une transaction évaluée à une vingtaine de millions d’euros

On ne pourra plus voir un film de Luc Besson, produit par Luc Besson, dans une salle Luc Besson. Sa société EuropaCorp, l'un des premiers studios de cinéma indépendants en Europe, a annoncé vendredi être entré en négociations exclusives avec l'exploitant de salles de cinéma Gaumont-Pathé en vue de lui céder son activité de multiplexes, signant l'arrêt de cette tentative de diversification. 

Il vend ainsi son site d'Aéroville à Tremblay-en-France (en région parisienne) ouvert depuis fin 2013 et le projet de multiplexe de La Joliette à Marseille, qui devait être construit l'an prochain et contre lequel, précise-t-elle, tous les recours sont purgés. De source de marché, la transaction serait d'une vingtaine de millions d'euros pour les deux sites.

« C'est une évolution, pas une révolution. Avoir deux cinémas n'était pas suffisant pour que ce soit une véritable activité de multiplexes. Il aurait fallu en avoir beaucoup plus et pour cela investir. Or, nous préférons nous concentrer sur notre coeur de métier : la production de films d'envergure, notamment en langue anglaise », dit-on chez Europacorp, qui poursuit aussi, parallèlement, son activité de distribution.

« Une souplesse financière supplémentaire »

Cette annonce, qui intervient au lendemain de l' entrée au capital du chinois Fundamental Films n'étonne pas vraiment les observateurs. « L'activité multiplexes consommait beaucoup de capitaux et c'était un métier compliqué dans un secteur dominé par des géants. Cela faisait perdre du temps au management, explique Pavel Govciyan, analyste chez Natixis. La société a préféré se concentrer sur des métiers plus rentables qu'elle connaît mieux ».

« C'était surtout Christophe Lambert (décédé cette année, NDLR) qui portait le projet de multiplexes. Luc Besson veut sans doute davantage se recentrer. D'autant que cela donne à la société une souplesse financière supplémentaire », ajoute Alexandre Koller, analyste Chez Gilbert Dupont.

Un chiffre d'affaires de 7,5 millions d'euros 

EuropaCorp avait pris pied dans l'exploitation de salles de cinéma fin 2013 en ouvrant son multiplexe d'Aéroville, qui proposait des places allant de 10 euros pour le service de base, à 25 euros pour un siège extra-large, avec champagne et saumon fumé de chez Petrossian.

A l'époque, l'objectif pour le groupe était de diversifier ses revenus dans cette activité moins risquée sur le plan financier que la production et la distribution, pour s'en servir comme d'un amortisseur permettant de lisser le chiffre d'affaires. La société n'avait pas hésité à investir 12 millions d'euros dans ce projet, qui prévoyait initialement l'exploitation de sept multiplexes d'ici à 2020. Mais depuis, la donne a changé. « Avec la montée en charge dans les séries, le groupe se donne plus de visibilité. Il a donc moins besoin d'une activité complémentaire pour lisser ses revenus », souligne Pavel Govciyan. 

L'activité multiplexes a généré un chiffre d'affaires de 7,5 millions d'euros, soit 5% du revenu au titre de l'exercice décalé 2015-2016 (clos en mars). Sur un marché où UGC, Pathé Gaumont et MK2 sont déjà bien implantés, elle restait néanmoins déficitaire. Le groupe espérait que ce métier deviendrait rentable au cours de l'exercice en cours, avec un rythme de 800.000 ventes de tickets par an, après 770.000 pour l'année achevée. Il a finalement préféré couper court.
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Bolloré ouvre au Cameroun l’unique salle de cinéma du pays

Bolloré ouvre au Cameroun l’unique salle de cinéma du pays | Film adhésif | Scoop.it

Une controverse a retardé l’ouverture d’une salle de 300 places au cœur de l’université de Yaoundé par le groupe Vivendi.


Le groupe français Vivendi a inauguré, mardi 14 juin, à Yaoundé une salle de cinéma de 300 places assises, la seule du Cameroun, et a annoncé son intention d’ouvrir une centaine d’espaces similaires en Afrique. 


La nouvelle salle, baptisée Canal Olympia, est dédiée à la projection de films, mais aussi à l’organisation de concerts d’artistes camerounais et étrangers, ainsi qu’à l’accueil de stand-up d’humoristes, explique Vivendi. Selon la multinationale, l’alimentation électrique du cinéma est assurée par l’énergie solaire « captée à partir de 720 m2 de panneaux solaires stockés grâce aux batteries » développées par le groupe Bolloré.


La cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence du premier ministre camerounais, Philémon Yang, et du président du conseil de surveillance de Vivendi, Vincent Bolloré. Lequel, malgré la modestie du projet à l’échelle de son groupe, n’a pas hésité à faire le déplacement en personne. Car le Cameroun est un pays crucial pour le groupe. En avril, Vincent Bolloré rencontrait le président Paul Biya à Yaoundé. Le groupe Bolloré est actif dans le pays dans les secteurs ferroviaire et portuaire, ainsi que dans les plantations de palmiers à huile, soit directement soit via sa participation dans la société luxembourgeoise Socfin.


Faire éclore des talents camerounais


Le cinéma Canal Olympia est logé dans l’enceinte de l’université de Yaoundé 1, l’une des deux universités d’Etat de la capitale du Cameroun, un pays où toutes les salles de cinéma ont fermé dans les années 1990. En 1973, le pays disposait de 32 salles, dont les mythiques Abbia et Capitole de Yaoundé ainsi que le Wouri de Douala. Des lieux qui avaient chacun une capacité bien supérieure aux 300 places du projet de Vivendi. 


L’ouverture de Canal Olympia avait pris du retard en raison des réserves importantes du recteur de l’université, Maurice Aurelien Sosso, sur un projet commercial au cœur de son campus, qu’il souhaite conserver comme un lieu d’études. La controverse a été tranchée à la faveur du groupe français et le site de l’université, mardi, écrivait joliment que la « collaboration [avec] Bolloré [avait été] savamment conduite et méticuleusement suivie par son recteur, le professeur Sosso ».


L’initiative permettra au public local d’avoir accès en « avant-première ou en première des films qui sortent au même moment à Los Angeles ou à Tokyo » et « surtout de trouver des talents camerounais et leur permettre d’être connus dans le monde entier », a assuré M. Bolloré lors de l’inauguration.


Il a plaidé pour la création d’une « industrie des contenus » au Cameroun et invité les étudiants et « ceux qui sont capables » à « présenter leurs talents afin de voir avec Vivendi comment progresser ». 


Vivendi est également la maison mère de la chaîne payante Canal+, largement distribuée en Afrique francophone via le bouquet Canal+ Afrique. 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Films restaurés : un nouveau marché

Films restaurés :  un nouveau marché | Film adhésif | Scoop.it

Avec le basculement du cinéma dans le numérique, les films sont de plus en plus nombreux à être restaurés. Ils ont désormais leurs festivals, comme "Toute la mémoire du monde", organisé par la Cinémathèque à Paris du 3 au 7 février. Et ouvrent un nouveau marché dans le monde du cinéma.


 Depuis quatre ou cinq ans, la restauration des films s'est développée, améliorée. Elle a aussi été facilitée. C'est le numérique qui a provoqué cette rapide évolution. De plus en plus de films redeviennent disponibles des années après leur sortie, avec une très bonne qualité d'image et de son. La sortie d'une "version restaurée" devient même un argument commercial.

