Defense tour
1.7K views | +0 today
Follow
Defense tour
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

New US Nuclear Missile To Be Developed By Lockheed & Raytheon

New US Nuclear Missile To Be Developed By Lockheed & Raytheon | Defense tour | Scoop.it
The US Air Force has awarded Lockheed Martin and Raytheon $900 million contracts each to start work on the next nuclear-capable cruise missile

They announced on Wednesday that the two military industry conglomerates had been chosen to research and develop the new Long Range Stand-Off (LRSO) weapon.

Air Force Secretary Heather Wilson said: “This weapon will modernize the air-based leg of the nuclear triad,” Air Force Secretary Heather Wilson said in a statement.

RT reports:

The two military industry conglomerates were given 54 months to “mature design concepts and prove developmental technologies” for the LRSO. At that point, the Air Force will pick one of them to proceed with the engineering, manufacturing and development phase, sometime in fiscal year 2022.

The push to develop a next-generation missile has gained urgency since Russia unveiled its KH-101 Raduga standoff weapons last month, using bombers to launch missiles at Islamic State (IS, also known as ISIS) targets in Syria.

The LRSO is supposed to be launched from USAF bombers, such as the B-52, B-2 and the B-21, which is still on the drawing board at Northrop Grumman. It is intended to replace the existing AGM-86B air-launched nuclear cruise missile (ALCM), designed by Boeing and in service since the early 1980s.

Boeing was “disappointed” to have lost out on the contract, spokeswoman Deborah VanNierop said told Bloomberg an email. “We look forward to learning more from the Air Force regarding the decision.”

Meanwhile, Lockheed executives were pleased by the award.

“Lockheed Martin’s proven experience in cruise missile and strategic systems technologies will provide the most reliable, capable, sustainable and affordable program in defense of our nation and our allies,” David Helsel, Lockheed’s LRSO program director, told Defense News.

Boeing will still get a piece of the nuclear modernization pie. Earlier this week, the Air Force awarded the Seattle-based company a development contract for a new intercontinental ballistic missile (ICBM), to replace the ground-based Minuteman III. The other contract went to Northrop Grumman.

President Donald Trump has embraced the push to modernize the US “nuclear triad,” which was originally floated towards the end of the Obama administration. While estimates by Congress and the Pentagon have put the price of modernization at around $1 trillion, the Arms Control Association recently projected the potential cost could reach as much as $1.46 trillion by 2047. The Congressional Budget Office (CBO) is still working on its first 30-year projection.

Democrats on Capitol Hill have opposed the LRSO, arguing that it was too expensive and starved shipbuilding and readiness programs of the necessary funds. House Armed Services Committee ranking member Adam Smith (D-Washington) argued in March that the US had more than enough nuclear weapons to deter aggressors, according to The Hill.
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Report to Congress on Navy Laser, Railgun and Hypervelocity Projectiles

Report to Congress on Navy Laser, Railgun and Hypervelocity Projectiles | Defense tour | Scoop.it
The Navy is developing three new ship-based weapons that could improve the ability of Navy surface ships to defend themselves against missiles, unmanned aerial vehicles (UAVs), and surface craft: the Surface Navy Laser Weapon System (SNLWS), the electromagnetic railgun (EMRG), and the gun-launched guided projectile (GLGP), previously known as the hypervelocity projectile (HVP).

The Navy refers to the initial (i.e., Increment 1) version of SNLWS as HELIOS, an acronym meaning high-energy laser with integrated optical dazzler and surveillance. EMRG could additionally provide the Navy with a new naval surface fire support (NSFS) weapon for attacking land targets in support of Marines or other friendly ground forces ashore. The Department of Defense is exploring the potential for using GLGP across multiple U.S. military services. Any one of these three new weapons, if successfully developed and deployed, might be regarded as a “game changer” for defending Navy surface ships against enemy missiles and UAVs. If two or three of them are successfully developed and deployed, the result might be considered not just a game changer, but a revolution. Rarely has the Navy had so many potential new types of surface-ship air-defense weapons simultaneously available for development and potential deployment.

Although the Navy in recent years has made considerable progress in developing technologies for these new weapons, a number of significant development challenges remain. Overcoming these challenges will require additional development work, and ultimate success in overcoming them is not guaranteed.

The issue for Congress is whether to approve, reject, or modify the Navy’s funding requests and proposed acquisition strategies for these three potential new weapons. Potential oversight questions for Congress include the following:

Using currently available air-defense weapons, how well could Navy surface ships defend themselves in a combat scenario against an adversary such as China that has or could have large numbers of missiles and UAVs? How would this situation change if Navy surface ships in coming years were equipped with SNLWS, EMRG, GLGP, or some combination of these systems?

How significant are the remaining development challenges for SNLWS, EMRG, and GLGP? Are current schedules for developing SNLWS, EMRG, and GLGP appropriate in relation to remaining development challenges and projected improvements in enemy missiles and UAVs?
When does the Navy anticipate issuing roadmaps detailing its plans for procuring and installing production versions of SNLWS, EMRG, and GLGP on specific Navy ships by specific dates?
Will the kinds of surface ships that the Navy plans to procure in coming years have sufficient space, weight, electrical power, and cooling capability to take full advantage of SNLWS and EMRG? What changes, if any, would need to be made in Navy plans for procuring large surface combatants (i.e., destroyers and cruisers) or other Navy ships to take full advantage of SNLWS and EMRGs?
Given the Navy’s interest in HPV, how committed is the Navy to completing the development of EMRG and eventually deploying EMRGs on Navy ships?
Are the funding line items for SNLWS, EMRG, and GLDP sufficiently visible for supporting congressional oversight
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Textron Demonstrates Manned-Unmanned Teaming Capabilities

Textron Demonstrates Manned-Unmanned Teaming Capabilities | Defense tour | Scoop.it
Textron Systems and Textron Aviation have announced the successful integration and demonstration of the company’s manned-unmanned teaming capability via the Textron Systems Synturian control and collaboration technology and Textron Aviation Defense Scorpion jet.

“Through Textron Systems’ extensive experience in the field and Textron Aviation Defense’s expertise, we realize the revolutionary benefits that manned-unmanned teaming can deliver to keep manned assets out of harm’s way,” said Textron Systems Vice President of Programs Wayne Prender. “Together, Synturian command and control technologies and the Scorpion jet take this capability to the next-level – increasing Textron Systems’ Level of Interoperability (LOI) from 3 to 4, while enabling multi-vehicle command and control from a moving airborne asset.”

During the rapid proof of concept demonstration, the team installed Synturian software — a vital element of Textron Systems’ new family of multi-domain control and collaboration technologies — into the cockpit mission computer of the Scorpion jet. The team simulated a NIGHTWARDEN Tactical Unmanned Aircraft System and an Aerosonde Small Unmanned Aircraft System for the demonstration, which featured flight acquisition and control of the simulated air vehicles and sensors (up to LOI 4). Using Synturian, the Scorpion aircrew set up flight route waypoints, established surveillance orbits, steered the sensor and changed the unmanned aircraft heading, airspeed and altitude. The simulated unmanned aircraft were then able to operate without further aircrew interaction.

