Fascinations technologiques
308 views | +0 today
Follow
Fascinations technologiques
Démêler les TICE de la fascination technologique / Situer l'élève et l'école dans l'économie numérique
Curated by Clavis LAPLAGE
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Oser la pédagogie numérique ! - LeMonde.fr

Oser la pédagogie numérique ! - LeMonde.fr | Fascinations technologiques | Scoop.it
Le Monde.fr - Au lieu de stigmatiser une profession compétente et de culpabiliser inutilement les élèves et les parents, ne faudrait-il pas, plutôt, revoir les modèles qui sous-tendent l'apprentissage ?
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

L’illusion de la pédagogie numérique | Le blog de Christine Vaufrey

Je lis avec quelques semaines de retard le texte de J.M. Fourgous publié dans Le Monde, intitulé Oser la pédagogie numérique !. Pour résumer, M.
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

The Wrath Against Khan: Why Some Educators Are Questioning Khan Academy

The Wrath Against Khan:  Why Some Educators Are Questioning Khan Academy | Fascinations technologiques | Scoop.it
An Explainer Post There’s an article in this month’s Wired Magazine about Khan Academy. The headline speaks volumes — “How Khan Academy Is Changing the Rules of Education” — as do the responses I’ve seen to the article.
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

World of Tomorrow - School, Work and Play

World of Tomorrow - School, Work and Play | Fascinations technologiques | Scoop.it
World of Tomorrow - School, Work and Play was first published in 1981 by Franklin Watts, and written by Neil Ardley.



Fantastic machines are going to affect our lives greatly in the future. Computers and robots will help us at school and at work. They will even join us in play, for life will certainly be great fun in the future.


more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Selling You and Your Clicks: Examining the Audience Commodification of Google | Kang | tripleC - Cognition, Communication, Co-operation

Abstract

Using a political economy perspective, this paper argues that Google’s surplus value from advertising results from its extensive and transformative commodification of users. The unique features of Google as an advertising venue intensify the commodification of its users as compared to traditional media in several ways. First, the simplified valorization process of Google’s advertising methods enables Google to earn significantly more surplus value than those of traditional media. Also, Google’s personalized advertising strategies, its precise measurement of advertising costs based on users’ behaviors represented as “the number of clicks,” and the unclear distinction between advertisements and serviced content commodify its users’ online activities. Lastly, this essay asserts that Google commodifies the aggregated consciousnesses of its users because it sells keywords for advertisers to attach advertisements to search-data output, which are priced in accordance with their popularity. This “click-through” form of behavioral commodification has significant implications for the future of media.

Full Text: PDF
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

affordance.info: L'article du futur sera une API

affordance.info: L'article du futur sera une API | Fascinations technologiques | Scoop.it
Face. Face à l'explosion continue des savoirs disponibles.
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Règles d'utilisation des réseaux sociaux pour recueillir de l’information

Dernière version des règles de l'Agence France Presse
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Les réseaux sociaux au service de la société de surveillance » OWNI, News, Augmented

Les réseaux sociaux au service de la société de surveillance » OWNI, News, Augmented | Fascinations technologiques | Scoop.it
Un smartphone, ça sert à prendre ton cousin en photo à sa soirée d'anniversaire pour la mettre sur Facebook. Ça sert aussi à mettre en ligne des images de hooligans en fureur pour essayer de les identifier.
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Revue Communication & Organisation 2010/1, La communication à l’épreuve des mutations économiques - Cairn.info

Revue Communication & Organisation 2010/1, La communication à l’épreuve des mutations économiques - Cairn.info | Fascinations technologiques | Scoop.it
Depuis plusieurs décennies, de nouveaux concepts, confortés par la crise, occupent le devant de la scène : développement durable, économie de l’immatériel, responsabilité sociale, intelligence territoriale, économie créative. Nés dans un contexte économique, politique et social jugé plus complexe, ils inspirent de nombreux discours favorables au changement et à l’innovation comme aussi certaines pratiques.

