EntomoNews
292.5K views | +72 today
Follow
 
Scooped by Bernadette Cassel
onto EntomoNews
Scoop.it!

L’efficacité exceptionnelle du bleu de méthylène contre le paludisme

L’efficacité exceptionnelle du bleu de méthylène contre le paludisme | EntomoNews | Scoop.it
Une étude suggère que le colorant bleu de méthylène est d’une grande efficacité pour exterminer les parasites du paludisme. Ainsi, on a une éradication des parasites en 48 heures et les personnes ne propagent plus la maladie. D’autres recherches sont nécessaires, mais il y a un petit effet secondaire qui est que les patients ont une urine bleue. Le colorant est absolument sans danger pour l’organisme.

 

more...
No comment yet.
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La vue c’est la vie

La vue c’est la vie | EntomoNews | Scoop.it

Par Alain Fraval. OPIE-Insectes. Les Épingles entomologiques - Les Épingles du n° 191 d'Insectes (4e tr. 2018)


"Pour le Puceron rose ou vert du pois aussi, selon les travaux d’une équipe de bactério-aphidologues à l’université Cornell (New-York, États-Unis).


Acyrthosiphon pisum (Hém. Aphididé) vit sur les Fabacées, sur les tiges et sous les feuilles, dont il se laisse tomber à la moindre alerte (thanatose). Il épuise les plantes et les infecte de viroses.
La réaction de pucerons migrants aux couleurs - celles des plantes sur lesquelles ils atterrissent - a été étudiée depuis longtemps. Là on vient de découvrir que ce puceron perçoit le bleu-ultraviolet émis par les souches virulentes de la bactérie épiphyte pathogène Pseudomonas syringae et évite ainsi la contamination et la mort. Ceci pallie son manque de gènes de réponse immunitaire.


Les manips ont consisté notamment à noter la répartition de pucerons lâchés au pied de jeunes plants de fève étêtés, dont à chaque étage, une des 3 paires de feuilles avait été badigeonnée d’une suspension de P. syringae, d’une souche virulente ou bénigne. Ceci sous la lumière du jour ou au travers d’un filtre arrêtant les UV. Sauf dans cette dernière circonstance, les pucerons s’installent là où il y a moins de risques. Leur réaction est semblable sur milieu artificiel (qu’ils ponctionnent au travers d’une membrane en parafilm).


La pyroverdine produite par la bactérie, qui lui fait réémettre la lumière dans le bleu-ultraviolet, n’est pas la cause de sa virulence, elle n’en est que le signal. Pour les auteurs, peut-être tient-on là un nouveau moyen d’empêcher les pucerons de se poser sur les feuilles, avec des bactéries ou des poudres fluorescentes."


Article source (gratuit, en anglais)

 

 

[Image] Pea aphids spread plant pathogens to crops, leading to major economic losses. Crédit: Russell Ligon/Provided

  

via Aphids use sight to avoid deadly bacteria, could lead to pest control | Cornell Chronicle, 27.09.2018 http://news.cornell.edu/stories/2018/09/aphids-use-sight-avoid-deadly-bacteria-could-lead-pest-control

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

En fait, les plantes n’aiment pas qu’on les touche

En fait, les plantes n’aiment pas qu’on les touche | EntomoNews | Scoop.it
Des recherches menées par l'Université de La Trobe (Australie) ont révélé que les plantes sont extrêmement sensibles au toucher et que des contacts répétés peuvent retarder considérablement leur croissance. Les résultats, publiés cette semaine (lien plus bas) pourraient conduire à de nouvelles approches pour optimiser la croissance et la productivité des plantes, de l’agriculture de plein champ à la production horticole intensive.

 

Par Guru Med, 19.01.2019

 

"... Le Pr Yan Wang, coauteur de l’étude, a déclaré que même si nous ne savons pas encore pourquoi les plantes réagissent si fortement au toucher, les nouveaux résultats de cette recherche ont permis de mieux comprendre les mécanismes de défense génétique impliqués, ouvrant la voie à de nouvelles approches pour réduire la sensibilité et optimiser la croissance.

 

Selon Yang :

Nous savons que lorsqu’un insecte atterrit sur une plante, les gènes sont activés, ce qui prépare la plante à se défendre contre une ingestion. Cependant, les insectes sont aussi bénéfiques, alors comment les plantes font-elles la distinction entre ami et ennemi ?"

 

 
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Pesticides : la fin de l'opacité ?

Pesticides : la fin de l'opacité ? | EntomoNews | Scoop.it
Mercredi 16 janvier, le Parlement européen a adopté à une forte majorité le rapport de la Commission parlementaire spéciale sur les pesticides, dite " commission PEST ", créée voilà un an, dans la foulée des révélations du Monde sur les " Monsanto Papers " (ces documents secrets dévoilant les stratégies mises en œuvre par la firme pour défendre son produit-phare, le glyphosate).

 

LireLactu, 20.01.2019

 

 

[Image] « Monsanto papers », désinformation organisée autour du glyphosate, 04.12.2017 https://www.lemonde.fr/planete/article/2017/10/04/monsanto-papers-desinformation-organisee-autour-du-glyphosate_5195771_3244.html

 

via Dans la presse - "Monsanto accusé d'avoir organisé la désinformation sur le glyphosate", 05.10.2017 https://www.france24.com/fr/20171005-rev-press-fran-monsanto-glyphosate-roundup-macron-bordel-mondialisation-historiens

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les drosophiles passent davantage de temps à faire la sieste lorsque la lumière est plus intense

Les drosophiles passent davantage de temps à faire la sieste lorsque la lumière est plus intense | EntomoNews | Scoop.it
Insects and mammals have special sensors for different light intensities. These sensors selectively influence the circadian clocks and thereby control daily activity patterns.