 Cela redonne une nouvelle vie à des oeuvres. "Il n'y a pas de définition en tant que telle du film de patrimoine, de catalogue, de répertoire ou du films classique. Toutes ces appellations désignent un films qui n'est plus dans son premier cyle d’exploitation. On considère en général que c'est au bout de dix ans", précise Laurent Cormier, directeur du patrimoine au CNC, le Centre national de la cinématographie. En 2014, près de 60% des films en salles avaient plus de dix ans.

 "Toute la mémoire du monde", festival international du film restauré

"Toute la mémoire du monde", festival international du film restauré • Crédits : Catherine Petillon - Radio France

Désormais, les restaurations de films concernent un spectre très large d'oeuvres."Dans les années 80, quand il y a eu un effort de fait sur le patrimoine cinématographique et la restauration, on avait tendance à considérer que la restauration concernait le côté "films muets en concert", 30 ans plus tard le cinéma de patrimoine est à nos portes. Les films qu'il faut remontrer sont aussi ceux des années 80 ou 90," souligne Frédéric Bonnaud, tout nouveau patron de La Cinémathèque. "Il y a eu un élargissement dans le temps : un film comme Robocop, qui est un film de ma jeunesse, a déjà été restauré ." Paul Verhoeven, (qui a réalisé ce film en 1987) est d'ailleurs l'invité d'honneur de la 4è édition de "Toute la mémoire du monde", le festival du film restauré, organisé par La Cinémathèque.

Que ce soit lors de cette manifestation ou à l'occasion du festival Lumière (qui se tient à l'automne à Lyon et alentours), les films restaurés sont célébrés et mis à l'honneur. Il faut dire qu'ils connaissent depuis quatre ou cinq un élan inédit. "La nouvelle aventure du patrimoine commence avec le numérique", résume Jean-Fabrice Janaudy. Il est à la tête des Acacias, un distributeur spécialisé dans le patrimoine. Et avec la numérisation des salles - et donc des films, il a vu tout changer en peu de temps.


Si à Paris les salles qui vont vivre les classiques sont depuis longtemps nombreuses, notamment dans le Quartier latin, en région, de nouveaux cinémas s'engagent dans cette démarches de promotion des films. Les salles d'Art et Essais labellisées "Patrimoine et Répertoire" sont désormais 288, un chiffre en hausse.

Les circuit à l'assaut du patrimoine


A leur côté, les salles de circuit proposent désormais elles aussi des séances dédiées aux classiques - à l'image des séances UGC Culte. Les cinémas Gaumont-Pathé ont même décidé de dédier un multiplexe entièrement au patrimoine, une première. En novembre, ils ont ouvert dans le quartier des Gobelins, (Paris 13è), les Fauvettes, un cinéma de cinq salles où ne sont diffusés que des films restaurés.

Le pari de son patron, Jérôme Seydoux, c'est qu'il existe des spectateurs pour aller voir en salle de films cultes, même régulièrement diffusés à la télévision. Après avoir ouvert avec Le Corniaud de Gérard Oury avec Bourvil et Louis de Funès, ce cinéma propose en février une intégrale James Bond.  

 "_L'objectif c'est de toucher une nouvelle génération de cinéphiles, des trentenaires", explique le journaliste cinéma Jean- Pierre Lavoignat en charge depuis quelques jours de la programmation des Fauvettes."_On n'est pas la Cinémathèque nous n'avons pas vocation a faire découvrir des cinéastes oubliés, mais à proposer des nouvelles émotions autour de films cultes. On ira sûrement davantage vers les films des années 60, 70, 80, 90 que vers ceux des années 30."

En trois mois, le cinéma n'a pas encore attiré foule, mais il illustre l'intérêt commercial que représentent désormais les films restaurés.


Des spectateurs plus nombreux ou éparpillés?

 Les films restaurés sont désormais si nombreux que leur renouvellement en salle tend à suivre un rythme comparable à celui des nouveautés. "On arrive à un certain embouteillage, il y a parfois trop de films de patrimoine qui sortent pour le nombre de spectateurs", constate François Causse, programmateur de La Filmothèque, une salle Arts et essai emblématique du Quartier latin à Paris. Derrière le terme de restauration, il y a des réalités très disparates. Ressortir les oeuvres des Frères Lumière, ou les films avec Belmondo, faire une simple adaptation techniques aux nouveaux supports, ou élaborer un travail de réédition pour des films sinon oubliés : le spectre des restaurations de films est désormais très large.

Reste que l'ensemble des professionnels espèrent, avec l'arrivée d'une nouvelle offre, toucher un plus grand nombre de spectateurs.

Un nouveau marché


  Un marché du film de patrimoine est en train d'émerger. Mais il reste économiquement très déséquilibré.

Pour Laurent Cormier, du CNC, on assiste bien à une modification du paysage d'exploitation. "On voit émerger un marché du film de patrimoine, au sens où il y a une offre et une demande. Mais c'est un marché qui est économiquement très déséquilibré : pour quelques films qui vont très bien marcher en salle, avoir une belle édition DVD et une vente télé - et où l'ayant-droit va retomber sur ses pieds financièrement- beaucoup d'autres ont du mal à financer les restauration car la réponse du marché pas suffisante."

En 2012, le CNC a instauré une aide aux ayants droit à la restauration et à la numérisation des films. Depuis la création, de ce dispositif, le CNC a concourru à hauteur de 38 millions d'euros à la restauration de films.

Catherine Petillon 

more...
No comment yet.
Rescooped by Virginie Colnel from (Media & Trend)
Scoop.it!

La fréquentation des cinémas a légèrement baissé en 2015

La fréquentation des cinémas a légèrement baissé en 2015 | Film adhésif | Scoop.it

Les spectateurs sont moins satisfaits que l’an dernier de l'offre cinématographique : 10 films obtiennent une note de plus de 8 sur 10, contre 22 films en 2014.

 

En 2015, chaque mois, 26% des Français de plus de 6 ans, soit 15,5 millions, sont allés au cinéma, moins qu’en 2014 (28%) mais plus qu’en 2013 (24%), selon l’étude annuelle publiée mercredi par Médiamétrie. En tout 39 millions de Français sont allés au cinéma l’an dernier au moins une fois. Depuis 2010, le taux de fréquentation mensuel oscille entre 24 et 28%.

 

Encore plus que l’an dernier, les spectateurs ont été des occasionnels, qui vont au cinéma moins d’une fois par mois : ils ont représenté 41% du public contre 40% en 2014 et 38% en 2013. Parmi eux, le public familial, particulièrement friand de films d’animation. 

 

Des films locomotives

 

Les films moteurs de l’année affichaient des genres éclectiques : des films d’action, comme « Kingsman : Services secrets », « Fast & Furious 7 », « Avengers », ou « l’ère d’Ultron », des films de science-fiction dont « Star Wars : Episode VII », des biopics (« American Sniper », « Imitation Game », « Une merveilleuse histoire du temps »), des drames (« Mustang ») et des films d’animation (« Vice-Versa »).

Les parents ont représenté 39,2% des spectateurs contre 36,9% en 2014. Ces spectateurs occasionnels, qui viennent souvent en famille, ont plébiscité des films pour enfants ou grand public (« Clochette », « Maya l’abeille », « Les Minions », « Les nouveaux héros », « Le Voyage d’Arlo », « Hôtel Transylvanie 2 », « Bob l’éponge », « Belle et Sébastien », « Star Wars »).

