e-Luxe
3.9K views | +1 today
Follow
e-Luxe
Quand le luxe innove dans le digital (et ailleurs...)
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Richemont et Alibaba s'allient pour développer Net-A-Porter en Chine

Richemont et Alibaba s'allient pour développer Net-A-Porter en Chine | e-Luxe | Scoop.it

Au printemps 2017, Alibaba était évoqué comme un candidat d'envergure pour acquérir Yoox Net-A-Porter. La rumeur financière, très crédible, soulignait alors que Farfetch avait de son côté tissé des liens avec JD.com. Début 2018 c'était finalement le groupe de luxe Richemont qui emportait la mise et investissait dans la plateforme de distribution de mode et de luxe en ligne. Le groupe suisse Richemont, le numéro deux mondial du luxe, a annoncé vendredi un partenariat avec le géant chinois Alibaba pour développer en Chine sa plateforme de distribution de produits de luxe en ligne.


Avec cet accord, Yoox Net-A-Porter, le bras de Richemont dans le commerce en ligne, et Alibaba vont créer une société sous contrôle conjoint qui lancera deux applications mobiles, Net-A-Porter et Mr Porter, destinées aux consommateurs chinois, a indiqué le groupe genevois dans un communiqué.

Net-A-Porter et Mr Porter seront également lancés sur la plateforme d'Alibaba dédiée aux produits de luxe, appelée Tmall Luxury Pavilion, créée l'an passé.

Les deux groupes prévoient en outre de trouver d'autres moyens d'étendre l'offre en ligne en Chine pour les produits de luxe. « Notre offre digitale en Chine n'en est qu'à ses débuts », a déclaré Johann Rupert, le président de Richemont, cité dans le communiqué, qui espère à travers ce partenariat devenir un acteur significatif sur le marché.

Richemont, le numéro deux mondial du luxe après le français LVMH, a mis l'accent sur le commerce en ligne, un segment en pleine expansion dans le secteur du luxe. Sa plateforme Net-A-Porter distribue les grandes marques du groupe, mais également celles de concurrents, se voulant le point de vente de référence pour les produits de luxe.

more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from Luxe 2.0 - Marketing digital - E-commerce
Scoop.it!

Dior hopes to reach new audiences with Noonouri tribute

Dior hopes to reach new audiences with Noonouri tribute | e-Luxe | Scoop.it

French couture house Christian Dior turned to two special ambassadors to share its new lipstick line, reflecting changing sensibilities when trying to attract more social-media savvy consumers.

 

While the original launch film for Rouge Dior Ultra Rouge starred actress Natalie Portman, a recreation of the original short was released with Noonouri, a virtual influencer. This is not the first time Noonouri has worked with Dior, as computer-generated personalities are becoming more popular among luxury brands.

 

"Virtual influencers like Noonouri have been popping up with increasing regularity in the luxury marketing space for the past few years," said Daymon Bruck, CCO and partner at The O Group, Seattle. "These virtual influencers  have been adding an innovative cool factor to the brands, from heritage to streetwear, that engage them for social or campaign creative.

 

"Their value for a brand like Dior is perhaps more impactful than for a 'younger' luxury brand mostly due to the unexpected nature of virtual landscapes as a fresh platform," he said. "Especially for a heritage brand where the juxtaposition has a higher potential for attracting attention."


Via Karim Bouhajeb
more...
Karim Bouhajeb's curator insight, October 24, 4:44 PM

French couture house Christian Dior turned to two special ambassadors to share its new lipstick line, reflecting changing sensibilities when trying to attract more social-media savvy consumers.

While the original launch film for Rouge Dior Ultra Rouge starred actress Natalie Portman, a recreation of the original short was released with Noonouri, a virtual influencer. This is not the first time Noonouri has worked with Dior, as computer-generated personalities are becoming more popular among luxury brands.

Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Luxury Retailer Intros AR Shopping App

Luxury Retailer Intros AR Shopping App | e-Luxe | Scoop.it
Luxury furniture maker Artemest has introduced augmented reality shopping in its new app just launched for iOS mobile devices.

The AR tool allows users to preview objects in their home, with visualization in real-life dimensions, including 360-degree views.

The app includes the entire Artemest collection of pieces from more than 500 Italian artisans.

An exploration tab in the app is customizable to provide searches by price range, materials, colors and artisans. The product content in the app will be updated every two weeks, according to the company announcement.

Other furniture retailers, including Wayfair, Ikea and Overstock.com, have introduced augmented reality apps for visualizing furniture in homes.
more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from Luxe 2.0 - Marketing digital - E-commerce
Scoop.it!

How to retain digital luxury shoppers: BRP

How to retain digital luxury shoppers: BRP | e-Luxe | Scoop.it

Retailers are too focused on overall sales and figures rather than harnessing the potential of returning customers, who are proven to have lower costs for conversion and have a higher average order value.

 

A new study from Boston Retail Partners shows that only 40 percent of retailers measure customer retention to their detriment, especially for luxury brands who rely on loyal consumers. There are a variety of steps that retailers can take after a customer makes a purchase to build a strong connection of trust.

