Digital RH
89 views | +0 today
Follow
 
Rescooped by Alexandre TE from Social Recruiting of Top Talent
onto Digital RH
Scoop.it!

Sourcing is Dead - Proclamation from Dr. John Sullivan


Via Barry Deutsch
Alexandre TE's insight:

Recruiting is Marketing...Why ?

Very interesting article on sourcing activities

...The real added value of recruitment is to build confidence between hiring manager and the candidates and not sell a job to a candidate. Agree ?

more...
Barry Deutsch's curator insight, March 30, 2013 12:12 PM

In an article published on Feb 4th, Dr. Sullivan, one of the most respected voices in the recruitment world, proclaimed that the cottage industry around sourcing/finding candidates was dead or in the process of dying. The article generated a storm of controversy.


I agree with him - as it relates to common low-level roles where there are an abundance of candidates: engineers, field techs, clerical, customer service reps, accountants, front line sales professionals.


However, when the process of recruiting is at a higher level and the talent pool is small, recruiters must step in and market the position to convince someone to leave their current job. Just having a job opening and selling someone on the job is not recruiting.


The ability to "consult" with hiring managers and candidates on framing the role, overcoming obstacles, and demonstrating trust is a critical component in recruitment success at higher levels.


The real value-add in recruiting is not in finding candidates (although it's an important part of the process) - it's helping the hiring manager and candidate reach a level of confidence they are making the right decision - this is marketing and consultative selling - it's not about hardcore closing and finding.


Barry Deutsch

IMPACT Hiring Solutions HIRE and RETAIN Top Talent

http://www.impacthiringsolutions.com/blog

 

Do you have a FREE Copy of our best selling e-book on how to hire and retain top talent?

 

http://www.impacthiringsolutions.com/hiring-managers/hiring-products/our-award-winning-book/a-digital-ebook-version

 

Learn how your success depends on the quality of the team you build and keep by joining us in our LinkedIn Discussion Group on hiring and retaining top talent

 

http://www.linkedin.com/groups/IMPACT-Hiring-Solutions-HOW-Hire-1819296/about

 


Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Alexandre TE from Social Recruiting of Top Talent
Scoop.it!

Sourcing is Dead - Proclamation from Dr. John Sullivan


Via Barry Deutsch
Alexandre TE's insight:

Recruiting is Marketing...Why ?

Very interesting article on sourcing activities

...The real added value of recruitment is to build confidence between hiring manager and the candidates and not sell a job to a candidate. Agree ?

more...
Barry Deutsch's curator insight, March 30, 2013 12:12 PM

In an article published on Feb 4th, Dr. Sullivan, one of the most respected voices in the recruitment world, proclaimed that the cottage industry around sourcing/finding candidates was dead or in the process of dying. The article generated a storm of controversy.


I agree with him - as it relates to common low-level roles where there are an abundance of candidates: engineers, field techs, clerical, customer service reps, accountants, front line sales professionals.


However, when the process of recruiting is at a higher level and the talent pool is small, recruiters must step in and market the position to convince someone to leave their current job. Just having a job opening and selling someone on the job is not recruiting.


The ability to "consult" with hiring managers and candidates on framing the role, overcoming obstacles, and demonstrating trust is a critical component in recruitment success at higher levels.


The real value-add in recruiting is not in finding candidates (although it's an important part of the process) - it's helping the hiring manager and candidate reach a level of confidence they are making the right decision - this is marketing and consultative selling - it's not about hardcore closing and finding.


Barry Deutsch

IMPACT Hiring Solutions HIRE and RETAIN Top Talent

http://www.impacthiringsolutions.com/blog

 

Do you have a FREE Copy of our best selling e-book on how to hire and retain top talent?

 

http://www.impacthiringsolutions.com/hiring-managers/hiring-products/our-award-winning-book/a-digital-ebook-version

 

Learn how your success depends on the quality of the team you build and keep by joining us in our LinkedIn Discussion Group on hiring and retaining top talent

 

http://www.linkedin.com/groups/IMPACT-Hiring-Solutions-HOW-Hire-1819296/about

 


Rescooped by Alexandre TE from CPF
Scoop.it!

Le compte personnel de formation (CPF), une révolution ? - JuriTravail.com

Le compte personnel de formation (CPF), une révolution ? - JuriTravail.com | Digital RH | Scoop.it
Le compte personnel de formation (CPF), une révolution ?
JuriTravail.com
Le DIF, une belle idée, une histoire ratée. Lors de sa création, le DIF était présenté comme le dispositif central des réformes de la formation professionnelle.

Via Frederique VAQUANT
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from Transformation Digitale
Scoop.it!

Comment recruter LA perle rare grâce aux médias sociaux?

Comment recruter LA perle rare grâce aux médias sociaux? | Digital RH | Scoop.it
BLOGUE. Les médias sociaux, à quoi ça peut bien servir au travail? À recruter intelligemment, bien sûr. Comme ceci.