“The ability to easily and intuitively control unmanned systems from the cockpit of a manned tactical aircraft is a game-changer,” said Textron Aviation Defense Senior Flight Test Pilot Brett Pierson, after flying the Scorpion-Synturian test missions. “The tactical and operational ramifications of this new capability are enormous. Further extending Scorpion’s sensor suite and penetrating a weather layer to generate target coordinates; or creating a triangulated solution independently; or adding layers to a multi-spectral fused solution, deliver an entirely new set of tactical capabilities that have never been possible in a fighter-typed aircraft.”

Moving forward, Textron Systems and Textron Aviation Defense plan to advance integration efforts, testing and demonstration of this transformational capability with fully-operational unmanned aircraft to interested customers worldwide.

Synturian control and collaboration technologies empower situational awareness and informed action. The Synturian family of products includes two main product lines — Synturian Control and Synturian Remote. Synturian Control is a multi-platform, multi-vehicle, multi-domain control system that enhances collaboration and dissemination of information. Synturian Remote features mobile, network-strengthened tools that enhance situational awareness through timely information and collaboration. Both Synturian Control and Synturian Remote package these capabilities into small, lightweight hardware form factors that are scalable based on customer needs.

Designed and built with leading-edge technologies, the Textron Aviation Defense Scorpion jet features a 85-cubic ft. center payload bay, easily field-configurable mission packages, six hard points, fast dash speeds and extended endurance and loiter time. Designed as an affordable multi-role platform, the Scorpion jet delivers ISR, armed reconnaissance, CAS, maritime and border patrol and jet training capabilities.
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Enfin bientôt un premier chasseur furtif embarqué dans l'US Navy !

Enfin bientôt un premier chasseur furtif embarqué dans l'US Navy ! | Defense tour | Scoop.it
Rééquilibrage des forces, voilà le sentiment qui prédomine actuellement dans les rangs de l’aéronavale américaine qui se prépare à recevoir ses premiers chasseurs multirôles embarqués Lockheed-Martin F-35C Lightning II. Car désormais l’US Air Force et l’US Marines Corps ne seront plus les seules armes américaines à disposer d’avion de combat furtifs. Cependant l’US Navy doit encore patienter quelques semaines si elle veut officiellement annoncé qu’elle possède une telle capacité. Des avions dont l’entrée en service, plusieurs fois repoussée, est finalement attendue pour le début de cet automne.

Il faut dire que jamais dans l’histoire aéronautique l’US Navy n’avait autant été à la traine de l’US Air Force. Imaginez un peu que les premiers avions de combat furtifs sont entrés en service dans les rangs de cette dernière en octobre 1983. Les marins américains auront donc du patienter 35 ans pour voir leurs porte-avions dotés d’une machine lointaine héritière du Lockheed F-117 Nighthawk. Et pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé de posséder les siens.

À commencer par le F-117N, une version embarquée projetée du célèbre avion d’attaque au sol de la guerre du Golfe et que l’aéronavale américaine envisageait comme successeur à la fois des (fort peu) furtifs A-4 Skyhawk et A-7 Corsair II. Destinée prioritairement à l’attaque au sol et testée entre 1984 et 1991 cette version n’a finalement jamais été construite. Pis les tests d’embarquement n’ont jamais eu lieu. Pourtant l’avionneur avait prévu de lui donner une capacité inconnue sur les avions de l’US Air Force : le combat aérien. En effet le F-117N devait être apte à l’emploi du missile air-air AIM-120 AMRAAM.
Un rendez-vous manqué qui allait peser lourd dans l’avenir de l’aéronavale américaine et de ses engagements internationaux.

Pour autant le Lockheed F-117N ne fut pas le seul ratage entre l’aéronavale américaine et la technologie furtive. À la même époque une équipe conjointe fut montée par General Dynamics et McDonnell Douglas en vue de fournir à l’US Navy un avion de combat furtif pouvant prendre la succession de rien moins que le Grumman A-6 Intruder, c’est à dire le camion à bombes embarqué ! Le programme fut classifié top secret et l’avion projeté reçut la désignation d’A-12 Avenger II. Mais là encore la fin de la guerre froide et le manque d’anticipation des dirigeants du Pentagone quand à la réalité des guerres asymétriques tuèrent le projet dans l’œuf.
Aujourd’hui on sait que cette aile volante furtive monoplace aurait été très en avance sur son temps… si elle avait dépassé le stade de la planche à dessins.

Deux programmes avortées qui explique aussi le retard accumulé par l’US Navy. Mais qui devrait prendre fin d’ici quelques semaines avec l’arrivée des premiers F-35C Lightning II opérationnels. En attendant c’est un beau gâchis pour celle qui demeure l’aviation navale la plus puissante de la planète, loin devant ses concurrentes britanniques, françaises, ou russes.
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Emmanuel Chiva, nouveau Monsieur innovation des armées - Challenges.fr

Emmanuel Chiva, nouveau Monsieur innovation des armées - Challenges.fr | Defense tour | Scoop.it
Emmanuel Chiva va être nommé à la tête de la toute nouvelle agence d'innovation de l'armée, dotée d'un budget d'un milliard d'euros par an. Sa mission: muscler la R&D militaire en la rapprochant de l'écosystème d'innovation civil.
Emmanuel Chiva, futur patron de l'agence d'innovation de défense

Emmanuel Chiva, directeur général délégué d'Agueris, va être nommé à la tête de la nouvelle agence d'innovation de défense créée par la ministre des armées Florence Parly.
Gicat

Ce fut une compétition intense, avec des dizaines de candidats. On en connaît désormais le vainqueur : selon nos informations, c'est Emmanuel Chiva, directeur général délégué de Agueris, qui va prendre la tête de la toute nouvelle Agence d'innovation de défense créée par la ministre des armées Florence Parly. Ce normalien de 49 ans, docteur en bioinformatique, est un familier de l'innovation militaire. Président du comité innovation du Gicat, le syndicat professionnel de l'armement terrestre, il est également membre du conseil de surveillance de Def'Invest, le fonds d'investissement du ministère des armées dédié aux PME stratégiques. Son entrée en fonction à la tête de l'agence d'innovation de défense, qui a été annoncée en interne le 10 juillet, est prévue en septembre.

