EntomoNews
262.2K views | +123 today
Follow
EntomoNews
Dernières nouvelles des insectes, collemboles, myriapodes et autres arthropodes...
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Le Pentagone développe des robots-insectes depuis... 70 ans !

Le Pentagone développe des robots-insectes depuis... 70 ans ! | EntomoNews | Scoop.it
Des documents récemment déclassifiés montrent comment la Darpa, l’agence en charge de nouvelles technologies pour l’armée américaine, est passée maitre dans l’élaboration d’insectes cyborgs.
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Cigale : des drones espions sans moteurs

Cigale : des drones espions sans moteurs | EntomoNews | Scoop.it
Petits et économiques, ils pourraient être utilisés pour s'infiltrer derrière les lignes ennemies à des fins d'espionnage.


Par Joël Ignasse. Sciences et Avenir, 20.05.2015


« La familles des cigales, ou cicadidae, comprend des dizaines d'espèces qui se caractérisent par une période de vie larvaire souterraine allongée (jusqu'à dix-sept ans) et une éphémère période de vie aérienne et adulte. Une fois qu’ils se sont reproduits, ces insectes meurent par milliers en tombant littéralement du ciel ou de l’arbre où ils étaient tapis. Le drone Cicada, développé par le Laboratoire de la marine américaine (NRL), est inspiré de ces insectes. »


[...]


« Pour l’usage militaire, les chercheurs prévoient d’intégrer différents capteurs comme par exemple des senseurs acoustiques qui permettraient de signaler les vibrations liées au passage de véhicules une fois l’engin posé au sol, à proximité d’une route. Leur déploiement en masse pourrait être aussi utilisé dans la lutte anti-sous-marine, ou pour acheminer des doses de vaccins pour des soldats isolés et en danger, comme l'a expliqué à l'AFP Aaron Kahn, du NRL. [...] »

                                             

more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Un insecte artificiel en cas de disparition des abeilles ?

Un insecte artificiel en cas de disparition des abeilles ? | EntomoNews | Scoop.it
L’Université Harvard développe actuellement un insecte artificiel capable de procéder à la pollinisation des plantes. Il s’agit en quelque sorte d’un drone ultra sophistiqué. Le projet est baptisé Mobee et reçoit comme financement la somme de 2 millions de dollars par année sur une période de cinq ans. L’insecte robotique devrait également être en mesure de surveiller les champs et ses caractéristiques intéressent également l’armée.
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

Soucoupes rampantes

Soucoupes rampantes | EntomoNews | Scoop.it

Par Alain Fraval. OPIE-Insectes. « Les Épingles parues dans le n° 178 d'Insectes »


« À l’université de Californie à Berkeley, on travaille à améliorer les robots insectoïdes. C’est l’Armée états-unienne qui finance, en partie, espérant disposer un jour de petits engins discrets capables de se faufiler partout pour glaner des renseignements. On travaille en parallèle à l’augmentation des performances des insectes appareillés – nos Zombiptères. Les robots en métal et silicium à 6 « pattes » (des lames rotatives) pourraient être fabriqués en série en grands nombres et ont notamment l’avantage d’être insensibles au froid et aux insecticides.
Pour améliorer la faufilabilité des petits hexapodes artificiels, la première piste explorée fut celle de l’augmentation des performances des capteurs (optiques et de contact) et des logiciels associés.  »

                        

« Mais nos chercheurs californiens viennent de faire une percée peut-être décisive. En observant (par le truchement d’une caméra à haute fréquence de prise de vues) comment des blattes en chair et en os se débrouillent dans la jungle d’une pelouse, réduite à un modèle constitué d’une plaque hérissée de bâtonnets. C’est Blaberus discoidalis (Blatt. Blabéridé), une grosse blatte sud-américaine très stable (voir l’Épingle « Renversant » de 2002), qui s’est prêté à l’exercice. Le cafard avance en roulant sur le côté, attaquant les obstacles par les bords latéraux de son pronotum et éventuellement de ses élytres. » 

