Et en plus elle lit
71 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Un bilan pour 2013

Un bilan pour 2013 | Et en plus elle lit | Scoop.it
Un bilan pour 2013 - Se perdre au fil des pages.
etenplusellelit's insight:

Voilà le bilan livresque de cette année .... 

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Jonas Jonasson - Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Jonas Jonasson - Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire | Et en plus elle lit | Scoop.it

Il n'est pas donné à tout le monde d'atteindre la centaine. Et quand on a passé une vie comme celle d'Allan Karlsson, on peut comprendre que le sympathique vieillard n'ait aucune envie de participer à la petite sauterie concoctée par Soeur Alice, en compagnie de tous les légumes qui composent l'essentiel de la maison de retraite. Se faire la malle ? Rien de plus simple, il suffit juste d'enjamber le rebord de la fenêtre, et faire le grand saut vers la liberté. Ce qui est assez aisé quand on a une chambre au rez de chaussée. Ensuite, se rendre à la gare la plus proche, faucher une valise contenant quelques millions de couronnes, et prendre le premier car qui passe. Et en route pour l'aventure ! Frayer avec des malfrats, se débarrasser de cadavres, arpenter la Suède avec une femelle éléphant et sa propriétaire, rien de plus normal pour Allan, qui a vécu bien plus dangereusement... Entre cavale centenaire et souvenirs de jeunesse (Ah les dîners avec Staline, la tequila avec Truman, ah le goulag, Franco, la bombe atomique....) la vie d'Allan se déroule, et l'entraîne dans d'abracadabrantes aventures. 

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Jonathan Coe - La pluie avant qu'elle tombe

Jonathan Coe - La pluie avant qu'elle tombe | Et en plus elle lit | Scoop.it
Jonathan Coe - La pluie avant qu'elle tombe - Se perdre au fil des pages.
more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Harry Crews - La malédiction du gitan

Harry Crews - La malédiction du gitan | Et en plus elle lit | Scoop.it

Marvin Molar aurait un sacré paquet de raisons de l'avoir mauvaise. Tout d'abord il est muet, rapport à un trou dans le palais depuis sa naissance. Ensuite, il est devenu sourd, un bête accident de chaise. Mais il est également nain, et ses jambes, ou plutôt, sa quasi absence de jambe, mesurent sept centimètres. Autant vous dire qu'il faut bien compenser quelque part. Et Marvin a choisi les bras. Surdimensionnés, musclés à l'extrême, des engins de compet'. Abandonné par ses parents lorsqu'il avait trois ou quatre ans, il a été recueilli par Al Molarski, ancien lutteur en collants propriétaire d'une salle de musculation. Autour de lui gravitent un ancien boxeur schizophrène, et un jeune boxeur qui s'est mal remis d'un combat, niveau cérébral, on s'entend. Bref, que des loseurs, des ratés, une vie dans la routine des entraînements, des spectacles miteux afin de récolter un peu d'argent. Heureusement que dans toute cette mouise il y a Hester. Une chouette fille, physiquement parlant. Sur le plan moral, on peut pas vraiment en dire autant, mais Marvin est bien incapable de se décoller d'elle, rapport à une vieille malédiction proférée par un gitan qui en savait long sur les choses de l'amour. Alors on se doute bien que l'arrivée d'Hester au milieu de la testostérone du gymnase d'Al Molarski, ça va rapidement devenir moche

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Julie Otsuka - Quand l'empereur était un dieu

Julie Otsuka - Quand l'empereur était un dieu | Et en plus elle lit | Scoop.it

Lors de la Seconde Guerre Mondiale, aux Etats-Unis, un racisme visant les japonais explosa, peu après Pearl Harbor. Les familles japonaises qui vivaient en Amérique depuis des décennies furent du jour au lendemain condamnées à l'exil. Entre les agressions, les couvres-feux, les lois diverses restreignant leurs libertés, les japonais n'étaient plus en sécurité nulle part. Quand l'empereur était un dieuparle de ces familles, de ces mères souvent seules et des enfants jetés sur les routes, considérés comme des traîtres à leur patrie. Les maris, souvent emprisonnés pendant des mois afin d'être interrogés sur leurs activités, sont absents de ce récit. On suit une femme, sa fille et son fils. Quittant leur maison du jour au lendemain, entre les voyages en train, dans la chaleur, dans le froid, dans le camp où ils passeront plus d'un an avant d'être "relâchés". Les ordres du FBI sont formels, les Japs doivent quitter les villes, être parqués dans le désert, derrière des barbelés, là où ils ne peuvent espionner personne, mais également là où personne ne peut leur faire de mal. Difficile de se construire lorsque l'on est un jeune garçon, une adolescente, dans un climat d'incertitude permanente, où l'absence du père est aussi dur à vivre que l'exil loin de Berkeley. 