Le nouveau Monsieur Innovation des armées hérite d'un agenda chargé. L'agence d'innovation de la défense est un maillon essentiel de la grande réforme de la Direction générale de l'armement (DGA) lancée par Florence Parly le 5 juillet. Dotée d'un budget d'un milliard d'euros par an, l'agence doit, selon le ministère des armées, "favoriser la prise de risque et la vitesse dans les projets d'innovation en apportant de nouvelles méthodes" inspirées de l'écosystème civil (start-up, GAFA...). "Cette agence va regrouper nos programmes en faveur de l'innovation, offrir une visibilité nouvelle et internationale à notre innovation de défense", indiquait Florence Parly le 5 juillet lors de la présentation de la réforme de la DGA. La ministre en profitait pour fixer des objectifs élevés à la nouvelle agence et à la DGA : "Les ambitions raisonnables sont les ambitions des médiocres, quand il s'agit d'innover pour nos forces, d'innover pour nos technologies, martelait-elle. Ne soyez pas raisonnables."
Guichet unique

Placée sous l'autorité de la DGA, l'agence va servir en quelque sorte de guichet unique pour l'innovation dans les armées, en récupérant une bonne partie de l'arsenal de la DGA sur le sujet. Elle va ainsi gérer les 650 millions d'euros consacrés chaque année aux programmes d'études amont (PEA) du ministère des armées. Elle intégrera aussi le fonds d'investissement Def'Invest (50 millions d'euros), ainsi que deux dispositifs de R&D jusqu'ici rattachés à la DGA : le programme RAPID, destiné à financer l'innovation duale (civil et militaire), qui a déjà financé 430 projets de PME depuis 2009 ; et le programme ASTRID, qui soutient des projets de recherche académique très innovants. L'agence accueillera enfin l'Innovation Défense Lab, une structure chargée de mener des expérimentations avec des start-up.

La création de l'agence ne s'est pas faite sans douleur. Elle a fait l'objet de débats houleux entre le cabinet de la ministre des armées et la DGA. Le cabinet réfléchissait à placer la nouvelle structure hors du périmètre de la DGA, quand cette dernière revendiquait le pilotage de l'agence. Le DGA Joël Barre a finalement obtenu gain de cause. Florence Parly, elle, a engagé une profonde réforme de l'institution, premier investisseur de l'Etat avec 11 milliards d'euros par an et 9.600 agents. Un programme d'armement est actuellement développé en six phases, dont trois en amont, "une méthode rigide qui s'applique aussi bien à un sous-marin nucléaire de troisième génération qu'à un fusil d'assaut", rappelait Florence Parly le 5 juillet. La ministre entend réduire ces phases à trois.
Modèle Skunkworks

Comment Emmanuel Chiva va-t-il gérer la nouvelle structure ? Le compte LinkedIn de cet officier de réserve (dans la Marine) donne quelques pistes. Il y explique que son "modèle" d'innovation est Skunkworks, la structure d'innovation avancée du géant américain Lockheed Martin. Cette cellule a notamment piloté les programmes d'avions espions U2, SR-71 Blackbird, mais aussi ceux de l'avion furtif d'attaque au sol F-117 et du chasseur F-22. Elle bénéficie, explique Emmanuel Chiva, "d'un haut degré d'autonomie", avec la mission de "travailler sur des projets de rupture en lien avec le besoin des clients finaux".

Son blog dédié à l'innovation de défense montre aussi une volonté de décloisonner la recherche militaire : les derniers posts évoquent pêle-mêle le biomimétisme, avec l'idée de s'inspirer de la capacité de camouflage des seiches, et les missiles de poches récemment dévoilés par Lockheed Martin. Des missiles de la taille d'un parapluie, que l'industriel a réussi à miniaturiser en s'inspirant de l'industrie médicale et de celle des smartphones.

Emmanuel Chiva a débuté dans les années 90 comme ingénieur de recherches chez MASA, une start-up qui travaillait déjà sur la robotique et l'intelligence artificielle. Il avait ensuite fondé Silkan, spécialiste des simulateurs, qui s'est rapproché en 2015 du groupe belge CMI Défense au sein d'Agueris. Son intervention à une table ronde dédié à l'intelligence artificielle dans les armées au dernier Paris Air Forum avait été particulièrement remarquée.
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Un peloton allemand remporte l'édition 2018 du Strong Europe Tank Challenge avec ses chars Leopard 2A6

Un peloton allemand remporte l'édition 2018 du Strong Europe Tank Challenge avec ses chars Leopard 2A6 | Defense tour | Scoop.it
Au regard des résultats obtenus lors des premières épreuves de l’édition 2018 du « Strong Europe Tank Challenge », une compétition « amicale » organisée depuis deux ans à Grafenwoehr [Allemagne], l’on pouvait espérer que le peloton (4 chars Leclerc) engagé par le 1er Régiment de Chasseurs (RCh) allait au moins décrocher une place sur le podium.

Finalement, le peloton français s’est laissé distancer… En effet, l’unité du Panzerbataillon 393 [Leopard 2A6] de la Bundeswehr a terminé à la première place tandis que les équipages suédois [char Stridsvagn-122, une déclinaison du Leopard 2, ndlr] et autrichiens [Leopard 2A4] ont complété le podium.

« Je mentirais si je vous dis que nous ne voulions pas gagner, mais je pense que les autres équipes sont très fortes, donc ça a été difficile », a commenté le sergent allemand Matis Hantke. Cette victoire du peloton du Panzerbataillon 393 ne pouvait pas mieux tomber puisqu’elle coïncide avec la journée de la Bundeswehr, organisée ce 9 juin.

Le peloton de 2e Brigade blindée de l’US Army, dont le classement final n’a pas été précisé dans le communiqué annonçant les résultats [comme celui des autres participants], aura au moins eu la satisfaction de remporter l’épreuve de tir avec ses chars M1A2 SEP « Abrams ».

En 2016, cette compétition, qui venait alors d’être remise au goût du jour, avait déjà été remportée par un équipage allemand. L’année suivante, un peloton autrichien s’était distingué en terminant à la première place (tandis que les cavaliers français du 501e Régiment de chars de combat échouaient au pied du podium).

Pour leur première participation au Strong Europe Tank Challenge, les équipages suédois ont donc fait plus forte impression que leurs homologues britanniques [un peloton du Queen’s Royal Hussars, doté de Challenger 2, ndlr], pour qui c’était la première apparition dans cette compétition.

Cette année, 13 épreuves étaient au programme du Strong Europe Tank Challenge, comme l’identification de véhicules, le tir offensif et défensif, les manoeuvres de précision, parcours d’obstacles, réaction à une attaque chimique, tracter un blindé touché, etc… Certaines, « débarquées », sont susceptibles de pénaliser les équipages français par rapport à leurs concurrents : il faut trois hommes pour mettre en oeuvre un Leclerc (ou un T-84 ukrainien) contre 4 pour un Leopard 2, un Challenger 2 ou un Abrams.

« L’aspect le plus important de notre entraînement à tous les niveaux, qu’il s’agisse d’un exercice ou d’une compétition comme celle-ci, est de développer l’interopérabilité », a expliqué le colonel américain W. Clark Lindner, du 7th Army Training Command. « Être capable de travailler ensemble pour comprendre comment les uns et les autres exploitent les particularités de chaque plate-forme est d’une importance cruciale pour le développement de l’alliance et de ses relations clés avec certains pays partenaires », a-t-il souligné.

