Éducation, décrochage scolaire
17 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Philippe Smith
Scoop.it!

Une garderie vide parce que son propriétaire est un homme

Une garderie vide parce que son propriétaire est un homme | Éducation, décrochage scolaire | Scoop.it
Un enseignant qui vient tout juste d’ouvrir sa garderie en milieu fami­lial à Mirabel a du mal à la remplir. Désemparé, il est convaincu que les parents le boudent parce qu’il est un homme.
Philippe Smith's insight:

Alors qu’il y a une grande demande pour des places dans les CPE et où l’on entend souvent dire qu’il manque de place, certaine garderie ont pourtant des places à offrir et celle-ci sont quasi vide.  Comment se fait-il?...C’est le cas d’une garderie en milieu familial située à Mirabel.  Guillaume Christen, marié et père de deux enfants en bas âge a été copropriétaire avec sa femme d’une prématernelle sur la rive-sud de Montréal.  Il détient un baccalauréat en éducation de l’Université de Montréal et a été pendant longtemps professeur d’éducation physique dans une école primaire privée.  Depuis peu, il a ouvert sa garderie et seulement une place est occupée.  Pourtant, dans ce secteur, il y a une demande très grandissante.  Monsieur Christen affirme avoir beaucoup de téléphone et de visite chez lui.  Les gens semblent très intéressés jusqu’au moment de la signature d’un contrat où ils apprennent que ce n’est pas sa femme qui est responsable de la garderie, mais bien lui.  Sa femme retournera sur le marché du travail et sera là pour l’aider occasionnellement.  Ils sont bouleversés par ce qui se passe et sont convaincu que c’est parce qu’il est un homme.  Il n’est pas le seul confirme Yanick Moffat, une éducatrice de Candiac qui a eu beaucoup de difficultés à combler ses six places lorsqu’elle a ouvert sa garderie subventionnée.  Elle a du changer son nom pour Marie-Yanick et là, le téléphone sonnait…  Je trouve la situation très dommage, car on y remarque bien de la discrimination du fait qu’il est un homme.  En effet, les gens peuvent être craintif à l’idée que ce soit un homme parce que la première chose qui leur vient en tête est : «oh on dieu, je ne veux pas faire garder mes enfants par un homme…c’est louche un homme qui veuille travailler avec des jeunes enfants.  Il pourrait peut-être abuser de eux physiquement et sexuellement»  C’est vrai qu’un grand pourcentage de personnes qui abusent d’enfants sont des hommes, mais pensons-y un peu… Est-ce la majorité des hommes? Et serait-il possible qu’une femme sans bonnes intentions néglige et abuse d’enfants?... Je crois bien que oui.  Voilà, M.Christen  est pourtant hautement qualifié, j’irais même à dire beaucoup plus que certaine personne qui travaille en garderie.  Je ne le connais pas, mais il est surement digne de confiance, professionnelle et il a à cœur son emploi.  Une très belle vocation d’ailleurs.  «Les gars ne sont pas juste bons à enseigner l’éducation physique.  Je pensais qu’on était rendu plus loin que ça dans notre société», dit-il.  On peut en conclure qu’un très grand bout de chemin reste à faire avant de reconnaitre le rôle de l’homme dans le développement de l’enfant en tant qu’éducateur à la petite enfance comme on l’a reconnu pour le rôle du père…  C’est un sujet qui serait intéressant à débattre.  C’est  tout de même très désolant.

more...
profODS2013A's comment, November 18, 2013 9:21 AM
commentaire 9 corrigé
Scooped by Philippe Smith
Scoop.it!