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Patrick McGuinness - Les cent derniers jours

Patrick McGuinness - Les cent derniers jours | Et en plus elle lit | Scoop.it

Notre narrateur, un jeune professeur britannique, quitte sa patrie après le décès de ses parents et atterrit en Roumanie de manière assez étrange. En effet, il est engagé en tant que professeur alors qu'il n'a pas postulé ni passé d'entretien. Qu'à cela ne tienne, avec ses quelques bagages, il débarque à Bucarest dans l'appartement de son prédécesseur, parti à l'improviste. Nous sommes en 1989, quelques mois avant la chute de Ceaucescu. Leo prend notre professeur sous son aile, lui fait découvrir la ville, les trafics, le marché noir. Pour le reste, pas besoin de guide, les files d'attentes devant des magasins presque vides parlent d'elles-mêmes. Les coupures d'électricité sont quotidiennes, les bagages fouillés à l'aéroport, les produits de première nécessité rationnés. Tout se troque, s'échange, on paye avec des cigarettes ou des dollars, il n'y a pas vraiment de loi. On ne sait à qui faire confiance, qui trahit qui, qui espionne qui. Mais au-delà du dépaysement, cet homme va s'éprendre du pays, mais aussi d'une femme. Ou plus précisément de deux femmes, liées par beaucoup de choses, mais pas du même côté de la barrière. L'une est riche, fille d'un ministre, n'a jamais connu la faim, la répression ou le sentiment d'injustice. L'autre est infirmière, vit dans un immeuble presque totalement sans électricité, et son frère a disparu. Dans ce chaos organisé, le communisme tombe doucement, ces cent derniers jours sont ceux de la déréliction, ceux où tout peut arriver. 

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Ann Granger - Un intérêt particulier pour les morts

Ann Granger - Un intérêt particulier pour les morts | Et en plus elle lit | Scoop.it

Nous sommes à Londres, en 1864. Lizzie Martin arrive de sa campagne où elle a vendu la maison de son père ainsi que tout ce qu'elle possédait. Elle a eu de la chance d'être recueillie par Mrs Parry, la veuve d'un ancien ami de son père. Elle va devenir demoiselle de compagnie en remplacement d'une jeune femme qui s'est enfuie précipitamment avec un homme, et dont on n'a jamais plus entendu parler. Malheureusement, le corps de cette jeune femme est retrouvé parmi les décombres des logements précaires du chantier de la future gare St Pancras. Un enquête est ouverte, et Lizzie va être impliquée bien plus qu'elle ne le voudrait. Elle reconnaît l'inspecteur en charge de l'affaire, Benjamin Ross, une ancienne connaissance et va pouvoir compter sur lui afin de se sortir de situations délicates. Mais elle devra également faire avec les caractères difficiles de certains, comme le Docteur Tibbett, Frank Carterton ou bien Mrs Parry elle-même. La vie n'est pas de tout repos pour une jeune provinciale peu désireuse de se plier aux convenances, et dont le goût prononcé pour les cadavres entache vraiment sa réputation ...

etenplusellelit's insight:

Un délicieux roman policier dans l'Angleterre victorienne dans l'ambiance des romans d'Anne Perry

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Léonora Miano - La saison de l'ombre

Léonora Miano - La saison de l'ombre | Et en plus elle lit | Scoop.it

Un drame a eu lieu chez les Mulongo. Ce peuple s'est vu ravir plusieurs jeunes hommes de leur tribu ainsi que deux hommes plus âgés. Ils ont disparu dans le grand incendie, alors que la panique s'emparait de tous. On ne les a plus jamais revus. Les mères, qui sont désignées comme "celles dont les fils n'ont pas été retrouvés" ont été placées dans une même habitation, à l'écart du village, pour ne pas transmettre la malédiction qui est sur elles. Elles ne peuvent parler à personne, sont murées dans leur silence, dans leur solitude. Eyabe ne peut le supporter. Moins disciplinée que les autres femmes, elle ne peut envisager l'idée que son fils ne soit même pas recherché par la tribu. Elle partira, toute seule, sur des chemins dangereux, prête à tout pour savoir ce qui est arrivé à son garçon. Il lui a parlé dans son sommeil, du pays de l'eau, alors elle se dirigera vers ce pays pour découvrir le sort des siens. Ebeise, la matrone du village, dont le mari a été enlevé, essaye de convaincre les hommes de rechercher ceux qui ont disparu. Elle aura beaucoup à porter sur ses épaules. Car cette disparition est le début de quelque chose de beaucoup plus vaste, d'un monde où l'on peut acheter et vendre des hommes, où la vie humaine n'a que peu de valeur. 

