e-Luxe
3.8K views | +0 today
e-Luxe
Quand le luxe innove dans le digital (et ailleurs...)
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Dominique Godefroy from Luxe 2.0 - Marketing digital - E-commerce
Scoop.it!

How artificial intelligence is changing digital marketing for the Luxury industry

How artificial intelligence is changing digital marketing for the Luxury industry | e-Luxe | Scoop.it

Artificial intelligence (AI) is changing the way marketers see interactions with Luxury consumers. It is becoming the way for products and processes to work smarter with more data and less human intervention. But simply, AI is "intelligence" shown by machines rather than that of humans. AI exists in making things work through a combination of machine learning, Big Data and cloud computing. At AI's core are algorithms that are integrated within products and processes to solve specific problems. Over time, products using artificial intelligence can be trained in a variety of ways to learn from past examples.

 

Each time that humans interact with artificial intelligence machines, we leave more data to be parsed, sorted, filtered and used to increase AI learning.

 

With a wider range of data, algorithms can work faster on their analyses. This increased data collection is how digital marketers learn more about our searches, buying methods, and brand preferences. More than 50% of marketers are using AI in some form, according to recent Salesforce research, and another quarter (27%) of marketers will start using AI technology in 2019.


Via Karim Bouhajeb
more...
Karim Bouhajeb's curator insight, August 13, 5:26 AM

Artificial intelligence (AI) is changing the way marketers see interactions with Luxury consumers. It is becoming the way for products and processes to work smarter with more data and less human intervention. But simply, AI is "intelligence" shown by machines rather than that of humans. AI exists in making things work through a combination of machine learning, Big Data and cloud computing. At AI's core are algorithms that are integrated within products and processes to solve specific problems. Over time, products using artificial intelligence can be trained in a variety of ways to learn from past examples.

Each time that humans interact with artificial intelligence machines, we leave more data to be parsed, sorted, filtered and used to increase AI learning.

With a wider range of data, algorithms can work faster on their analyses. This increased data collection is how digital marketers learn more about our searches, buying methods, and brand preferences. More than 50% of marketers are using AI in some form, according to recent Salesforce research, and another quarter (27%) of marketers will start using AI technology in 2019.

Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

LVMH - Kering - Hermès : Qui Sera Le Roi Du Luxe En 2018 ?

LVMH - Kering - Hermès : Qui Sera Le Roi Du Luxe En 2018 ? | e-Luxe | Scoop.it
Alors que la saison des résultats semestriels bat son plein, le « luxe à la française » peut se targuer de voir désormais trois de ses plus éminents représentants cohabiter au sein du CAC 40. A mi-parcours, qui de LVMH, Kering ou encore Hermès, nouveau venu dans l’indice, a le mieux abordé cette première moitié d’année et se présente en position de force pour le second semestre ? Revue de détail.

Citius, Altius, Fortius. « Plus vite, plus haut, plus fort », dans sa version moderne. L’adage proposé par le baron Pierre de Courbetin pour faire office de devise olympique sied à merveille au tiercé gagnant du luxe à la française. LVMH, son éternel rival Kering et désormais Hermès coexistent pacifiquement au sein du CAC 40. Et ce serait manier la litote de dire que le luxe a, depuis l’année 2017, marqué de son sceau le « saint des saints » de la Bourse de Paris. Ainsi l’année dernière, LVMH est devenu la première capitalisation boursière de la place. Un privilège « rare » pour une entreprise non issue de l’industrie dite « lourde » comme Total, ou pharmaceutique, comme Sanofi, les deux devanciers du groupe de Bernard Arnault au sein de ce « classement » honorifique. Avec une valorisation estimée à plus de 152 milliards d’euros, LVMH s’est imposé comme le champion du monde du luxe. Mais au sein de la mère patrie, la concurrence fourbit ses armes. Kering, éternel rival du groupe de l’avenue Montaigne, a vu, dans le même laps de temps, son titre signer la plus forte progression du CAC 40. Et semble reparti sur les mêmes bases en 2018 puisque depuis le 1er janvier, l’action de l’ex-PPR a progressé de près de 30%. Le « troisième larron », Hermès, a rejoint le CAC 40 en juin dernier, au détriment du cimentier franco-suisse Lafarge-Holcim, et peut déjà se prévaloir d’une progression de son titre de plus de 20%.
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Le luxe français à la conquête de la Silicon Valley

Le luxe français à la conquête de la Silicon Valley | e-Luxe | Scoop.it
Du col roulé de Steve Jobs au T-shirt gris de Mark Zuckerberg, la Silicon Valley a toujours incarné un rapport fonctionnel à la mode, la performance primant sur l'apparence... Des codes inhabituels pour les maisons de luxe françaises qui tentent de séduire les millionaires du web tout comme le Comité Colbert qui lance deux projets à la rentrée.


Deux projets pour faire connaître le luxe français


Le Comité Colbert , qui regroupe 82 maisons du luxe français (mode, artisanat, culture, gastronomie, hôtellerie) a décidé de nouer une collaboration avec l'université de Stanford, implantée au coeur de la Silicon Valley : en septembre, des artisans des maisons Puiforcat, Christofle et Ercuis vont former des étudiants aux savoir-faire de l'orfèvrerie française. Et en décembre, le collectif accueillera à Paris 70 Californiens - industriels, investisseurs et personnalités - pour leur faire "vivre des expériences uniques que l'argent ne peut pas acheter" comme des visites d'ateliers de couture ou un dîner au château de Versailles.

"Avec ces deux projets, on plante une graine. Nous ne sommes pas dans une démarche commerciale, mais dans une démarche de sens, pour leur faire percevoir la différence avec un luxe purement marketing et paillettes. Et aussi pour démontrer que le niveau d'excellence visé à Stanford, nous l'avons dans le luxe français", résume Elisabeth Ponsolle des Portes. Selon la déléguée générale du Comité Colbert, ce qui "fascine" aussi ces entrepreneurs, "c'est la longévité de nos entreprises parfois multiséculaires : car dans les modèles de développement de la Silicon Valley, au bout de cinq ans on est ubérisés".