                     

« Les blattes ont alors reçu des carrosseries de 3 formes : cône ovale, soucoupe renversée ronde, parallélépipède aux coins arrondis (le boîtier classique des engins mécaniques). Les robots hexapodes ont été traités pareillement. Dans les deux cas, la forme la plus ronde est la plus avantageuse. » 

                       

« Affubler les petits robots d’un couvercle en forme de soucoupe ronde renversée fait bien mieux pour leur faufilabilité - que les méta-entomologistes de Berkeley appellent « terradynamique » - que des capteurs et des logiciels plus pointus et bien plus coûteux. »

                 

Article source en ligne (gratis) : Chen Li et al., 2015. Bioinspiration & Biomimetics, 10(4).


À (re)lire, outre « Renversant », la dernière Épingle zombiptérologique « On lui casse du sucre sur le dos ».


[L'étude] Terradynamically streamlined shapes in animals and robots enhance traversability through densely cluttered terrain - Bioinspiration & Biomimetics, 22.06.2015 http://iopscience.iop.org/1748-3190/10/4/046003

                                                     

Bernadette Cassel's insight:


SUR ENTOMONEWS - From www7.inra.fr - February 6, 2014 12:26 AM :


Des nouvelles des insectes : « On lui casse du sucre sur le dos »

                            
more...
No comment yet.
Scooped by Bernadette Cassel
Scoop.it!

À hue et à dia

À hue et à dia | EntomoNews | Scoop.it

Par Alain Fraval. OPIE-Insectes. « Les Épingles entomologiques - En épingle en 2015 : Mars »


« On travaille sur les insectes asservis par un dispositif électronique embarqué (nos Zombiptères) depuis plusieurs années, à l’initiative de l’Armée états-unienne, et les annonces se succèdent, de succès plus ou moins éphémères. Chaque étape repérée fait l’objet d’une Épingle, établie sur la foi des communiqués de presse (mot-clé Zombiptère) et rédigée généralement d’un ton un peu sarcastique. On a ainsi accueilli depuis 2006 chez cet ordre douteux le Sphinx du tabac, la Cétoine verte du pêcher, la Blatte souffleuse de Madagascar, la Blatte américaine et la sud-américaine Blaberus discoidalis. »


« Avec l’aimable participation des 2 cafards susmentionnés et sous la houlette de Hong Liang (Texas A&M University, États-Unis), une équipe d’« ingénieurs » vient de mettre au point un nouveau mode de pilotage. L’équipement reste classique : l’insecte porte l’électronique de télécommande et de génération du signal (1,5 g) et la pile (1,5 g en plus) sur son dos. Abandonné le branchement des électrodes sur les cerques ou les antennes : la blatte s’y habitue très vite et n’obéit plus. La « greffe » se fait au niveau du ganglion du prothorax – qui commande les pattes antérieures. »


« Les épreuves se déroulent sous l’œil d’une caméra et les participants bénéficient de périodes de repos. Le cafard est lâché, il cavale, l’opérateur appuie sur le bouton « à gauche ». Une impulsion de 2 V au plus, 1 à 20 KHz, est envoyée dans le ganglion droit. Les 3 pattes de ce côté sont désynchronisées et la bête oblique à gauche. Ceci dans 60% des cas (70% si le cafard est attaché). »


« Il y a donc encore du boulot. Et puis, cet insecte augmenté ne sera d’une quelconque utilité (recherche dans les ruines ou les endroits inexplorables de bâtiments ou d’installations, espionnage…) que s’il renseigne sur sa position de façon à ce qu’on puisse le piloter autrement qu’à vue. Soit au moins une boussole, un gyroscope, un GPS. »          


Article source (gratuit, en anglais)
Image d’un individu de Blaberus discoidalis équipé 


[Lien] Locomotion control of hybrid cockroach robots | Journal of The Royal Society Interface, 04.03.2015 http://rsif.royalsocietypublishing.org/content/12/105/20141363      

         

more...
No comment yet.