Équipe Labeaume annonce 3 M$ pour redorer la réputation de l'école

Équipe Labeaume annonce 3 M$ pour redorer la réputation de l'école | Éducation, décrochage scolaire | Scoop.it
Souhaitant redorer la réputation de l’école secondaire Vanier, qui affiche le pire taux de décrochage scolaire au Québec, Équipe Labeaume a annoncé jeudi l’aménagement d’un nouveau terrain de soccer synthétique à 3 M$.
Philippe Smith's insight:

Le décrochage scolaire…  On  sait que la situation est alarmante au Québec.  Saviez-vous que l’école qui a le taux de décrochage scolaire le plus élevé dans la province est à Québec?  En effet, j’ai moi même été surpris d’apprendre que l’école secondaire Vanier est l’école qui a le pire taux de décrochage dans la province avec un taux de 63%.  Le maire de Québec, M. Labeaume réagit à cette statistique et semble vouloir faire changer les choses.  Il se rend à la cafétéria de l’école où il fait une conférence de presse en compagnie de la candidate qui représente le secteur pour annoncer un projet de 3 millions de dollars.  Ce projet vise la construction d’un terrain de soccer synthétique qui a pour objectif de faire diminuer ce taux de décrochage.  Il clarifie cependant que ce n’est pas une promesse, mais qu’il est prêt à s’investir dans ce projet.  Il dit aux élèves que si le terrain se construit, que le chiffre du taux de décrochage a intérêt à être à la baisse.  Je suis réjoui à l’idée que le maire de Québec veuille s’investir pour considérer une amélioration de l’état actuel dans un futur rapproché.  Par contre, est-ce vraiment la construction du terrain de soccer qui va faire changer les choses?  Là est la question.  Ce terrain sera-t-il vraiment bénéfique pour les étudiants de l’école ou le sera-t-il davantage pour la population du secteur…  En effet, le fait de favoriser l’activité physique est un bon moyen pour stimuler plusieurs jeunes, par contre, est-ce qu’on répond vraiment aux besoins de ceux-ci?  Les a-t-on questionnés directement pour savoir leur avis face à ce projet?  Le maire de Québec vise beaucoup sur les infrastructures sportives... D’autres idées pour faire diminuer ce taux seraient à mettre de l’avant selon moi.  Par exemple, on pourrait faire circuler un questionnaire pour savoir vraiment ce qui les motiveraient.  Que faisons-nous des étudiants qui n’ont pas tellement d’intérêt pour le sport, mais qui sont plutôt passionnés par le théâtre, le plein air, l’équitation ou la politique par exemple.  Ce serait à étudier avec beaucoup plus d’attention selon moi.  Je sens que c’est une décision imposée aux étudiants de l’école Vanier.   On devrait revoir la situation pour ne pas se ‘’planter’’.  Trois millions de dollars, c’est beaucoup d’argent et peut-être devrions-nous axer nos priorités sur ce qu’ils veulent vraiment, sur leurs besoins pour ainsi raviver leur motivation scolaire.  L’idée qui me vient en tête sur la création de divers programmes comme je l’ai mentionné plus haut serait à envisager; profil théâtre, profil sport-étude, profil politique, profile équitation en sont quelques exemples.  Rappelons-le, la jeunesse d’aujourd’hui est le Québec de demain.  On doit s’en occuper.  Écoutons nos jeunes.      

more...
profODS2013A's comment, October 25, 2013 8:41 AM
ou est ton commentaire?
Scooped by Philippe Smith
Scoop.it!