 

« 50 nuances de Grey » détonne avec un public largement féminin (66,8% de femmes contre 49,3% en moyenne en 2015) et particulièrement des femmes de 15 à 34 ans (40,1% contre 15,5% en moyenne).

 Des spectateurs moins satisfaits

 

Les spectateurs sont moins satisfaits que l’an dernier : 10 films obtiennent une note de plus de 8 sur 10, contre 22 films en 2014. 

Les amateurs des films nommés aux César forment un public particulier : il s’agit majoritairement des femmes de plus de 50 ans, de CSP+ et de retraités. Il s’agit aussi de cinéphiles assidus, puisque plus d’un tiers va au cinéma au moins une fois par semaine, contre 26,4% des spectateurs en moyenne. 

 

Plus de 31% de ces passionnés sont allés au cinéma seuls (contre 21,4% en moyenne). Ils sont davantage motivés par le réalisateur, les critiques et les prix. Ainsi la Palme d’or gagnée à Cannes a permis à « Dheepan » d’attirer 38,5% de ses spectateurs.

L’étude se base sur 27.564 interviews réalisées tout au long de 2015

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Star Wars : le film de tous les records

Star Wars : le film de tous les records | Film adhésif | Scoop.it

"Le Réveil de la Force", est le troisième film de tous les temps en terme de recettes mondiales, annonce Disney. Il bat des records aux Etats-Unis et en Chine.

 

N'en déplaise à George Lucas, l'inventeur de la saga Star Wars, le dernier opus fait un carton au cinéma. "Le réveil de la force" est devenu le troisième meilleur film de l'histoire du cinéma en termes de recettes mondiales avec 1,73 milliard de dollars, détrônant "Jurassic World", a annoncé ce dimanche, Disney.

 

Records en Chine et aux Etats-Unis

 

Le film a aussi enregistré le meilleur week-end de lancement jamais vu en Chine, où la sortie était décalée. Les recettes s'y montaient à 53 millions de dollars pour samedi et dimanche, selon Disney. Le septième épisode est désormais sorti sur tous les marchés internationaux, après sa sortie initiale aux Etats-Unis et en Europe en décembre.

 

Il a récolté 812.011 millions de dollars rien qu'en Amérique, où il est déjà devenu le plus grand succès du cinéma. Jamais un film n'avait dépassé le cap des 800 millions de dollars de recettes aux Etats-Unis. Dans le reste du monde, il a récolté 921,4 millions, selon les studios, pour un total de 1,733 milliard de dollars. "Jurassic World", sorti en juin 2015, avait récolté 1,669 milliard dans le monde.

 

"Avatar" en ligne de mire

 

Les films à battre sont maintenant "Avatar" (2,8 milliards) et "Titanic" (2,2 milliards), tous deux réalisés par James Cameron. Disney souligne que "Le Réveil de la Force" est le troisième film de tous les temps en termes de recettes en Europe. Ce week-end, c'était encore le premier film dans les salles en France, au Royaume-Uni et en Allemagne.

 

Sa capacité à détrôner "Avatar" dépendra en partie de son succès en Chine. La saga qui a débuté en 1977 n'a pas été là-bas un phénomène culturel, comme dans d'autres pays, puisqu'il a fallu attendre juin dernier pour que les différents épisodes soient projetés dans les salles obscures chinoises. Disney a cependant lancé une vaste campagne de promotion pour séduire les Chinois, allant jusqu'à installer 500 "Stormtroopers" sur la Grande Muraille au mois d'octobre.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Quand l'audace paie pour trouver un job dans le cinéma

Quand l'audace paie pour trouver un job dans le cinéma | Film adhésif | Scoop.it
Un scénariste fan de Die Hard s'est acheté une pleine page de pub dans le Hollywood Reporter pour se vendre à l'équipe qui travaille sur le sixième volet. Dans le cinéma, d'autres tentatives audacieuses ont permis d'attirer l'attention des bonnes personnes et de lancer des carrières.

 

Pour intégrer un univers professionnel aussi endogame que celui du cinéma, il faut parfois un peu de culot. Eric D. Wilkinson, scénariste free-lance en mal de projet, l'a compris. Fan absolu de la franchise Die Hard, la saga du flic incarné par Bruce Willis depuis 1988, il s'est offert une pleine page du Hollywood Reporter, la bible de l'industrie américaine du cinéma. Une tribune estimée à plusieurs milliers de dollars, payée de sa poche avec, dit-il, "de l'argent qu'il n'a pas vraiment". Il y interpelle l'équipe qui travaille actuellement sur le sixième opus des aventures de l'increvable John McClane.

 

Laissez-moi répéter… J'AIME DIE HARD"! Et de dérouler le pitch d'un scénario pour le nouveau film. Interviewé par le site Gawker, Wilkinson déclare qu'il adorerait rencontrer l'équipe pour détailler davantage son projet. Mais il estime que ses chances sont "très minces, voire inexistantes". Peut-être devrait-il être plus optimiste. Certaines histoires montrent qu'un brin d'audace couplée à un peu de chance donne parfois des résultats dans ce monde de paillettes.  

Publicité
 
> Soutirer les bons contacts

L'actrice Carey Mulligan compte aujourd'hui parmi les coqueluches d'Hollywood. Mais à ses débuts, l'interprète de Daisy, le premier rôle féminin du blockbuster Gatsby le Magnifique ne connaît personne qui pourrait l'introduire dans ce milieu. Elle profite d'une conférence donnée à son université par l'acteur Julian Fellowes pour lui demander les coordonnées de la directrice de casting Jina Jay, qui participe à préparer le film Orgueil et préjugés. Elle lui envoie alors un courrier directement, alors qu'elle n'a à l'époque aucune référence. C'est ainsi qu'elle décroche son premier petit rôle dans la fresque de Joe Wright à 18 ans.

 

> Court-circuiter les intermédiaires

Andy Weir est l'auteur du roman qui a inspiré le scénario de Seul sur Mars. Son tout premier roman. Il parvient à être publié, mais son contrat avec l'éditeur ne lui rapporte aucun profit. L'écrivain décide en 2011 de mettre son livre à disposition sur internet. Le succès est fulgurant, si bien qu'il attire l'attention d'autres éditeurs, comme la Crown Publishing Group. En mars 2013, la maison vend les droits pour adapter son oeuvre au cinéma à la 20th Century Fox.

 


> Se rendre utile

L'horticulteur britannique Roger Holden venait de monter son entreprise de paysagiste, et travaillait dans un superbe domaine du Dorchester en 1996, au moment où la demeure a été louée par l'équipe du film Emma, de Diarmuid Lawrence. Pendant le tournage, le jardinier se rend disponible pour aider un membre de l'équipe à habiller de plantes certains décors. Il reste en contact avec le décorateur, qui l'invite à travailler sur son film suivant. Une carrière est lancée: le paysagiste enchaîne avec Gladiator, Retour à Cold Moutain, Kingdom of Heaven, Exodus, etc. Roger Holden s'est fait un nom dans l'industrie du cinéma en réalisant les plus ambitieux décors végétaux jamais créés pour des films. Il dirige aujourd'hui une équipe de sept "jardiniers du cinéma". 