Via Ronald Bannon MBA, C.Adm., FCMC, Sébastien Inghels
more...
Ronald Bannon MBA, C.Adm., FCMC's curator insight, February 26, 2015 7:39 AM

Du coup, Mme Donovan Zapar en est arrivée à la conclusion qu’il fallait mettre l’accent sur deux points : les valeurs de Zappos et la diversité des talents au sein de Zappos. Ce n’est pas tout. Il fallait également mettre fin au sentiment de rejet ressenti par les candidats écartés. De ces objectifs est née une idée de génie, je ne mâche pas mes mots. Laquelle ? Supprimer l’affichage de postes ! 

Rescooped by Alexandre TE from D&IM (Document & Information Manager) - CDO (Chief Digital Officer) - Gouvernance numérique
Scoop.it!

Les 4 péchés du digital RH

Les 4 péchés du digital RH | Digital RH | Scoop.it
Vous reprendrez bien un peu de digital ? Des grandes entreprises aux cabinets-conseil en passant par les vendeurs de solutions, un mot même mot d’ordre circule : digitalisez !

Via Jean-Pierre Blanger
more...
No comment yet.
Scooped by Alexandre TE
Scoop.it!

A Digital Transformation Framework Using a Bricks and Mortar Metaphor

A Digital Transformation Framework Using a Bricks and Mortar Metaphor | Digital RH | Scoop.it
A Digital Transformation Framework Using a Bricks and Mortar MetaphorFebruary 20, 2015In addition to questions about the barriers to digital engagement and transformation , I’m also often asked what I think are the primary components of...
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from Enjeux de la transformation numérique
Scoop.it!

How digital collaboration will evolve in 2015

How digital collaboration will evolve in 2015 | Digital RH | Scoop.it
Providing a usable digital workplace today increasingly means giving access to a wider set of collaboration tools as part of an open adoption approach that's is more dynamic, user-centric, and strategic.

Via Christophe Chambet-Falquet
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from Actualité de l'emploi et de la formation
Scoop.it!

Le numérique investit les RH… lentement - InformatiqueNews.fr

Le numérique investit les RH… lentement - InformatiqueNews.fr | Digital RH | Scoop.it
Gestion unifiée des talents, dématérialisation, évolution vers le cloud, mise en œuvre du dialogue social, autant de projets de la DRH pour lesquels le num

Via Emploi-Formation
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from digitalNow
Scoop.it!

Digital Workplace Tech for 2015

Digital Workplace Tech for 2015 | Digital RH | Scoop.it
Connected Devices Will Become a More Ubiquitous Channel
DAM Vendors Will Roll out DAM Lite
Drupal Split Will Characterize WCM Market Bifurcation
Marketing Virtual Data Warehouses Will Go Mainstream
Enterprise Mobile: Apps Will Get Unbundled
A SharePoint 2016 Yawn
Hybrid ECM Will Come of Age
HR Will Rejoin the Digital Workplace Conversation
Enterprise Social – Hype around Unified Enterprise Messaging
Digital Workplace Will Say “Hello” to Analytics and Big Data

Via Don Dea
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from RH numérique, médias sociaux, digital et marque employeur
Scoop.it!

Communication et médias sociaux : 4 tendances qui vont encore plus compter en 2015

Communication et médias sociaux : 4 tendances qui vont encore plus compter en 2015 | Digital RH | Scoop.it
2014 aura constitué un point de bascule significatif concernant l’évolution des stratégies de communication des marques et des entreprises. Plus personne (ou presque !) ne songe désormais à

Via francois cousin
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from D&IM (Document & Information Manager) - CDO (Chief Digital Officer) - Gouvernance numérique
Scoop.it!

L'employé, maillon faible du (social) business

L'employé, maillon faible du (social) business | Digital RH | Scoop.it
Nous sommes nombreux à constater combien il est difficile dans une entreprise ou une organisation de mettre en oeuvre une politique efficace et favorable à un réel engagement des collaborateurs. Il...

Via Jean-Pierre Blanger
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from D&IM (Document & Information Manager) - CDO (Chief Digital Officer) - Gouvernance numérique
Scoop.it!

Communication interne : 10 leviers pour améliorer l’engagement des collaborateurs

Communication interne : 10 leviers pour améliorer l’engagement des collaborateurs | Digital RH | Scoop.it

Via Jean-Pierre Blanger
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from RH numérique, médias sociaux, digital et marque employeur
Scoop.it!

Quatre conseils pour attirer les talents quand on est un challenger - HBR

Quatre conseils pour attirer les talents quand on est un challenger - HBR | Digital RH | Scoop.it
Les stratégies d’attraction de talents peuvent varier considérablement au sein d’un même secteur, suivant que l’entreprise pour laquelle vous recrutez est un leader ou challenger. Si vous appartenez à la deuxième catégorie, vous devriez respecter quatre règles d’or pour convaincre les talents de venir chez vous, plutôt que chez vos …

Via francois cousin
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from Pertinences sociétales
Scoop.it!