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Artificial Intelligence Is Combatting Counterfeit Luxury Goods

Artificial Intelligence Is Combatting Counterfeit Luxury Goods | e-Luxe | Scoop.it
Luxury handbags may exude the confidence of wealth, but take them with a grain of fancy salt — the counterfeit business is booming. Around 2.5 percent of global imports to the US are counterfeit or pirated goods. This amounts to about half a trillion dollars’ worth of merchandise, and these ill-gotten gains fund organized crime.

According to Maysa Razavi, an attorney with the International Trademark Association, shoppers often don’t know that “the same people who are counterfeiting are involved in human trafficking and terrorism.” The next time you don a head-to-toe Gucci ensemble, keep in mind that the clutch you bought for a bargain could be lining the pockets of an underworld kingpin.

In 2017, US Customs seized more than 34,000 shipments of counterfeit goods, an 8 percent increase from 2016. Retailers are scrambling to get ahead of the counterfeiters and have begun to explore how technology can help.

Artificial intelligence has increased the arsenal of tools at their disposal, but AI can be costly to implement. Still, the demand is growing, and a few companies have stopped relying solely on human expertise.

Goat and Entrupy are two very different companies that have developed anti-counterfeit algorithms based on immense databases of information on top luxury brands. They use these databases to look for the tiniest of inconsistencies, ensuring that customers get exactly what they pay for.

Goat is an online platform for luxury sneaker resellers. Luxury sneakers are surging ahead of luxury handbags in popularity, and the boom in counterfeits sneakers has followed. Goat resellers submit photos of their shoes for human experts to analyze before shipping the shoes to Goat for AI authentication. To test the company’s AI, I visited a sneaker store in the Bushwick neighborhood of Brooklyn that online reviewers have accused of selling fake Jordans. I took pictures of a few pairs of their sneakers to submit for testing.
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Veuve Clicquot ose le podcast

Veuve Clicquot ose le podcast | e-Luxe | Scoop.it
Veuve Clicquot, en collaboration avec J. Walter Thompson Paris, lance sa série de podcasts "The Veuve Clicquot Tales". Une première saison qui invite à découvrir la vie et le destin de la veuve la plus célèbre du monde du luxe. Au fil des épisodes, on découvre les moments marquants de la vie de l'une des première femme d'affaires du luxe. Lorsqu’elle s’est retrouvée veuve, à 27 ans, les femmes ne pouvaient travailler sans le consentement de leur époux. "L’histoire de Madame Clicquot est si puissante qu’elle relève du romanesque. Il n’existait pas de meilleur format que l’audio pour faire découvrir un univers aussi riche. Nous sommes fiers d’accompagner des initiatives aussi innovantes" explique Virgile Brodziak, directeur général de J. Walter Thompson Paris. Produite par Adorable Studio, cette première saison est à retrouver sur la plateforme SoundCloud et le site web de Veuve Clicquot. Une version francophone est attendue cet automne.
more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from LAB LUXURY and RETAIL ® : MARKETING & COMMUNICATION : Retail - Expérience Client - Luxe - Digital in Store - Future of Retail - Commerce Connecté - Omnicanal - Social Marketing - Influence - Réseaux Sociaux -Transformation Digitale
Scoop.it!

Chanel, Vuitton, Gucci, Dior... Quelles sont les stratégies du luxe sur Instagram?

Chanel, Vuitton, Gucci, Dior... Quelles sont les stratégies du luxe sur Instagram? | e-Luxe | Scoop.it

Dans un contexte économique difficile, l’industrie de la mode, et même le secteur du luxe, pourtant longtemps réticents, se sont tournés vers le numérique. L’image et la présence sur les réseaux sociaux jouent désormais un rôle clé dans leurs stratégies de communication. Le réseau social de partage de photos Instagram, en particulier, devient un média, voire un canal de vente incontournable. Mais toutes les marques semblent n’avoir pas encore acquis le même niveau de maîtrise de ce nouvel outil. Ou peut-être est-ce un choix délibéré?

Pour mieux toucher les millennials, miser sur l’intimité

Par sa nature, Instagram est bien adapté aux marques de mode, dont les dimensions visuelle et «communautaire» sont essentielles: l’achat est généralement lié à un sentiment d’appartenance au groupe, ou se fait par mimétisme par rapport à des stars… Et ce réseau social constitue un moyen hors pair de toucher les millennials. En 2017, 90% des utilisateurs d’Instagram avaient moins de 35 ans. Adeptes des réseaux sociaux, ceux-ci ont un rapport différent aux marques, privilégiant l’usage à la possession et se montrant plus sensibles au poids de l’image.

Autre caractéristique des millennials: le goût de l’instantanéité. Jérôme Viala, directeur général adjoint de Lectra, fournisseur de solutions technologiques pour la mode, l’automobile et l’ameublement, a étudié l’impact des millennials sur ces marchés. Selon lui, «lorsque cette génération a envie d’acheter un produit ou un service, il faut que le passage à l’acte puisse être immédiat».

Ce qui est récemment devenu possible sur Instagram: le réseau social s’est en effet doté d’un bouton «Shopping» permettant l’achat en ligne. D’autres fonctionnalités ont aussi été développées au fil du temps afin de permettre aux marques de relayer leurs événements ou dévoiler leurs coulisses, et notamment les stories inspirées du réseau social Snapchat, Instagram Live, et, depuis le début de l’année, celle la plus attendue des community managers: la planification des publications.