Pour le moment, le 1er RCh n’a pas encore communiqué sur les résultats obtenus par le peloton qu’il avait engagé. Mais l’an passé, l’armée de Terre avait tenu à souligner la valeur du char Leclerc, qui avait « surclassé » ses concurrents. « Puissant, rapide et agile. Ce sont les trois mots qui reviennent dans la bouche de toutes les autres nations participantes », fit-elle valoir à l’époque.

« Réguliers, ils brillent particulièrement sur le tir offensif. Sur le pas de tir, quatre Leclerc progressent en ligne afin de détruire l’ennemi. Un problème technique empêche le dernier char de tirer. Les Français réalisent un score impressionnant avec seulement trois engins blindés, dépassant d’autres nations présentes avec leurs quatre véhicules », avait aussi expliqué l’armée de Terre, en déplorant le « manque de chance » du peloton du 501e RCC sur certains épreuves
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Seulement quelques Eurofighter Typhoon allemands seraient pleinement opérationnels

Seulement quelques Eurofighter Typhoon allemands seraient pleinement opérationnels | Defense tour | Scoop.it
Alors que le consortium Eurofighter [Airbus, BAE Systems, Leonardo, ndlr] espère bien voir Berlin lui commander des avions Typhoon supplémentaires pour remplacer les Panavia Tornado de la Luftwaffe, Der Spiegel a révélé une information embarrassante.

En effet, selon l’hebdomadaire, environ 10 des 128 Eurofighter Typhoon en service au sein de la Luftwaffe seraient aptes au combat. La cause ne vient pas de l’avion en lui-même mais d’une défaillance dans l’approvisionnement en pièces détachés. Un souci récurrent pour le ministère allemand de la Défense étant donné qu’il affecte d’autres équipements.

Ce nouveau problème, qualifié de « très sérieux » par Wolfgang Hellmich, le président de la commission Défense du Bundestag, concerne le système d’autoprotection DASS, sans lequel les Eurofighter Typhoon ne sont pas pleinement opérationnels au regard des normes de l’Otan (comme d’ailleurs le seraient aussi les Tornado…).

Ainsi, le système de refroidissement du système DASS présenterait des dysfonctionnements découverts il y a environ 6 mois. Pour y remédier, il faudrait une pièce spécifique qui est pour le moment indisponible car son fabriquant doit être à nouveau certifié par le ministère allemande de la Défense après qu’il a changé de propriétaire.

« Nous espérons régler ce problème dans plusieurs semaines ou plusieurs mois », a déclaré le colonel Holger Neumann, le porte-parole du ministère allemand de la Défense, après avoir, rapporte l’agence Reuters, reconnu que « la question de l’approvisionnement en composants pourrait exacerber les problèmes existants liés à la disponibilité des avions de combat Eurofighter. »

Seulement, outre cette histoire de système d’autoprotection, Der Spiegel a aussi pointé le manque de munitions. Lequel manque ferait que seulement 4 Eurofighter Typhoon pourraient être véritablement aptes à assurer des missions de combat.

Quoi qu’il en soit, la disponibilité des Eurofighter allemands n’est pas terrible… D’après le rapport du commissaire parlementaire auprès de la Bundeswehr, seulement 39 de ces avions ont été disponibles en 2017, en grande partie à cause « de longues périodes de maintenance » et « d’une grande variété de pièces de rechange. »

Et cela n’est pas sans conséquence sur la préparation opérationnelle des pilotes allemands, étant donné que, avec des avions cloués au sol la majeure partie du temps, ils manquent d’entraînement.

Sur ce point, la Cour des comptes allemande [Bundesrechnungshof], a relevé un paradoxe, dans un rapport qu’elle rendu public en avril. Malgré l’indisponibilité de ses appareils, la Luftwaffe n’a pas assez recours aux simulateurs de vol, notamment ceux pour l’Eurofighter Typhoon. Ainsi, 900 heures de simulateur, pourtant payées, n’ont pas été effectuées.

« La Bundeswehr doit saisir toutes les occasions pour que ses pilotes de chasse restent opérationnels », a estimé Kay Scheller, la présidente de la Cour des comptes. En moyenne, pour les années 2015 et 2016, aucun pilote allemand n’a effectué plus de 30 heures de vol dans des simulateurs.
more...
No comment yet.
Rescooped by GiroMaxi from DEFENSE NEWS
Scoop.it!

VIDEO - Syrie : le film des frappes occidentales contre l'arsenal chimique du régime

VIDEO - Syrie : le film des frappes occidentales contre l'arsenal chimique du régime | Defense tour | Scoop.it
Dans la nuit de vendredi à samedi, 105 missiles occidentaux ont été tirés sur les centres de recherche et de production de l'arsenal chimique en Syrie. Retour en images sur ces frappes occidentales.

Il est trois heures du matin (heure de Paris), samedi 14 avril, lorsque des bombes s'abattent sur Damas (Syrie). Au même moment, le président américain, Donald Trump, prend la parole à la télévision. Il annonce une opération en cours avec la France et le Royaume-Uni : une série de frappes contre les centres de production et de recherche de l'arsenal chimique en Syrie, en réaction à l'attaque chimique présumée du 7 avril à Douma, dans la Ghouta orientale.

L'opération durera une heure. Pendant que deux navires de guerre américains tirent leurs missiles, quatre avions de chasse britanniques décollent. Du côté français, des missiles sont tirés depuis l'une des cinq frégates basées en mer Méditerranée. Neuf avions de chasse français sont également engagés.
105 missiles tirés

Ces frappes ont ciblé Damas et la région de Homs. Elles ont visé "le principal centre de recherche" et "deux centres de production" du "programme clandestin chimique" du régime syrien, a précisé, samedi dans la matinée, la ministre des Armées Florence Parly. Au total, 105 missiles français, britanniques et américains ont été tirés.

Une "bonne partie de l'arsenal chimique" du régime de Damas a été détruite par ces frappes occidentales, a assuré le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. "Tous les missiles tirés par la France et sans doute par l'ensemble des alliés ont atteint leur cible", a affirmé le chef d'état major des Armées François Lecointre, samedi en fin d'après-midi.

Via Romain
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Le Qatar va-t-il enfin concrétiser son intérêt pour le NH90?

Le Qatar va-t-il enfin concrétiser son intérêt pour le NH90? | Defense tour | Scoop.it
irbus Helicopters pourrait avoir une bonne nouvelle commerciale au Qatar. Après avoir signé il y a quatre ans un protocole d'accord pour l'achat de 22 NH90 pour un montant de près de 2 milliards d'euros avec le constructeur de Marignane, le Qatar pourrait enfin finaliser ce contrat lors du salon Dimdex 2018, qui se déroulera à Doha du 12 au 14 mars 2018, selon des sources concordantes. Les forces qataries voudraient désormais acquérir six appareils supplémentaire (28 au lieu de 22 NH90) ainsi que des Écureuil pour l'entrainement des pilotes. "On y travaille activement", explique-t-on chez Airbus.