RSE : la génération Y attend plus d’intérêt de la part des entreprises

RSE : la génération Y attend plus d’intérêt de la part des entreprises | Digital RH | Scoop.it
Trop concentrées sur leurs intérêts économiques et pas assez sur le développement durable et social : c’est ainsi que la génération Y dite...

Via congruence-RSO
more...
congruence-RSO's curator insight, January 22, 2015 7:31 AM

Dans le concert des nations - qui voit des émergents plus optimistes que les pays développés - la France détonne par son haut niveau de pessimisme : 29% seulement des Y - à comparer aux 52% de la moyenne – pensent que les entreprises ont un véritablement un comportement éthique.

Rescooped by Alexandre TE from Social Recruiting of Top Talent
Scoop.it!

Are Recruiters Too Lazy to Leverage Social Recruiting?

Are Recruiters Too Lazy to Leverage Social Recruiting? | Digital RH | Scoop.it

Via Barry Deutsch
more...
Barry Deutsch's curator insight, June 11, 2013 3:10 PM

Celinda makes some excellent points about the laziness of most recruiters - both corporate and 3rd party. I agree with her that most recruiters DO NOT want to work hard to find great talent - they want to fill jobs as quickly, cheaply, and efficiently as possible. These two goals are sometimes mutually exclusive.


Finding great talent requires fishing in deep waters, leveraging referrals and social media to extend your opportunity through the various layers of your network. As Celinda mentions in her article, this takes time, investment, and effort.


One of reasons most executive searches fail, 50% of all hires don't live up to initial expectations, and hiring managers lower their standards is due to laziness in recruiting.


Here's what Celinida had to say in generalizing about the recruiting profession (by the way, I've been an executive recruiter for almost 30 years and the laziness of most recruiters is no different today than it was 30 years ago. The issue is not as much about not effectively leveraging social media - it's about the person doing the recruiting):


"I was recently asked about the fact that Recruiters are not adopting Social Media, even though Forbes proclaimed 2013 as the year of Social Recruiting.  The blogger was curious as to why I thought this was the case… plain and simple Recruiters are lazy.  We are conditioned to want fast and easy to attain results. We want the first call we make to be the hire. We want the interviews to always result in offers. Don’t get me wrong I know other types of Recruiters do exist, but generally speaking most of us are too lazy to use Social for Talent Attraction."



When are you going to fire your external recruiter, replace your internal recruiters, begin fishing in deep waters and start demanding they find great talent instead of focusing on putting "butts in chairs" with the mentality of "better a warm body than nobody in that role?"


Barry Deutsch

IMPACT Hiring Solutions HIRE and RETAIN Top Talent

http://www.impacthiringsolutions.com/blog

 

Do you have a FREE Copy of our best selling e-book on how to hire and retain top talent?

 

http://www.impacthiringsolutions.com/hiring-managers/hiring-products/our-award-winning-book/a-digital-ebook-version

 

Learn how your success depends on the quality of the team you build and keep by joining us in our LinkedIn Discussion Group on hiring and retaining top talent

 

http://www.linkedin.com/groups/IMPACT-Hiring-Solutions-HOW-Hire-1819296/about

Barry Johnston's curator insight, December 4, 2013 4:42 PM

I was thinking about this yesterday, the recruitment business is about relationships. A digital relationship is never as strong as one in face to face presence. 

Rescooped by Alexandre TE from Transformation Digitale
Scoop.it!

Comment aligner votre RH sur votre transformation digitale | Conseil ...

Comment aligner votre RH sur votre transformation digitale | Conseil ... | Digital RH | Scoop.it
La transformation digitale des entreprises est la phrase choc à la mode qui a supplantée celle sur la socialisation des process ou le social business. Le digital ça fait moins peur puisque l'on s'attend à parler techniques et ...

Via Sébastien Inghels
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from Induce
Scoop.it!

3 Reasons Why Digital Transformation is Easier Than You Think

3 Reasons Why Digital Transformation is Easier Than You Think | Digital RH | Scoop.it
‘Digital transformation’: let’s face it, it sounds quite daunting, especially for an SME. The truth is that even the smallest digital enhancement can create major business improvement without becoming an overhead in itself.

Via Christopher Sachse Aaris
more...
Christopher Sachse Aaris's curator insight, March 5, 2015 4:22 AM

It's as easy as 1, 2, 3.... Well to some extent I agree. Some things are relatively easy and will take you some of the way. 

Rescooped by Alexandre TE from RH 2.0 cyril bladier
Scoop.it!

Recrutement digital: Stéphane Rousseau, directeur marketing RH ... - Le Figaro

Recrutement digital: Stéphane Rousseau, directeur marketing RH ... - Le Figaro | Digital RH | Scoop.it
Le site Accor Jobs a attiré 6,4 millions de visiteurs l'an dernier.

Via Cyril Bladier
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from Entretiens Professionnels
Scoop.it!

