Epic pics
18.9K views | +2 today
Follow
Epic pics
Impressive picture
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

▶ Publicités le Parisien

Le stéréotype du français dans la publicité internationale : http://www.vivelapub.fr/le-stereotype-du-francais-dans-la-pub
Jacques Le Bris's insight:

Le Parisien avait pourtant annoncé la couleur, la réalité :

Le Parisien est vraiment à l'image du Parisien, complétement con !

http://www.theparisienne.fr/2014/08/le-parisien-attaque-the-parisienne/?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter&utm_campaign=Feed:+theparisienne+%28The+Parisienne%29


more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Affaire Cahuzac : le point sur les témoignages des protagonistes

Affaire Cahuzac : le point sur les témoignages des protagonistes | Epic pics | Scoop.it
VIDÉOS - La commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac souhaite à nouveau entendre l'ex-ministre. Les députés ont déjà auditionné près de 50 personnes. Résumé des principales auditions.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Paris Sans Garantie Du Gouvernement PSGDG

Paris Sans Garantie Du Gouvernement PSGDG | Epic pics | Scoop.it
De violents incidents ont perturbé lundi les cérémonies au Trocadéro, où plus de 10 000 personnes étaient venues célébrer le troisième titre de champion de France du PSG. Récit d'une fête gâchée en images.
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Pour cerner les brouilles parisiennes, rien de mieux que la petite ceinture.

Pour cerner les brouilles parisiennes, rien de mieux que la petite ceinture. | Epic pics | Scoop.it

Jul_auteur @jul_auteur  h

 
 

On a pas dit qu'on arrêtait d'en parler? #surtoutpassurtwitter #dessin #Mediapart #Charlie #parleplutôtdetonnouvelalbum #50nuancesdegrecs

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Image guère civile

Image guère civile | Epic pics | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

13 novembre 2015, attentats à Paris - Le blog de Jacques Le Bris

13 novembre 2015, attentats à Paris - Le blog de Jacques Le Bris | Epic pics | Scoop.it
Bonjour, Il était une fois un vendredi 13, journée de la gentillesse....
Tweets sur Attentat Paris
Cordialement Jacques Le Bris
more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

J+3 Stupéfactions

J+3 Stupéfactions | Epic pics | Scoop.it

#ToulouseEstCharlie

#JeSuisCharlie Ils ont voulu les empêcher de dessiner...Ils sont tombés, la rélève arrive. 

10 Janvier 2015

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

Un rassemblement parisien de soutien à Gaza vire à l'explosion de violences

Un rassemblement parisien de soutien à Gaza vire à l'explosion de violences | Epic pics | Scoop.it
De spectaculaires affrontements ont opposé samedi des individus aux forces de l'ordre dans plusieurs rues du nord de Paris, après une tentative de manifestation en soutien aux populations de Gaza, interdite par les autorités.

Malgré l'interdiction prononcée par les autorités, de nombreux militants propalestiniens se sont rassemblés samedi après-midi à Barbès dans le nord de Paris, pour exprimer leur soutien aux Palestiniens de Gaza. Munis de pancartes, ils scandaient: «Palestine vivra, Palestine vaincra» ou encore «Israël assassin, Hollande complice», sous l'oeil des CRS qui ont commencé à se positionner dès leur arrivée vers 14h30. Selon un journaliste du Figaro présent sur place et des photos de l'AFP, des personnes ont brûlé plusieurs drapeaux israéliens.

Jets de projectiles sur les CRS

Vers 16H00, la situation a commencé à dégénérer. Partis de Barbès vers Château-Rouge, des manifestants se sont retrouvés bloqués par la police. Ils ont alors formé une chaîne humaine face aux CRS pour protéger les manifestants, a rapporté un de nos journalistes.



Puis, des manifestants ont commencé par jeter des pétards, cailloux et autres projectiles sur les CRS, qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. Des manifestants se sont alors mis en retrait, trouvant refuge chez des commerçants qui avaient pour certains abaissé leurs rideaux, ou dans des halls d'immeuble. Asma et Ouahiba jeunes manifestantes de 25 et 26 ans venues de Pantin: «On nous attaque comme du bétail. C'est ça la France? On a le droit de manifester. On n'est pas venues avec des armes». Fathi, un commerçant qui tient une quincaillerie, boulevard Barbès, s'énerve: «On est obligé de se terrer comme des rats. C'est lamentable, en plus c'est un gouvernement de gauche. C'est le pouvoir qui est responsable de ça. Interdire la manifestation c'est mettre de l'huile sur le feu».