 

“Improving the post-purchase experience can have as much, if not more, impact on a retailer’s bottom line than just focusing on driving visits and customer conversion. Many improvements to the post-purchase experience, like professional packaging and enhanced communications do not require technical support or investment,” said Jeffrey Neville, SVP and practice lead at BRP. “These improvements can be made in small, iterative sprints and have a dramatic effect on the overall customer experience.”

 

Retaining customers
Customers feel more comfortable purchasing from retailers, especially online, when they are informed and can track their process.

 

For instance, if a shopper buys a product online, there can be an uncertainty that arises by not knowing the condition in which the item will arrive and whether it will come on time. Communicating with the customer throughout the entire process can dramatically reduce post-purchase stress.

 

BRP notes that setting clear expectations before a customer finalizes his or her purchase can make a big difference.

 

Return policies are also important in gaining repeat customers. Retailers should have competitive, fair and simple policies so customers feel comfortable buying again.

 

Professional packaging is another selling point in retaining customers, as is the creation of a truly omnichannel experience. Customers should be able to seamlessly pass through channels without having to start their purchasing process all over again.

 

Bricks-and-mortar should be used to enhance the process with a unique experience, rather than replicating the online purchase experience in stores.

e to edit the content


Via Karim Bouhajeb
more...
Karim Bouhajeb's curator insight, October 12, 5:22 PM

Retailers are too focused on overall sales and figures rather than harnessing the potential of returning customers, who are proven to have lower costs for conversion and have a higher average order value. A new study from Boston Retail Partners shows that only 40% of retailers measure customer retention to their detriment, especially for luxury brands who rely on loyal consumers. There are a variety of steps that retailers can take after a customer makes a purchase to build a strong connection of trust. Improving the post-purchase experience can have as much, if not more, impact on a retailer’s bottom line than just focusing on driving visits and customer conversion. Many improvements to the post-purchase experience, like professional packaging and enhanced communications do not require technical support or investment. These improvements can be made in small, iterative sprints and have a dramatic effect on the overall customer experience.

Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Gucci, Vuitton, Chanel, Amazon are top fashion names in new Interbrand ranking

Gucci, Vuitton, Chanel, Amazon are top fashion names in new Interbrand ranking | e-Luxe | Scoop.it

Luxury’s strength was prominent in the latest Interbrand ranking of the Best Global Brands on Thursday, but even the biggest luxury names couldn’t rival digital when it came to the brands that are front of mind for consumers.

The top 10 was dominated by tech names with Apple, Google and Amazon (the only one with a hefty fashion connection) as the top three. A mix of tech names and long-standing favourite brands - Microsoft, Coca-Cola, Samsung, Toyota, Mercedes-Benz, Facebook and McDonald’s - came next.

But there was good news for who else but Gucci and Louis Vuitton as they sat among the five fastest-growing brands. Anyone who has been following Kering’s results statements won’t be surprised that Gucci grew 30% year-on-year, to drive it to 39th place. And Vuitton was up 23%, putting it at number 18. Chanel made a comeback too, re-entering the listing at number 23, although this reappearance was linked mainly to its shock release of financial figures for the first time recently.

Rebecca Robins, global chief learning and culture officer at Interbrand, said the luxury brands that grew the most were those that are able to connect “the inside to the outside.”

The ranking analyses how the brands are achieving "bold transformation that drives lasting economic value through brand strength." It looks at financial performance, the role the brand plays in purchase decisions, plus its competitive strength and its ability to create loyalty and, therefore, sustainable demand and profit into the future.

Amazon, which has been driving its fashion sales forward with a spate of launches across womenswear, intimates, athleisure and other categories, was the fastest growing brand overall with a 56% uplift.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Quelles tendances pour les communautés Luxe sur WeChat ?

Quelles tendances pour les communautés Luxe sur WeChat ? | e-Luxe | Scoop.it
Chaque mois, le réseau social chinois WeChat fédère plus d’un milliard d’utilisateurs actifs. Mais aussi surprenant que cela puisse paraître, il existe un réel flou autour des performances des marques sur la plateforme. L’agence digitale DLG et la société de marketing automation JINGdigital se sont récemment penchées sur le sujet avec pour objectif d’analyser les comptes de 100 marques de Luxe disposant d’une communauté sociale allant de 10.000 à 1,5 million de followers pour en dégager une série d’insights relatifs au comportement et à l’engagement online. Nous vous résumons ici ce qu’il faut retenir de ce WeChat Luxury Index.


Pushmails WeChat : le choix du roi

Comme nous vous le présentions au début de l’été, les marques présentes sur WeChat ont la possibilité de pousser leurs contenus en mode Abonnement – un système d’envoi illimité dans un dossier Inbox rapidement saturé – ou en mode Service, permettant d’envoyer un pushmail dans la Timeline dans une limite de quatre publications par mois. Selon l’étude, il semble que soit cette dernière méthode, plus visible, qui aie les faveurs des Maisons. Ces dernières auraient ainsi tendance à mettre en avant un article par publication – le maximum proposé étant de six par pushmail -, en vue d’optimiser le taux d’ouverture du message. Néanmoins, selon le WeChat Luxury Index, les publications contenant plusieurs articles enregistreraient un taux d’ouverture supérieur, passant de 12,8% à 18%. Les experts préconisent ainsi de prendre en compte cet engagement cumulé sur plusieurs articles pour bâtir des contenus offrant différents choix de sujets et de produits au consommateur.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Maisons de Luxe : les mauvaises élèves de l'omnicanalité ?