 

Longer siesta on bright days - Universität Würzburg. Publié le 08.01.2019

 

  • A distinct visual pathway mediates high light intensity adaptation of the circadian clock in Drosophila. M. Schlichting, P. Menegazzi, M. Rosbash and C. Helfrich-Förster. The Journal of Neuroscience, https://doi.org/10.1523/JNEUROSCI.1497-18.2018   

 

[Image] High-intensity light makes fruit flies take longer siestas and delay their evening activity. Photo Katja Schulz from Washington, D. C., USA - Drosophilid Fly, CC BY 2.0, Link

Bernadette Cassel's insight:

 

Recherche animale sur Twitter, 14.01.2019 :

 

"Diverses intensités lumineuses agissent différemment sur l'horloge #circadienne du #cerveau de la #drosophile. Une lumière + intense augmente la durée des #siestes et retarde la reprise d'activité. Cela serait extrapolable chez l'humain. A suivre..."

 

https://twitter.com/recherche_anima/status/1084841341237055490

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les moineaux sont eux aussi victimes des insecticides - rts.ch - Suisse

Les moineaux sont eux aussi victimes des insecticides - rts.ch - Suisse | EntomoNews | Scoop.it
Au moins un type de néonicotinoïde est présent dans toutes les plumes de moineaux recueillies, selon une analyse menée par une étudiante de l'Université de Neuchâtel. Cette substance toxique peut perturber le système neurologique des oiseaux.

 

Par Etienne Kocher/ats/ani, 20.01.2019

 

"... Plus de 600 plumes ont été prélevées sur des moineaux provenant de 47 fermes du plateau suisse et représentant trois types de pratiques agricoles: l'agriculture conventionnelle, la production intégrée (IP-suisse) et l'agriculture bio. Les plus fortes concentrations ont été mesurées dans les plumes d’oiseaux vivant dans des fermes conventionnelles, et les plus faibles dans les plumes des oiseaux vivant dans des fermes bio ou en production intégrée.

 

Les moineaux ont la particularité de ne jamais trop s’éloigner de leur lieu de reproduction, cherchant leur nourriture dans les environs. Il est donc possible d'utiliser leurs plumes comme bio-indicateurs de la présence d’une substance donnée dans un lieu relativement précis, explique l'étude."

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les protéines de la cuticule des insectes jouent un rôle-clé dans la transmission des virus des plantes

Les protéines de la cuticule des insectes jouent un rôle-clé dans la transmission des virus des plantes | EntomoNews | Scoop.it
Many viruses of agricultural importance are transmitted to host plants via insect vectors. Characterizing virus–vector interactions at the molecular level is essential if we are to fully understand the transmission mechanisms involved and develop new strategies to control viral spread.

 

Hitherto, insect proteins involved in virus transmission have been characterized only poorly. Recent advances in this topic, however, have significantly filled this knowledge gap. Among the vector molecules identified, cuticular proteins have emerged as key molecules for plant virus transmission, regardless of transmission mode or vector considered. Here, we review recent evidence highlighting that the CPR family, and particularly RR-1 proteins, undoubtedly deserves special attention.

 

Insect cuticular proteins and their role in transmission of phytoviruses - Par Deshoux et coll. - Current Opinion in Virology

20.09.2018

 

[Image] Plant virus–cuticular protein (CuP) interactions. (a) Interaction of noncirculative viruses with cuticular proteins at the tip of aphid maxillary stylets: cauliflower mosaic virus (CaMV) with RR-1 protein via its helper protein P2 [15••], cucumber mosaic virus (CMV) with RR-1 and/or RR-2 proteins [22,25], zucchini yellow mosaic virus (ZYMV) via its helper protein HC-Pro with RR-1 and/or RR-2 proteins [17]. (b) Interaction of barley yellow dwarf virus (BYDV), cereal yellow dwarf virus (CYDV) and turnip yellow virus (TuYV), three circulative viruses, with RR-2 and/or unknown cuticular proteins within their aphid-vector body [16,18••,20]. (c) The nucleocapsid protein of the circulative rice stripe virus (RSV) binds an RR-1 protein in the hemolymph of its planthopper vector [13••], and may also interact with another RR-2 and a Tweedle cuticular protein [26].

 

Bernadette Cassel's insight:

 

"Les protéines de la cuticule des insectes sont impliquées dans la transmission de divers virus végétaux, y compris ceux transmis par les pièces buccales des insectes ainsi que ceux qui circulent et se reproduisent dans leur corps."

 

via Anna Whitfield sur Twitter, 04.01.2019
https://twitter.com/aewtospo/status/1081204413652443136

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

« Régime gras » : pas de liquide, rien du gras roboratif pour une vie réussie de parasite

« Régime gras » : pas de liquide, rien du gras roboratif pour une vie réussie de parasite | EntomoNews | Scoop.it

Par Alain Fraval. OPIE-Insectes. Les Épingles entomologiques - En épingle en 2019 : Janvier

 

"L’Abeille mellifère voit ses effectifs diminuer sous l’effet conjugué des pesticides, de la réduction des sites d’affouragement et de maladies. Beaucoup de celles-ci se répandent et aggravent les pertes du fait d’apiculteurs qui ont importé des abeilles réputées meilleures que les locales.


Il en est ainsi de la parasitose due à l’acarien extrême-oriental Varroa destructor (Mes. Varroïdé), espèce invasive présente en France depuis 1982. Apis mellifera lui résiste mal, du fait de son cycle long et se ses faibles capacités de toilettage. D’après la littérature, le varroa ponctionne l’hémolymphe des larves, nymphes et imagos de son hôte.


Samuel Ramsey et ses collaborateurs (université du Maryland, États-Unis) ont réexaminé cette assertion, répandue à partir d’un article en russe des années 1960 et montré que l’acarien s’alimente en fait du corps gras de l’abeille.


On aurait pu douter de la doxa. L’hémolymphe est un liquide très pauvre et il faudrait plus qu’une abeille pour le développement d’un varroa. Les excréments de l’acarien sont secs. Leurs pièces buccales ne sont pas du tout du type piqueur suceur mais adaptées à la prise d’une nourriture molle prédigérée. Comme l’ont vérifié les chercheurs, le varroa se place sur le corps de son hôte adulte non pas un peu partout mais plutôt là où le corps gras est le plus accessible, soit à la face inférieure de l’abdomen.
Plongés dans l’azote liquide puis observés au microscope électronique, les varroas ont été saisis sur le fait, en train d’absorber du corps gras.