Une cinquantaine de manifestants seraient néanmoins restés sur place «pour en découdre avec les CRS» et affronter la Ligue de défense juive (LDJ), a rapporté sur Twitter un journaliste de Libération. Des individus ont commencé à se saisir de tout objet pouvant servir de projectile (poubelles renversées, pavé, bout de bois de palette). Un de nos journalistes a constaté que des pneux avaient été brûlés sur la chaussée, tapissée de pierre, de verre brisé et de cartouches de gaz lacrymogène. Des manifestants arrachaient des morceaux de bitume, des poubelles ont été brûlées, une cabine téléphonique et des supports publicitaires de la mairie brisés.

En fin d'après-midi, des manifestants continuaient à jeter des pierres boulevard Barbès pendant que d'autres montaient des barricades pour poursuivre les affrontements, rapportait un journaliste de Libération, après une brève accalmie. Les yeux brûlés par les gaz lacrymogènes, la bouche et le nez souvent dissimulés, les dizaines de manifestants toujours présents refusaient de quitter les lieux. Peu avant 20h, un calme relatif régnait sur place. Vers 20h, des CRS avaient du mal à évacuer les «casseurs». «Il y a beaucoup de profils de banlieue», indique une source policière au Figaro.

41 interpellations et plusieurs blessés

Selon un premier bilan, il y aurait au moins deux blessés. L'un de nos journaliste a vu des pompiers prendre en charge une femme blessée à la main tandis que l'AFP rapporte le cas d'un homme ensanglanté au niveau du bassin. Côté force de l'ordre, 13 policiers ont été blessés, selon une source policière.

A 20H00, 41 personnes avaient été interpellées pour jets de projectiles, violences contre les forces de l'ordre et outrage, selon nos informations. Toujours selon des sources policières, ils étaient au moins un millier au rendez-vous. Pour les organisateurs, entre 5.000 et 10.000. Au total, 200 policiers de la BAC ont été mobilisés sur la journée de samedi, selon la préfecture qui n'a pas communiqué le reste des effectifs.


Hidalgo appelle à l'apaisement

Dans une série de tweets, Anne Hidalgo a condamné «avec la plus grande fermeté» les «violences» qui ont eu lieu dans le XVIIIe arrondissement en marge de la manifestation. «J'appelle a l'apaisement et à l'expression pacifique des convictions dans le respect des principes républicains qui nous rassemblent», a encore déclaré l'élue en milieu de soirée. Elle a également «salué l'action des forces de l'ordre qui ont permis de limiter les conséquences de ces graves incidents».

Pour sa part, le NPA (Nouveau parti anticapitaliste), qui était le seul parti à avoir appelé à la manifestation, a estimé samedi dans un communiqué que «la solidarité avec le peuple palestinien avait gagné». Selon lui, «en interdisant dans plusieurs villes et notamment à Paris, les manifestations de solidarité avec la Palestine, Hollande et le gouvernement Valls ont enclenché une épreuve de force qu'ils ont finalement perdue». Le NPA a également condamné «les violences policières qui se sont déroulées ce soir à Barbès» et évoque une nouvelle manifestation mercredi prochain.



Une interdiction «illégitime et scandaleuse»

Le préfet de police de Paris, Bernard Boucault, qui avait interdit le rassemblement vendredi, avait appelé samedi matin à ne pas s'y rendre. Si des manifestants «ou des contre-manifestants», tentaient d'y participer, ils prendraient le risque «d'être contrôlés, interpellés et remis à la justice», a-t-il prévenu. Le président de la République en personne a même lancé un avertissement depuis le Tchad où il est en visite officielle.

Malgré les avertissements des autorités, le NPA, l'un des organisateurs, a maintenu son appel au rassemblement. «La solidarité avec les Palestiniens doit pouvoir s'exprimer à Paris», avait expliqué samedi à l'AFP Sandra Demarcq, membre de la direction du NPA, qui juge l'interdiction «illégitime et scandaleuse». Les manifestants «connaissent les risques, mais on considère que cette interdiction est une attaque contre un droit démocratique et élémentaire», avait affirmé Sandra Demarcq. Le fait d'organiser un rassemblement interdit est passible d'une peine de six mois de prison et de 7500 euros d'amende.

Deux autres manifestations à Sarcelles et Nice ont également été interdites. Ailleurs en France, des manifestations étaient aussi prévues dans une quinzaine d'autres villes, dont Marseille, Lille, Lyon, Nîmes et Montpellier. A Strasbourg, il serait environ 1200 manifestants, rapporte France 2, citant des chiffres de la Police.


Face à l'interdiction, certaines organisations prévoient une autre manifestation en soutien aux Palestiniens de Gaza mercredi soir à Paris, place de la République.

more...
No comment yet.
Scooped by Jacques Le Bris
Scoop.it!