Accès 5 - Objectif: obtenir son diplôme

Accès 5 - Objectif: obtenir son diplôme | Éducation, décrochage scolaire | Scoop.it
La Maison Jeunes-Est de Sherbrooke s'invite à l'école. 45 élèves de l'école secondaire de la Montée bénéficieront d'un accompagnement personnalisé des intervenants de la maison des jeunes afin de favoriser leur réussite éducative.
more...
Philippe Smith's comment, September 20, 2013 1:02 AM
Au Québec, une valeur qui est mise à l’avant plan est l’éducation. On estime un très grand taux de décrochage pour plusieurs adolescents avant même d’avoir obtenu un diplôme d’étude secondaire. Plusieurs raisons motivent ces jeunes à arrêter l’école très tôt, par exemple : des difficultés familiale, un manque de motivation; des difficultés académique; vouloir mener une vie d’adulte précoce; être victime de harcèlement, de rejet, et j’en passe… N’ayant peu ou pas d’objectif au niveau académique, beaucoup de ces jeunes sont prédisposés à l’échec scolaire alors que pour beaucoup d’entres eux le potentiel est là. La Maison Jeune-Est de Sherbrooke en partenariat avec l’organisme Réunir Réussir ont monté un projet qui, selon moi, est formidable! «Accès 5» est le nom du projet. Pour nous mettre en contexte, cinq intervenants s’invitent dans une école de la région afin de suivre 45 jeunes sélectionnés selon des critères bien définis. L’objectif est bien entendu de réduire le décrochage scolaire en les accompagnants tout au long de leur secondaire, et ce, jusqu’à l’obtention de leur diplôme autant que possible. Ce projet a été lancé hier, soit le jeudi 19 septembre 2013, avec un budget de 1 500 000 dollars. Des subventions sont offerte à l’enfant et aux parents qui font partie du programme pour de l’aide financière et matérielle. Je trouve merveilleux que ces jeunes puissent bénéficier de soutien scolaire supplémentaire individualisé et qu’ils puissent participer à des activités parascolaire selon leurs champs intérêts pour entretenir cette nouvelle motivation. Selon la directrice de l’organisme de la Maison Jeune-Est, ces jeunes ont tous les yeux pétillants à ce projet et ils comptent bien obtenir leur diplôme! Une idée novatrice qui selon moi aurait intérêt à être mise de l’avant dans bien des régions où l’on dénombre un grand taux de décrochage. Je lève mon chapeau aux intervenants qui croient en leur projet, je suis convaincu qu’il portera fruit et qu’il se répétera dans des écoles où le besoin est jugé nécessaire… et si le budget le permet !
profODS2013A's comment, September 23, 2013 8:16 PM
commentaire 2 corrigé
Scooped by Philippe Smith
Scoop.it!

Expliquer la chirurgie aux enfants

Expliquer la chirurgie aux enfants | Éducation, décrochage scolaire | Scoop.it
Un chirurgien montréalais a développé une application pour tablette électronique qui explique aux enfants les étapes qui précèdent une opération.
Philippe Smith's insight:

La maladie peut tous nous toucher un jour ou l’autre, et ce, de la naissance jusqu’à nos derniers souffles.  Certaines maladies seront traitées à l’aide de médication, d’autres avec de la chimiothérapie, radiothérapie et j’en passe.  La chirurgie reste une opération dont plusieurs personnes auront à avoir au cours de leur vie soit suite à un accident ou à un diagnostic nécessitant cette pratique qui fait souvent peur pour la personne elle-même et pour son entourage.  Beaucoup d’anxiété et de questionnements peuvent être à l’origine d’une telle annonce où l’on devra subir une opération de la sorte.  Un chirurgien montréalais a développé une application pour tablette électronique qui explique aux enfants les étapes qui précèdent une opération.  Le Dr Robert Baird explique avoir eu cette idée suite à l’opération de sa propre fille et que plusieurs questionnements restaient en suspens.  L’objectif de cette application vise à transporter les parents et les enfants dans une salle d’opération où chaque membre de l’équipe médicale expliquent son rôle.  Ils sont alors en mesure de pouvoir calmer certaines tensions en voyant comment cela se passe avant de se présenter à l’hôpital.  Comme le dit Dr Baird, il n’y a rien d’aussi précieux pour un parent que son enfant et le confier aux mains d’un chirurgien peut effectivement amener beaucoup d’anxiété.  Cette idée novatrice me touche particulièrement, car on sait que les enfants sont très familiers avec la technologie et le fait d’offrir un outil non seulement interactif, mais éducatif comme celui-ci permettra aux enfants ainsi qu’aux parents de faire diminuer une source de stress.  Évidemment, toute cette anxiété ne partira et ne remplace pas une rencontre avec un professionnel de la santé pour obtenir des explications.  Par contre, cela permettra  à l’enfant accompagné de ses parents à se préparer pour une épreuve de la vie dans un climat de détente à la maison.  Cet outil est, selon moi, un très bon soutien aux familles qui vivent une situation difficile comme celle-ci et est une très bonne source d’informations supplémentaires pour la famille.  Je lève mon chapeau à ce médecin qui a le bien-être de la population à cœur et j’espère qu’il réussira à trouver le financement nécessaire pour améliorer continuellement son application.  On l’offrira gratuitement pour les téléphones intelligents prochainement et la traduction en français sera également faite.  Qui sait, cette idée poussera peut-être d’autres professionnels de la santé dans cette nouvelle façon d’offrir du soutien éducatif et interactif aux familles pour ainsi faire diminuer les sources d’anxiété dans d’autres domaines…