Une double coloration (unranine/rouge de Nil) a apporté un argument supplémentaire. Pour parfaire la démonstration, l’équipe a proposé à des acariens en phase de reproduction des milieux artificiels : sur hémolymphe, les animaux jeûnent tandis que sur corps gras ils se gavent et finissent par pondre.


Ce résultat amène à reconsidérer les effets de la varroatose sur l’Abeille mellifère et à réorienter la création d’un acaricide efficace."


Article source (gratuit, en anglais) 

 


Photo : Femelle de varroa s’alimentant sur une abeille. Cliché MBJ


NDLR : le corps gras, réparti dans tout le corps des insectes, joue un peu le rôle du foie. Il flotte dans l’hémocèle, sous forme de plaques, de nodules ou de filaments à simple ou double couche de cellules. Il stocke les réserves de lipides, protéines et glucides, joue un rôle crucial dans la détoxification, synthétise les peptides antimicrobiens, fabrique le gros des protéines de l’hémolymphe et les vitellogénines.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Comment se protéger des taons ? Se peindre de rayures blanches

Comment se protéger des taons ? Se peindre de rayures blanches | EntomoNews | Scoop.it
Le zèbre a trouvé une astuce pour éloigner les taons: il s’est recouvert de rayures, une ruse qui fonctionnerait également chez l’homme, selon une étude publiée ce mercredi dans la revue Royal Society Open Science.

 

Par AFP,  16.01.2019

 

 

___________________________________________________________________

SUR LE MÊME SUJET :

→ Les zèbres le savaient déjà : les rayures font fuir les taons, 17.01.2019 http://www.lefigaro.fr/sciences/2019/01/17/01008-20190117ARTFIG00177-les-zebres-le-savaient-deja-les-rayures-font-fuir-les-taons.php

 

Bernadette Cassel's insight:

 

            (à relire)

 

            (8 scoops)

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

« Frigo à gaz » pour empêcher les abeilles et les œufs de moisir

« Frigo à gaz » pour empêcher les abeilles et les œufs de moisir | EntomoNews | Scoop.it

Par Alain Fraval. OPIE-Insectes. Les Épingles entomologiques - En épingle en 2019 : Janvier


"Les œufs des insectes pondus dans le sol sont particulièrement sensibles aux microbes susceptibles de les faire pourrir ou moisir. Leur chorion est mince et ils ne peuvent pas se toiletter. Le Philante apivore Philanthus triangulum (Hym. Crabronidé) vit à l’état larvaire aux dépens d’Abeilles mellifères Apis mellifera (Hym. Apidé) paralysées dans des galeries souterraines, milieu favorable aux moisissures. L’abeille est enveloppée dans une couche de cire (embaumement) qui réduit la condensation sur son tégument mais ça ne fait que retarder de 2 jours l’envahissement par des champignons.


La mortalité par moisissure n’est que de 5 % : il y a donc autre chose. Pour conserver ses œufs et la réserve alimentaire, notre Philante ne dispose pas de frigo, mais use d’un procédé original, le gazage (ou fumigation).


L’œuf en effet émet un antifongique puissant, le monoxyde d’azote (NO), mis en évidence par toute une série de manips par une équipe des universités de Mayence et de Ratisbonne (Allemagne). Sa concentration et celle de ses produits d’oxydation (peroxynitrites) atteint des valeurs extraordinaires, de l’ordre de 1 500 ppm.
L’œuf synthétise le NO à partir de la L-arginine, comme tous les animaux.


Le Philante apivore dispose ainsi de 3 moyens de survivre aux infections durant sa vie hypogée : l’embaumement de la proie, le dépôt d’antibiotiques sur le cocon de nymphose (qui reste longtemps en diapause) fabriqués par des Streptomyces symbiotiques et ce surprenant dégagement de gaz fongicide."

 

Article source


Photo : œuf de Philanthe apivore sur la réserve de nourriture. Cliché univ. Ratisbonne

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Virus transmis par les tiques : Le furet comme modèle animal pour faire avancer la recherche

Virus transmis par les tiques  : Le furet comme modèle animal pour faire avancer la recherche | EntomoNews | Scoop.it
Two groundbreaking discoveries by USC researchers could lead to medications and a vaccine to treat or prevent a hemorrhagic fever transmitted by a new tick species before it spreads across the United States.

 

USC science races against tick-borne virus | EurekAlert! Science News, 07.01.2019

 

"... In a related discovery published in Nature Microbiology last month, researchers at USC and in Korea found that aged ferrets with the virus exhibit symptoms similar to those seen in older humans, while young ferrets show no clinical symptoms. An animal model in which to study the virus, a crucial tool in vaccine or drug discovery, has been elusive, until now.

 

[...]

 

The findings come at a time when health officials are increasingly concerned about the growing danger of tick-borne illnesses. In the United States, Lyme disease accounts for most cases, but other illnesses are on the rise. The total number of reported cases has more than doubled in the past 13 years, according to the U.S. Centers for Disease Control and Prevention.

 

The new threat comes in the form of a bug new to North America -- the Asian longhorned tick, Haemaphysalis longicornis. It's a tiny, parasitic arachnid that's a major livestock pest in East and Central Asia, where it thrives under temperate conditions. After a blood meal, females drop off their host to produce 2,000 eggs at a time, with or without the help of a male.

 

It can transmit severe fever with thrombocytopenia syndrome (SFTS), an illness that causes nausea, diarrhea and muscle pain. The illness is often lethal, killing up to 30 percent of hospitalized patients. (...)"

 

 

 

[via] Recherche animale sur Twitter : "#Tique #virus : un modèle #animal chez le #furet âgé reproduit une maladie virale humaine transmise par des tiques découverte en 2009 en Chine. Cela a permis d'étudier le mécanisme d'infection et de proposer des traitements et des candidats #vaccins ! https://t.co/2bitTnwBv0… https://t.co/U7mPPyE5fD"
https://twitter.com/recherche_anima/status/1082667018413924352

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Une nouvelle technique de stérilisation des insectes pour éliminer les vecteurs de maladies tropicales

Une nouvelle technique de stérilisation des insectes pour éliminer les vecteurs de maladies tropicales | EntomoNews | Scoop.it
Une équipe américaine a mis au point une technique de stérilisation des mouches fondée sur les ciseaux moléculaires CRISPR-Cas9. Les œufs modifiés produisent des mâles stériles à tous les coups. La technique serait transposable aux moustiques vecteurs de maladies tropicales.