Maisons de Luxe : les mauvaises élèves de l'omnicanalité ? | e-Luxe | Scoop.it
Les Maisons de Luxe seraient-elle en retard dans leurs solutions digitales ? C’est en tout cas ce qu’affirme The Luxury omnichannel dilemna, la dernière étude du cabinet d’audit PwC.

Strategy&, entité spécialisée en conseil stratégique au sein de PwC, a décrypté la maturité digitale de 104 Maisons de Luxe représentatives tant dans la variété de leurs segments de marché – aspirationnel, super premium, ultra luxe – que dans les catégories de produits proposés : prêt-à-porter & accessoires, parfum & cosmétiques, horlogerie & joaillerie.


Digital War : Luxe VS Grande distribution, exclusivité VS aspiration

Selon The Luxury omnichannel dilemna, la note de maturité digitale du Luxe s’établirait à 47/100 contre 61/100 pour le secteur de la grande distribution. Cet écart serait notamment marqué par les variations digitales en matière de services de livraison, maillon faible de la chaîne omnicanale des Maisons.

Autre insight à retenir : la faculté d’une marque à proposer une expérience omnicanale de qualité tiendrait à son positionnement sur le marché. En effet, plus une marque serait exclusive – comprendre « ultra-luxe » -, plus elle aurait du mal à se positionner en digital. La catégorie « Montres & Joaillerie » s’afficherait notamment comme étant la moins performante sur ce créneau.

« Les niveaux de prix et le caractère unique des produits incitent les marques à diriger leurs clients exclusivement en boutique pour conserver un contact physique avec le client » – Vincent Barbat, Associé chez Strategy&

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Burberry dévoile sa stratégie see now, buy now pour la Fashion Week de Londres

Burberry dévoile sa stratégie see now, buy now pour la Fashion Week de Londres | e-Luxe | Scoop.it

Burberry a publié lundi plus de détails sur la manière dont sa stratégie de see now, buy now évolue sous Riccardo Tisci, annonçant que des pièces en édition limitée de la première collection du designer pour le label seraient disponibles à travers une série de lancements sous 24 heures.

Les produits seront exclusivement disponibles sur Instagram et WeChat, soit un fort signal de l’importance du consommateur chinois pour la marque. Ils seront également disponibles au magasin phare de Burberry à Londres lundi prochain (17 septembre) à partir de 17h30, juste après ce qui devrait être le show le plus attendu de la London Fashion Week : le premier défilé de Riccardo Tisci pour le label.

C'est la première fois que la marque crée une expérience de vente numérique sur mesure pour ses réseaux sociaux. Mais il ne s’agit pas seulement de numérique car le flagship de Regent Street « est entièrement transformé visuellement » pour être la toile de fond appropriée pour les sorties de ces produits dans les 24 heures.

Cette transformation sera à découvrir à partir de samedi, Riccardo Tisci ayant « réinventé » le magasin, nous dit-on. En plus des « lancements éphémères de produits en édition limitée, le magasin accueillera également des pièces à thème célébrant collectivement le passé et l’avenir de Burberry à travers ses articles ».

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Composer une garde-robe sur mesure assortie à sa playlist

Composer une garde-robe sur mesure assortie à sa playlist | e-Luxe | Scoop.it
En partenariat avec Spotify, l’application FITS d’Eison Triple Thread propose des vêtements sur-mesure, basés sur les habitudes d’écoute de chaque client.

La start-up californienne de prêt-à-porter masculin Eison Triple Thread a lancé FITS, une application de recommandation stylistique qui s'inspire des goûts musicaux des utilisateurs de Spotify. Cette initiative, à première vue assez saugrenue, est née dans l’esprit de Julian Eison, le créateur de la marque qui habille notamment la star de NBA Stephen Curry. Pour lui, il existe une corrélation entre les goûts musicaux et le style vestimentaire.

Le fonctionnement de l’application est simple : il suffit de télécharger FITS, de se connecter avec ses identifiants Spotify, puis de répondre à un questionnaire portant sur ses intérêts, ses activités, son style de vie, ou encore sa situation familiale. En compilant les détails enregistrés avec les données d’écoute fournies par Spotify, l’algorithme de FITS suggère des tenues susceptibles de répondre aux besoins de l’auditeur. Le style musical, mais aussi le tempo, la cadence, l’état d’esprit… sont pris en compte.
more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from Luxe 2.0 - Marketing digital - E-commerce
Scoop.it!

Instagram luxury ad spend grows exponentially thanks to Ads API

Instagram luxury ad spend grows exponentially thanks to Ads API | e-Luxe | Scoop.it

Since social media application Instagram launched its Ads API, brand spend on the platform has grown significantly with 65 percent more predicted to be spent on advertising this year compared to 2017.

 

A new report from Brand Networks Research found that video is proving to be the driving force among Instagram ads, with 66.2 percent of ad impressions being video. The research also shows that Instagram ad impressions have grown 46 percent year-over-year and 57 percent in investment.

 

“Brand Networks has evolved alongside this high-performing channel, and we have witnessed the rapid adoption of new formats like Stories and the rising consumer appeal of video on Instagram,” said Dave Fall, CEO of Brand Networks, Boston. “We’re excited to see Instagram continue to boom and become an increasingly important tool for advertisers.”