 


> Frapper à la bonne porte

Julien Jaouen est compositeur de musique. À 35 ans, alors qu'il n'avait participé jusque-là qu'à des projets d'échelle locale, des courts-métrages et des documentaires télé, il frappe directement à la porte d'Europacorp, la société de production de Luc Besson. Alexandre Maout, le directeur musique du groupe, accepte de le rencontrer. L'entretien se déroule bien, mais se termine par le "classique 'si on a un projet on vous rappelle'", raconte le musicien au Télégramme. Il ne s'attend à rien. Moins de trois mois plus tard, la société le rappelle, et pas avec un petit projet. Il va réaliser la musique de "Bis", une grosse production réalisée par Dominique Farrugia, avec Kad Merad et Frank Dubosc en têtes d'affiche.

 



> Envoyer des CV par centaines

Avant de décrocher le premier rôle de Cheval de Guerrede Steven Spielberg, le jeune acteur britannique Jeremy Irvine était sur le point d'abandonner. Il venait de passer deux ans à poster ses CV et photos directement dans les boîtes aux lettres de réalisateurs et producteurs, sans succès. En parallèle, il travaille dans un supermarché et suit une formation en webdesign. Ses parents le pressent de trouver un travail. Finalement, il obtient une audition pour le rôle d'Albert, le dresseur du cheval Joey, héros du film. Le casting dure deux mois. Spielberg voit des centaines d'acteurs, principalement novices. Jeremy passera plusieurs fois devant le réalisateur de légende. Il obtiendra le job. Depuis la sortie du film en 2012, il a notamment joué dans Hors de portée avec Michael Douglas.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Voici les lieux de tournage à Bruxelles (carte interactive)

Voici les lieux de tournage à Bruxelles (carte interactive) | Film adhésif | Scoop.it
Jaco Van Dormael avec « Le Tout nouveau testament » et Tom Hooper avec « The Danish Girl » ont choisi la capitale belge pour leurs films.

 

n concourant pour l’Oscar du meilleur film étranger, Le « Tout nouveau testament » renforce la possibilité d’un circuit touristique « spécial cinéma » à Bruxelles. « Si vous demandez aux gens dans la rue quel film a été tourné dans la capitale belge, personne ne sait. On attend un film à plus de 10 millions d’entrées et une réputation internationale pour organiser une visite sur ce thème », constate Pierrette Baillot, du Brussels Film Office.

 

Pourtant, nombreux sont les films français à utiliser Bruxelles comme décor dans l’anonymat : « Potiche », « Supercondriaque », « La vie d’Adèle », « L’Ecume des jours », « La vérité si je mens 2 », « Les Visiteurs 3 », « Möbius »…

 

 

 

La vidéo sur votre mobile

 

Surprenant : Jean Dujardin est venu incarner le juge du grand banditisme marseillais sur le Parvis de Saint-Gilles. Les deux jeunes amantes dans La vie d’Adèle paradent fièrement lors de la Gay Pride sur le Boulevard Anspach.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Baahubali, le film indien le plus cher de l'histoire qui séduit la planète

Baahubali, le film indien le plus cher de l'histoire qui séduit la planète | Film adhésif | Scoop.it
Ce blockbuster indien n'a rien à voir avec les standards de Bollywood. C'est sans doute pour cette raison qu'il est en train de connaître un succès impressionnant hors des frontières du pays.

 

"Baahubali", le film indien le plus cher de l'histoire. Cette superproduction fait un carton au box-office en Inde. Les producteurs avaient mis les moyens: l'opus est sorti dans 1.500 salles, et ils ont fait réaliser la plus grande affiche jamais imprimée, de 51.000 pieds carré (16 kilomètres carré), décrochant ainsi une entrée au Guinness Book des records. Mais surtout, le long-métrage, qui sortira prochainement dans quelques salles françaises, commence à bien fonctionner à l'étranger.

 

Le cinéma indien est une affaire sérieuse et prolifique. Chaque année, quelque 1.600 films sont produits dans le pays-continent, et plus de 2,5 milliards de tickets s'y vendent chaque année. Ce qui fait de l'Inde le premier marché mondial en termes de nombre d'entrées et en nombre de films produits, le troisième marché en nombre d'écrans. Mais jusque-là, les productions indiennes franchissaient rarement les frontières du sous-continent. "Baahubali" est en train de changer la donne.

 

 

Le film n'a pas été réalisé à Bollywood, dans les fameux studios de Bombay, mais dans le Sud du pays, dans la région d'Andrha Pradesh, appelée "Tollywood" en référence au mythique studio américain et à la langue parlée dans cette zone, le Telegu. L'industrie du cinéma y est en plein bouillonnement. Tourné dans le studio d'Hyderabad, le film a été doublé dans plusieurs autres langues indiennes.

 

Son budget atteint un montant colossal pour un film indien: 40 millions de dollars. Quant à la réalisation, elle rivalise avec les standards internationaux.

 

Côté scénario, pas de danse, ni de chant traditionnels, mais une grande fresque historique, en deux volets, une guerre entre deux frères pour la conquête d'un royaume dans l'Inde médiévale. Salué par la critique, "Baahubali", a réalisé le plus gros démarrage pour un film indien lors de sa sortie le week-end dernier aux Etats-Unis.

 

L'objectif des cinéastes consistait justement à montrer que l'Inde sait produire d'autres histoires que des comédies romantiques avec musique et chorégraphie.

 

La superproduction a déjà généré 23 millions de dollars de recette pour son premier week-end d'exploitation outre-Atlantique, en ne sortant que dans quelques salles dans des quartiers indiens et quelques cinémas indépendants ici ou là.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Quand le cinéma booste le tourisme

Quand le cinéma booste le tourisme | Film adhésif | Scoop.it
Alors que le 68e Festival de Cannes s’est achevé dimanche soir, le cinéma est un enjeu important pour les instituts mondiaux du tourisme. Si le ciné-tourisme, à l’instar du tourisme de littérature, n’est pas né d’hier, producteurs et gouvernements s’associent de plus en plus pour faire du 7e art une vitrine promotionnelle visant à dynamiser les visites.


James Bond : Bons Baisers du Mexique !


La plus grande publicité de l'année louant les mérites du Mexique sera en salles le 11 novembre 2015. Son titre ? "Spectre", le nouveau James Bond. Et l'information vient d'un scénario digne d'un film hollywoodien. En novembre dernier, des hackers ont révélé de nombreuses données secrètes de la société Sony Pictures Enternainment.

 

Dans le lot d'informations dévoilées, le site Tax Analysts a déniché des échanges entre les producteurs du prochain 007 et les autorités mexicaines. En échange d'une enveloppe de 13 millions de dollars, le film devra renvoyer une image positive du Mexique. Pour ce faire, les autorités ont demandé à ce que le traditionnel méchant de la saga ne soit pas mexicain, qu'une actrice du pays fasse partie des James Bond girls et qu'une scène soit tournée pendant la Fête des Morts.

La stratégie du Mexique est d'utiliser un blockbuster, le précédent Bond ayant battu tous les records d'entrées de la saga, pour se redorer un blason terni par la guerre des gangs.

 

Le procédé est d'ailleurs monnaie courante entre l'industrie du cinéma et les offices de tourisme. Ces derniers proposent régulièrement aux producteurs de nombreux avantages fiscaux et patrimoniaux. Mais jamais, dans l'histoire du cinéma, un pays avait alloué une telle somme dans le financement d'un long-métrage.