Devenir « un vrai transporteur digital » : la SNCF lance son plan de transformation numérique

Devenir « un vrai transporteur digital » : la SNCF lance son plan de transformation numérique | Digital RH | Scoop.it

'La SNCF a présenté #DigitalSNCF, le plan détaillé de son évolution numérique. Au programme : Big Data, 3G, tablettes et applications mobiles. Tour d'horizon....A terme, 80 000 salariés disposeront d’un outil mobile'


Via Pascale_Masson
more...
No comment yet.
Scooped by Alexandre TE
Scoop.it!

La transformation digitale en entreprise requiert une meilleure communication | L'Atelier : Accelerating Business

La transformation digitale en entreprise requiert une meilleure communication | L'Atelier : Accelerating Business | Digital RH | Scoop.it
Les perceptions et attentes de la transformation digitale diffèrent entre les salariés RH et la direction générale d’un côté, puis les opérationnels de l'autre.
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from Entretiens Professionnels
Scoop.it!

What a Digital Workplace Is and What It Isn't I Sam Marshall

What a Digital Workplace Is and What It Isn't I Sam Marshall | Digital RH | Scoop.it

'There are as many definitions of the digital workplace as there are organizations. But in light of this month's focus on the digital workplace, it could be useful to look at what a digital workplace is, and clarify some of the things that it is not...'


Via Pascale_Masson
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from Peer2Politics
Scoop.it!

How digital collaboration will evolve in 2015 - ZDNet

How digital collaboration will evolve in 2015 - ZDNet | Digital RH | Scoop.it
Providing a usable digital workplace today increasingly means giving access to a wider set of collaboration tools as part of an open adoption approach that's is more dynamic, user-centric, and strategic.

Via jean lievens
more...
No comment yet.
Scooped by Alexandre TE
Scoop.it!

Fierté, confiance et plaisir : les 3 piliers de l'engagement des collaborateurs | Stress et travail

Fierté, confiance et plaisir : les 3 piliers de l'engagement des collaborateurs | Stress et travail | Digital RH | Scoop.it
Il existe probablement des tas de définitions de l’engagement dans l’entreprise. Sans doute est-il difficile de vouloir d’ailleurs en faire une définition, car il en existe autant qu’il y a de collaborateurs.
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from Toulouse networks
Scoop.it!

Communication et médias sociaux : 4 tendances qui vont encore plus compter en 2015

Communication et médias sociaux : 4 tendances qui vont encore plus compter en 2015 | Digital RH | Scoop.it
2014 aura constitué un point de bascule significatif concernant l’évolution des stratégies de communication des marques et des entreprises. Plus personne (ou presque !) ne songe désormais à remettre en cause la prééminence du digital devenu véritable pierre angulaire du dispositif de communication de tout acteur public. Même si çà et là, les résistances et les inhibitions persistent à ralentir la cadence, l’avis d’obsèques de la com’ de papa que j’annonçais il y a 12 mois sur ce blog, est maintenant avéré. Plus que jamais, les tendances de fond sociétales et comportementales impulsées par l’immixtion des médias sociaux gagnent du terrain et ringardisent les tactiques cosmétiques et incantatoires. 2015 s’inscrit totalement dans l’amplification de cette tectonique communicante où les parties prenantes ne sont plus des acteurs de seconde zone. Les gagnants seront ceux qui oseront casser les moules mentaux et engager des conversations ouvertes à la lumière de ces 4 tendances.(...) Tendance n°1 : Le contenu, planche de salut mais attention à la planche pourrie

Ce n’est plus une découverte mais il est de bon ton de le rappeler une énième fois. Le contenu est indéniablement un levier incontournable à activer auprès de ses publics. On ne compte plus les études qui mois après mois, insistent sur les attentes des internautes en matière de contenus. Ainsi, en octobre dernier, Millward Brown et Tumblr ont dévoilé les résultats d’une enquête sur les attentes prioritaires des socionautes vis-à-vis des marques présentes sur le Web (2). Les chiffres sont implacables : 73% des sondés veulent du contenu ludique, 71% du contenu intéressant et 64% du contenu de qualité. Chez les dirigeants et les managers, on retrouve une appétence similaire pour des contenus procurés par une marque. En mars 2014, le site d’information économique Quartz a mis en ligne les principaux enseignements chiffrés d’une étude menée auprès de 940 décideurs (3). Il en ressort notamment que 86% sont intéressés par du contenu de marque, à la condition expresse toutefois qu’il s’agisse d’expertise maison et d’analyses fondées.