 

Brand Networks looked at 36 months of data and examined more than 44 billion Instagram ad impressions served on behalf of the company’s customers for the report.


Via Karim Bouhajeb
more...
Karim Bouhajeb's curator insight, August 28, 12:10 PM

Since social media application Instagram launched its Ads API, brand spend on the platform has grown significantly with 65% more predicted to be spent on advertising this year compared to 2017. A new report from Brand Networks Research found that video is proving to be the driving force among Instagram ads, with 66.2% of ad impressions being video. The research also shows that Instagram ad impressions have grown 46% year-over-year and 57% in investment.

Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Les "millennials" chinois dictent leur loi aux géants du luxe

Les "millennials" chinois dictent leur loi aux géants du luxe | e-Luxe | Scoop.it

C'est le genre de spasme dont raffolent les griffes de luxe établies en Chine. Le dernier s'est produit le 17 août, lors de la Saint-­Valentin chinoise. L'occasion pour les jeunes consommateurs de faire chauffer leur compte WeChat, l'appli qui aimante près d'1 milliard d'utilisateurs par jour et leur permet de régler leurs achats instantanément. Et pour Dior, Vuitton, Burberry, Givenchy, Prada et Valentino de lancer des collections spéciales aux couleurs de l'amour et d'écouler leurs stocks d'articles à des prix à quatre chiffres – en euros – en quelques jours, voire en quelques minutes.

Bienvenue dans le monde numérique des millennials de l'empire du Milieu. Une masse critique de quelque 300 millions d'acheteurs âgés de 18 à 35 ans immergés dans les réseaux sociaux sur leur smartphone et accros aux produits de luxe. Gâtés par six adultes (quatre grands-parents et deux parents) et eux-mêmes les enfants uniques de Mao, surnommés "seven ­pockets", ils sont devenus prescripteurs pour les maisons du secteur. Selon le Boston Consulting Group (BCG), en 2024, ils représenteront 40% d'un marché mondial évalué à 1.260 milliard d'euros. Incontournables, ils obligent toutes les marques à se remettre en question. "Notre principal défi est de rester fidèle à notre héritage et à notre culture et de nous adapter aux codes d'une clientèle déjà à l'avant-garde de la consommation", résume Toni Belloni, directeur général délégué de LVMH.


Fini le "total look" parsemé de logos

Un casse-tête qui conditionne le futur des maisons de luxe. Car, outre qu'ils vont représenter 85% de leur croissance au cours de la prochaine décennie, ces nouveaux consommateurs influent déjà sur les comportements d'achat de leurs aînés. Pour des marques très prisées en Chine comme Gucci et ­Balenciaga, l'effet millennials est déjà patent. "Chez Gucci, on est passé à 50% [de clients trentenaires], et à 65% chez Balenciaga", soulignait François-Henri Pinault, PDG de Kering, en février dernier.

Terminée l'époque où des hordes de fashionistas déambulaient en "total look" dans des tenues parsemées de logos. ­Ultraconnectés, leurs descendants sont passés de la pop coréenne à la Mandarin pop et affichent un goût prononcé pour les nouveautés. Surtout, ils revendiquent leur différence. En ce moment, ils aiment le streetwear. Les marques qui s'adonnent à ce "nouveau luxe" issu de collaborations avec des griffes de la culture urbaine cartonnent. Tels les produits du duo Louis Vuitton-Supreme, la marque de skate new-yorkaise, les sneakers Triple S de ­Balenciaga ou les vêtements du label de niche américain Off-White. "Ils recherchent des produits à la fois glamour et cool et des styles décalés qui manient humour ou extravagance, comme a su si bien le faire Alessandro Michele chez Gucci", appuie David Baverez, auteur de Paris Pékin express.

more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from Luxe 2.0 - Marketing digital - E-commerce
Scoop.it!

Luxury consumers prefer bricks-and-mortar for first-time purchases, online for repeat buys

Luxury consumers prefer bricks-and-mortar for first-time purchases, online for repeat buys | e-Luxe | Scoop.it

When buying something for the first time, customers prefer to make purchases in-person over online by 20 percentage points.

Salesforce wanted to examine the differences in customer preferences between online marketplaces such as Amazon, retailers and brand stores.

What the research found was that customers like to purchase items from bricks-and-mortar retailers when buying something unfamiliar, but they prefer buying from online marketplaces when seeking something they have already bought before. 

The modern retail landscape is a constant push and pull between retailers, brands and online marketplaces such as Amazon. Customers regularly use all three, but for different reasons and in different contexts. To understand more about how consumers navigate between these three, Salesforce surveyed thousands of shoppers across six countries. 

 

What the study found was that for products that a customer has never purchased before, 50% go for retailers and 31% opt to buy via online marketplaces. However, for products that customers have already bought before, 47% go online and 34% prefer retailers. What this means is that customers prefer the ease and convenience of shopping online for things they are already acquainted with, but desire the in-person experience of examining something before purchasing if they are less familiar with it. Other findings from the report show that mobile is more useful to customers as a research tool than for actually making purchases.