2 Plutôt apparentés, ces concepts ont plusieurs points communs. Ils accordent une place de choix à l’approche environnementale et à la qualité de vie. Intégrant le déclin des trois secteurs d’activité habituels ils annoncent la future primauté du capital intellectuel et culturel. Tous développent la notion de territoire : penser global, agir local. Sans écarter la marchandisation, soucieux de l’efficacité économique, ils sont en quête de nouveaux retours sur investissement. Ils modifient le partage entre secteur privé et secteur public : l’entreprise serait investie de missions réservées jusqu’alors à la puissance publique, les services publics se verraient désormais attribuer une valeur marchande, etc. Mais, c’est le fait de remettre l’Homme au centre des préoccupations qui les rapproche le plus. Un Homme communicant, vecteur de nouvelles interactions. Les délibérations, le partage, la transversalité, les débats, les réseaux, l’information ascendante, la transparence, l’émergence des idées et des projets sont au cœur de ces nouvelles conceptions. Autant d’éléments qui ressortissent à l’analyse communicationnelle.

3 Ce dossier a pour objectif d’essayer d’apprécier la portée des transformations annoncées, les écarts entre les représentations et la réalité, l’impact de la communication sur les actions. Le concept d’économie créative est-il compatible avec celui de développement durable ? Quelles émergences communicationnelles produisent les expériences qui s’en inspirent ?

Isabelle Cousserand et Dominique Blin « La communication à l'épreuve des mutations économiques », Communication & Organisation 1/2010 (n° 37), p. 5-6.
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

L’éducation, clef de la désintox aux nouvelles technos ? » OWNI, News, Augmented

L’éducation, clef de la désintox aux nouvelles technos ? » OWNI, News, Augmented | Fascinations technologiques | Scoop.it
Les expériences de sevrage face au monde numérique se multiplient à mesure que le développement des technologies les rendent difficile à maîtriser pour l'homme. La solution, pourtant, réside dans l'éducation aux technologies.[...]
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Etes-vous prêts pour la Théocratie Numérique ?

Etes-vous prêts pour la Théocratie Numérique ? | Fascinations technologiques | Scoop.it
Depuis l’apparition d’un web toujours plus collaboratif, communautaire et mobile, ne sommes-nous pas en train de transférer progressivement le pouvoir politique vers Internet ? Ne sommes-nous pas en train de confier à une entité immatérielle, la lourde tâche de gouverner les hommes ? [...]
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Appauvrissement du lexique ?

"Chaque heure quotidienne de contenus “éducatifs” entre 8 et 16 mois se traduit par un appauvrissement du lexique de l’ordre de 10%"

Voici une des données alarmistes, et dont on aimerait connaître le fondement scientifique, que l’on pourra trouver dans cette production de l’association Icare.

Sur son site Culture visuelle A. Gunthert propose une excellente critique de l’étude d’Icare, qui comme il souligne envisage la télévision comme une forme populaire méprisée, et non une ressource culturelle légitime. (voir ci-dessous)
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Eteindre la télé? | L'Atelier des icônes

Eteindre la télé? | L'Atelier des icônes | Fascinations technologiques | Scoop.it
Eteindre la télé?
Mardi 5 avril 2011
Par André Gunthert

Dédiée à l’éducation aux médias, l’association Icare a livré récemment une compilation remarquée de chiffres-clés sur le rapport à la télévision du public d’âge scolaire. Suite à la publication par Médiamétrie de son rapport 2010, où l’on observe pour la première fois depuis des années l’arrêt de la chute de la consommation télévisée (3h32 par personne et par jour en moyenne), Icare souligne notamment qu’«un écolier en primaire passe tous les ans plus de temps devant le tube cathodique que face à son instituteur (956 heures contre 864)».

Une rapide division montre que ce dernier chiffre correspond à un total quotidien de 2h37/jour, sensiblement moins élevé que la moyenne de la consommation de l’ensemble des Français (74%). Mais il l’est encore beaucoup plus …que celui fourni par une enquête réalisée l’an dernier par la même association dans un collège en région, où la moyenne quotidienne n’atteint qu’1h01 pour les 11-15 ans (32%).