 

Les Ch'tis au service du Nord

 

En France, les régions subventionnent également le cinéma. Elles espèrent ainsi générer des retombées économiques liées au tournage (restauration, hôtellerie, commerces) et développer l'industrie cinématographique locale.

 

Dans certains cas, comme Bienvenue chez les Ch'tis, pour lequel la région Nord Pas de Calais a investi 900.000 euros, soit environ 8% du budget, l'idée est aussi de se servir des images et des stars pour vanter les mérites de la région dans des campagnes publicitaires et des avant-premières très médiatisées.

 

Quand les cinéphiles partent en pèlerinage...

 

Mais cette notion de ciné-tourisme ne dépend évidemment pas tout le temps du bon vouloir des offices de tourisme. Les fans de cinéma se déplacent très bien tous seuls, pour le plus grand bénéfice du patrimoine. Une étude menée par le site d'information touristique Skift montre que près de 10% des touristes choisissent leurs destinations aussi en fonction du cinéma.

 

Ainsi, des lieux comme Matmata en Tunisie où George Lucas a tourné des scènes de ses Star Wars, La Fontaine de Trévi à Rome pour les nostalgiques de la Dolce Vita de Fellini ou le site archéologique de Pétra dans lequel Indiana Jones trouvait le graal, sont devenus d'authentiques lieux de pèlerinages. Plus étonnant, le Kazakhstan a enregistré un boom de + 300% de réservations, toujours selon Skift, suite au succès de... Borat !

 

Enfin, aux Etats-Unis, les blockbusters pour ados que sont Twilight ou Hunger Games ont transformé leurs principaux lieux de tournage, la ville de Forks et le Dupont State Forest, en véritables points de rassemblements pour les fans du monde entier.

L'avenir nous dira si le Mexique a eu raison d'investir dans James Bond plutôt que dans ses services de sécurité nationale...

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Tours : une nouvelle école de cinéma

Tours : une nouvelle école de cinéma | Film adhésif | Scoop.it

A Tours, une nouvelle école de cinéma a ouvert ses portes en septembre. L'EscaT, école supérieure de cinéma et d'audiovisuel de Tours propose une formation de 2 ans post bac. 54 étudiants ont intégré la première promotion de cette unique école de formation aux métiers du cinéma dans la région.


Un objectif ambitieux avec des cours théoriques le matin, histoire du cinéma, anglais technique, étude de la lumière, etc. Mais aussi beaucoup de pratique l'après-midi avec écriture de scénario, tournage sur un plateau de 200 m², le tout avec des intervenants professionnels

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

THR Critics' Chat: Female-Driven Filmmaking Gave Sundance 2018 a Jolt

THR Critics' Chat: Female-Driven Filmmaking Gave Sundance 2018 a Jolt | Film adhésif | Scoop.it
This year’s edition struggled to measure up to last year’s, but provided proof of the festival’s commitment to diversity — with many of the strongest, most provocative movies directed by or revolving around women.
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Césars 2018 : « 120 battements par minute » et « Au revoir là-haut » en tête des nominations

Césars 2018 : « 120 battements par minute » et « Au revoir là-haut » en tête des nominations | Film adhésif | Scoop.it
La 43e cérémonie des Césars, qui sera animée par l’acteur Manu Payet, se déroulera le vendredi 2 mars Salle Pleyel.
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

UniFrance’s Serge Toubiana, Isabelle Giordano, on the 2018 Rendez-Vous Highlights and French Cinema’s Challenges

UniFrance’s Serge Toubiana, Isabelle Giordano, on the 2018 Rendez-Vous Highlights and French Cinema’s Challenges | Film adhésif | Scoop.it
UniFrance’s Serge Toubiana, Isabelle Giordano Talk about the 2018 Rendez-Vous highlights, French cinema’s challenges
more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Le tournage de "Don Quichotte" de Terry Gilliam prévu pour octobre

Le tournage de "Don Quichotte" de Terry Gilliam prévu pour octobre | Film adhésif | Scoop.it

L'adaptation cinématographique du roman de Cervantes démarrera sa production le 4 octobre prochain, en Espagne, au Portugal et dans les îles Canaries.


En 2002, le documentaire "Lost in la Mancha", revenait sur le précédent tournage avorté de l'adaptation du roman de Cervantes, "L'Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche". Un projet maudit, maintes fois repoussé, tenu par l'ex-Monty Python Terry Giliam.


Les caméras commenceront finalement à tourner à partir du 4 octobre prochain au Portugal, en Espagne et dans les Canaries. Le casting comptera sur la présence d'Olga Kurylenko ("Quantum of Solace") et d'Adam Driver ("Star Wars : le réveil de la force"). Et le film s'intitulera "The man who killed Don Quixote".

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

La France, pays des fromages et des festivals de cinéma

La France, pays des fromages et des festivals de cinéma | Film adhésif | Scoop.it
Classiques, films américains, animation… Avec plus de 200 manifestations dédiées au septième art, toutes nos villes ou presque ont leur festival. Enquête sur cette autre exception culturelle.
more...
No comment yet.
Rescooped by Virginie Colnel from (Media & Trend)
Scoop.it!

Le buzz des Etats-Unis : New York, le nouvel Hollywood

Le buzz des Etats-Unis : New York, le nouvel Hollywood | Film adhésif | Scoop.it

Le business du cinéma a quasiment doublé en dix ans à New York.

 

Difficile d’habiter New York sans croiser, chaque semaine, un tournage de films. L’industrie du cinéma y a dépensé 8,7 milliards de dollars en 2014, un chiffre qui a quasi-doublé depuis dix ans. « Inside Amy Schumer », « The Americans » et « The Girl on the Train » figurent ainsi parmi les quelques 90 séries et films tournés actuellement dans Manhattan. « A New York, c’est le vrai décor. On y trouve de vrais ponts, de vrais tunnels, de vraies rues », a fait valoir la semaine dernière le réalisateur Scott White, qui tourne la série « Gotham » pour la chaîne Fox.

 

La ville, qui veut réduire sa dépendance par rapport à l’industrie financière, met les bouchées doubles pour attirer les productions. Elle n’hésite pas à inonder les producteurs de fortes subventions : elle prend désormais en charge 30 % des coûts de production, via un crédit d’impôt.

 

Les producteurs y semblent particulièrement sensibles : quand la ville institue un premier crédit d’impôt à 15% en 2005, les dépenses de tournage de films bondissent immédiatement de 900 à 1,4 milliard de dollars. Deux ans après, plusieurs Etats voisins - le Massachusetts, le Connecticut et la Pennsylvanie - instaurent des avantages encore plus généreux : la production à New York chute. En 2009, la ville décide alors de relever de 15% à 30% son crédit d’impôt : les dépenses de tournage augmentent immédiatement de 50 %, analysait le BCG dans une récente étude.

 

Rapport très attendu sur la fermeture de Guantanamo

 

Le rapport du Pentagone sur la fermeture de la prison militaire de Guantanamo devrait être remis au Congrès d’ici à ce mardi soir, la date-limite, a indiqué lundi un porte-parole du ministère américain de la Défense. Le centre a été ouvert en janvier 2002 par le président George W. Bush dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001. La prison a accueilli jusqu’à 680 prisonniers à son pic d’activité en 2003.