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Nicolas Clément - Sauf les fleurs

Nicolas Clément - Sauf les fleurs | Et en plus elle lit | Scoop.it
Nicolas Clément - Sauf les fleurs - Se perdre au fil des pages.
more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Susin Nielsen - Le journal malgré lui de Henry K. Larsen

Susin Nielsen - Le journal malgré lui de Henry K. Larsen | Et en plus elle lit | Scoop.it
Susin Nielsen - Le journal malgré lui de Henry K. Larsen - Se perdre au fil des pages.
more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Martin Page - Une parfaite journée parfaite

Martin Page - Une parfaite journée parfaite - Se perdre au fil des pages.
more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Portia Da Costa - Entre les lignes

Portia Da Costa - Entre les lignes | Et en plus elle lit | Scoop.it
Portia Da Costa - Entre les lignes - Se perdre au fil des pages.
more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Jean-François Beauchemin - Le Jour des corneilles

Jean-François Beauchemin - Le Jour des corneilles | Et en plus elle lit | Scoop.it

On a toujours hâte de parler d'un livre que l'on a aimé, d'un texte qui nous a retourné le coeur comme une peau de garenne. C'est un texte surprenant, déroutant, qui ne cesse de questionner. Où sommes nous ? A quelle époque ? Qui sont ces personnages ? Vivent-ils vraiment en dehors de toute civilisation ? Quel est le langage de ce garçon, semblant sortir tout droit du XVIIIème siècle ? Aucun repère, rien à quoi se raccrocher, outre le récit du jeune homme. 

C'est un texte qui demande de la concentration, car la langue se joue du lecteur, se fait tortueuse, complexe. On a presque envie de le lire à voix haute, ce texte, de faire résonner la puissance d'une oralité qui intrigue. Car ce texte est profondément oral, la musique de la voix du personnage retentit aux oreilles, on entend les paroles du père, effrayantes, comme un couperet. Et cette oralité sert le récit, lui donne une puissance incroyable, une capacité d'évocation, de visualisation... Chaque chapitre est visuel, fait appel aux sens du lecteur, comme s'il écoutait une histoire, un conte, une légende. Le récit du fameux "Jour des corneilles", avec cette chaleur, cette violence, contraste avec la plongée dans l'eau glaciale, mais captive tout autant.

Jean-François Beauchemin aborde la folie de manière directe, et le plus fou n'est pas toujours celui que l'on croit. Visions, visites des morts, fantômes, apparitions, voix donnant des ordres, on peine à croire que les personnages ne sont que deux, tant leur folie peuple ce roman. Mais cette défaillance de l'esprit joue en miroir avec la solitude, et l'absence de sentiment. Ce qui pousse le père à la folie, c'est la perte de l'Amour, la mort de la femme qu'il aime. Et le fils, vivant dans l'ombre de sa mère morte, incapable de déceler chez son père la moindre chaleur, inadapté au commerce humain, ne sait même pas à quoi réfère le "sentiment". Est-ce physique ? Peut-on le toucher ? Se révèle-t-il dans le battement d'un coeur ? Bien que l'auteur confère une innocence extrêmement touchante à son narrateur, il extirpe la douleur directement hors de son lecteur, l'épuisant devant tant d'absence d'amour, tant de déception, le laissant exsangue à la fin, vide, retourné, mais en demandant encore. 

Et à ceux que la langue de ce roman rebuterait, je ne peux que citer l'auteur lui-même : " Et comme le plus souvent, musique est exquise, peut-être trouverons-nous finalement que beauté est seule grammaire qui vaille." 

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Lyndsay Faye - Le Dieu de New York

Lyndsay Faye - Le Dieu de New York | Et en plus elle lit | Scoop.it
Lyndsay Faye - Le Dieu de New York - Se perdre au fil des pages.
more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Michel Pastoureau - Vert, histoire d'une couleur

Michel Pastoureau - Vert, histoire d'une couleur | Et en plus elle lit | Scoop.it

Le travail sur les couleurs de Michel Pastoureau est déjà connu d'un grand nombre de personnes, notamment ses travaux poussés sur l'histoire de la couleur noire, ainsi que la couleur bleue. Investissant un nouveau terrain de recherche, Michel Pastoureau mène l'enquête sur l'histoire du vert. 