Lancé en 1992, le programme NH90 (pour NATO Helicopter), est construit par six pays européens, dont la France, l'Allemagne et l'Italie et assemblé dans six usines dont une en Finlande et une en Australie. L'hélicoptère est produit par la société NHIndustries, basée à Aix-en-Provence, dont Airbus Helicopters (ex-Eurocopter) détient 62%, l'italien Leonardo Helicopters (groupe Leonardo, ex-Finmeccanica ) 32% et le néerlandais Fokker Aerostructures le solde.
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Les cinq Super Etendard argentins sont... toujours en France

Les cinq Super Etendard argentins sont... toujours en France | Defense tour | Scoop.it
Le contrat a été signé et daté récemment mais Paris attend toujours le paiement de Buenos Aires pour les convoyer vers l'Argentine. Le montant du contrat s'élève à environ 12 millions d'euros

Les cinq Super Etendard Modernisés (SEM) vendus à l'Argentine... sont toujours en France. Si le contrat a finalement été signé et daté récemment, Paris attend toujours le paiement de Buenos Aires pour les convoyer vers l'Argentine, soit environ 12 millions d'euros, dont 10 millions pour les appareils. Lors de la visite à Paris du président argentin Mauricio Macri le 26 janvier dernier, la France et l'Argentine avaient signé un accord "pour la vente de cinq Super Etendard modernisés et de leurs équipements aux forces armées argentines", avait alors déclaré Emmanuel Macron lors de la conférence de presse commune avec Mauricio Macri.

"En matière commerciale également, nous nous sommes félicité de l'accord signé par nos deux ministres de la Défense pour la vente de cinq Super Etendard modernisés et de leurs équipements aux forces armées argentines", avait annoncé en janvier dernier le président français.

Cette opération a eu dû mal à se dénouer. Après le pataquès des patrouilleurs français sélectionnés par Buenos Aires puis mis en stand-by, le dossier des cinq Super Etendard Modernisés destinés à la marine argentine a été quelques mois à l'arrêt. Si la marine argentine poussait à fonds pour obtenir ces cinq appareils, l'armée de l'air essayait quant à elle de torpiller ce projet. En outre, l'Argentine n'avait pas dédié de budget à cette acquisition.
Retirés du service en 2016 en France

La Marine argentine avait acheté à Dassault Aviation 14 Super-Etendard en juillet 1979. Certains d'entre eux ont été engagés dans la guerre des Malouines. Une patrouille de deux avions a notamment coulé en 1982 le destroyer britannique HSM Sheffield, touché par un missile anti-navire AM-39 Exocet (MBDA).

Conçus par Dassault Aviation pour la Marine nationale et mis en service en 1978, les derniers Super-Etendard (SEM) ont été retirés du service actif le 12 juillet 2016 sur la base aéronavale de Landivisiau. Ces appareils sont restés en service durant 38 ans dans la Marine Nationale et ont démontré jusqu'au bout leurs capacités, en étant pleinement intégrés dans les opérations du groupe aérien embarqué déployé en 2016 dans le Golfe.
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Duel entre Naval Group et TKMS pour équiper l'Italie de sous-marins

Duel entre Naval Group et TKMS pour équiper l'Italie de sous-marins | Defense tour | Scoop.it
Si le fabricant tricolore de navires militaires à l'avantage de bâtir une alliance stratégique avec son homologue italien Fincantieri, TKMS bénéfice à plein du soutien politique et financier du gouvernement allemand.
Duel entre Naval Group et TKMS pour équiper l'Italie de sous-marins © DCNS

Twitter
Facebook
Linkedin
Google +
Email

Le français Naval Group et l'allemand TKMS sont à nouveau engagés dans une compétition à couteaux tirés. Les deux grands fabricants de sous-marins européens se sont positionnés pour répondre aux besoins de la marine italienne qui veut acquérir deux sous-marins conventionnels afin de renouveler une partie de sa flotte. La marine italienne, qui déploie ses sous-marins essentiellement en Méditerranée, pourrait faire son choix d'ici la fin de l'année. Lundi 19 février dernier, en marge de l’inauguration d’un site d’assemblage de sous-marins à Itaguai au Brésil, Naval Group a confirmé qu'il envisageait de se positionner pour ce contrat.
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Nexter, le champion caché de l'armement terrestre

Nexter, le champion caché de l'armement terrestre | Defense tour | Scoop.it
Tout en renforçant son intégration avec son homologue allemand KMW dans l'alliance KNDS, le fabricant tricolore de véhicules blindés a plus que doublé ses prises de commandes en 2017 grâce aux marchés à l'export. Pour répondre à la demande, Nexter envisage de procéder à 400 embauches cette année.
Nexter, le champion caché de l'armement terrestre
2017 s'est soldée pour le fabricant de véhicules blindés Nexter par un record de prises de commandes à 1,6 milliard d'euros .
© D.R.

Twitter
Facebook
Linkedin
Google +
Email

C'est ce qui s'appelle un bilan commercial canon. Nexter le fabricant d'armement terrestre a enregistré en 2017 pour 1,6 milliard d'euros de contrats, soit sa meilleure performance sur ces 20 dernières années. Et 58% de ces prises de commandes ont été réalisées à l'export. "Le groupe est en bonne santé. (…) Le chiffre d'affaires est en légère croissance par rapport à l'an dernier", a souligné Stéphane Mayer, PDG de Nexter en présentant à la presse le bilan 2017 de l'entreprise jeudi 6 février. Le groupe communiquera bientôt ses résultats financiers.

En 2016, le groupe avait réalisé 866 millions d'euros de chiffre d'affaires. A l'étranger, Nexter a tiré parti de son large portefeuille de produits et de son internationalisation. L'industriel a vendu près de 400 véhicules blindés, des canons tractés Caesar au Danemark et à l'Indonésie. Dans le domaine des munitions, il a décroché 720 millions d'euros de contrats notamment au Moyen-Orient, à Chypre et en Inde.
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

French aerospace agency plans $100M modernization for wind tunnels

French aerospace agency plans $100M modernization for wind tunnels | Defense tour | Scoop.it

Onera, France’s aerospace research agency, has drawn up a 10-year, €80 million (U.S. $100 million) modernization plan aimed at keeping its key wind tunnels competitive in a world market of civil and military clients.

That upgrade effort includes boosting precision of critical sensors, lasers and computing for 10 wind tunnels, including the large and high-speed S1MA facility, Patrick Wagner, director of Onera’s wind tunnel division, said Feb. 2. There are also new blades being fitted to generate the air flow.

Wind tunnels assist in the testing of aerospace platforms in a controlled environment.

An initial six-year phase calls for €63.5 million of investment, he told journalists. That funding requirement compares to €1.5 billion, the amount required to build 10 new wind tunnels with comparable capabilities.

Onera paid for train fare and hotel accommodation for a press trip to visit the high-security facility here in the French Alps.

The agency also considered borrowing from the European Investment Bank, according to Chairman and CEO Bruno Sainjon. “It is an option,” he said.

The EIB is a major financial institution of the European Union, lending low-cost loans mainly to clients in the EU in an effort to support innovation and talent.