 

L’administration Obama cherche depuis 2009 à fermer cette prison controversée. Des détenus sont transférés au compte-gouttes vers des pays tiers. Ils sont actuellement encore 91, dont 34 ont vu leur transfèrement approuvé par les autorités. Les autres resteront incarcérés pour une durée indéfinie car considérés comme trop dangereux ou en attente de procès.

 

Le rapport attendu mardi devrait notamment détailler le coût estimé de leur détention pour chaque site. Parmi les sites envisagés figurent le Consolidated Naval Brig de Charleston (Caroline du Sud, sud-est), Fort Leavenworth (Kansas, centre) et la prison fédérale de haute sécurité de Florence (Colorado, ouest)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

A Londres, les cinémas éphémères tissent leur toile

A Londres, les cinémas éphémères tissent leur toile | Film adhésif | Scoop.it
On va au cinéma ? Of course, my dear, mais dans un hangar désaffecté, un pub ou... un cimetière. Face à la pénurie de salles, la projection de films dans des lieux insolites s'enracine au Royaume-Uni.
 

« Les films, on ne les découvre plus au cinéma ! » Parole de Londonien. Celui qui s'exprime ici se nomme Phoenix Fry et vit dans le quartier de Deptford, dans le sud-est de la capitale. Reste-t-il rivé à sa télé ou à son ordinateur ? Se contente-t-il de l'offre Netflix ou du player VOD lancé par le British Film Institute ? Pas le moins du monde. Il préférera toujours l'expérience collective de la salle. Mais à Londres, un billet coûte en moyenne 20 euros. Et les salles ne sont pas si nombreuses. Cet hiver, pour voir le dernier James Bond, qui occupait la majorité des écrans (et même ceux d'un centre culturel comme le Barbican), il fallait parfois attendre quinze jours.

Les cinéphiles anglais ont donc tissé leur réseau de résistance. Et sortent les films des cinémas pour leur donner un nouveau souffle. Phoenix Fry organise des séances dans l'arrière-salle d'un pub de son quartier. Et il a eu l'idée d'une projection deDeep End et de L'Inconnu du lac dans une piscine à vagues. Il n'est pas seul à s'agiter ainsi. Partout, les pubs rivalisent de créativité. Les clubs se forment autour de « cultes » plus ou moins extravagants. Demoiselles de Rochefort ou gangsters jamaïcains, Nollywood ou Bollywood, séries B, séries Z, séries pires que Z, films en VHS... Les séances Hot Tub où les spectateurs sirotent des cocktails dans des piscines gonflables se taillent un joli succès. D'autres sont organisées sur les toits des immeubles, dans des sous-sols, des stations-service, des gares abandonnées, des hangars désaffectés, des cimetières...

 

Au rythme des lieux éphémères

 

Il faut suivre. C'est l'idée. Les organisateurs des soirées Nomad déménagent à chaque saison. Pour Noël, ils ont organisé des séances de La vie est belle, de Frank Capra, et deL'Etrange Noël de monsieur Jack, de Tim Burton, dans une cour d'immeubles à la Dickens, près de Victoria. La culture du pop-up, les lieux éphémères qui rythment la vie londonienne, s'adapte au cinéma grâce à la démocratisation des projecteurs numériques. Elle prend sa source dans les festives années 1990 où les jeunes fans de musique électronique se livraient à un fantastique jeu de piste pour rejoindre les raves clandestines, dans des lieux tenus secrets jusqu'à la dernière minute. « Il faut inventer sans cesse, raconte Phoenix Fry.Trouver des endroits étranges et excitants, communiquer vite, tisser des réseaux en marge, créer une communauté qui se soude autour d'un désir de découverte et qui veut s'éloigner des sentiers battus. »

 

 

 

 

 

Les cinéastes Julian Temple et Nicolas Roeg ont ainsi présenté leurs films dans un hôpital psychiatrique désaffecté au look victorien. Les projections étaient accompagnées de lectures de poèmes et de rencontres musicales (avec Jarvis Cocker de Pulp notamment). Leur hôte était leur collègue Danny Boyle, réalisateur deSlumdog Millionaire, qui a lancé là le Shuffle Festival, militant pour « l'invention des villes où nous voulons vivre », et dont le mot d'ordre est : « Des lieux intelligents à l'usage du public. »

 

Communauté clandestine et jeu de piste

 

Le pionnier de ces séances alternatives qui se multiplient aujourd'hui sous toutes les latitudes, de Brighton à Glasgow, est un (ex-)apprenti cinéaste qui ne se montre ni ne s'exprime guère. Dépité de ne pouvoir projeter de courts métrages à Londres (notamment ceux qu'il réalisait), Fabien Riggall a créé, en 2007, sa propre séance dans les sous-sols d'une ancienne brasserie industrielle, sur les terres de l'East End en plein retour de flamme. Les films étaient suivis ou accompagnés par des DJ dans une ambiance euphorique. Que la salle ne soit pas conçue pour le cinéma ne le contrariait pas. Au contraire. Les conditions de projection n'étaient pas optimales mais l'excitation du rassemblement primait sur tout. Son expérience des raves où il lui fallait rouler à l'aveugle dans la nuit, chercher des indices sur un parking pour aller danser, l'a poussé à créer sa propre communauté clandestine. Et à lancer son propre jeu de piste sous la bannière de Secret Cinema. Après les courts métrages, il a étoffé son désir de programmation avec ses films fétiches, auxquels il offrait un écrin sur mesure tenu secret jusqu'à la dernière seconde. Pour lancer l'affaire, Paranoid Park a été projeté dans un dédale de tunnels vers London Bridge, recréant l'ambiance de zone onirique filmée par Gus Van Sant. La communauté des skaters et les réseaux sociaux ont assuré, dans l'instant, un succès qui ne s'est jamais démenti. Fabien Riggall affirme pouvoir compter sur un million d'adresses e-mail pour lancer ses séances.

En tablant sur le goût du mystère et de la découverte, il a organisé des sessions assez uniques de Brazil (dans des immeubles futuristes), de La Haine (dans une cité de Lewisham) ou de La Bataille d'Alger (dans les catacombes), mais il semble au moins aussi intéressé par la mise en scène de la soirée que par les films eux-mêmes, et on le critique aujourd'hui pour des séances qui s'alignent sur les parcs d'attractions à l'américaine. La dernière manifestation de Secret Cinema s'est tenue, cet été, dans une vaste friche industrielle au sud de la capitale, où une armée de figurants en costumes de l'espace célébrait Star Wars. En quelques semaines, quatre-vingt mille spectateurs se sont déplacés, malgré le prix exorbitant du billet (100 euros). Fabien Riggall parle de garder l'esprit « punk » pour ouvrir à Londres un vaste terrain d'aventures consacré au cinéma, mais il est passé du côté obscur de la Force.