Via Jérôme MONANGE
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Exclusif. Classement : Les Marques De Luxe Préférées Des Internautes

Exclusif. Classement : Les Marques De Luxe Préférées Des Internautes | e-Luxe | Scoop.it
LVMH –Kering-Hermès – L’Oréal. Un quatuor qui, selon divers classements et autres palmarès a hissé La France au firmament du luxe mondial. Ces « quatre fantastiques » pèsent à eux seuls près d’un quart des ventes totales (24,3%) des 100 plus grandes entreprises de luxe dans le monde, selon un palmarès récemment élaboré par Deloitte. Colossal. Dans le détail, ce rapport répertorie les 100 plus grandes entreprises de produits de luxe à l’échelle mondiale et traite des principales tendances qui façonnent le marché du luxe. A tout seigneur, tout honneur, c’est la plus grande capitalisation boursière du CAC 40 qui s’installe en tête de ce classement établi à partir des ventes de chaque entité, à savoir LVMH. Le groupe de l’avenue Montaigne, dirigé par Bernard Arnault, devance l’Américain Estée Lauder, parvenu à chiper la seconde place au groupe helvétique Richemont. Toutes nationalités confondues, les cent plus grosses entreprises du luxe dans le monde ont réalisé un total de 217 milliards de dollars de ventes en une seule année.

Aujourd’hui, Brandwatch Analytics nous offre un classement avec une tonalité résolument différente puisque l’outil décortique les marques de luxe préférées des « twittos » et celles qui reviennent le plus souvent dans les conversations sur la toile. Et à l’instar du premier classement susmentionné, La France fait feu de tout bois. En effet, l’hégémonie tricolore est incontestable avec 7 marques dans le « Top 10 », laissant les « miettes » à l’Italie, la Botte parvenant à placer 3 représentants. Ainsi, avec un score d’influence de 91/100 sur Twitter, Chanel, qui, sans doute lassé des fanfaronnades de Gucci, a récemment levé le voile sur ses comptes, s’impose comme la marque « référente » et « préférée » des internautes, devançant d’une courte tête (88/100) l’une des marques phares de la galaxie LVMH, Dior. Enfin, la griffe florentine Gucci, appartenant au Français Kering, complète le podium ex-aequo avec un score d’influence de 88/100. Un autre fleuron de l’ex PPR, Yves Saint-Laurent (87/100), s’octroie la 4e place tandis que les 5e et 6e places échoient aux deux autres marques transalpines de ce classement : Versace (86/100) et Prada (82/100). Si LVMH réussit à placer trois de ses représentants dans ce classement – Dior, Givenchy( 7e) et Louis Vuitton (9e) – la position de l’emblématique malletier, pourtant première marque mondiale de luxe en termes de chiffres d’affaire, s’avère quelque peu décevante. Retrouvez ci-dessous le classement complet
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Les 3 nouveaux visages du luxe révélés par le Salon du Luxe

Les 3 nouveaux visages du luxe révélés par le Salon du Luxe | e-Luxe | Scoop.it
La 4e édition du Salon du Luxe a eu lieu mardi 19 juin à Paris, salle Gaveau, avec pour mot d’ordre cette année les nouveaux visages du Luxe. Les marques ont répondu présent et Tequilarapido, le premier creative partner du Salon revient pour vous sur ces trois nouveaux visages.


Un visage jeune et decomplexé

Exit les carcans d’un secteur souvent vu comme guindé et figé dans le temps, le Luxe s’offre un petit lifting et courtise de nouveaux consommateurs. En Chine, les millennials représentent 415 millions de cool kids, qui ont une approche complètement décomplexée du shopping. Achat digital ou physique ? Pourquoi choisir quand seule prime l’expérience (véritable trending topic du salon) et la transmission d’émotions de plus en plus fortes, davantage tournées vers le fun, le jeu et le choc.

Avec la révolution digitale, les nouveaux désirs des consommateurs se distinguent de plus en plus de ceux qu’incarne le Luxe traditionnel. Il s’agit donc de réagir et de secouer les codes afin de dépoussiérer notre bonne vieille vision du Luxe dite « à la française ». Jean-Noël Kapferer (Inseec Luxury) parle de modification du Luxe. La problématique ? Certaines marques ne font plus rêver dans une société où le e-désir se caractérise par une accélération de la demande. Ces désirs sont ceux des nouvelles générations émotivores : friandes d’exception, d’audace et de transgression ! So wild.

more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from LAB LUXURY and RETAIL ® : MARKETING & COMMUNICATION : Retail - Expérience Client - Luxe - Digital in Store - Future of Retail - Commerce Connecté - Omnicanal - Social Marketing - Influence - Réseaux Sociaux -Transformation Digitale
Scoop.it!

Lubomira Rochet : « La réalité augmentée est un axe stratégique pour L’Oréal »

Lubomira Rochet : « La réalité augmentée est un axe stratégique pour L’Oréal » | e-Luxe | Scoop.it
La chief digital officer de L’Oréal, Lubomira Rochet, a répondu aux questions de l’émission « L’Invitée des Echos. » Interview réalisée par Olivier Harmant. Lors de l’émission, Lubomira Rochet s’exprime sur la stratégie de communication du géant mondial des cosmétiques sur les réseaux sociaux (Instagram, Snapchat…), et explique comment le groupe a réagi face à la vague de contenus polémiques, qui ont incité certains annonceurs à faire pression sur les GAFA. Elle revient également sur les technologies qui intéressent L’Oréal, notamment la réalitée augmentée.

 


Via Jérôme MONANGE
more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from LAB LUXURY and RETAIL ® : MARKETING & COMMUNICATION : Retail - Expérience Client - Luxe - Digital in Store - Future of Retail - Commerce Connecté - Omnicanal - Social Marketing - Influence - Réseaux Sociaux -Transformation Digitale
Scoop.it!