Par Audrey-Maude Vézina. La Recherhe, 9 janvier 2019

"Des biologistes de l’université de Californie à San Diego et Berkeley ont élaboré une nouvelle technique de stérilisation et démontré son efficacité sur des drosophiles. Baptisée « precision-guided sterile insect technique » (pgSIT), la technique modifie génétiquement les insectes avec les ciseaux moléculaires Crispr-Cas9 ; elle permet ainsi de contrôler le sexe et la fertilité des mouches."

(...)

Bernadette Cassel's insight:
 
Description d'une nouvelle "technique de l'insecte stérile guidée avec précision", ou pgSIT, pour éradiquer des populations d'insectes ravageurs ou vecteurs de maladies | EntomoNews | Scoop.it - From www.eurekalert.org - January 10, 11:20 AM
 
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le réchauffement climatique transforme les mésanges en tueurs en série

Le réchauffement climatique transforme les mésanges en tueurs en série | EntomoNews | Scoop.it
Bousculées dans leur quotidien par le changement climatique, les mésanges deviennent de plus en plus violentes et c‘est une autre espèce, les gobe-mouches, qui en fait les frais.

 

Par  Vincent Bordenave, 10.01.2019. Mis à jour le 11/01/2019

 

"... Les mésanges charbonnières sont présentes sur tout le continent européen. «C'est un oiseau qui ne migre pas», explique Élie Gaget chercheur à l'Institut de recherche pour la conservation des zones humides méditerranéennes de la Tour du Valat. «Elle subit donc les conséquences du réchauffement et doit s'adapter. Cet oiseau se nourrit principalement de chenilles. Avec les hivers qui deviennent de plus en plus doux, les chenilles prolifèrent plus tôt qu'auparavant, ce qui a totalement décalé les mésanges.» En revanche, les gobe-mouches noirs sont migrateurs. Pendant la saison froide ils se réfugient dans des contrées plus clémentes et ne subissent pas les conséquences de la hausse des températures hivernales."

(...)

 

 

[Image] Graphical Abstract

Bernadette Cassel's insight:

 

«... Avec les hivers qui deviennent de plus en plus doux, les chenilles prolifèrent plus tôt qu'auparavant, ce qui a totalement décalé les mésanges. »

 

more...
Laurent Samuel's curator insight, January 13, 11:29 PM

Du rififi chez les piafs!

LaDameduCDI's curator insight, January 16, 12:01 PM
A suivre près des mangeoires de la cour.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'extinction silencieuse des invertébrés en mal de reconnaissance

L'extinction silencieuse des invertébrés en mal de reconnaissance | EntomoNews | Scoop.it
Invertebrates are central to the functioning of ecosystems, yet they are underappreciated and understudied. Recent work has shown that they are suffering from rapid decline. Here we call for a greater focus on invertebrates and make recommendations for future investigation.

 

Nico Eisenhauer, Aletta Bonn & Carlos A. Guerra - Recognizing the quiet extinction of invertebrates | Nature Communications, 03.01.2019


"

Invertebrates rule the world as we know it in terms of biodiversity and the functioning of ecosystems1. This is why scientists have repeatedly called to assess this essential part of biodiversity as well as its ecosystem effects2. In addition to conspicuous changes of ecosystems, such as the decline of charismatic vertebrate populations, the less obvious disappearance of many invertebrates2,3 also has dramatic consequences for the ecosystem services humankind depends on2,4. Recently, a report of alarming declines in invertebrate biomass3 has triggered broad public attention that is now also percolating into political discussion and decisions in several countries. As a consequence, new national and international biodiversity assessments, monitoring initiatives, and action plans are being discussed, and scientists are asked for guidance."

(...) 

References

  1. Wilson, E. O. The Little Things That Run the world* (The Importance and Conservation of Invertebrates). Conserv. Biol. 1, 344–346 (1987).
  2. Dirzo, R. et al. Defaunation in the Anthropocene. Science 345, 401–406 (2014).
  3. Hallmann, C. A. et al. More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas. PLoS ONE 12, e0185809 (2017).
  4. Potts, S. G. et al. Safeguarding pollinators and their values to human well-being. Nature 540, 220–229 (2016).

  

[Image] Underrepresentation of invertebrates on IUCN Red List. Examples for percentages of species assessed on IUCN Red List by 2018 in comparison to the number of described species7. Notably, there is high variability in the percentage of evaluated species within these broad categories. For instance, only ~0.8% of all described insect species was evaluated in 2018.

 

Photo credits: panda: Eric Isselée; butterfly: Fotokon; tree: Production Perig; fungi: ksena32 (all Fotolia.de)

 

______________________________________________________________

 

[Image] Sous-représentation des invertébrés sur la Liste rouge de l'UICN.

 

Exemples de pourcentages d'espèces évaluées sur la Liste rouge de l'UICN par rapport au nombre d'espèces décrites*. Il y a notamment une grande variabilité dans le pourcentage d'espèces évaluées à l'intérieur de ces grandes catégories. Par exemple, seulement ~0,8 % de toutes les espèces d'insectes décrites ont été évaluées en 2018.

 

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

 

* IUCN. Summary Statistics. https://www.iucnredlist.org/about/barometer-of-life. (Accessed 17 November 2018).

 

Bernadette Cassel's insight:
 
 
À (re)lire :
 

En Allemagne, 75% des insectes volants ont disparu en 30 ans | EntomoNews | Scoop.it - From www.leparisien.fr - October 18, 2017 11:54 PM

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Une étude suggère qu'un pénis plus long permet aux bernard-l'ermite de s'accoupler sans risquer de se faire voler leur précieuse coquille

Une étude suggère qu'un pénis plus long permet aux bernard-l'ermite de s'accoupler sans risquer de se faire voler leur précieuse coquille | EntomoNews | Scoop.it
... Alors qu'il étudiait des bernard-l'hermite terrestres au Musée d'histoire naturelle des États-Unis, Mark Laidre a remarqué que la taille de leur pénis, ou tube sexuel, variait grandement. De plus, les individus qui avaient effectué les remodelages les plus importants, et donc possédaient les coquilles les plus précieuses, avaient les plus longs pénis.