Onera hopes to obtain its financing “as soon as possible,” as the modernization would match work in the pipeline for execution in 2020/2021, Wagner said.
Sign up for our Training & Sim Report
Get the latest news in training and simulation technologies

The agency managed to obtain in 2016 an “exceptional” €20 million from the French defense ministry, needed to stabilize the foundations of the S1MA tunnel with freshly poured concrete pillars. That financing came in an initial €15 million, then €3 million, with a final €2 million in 2019, Sainjon said.
The research agency drafted its modernization plan in 2014 in response to a European industry whitepaper on the importance of wind tunnels. (Onera)
The research agency drafted its modernization plan in 2014 in response to a European industry whitepaper on the importance of wind tunnels. (Onera)

The research agency drafted its modernization plan in 2014 in response to a European industry whitepaper on the importance of wind tunnels, he said. That report identified 12 key facilities, of which Onera accounted for eight. Companies which backed that report included Airbus, BAE Systems, Dassault and Rolls-Royce.

Onera has requested that funding from the French government, which is due soon to announce its multiyear military budget law covering 2019-2025.

Aerospace companies seek greater precision when working on new aircraft, looking to cut design time and bring a “super competitive product” to the market, Wagner said. There are wind tunnels in Europe, the U.S. and Russia, with China entering the field. The U.S. facilities are highly advanced.

The wind tunnel is an essential capability in research for stealthy aircraft, said Bertrand Slaski, manager of defense and security at consultancy CEIS.

“That research capacity will be essential in future aircraft programs,” he said.

Onera’s systems would help the Franco-German study for a next-generation fighter jet, and there is also likely to be work on an Anglo-French technology demonstrator for a combat UAV.

French Armed Forces Minister Florence Parly has also pledged to support innovation, so Onera’s technology could be significant, Slaski said.

Onera is in talks with Dassault Aviation for an air-intake design for the planned Future Combat Air System, Wagner said. Those air intakes are critical for stealth, as are the wing flaps. A model has yet to placed in the wind tunnel.

The agency also expects work from Franco-German studies for a future fighter jet, a potential successor to the Rafale and Eurofighter Typhoon.

For Onera, the wind tunnels are a “sovereignty” issue, with work conducted on the French M51 submarine-launched nuclear missile and ASMP/A airborne nuclear weapon. There were airflow tests on the design of the Charles de Gaulle aircraft carrier, a flagship for the French Navy.

There was work on aerodynamics of the A400M, an aircraft with highly complex aerodynamics with its four turboprop engines.

Workflow at the S1MA varies from year to year, with 850 hours booked this year, up from 200 hours last year. The agency expects about 1,000 hours of work per year in the tunnel, charging €100,000 per day. A test campaign lasts some two to three weeks.

The S1MA is the gemstone, largest of the wind tunnels and capable of generating Mach 1 in airflow. Power to drive the large air fans comes from hydraulic power from water brought down the mountainside next to the site.

The wind tunnels are built on plans seized in Germany by French forces at the end of World War II.

The French Air Force and the precursor to the Direction Générale de l’Armement procurement office saw in 1946 the importance of aircraft design and backed the building of the Modane research center. That has led to the old buildings and infrastructure, which now need attention, and the call for the modernization plan.

Onera reported €235 million worth of business for 2016, of which €105 million came from orders from the French government. Defense work accounted for 28 percent, with the rest civil. Onera’s work previously relied wholly on military work.

The agency actively seeks foreign clients, inviting executives to visit the site and observe tests.

Sainjon is due to attend the Singapore Airshow, which opens Feb. 6. There is strong cooperation between France and Singapore in the technology and research front.

Parly had been due to visit the Onera facility Feb. 2, but the minister diverted to the Luc Army base, southern France, to pay respect to the loss of five service men following a crash of two Gazelle helicopters at the training center.

more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Japan confirms development of electromagnetic railgun | Jane's 360

Japan confirms development of electromagnetic railgun | Jane's 360 | Defense tour | Scoop.it
The Japanese Ministry of Defense’s Acquisition, Technology & Logistics Agency (ATLA) released video footage on 31 July showing a small-calibre developmental electromagnetic (EM) railgun along with related support and test equipment.

A screenshot of a video released by Japan’s MoD on 31 July showing a small-calibre developmental electromagnetic railgun along with its support and test equipment. (ATLA)A screenshot of a video released by Japan’s MoD on 31 July showing a small-calibre developmental electromagnetic railgun along with its support and test equipment. (ATLA)

ATLA said in a report that it will spend JPY1 billion (USD9 million) from fiscal year (FY) 2016 to FY 2021 to fund research and efforts to develop an EM railgun weapon system.

“This is the first time ATLA [has released] a promotional video on the internet showing footage of the experimental equipment used for developing the electromagnetic railgun,” an ATLA official told Jane’s on 7 August, adding that Japan is currently working on a prototype.

The video was first shown during last year’s Defense Technology Symposium, which was hosted by ATLA on 10–11 November in Tokyo.

In the video ATLA claims that the EM railgun system, if powered by an electrical current exceeding two mega-amperes, could theoretically launch a 10 kg projectile at 2,000 m/s. This would not only increase range but also accuracy, the agency added
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Après sa reprise par Edic, Manurhin a le regard tourné vers les Emirats

Après sa reprise par Edic, Manurhin a le regard tourné vers les Emirats | Defense tour | Scoop.it
Le fabriquant de machines de cartoucheries de petit calibre Manurhin, de Mulhouse, est repris par l’Emirates defence industries company (EDIC) par une décision de la Chambre commerciale du tribunal de grande instance de Mulhouse, annoncée le 1er août. L’entreprise était en redressement judiciaire depuis le 13 juin après un an de procédure de sauvegarde. Le repreneur conserve 104 des 145 emplois ainsi que le carnet de commandes d’environ 100 millions d’euros et annonce 45 millions d’euros d’apports.

Manurhin, fleuron mulhousien de l’industrie d’armement français créé en 1919, se débarrasse dans la douleur de son encombrant et opaque actionnaire slovaque Delta Defence (34 % du capital), souvent pointé comme cause de l’absence de financement bancaire de la PME, malgré son carnet de commande de plus de 100 millions d’euros.
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Le Rafale C01 va quitter Châteaudun pour être mis en stèle à Balard

Le Rafale C01 va quitter Châteaudun pour être mis en stèle à Balard | Defense tour | Scoop.it
Utilisé pour les essais en vol entre le 1991 et début 1996, le Rafale C01 est aujourd'hui stockés dans les hangars de l'Element Air Rattaché (EAR) 279 de Châteaudun. Reconnaissable par sa peinture noire, cet appareil dispose de modifications et d'améliorations par rapport au Rafale A, et est relativement proche des appareils de série de la version C (Chasse) pour l'armée de l'Air. Après une première période riche en expérimentations et une seconde beaucoup plus calme, cet unique Rafale s'apprête à entamer une troisième vie.