Saviez-vous que les grecs de l'Antiquité n'avaient pas de mot pour décrire la couleur verte ? Ou que les teinturiers du Moyen-âge n'avaient légalement pas le droit de fabriquer de la teinture verte ? De manière chronologique, Michel Pastoureau dresse le portrait d'une couleur ambivalente, aimée autant que détestée, symbole de la nature, de la jeunesse, de l'amour courtois, mais également de l'avarice, du hasard, du poison, même. Au fil des siècles, les symboles associés à cette couleur évoluent, mais il faut attendre longtemps pour que le vert représente, comme aujourd'hui, la santé, l'écologie... 

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Gérard Garouste et Judith Perrignon - L'intranquille

Gérard Garouste et Judith Perrignon - L'intranquille | Et en plus elle lit | Scoop.it

Gérard Garouste n'a pas toujours été un peintre reconnu. Il a d'abord été un petit garçon médiocre à l'école, dessinant des avions et finissant les travaux manuels de ses camarades.L'ambiance familiale est plutôt violente. Le père menace, crie, frappe parfois, mais surtout distille la haine raciale, l'antisémitisme. Et la mère ne dit rien. Le petit Gérard passera une partie de sa pré-adolescence à la campagne, au vert, à essayer de se construire plus simplement. Mais les secrets bien cachés sous les tapis n'y restent jamais longtemps. Le peintre en devenir reste obsédé par les agissements de son père durant la guerre, par cette haine des Juifs qui semble l'habiter. Pour contrer le père, il s'intéresse de plus en plus à la culture juive, va jusqu'à apprendre l'hébreu, épouse une jeune femme d'origine juive, et se met à créer. Des oeuvres en rapport avec la création originelle, avec la religion en général, qui le questionne et ne le laisse pas tranquille. Alors c'est la folie qui prend le pas sur le peintre. Les crises s'enchaînent, les hôpitaux et séjours en isolement aussi. Au fil des années, le temps est partagé entre la création et l'esprit qui dérape, laissant Gérard Garouste toujours intranquille. 

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Joyce Carol Oates - La Légende de Bloodsmoor

Joyce Carol Oates - La Légende de Bloodsmoor | Et en plus elle lit | Scoop.it

Bloodsmoor, Pennsylvanie. En cette fin de siècle, à l'approche inquiétante de l'année 1900, la famille Zinn est encore heureuse, soudée, unie. Le père, l'inventeur  John Quincy et la mère, Prudence, élèvent leur cinq filles dans la tradition respectable de cette famille reconnue et admirée. Les cinq filles sont à marier et quelques prétendants semblent s'intéresser courtoisement aux jeunes femmes. Mais le Destin va se mêler de cette histoire et précipiter la tragédie. Deirdre, la plus jeune, la fille adoptée, est la première à disparaître. Enlevée en plein après-midi sous les yeux effarés de ses soeurs, la jeune femme initiera une suite de malheurs au château des Kiddemaster. Disparitions, fugues, deuils, drames familiaux, trahison, conduite débauchée et contre nature. Rien ne sera épargné à cette famille et le pauvre inventeur et sa femme resteront de nombreuses années sans avoir de nouvelles de leurs filles. La fin du siècle et son cortège de valeurs qui se désagrègent, une Amérique sans repères, en perpétuel changement, La légende de Bloodsmoor peint les malheurs des Zinn à l'aube du nouveau siècle.

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Aimee Bender - Des créatures obstinées

Aimee Bender - Des créatures obstinées | Et en plus elle lit | Scoop.it
Aimee Bender - Des créatures obstinées - Se perdre au fil des pages.
more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Glendon Swarthout - Le tireur

Glendon Swarthout - Le tireur | Et en plus elle lit | Scoop.it

John Bernard Books a eu le temps de se faire une petite réputation à travers les Etats-Unis. Celle du meilleur tireur de l'Ouest. Il a affronté des dizaines d'hommes venus tenter leur chance, et les a tous descendus. Il ne s'attendait vraiment pas à ce que la mort vienne le chercher autrement qu'au bout d'un revolver. Sauf que. Ce n'est pas d'une balle qu'il est condamné à mourir, mais d'un cancer de la prostate. D'une mort rapide mais douloureuse, le laissant misérable et incapable de se débrouiller tout seul, même pour utiliser le pot de chambre. Le médecin est formel, il n'a que quelques semaines devant lui. Alors que cette information devait rester secrète, tout le monde semble avoir été mis au courant dans la nuit, laissant la place aux charognards désireux de mettre le grappin sur les possessions de Books, son âme, son argent et même son corps. Certains aimeraient même pouvoir avoir une longueur d'avance sur le cancer et régler l'histoire d'une balle dans le dos du mourant. Mais John Bernard Books n'a pas dit son dernier mot, et ne compte pas quitter El Paso ainsi que cette terre misérable sans un dernier coup de maître, un acte ultime qui l'inscrirait à tout jamais dans la légende, et apprendrait une belle leçon à tous les fils de chien venus se repaître de sa funeste destinée. 