 

Pour ne pas se faire voler leur coquille, les pénis des bernard-l'hermites se sont allongés. Par Jake Buehler, 17.01.2019

 

"Dans sa nouvelle étude, publiée dans la revue Royal Society Open Science, Mark Laidre suggère que les bernard-l'hermite ont développé des organes sexuels plus longs pour éviter de perdre leur coquille, c'est-à-dire leur maison."

(...)

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Des plantes “entendent” et leurs fleurs sont leurs “oreilles”

Des plantes “entendent” et leurs fleurs sont leurs “oreilles” | EntomoNews | Scoop.it
Les fleurs écoutent, d'après de nouvelles recherches… enfin presque. Des scientifiques ont trouvé des preuves que les plantes peuvent entendre le bourdonnement des abeilles qui passent et produire un nectar plus sucré pour attirer les insectes volants. Et les fleurs sont techniquement leurs "oreilles". En se basant sur l'observation des œnothères (Oenothera drummondii, en image d’entête), l'équipe à l'origine de la nouvelle étude a découvert que quelques minutes après avoir détecté les ondes sonores...

 

Par Guru Med, 22.01.2019

 

 

Bernadette Cassel's insight:


Les fleurs réagissent rapidement au son d'un pollinisateur en augmentant la concentration en sucre de leur nectar | EntomoNews | Scoop.it - From www.biorxiv.org - December 30, 2018 6:39 PM

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Intelligence artificielle : L'IA du futur se trouve peut-être dans le cerveau des insectes, selon la Darpa*

Intelligence artificielle : L'IA du futur se trouve peut-être dans le cerveau des insectes, selon la Darpa* | EntomoNews | Scoop.it
L'agence de R&D de l'armée américaine a lancé un appel à idées sur la façon de construire des systèmes informatiques qui seraient aussi miniaturisés et efficaces que le cerveau de « très petits insectes volants ».

 

Par Marc Zaffagni, 16/01/2019
 
"... Le programme MicroBrain se déroulera en deux phases. La première, d'une durée de six mois, devra permettre de cartographier les canaux d'entrée/sortie du système central d'intelligence d'un insecte pour comprendre les interactions physiques impliquées dans la signalisation. La seconde phase, qui s'étendra sur un an, verra le développement de nouveaux matériels informatiques pour l'IA."
 
* Darpa : Defense Advanced Research Projects Agency. C'est une agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la R&D (recherche et développement) des nouvelles technologies destinées à un usage militaire.
 
Bernadette Cassel's insight:

 

via Recherche animale sur Twitter, 18.01.2019 :

 

"#IntelligenceArtificielle #IA #biomimétisme: la #Darpa; l'agence R&D de l'armée américaine veut s'inspirer du #cerveau des #insectes volants pour développer de nouveaux systèmes informatiques miniaturisés"

 

https://twitter.com/recherche_anima/status/1086283346672578565

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Obésité : une étude chez la mouche montre comment les parents transmettent des maladies cardiaques liées à la suralimentation via l'épigénétique

Obésité : une étude chez la mouche montre comment les parents transmettent des maladies cardiaques liées à la suralimentation via l'épigénétique | EntomoNews | Scoop.it
Obesity is strongly correlated with lipotoxic cardiomyopathy, heart failure and thus mortality. The incidence of obesity has reached alarming proportions worldwide, and increasing evidence suggests that the parents’ nutritional status may predispose their offspring to lipotoxic cardiomyopathy. However, to date, mechanisms underlying intergenerational heart disease risks have yet to be elucidated. Here we report that cardiac dysfunction induced by high-fat-diet (HFD) persists for two subsequent generations in Drosophila and is associated with reduced expression of two key metabolic regulators, adipose triglyceride lipase (ATGL/bmm) and transcriptional cofactor PGC-1.

(...)

 

Intergenerational inheritance of high fat diet-induced cardiac lipotoxicity in Drosophila, 14.01.2019

 

[via] Recherche animale sur Twitter, 16.01.2019

https://twitter.com/recherche_anima/status/1085581221000896512

 

"#Obésité: une étude chez la #mouche montre comment les parents transmettent des #maladies #cardiaques liées à la #suralimentation via l'#épigénétique. Les enfants hériteraient ainsi des effets toxiques de l'alimentation trop riche de leurs parents"

 

Bernadette Cassel's insight:

 

Le dysfonctionnement cardiaque induit par une alimentation riche en graisses persiste pendant deux générations chez la drosophile.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

L'agriculture fait reculer de 230 millions d'années l'évolution des abeilles

L'agriculture fait reculer de 230 millions d'années l'évolution des abeilles | EntomoNews | Scoop.it
La biodiversité des abeilles au sein des vergers entourés de terres agricoles est beaucoup plus faible que dans les vergers entourés de terres sauvages. Un constat qui n'est pas sans conséquence pour les cultures.

 

Par Vincent Bordenave, 18.01.2019

 

"... Depuis des millions d'années les pollinisateurs n'ont cessé de se diversifier. Le nombre d'espèces est devenu de plus en plus important. L'équipe d'Heather Grab a examiné comment l'activité agricole avait joué sur la perte de diversité dans les communautés de pollinisateurs dans 27 vergers de pommiers dans l'État de New York. «En milieu rural les abeilles et les autres pollinisateurs sont doublement pénalisés», explique Isabelle Dajoz, professeur d'écologie à l'université Paris-Diderot. «Les pesticides fragilisent leur organisme et sont néfastes à la diversité de la flore. Certaines espèces ne peuvent pas survivre car elles n'ont plus de nourriture.» Dans certains vergers, le nombre d'espèces a été réduit de moitié.

 

Les chercheurs estiment que la diversité des insectes perd 35 millions d'années d'histoire de l'évolution pour chaque augmentation de 10% de la couverture agricole dans le paysage. C'est au total un bond de 230 millions d'années en arrière."

(...)