Des entreprises se sont déjà engagées sur la voie du contenu éditorial publié à destination de leurs publics. Coca-Cola figure à cet égard parmi les pionniers. Nombreux étaient néanmoins les sceptiques au départ lorsque le géant d’Atlanta avait annoncé fin 2012 l’abandon de son site corporate au profit d’une plateforme de contenus actualisés au gré de l’actualité de l’entreprise, de son environnement mais aussi des propositions de contributeurs externes. La démarche avait effectivement de quoi surprendre tant Coca-Cola n’a pas toujours été un parangon de communication franche et ouverte. Pourtant, force est de reconnaître aujourd’hui que le choix effectué s’avère payant. Un an après le lancement de « Coca Cola Journey », le site a reçu 11,1 millions de visites soit des audiences plus élevées que celles de sites reconnus comme Chicago Sun Times, Ad Age ou encore l’édition US d’Al-Jazeera (4). Cette approche n’est d’ailleurs pas exclusivement réservée à l’univers du B2C comme bon nombre de personnes persistent à le croire. Le B2B est totalement éligible à ce genre de promesse éditoriale. Cisco en administre une preuve éclatante avec son site éditorialisé « The Network » qui s’adresse en priorité aux clients, aux fournisseurs, aux prospects et aux journalistes gravitant dans l’écosystème de Cisco.

Si le concept de « newsroom » est indubitablement appelé à prendre de l’essor en 2015 et au-delà, il ne s’agit pas pour autant d’occulter les pièges inhérents et les tentations cachées. Qu’on l’appelle « brand content », « storytelling » ou autre buzz word dont la profession se repaît régulièrement, l’enjeu se situe clairement dans la capacité à éditer des contenus pertinents, utiles et crédibles. Même si à l’heure actuelle, les budgets dédiés aux contenus sont plutôt à la hausse, peu d’initiatives débouchent a contrario sur des réalisations convaincantes sur le fond. Trop souvent, les dispositifs mis en place relèvent de l’hybridation des vieilles formules communicantes jadis en vigueur dans les plaquettes et journaux d’entreprise. Encore toutes pétries de contrôle atavique et de discours savonneux, les entreprises et les marques éprouvent bien des difficultés à dégrafer le corsage étriqué de la doxa corporate. Pour s’en convaincre, il suffit d’aller se balader sur les pages Facebook de celles-ci pour s’apercevoir qu’on demeure en grande partie dans le registre « ceintures et bretelles ». En grande majorité, le contenu y est ludique, publicitaire ou simplement utilitaire.

Dès que des zones de friction apparaissent, la parole se raréfie, voire élude et poursuit son continuum de messages promotionnels. Un exemple flagrant est actuellement fourni par l’enseigne Center Parcs appartenant au groupe Pierre & Vacances. Empêtré dans le chantier controversé du village loisirs à Roybon, l’entreprise reste étrangement muette sur sa page Facebook. Malgré les commentaires mordants qui essaiment à intervalles réguliers, aucune position, ni aucun argumentaire n’est partagé avec la communauté qui rassemble tout de même à date près de 220 000 personnes. Autant de points de contact susceptibles de vouloir en savoir plus, de devenir vecteur d’influence et pas uniquement de se contenter des photos acidulées de petits daims gambadant dans la clairière. Dans ces conditions, rien ne sert vraiment de créer du contenu si l’on n’est pas capable d’évoquer ouvertement par ailleurs des sujets plus épineux. Les internautes ne sont pourtant plus dupes et exigent au demeurant d’être traités en alter-egos adultes et pas en simples consommateurs prêts à bourse délier, ni à gober la sainte parole marketing.

 Tendance n°2 : Les meilleurs contenus capteront l’attention du public

Sur les réseaux sociaux, persiste encore aujourd’hui une agaçante (mais édifiante) idée reçue largement répandue parmi de nombreux communicants et marketeurs (mais pas qu’eux). Pour ceux-ci, il suffit de déployer sa présence digitale pour automatiquement conquérir les cœurs et engranger les followers à vitesse éclair. Formulée ainsi, l’assertion peut sembler à la limite de la caricature. Pourtant, elle n’est que l’exact reflet de croyances encore solidement ancrées dans les esprits. Parce que le digital est intrinsèquement interactif et peut parfois faire boule de neige, il est fréquemment perçu comme un aimant irrésistible pour rallier les communautés. Sur le fond, les adeptes de cette vision n’ont pas entièrement tort. L’internaute n’est pas radicalement hermétique à la perspective d’entrer en contact avec une marque. Selon l’étude TNS Connected Life publiée en octobre 2014, 69% des personnes interrogées se déclaraient enclins à converser avec une marque, une enseigne ou une entreprise.

Il existe en revanche un revers de la médaille qui se dessine de plus en plus nettement. A mesure que les temps de connexion s’allongent, les interactions se multiplient jusqu’à saturation pour réduire par ricochet, le temps d’attention accordé à un contenu. Tant que les médias sociaux étaient encore une « terra incognita », il était relativement facile de frayer son chemin, d’atteindre les cibles visées et de les convertir en lecteurs assidus.

Même si le temps quotidien consacré à la navigation sur le Web et les réseaux sociaux continue d’augmenter, celui-ci ne sera bientôt plus extensible. Déjà, les internautes opèrent leur propre sélection dans le temps qu’ils donnent à la lecture de tel ou tel contenu. Par exemple, sur les 10 marques qu’ils suivent en moyenne, ils prêtent véritablement attention à 3 ou 4 d’entre elles. Autant dire que la concurrence pour émerger du fatras informationnel auquel est soumis le socionaute, est inexorablement appelée à s’intensifier.