Via Karim Bouhajeb
more...
Karim Bouhajeb's curator insight, August 18, 10:30 AM

When buying something for the first time, customers prefer to make purchases in-person over online by 20 percentage points.

Salesforce wanted to examine the differences in customer preferences between online marketplaces such as Amazon, retailers and brand stores. What the research found was that customers like to purchase items from bricks-and-mortar retailers when buying something unfamiliar, but they prefer buying from online marketplaces when seeking something they have already bought before. The modern retail landscape is a constant push and pull between retailers, brands and online marketplaces such as Amazon. Customers regularly use all three, but for different reasons and in different contexts. To understand more about how consumers navigate between these three, Salesforce surveyed thousands of shoppers across six countries. 

What the study found was that for products that a customer has never purchased before, 50% go for retailers and 31% opt to buy via online marketplaces. However, for products that customers have already bought before, 47% go online and 34% prefer retailers. What this means is that customers prefer the ease and convenience of shopping online for things they are already acquainted with, but desire the in-person experience of examining something before purchasing if they are less familiar with it. Other findings from the report show that mobile is more useful to customers as a research tool than for actually making purchases.

Rescooped by Dominique Godefroy from Luxe 2.0 - Marketing digital - E-commerce
Scoop.it!

How artificial intelligence is changing digital marketing for the Luxury industry

How artificial intelligence is changing digital marketing for the Luxury industry | e-Luxe | Scoop.it

Artificial intelligence (AI) is changing the way marketers see interactions with Luxury consumers. It is becoming the way for products and processes to work smarter with more data and less human intervention. But simply, AI is "intelligence" shown by machines rather than that of humans. AI exists in making things work through a combination of machine learning, Big Data and cloud computing. At AI's core are algorithms that are integrated within products and processes to solve specific problems. Over time, products using artificial intelligence can be trained in a variety of ways to learn from past examples.

 

Each time that humans interact with artificial intelligence machines, we leave more data to be parsed, sorted, filtered and used to increase AI learning.

 

With a wider range of data, algorithms can work faster on their analyses. This increased data collection is how digital marketers learn more about our searches, buying methods, and brand preferences. More than 50% of marketers are using AI in some form, according to recent Salesforce research, and another quarter (27%) of marketers will start using AI technology in 2019.


Via Karim Bouhajeb
more...
Karim Bouhajeb's curator insight, August 13, 5:26 AM

Artificial intelligence (AI) is changing the way marketers see interactions with Luxury consumers. It is becoming the way for products and processes to work smarter with more data and less human intervention. But simply, AI is "intelligence" shown by machines rather than that of humans. AI exists in making things work through a combination of machine learning, Big Data and cloud computing. At AI's core are algorithms that are integrated within products and processes to solve specific problems. Over time, products using artificial intelligence can be trained in a variety of ways to learn from past examples.

Each time that humans interact with artificial intelligence machines, we leave more data to be parsed, sorted, filtered and used to increase AI learning.

With a wider range of data, algorithms can work faster on their analyses. This increased data collection is how digital marketers learn more about our searches, buying methods, and brand preferences. More than 50% of marketers are using AI in some form, according to recent Salesforce research, and another quarter (27%) of marketers will start using AI technology in 2019.

Rescooped by Dominique Godefroy from LAB LUXURY and RETAIL ® : MARKETING & COMMUNICATION : Retail - Expérience Client - Luxe - Digital in Store - Future of Retail - Commerce Connecté - Omnicanal - Social Marketing - Influence - Réseaux Sociaux -Transformation Digitale
Scoop.it!

Luxe : les marques chinoises séduisent de plus en plus

Luxe : les marques chinoises séduisent de plus en plus | e-Luxe | Scoop.it
Après la croissance folle de ces derniers mois, l'appétence des Chinois pour les marques de luxe occidentales semble quelque peu marquer le pas. Une des raisons de ce désamour : les consommateurs chinois se tournent de plus en plus vers les marques locales.

 

Les consommateurs chinois aiment toujours autant le luxe, mais pas question de copier le style de leurs parents ! Les grandes marques internationales peinent aujourd'hui à intéresser les plus jeunes. « Aujourd'hui, la nouvelle génération souhaite des produits différents, plus confidentiels » explique l'Institut Français de la mode, qui a réalisé une étude sur la consommation de mode des femmes chinoises. Des produits qui correspondent à leur identité, dans un contexte politique où le concept de préférence nationale séduit de plus en plus.


Via Jérôme MONANGE
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

FashionTech Expo 2018 : que faut-il en retenir ?

FashionTech Expo 2018 : que faut-il en retenir ? | e-Luxe | Scoop.it

Les exposants s’agitent, assemblent, accrochent, disposent, ré-arrangent… Il est 10h30, ce vendredi 19 octobre et l’exposition de clôture de la FashionTech Week finalise sa mise en place. Juste à temps pour accueillir les représentants de l’Institut National des Métiers d’Art, de la Mairie de Paris et du Ministère de la Culture. Tour d’horizon.