Intelligence artificielle et luxe : l’alliance des possibles

Intelligence artificielle et luxe : l’alliance des possibles | e-Luxe | Scoop.it
Alors qu’on aurait pu croire le luxe « protégé » de l’intelligence artificielle de par son statut historique synonyme d’artisanat et de traditions, ce secteur ne fait pas exception à l’impact de cette technologie.

 

Bien que légitime, la question de savoir si l’intelligence artificielle va remplacer les savoir-faire ancestraux qui font la réputation et l’unicité du luxe n’est peut-être pas la bonne interrogation. Il ne s’agit pas d’opposer l’humain et l’intelligence artificielle, mais plutôt de se demander comment le luxe peut intégrer cette technologie, au risque de disparaître dans un monde dont on ne peut freiner l’évolution… Prenons un peu de recul par rapport aux discours qui se veulent tantôt alarmistes, tantôt idylliques. Oui, intelligence artificielle et luxe peuvent aller de pair. Plus qu’un investissement d’opportunisme ou de réaction, l’intelligence artificielle peut et doit devenir un partenaire de l’exception.

 

Anticiper, authentifier, personnaliser, mesurer : l’IA peut aider les créateurs de l’industrie du luxe. En effet, en captant des signaux forts et faibles dans une grande quantité d’informations, l’intelligence artificielle peut enrichir la phase de la réflexion en amont et en aval de la création d’un produit. Si cet outil peut accompagner la créativité et détecter les tendances, il peut aussi aider la marque à comprendre ce qui se passe autour d’elle pour mieux anticiper les désirs de ses clients et futurs clients. A elle de faire le tri et de s’en inspirer. C’est le cas notamment de la startup Heuritech dont la technologie, à destination des Maisons de luxe, permet de détecter les tendances sur Instagram. Il ne s’agit pas, ici, d’automatiser des tâches, mais bien de « picorer » plus large ou plus profondément, dans une époque, un lieu, une tendance, une saison, pour faire ressortir la substantifique moelle de l’inspiration. Le créateur reste le chef d’orchestre : à lui de cadrer l’intelligence artificielle et d’en faire un allié au quotidien – au même titre que ses yeux, ses mains, ses oreilles, sa sensibilité – pour élargir son champ de vision. Et créer pour demain.


Via Jérôme MONANGE
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

LES MILLENNIALS, LES PLUS FIDÈLES AUX MARQUES ?

LES MILLENNIALS, LES PLUS FIDÈLES AUX MARQUES ? | e-Luxe | Scoop.it
La dernière étude BCG-Altagamma apporte quelques surprises sur les comportements d’achat de la génération Y et l’influence des médias auprès des acheteurs du luxe.

Les millennials sont les moteurs de la croissance du luxe (avec les consommateurs chinois) et il est logique que les maisons leur prêtent une attention toute particulière. D’après le rapport The True Luxury Global, ces deux profils tireront en effet la croissance du marché d’ici 2024, à hauteur de 130% pour les millennials et 70% pour les Chinois. La dernière étude BCG-Altagamma ajoute de l’optimisme à ces prévisions : la génération Y serait désormais le groupe le plus fidèle, contrairement à ce que l’on pensait jusqu’ici.

Un autre changement majeur est la progression du nombre de consommateurs ayant fait leurs achats uniquement dans les magasins physiques - ce chiffre était en baisse ces dernières années, la tendance étant à l’omnicanal. Autre information sur les millennials en dehors de leur fidélité : ils apprécient l'extravagance et le plaisir, et veulent être uniques. Mais là où le bât blesse, c’est l’explosion des coûts marketing et communication pour toucher et fidéliser les clients du luxe. Zenith annonce ainsi une croissance de 2,4% des investissements publicitaires pour les acteurs du luxe en 2018 et de 2,8% en 2019. Côté sources d’information et d’influence, les magazines arrivent en deuxième position pour les acheteurs du luxe, après les réseaux sociaux. YouTube devient moins influent pour les achats et Instagram dépasse désormais Facebook.

En ce qui concerne les comportements d’achat, l’étude du BCG note la montée du « mix and match » chez les millenials, qui alternent achats de marques de luxe et de marques plus accessibles, pour créer leur propre style. Par ailleurs, les millennials pratiquent davantage que leurs aînés le concept de « trading up » et « trading down », c’est-à-dire qu’ils consacrent l’essentiel de leur pouvoir d’achat aux catégories auxquelles ils attachent de l’importance, n’hésitant pas à y acheter les produits les plus chers du marché, et compensent en réduisant les dépenses dans d’autres catégories moins prioritaires dans l’échelle de leurs préférences personnelles.

Enfin, côté investissements, la publicité digitale dépasse désormais la télévision mais le nerf de la guerre est la data : les marques doivent nouer à long terme des relations interactives et transparentes avec leurs consommateurs.
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

The BoF Podcast: Inside the Digital Revolution with LVMH's Ian Rogers

The BoF Podcast: Inside the Digital Revolution with LVMH's Ian Rogers | e-Luxe | Scoop.it
“Software is craftsmanship. Increasingly, whether you like it or not, software sits between us and our customers,” Ian Rogers tells Imran Amed at this year’s Viva Technology convention in Paris. “You have to build it with the same care that you build a leather bag [with].”

The tech titan came from humble beginnings, but went on to study computer science at college, graduating in 1994. Timing was on his side. “It was the birth of the web,” he says. “I was a music loving skate board kid from a small town in Indiana, and so for me the internet was about this access to culture.”

He went on to fuse his passion for music with his aptitude for technology through various entrepreneurial projects, eventually taking the helm at Yahoo Music in the early noughts. Fast forward to 2014, and Rogers was named senior director of Apple Music, spearheading the tech company’s foray into streaming services and online radio.

