Nat
29 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Nathalie Cockenpot from (Media & Trend)
Scoop.it!

Cyril Lignac : « On a surfé sur le filon des émissions culinaires jusqu’à user le genre »

Cyril Lignac : « On a surfé sur le filon des émissions culinaires jusqu’à user le genre » | Nat | Scoop.it

Le chef étoilé, producteur et animateur du « Meilleur Pâtissier » sur M6, se dit « inquiet » des récentes baisses d’audience des émissions de cuisine.

 

Les émissions culinaires connaissent actuellement des déconvenues ; serait-ce pour elles le début de la fin ?

 

Il y a deux ans, les journalistes avaient déjà prédit la mort des émissions de cuisine parce que les audiences de « Top chef » et de « Masterchef » avaient baissé. Mais on ne va pas se mentir : il y a eu beaucoup de programmes culinaires. On a surfé sur le filon jusqu’à user le genre, d’autant plus qu’on a apporté très peu de renouvellement. Toutes les chaînes ont aujourd’hui des concours de cuisine – du « food truck » à la plus belle table d’hôte, et j’en passe – qui créent plus ou moins d’empathie. Il y a même de la cuisine dans les émissions de flux ! Tous ces formats ont tendance à desservir les grands programmes qui, eux, mettent en avant notre métier de cuisinier. Aujourd’hui, le public est perdu. Face à cette prolifération, les téléspectateurs finissent par faire l’amalgame entre les bons et mauvais formats et n’ont plus envie de regarder. C’est précisément ce qui me fait peur.

 

Vous avez « peur » que votre émission « Le Meilleur Pâtissier » ne plaise plus ?

 

Bien sûr, je suis inquiet. J’étais sur le tournage du « Meilleur Pâtissier » quand j’ai vu les premiers mauvais résultats tomber pour « Masterchef » et me suis dit : « Mais qu’est-ce qui se passe ? » Je ne me gargarise jamais des échecs des autres. Au contraire, cela me fait de la peine car j’ai envie que les émissions culinaires marchent. Mais pas n’importe lesquelles ! Elles constituent un vecteur tellement fort pour inciter les jeunes à venir dans nos écoles, et les gens dans nos établissements… C’est vertueux pour nous. La quatrième saison de mon émission sera diffusée en fin d’année : si nous réalisons des scores équivalents à ceux de l’an dernier (près de 3 millions de téléspectateurs), je me dirai que j’ai la bonne formule ; dans le cas contraire, cela voudra dire que les gens ont en vraiment ras le bol et que l’on sera arrivé au bout du genre. Comme dans un jardin, il faut savoir mettre le terrain en jachère, pour qu’il se repose un peu. Il serait bon d’appliquer cette méthode à la télé !

 

Après une grosse baisse de régime, « Top chef », diffusée sur M6 en janvier dernier, a pourtant bien marché…

 

Oui, c’est ce qui me fait quand même dire que les émissions de cuisine ne sont pas mortes. Mais il se pose, selon moi, un vrai problème d’ordre éditorial. « Top chef » a su se renouveler en proposant une nouvelle formule, en impliquant les chefs dans les épreuves, et en créant « Objectif top chef », une émission portée sur les jeunes. Elle a cartonné. Il faut que les gens se retrouvent dans l’émission, dans l’assiette, et que les chefs qui sont à l’antenne créent de la proximité. Le format du « Meilleur Pâtissier » est, je pense, différent. Il touche toutes les générations, toutes les classes sociales. On apprend aux téléspectateurs à faire des gâteaux : c’est identifiable, et ils s’identifient.

 

Vous allez animer un « Meilleur Pâtissier » spécial people ; est-ce une manière de susciter encore l’intérêt du public ?

 

Non, c’est une manière d’utiliser la marque, et d’ouvrir notre concept à tout le monde. C’est une émission grand public, très proche des candidats. On ne promet pas le changement de vie, de gros gains financiers, comme les émissions réservées aux professionnels, mais de la pâtisserie faite par des amateurs. La vraie question à se poser est : sommes-nous arrivés au bout des émissions qui mettent en scène des professionnels ? Peut-être que les gens n’y croient plus… On ne devient pas cuisinier au bout de deux mois de tournage.


Via Virginie Colnel
more...
No comment yet.
Rescooped by Nathalie Cockenpot from Les outils du Web 2.0
Scoop.it!

My Social Book. Diffuser son mur Facebook au format livre

My Social Book. Diffuser son mur Facebook au format livre | Nat | Scoop.it
“ My Social Book est un service en ligne qui permet d’éditer et d’imprimer un livre à partir de votre mur Facebook.”
Via Fidel NAVAMUEL
more...
No comment yet.
Rescooped by Nathalie Cockenpot from Le monde du mobile et ses nouveaux usages : news web mobile, apps en m sante et telemedecine, m learning , e marketing , etc
Scoop.it!

Les horaires de bus sur son smartphone ? Une nouveauté du syndicat ... - La Voix du Nord

Les horaires de bus sur son smartphone ? Une nouveauté du syndicat ... - La Voix du Nord | Nat | Scoop.it

Un flashcode pour pouvoir lire sur son smartphone les horaires de bus, les tarifs du réseau Evéole ... Le Syndicat mixte des transports du Douaisis (SMTD) est le deuxième de France à proposer ce service.


Via dbtmobile
more...
No comment yet.
Rescooped by Nathalie Cockenpot from Actu Boulangerie Patisserie Restauration Traiteur
Scoop.it!

Rouvroy : avec Cerf Dellier, les pupilles se régalent et les papilles s’agitent | La Voix du Nord.fr

Rouvroy : avec Cerf Dellier, les pupilles se régalent et les papilles s’agitent | La Voix du Nord.fr | Nat | Scoop.it

Voilà une entreprise qui met l’eau à la bouche. Cerf Dellier apporte des couleurs à la pâtisserie. Ses pâtes à sucre et ses arômes affolent les gourmands. La société de Rouvroy, près de Lens, prend sa part du gâteau...


Via Sebr
more...
No comment yet.
Rescooped by Nathalie Cockenpot from Social Media Curation par Mon Habitat Web
Scoop.it!

[infographie] Tailles des visuels sur Facebook

[infographie] Tailles des visuels sur Facebook | Nat | Scoop.it
Outil pour community manager sur Facebook : les tailles des différents visuels et emplacements prévus par le réseau social.
Via Boyé, Mon-Habitat Web
more...
No comment yet.