A cet égard, les statistiques relevées en 2014 sont intraitables : l’attention d’un internaute peut très rapidement être aussi évanescente qu’une bulle de savon. Or dans un contexte d’infobésité caractérisée, il devient alors très complexe pour une marque ou une entreprise de se distinguer du lot et de recueillir les faveurs du public ciblé. C’est notamment ce que démontre Tony Haile, PDG de Chartbeat, éditeur de logiciels d’analyse de données en temps réel. Dans une tribune publiée pour Time, il souligne que 55% des personnes ayant cliqué sur une page, y consacrent ensuite moins de 15 secondes (5). Un constat qui bat par conséquent en brèche la règle d’airain ROIste pour laquelle le nombre de pages vues est un critère indéboulonnable.

C’est un fait désormais établi. Devant la profusion de contenus à disposition et face à un robinet digital qui dégouline toujours plus, il va falloir faire preuve d’une extrême agilité doublée d’une grande pertinence (voire légitimité) pour capter l’attention toujours plus sollicitée des publics. Encore nettement minoré par nombre de communicants plus soucieux de construire leur Meccano numérique, cet enjeu va pourtant s’imposer très rapidement tant la compétition est amenée à se durcir. Dans cette arène où l’attention sera le sacré Graal d’une stratégie efficace, nul doute que la bataille pour l’engagement (selon le sens sémantique anglo-saxon du terme) va faire rage.

 Tendance n°3 : Faites confiance à vos collaborateurs

Cela fait des années que les experts rabâchent que les collaborateurs d’une entreprise sont les premiers et meilleurs ambassadeurs de celles-ci. Cela fait également des années que la communication interne est désespérément réduite à la portion congrue avec un babil managérial de moins en moins convaincant et de vagues supports de communication pour faire illusion. Ces dernières années, d’aucuns ont cru détenir enfin la martingale en pondant le concept des « réseaux sociaux d’entreprise » pour relancer la dynamique interne, vivifier la culture d’entreprise et sustenter la fierté d’appartenance des salariés. Force est pourtant d’admettre que l’idéologie de l’outil digital comme levier d’adhésion du corps interne est loin d’avoir atteint les résultats escomptés. Nombreux ont été les salariés à être enjoints à contribuer à l’Intranet, aux wikis et autres babioles vaguement clones de Facebook et consorts tant vantées par les gourous du management à l’ère numérique. Sauf que dans le même temps, les discours empâtés du management convainquent de moins en moins ces mêmes salariés. Dans ces circonstances, comment décemment croire qu’un collectif interne est susceptible d’émerger et de faire croître positivement la réputation de l’entreprise si messages et comportements ne sont pas alignés de façon cohérente

Néanmoins, le suprême paradoxe est qu’aujourd’hui, les collaborateurs n’ont probablement jamais été aussi cruciaux dans une stratégie de communication. De par leur vécu quotidien, ils sont effectivement les mieux placés pour incarner une société. A condition de ne pas être claquemuré par des DRH et des directeurs généraux trop tatillons toujours persuadés que l’interne n’a pas vocation à nourrir l’externe. Cette posture est en effet loin d’être une vue de l’esprit. A l’heure où l’on se gargarise officiellement d’être à la pointe de la transformation digitale et de la marque employeur, 36% des entreprises restreignent encore totalement l’accès des employés aux réseaux sociaux et 57% ouvrent seulement le tuyau à une poignée de salariés autorisés (6). Dans les raisons objectées, c’est d’abord la peur qui prédomine massivement : peur de ne plus contrôler la parole des troupes, peur de gaspiller temps de travail et productivité, peur de divulguer des choses confidentielles ou embarrassantes.

Il serait pourtant temps que les décideurs lâchent la bride et cessent de se bercer avec des lubies contrôlantes. La pratique des réseaux sociaux est un fait acquis. Jamais la porosité entre interne et externe n’a été aussi vaste. Jamais non plus, elle ne reviendra en arrière. D’après le 2ème baromètre Cegos (7), 6 salariés sur 10 se connectent quotidiennement aux réseaux sociaux, Facebook étant largement plébiscité devant Linkedin, Google + et Twitter. Contrairement aux fantasmes apeurés du top management, les salariés ne naviguent pas forcément pour médire à l’encontre de leur entreprise. Même s’ils existent des cas de litige et de conflits répandus sur les réseaux sociaux, la teneur des discours ne verse pas dans le syndicalisme radical version lutte des classes. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un œil aux scores obtenus par quelques fleurons du secteur bancaire hexagonal sur la toute nouvelle version française de Glassdoor, un « job board » qui permet aux salariés de noter leur entreprise. On est loin de la déroute réputationnelle pour les grandes banques qui sont pourtant par ailleurs largement vilipendées par leurs clients. Ainsi, les salariés français de BNP Paribas donnent une note de 3,2/5 (1 équivaut à très mécontent, 5 à très satisfait) et ils sont 70 % à approuver le PDG Jean-Laurent Bonnafé. Du côté de la Société Générale, on rencontre un écho similaire avec une note globale de 3,1/5 décernée par les employés, qui approuvent dans la foulée le PDG Frédéric Oudéa à 74 %.