LVMH poached Rogers to be its new chief digital officer in October 2015, a move that surprised many in the tech world. While LVMH is not known for having a strong technological disposition, Roger’s arrival at the conglomerate signalled it was ramping up its digital strategy — at a time when e-commerce and technology haave increasingly become the industry's most important growth engine.

About a year and a half after Rogers’ arrival, the conglomerate launched multi-brand e-commerce platform 24 Sèvres; just this week, it confirmed leading fashion search platform Lyst’s $60 million funding round (LVMH contributed about 45 percent according to market sources).
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Lyst : LVMH fait partie des participants d'une nouvelle levée de fonds

Lyst : LVMH fait partie des participants d'une nouvelle levée de fonds | e-Luxe | Scoop.it

Le site de vente en ligne de mode britannique Lyst a levé des dizaines de millions de livres auprès d'investisseurs, dont LVMH, a rapporté Sky News dimanche.

Sky News a rapporté que le financement serait annoncé par Lyst cette semaine, LVMH étant le plus grand nom ayant pris part au tour de financement.

Une source a déclaré au média britannique que Lyst cherchait à lever entre 50 et 100 millions de livres sterling, d'autres indiquant également que la participation de LVMH pourrait même prouver un intérêt de la part du géant du luxe à prendre le contrôle de Lyst.

Fondée en 2010, Lyst est une plate-forme en ligne spécifiquement destinée au secteur du luxe. Elle offre un accès à environ cinq millions de produits et compte près de 70 millions d'utilisateurs.

Son lien avec LVMH n'est pas nouveau, puisque les produits du groupe de luxe sont accessibles via Lyst et lors de son dernier tour de table, intervenu en 2015, une partie des 40 millions de dollars récoltés provenait de Groupe Arnault, actionnaire majoritaire de LVMH. Mais le nouveau tour verrait LVMH investir directement dans l'entreprise, selon Sky News.

L'investissement, s'il est confirmé, serait également le reflet de l'attention plus sérieuse que portent les groupes de luxe envers le commerce en ligne après de nombreuses années de doutes avant de s'y plonger pour de bon.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

L'Oréal Teams With Facebook on Virtual Makeup Tests

L'Oréal Teams With Facebook on Virtual Makeup Tests | e-Luxe | Scoop.it
Maybelline parent L'Oréal is pairing up with Facebook to roll out virtual tests for shoppers to see how they might look with different lipsticks or eye shadows, adding to its push to drive more sales online and through social media networks.

Cosmetics firms including L'Oréal rival Estée Lauder and retailers like LVMH's Sephora are investing heavily in technology, in an age of selfies and beauty bloggers that has helped shift the industry onto the web.

France's L'Oréal, the world's biggest cosmetics group, bought Canadian augmented reality and artificial intelligence specialist ModiFace in March.

It said on Thursday that the Toronto-based company had now teamed up with Facebook to develop augmented reality experiences on the platform for L'Oréal brands, starting with NYX and including Urban Decay, Lancôme and Yves Saint Laurent.

Customers will eventually be able to try on anything from foundation shades to eyebrow shapes and hues, said L'Oréal's chief digital officer Lubomira Rochet, adding that the virtual tests helped the company clinch sales.
more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from Luxe 2.0 - Marketing digital - E-commerce
Scoop.it!

Moncler explores artificial intelligence in Genius push

Moncler explores artificial intelligence in Genius push | e-Luxe | Scoop.it

French-Italian label Moncler is promoting its latest Genius collection through a sponsored story that explores the potential bonds between man and machine. A paid content campaign by The New York Times’ marketing division T Brand Studio showcases Kei Ninomiya’s Moncler designs on humanoid robot Sophia and actress and musician Ryan Destiny. Reflecting the conceptual nature of the Genuis series, the marketing initiative aims to make the audience contemplate. 

 

Earlier this year, Moncler unveiled a new design strategy that focuses on creativity and product at a time in which experiential marketing may have overtaken merchandise quality. 

 

Moncler Genius is a new concept replacing the tired seasonal collection strategy with new monthly designs and social media campaigns. Starting off with the opening of its Moncler Genius building, the new idea will focus on partnerships with various collaborators who are the best in their field to enhance the brand’s uniqueness.


Via Karim Bouhajeb
more...
Karim Bouhajeb's curator insight, August 9, 6:27 AM

French-Italian label Moncler is promoting its latest Genius collection through a sponsored story that explores the potential bonds between man and machine. A paid content campaign by The New York Times’ marketing division T Brand Studio showcases Kei Ninomiya’s Moncler designs on humanoid robot Sophia and actress and musician Ryan Destiny. Reflecting the conceptual nature of the Genuis series, the marketing initiative aims to make the audience contemplate. Earlier this year, Moncler unveiled a new design strategy that focuses on creativity and product at a time in which experiential marketing may have overtaken merchandise quality. Moncler Genius is a new concept replacing the tired seasonal collection strategy with new monthly designs and social media campaigns. Starting off with the opening of its Moncler Genius building, the new idea will focus on partnerships with various collaborators who are the best in their field to enhance the brand’s uniqueness.

Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Le luxe italien met le turbo sur le numérique pour mieux servir les Millennials

Le luxe italien met le turbo sur le numérique pour mieux servir les Millennials | e-Luxe | Scoop.it
Alors que les ventes en ligne représenteront 20 % du chiffre d'affaires du luxe en 2025, les marques de l'excellence du Made in Italy veulent rattraper leur retard pour contrer Amazon et Alibaba.

Altagamma, la fédération italienne des entreprises du luxe , fête ses 25 ans et pense déjà aux 25 prochaines années. Elle le fait en publiant un rapport, « Stratégies pour l'Italie de l'excellence », réunissant les contributions et les réflexions d'entrepreneurs et d'analystes. La génération des Millennials est au centre des enjeux. Les consommateurs nés dans les années 1980 et 1990 assurent 85 % de la croissance du secteur du luxe et ils représenteront 45 % de la clientèle en 2025. Le principal défi à relever, en Italie comme ailleurs, est l'adaptation à l'outil numérique.