FashionTech Expo : les 3 axes de l’innovation Mode

Pour cette sixième édition, 27 exposants ont été retenus par Hall Couture, Les Ateliers de Paris et La FashionTech. Les critères de sélection ? La pertinence du concept et du business modèle, la qualité de la réalisation, l’adéquation équipe/projet et la cohérence de la communication visuelle par rapport au storytelling. Sous la verrière de l’ESCP Europe, les créateurs et entrepreneurs sélectionnés ont ainsi pu présenter leurs réalisations dans trois catégories distinctes.

more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from LAB LUXURY and RETAIL ® : MARKETING & COMMUNICATION : Retail - Expérience Client - Luxe - Digital in Store - Future of Retail - Commerce Connecté - Omnicanal - Social Marketing - Influence - Réseaux Sociaux -Transformation Digitale
Scoop.it!

Comment Alibaba a co-créé avec les grandes marques du luxe son e-store dédié 

Comment Alibaba a co-créé avec les grandes marques du luxe son e-store dédié  | e-Luxe | Scoop.it

Depuis 2015, Alibaba dispose d’un bureau en France. Et à l’occasion de la Paris Retail Week, évènement incontournable pour tous les acteurs engagés dans la transformation du retail, nous avons reçu sur le plateau de la newsroom FrenchWeb son dirigeant, Sébastien Badault, Managing Director d’Alibaba en France.

 

Avec lui, nous avons évoqué les ambitions du groupe, la mission du bureau France et comment le groupe a convaincu les marques de luxe d’intégrer ses plateformes.

 

Le géant chinois opère plusieurs plateformes, de commerce bien sûr, mais aussi de divertissement, de paiement, cloud… qui touche plus de 600 millions de consommateurs. Alibaba se définit aussi comme un groupe de technologies qui essaie de définir, notamment via l’innovation, ce que sera « le retail de demain ».

 

Cette vision du « New Retail » se fonde entre autres sur l’abolition des frontières entre on-line et off-line et sur la qualité de l’engagement avec le consommateur.

 

Le bureau France est aujourd’hui fort de 40 collaborateurs, dont une équipe cloud pour accompagner des acteurs locaux. Outre sa mission d’accompagnement des marchands français pour adresser le marché chinois, il a aussi ouvert une business unit dédiée au voyage.


Via Jérôme MONANGE
more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from LAB LUXURY and RETAIL ® : MARKETING & COMMUNICATION : Retail - Expérience Client - Luxe - Digital in Store - Future of Retail - Commerce Connecté - Omnicanal - Social Marketing - Influence - Réseaux Sociaux -Transformation Digitale
Scoop.it!

Les Confidences Particulières du groupe LVMH s'écoutent en podcasts

Les Confidences Particulières du groupe LVMH s'écoutent en podcasts | e-Luxe | Scoop.it

Pour les Journées Particulières du groupe LVMH, qui se dérouleront du 12 au 14 octobre, Julien Cernobori, journaliste et podcasteur, est allé à la rencontre des artisans du groupe sur leur lieu de travail et de création. Dans une cave champenoise, au bord du lac Léman, en Suisse, aux Etats-Unis, dans un atelier de souliers parisien... Il a écouté leur témoignage. La série Les Confidences Particulières s'écoute en treize podcasts-reportages. Pour écouter, c'est ici.


Via Jérôme MONANGE
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Le mannequin virtuel est-il le futur de la mode ?

Le mannequin virtuel est-il le futur de la mode ? | e-Luxe | Scoop.it
Avec l’arrivée de trois nouvelles recrues numériques au sein de la « Balmain Army », le phénomène des égéries virtuelles prend une nouvelle ampleur. Tour d’horizon des avatars mannequins, influenceurs ou artiste.

Fin août dernier, Olivier Rousteing, le directeur artistique de Balmain, dévoilait sur Instagram Margot, Shudu et Zhi. Ces trois nouvelles égéries multi-ethniques virtuelles rejoignent sa « Balmain Army ». Et n’ont rien à envier côté mensuration et charme aux mannequins de chair !

Balmain n’est pas la première marque à faire appel aux mannequins virtuels. Alors que Prada a collaboré avec l’influenceuse Miquela Sousa, les maisons Buccellati et Dior ont fait appel à l’influenceuse mode virtuelle Noonoouri. Ces nouvelles stars prennent vie sur les réseaux sociaux et leur quotidien glamour permet aux marques de construire un storytelling millimétré. Cinq avatars sortent du panier virtuel.
more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

50 statistiques pour tout comprendre sur le e-commerce de produits de luxe

50 statistiques pour tout comprendre sur le e-commerce de produits de luxe | e-Luxe | Scoop.it

Ils sont de plus en plus nombreux à s’être lancés: Lancome, YSL parfums, Dior, Louis Vuitton, Fred, Cartier, Dolce Gabbana, Hermes, Burberry, BazarChic, Swarovski, Khiel’s, Longchamps, Mauboussin, Zadig et Voltaire, Ralph Lauren, Christofle, Shanghai Tang, Belancy… On compte des dizaines de marques de Luxe qui possèdent leurs propres boutiques en ligne.

Mais ces acteurs font face à des challenges. Historiquement, leur manière de vendre s’adapte mal à l’univers digital. Il existe une contradiction profonde entre luxe et digital. Les maisons se sont donc interrogées: n’est-il pas un peu dangereux de « laisser indifféremment en pâture » sa marque sur la toile, à la portée de tous? A croire que la réponse était « oui, c’est dangereux » au début, vu le temps qu’ont mis les marques de luxe à prendre le tournant du e-commerce. Mais c’est maintenant une certitude: ils ne pourront pas faire sans.