 

 

[Image] Land-use change has an indirect impact on pollination services and crop production mediated by a reduction in observed mean pairwise phylogenetic distances separating individuals in a community.
http://science.sciencemag.org/content/363/6424/282/tab-figures-data

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Viticulture : Une meilleure connaissance des invasifs grâce à InvaProtect

Viticulture : Une meilleure connaissance des invasifs grâce à InvaProtect | EntomoNews | Scoop.it

"Le projet transfrontalier InvaProtect vient de prendre fin. Trois années durant, il s’est attelé à étudier les ravageurs émergents en France, en Allemagne et en Suisse, et à trouver ensemble des moyens de lutte. « Ce fut un programme riche, qui a fait avancer les choses », se réjouit Étienne Herrbach, chercheur à l’Inra de Colmar et acteur du projet. InvaProtect n’est pas poursuivi, mais débouchera très probablement sur des collaborations bilatérales. Voici les principales conclusions de ce programme, présentées lors du colloque de clôture le 8 novembre dernier à Bad Krozingen (Allemagne)."

 

Par Xavier Delbecque, 18.01.2019

 

Informer les viticulteurs sur le GPGV

Si le Grapevine pinot gris virus (GPGV) se répand peu en France, il est en pleine recrudescence dans le nord de l’Italie. Malgré les recherches, ce pathogène reste encore mal connu. « Il y a par exemple concomitance entre la présence du virus et les symptômes de rabougrissement et panachure, mais nous n’avons pas réussi à démontrer le lien de cause à effet », illustre Étienne Herrbach. Ce dernier invite les pépiniéristes à être vigilants, car il n’est pas sur la liste de recherche des viroses obligatoires. Depuis peu, l’entreprise suisse Bioreba commercialise des tests Elisa, qui permettent de vérifier plus facilement la présence du pathogène. Les scientifiques recommandent également de sensibiliser les viticulteurs aux symptômes, afin de faire remonter du vignoble les éventuelles problématiques. Ils déconseillent par ailleurs l’emploi d’acaricides pour lutter contre Colomerus vitis, seul vecteur pour le moment avéré.

La prophylaxie contre Drosophila suzukii

Si la mouche asiatique n’a quasiment pas fait parler d’elle en vigne depuis 2014, elle est bel est bien présente dans le vignoble. Des dégâts ne sont pas à exclure à l’avenir, en cas de renouveau des conditions favorables. « Mais maintenant, ce sera plus facile d’anticiper et de réagir », rassure Étienne Herrbach. Tout d’abord parce que des chercheurs suisses et allemands sont en train de mettre au point un modèle de prévision du risque, qui intègre les données météo et les paramètres de l’insecte. (...)

La punaise diabolique sous surveillance

À l’automne dernier, de nombreux signalements de punaise diabolique (Halyomorpha halys) ont été enregistrés dans toutes la France. Ce coléoptère est très présent en Alsace, où des dégâts ont déjà été observés en maraîchage. Les plantes hôtes sont très vastes, et la vigne en fait partie, ce qui fait de cette punaise un ravageur potentiel. Les chercheurs sont arrivés à la conclusion que cette espèce est installée durablement. (...)

Les insecticides contre-productifs sur l’enroulement

« Une de nos enquêtes a montré que très peu de viticulteurs font le lien entre l’enroulement et son vecteur qu’est la cochenille », relève Étienne Herrbach. Aussi, les chercheurs entendent mettre en place une communication pour informer sur cet insecte et sur cette virose, qui sont tous deux en recrudescence. (...)"

 

 

[Image] Contre la Drosophila suzukii, les mesures culturales sont à privilégier. Les filets sont difficiles à mettre en place, et les produits de lutte naturelle manquent d'efficience. - Crédit : C. Linder/Agroscope

___________________________________________________________________

POUR EN SAVOIR PLUS :

 

Les premiers résultats 

 

 

  • Binet D, Delbac L, Gaudin J, Thiéry D, Hommay G, Herrbach E (2018) Les cochenilles dans le vignoble bordelais. Union Girondine des Vins de Bordeaux, 1156, 45-46 (résumé)
  • Delbac L, Binet D, Rusch A, Gaudin J, Hommay G, Reinbold C, Herrbach E, Thiéry D (2018) Drosophila suzukii dans le vignoble bordelais - Etat de la situation depuis sa découverte. Union Girondine des Vins de Bordeaux, 1155, 40-42 (résumé)
  • Delbac L, Rusch A, Binet D, Thiery D (2018) Rôle de la présence des plantes hôtes dans le paysage viticole Bordelais sur la dispersion de Drosophila suzukii (Matsumura) (Diptera: Drosophilidae). JDED 2018, Journée des Doctorants de l'Ecole Doctorale Sciences et Environnement, Université de Bordeaux, Talence, 02-03 mai 2018, sciencesconf.org:jded-2018:205852 (pdf)
  • Delbac L, Binet D, Thiery D, Rusch A, Gaudin J, Hommay G, Reinbold C, Herrbach E (2017) Effet du paysage et du cépage sur Drosophila suzukii dans deux cas d'étude : vignobles bordelais et alsacien. Colloque intermédiaire transfontalier INTERREG V Rhin supérieur - InvaProtect, Ste-Croix-en-Plaine, 09 novembre 2017 (pdf)
  • Binet D, Hommay G, Reinbold C, Tolle P, Herrbach E, Delbac L, Rusch A, Thiéry D (2018) La drosophile asiatique (Drosophila suzukii) dans le vignoble alsacien. Résultats d'une année de piégeage 2017-2018. Les Vins d'Alsace, 10, 8-11 (pdf)

 

 [via] UMR 1065 Santé et Agroécologie du Vignoble - InvaProtect
https://www6.bordeaux-aquitaine.inra.fr/sante-agroecologie-vignoble/Activites-scientifiques/Les-projets-en-cours/InvaProtect

 

Bernadette Cassel's insight:

 

"La recherche sur les ravageurs émergents a fait un bond en avant, à la faveur d’une collaboration européenne. Quelques solutions sont à tirer des enseignements."