En 2016, le chiffre d'affaires des ventes en ligne atteignait 20 milliards d'euros, soit 8 % des plus de 260 milliards d'euros réalisés par l'ensemble du secteur du luxe mondial. Il devrait grimper à 74 milliards d'euros en 2025 soit 20 % de l'ensemble des achats. Aujourd'hui déjà, les ventes sont à 75 % influencées par le numérique, que ce soit via la recherche et la comparaison de produits ou la publicité, estime l'étude.


Masse critique

« La concurrence est rude avec les géants que sont Amazon et Alibaba , constate Andrea Illy, président de Altagamma. En face, les marques italiennes ont réagi avec retard et de manière disparate. On a la capacité de rattraper ce retard mais il faut que nous leur opposions une masse critique pour rivaliser. C'est pourquoi nous lançons l'idée d'une présence unifiée des marques du luxe italien sur internet basée sur la narration du Made in Italy, la relation avec le client et la transaction pour augmenter les ventes ». Andrea Illy appelle à « une collaboration entre les pouvoirs publics et les entreprises privées » dans ce domaine. « Sinon les concurrents le feront à notre place », prévient-il.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Le vendeur connecté, arme ultime d'un commerce omnicanal ?

Le vendeur connecté, arme ultime d'un commerce omnicanal ? | e-Luxe | Scoop.it

Développement d'offres omnicanales, importance croissante de l’expérience de marque, consommateurs de plus en plus informés sur les produits… La dernière décennie a fait trembler sur ses bases le métier de vendeur, non sans le ramener au passage à des pratiques commerçantes qui ont été parfois délaissées. Marques et enseignes doivent désormais séduire une nouvelle génération de vendeurs bien décidée à ne pas postuler dans n’importe quel commerce.

Un constat lié aux aspirations de la génération des millennials, qui est sensiblement le même dressé par l'industrie textile et qu’a progressivement fait à son tour Nicolas Coze, manager de la division Mode & Luxe de l’agence Lynks Partner. « Les candidats deviennent de plus en plus sélectifs, au point que, désormais, si vous ne précisez pas le nom de l’entreprise, personne ne prendra la peine de se déplacer en entretien, explique le responsable. La pénurie de postulants s’accentue donc sur certains profils, notamment concernant les vendeurs sinophones. Beaucoup de candidats ne sont pas intéressés par des marques et enseignes moins connues. Notre rôle d’agence est passé de celui d’acheteur à vendeur d’une certaine manière. Nous devons rendre le poste séduisant, car ils veulent des entreprises correspondant à leurs valeurs ».

A l’occasion d’une campagne visant à sensibiliser les 15-25 ans aux différents métiers du secteur de la mode, dont ceux opérant en magasins, l’Alliance du commerce s’est penchée sur la perception des métiers de la vente par cette génération. Il en ressort que le domaine est jugé attractif, mais les métiers en boutiques n’arrivent qu’en quatrième position des métiers cités (38 % des répondants intéressés par le domaine), derrière les emplois liés aux fonctions support, au siège ou au digital. La conséquence d’une vision "alimentaire" du métier de vendeur tel que pensé par les grandes enseignes internationales dont ces jeunes sont eux-mêmes clients ?

Pour Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du commerce, la réponse est non : « Ce ne sont pas ce que les chiffres montrent, explique le responsable. Le commerce est effectivement un métier de jeunes, avec une moyenne d’âge d’environ 34 ans, mais avec 61 % des équipes qui ont moins de 35 ans, et une personne sur quatre qui a moins de 26 ans. Donc c’est vraiment un métier dynamique. Mais pour autant, on voit que ces gens restent puisque l’ancienneté moyenne est supérieure à sept ans. Ce qui, avec la moyenne d’âge, montre que les jeunes s’installent dans ce métier, contrairement à l’image que l’on peut avoir de l’extérieur ».

more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from LAB LUXURY and RETAIL ® : MARKETING & COMMUNICATION : Retail - Expérience Client - Luxe - Digital in Store - Future of Retail - Commerce Connecté - Omnicanal - Social Marketing - Influence - Réseaux Sociaux -Transformation Digitale
Scoop.it!

Digital : le luxe teste des alliances avec des pure players

Digital : le luxe teste des alliances avec des pure players | e-Luxe | Scoop.it

Luxe et digital entrent dans une nouvelle ère. Mois après mois, les grandes maisons du secteur prennent des initiatives dans le numérique,  après avoir longtemps craint d'abîmer leurs marques avec la vente en ligne. Début juin, le suisse Richemont a annoncé le rachat de Watchfinder, un site d'achat et de revente de montres de luxe d'occasion. Une opération qui intervient, après la décision de prendre le contrôle de la plate-forme Yoxx...


Via Jérôme MONANGE
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Taittinger accro aux Bleus

Taittinger accro aux Bleus | e-Luxe | Scoop.it
Champagne officiel de la Coupe du Monde pour la deuxième fois, Taittinger célèbre les Bleus avec #TheInstantWhen sur les réseaux sociaux (photos, vidéos) avec l'agence Seenk en charge de la stratégie social media. "Le foot a ceci de génial, c'est un amour qui se renouvelle tout le temps, au fil des matchs, des buts, des générations, au fil de ces grands moments. Chaque match est une petite borne de notre vie, comme chaque coupe de champagne partagée avec un autre" explique Clovis Taittinger. La bouteille officielle de la Coup du Monde est une édition limitée qui s'inspire de la conquête de l'espace. Habillée de bleu et d'argent, les bulles se transforment en planètes et en ballons. A Moscou, la marque reçoit dans un lieu (Le Loft) où elle invite clients, distributeurs et amis de la marque (que l'on imagine fins prêts à fêter la probable deuxième étoile).
more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from LAB LUXURY and RETAIL ® : MARKETING & COMMUNICATION : Retail - Expérience Client - Luxe - Digital in Store - Future of Retail - Commerce Connecté - Omnicanal - Social Marketing - Influence - Réseaux Sociaux -Transformation Digitale
Scoop.it!