D’où l’on peut conclure sans grand risque d’erreur que les jeunes Français regardent beaucoup moins la télé que leurs aînés. Pas de quoi crier à l’addiction – ou alors il faut de toute urgence s’occuper de nos seniors, qui font considérablement grimper la moyenne. [...]
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Des joueurs en ligne résolvent une des énigmes du sida

Des joueurs en ligne résolvent une des énigmes du sida | Fascinations technologiques | Scoop.it
Des joueurs du jeu en ligne Foldit ont réussi à trouver la structure d'une enzyme liée au sida du singe en quelques semaines. Les scientifiques butaient sur cette énigme depuis une dizaine d'années.
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Internet changerait notre façon de penser

Internet changerait notre façon de penser | Fascinations technologiques | Scoop.it
D’après une équipe de psychologues, nous cherchons désormais moins à nous souvenir d’informations que nous savons retrouver sur Internet ou sur un ordinateur.
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Michel Serres : "nous sommes face à un homme nouveau dont nous ne parvenons pas à évaluer la nouveauté" | vos stratégies digitales

Michel Serres : "nous sommes face à un homme nouveau dont nous ne parvenons pas à évaluer la nouveauté" | vos stratégies digitales | Fascinations technologiques | Scoop.it
Michel Serres faisait partie des invités de l'USI qui s'est déroulée fin juin.
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Michel Hagnerelle : "Le numérique à l'école ne suivra pas le rythme du numérique dans la société"

Michel Hagnerelle : "Le numérique à l'école ne suivra pas le rythme du numérique dans la société" | Fascinations technologiques | Scoop.it
Membre du comité de pilotage de l’expérimentation sur les manuels numériques, inspecteur général, Michel Hagnerelle fait le point sur la réflexion menée par l'éducation nationale sur le numérique à l'école. Une approche devenue plus prudente qui rappelle l'exigence scolaire de structurer les apprentissages, de fuir le zapping de la société. Pour M Hagnerelle, il faut laisser à l'institution le temps de maîtriser son évolution.


On voit des associations d'enseignants, comme l'Apses, proposer un manuel numérique pour contourner le programme officiel. On voit aussi les manuels numériques transiter par les ENT. Le manuel numérique est-il appelé à déplacer les frontières éditoriales ? A qui appartiendra-t-il ?
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Twittérature ? - Mathieu Bock-Côté

Laissez-moi vous parler de la dernière mode pédagogique appelée à saboter l'école québécoise : utiliser Twitter en classe, en faire un moyen d'apprentissage exemplaire.
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Technique, pédagogie, opposition ou complémentarité… compatibilité ...

Le titre d'un ouvrage paru récemment a attiré mon attention : « Enseigner différemment avec les TICE » (P.Bihouée, A. Colliaux, Eyrolles Editions d'Organisation), car pour une fois la question pédagogique précédait la ...
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Le journalisme « hacker », une nouvelle utopie pour la presse ? - La Vie des idées

Le journalisme « hacker », une nouvelle utopie pour la presse ? - La Vie des idées | Fascinations technologiques | Scoop.it
Cet article explique pourquoi et comment les programmeurs autodidactes, entrepreneurs du web, gestionnaires de projets web, programmeurs engagés dans les communautés du logiciel libre ou militants de l’open data en viennent à s’intéresser au journalisme alors même que la situation économique de la presse est partout plus qu’inquiétante.
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

5 Myths about mobile learning – e-moderation station

5 Myths about mobile learning – e-moderation station | Fascinations technologiques | Scoop.it
Myth 1: Mobile learning means learning via texting with mobile phones

Myth 2: Mobile learning means ‘learning on the move’

Myth 3: Mobile learning means learning with apps

Myth 4: Mobile learning means content delivered in ‘bite-sized’ chunks

Myth 5: Mobile learning means informal, just-in-time learning.
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

Donald Clark Plan B: 7 objections to social media in learning (and answers)

Donald Clark Plan B: 7 objections to social media in learning (and answers) | Fascinations technologiques | Scoop.it
Social media – I’m a fan. I blog, facebook and tweet daily, and love all of the additional resources and tools. But when an important social and technological phenomenon turns into a bubble of evangelism, we’ve got to handle it with care.[...]
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