more...
profODS2013A's comment, November 1, 2013 7:48 AM
commentaire 7 corrigé
Scooped by Philippe Smith
Scoop.it!

Des policiers dans les écoles

Des policiers dans les écoles | Éducation, décrochage scolaire | Scoop.it
Les commissions scolaires des-Rives-du-Saguenay et de La Jonquière et la Sécurité publique de Saguenay lancent le projet pilote «Criminalité: Tolérance zéro en milieu scolaire».
Philippe Smith's insight:

Ce mercredi 2 octobre 2013, deux commissions scolaires du Saguenay en collaboration avec la Sécurité publique de Saguenay lancent le projet pilote : « Criminalité : Tolérance zéro en milieu scolaire»  Un projet qui vise la prévention plutôt que de vouloir faire peur.  Deux policiers ont le mandat de s’intégrer dans les écoles au même titre que les autres intervenants pour permettre le mieux-être de tous et chacun.  Ils deviennent présents dans le quotidien des jeunes en mangeant également avec eux le midi à la cafétéria.  L’idée est que l’on agisse tous ensemble de façon concrète pour mieux analyser le phénomène de criminalité dans les écoles.  Prévenir et combattre l’intimidation dans les écoles étaient déjà assuré par le projet de loi 56 où les policiers se rendaient dans les milieux scolaires pour faire de la prévention.  Ce qui est vraiment nouveau est justement leur présence beaucoup plus assidue au même titre que les autres intervenants.  Ils auront leur bureau et ils seront très actifs dans ces écoles.  Je trouve que c’est un très beau projet car cela permettra probablement de faire diminuer la tolérance collective face à plusieurs situations criminelles dîtes non acceptables et souvent ignorées en milieu scolaire et à ainsi augmenter le nombre de dénonciations comme l’indique M.Tardif de la Sécurité publique.  De plus, on peut dire qu’une sécurité du personnel ainsi que des jeunes sera très bien assurée.  Je suis assuré que le profil des jeunes intimidateurs dans ces écoles se verra diminuer de beaucoup et qu’un meilleur climat propice à l’étude et au respect de chacun se fera voir.  Les jeunes intimidés se sentiront beaucoup plus rassurés ainsi et l’on en remarquera probablement des conséquences positives sur plusieurs aspects de la vie de ceux-ci( académique, confiance en soi, santé mentale etc.)  Les problèmes de consommation à l’école seront surement un sujet suivi de beaucoup plus près et permettra d’assurer un meilleur soutien aux jeunes qui sont sujets à tomber dans un univers qui pourrait avoir des impacts négatifs dans leur vie futur.  On pourra peut-être faire un lien entre la présence des policiers dans les écoles et la baisse de ces problèmes de toxicomanie ainsi que sur la baisse des jeunes décrocheurs.  Ce projet pilote sera analysé à l’aide de rapports  fait tout au long de celui-ci et si l’on voit de grandes améliorations, on n’écarte pas l’idée d’étendre ce projets à plusieurs autres établissements scolaires où l’on jugera un besoin d’agir dans ce sens.  Je lève mon chapeau au Saguenay, je suis convaincu que la présence d’une personne d’autorité de la Sécurité publique dans les écoles peut faire une différence dans la vie des jeunes ! 

more...
Philippe Smith's comment, October 17, 2013 9:43 PM
Commentaire 4
profODS2013A's comment, October 18, 2013 2:50 PM
commentaire 4 corrigé