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Nous sommes en train de perdre "les plus petits" sur lesquels pourtant repose le monde

Nous sommes en train de perdre "les plus petits" sur lesquels pourtant repose le monde | EntomoNews | Scoop.it
Insects make up about half of all known living organisms. They play key roles in, pollination, nutrient cycling, food chains of birds and other insectivores, and are one of the pillars of our ecosystems. However, the wide use of insecticides, fragmentation of habitats and climate change are placing multiple threats on them and their populations are under sharp decline. This Foresight Brief explores insect services, threats and solutions to sustain insect populations.

 

We are losing the “Little things that run the world”. Par Gordon I., Calatayud P.-A., Le Gall P., Garnery L. - Environment Live - Janvier 2019

 

Traduction du résumé :

 

"Les insectes représentent environ la moitié de tous les organismes vivants connus. Ils jouent un rôle clé dans la pollinisation, le cycle des éléments nutritifs, les chaînes alimentaires des oiseaux et d'autres insectivores, et sont l'un des piliers de nos écosystèmes. Toutefois, l'utilisation généralisée des insecticides, la fragmentation des habitats et le changement climatique font peser de multiples menaces sur eux et leurs populations sont en forte diminution. Ce mémoire prospectif explore les services, les menaces et les solutions visant à soutenir les populations d'insectes."

 

via DeepL Traducteur
https://www.deepl.com/translator

 

 

[Image] Insects play fundamental roles in the ecosystems, so maintaining insect populations is essential.

 

Bernadette Cassel's insight:

 

Le dernier article de l'équipe IRD & UMR Evolution, Génome Comportement, Ecologie CNRS Gif sur Yvette, qui parle de conservation des insectes (en anglais)

 

more...
julien levy's curator insight, January 17, 6:23 PM
We are losing the “Little things that run the world”.

Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Peste porcine: création d'une "zone blanche" vide de sangliers à la frontière de la Belgique

Peste porcine: création d'une "zone blanche" vide de sangliers à la frontière de la Belgique | EntomoNews | Scoop.it
La France renforce son dispositif de protection pour éviter l'arrivée de la peste porcine africaine par la frontière belge, après la confirmation de deux nouveaux cas en Belgique la semaine dernière.

 

Publié le 14.01.2019

 

___________________________________________________________________

 

[Image] Belgique. Deux sangliers porteurs du virus de la peste porcine ont été découverts en dehors de la zone tampon. Les deux animaux ont été abattus lors d’une chasse à Sommethone (Meix-dt-Virton). Il s’agit des tout premiers cas positifs découverts dans la zone d’observation renforcée. Jusqu’à présent, les sangliers porteurs de la peste avaient été uniquement décelés dans les zones noyau et tampon

 

via "Peste porcine : deux sangliers positifs trouvés en dehors des zones noyau et tampon !" - TV Lux, 09.01.2019 https://www.tvlux.be/peste_porcine_deux_sangliers_positifs_trouves_en_dehors_des_zones_noyau_et_tampon_-30748-999-344.html

 

___________________________________________________________________

POUR EN SAVOIR PLUS :

→ Peste porcine africaine

http://www.oie.int/doc/ged/D13955.PDF

 

Comment la maladie se transmet-elle et se propage-t-elle ?

 

Les phacochères peuvent servir de réservoir naturel du virus sans présenter de signes cliniques. À partir de ce réservoir, les virus sont disséminés par des tiques molles Ornithodoros moubata : elles ingèrent le virus en se nourrissant du sang d’animaux contaminés, puis le transmettent en piquant d’autres animaux sensibles.

 

  • Caractérisation de la compétence vectorielle des tiques Ornithodores pour le virus de la peste porcine africaine et étude de deux déterminants : la relation souche virale - vecteur et l'influence de la salive de tiques sur l'infection chez le porc domestique - Agritrop http://agritrop.cirad.fr/581383/

 

"... revue systématique des études ayant testé la compétence vectorielle d'une ou plusieurs espèces de tiques pour une ou plusieurs souches virales de PPA durant ces 50 dernières années.

 

Au final, il en ressort une forte variabilité de résultats selon les couples tique-virus. En outre, il semble difficile de comparer ces résultats et d'établir des "profils types" du fait de l'évaluation partielle de la compétence vectorielle pour de nombreux couples tique-virus et de la diversité des méthodologies utilisées pour tester et mesurer la compétence. Pour autant chaque modalité d'étude révèle une partie des mécanismes et des adaptations auxquels sont sou mis les couples tique-virus et suggère l'effet de certains déterminants dont deux sont traités dans les deux autres chapitres de la thèse. Le second chapitre de la thèse traite de l'adaptation tique-virus, par l'étude expérimentale de l'infection des tiques O. erraticus, O. porcinus et O. moubata à l'aide de deux souches de génotype Il du virus de la PPA, et par un essai de transmission du virus des tiques aux porcs. Des souches du génotype Il ont été choisies car ce génotype circule actuellement en Europe et risque d'infecter les tiques européennes O. erraticus s'il se propage jusqu'en péninsule ibérique. (...)"

 

Bernadette Cassel's insight:

 

À (re)lire :


Le retour de la peste porcine menace l’Europe | EntomoNews | Scoop.it - From www.ouest-france.fr - January 13, 2018 12:24 AM

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le comportement des foules humaines ressemble à celui des troupeaux

Le comportement des foules humaines ressemble à celui des troupeaux | EntomoNews | Scoop.it
Deux chercheurs français ont publié cette semaine dans le prestigieux magazine Science les résultats de leurs travaux. Le sujet est inattendu… ils se sont intéressés aux foules

 

Par Fabienne Chauvière. Les Savanturiers, 12.01.2019

 

 

Ces deux chercheurs ont observé ce qui se passe dans les marathons 

"Ils sont allés à Chicago, à New York, à Atlanta… ils ont montré qu’en modélisant une foule comme un fluide, ils pouvaient prévoir son comportement. Ils ont découvert que les mouvements de foules sont universels, que l’on peut prédire à la seconde près les fluctuations de vitesse et de densité dans les foules.

 

Utiles pour les grands rassemblements, pour les urbanistes… mais aussi pour les images de synthèse dans l’industrie du film ou des jeux vidéo, ces travaux peuvent aussi s’appliquer aux embouteillages."