 

Murmure d'excitation

 

« L'Angleterre est dominée par le rouleau compresseur du cinéma américain, dit Adam Roberts. Aujourd'hui plus que jamais. Les salles où nous découvrions le cinéma d'auteur étranger ont presque toutes disparu, et c'est pour ça que nous mobilisons nos énergies. Pour trouver les copies et les diffuser où c'est possible. »Cet inconditionnel de Pialat a commencé dans une galerie commerciale et se promène entre vieux théâtres et galeries d'art. Seul critère incontournable : ne projeter que des copies 35 mm. « Les gens apprécient, dit-il. Je me souviens d'une séance de Guerre et paix, de Bondarchuk, pour laquelle j'avais trouvé les dernières bobines, hors d'âge, qui se décomposaient dans une odeur de vinaigre. J'ai dit :"Profitez-en, c'est peut-être la dernière fois qu'on les voit ainsi", et j'ai senti passer un murmure d'excitation dans les rangs. Le public est ému à l'idée que cette culture pourrait disparaître. »

Joseph Adesunloye, un jeune cinéaste d'origine nigérianne, défend lui le cinéma africain dans une galerie d'art du sud de Londres. Il s'est forgé un public fidèle et table sur l'appétit des communautés et des quartiers londoniens pour des oeuvres et des soirées dans lesquelles ils se retrouvent. Les festivals gratuits sont de plus en plus nombreux, et les séances qu'il organise ne sont pas si éloignées de celles de son enfance, dans le delta du Niger, où l'on attendait que la nuit soit noire pour tendre un drap et brancher un projecteur au magnétoscope. Le cinéma était avant tout un bazar informel, prétexte pour les échanges et les palabres, le foyer d'une contre-culture vivace : « Londres est une ville qui s'embourgeoise et se standardise à vitesse grand V, dit-il. Tout y semble de plus en plus impersonnel et des multitudes de groupes se constituent pour déjouer la culture commerciale hyper formatée. Si inoffensive qu'elle en devient agressive. »

more...
No comment yet.
Rescooped by Virginie Colnel from (Media & Trend)
Scoop.it!

Le cinéma en Chine, un eldorado très disputé

Le cinéma en Chine, un eldorado très disputé | Film adhésif | Scoop.it

Les entrées en salle explosent, portées par l’engouement du public pour les grosses productions.

 

Jour J pour « Star Wars VII » en Chine. La dernière saga des aventures de Luke Skywalker débarque ce samedi sur les écrans – dès minuit, même, dans les multiplex Xing Mei ou Megabox de Pékin –,  forte d’un succès mondial qui ne se dément pas . En trois semaines, le film a récolté 1,5 milliard de dollars. Que le public chinois réponde présent et « Le Réveil de la Force » détrônera « Avatar », et ses 2,8 milliards de dollars de recettes en salle, du titre de plus gros succès de tous les temps. 

 

Disney, qui a déboursé 4 milliards de dollars pour racheter la franchise de « La Guerre des Etoiles » à George Lucas en 2012, peut compter sur le dynamisme du grand écran en Chine pour y parvenir. Fort de l’engouement du public –entre 18 et 30 ans majoritairement – pour les grosses productions, le box-office chinois est bien parti pour dépasser son alter ego américain, dès 2017 selon les analystes de Nomura (voir ci-contre). Au vu des tendances, il y a peu de risques qu’ils se trompent. 

 

Un essor qui ravit le pouvoir

 

L’an dernier, il s’est vendu 1,26 milliards de ticket, deux fois plus qu’en 2014. Avec un peu moins de 6,3 milliards d’euros, les recettes ont suivi la même pente. Un peu plus de 8.000 écrans ont vu le jour. On en compte désormais 31.267. Et le pays est loin d’être saturé… 

Bref, le cinéma en Chine c’est de l’or en barre, qui suscite toutes les convoitises : financiers, géants de l’Internet ou promoteurs immobiliers, à l’image de Wanda, en passe de prendre le contrôle de Legendary Entertainment, le studio de « Jurassic World », chacun veut sa part du gâteau ! Le pouvoir à Pékin applaudit des deux mains : lui qui veut faire du divertissement l’un des piliers de sa stratégie de croissance voit d’un bon œil ses champions partir à l’assaut de Hollywood. 

 

Des quotas drastiques

 

Cela fait quelque temps déjà que des ponts se construisent entre la Chine et la Mecque du cinéma, selon un intérêt bien compris : des yuans contre l’accès à un marché de centaines de millions de spectateurs. Quelques exemples parmi d’autres, Bona, l’un des principaux distributeurs, va financer en partenariat six films de la 20th Century Fox. Et le géant de l’e-commerce Alibaba a pris un ticket dans le dernier « Mission Impossible ».

 

Pour autant, rien n’est simple. Les 3 films américains (contre 7 chinois) figurant dans le Top 10 chinois de 2015, ou le succès rencontré par le « Lucy » de Luc Besson (7 millions d’entrées et 36e position en 2014), laissent croire que la Chine est accueillante. Or, l’accueil y est plutôt… réservé. 

 

Fourches caudines

 

Pour se frayer une place, un film doit d’abord passer les fourches caudines de la toute puissante SAPPRFT, entité publique à l’acronyme imprononçable sous la tutelle du bureau de la propagande du parti communiste. Censure, date de sortie, durée d’exploitation… Tout est de son ressort. 

« La SAPPRFT peut décider de lancer un film à un mauvais moment ou de le retirer s’il marche un peu trop bien », explique un spécialiste sous couvert d’anonymat. Le but ? Faire en sorte que les productions chinoises ne descendent jamais en dessous de 50% de parts de marché.

Fermer le robinet des co-productions

On touche là au deuxième écueil du cinéma en Chine : les quotas qui limitent les diffusions étrangères à un tiers des films distribués en salle, ce qui fait une moyenne de 70 par an, dont la plus grosse partie revient aux productions américaines. Les quotas fixent aussi la part des films au forfait, ou en partage de recettes.

 

Le passage par des coproductions permet bien d’éviter ces contraintes, mais il semble que le gouvernement cherche à fermer ce robinet. Si l’on ajoute la piraterie, qui reste une plaie, et les exploitants de salles qui font la pluie et le beau temps dans leurs cinémas pour privilégier la rentabilité immédiate, les films restent rarement plus d’un mois à l’affiche…

 
 
Le deuxième marché pour la France en nombre d’entrées

Avec 17,4 millions de billets vendus en 2014 pour 8 films sortis, la Chine a représenté cette année-là le deuxième marché d’exportation pour le cinéma français en nombre d’entrées, derrière les Etats-Unis mais devant l’Allemagne. Ce record est largement dû au succès de « Lucy » de Luc Besson (7,1 millions d’entrées) qui a réussi à se hisser en 36e position du box-office. Bien que l’appétit des spectateurs pour les grosses productions en 3D favorise les majors hollywoodiennes, la France « peut revendiquer son rang de première alternative étrangère au cinéma américain », estime un spécialiste. Avec 6 films sortis seulement, le bilan 2015 n’est pas encore connu. Il ne pourra pas profiter du succès du « Dernier Loup », qui a récolté près de 100 millions d’euros de recettes. Le film de Jean-Jacques Annaud est le fruit d’une des coproductions dont le nombre augmente d’année en année. Mais, majoritairement chinoises, elles ne sont pas comptabilisées dans les entrées de films français en Chine.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Après Lego, Playmobil va faire l’objet d’un film

Après Lego, Playmobil va faire l’objet d’un film | Film adhésif | Scoop.it

Le long métrage, attendu pour 2018, sera produit par le français On Entertainment (Le Petit Prince).

 

Lego a ouvert la voie. Playmobil s’y engouffre allégrement. Un an et demi après la sortie en France du film « La grande aventure Lego », qui aura rapporté l’an dernier 468,8 millions de dollars à travers le monde et dopé les ventes du fabricant danois de briques en plastique (+11 % au premier semestre 2014), un projet de film est lancé sur les petites figurines produites en Allemagne.