Cet article est une compilation de faits qui, mis bout à bout, dressent un tableau clair de l’état de l’industrie du Luxe en ligne. Après avoir pris connaissances des 50 chiffres suivants, vous en saurez plus sur:

- Les perspectives de développement du e-commerce de produits de luxe
- les acheteurs de luxe et leurs habitudes et perceptions par rapport à la vente en ligne, au digital de manière générale
- les challenges que les maisons ont à relever pour réussir avec  leurs magasins virtuels

more...
No comment yet.
Rescooped by Dominique Godefroy from Luxe 2.0 - Marketing digital - E-commerce
Scoop.it!

Luxury is behind in analytics, making how data is used vital going forward

Luxury is behind in analytics, making how data is used vital going forward | e-Luxe | Scoop.it

Luxury brands can struggle to use data for personalization, as these houses who are significantly rooted in heritage find themselves having to compete with savvy labels born in the analytical age who inherently understand how to leverage artificial intelligence.

 

During the “Data-Driven Marketing in Luxury” panel at Luxury Marketing Forum on Sept. 26, the director for the North Carolina State University luxury program emphasized how important it is for executives in luxury to think analytically, business-like and luxury-minded all at once. Luxury is just now getting a feel for one-to-one marketing, which offers a significant mining potential to capture luxury consumers.

 

“There are all sorts of ways to collect data on your customer,” said Kristie McGowan, director for global luxury and management at North Carolina State University. “It used to be that analytics was just about what size, style and color did they purchase, but now it is about what platforms are they using, what questions are they asking?”

 

Luxury gets personal
With so much data at companies’ fingertips, the options for personalizing the shopping experience are almost endless.

 

During the panel, moderated by Bob Shullman, founder and CEO of Shullman Research, George Pappachen, U.S. president for BiScience, mentioned that luxury brands are still trying to test one-to-one marketing without being intrusive or tainting their brand image by annoying consumers. Luxury labels are primarily looking to email for this personalization tactic.


Via Karim Bouhajeb
more...
Karim Bouhajeb's curator insight, September 27, 3:46 PM

Luxury brands can struggle to use data for personalization, as these houses who are significantly rooted in heritage find themselves having to compete with savvy labels born in the analytical age who inherently understand how to leverage artificial intelligence. It has now become vital to think analytically, business-like and luxury-minded all at once. Luxury is just now getting a feel for one-to-one marketing, which offers a significant mining potential to capture luxury consumers.

Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Le Printemps amorce son site e-commerce dédié au luxe

Le Printemps amorce son site e-commerce dédié au luxe | e-Luxe | Scoop.it

Le Printemps se lance dans le bain de l’e-commerce. Ce mardi, Paolo de Cesare, président du groupe détenu depuis 2013 par des investisseurs originaires du Qatar, a annoncé que le grand magasin parisien prenait ce virage majeur. Fort d'une belle croissance actuelle, il affiche de fortes ambitions.

Printemps.com doit voir le jour fin 2019 ou au plus tard début 2020 pour proposer une sélection de marques de luxe. Alors qu’aujourd’hui son site présente l’univers du grand magasin d’Haussmann et de ses magasins en régions, la future plateforme visera bien au-delà du marché français. « Nous avons absolument des ambitions internationales », s’emballe le président du groupe Printemps, dont les activités devraient passer le cap de 1,7 milliard d’euros de revenus cette année. « La moitié des ventes luxe enregistrées ici à Haussmann sont réalisées auprès d’une clientèle internationale », précise-t-il.

Paolo de Cesare veut voir les ventes e-commerce représenter 15 % à 20 % du chiffre d'affaires du groupe à moyen terme - FNW

Le dirigeant ne dévoile pas encore la sélection de marques que le futur site proposera. « Nous allons vous faire un teasing », sourit-il. Mais la stratégie du groupe est en revanche clairement définie. Le développement e-commerce fait en effet partie des quatre piliers identifiés pour la croissance future du groupe avec l’attractivité d’un magasin proche de ses clients, la séduction des millennials et le renforcement d’une politique de responsabilité sociale et environnementale.

Le volet e-commerce du groupe est amené à vivre sur trois créneaux, dont deux sont déjà actifs. Le site du Citadium vise les marques streetwear et urbaines, le site Place des Tendances, repris en 2013 pour 30 millions d’euros, propose une offre de marques contemporaines et le futur Printemps.com présentera les marques de luxe et les créateurs.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Arianee, une blockchain pour tracer les produits de luxe

Arianee, une blockchain pour tracer les produits de luxe | e-Luxe | Scoop.it

Mené par des anciens d'Omega, Tiffany & Co ou encore Vestiaire Collective, ce jeune projet suscite l'intérêt du secteur. Un de ses objectifs : lutter contre les faux.

Le plus souvent, les produits de luxe durent dans le temps, s'offrent, se passent de génération en génération, et se revendent en seconde main. Autant de problématiques de traçabilité pour les marques de luxe, auxquelles s'ajoutent la contrefaçon, qu'Arianee souhaite résoudre grâce à sa chaîne de blocs. "Nous voulons créer le lien entre les produits et les propriétaires via un certificat digital enregistré dans notre blockchain. Nous voulons être le tiers de confiance entre les marques et les consommateurs finaux après l'achat", explique Emmanuelle Collet, cofondatrice d'Arianee. Créée en septembre 2017, cette jeune pousse souhaite devenir l'outil incontournable pour authentifier un produit de luxe et ainsi lutter contre les faux.