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Laura Kasischke - Esprit d'hiver

Laura Kasischke - Esprit d'hiver | Et en plus elle lit | Scoop.it

C'est le matin de Noël. Holly et Eric se sont réveillés tard, ayant un peu abusé du lait de poule, la veille. Eric est parti précipitamment chercher ses parents à l'aéroport, alors que la neige tombe doucement devant la fenêtre. Holly reste seule avec leur fille Tatiana, adoptée en Russie lorsqu'elle était petite, et qui est maintenant une magnifique adolescente. Tout s'est toujours bien passé entre Holly et sa fille, mais ce matin la jeune femme est étrangement distante. Alors que la neige se transforme en blizzard et que les invités décommandent les uns après les autres, le comportement de Tatiana devient de plus en plus inquiétant. Elle se change constamment, s'enferme dans sa chambre, ne répond pas quand on lui parle, accable sa mère de reproches... Holly ne sait pas comment gérer sa fille, ni cette situation inédite. Elles sont seules, Eric est bloqué dehors dans la neige, elles doivent passer la journée à attendre en se regardant de biais... Elle ressasse ses souvenirs, se remémore l'orphelinat, la Sibérie, et est obsédée par une pensée qui la hante depuis le matin, comme si quelque chose les avait suivis depuis la Russie... Il n'en faut pas plus pour que l'étau se resserre, petit à petit... 

etenplusellelit's insight:

Une vraie pépite, à ne pas manquer ! 

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Judith Perrignon - Les faibles et les forts

Judith Perrignon - Les faibles et les forts | Et en plus elle lit | Scoop.it

Shreveport, Louisiane. Tout commence par une descente de police dans la famille de Dana. Ils soupçonnent Marcus, son aîné, de trafiquer de la drogue, mais ne trouveront rien. Mary Lee, la grand-mère, occupée à faire des tresses à Deborah, s'est levée et a attaché Marcus, parce qu'elle aussi avait peur, peur de lui, peur qu'il rentre dans un gang, qu'il devienne un stéréotype. Elle s'est battue contre les stéréotypes toute sa vie, et voir sa famille en devenir un lui fait mal. Parce que la famille de Mary Lee est noire, et qu'il est normal qu'un jeune adolescent de couleur soit dans un gang et trafique de la drogue. Sauf que Marcus n'en a pas, qu'il n'en a jamais eu et que ça ne l'intéresse pas. Mais même sa grand-mère doute de lui, alors à qui se confier ? Tout cela gâche la préparation du pique-nique au bord de la Rivière Rouge. Mais qu'importe, ils iront quand même, sous les regards curieux des voisins, et ceux réprobateurs des agents de police. Ils iront se rafraîchir, se baigner peut-être. Mary Lee se souvient d'un temps où les Noirs n'avaient pas le droit d'aller nager. Elle était là, avec son frère Howard, lorsqu'une piscine a été ouverte aux personnes de couleur, le temps d'une heure ou deux. Elle se souvient de l'émeute, elle revoit la brisure dans sa vie, très nette, ce jour-là. Elle s'était dit : Les Noirs ne sont pas faits pour nager, cela cause beaucoup trop de problèmes. Et au bord de la Rivière Rouge, avec ses petits enfants qui s'éclaboussent, elle ne sait pas encore à quel point elle a raison. 

etenplusellelit's insight:

Un énorme coup de coeur ! 

more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Cécile Coulon - Le rire du grand blessé

Cécile Coulon - Le rire du grand blessé | Et en plus elle lit | Scoop.it
Cécile Coulon - Le rire du grand blessé - Se perdre au fil des pages.
more...
No comment yet.
Scooped by etenplusellelit
Scoop.it!

Hugo Boris - Trois grands fauves

Hugo Boris - Trois grands fauves | Et en plus elle lit | Scoop.it
Hugo Boris - Trois grands fauves - Se perdre au fil des pages.
more...
No comment yet.