 

Et c’est le studio d’animation français ON Animation qui est à la manoeuvre, avec la société de production On Entertainment (Le Petit Prince) . Pathé distribuera le film en France, et le français Wild Bunch en assure la vente à l’international. Le projet a déjà été pré-vendu en Allemagne, en Amérique latine, au Benelux, en Suisse et au Moyen Orient.

 

L’auteur du Chat Potté et de Shrek 2

 

Le projet est énorme pour un film d’animation européen. Selon le site de « Variety », le budget de la production atteint 75 millions de dollars. Le film, intitulé « Playmobil : Robbers, Thieves & Rebels » (« bandits, voleurs et rebelles »), devrait être le premier opus d’une trilogie.

L’écriture et la réalisation sera confiée à Bob Persichetti (déjà à l’origine du scénario du Chat Potté, de Shrek 2 et du Petit Prince). Comme pour le Petit Prince, la production aura lieu au Canada. Le film devrait être prêt pour la mi-2018, en vue d’une sortie à la fin de l’année.

 

2,8 milliards de figurines vendues en 41 ans

 

Le film Playmobil est le dernier projet maison d’On Entertainment, la société de production créée il y a presque deux ans par Dimitri Rassam (« Le Prénom », « Papa ou Maman ») et Aton Soumache (un spécialiste de l’animation, avec les séries « Le Petit Prince » ou « Iron Man »). Avec à l’époque déjà, de grandes ambitions à l’international, où les jeunes français rêvent de rejoindre les majors mondiales comme Pixar, Disney, Dreamworks ou Sony, en misant sur le merchandising et les partenariats avec les grands acteurs du jouet.

Pour Playmobil, qui a vendu plus de 2,8 milliards de ses célèbres figurines en 41 ans, ce film marque une nouvelle étape. L’an dernier, les ventes mondiales de la société ont atteint le montant record de 595 millions d’euros, ce qui lui a permis de ravir la place de premier fabricant de jouets allemand au groupe de puzzles et de jeux de société Ravensburger.

 

Le précédent Lego

 

Reste à savoir si le film rencontrera le même succès que « La grande aventure Lego » , qui avait contre toute attente reçu un accueil favorable de la critique avant de crever l'écran en salles. Lego avait participé au budget de 60 millions de dollars de ce long métrage principalement produit par Warner Bros, qui a aussi assuré sa distribution à l’international. Le numéro deux mondial du jouet (derrière l’américain Mattel) avait coproduit le film par l'intermédiaire de sa filiale spécialisée dans les contenus pour séries TV.

Le groupe danois, dont les ventes ont quadruplé en 10 ans, vient de franchir un nouveau pas dans sa stratégie digitale en se lançant, mardi, dans la bataille des jouets vidéo, ces figurines que la technologie sans contact NFC permet de mettre en contact avec un jeu vidéo - en l’occurrence Lego Dimensions, conçu par Warner Bros.

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Sony planche sur un film d'animation sur les émoticônes

Sony planche sur un film d'animation sur les émoticônes | Film adhésif | Scoop.it

Sony Pictures a arraché les droits à Warner et Paramount.

 

Sony Pictures veut surfer sur la vague des emojis, annonce le « Times » . Le studio de cinéma prépare un film d’animation sur les émoticônes, mot-valise composé d’« émotion » et « icône », ces symboles dont sont notamment saupoudrés les sms et les posts des réseaux sociaux.

Sony Pictures a remporté la bataille qui l’opposait à Warner Bros et Paramount Pictures, qui voulaient également exploiter ce projet. Anthony Leondis (« Kung Fu Panda : Les Secrets des maîtres », « Le Prince d’Egypte ») réalisera le film, épaulé à l’écriture par Eric Siegel (« Men At Work »).

 

Ce n’est pas le premier projet original des studios de cinéma, un film d’animation sur un célèbre jeu de briques était déjà sorti au cinéma, avec un certain succès : « La grande aventure Lego. » Et l’usage des émoticônes n’est plus limité aux échanges de messages. En mai, « The Guardian » a traduit entièrement le discours sur l’état de l’Union de Barack Obama avec ces symboles . Pour l’occasion, le président américain a été transformé en émoticône. Le clip « Drunk In Love » de Beyoncé a également connu une version retravaillée. De son côté, le programmateur Matthew Haughey s’est lancé dans la réinterprétation du film « The Big Lebowski » dans un projet intitulé « The Big Lebowskemoji » .

 

more...
No comment yet.
Scooped by Virginie Colnel
Scoop.it!

Cinéma : « Les Minions » détrône « Vice-Versa » aux Etats-Unis

Cinéma : « Les Minions » détrône « Vice-Versa » aux Etats-Unis | Film adhésif | Scoop.it

Le dessin animé a remporté 115 millions de dollars dès son week-end de sortie au box-office nord-américain, selon les chiffres provisoires de la société Exhibitor Relations.

 

Le succès phénoménal d’un dessin animé peut en cacher un autre. « Les Minions » et ses petits bonhommes jaunes ont remporté 115 millions de dollars dès leur week-end de sortie au box-office nord-américain, selon les chiffres provisoires de la société Exhibitor Relations.

 

Le dessin animé, dont l’un des deux réalisateurs est le Français Pierre Coffin, met en vedette les petits personnages apparus dans « Moi, moche et méchant ». Jon Hamm, Sandra Bullock et Michael Keaton sont parmi les vedettes qui leur prêtent leurs voix américaines.

 

« Les Minions » détrônent le dessin animé signé Disney « Vice Versa » , ou l’histoire d’une petite fille dans le tumulte de ses émotions qui a récolté 17 millions et passe de la première à la troisième place (283 millions en quatre semaines) du classement.

 

68,7 millions de dollars pour Terminator en deux semaines

 

Intercalés, on retrouve les dinosaures de Jurassic Park  avec 18 millions de dollars mais néanmoins plus de 590 millions empochés en cinq semaines. De son côté, « Terminator Genisys », cinquième film de la série avec le retour d’Arnold Schwarzenegger dans le rôle titre, boudé par la critique, récolte 13,7 millions et 68,7 millions en deux semaines.

 

Une nouveauté, le film d’horreur à petit budget « The Gallows », avec fantômes, adolescents et potences comme l’indique son titre, prend la cinquième place et 10 millions. Le film rappelle « Le projet Blair Witch » de 1999, filmé lui aussi caméra à l’épaule. En sixième position, « Magic Mike XXL » récolte 9,6 millions de dollars pour sa deuxième semaine. Le film, suite du « Magic Mike » de Steven Soderbergh (2012), réunit à nouveau les strip-teaseurs Kings of Tampa.

 

« Ted 2 », second volet de la comédie de Seth MacFarlane sur un ours en peluche ordurier et fumeur de joints qui prend vie, se place au septième rang avec 5,5 millions de dollars pour sa troisième semaine. « Renaissances », un film de science-fiction avec Ryan Reynolds et Ben Kinsley, se place en huitième position pour sa sortie avec 5,3 millions.

 

« Max », sur un chien apprivoisé par un adolescent à son retour d’Afghanistan où il aidait les Marines, tombe à la neuvième place en engrangeant 3,4 millions de recettes. La comédie « Spy », avec Melissa McCarthy, clôt le Top Ten avec 3 millions (103 millions en six semaines)

 

more...
No comment yet.