[R. Murdoch vend un numérique égalitaire] Le numérique permettra l'égalité scolaire - LeMonde.fr

[R. Murdoch vend un numérique égalitaire] Le numérique permettra l'égalité scolaire - LeMonde.fr | Fascinations technologiques | Scoop.it
A la Une > Idées
Point de vue
Le numérique permettra l'égalité scolaire

LEMONDE.FR | 25.05.11 | 15h16 • Mis à jour le 26.05.11 | 9h27


Notre monde est de plus en plus, et sans aucun doute, un monde fondé sur le mérite, au sein duquel le plus grand défi à relever pour toute entreprise porte sur le capital humain et sur les moyens pour le trouver, le développer et le fidéliser. Quel que soit le secteur concerné, les salariés sont plus productifs, et ce grâce aux progrès numériques – créant des emplois inexistants voilà seulement quelques années et nous libérant des anciennes tyrannies du temps et de la distance.

Ce postulat est vrai dans tous les secteurs, sauf un : l'Éducation. Réfléchissez un instant. Dans un aspect de la vie sur deux, une personne qui se réveillerait après cinquante ans de sommeil ne reconnaîtrait pas le monde qui l'environne. Rien de tel dans l'éducation. Nos écoles demeurent le dernier obstacle à la révolution numérique. Pour la personne qui se réveillerait après cinquante ans de sommeil, l'aspect de la classe serait quasiment identique à celui existant à l'époque victorienne : un maître se tenant devant une classe remplie d'enfants, avec uniquement un manuel scolaire, un tableau noir et un morceau de craie. Nous sommes ici en présence d'une faillite colossale de l'imagination.

Nous savons que la réponse traditionnelle – qui se résume à injecter de l'argent afin de résoudre le problème – ne fonctionne pas. Dans mon propre pays, nous avons doublé nos dépenses relatives à l'enseignement primaire et secondaire au cours des trente dernières années : or, les résultats aux examens sont restés inchangés.

Les mandarins de la médiocrité vous diront que le problème vient du fait que les enfants auxquels ils dispensent un enseignement sont trop pauvres voire sont issus de familles peu fréquentables ou sont des immigrés qui ne comprennent pas notre culture. Cette affirmation est absurde, arrogante, élitiste et totalement inacceptable. Nous disposons de moyens pour transformer l'existence. Les mêmes technologies numériques qui ont modifié un aspect de la vie moderne sur deux peuvent transformer l'éducation.

Je souhaiterais donner trois exemples. Nous devons commencer par exciter l'imagination de nos jeunes. La clé, ce n'est pas l'ordinateur ou la tablette voire un dispositif quelconque mais le logiciel qui impliquera les étudiants, leur enseignera les concepts et leur apprendra à penser par eux-mêmes. Toutes les études vous diront que plus l'enseignement est interactif et personnalisé, plus les résultats de l'étudiant s'améliorent.

Prenons un exemple. Si je tentais d'enseigner à un enfant de 10 ans le principe de Bernoulli qui tire son nom du célèbre mathématicien du 18e siècle. Selon ce principe, lorsque la vitesse augmente, la pression diminue. Hypothèse quelque peu aride. Or, que se passe-t-il si je peux relier la leçon à la star de football Roberto Carlos – dont la légendaire frappe enveloppée illustre ce principe en action ? Plusieurs entreprises nous donnent déjà une idée de la forme qu'il pourrait revêtir. Dans deux petites écoles en Californie, un éditeur traditionnel de manuels scolaires s'est associé avec Apple pour enseigner l'algèbre. Ils ont fourni aux enfants des iPads gratuits et ont créé une application procurant aux étudiants un guide d'instructions, un feed-back instantané sur des questions liées à la pratique et un accès à plusieurs centaines de vidéos. Si les élèves ne comprennent pas la leçon la première fois, ils peuvent la regarder autant de fois qu'ils le souhaitent.