Pour lever ces peurs et déverrouiller les schémas mentaux, sans doute convient-il d’accélérer la sensibilisation des comités de direction à la pratique du digital. Bien que parmi leurs pairs, certains soient déjà à des années-lumière en termes d’usage des médias sociaux et à ce titre extrêmement clairvoyants, le gros de la troupe reste circonspect, pris de vertige, voire délibérément en retrait de la communication digitale qui pourtant, rebat quotidiennement les cartes de leur stratégie globale d’entreprise. Editée par le site CEO.com et l’éditeur de solutions informatiques Domo, la nouvelle édition du rapport annuel sur les dirigeants du Fortune 500 et leur pratique des médias sociaux (8) est emblématique du fossé qui perdure : 68% des PDGs américains sont encore absents des médias sociaux. En France, la proportion n’est guère plus brillante. Il y a donc encore du travail à accomplir pour que le nécessaire leadership des dirigeants intègre pleinement le digital. En 2015, il sera plus que temps de s’en préoccuper.

 Tendance n°4 : le « New Power » est dans la place et n’en partira plus

Les exemples ont beau abonder et proliférer à la une des médias. Rien n’y fait. Les rigidités comportementales des pouvoirs établis persistent encore grandement à fonctionner comme ils en ont toujours eu l’habitude. C’est pourtant là aussi un fait largement acquis que les réseaux sociaux ont totalement rebattu la donne depuis plusieurs années. L’influence et la capacité à orienter les actions ne sont plus le seul apanage des galonnés à la tête des entreprises et des institutions. De même, les médias ne sont plus les uniques intermédiaires d’avec le corps sociétal longtemps confiné à la marge avec peu de moyens puissants d’expression, si ce n’est les mobilisations massives comme les grèves, les manifestations et les actions d’agit-prop.

A cet égard, 2014 aura à nouveau fourni la démonstration que les sociétés occidentales en particulier ne s’articulent plus selon le paradigme du « top-down ». Si les pouvoirs classiques ont encore la possibilité d’impulser des projets, ils se heurtent à une résistance accrue capable de faire rebrousser chemin ou de tenir tête durablement à l’autorité qui veut imposer. Le gouvernement français en a fait plusieurs fois l’amère expérience avec les « Pigeons » puis les « Poussins » et enfin les « Bonnets rouges » où le digital était à la pointe de l’exacerbation conduisant à un blocage déterminé. Certes, toutes les poussées d’urticaire contestataire ne débouchent pas systématiquement sur des imbroglios communicants. Il n’en demeure pas moins que la puissance des individus est désormais décuplée comme jamais et ne peut plus être tenue pour quantité négligeable.

Le Crédit Agricole en sait quelque chose depuis que l’établissement a eu à affronter plusieurs pétitions en ligne émanant de clients bien décidés à faire valoir leurs droits et à ne pas céder aux injonctions de la banque. En octobre dernier, celle-ci a par exemple accepté de discuter renégociation de crédit avec une cliente qui furieuse d’être menacée de saisie immobilière, s’était fendu d’une pétition sur Change.org ayant recueilli 40 000 signatures. Une autre pétition avait quant à elle recueilli 69 000 signatures. Depuis décembre 2014, le Crédit Agricole a donc décidé d’ouvrir un « profil décideur » sur la plateforme pétitionnaire pour répondre directement aux lanceurs de pétition et aux signataires. Une façon de prendre ainsi en direct le pouls de son écosystème et être en mesure de réagir le cas échéant.

Toutefois, cet exemple reste encore bien anecdotique. Même si elle entrouvre çà et là les volets, la communication des entreprises et des institutions reste globalement timorée. Des réseaux sociaux, elle n’en perçoit souvent que l’épiphénomène irritant du buzz à tout prix. Faire le buzz est en effet devenu une obsession chez de nombreux dirigeants et de communicants en mal de gloriole numérique. Tous veulent réitérer le coup de Carambar et sa vraie fausse rumeur sur l’abandon des blagues qui avait mis en ébullition réseaux sociaux et médias en mars 2013. Depuis, c’est devenu exagérément le mètre étalon d’une stratégie digitale où tout est bon pour faire parler de soi, même en déchaînant les passions et les critiques comme l’ont fait cette année les marques Numéricable, Stabilo Boss, Renault, etc en accouchant de campagnes sexistes débiles. Il est dommage que le digital continue d’être appréhendé par ce petit bout de la lorgnette superfétatoire qui ignore tout des mécaniques bien plus subtiles et décisives des médias sociaux.