De Flanby à Pépère : tous les surnoms de Hollande

De Flanby à Pépère : tous les surnoms de Hollande | Epic pics | Scoop.it
Premier secrétaire du PS ou président de la République, il accumule les sobriquets plus ou moins affectueux. Revue de détail. Entre humour et cruauté !
Jacques Le Bris's insight:

Fraise des bois

C'est sans doute le surnom le plus célèbre de François Hollande. Laurent Fabius en est l'auteur. "A-t-on jamais caché un éléphant derrière une fraise des bois ?" interroge l'ancien plus jeune Premier ministre en visant le patron du PS. On est en 2003, et Fabius regarde le successeur de Jospin de tout son mépris. Hollande est, depuis la défaite du 21 avril 2002, le leader naturel du Parti socialiste. Le comparer à une fraise des bois, c'est souligner sa petitesse devant la grandeur des éléphants. Ce sobriquet est déclinable : Fraise Tagada, pour le côté sucré, Fraise flagada, pour son manque supposé de fermeté...

 

Monsieur petites blagues

Là encore, c'est Laurent Fabius qui a baptisé de ce surnom méprisant son supérieur hiérarchique au PS. Une autre façon de montrer qu'à part blaguer François Hollande n'est pas bon à grand-chose. Aujourd'hui, Hollande est président, Fabius, son ministre.

 

Guimauve le Conquérant

Moins connu, mais savoureux, ce détournement est l'oeuvre de Guillaume Bachelay, lieutenant de Fabius - décidément ! Bachelay est un anti-Hollande féroce, devenu par la force des choses soutien du président ; il est aussi normand et plutôt drôle. Le résultat, c'est ce surnom bien trouvé, puisqu'il allie référence historique (Hollande est normand, comme Guillaume... le Conquérant) et allusion au caractère (la guimauve). Sans doute l'un des plus beaux surnoms de Hollande.

 

Flanby

Arnaud Montebourg lâche, en 2003, cette comparaison restée célèbre dans les couloirs de l'Assemblée nationale : "Hollande, c'est Flanby." Le dessert est connu pour son aspect flageolant, mais il reprend toujours sa forme initiale, même secoué dans tous les sens. Dans le même ordre d'idées, Carl Meeus et Marie-Ève Malouines avaient intitulé leur livre sur le couple Hollande-Royal "La madone et le culbuto". Parce qu'un culbuto, ça penche, ça vrille, ça pique du nez, mais ça revient toujours sur sa base.

 

Capitaine de pédalo

Jean-Luc Mélenchon se lâche durant la campagne présidentielle, lors d'une interview au JDD. "À présent, à gauche, pourquoi choisir, pour entrer dans la saison des tempêtes, un capitaine de pédalo comme Hollande ?" interroge le leader du Front de gauche. Mélenchon n'a jamais aimé Hollande. Il estime que celui-ci le méprise et le brime depuis des années. "Hollande organisait des surboums à l'Ena pendant que je faisais signer des pétitions pour les refuzniks !" pestait déjà, il y a quelques années, Mélenchon.

 

Le pingouin

Dans son dernier album, Little French Songs, sorti le 1er avril, Carla Bruni-Sarkozy réfute l'allusion à François Hollande dans la chanson "Le pingouin", bien qu'elle ait laissé organiser les fuites prouvant le contraire. Les clins d'oeil sont nombreux : "Les bras ballants, le pingouin, les bras ballants mais l'oeil hautain" (on pense à la photo officielle du président de la République), ou encore "Si un jour tu recroises mon chemin, je t'apprendrai, le pingouin, je t'apprendrai à faire le baisemain" (on se souvient que Carla Bruni-Sarkozy n'avait pas apprécié que François Hollande ne lui baise pas la main lors de la passation des pouvoirs à l'Élysée).

 

Monsieur Bricolage

La fameuse "boîte à outils" vantée lors de son intervention télévisée a transformé François Hollande en sympathique Monsieur Bricolage. Pour réparer la France, il peut sortir de sa boîte un tournevis-contrat de génération, une clé-BPI ou encore un marteau-contrat d'avenir. Nicolas Baverez, dans son analyse du Point en kiosque le 11 avril 2013, perfectionne encore ce surnom et voit dans le président "le petit bricoleur du marché de Tulle".

 

Pépère

Le Canard enchaîné a révélé en mars qu'à l'Élysée on appelait ainsi le locataire du lieu. Pépère, c'est celui qui ne s'inquiète de rien, rassure les pessimistes, sourit devant les obstacles et attend, goguenard, que ses recettes portent leurs fruits. À Solférino, durant les dix années de son règne, François Hollande avait gagné un sobriquet similaire, celui d'Édredon. Car François Hollande savait toujours amortir dans le moelleux de sa personne les fâcheries, les critiques, les emportements. On entrait dans son bureau tout rouge, on en ressortait tout apaisé, un peu engourdi par tant de sympathie...

more...
Vangauguin's comment, July 20, 2013 12:27 PM
Droopy s'en fout, You know what? I'm happy...