Seriez-vous surpris d'apprendre que les étudiants utilisant ce nouveau programme d'algèbre réussissent mieux leurs examens que ceux qui n'y ont pas recours ? Exciter les jeunes imaginations me conduit directement à mon second point : un enseignement plus personnalisé. Dans le domaine des médias, nous avons appris la façon de micro-cibler les publics - maximiser l'attractivité de nos sites Web, personnaliser nos services d'alimentation en nouvelles. Dorénavant, nous devons intégrer ces types de compétences dans l'éducation – préserver l'attractivité des mathématiques – dans le but de micro-cibler les filles en quatrième qui souhaiteraient devenir physiciennes et personnaliser l'interprétation pour chaque étudiant.

Prenons l'exemple d'un étudiant qui essaie de comprendre les fractions. Il existe de nombreuses façons différentes de les enseigner aux enfants – toutes fonctionnent pour certains d'entre eux et ne fonctionnent pas pour d'autres. Pourquoi devrait-on être limité ? Pourquoi ne peut-on pas utiliser la technologie numérique pour offrir aux enseignants la possibilité de choisir la totalité d'entre elles ? Par exemple, pour certains enfants, la réponse la plus adaptée sera un professeur particulier en ligne qui les guidera à chaque étape de leur parcours. Pour d'autres, cela pourra être un dessin animé produit par les meilleurs studios d'animation du monde illustrant le mode de représentation des fractions en tant que parties d'un tout. Pour d'autres encore, il s'agira d'écouter le plus grand professeur de mathématiques de la nation poser des problèmes auxquels ils répondront à leur propre rythme. La clé, c'est la capacité à analyser les domaines où les enfants sont en cours d'acquisition de connaissances et les moyens qui leur sont nécessaires pour progresser.

Nous disposons déjà d'un programme analogue que nous avons installé sur un iPod, qui est utilisé dans les écoles et destiné aux enfants américains sur la base militaire d'Okinawa. Il permet à un enseignant de diagnostiquer instantanément le niveau de lecture atteint par un enfant, puis d'élaborer un manuel scolaire personnalisé pour les dix jours suivants. Le parent peut le vérifier à tout moment pour évaluer la progression de son enfant en termes d'acquisition de connaissances. Enfin, grâce au numérique, nous pouvons proposer les plus grands penseurs du monde à chaque étudiant, aux quatre coins du monde, à très faible coût.

Hors de la classe, le numérique a déjà rempli ce rôle. Il n'y a pas si longtemps, il fallait être riche pour écouter l'opéra ou la symphonie de la meilleure facture. Vous pouvez dorénavant télécharger le meilleur enregistrement mondial de votre concerto préféré de Mozart pour environ un dollar. Ainsi, si un enseignant en Bretagne propose le meilleur cours d'enseignement de l'histoire de France, il n'y a aucune raison de ne pas le mettre immédiatement à la disposition de tout étudiant dans la France entière ou au Vietnam.

Notre défi consiste à tirer les leçons des pratiques les plus performantes et de les réunir. Mon entreprise est plus que jamais résolue à faire partie de cette expérience sur une grande échelle. Mon défi à l'égard des autres : leur permettre de proposer leurs propres compétences. Le monde a besoin de vous pour insuffler dans nos écoles la même force créative qui permet aux entreprises d'être compétitives et aux nations de prospérer.

Ce faisant, nous fournirons à nos économies tout le talent et l'énergie dont elles ont besoin pour croître, nous veillerons à ce qu'un enfant pauvre à Manille bénéficie des mêmes opportunités qu'un enfant riche à Manhattan, nous rehausserons le statut des bons enseignants dans le monde entier et nous ferons en sorte qu'aucun enfant ne soit laissé en marge de la formidable prospérité offerte par cette économie mondiale.


Rupert Murdoch, PDG du groupe de médias News Corp
more...
No comment yet.
Scooped by Clavis LAPLAGE
Scoop.it!

The Ed Techie: Games & education - a contrarian view

The Ed Techie: Games & education - a contrarian view | Fascinations technologiques | Scoop.it
These are not scripts or courses in waiting...