En effet, selon nos informations de plusieurs sources concordantes, l'appareil va quitter l'EAR de Châteaudun pour rallier le Ministère des Armées, à Balard, où il sera mis en stèle pour devenir un « pot de fleurs », pour reprendre l'expression largement utilisée dans le milieu aéronautique lorsque l'on évoque les avions exposés de la sorte (entrées et intérieurs de bases, rond-point, etc…). Pour cette nouvelle aventure, l'appareil va d'abord être démonté directement depuis sa demeure actuelle. Cette opération doit se tenir à la rentrée prochaine, soit entre septembre et octobre 2018.

Par la suite, il va être acheminé par la voie terrestre dans les ateliers industriels de l'aéronautique (AIA), installés sur l'aéroport civil de Clermont-Ferrand. Dans ces structures dépendantes du Service Industriel de l'Aéronautique (SIAé), le C01 va être dépeint de sa célèbre et mythique robe noire, pour être repeint dans la livrée grise opérationnelle des Rafale Air. Après la pose de sa nouvelle livrée, il rejoindra définitivement le site de Balard, à Paris.

A titre d'informations (ou de rappel), le Rafale C01 a fait son premier le 19 mai 1991 avec aux commandes le pilote d'essais Guy Mitaux-Maurouard. Cet appareil est le premier véritable prototype du Rafale, qui arrive après le Rafale A, démonstrateur pour le programme. Le C01, prototype du Rafale monoplace, sera suivi par le premier proto Rafale M01 pour la Marine nationale, par le prototype Rafale B01 (biplace) et enfin, par le proto M02.

Si certains équipements militaires, dont des véhicules historiques de l'armée de Terre sont déjà installés comme « pot de fleurs » au Ministère des Armées, l'armée de l'Air n'avait pas, elle, son fleuron à ses côtés à Paris. Si on peut trouver logique la mise en place d'un Rafale en stèle à Balard, il est regrettable de voir que cet avion, lui aussi historique, sera dépeint. Appareil unique de par sa fonction d'abord et ensuite de par sa livrée, le regard qui lui sera porté avec sa livrée grise sera certainement différent.

Par ailleurs, le retrait de cet appareil de l'EAR de Châteaudun se fait dans un contexte de fermeture du site dans trois ans seulement. En effet, le 25 juillet 2018, le Ministère des Armées a officiellement annoncé dans ses mesures d'organisation et d'adaptation de la Défense 2019 « le désengagement du site de Châteaudun qui s’achèvera en 2021 ». « Cette échéance permettra de prendre en compte l’ensemble des dispositions nécessaires à la fermeture de l’emprise, à l’accompagnement de la reconversion du site ainsi qu’à la reconversion du personnel », est-il précisé.

Dans les colonnes du journal La République du Centre, Jean-Christophe Erard, délégué à l'accompagnement régional (DAR), expliquait que « sur une centaine d’hectares, nous avons actuellement 300 avions-épaves en attente ou en cours de démantèlement. Sur trois tranches successives (2019, 2020 et 2021), à raison d’une trentaine d’hectares libérés à chaque fois, nous allons mener à bien ces missions de démantèlement ». L'EAR fermé, le démantèlement des aéronefs à la retraite sera externalisé.

Espérons que parmi les centaines d'épaves qui dorment à Châteaudun, le Ministère des Armées et les services associés seront sensés, raisonnables et assez éclairés pour transmettre docilement ce patrimoine aéronautique français aux musées qui en feront la demande, et où les passionnés sauront les remettre en état, les conserver et les faire découvrir au grand public…
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Exportations d'armes: des députés réclament un plus grand contrôle du Parlement - L'Express L'Entreprise

Exportations d'armes: des députés réclament un plus grand contrôle du Parlement - L'Express L'Entreprise | Defense tour | Scoop.it

La présidente de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, Marielle de Sarnez, a réclamé mercredi un plus grand contrôle du Parlement sur les exportations françaises d'armements.

"Le Parlement français est en retard de façon importante sur la manière de contrôler, d'évaluer (..) Il y un énorme chemin à faire", a déclaré la députée du MoDem, partenaire de la majorité, lors de l'audition d'un expert du Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité (GRIP) qui a présenté les pratiques européennes en la matière. 

Plusieurs ONG, dont Amnesty International, critiquent vivement les ventes d'armements français à destination de l'Arabie saoudite et des Émirats Arabes Unis, accusés de violer le droit humanitaire au Yémen et appellent à un plus grand contrôle des parlementaires sur ce sujet. 

 
 

Le gouvernement leur remet chaque année un rapport sur les ventes d'armes à l'étranger, dont les informations sont souvent jugées insuffisantes pour les éclairer. 

"Il faut probablement améliorer la substance des rapports, leur périodicité et leur suivi, pourquoi pas avoir des rapports additionnels comme d'autres pays et pourquoi pas avoir une délégation parlementaire ad hoc sur la question", a esquissé Marielle de Sarnez. 

 

Elle a annoncé qu'elle allait proposer une mission d'information afin de formuler des propositions qui puissent mettre "le Parlement français au niveau des Parlements qui nous entourent et au niveau d'exigence qui devrait être le nôtre". 

Le député de la majorité Sébastien Nadot (LREM) a déploré que sa proposition de commission d'enquête sur les exportations d'armes françaises aux belligérants du conflit au Yémen n'ait pas été inscrite à l'ordre du jour de la commission. 

"Est-ce qu'on va s'emparer de cette matière ou est-ce qu'on va être le dernier élève de la classe ?", a-t-il lancé, en exhortant Marielle de Sarnez à se saisir de la question. 

"Il est surprenant que cette résolution, déposée le 6 avril 2018 et cosignée par 60 députés issus de 4 des 7 groupes représentés à l'Assemblée nationale (dont un dixième des députés LREM) n'ait toujours pas été examinée en Commission", ont renchéri 12 ONG, dont Amnesty International et Human Rights Watch, dans un communiqué. 

Marielle de Sarnez a assuré que cette décision n'était pas de son ressort et contesté les accusations de ses détracteurs, qui crient à l'obstruction de la majorité sur ce sujet délicat. 

"En France, j'ai le sentiment que le débat est assez pauvre et reflète surtout une approche privilégiant les intérêts nationaux, industriels liés à l'emploi sans que l'Assemblée n'exerce un réel contrôle critique sur la politique des exportations", a relevé Luc Mampaey, directeur du GRIP, basé à Bruxelles.

more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

L’USS George H. W. Bush accueille des Rafale et Hawkeye français

L’USS George H. W. Bush accueille des Rafale et Hawkeye français | Defense tour | Scoop.it

Le déploiement de l’aéronautique navale française aux Etats-Unis est entré dans sa phase finale. Rafale et Hawkeye ont en effet embarqué le 8 mai sur l’USS George H. W. Bush (CVN 77), en compagnie du groupe aérien embarqué du porte-avions américain, notamment ses F/A-18. Cette phase d’entrainement à la mer doit durer jusqu’à ce vendredi, soit une dizaine de jours à la mer avec des entrainements conjoints allant crescendo en difficultés.