Au lieu de s’exciter sur des concepts masturbatoires et de se payer des frissons réputationnels totalement vains, marques et entreprises seraient bien avisées d’élargir la focale et considérer le digital comme un fondamental terrain de relations publics sur le long terme. Ceci est d’autant plus nécessaire que la récente étude du cabinet Deloitte montre que 87% des entreprises estiment que la réputation est le risque majeur qui les menace (9). Raison de plus pour enfin prendre de la hauteur et intégrer les nouveaux rapports de force qui prévalent dans un écosystème d’entreprise. Vouloir les ignorer est se condamner à l’impasse d’autant que l’entreprise sera systématiquement rattrapée. De moins en moins, les projets impactant une communauté pourront passer sous le radar sociétal et en catimini. L’expression la plus radicale de cette exigence d’avoir voix au chapitre est probablement celle des « hacktivistes ». Récemment, ces derniers se sont distingués en faisant tomber les sites Web officiels en relation avec le chantier du centre d’enfouissement de déchets nucléaires de Bure dans la Meuse. Leur objectif ? « Attirer l’attention et conscientiser les gens » (10). En 2015, il est fort à parier que ces embuscades vont se multiplier envers les acteurs économiques, institutionnels et politiques, incarnations d’un « Old Power » qui a bien du mal à prendre la mesure de la nouvelle donne communicante.

 2015 : Dernier appel avant l’embarquement final ?

L’an passé dans mon billet sur les tendances de 2014, j’écrivais que cette année devait être celle du passage à l’acte et non plus de la simple prise de conscience. Douze mois plus tard, je constate quelques avancées. A travers mes lectures, mes discussions professionnelles et les interrogations des entreprises rencontrées, il est clair qu’un net virage a été amorcé. Le temps où ouvrir sa page Facebook était assimilé à la digitalisation de sa communication est dans l’ensemble révolu même si d’aucuns persistent à ne jurer que par la magique « boîte à joujoux digitaux » pour se rassurer et s’accorder des gages de pertinence stratégique. Cependant, les états d’esprit ont encore du mal à considérer le fait que leurs publics sont devenus des interlocuteurs à part entière. S’ils admettent en règle générale l’irruption des influenceurs parmi les cibles à bichonner au même titre que les journalistes, ils rechignent encore à intégrer le poids d’une communauté et les exigences dont elle est porteuse.

Trop souvent encore, les parties prenantes sont vues à travers le prisme consumériste pour lequel on n’hésitera pas à dresser le barnum digital requis. En revanche, lorsque ces mêmes parties prenantes entendent également en savoir plus sur des aspects sociétaux, environnementaux, éthiques, etc, le raidissement des stratégies de communication digitale est patent. Bien que l’économie collaborative soit aujourd’hui portée sur les fonts baptismaux (à juste titre), la communication collaborative peine quant à elle à faire son trou. Les marottes éculées de la com’ de papa perdurent comme des doudous rassurants avec lesquels on peine à couper le cordon. En 2015, il va pourtant falloir pousser les feux de la conversation autrement que par des jeux-concours, des quêtes frénétiques de buzz ou des coups de com’ pour briller dans les cérémonies de remise de trophées professionnels. Au risque d’être un brin anxiogène, le titre du roman de science-fiction de Stephen est maintenant un mot d’ordre avec lequel il va être de moins en moins possible de composer.


Via Jacques Le Bris
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from Creativity & Innovation for success
Scoop.it!

The Changing Face of the Workforce: How HR Metrics and Tools Can Help You Build Employees of the Future

The Changing Face of the Workforce: How HR Metrics and Tools Can Help You Build Employees of the Future | Digital RH | Scoop.it

The workforce is undergoing a radical transformation. Globalization, the Great Millennial invasion (wink), social changes, and a shift from permanent/onsite to contingency/off-site employees are changing the face of the labor market, as well as are our definitions of work and workplace.
The Oxford Economics’ Workforce 2020 study shone a revealing, global light on these trends. Its findings are gleaned from surveys and interviews involving some 2,700-business leaders and 2,700 employees in 27 different countries. So the data has a certain thunk to it. Given the slippage I see in HR — the “are we there yet” lag between change and action, that may be just what we need.
What Workforce 2020 shows is that the future is now, but we’re not really dealing with it. Only 34 percent of businesses surveyed believe they have made significant progress towards building the workforce of the future. But the workforce of the future, soon to become the status quo, is clearly different.


Via Alexander Crépin
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexandre TE from RH numérique, médias sociaux, digital et marque employeur
Scoop.it!

Facebook va marcher sur les plates-bandes de LinkedIn et Viadeo

Facebook va marcher sur les plates-bandes de LinkedIn et Viadeo | Digital RH | Scoop.it
Le Financial Times s’en était fait l’écho dès le mois de novembre 2014 , c’est désormais officiel : Facebook va tenter de...

Via francois cousin
more...
Vente@ctive-Philippe PAGE's curator insight, January 19, 2015 1:43 PM

Ca va bouger dans les réseaux sociaux...