It is almost a truism to say that games represent a bold new future for education. The Chancellor of the OU, and one of the wisest people around, Lord Puttnam, has often said as much: "The video game is probably the most powerful learning tool that's ever been created, and if we can only get the software right, as it were 'connect up the pieces', we could create something utterly remarkable."

And the linkages seem irresistible - games create a structured environment where the player has to learn certain procedures to progress. They are given tips, have the opportunity to practice and have regular rewards. Most attractively, they are highly motivating and engaging, with players devoting hours to solving the problems presented to them. The player learns through trial and experimentation, sometimes collaborating with others, in a structured, scaffolded manner. If that doesn't scream 'Education!' at you then you're not paying attention. And, there has been some success in applying game based approaches to learning.

But whenever the logic seems irrefutable, and everyone is lining up to testify how great it is, then a contrarian tick kicks in for me. It's probably because I've read too much Hitchens, but I want to take an opposing view, just to see how it pans out.

So here are my reservations about games as the future of education:

Discipline suitability - although there are open games, such as World of Warcraft, many games have a very definite structure. You have to follow the narrative, and this may work well for some well structured disciplines, but not for more discursive ones.

Creepy treehouse - games are fun and motivating precisely because they are about imaginary worlds where the player is an elven wizard, or a Miami based drug dealer, or a premiership football manager. Making games about the actual stuff we need to learn about removes all of this, and is an example of creepy treehouse syndrome. When my daughter was young we used to occasionally watch Clifford the Big Red Dog, which always ended with Clifford being read a story, at the end of which the girl would pontificate 'Reading is fun!'. Even as a three year old, my daughter could spot this as a sledgehammer message. I think 'let's play a game about quantum physics' would set off similar alarm bells in any savvy 20 year old.

Inappropriate pedagogy - I think this one is less convincing, as you can have constructivist or collaborative approaches in games, but many of the conventional game engines are based around a fairly Skinnerian reinforcement principle. We would need to be wary about adopting this wholesale.

A misleading metaphor - my main concern though is that the seeming similarities between education and gaming mask more fundamental differences. My argument for this lies in observing another industry that has been seduced by the apparent similarities with games, namely the film industry. Adapting games has proven irresistible for the film industry and the logic again seems sound: games have an existing fan base; they have an easy narrative which can be adapted; they are highly visual; much of the design, look, feel, and characterisation has been done already; they're modern and sexy.

Yet, almost without fail, game adaptations have been disasters, artistically speaking. I don't know if they've returned a profit, and if they have, few have gone onto be the real blockbusters the producers would have hoped. Yet they persist because of that damn irresistible logic. Tomb Raider, Doom, Resident Evil, Silent Hill, Street Fighter, Prince of Persia - none of these have blazed standards for cinematic achievement. Look at this list of games that have been made into films and tell me of one that you'd bother to see a second time (or even a first).

The danger is that this reliance on games (and comic books, but that's another argument), creates a laziness in film making and a loss of their own creativity. Hollywood (and it is almost exclusively Hollywood that is obsessed with games) has, I would argue, made a mapping error and transferred the wrong elements across from games, and missed what is fundamentally different about films.

Games require less characterisation than films because the player participates in the game. In a movie this participation needs to be achieved through engagement and empathy with the characters. When you transfer a game to a film this lack of character creates a fundamental weakness.

In addition they operate over different time frames - a game that only lasted two hours would be considered light, and a film that endured for forty hours would be a tough sell. In games this prolonged engagement allows the player to become involved, to invest in the game. In a film this has to be compressed so all you are left with is the surface story and action.

Lastly they underestimate the discrimination of their customers. People who play Tomb Raider are quite capable of seeing romcoms or dramas. What they want from movies and what they want from games are quite different.

I wonder if the same misapplication of gaming is happening in education as it has in film. There are interesting things being done with games, letting town planners play with Sim City seems a great thing to do, and I'm sure people can point me at lots of great examples. But I think it's worth noting these reservations and thinking of games as useful in some contexts, not the great educational utopia they are often proclaimed to be.

more...
No comment yet.