 

 

A crowd that flows like water

The behavior of large numbers of insects, animals, and other flocks is often based on rules about individual interactions. Bain and Bartolo applied a fluid-like model to the behavior of marathon runners as they walked up to the start line of the Chicago Marathon (see the Perspective by Ouellette). They observed nondamping linear waves with the same speed for different starting corrals of runners and at different races around the world. Their model should apply both to this type of polarized crowd as well as to other groups, which may help guide crowd management.

 

___________________________________________________________________

 

Étude hydrodynamique des foules polarisées : expériences et théorie, 16.11.2018 http://www.ens-lyon.fr/evenement/recherche/hydrodynamics-polarized-crowds-experiments-and-theory-etude-hydrodynamique-des

 

Soutenance de thèse de M. Nicolas BAIN du Laboratoire de Physique sous la direction de M. Denis BARTOLO

 

Bernadette Cassel's insight:

 

 

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

La réaction interne d'une plante après une attaque

La réaction interne d'une plante après une attaque | EntomoNews | Scoop.it
L'attaque d'une plante par un herbivore déclenche un signal électrique qui parcourt le végétal afin de prévenir les feuilles distantes qu'un prédateur est là. Pour la première fois, des chercheurs sont parvenus à visualiser cette vague électrique grâce à une protéine fluorescente. Cette étude permet de mieux comprendre le système d'alerte des plantes.

 

Publié le 20.09.2018

 

 

Rapid, long-distance signaling in plants

A plant injured on one leaf by a nibbling insect can alert its other leaves to begin anticipatory defense responses.

 

Working in the model plant Arabidopsis, Toyota et al. show that this systemic signal begins with the release of glutamate, which is perceived by glutamate receptor–like ion channels (see the Perspective by Muday and Brown-Harding). The ion channels then set off a cascade of changes in calcium ion concentration that propagate through the phloem vasculature and through intercellular channels called plasmodesmata. This glutamate-based long-distance signaling is rapid: Within minutes, an undamaged leaf can respond to the fate of a distant leaf.

 

Bernadette Cassel's insight:

 

Une plante attaquée sur l'une de ses feuilles par un insecte qui la grignote peut alerter très rapidement les autres feuilles pour qu'elles commencent à réagir de façon préventive.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

« Tuer le désir dans l’œuf », le désir des asticots pour leurs frères et sœurs non éclos

« Tuer le désir dans l’œuf », le désir des asticots pour leurs frères et sœurs non éclos | EntomoNews | Scoop.it

Par Alain Fraval. OPIE-Insectes. Les Épingles entomologiques - En épingle en 2019 : Janvier

 
"Pour protéger leurs œufs de la convoitise des prédateurs, les insectes ont développé plusieurs stratégies : camouflage, pontes groupées, pontes enrobées, soins parentaux, toxines, couleurs avertisseuses. Parmi les oophages, les individus de la même espèce, des cannibales donc, sont un cas particulier répandu. La pratique détruit une partie de la descendance, permettant de réduire la compétition, mais aussi diminuant la valeur sélective (fitness) inclusive. Pour la contrer, l’empoisonnement de l’œuf est contre-productif et l’usage d’un anti-appétant, bien plus intéressant, est favorisé par la sélection.


C’est ainsi que la Mouche du vinaigre Drosophila melanogaster (Dip. Drosophilidé), qui pond ses œufs groupés, les défend contre l’appétit de ses jeunes larves – pourtant surtout consommatrices de levures.


L’enveloppe de l’oeuf est fait de 3 couches, soit de l’intérieur vers l’extérieur, la membrane vitelline, la couche cireuse et le chorion, participant respectivement à la respiration, à l’imperméabilisation et à la protection de l’oeuf.


L’étude pluridisciplinaire (comportementale, sensorielle, ultra-structurelle) de l’équipe de Roshan Vijendravarma (université de Lausanne, Suisse) a montré que c’est la couche de cire qui dégoûte les asticots. Celle-ci incorpore des composés produits par la femelle, notamment la phéromone sexuelle 7,11-heptacosadiène (7,11-HD), responsable du dégoût.
Elle n’est pas toxique, elle peut masquer d’autres substrats appétants comme la levure ; sa détection requiert le gène ppk 23 (pickpocket 23), présent à tous les stades du développement larvaire. Chez les imagos, ppk 23 rassemble et stimule les partenaires sexuels, rôle tout à fait différent.


Ce résultat pointe la nécessité de pousser l’étude du camouflage chimique, négligé – sans doute par anthropomorphisme - par rapport aux stratégies visuelles."

 

Article source (en anglais, gratuit)

 

 

Photo : œuf de Mouche du vinaigre. Cliché John Schmidt

 

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Les ouvertures des nids de fourmis coupeuses de feuilles émettent jusqu'à 100 000 fois plus de dioxyde de carbone que le sol environnant

Les ouvertures des nids de fourmis coupeuses de feuilles émettent jusqu'à 100 000 fois plus de dioxyde de carbone que le sol environnant | EntomoNews | Scoop.it
Leaf-cutter ant nest openings emit up to 100,000 times more carbon dioxide than surrounding soil, a new study shows.

 

Leaf-Cutter Ants Boost Carbon Dioxide Emissions from Soil. Publié le 04.01.2019

 

 

[Image] Leaf-cutter ants collect vegetation to feed the fungus they use as a food source. New research offers clues into the carbon dioxide these ant farms emit. Credit: Carlos de la Rosa

___________________________________________________________________

SUR LE MÊME SUJET (en français) :

→ Comment ces fourmis contribuent-elles au réchauffement climatique ? - SciencePost, 11.01.2019 https://sciencepost.fr/2019/01/comment-ces-fourmis-contribuent-elles-au-rechauffement-climatique/

 

→ D'après une étude, les fourmis coupe-feuille produisent du dioxyde d’azote en quantité énorme, 12.01.2019 https://www.maxisciences.com/fourmi/d-apres-une-etude-les-fourmis-coupe-feuille-produisent-du-dioxyde-d-azote-en-quantite-enorme_art42494.html

 

more...
No comment yet.