Le slow fashion: pour y voir plus clair

Le slow fashion: pour y voir plus clair | e-Luxe | Scoop.it

Souvent rattachée aux vêtements, la philosophie du slow fashion est également associée aux accessoires mode, comme les chaussures, le sac ou les lunettes. C’est que les adeptes du mouvement trouvent important de prendre le temps de choisir minutieusement un élément qu’on porte quotidiennement. Pour les lunettes, ils préfèrent se tourner vers des montures plus durables, plus équitables et surtout, plus personnalisées.

 

Et c’est exactement le mandat que s’est donné le Dr Anh-Ton Tran en ouvrant la lunetterie Voskins dans le quartier Griffintown en 2013. Optométriste de formation, Anh-Ton désirait offrir aux Montréalais une boutique différente des lunetteries traditionnelles.

 

En effet, le look de la boutique, établi par le designer Guillaume Ménard, voulait refléter la mode d’antan, cette époque où on prenait vraiment le temps de choisir LA monture idéale pour chacun des clients. C’est que dans cette lunetterie, aucune monture n’est pareille. L’entreprise va commander à nouveau un modèle lorsque celui-ci sera vendu, certes, mais très faibles seront vos chances de croiser quelqu’un dans la province qui porte les mêmes lunettes que vous, puisque Voskins présente des collections qui ne se trouvent pas ailleurs au Québec. Et pour refléter le côté artisan, l’entreprise met beaucoup d’emphase sur l’histoire de chacune de ses collections, que ce soit par le biais de leur processus ou par leur choix de matériaux. « En étant renseigné sur ce qu’il porte, le client sent qu’il se réapproprie sa consommation et devient encore plus fier de porter sa paire de lunettes. », m’explique le Dr Tran au téléphone.


Via Made In Retail, Jérôme MONANGE
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Guerlain mise sur la 3D pour son rouge à lèvres, Innovation produit

Guerlain mise sur la 3D pour son rouge à lèvres, Innovation produit | e-Luxe | Scoop.it
L'entreprise de cosmétiques de luxe a collaboré avec la start-up Hapticmedia sur une nouvelle solution de personnalisation de produits en 3D.

L'expérience n'est pas forcément surprenante mais elle est efficace. Sans avoir à attendre un chargement interminable, le client personnalise en ligne son rouge à lèvres Guerlain à partir de n'importe quel support. La solution a été proposée par Hapticmedia, jeune pousse créée en 2014, spécialiste de l'informatique et de la 3D. Entre autres avantages, cette technologie permet de s'affranchir de la distance et de toucher la réalité du produit.


450 combinaisons à composer

Ce n'est pas qu'un simple rouge à lèvres. Doté d'un système d'ouverture avec un double miroir, le « Rouge G » est relancé en 2018 par le parfumeur avec une collection de 15 capots à associer à 30 teintes. Et pour pouvoir tout tester sans avoir à se déplacer en magasin, le site propose au client de composer jusqu'à 450 rouges à lèvres différents, selon ses goûts. Car la tendance est à la personnalisation. Mais celle-ci doit être facile et surtout rapide. « Lorsque l'utilisateur ouvre la page, l e temps d'attente de chargement reste tolérable. Et par la suite, il n'y en a plus aucun, souligne Romain Noyer, responsable e-commerce international chez Guerlain. Cela rend l'expérience fluide et agréable pour le consommateur. Elle crée un lien émotionnel et va lui permettre de s'approprier un objet bijou. »

more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from LAB LUXURY and RETAIL ® : MARKETING & COMMUNICATION : Retail - Expérience Client - Luxe - Digital in Store - Future of Retail - Commerce Connecté - Omnicanal - Social Marketing - Influence - Réseaux Sociaux -Transformation Digitale
Scoop.it!

Supreme s’est imposé en utilisant tous les codes du luxe, mais de manière radicalement nouvelle et différente. Comment ?

Supreme s’est imposé en utilisant tous les codes du luxe, mais de manière radicalement nouvelle et différente. Comment ? | e-Luxe | Scoop.it

Le luxe suprême était tout entier dans les grandes Maisons telles Hermès, Chanel, Louis Vuitton, Dior…Puis vint Supreme. Un succès mondial sans boutique ou presque, une marque sans égérie, sans publicité, sans directeur artistique.

Supreme, marque de street-wear, fondée à New York en 1994, prisée par des fans de skate, est devenue une icône mondiale. Le groupe s’est imposé en utilisant tous les codes du luxe, mais de manière radicalement nouvelle et différente. Comment ? Désirabilité et inaccessibilité ne sont plus seulement définies par prix élevés et listes d’attente, mais par une rareté organisée doublée d’une nouveauté permanente, avec le système de « drops » : des collections nouvelles arrivant en boutiques et sur le site chaque jeudi et disponibles une semaine seulement. Un coup de génie qui se vérifie à chaque nouvelle collection épuisée en quelques heures sur internet et en boutiques par des clients qui campent devant les magasins dès le mercredi soir.

Le réseau de distribution de Supreme, c’est dix boutiques seulement dans le monde qui ont l’allure de galeries d’art : vides, blanches, ornées de skates sérigraphiés par des artistes, proposant en rayon quelques modèles permanents de T-shirts, sweat-shirts et casquettes… Comme les ventes se jouent désormais sur internet, ces lieux agissent comme des points de ralliement, qui expriment un point de vue, un univers, qui parlent aux jeunes de valeurs urbaines, de communauté, de tribu, d’un monde à eux.