"Nous voulons être le tiers de confiance entre les marques et les consommateurs finaux après l'achat"

Dans sa version alpha, l'appli qui intègre cette blockchain suscite déjà l'intérêt de très grandes marques du luxe. "Nous sommes très avancés dans les discussions avec nos partenaires, avec une vraie demande de leur part", assure Emmanuelle Collet. Comment cela fonctionne ? Le client crée d'abord un compte sur l'application mobile Arianee. Ensuite, il entre les informations sur son produit comme le numéro de série. De son côté, la marque s'inscrit aussi afin d'attribuer des certificats d'authenticité. Arianee rattache alors un certificat à un produit lors d'un achat. En cas de transmission, de destruction ou de vol, le client inscrit aussi l'événement dans la blockchain. Une notification avertit la marque du changement de propriétaire. En cas d'échanges entre particuliers, un QR code généré par l'appli permet d'enregistrer le transfert via smartphone.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Qui sont les Bridge Millennials ?

Qui sont les Bridge Millennials ? | e-Luxe | Scoop.it

Les bridge millennials représentent la partie 30-40 ans du segment des Millennials. Fortement mobiles et à fort pouvoir d’achat, les Bridge Millennials constituent une cohorte à part entre les plus jeunes Millennials et la génération X.

D’après une étude réalisée par PYMT , les bridge millennials dépenseraient en effet beaucoup plus en mode que les segments plus jeunes.

Selon l’étude, cette cible plus installée et hyper exigeante réaliserait en moyenne 18,3 sorties de shopping chaque année et dépenserait en moyenne 2225 dollars soit 1923 Euros chaque année en vêtements et accessoires de mode. Presque autant que les membres de la génération X.

Par ailleurs -et même s’ils déclarent à 19% préférer Amazon aux autres retailers- Ils seraient 30% à changer d’enseigne chaque mois.

Enfin 17% des Bridge Millennials utilisent leur smartphones pour s’acheter des vêtements et des accessoires de mode et 48% préfèrent acheter en ligne.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

L’intelligence artificielle s’invite avec justesse chez Kiehl’s

L’intelligence artificielle s’invite avec justesse chez Kiehl’s | e-Luxe | Scoop.it

Le secteur de la beauté n’a pas fini de nous inspirer. Après le portrait de 10 entrepreneurs et venture capitalits invités d’Odile Roujol au dernier meetup @BeautyTechSF à San Francisco, tournons-nous vers Kiehl’s, né en 1851 dans le East Village de Manhattan.

Contrairement à Macy’s et sa Beauty Box, ou Sephora et sa Play! by Sephora, Kiehl’s a fait le choix de ne pas proposer de « Beauty box », un segment qui séduit 11% des américaines (17 % chez les 18-29 ans). Comme Ulta Beauty qui réalise 90 % de ses ventes avec son Programme de Fidélité, Kiehl’s trace le sillon du service et de la juste reconnaissance envers ses clients acquis. Une manière de garder les coûts d’acquisition bas, pour cette enseigne entrée dans le Groupe L’Oréal en 2000 et qui, présente dans 61 pays avec 2000 boutiques, a atteint le milliard de dollars de chiffre d’affaires en 2016.

Nous connaissions déjà la formulation gagnante de Kiehl’s :

- l’ambiance typiquement New-Yorkaise des boutiques qui nous transportent dans East Village
- des conseillers Kiehl’s disponibles, à l’écoute, attentionnés
la généreuse politique d’échantillons, qui se substitue aisément à du « paid media »
- un langage de vérité : pas de vente ‘au forcing’ si un produit ne convient pas au client
- le rythme soutenu des lancements et animations produits donnant un sentiment d’innovation permanente, même pour un client régulier
- les packaging qui donnent de l’allure à toute salle de bain
- les vitrines colorées, ultra créatives, renouvelées sans cesse

Sans parler des produits eux-mêmes, aux formulations efficaces. Mais c’était sans compter sur l’intelligence artificielle.

more...
No comment yet.
Scooped by Dominique Godefroy
Scoop.it!

Les 5 acteurs Luxe qui trustent la sphère digitale chinoise

Les 5 acteurs Luxe qui trustent la sphère digitale chinoise | e-Luxe | Scoop.it
Paru la semaine dernière, le rapport Digital IQ Index : China Luxury 2018 édité par l’institut Gartner L2 a dévoilé les scores d’influence digitale de différentes Maisons de Luxe présentes sur le territoire chinois.

L’étude se base sur un périmètre de 91 marques haut-de-gamme réparties sur les segments Mode, Joaillerie et Horlogerie. Elle mesure et analyse la performance de ces dernières sur les canaux online et sociaux du P.O.E.M – Paid, Owned & Earned Media – : l’achat d’espace, les supports « en propre » et la visibilité gagnée sur les supports non controlés par la marque. Ici, le Search est également pris en compte.

Quelles Maisons figurent en haut du classement ?
more...
No comment yet.