On est loin du credo habituel du luxe (distribution sélective…) hors duquel point de salut.

Quant à la marque, elle est pour Supreme un nom simple, fort, sans ornements… Supreme est un nom qui claque comme un slogan, un manifeste, un mot d’ordre, identifiable par un logo simplissime rouge et blanc, plaqué sur une série d’objets hétéroclites.

Système ouvert, Supreme fonctionne comme une communauté d’attachement à la marque, non pas individuelle mais marque du clan


Via Jérôme MONANGE
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

La mode fait l’expérience de la réalité virtuelle

La mode fait l’expérience de la réalité virtuelle | e-Luxe | Scoop.it
La scène se déroule en avril, lors du Festival international de mode et de photographie de Hyères. La styliste Vanessa Schindler, lauréate du Grand Prix mode de l’édition 2017, s’est associée avec la créatrice digitale Marine Giraudo pour y présenter une performance de réalité virtuelle. Le spectateur est placé au centre d’une pièce vide et invité à revêtir un casque pour les yeux, ainsi que des écouteurs diffusant une musique planante. Il n’a plus qu’à se laisser porter. Plongé dans un univers fantasmagorique, il découvre les créations de la jeune styliste qui prennent vie dans des dimensions étranges ou portées par des mannequins aux proportions irréelles. Les fibres du tissu semblent le happer complètement.


Mondes imaginaires

A mi-chemin entre l’art et la mode, cette expérience s’inscrit parfaitement dans la tendance du moment : faire entrer la mode dans l’ère des nouvelles technologies. Soit dans la réalité virtuelle, qui consiste à placer les utilisateurs au cœur d’un monde imaginaire à l’aide d’un casque, soit dans la réalité augmentée, qui fait apparaître des objets dans l’environnement grâce à un appareil connecté.

D’ici à la fin de l’année, environ 900 millions d’appareils (smartphones, tablettes…) seront compatibles avec la réalité augmentée dans le monde, selon Tim Merel, directeur de Digi-Capital, entreprise américaine de la Silicon Valley qui se consacre à ces développements. Les marques de mode ne s’y sont donc pas trompées. « Cela permet d’attirer les jeunes générations nées avec un smartphone entre les mains et toujours en quête de nouveautés ludiques. Ce sont elles les cibles privilégiées des marques aujourd’hui », commente édouard Keller, directeur commercial export au sein du bureau de tendances Carlin International, spécialiste des techniques de vente.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Viva Technology : le retail face aux possibilités de la tech

Viva Technology : le retail face aux possibilités de la tech | e-Luxe | Scoop.it

Outre ses armées de robots, escadrilles de drones et voitures autonomes voire volantes, le rendez-vous français Viva Technology, qui se tenait du 24 au 26 mai à Paris, n’a pas manqué de présenter quelques concepts et innovations pouvant s’appliquer au retail.

L'hélice du Ventilator d'Orbis Holographics permet de faire flotter dans l'air des projections lumineuses de produits, logos et autres - Image d'illustration DR

L’un des plus remarqués fut sans doute celui des hologrammes de la société Orbis Holographics. Ces derniers se matérialisent dans le vide, dessinant logos et vidéos via une hélice équipée de LED tournoyant à grande vitesse. Des hélices pouvant fonctionner par groupe afin de créer des images plus grandes, et auxquelles s’intéresse le groupe LVMH, tout comme la société Thalys et le site de Roland-Garros. Le dispositif, facile d’installation, coûterait 3 500 euros.

L’enchantement de l’œil était également représenté par la société Holooh, qui s’est récemment fait remarquer pour une campagne réalisée pour Zara, comme l’indiquait FashionNetwork.com. La structure propose divers services de réalité augmentée, permettant aux détaillants de développer des projections 3D que leurs clients pourront observer, dans un cadre réel, via l’œil de leur smartphone ou tablette. Un univers encore riche d’horizons inconnus.

Sur le stand du promoteur Klépierre, la réalité augmentée s’appliquait directement au consommateur. La société Sweet Fit y présentait en effet son miroir d’essayage virtuel. Pas à proprement parler un miroir, mais la captation via une caméra Kinect de l’image du client revêtant la collection d’une marque, dont l’amplitude des pièces s’adapte directement à la silhouette filmée. De quoi permettre des expérimentations rapides de looks sans même enlever ses vêtements.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

[Viva Tech] Montblanc et Visa dévoilent un bracelet de montre connecté pour les paiements

[Viva Tech] Montblanc et Visa dévoilent un bracelet de montre connecté pour les paiements | e-Luxe | Scoop.it

Payer directement avec une bague ou une paire de lunettes de soleil grâce à la technologie NFC. C'est ce qu'avait proposé Visa lors des Jeux olympiques d'été à Rio et d'une compétition internationale de surf en Australie. Dans les deux cas : une belle (et simple) opération de communication. Cette fois-ci, le géant américain des paiements entend sortir de la sphère des prototypes (et des gadgets ?) pour proposer un produit commercial. A l'occasion du salon Viva Technology 2018, qui se tient du 24 au 26 mai à Paris, Visa dévoile un bracelet de montre connecté en partenariat avec la marque de luxe Montblanc.

Le dispositif, baptisé Montblanc twin smart strap, est un bracelet interchangeable qui peut se fixer à n'importe quel cadran de montre, Montblanc ou non, de taille standard. Disponible en quatre versions, le bracelet est relié par Bluetooth à une application iOS dédiée. "Le module est ainsi relié au smartphone de l'utilisateur et lui permet de recevoir toutes sortes de notifications, comme un rappel d'agenda, un événement Facebook ou un message", explique Daniel Arfi du groupe Richemont, propriétaire de la marque.

more...
No comment yet.