Organisée dans la cadre de la remontée en puissance du Charles de Gaulle, qui va reprendre la mer cet été après sa refonte à mi-vie, cette mission, baptisée Chesapeake, a commencé début avril.

350 marins (dont 27 pilotes), ainsi que 12 Rafale Marine et un Hawkeye, ont traversé l’Atlantique pour rejoindre les bases aéronavales américaines d’Oceana et Chambers. La première phase de la mission, qui a duré environ un mois, comprenait notamment des appontages simulés sur piste (ASSP) de jour comme de nuit, destinés à permettre aux pilotes de répéter les manoeuvres à entreprendre lors de la phase critique de l’appontage. Un préalable indispensable avant les phases de qualifications conduites sur l’USS George H. W. Bush.

Ce déploiement permet aux pilotes, mais aussi aux officiers d’appontage et aux équipes techniques des flottilles, de recouvrer leurs réflexes et qualifications alors que le Charles de Gaulle a achevé sa dernière mission fin 2016. Cela fait donc un an et demi qu’aucun Rafale Marine ou Hawkeye français n’avait été embarqué sur un porte-avions. La mission Chesapeake constitue par conséquent un précieux gain de temps qui permettra au groupe aéronaval français d’être plus vite opérationnel après la fin de l’arrêt technique du Charles de Gaulle.

C’est aussi l’occasion de renforcer encore un peu plus les liens entre l’US Navy et la Marine nationale, qui ont atteint ces dernières années un niveau d’interopérabilité sans précédent.

Pendant toute la durée du déploiement, plus de 180 exercices et entrainements en vol conjoints ont été programmés avec les Américains. « De nombreuses missions sont planifiées avec des objectifs toujours plus ambitieux, permettant de balayer le large spectre des savoir-faire des pilotes de chasse embarquée : soutien des troupes au sol, attaque ou défense de bateaux, recherche de cibles, bombardement, combat aérien avec nombre d’avions variable – 1 contre 1 ou attaques multiples, défense de zone et protection de raid dans la profondeur, etc. A terre comme en mer, ces missions complexes seront menées quotidiennement, tout en s’attachant à mécaniser les actions spécifiques liées à la mise en oeuvre depuis un pont d’envol (catapultage, appontage, retour de mission en circuit porte-avions, de jour comme de nuit) », expliquait la Marine nationale en début de mission.

Pour ces 7 semaines consécutives d’entrainement, la marine a prévu 430 vols sur Rafale Marine et 40 vols sur Hawkeye.

more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Renault Trucks Defense devient Arquus

Renault Trucks Defense devient Arquus | Defense tour | Scoop.it
Le 24 mai prochain, RTD va fêter son nouveau nom : Arquus, l'arc en latin. Un changement pour tourner la page de la mise en vente ratée de l'entreprise l'an dernier.

Renault Trucks Defense (RTD) fêtera le 24 mai prochain sa nouvelle identité : Arquus, un nom désormais déposé et décliné pour toutes les activités du constructeur de véhicules blindés. Le fournisseur historique de l'armée française, qui dispose de huit sites de production dans l'hexagone, tourne ainsi la page, après sa mise en vente ratée l'an dernier.

Après un processus de vente qui a duré près d'un an, le groupe suédois Volvo, actionnaire de RTD, avait renoncé fin novembre 2017 à la mise en vente de sa filiale, faute de trouver suffisantes les offres de reprise présentées par le holding franco-allemand KNDS (l'alliance Nexter-Krauss Maffei) et par le groupe belge CMI.
Volume de commandes record

Pour effacer ces longs mois d'incertitude, le président de RTD, Emmanuel Levacher, a opté pour un nouveau nom et annoncé une nouvelle stratégie : concentration sur le savoir-faire de la société, soit essentiellement les blindés de taille légère et médiane, développement des services de maintenance, diversification vers l'intégration de systèmes et recherche de partenariats pour l'international.

En choisissant de se nommer Arquus (arc en latin), le groupe efface toutes les références à son actionnaire Volvo et à ses marques historiques, Panhard, Acmat ou Renault Trucks pour repartir à la conquête des marchés. Néanmoins l'entreprise sera essentiellement mobilisée sur le programme de modernisation de l'armée de terre française, le programme Scorpion, dans les années à venir. Son ampleur a permis à la société la société de défense terrestre d'enregistrer des prises de commandes records en 2017.
le Koweit confirme une commande

Selon Emmanuel Levacher, ce volume atteignait fin 2017 1,9 milliard d'euros (l'équivalent de 5 ans de chiffre d'affaires), dont 600 millions d'euros de commandes fermes. L'ex-RTD a en charge un bon tiers de la production des prochains véhicules Griffon et Jaguar du programme Scorpion ainsi que la livraison des véhicules des forces spéciales et des véhicules légers non blindés.

Le groupe a raté le dernier gros appel d'offres pour des blindés moyens (VBMR) du programme Scorpion, un contrat attribué in fine à Nexter et Texelis. En revanche, il a gagné un important contrat d'entretien du matériel militaire français.

Arquus est toutefois encore un petit acteur à l'international dans un univers très concurrentiel. Néanmoins, le groupe aurait enfin concrétisé dans les derniers jours un contrat avec le Koweit pour la livraison de plusieurs centaines de véhicules, essentiellement pour des VAB Mark 3 (un 6X6 roues de 20 tonnes). L'entreprise espère aussi que la France parviendra à finaliser cet été son offre pour équiper l'armée de terre belge avec les mêmes blindés que l'armée de terre française, ce qui représenterait la construction de quelque 4.700 véhicules.
more...
No comment yet.
Rescooped by GiroMaxi from DEFENSE NEWS
Scoop.it!

Avions de combat : Un étude de Lockheed-Martin met le gouvernement belge dans l'embarras

Avions de combat : Un étude de Lockheed-Martin met le gouvernement belge dans l'embarras | Defense tour | Scoop.it
Faut-il garder un téléviseur en noir et blanc et faire l’économie de passer à la couleur au motif que ce dernier fonctionne encore parfaitement et qu’il a encore du « potentiel »? Ou doit encore garder un vieux PC Amstrad 1512 pour les mêmes raisons parce que, en plus, on lui a intégré un disque dur de 512 ko en 1995? Poser ces questions peut sembler absurde. Et pourtant, elles sont au même niveau que celles soulevées par certains responsables politiques belges au sujet du remplacement des F-16 de leur force aérienne.

Le gouvernement belge a lancé le programme ACCap (Air Combat Capability) en vue d’acquérir 34 nouveaux avions de combat afin de remplacer les 60 avions F-16 MLU encore en service pour un environ 3,6 milliards d’euros. Trois concurrents sont en lice : Lockheed-Martin (F-35A) et le consotium Eurofighter (Typhoon), qui ont répondu à un appel d’offres lancé par Bruxelles ainsi que Dassault Aviation, qui fait une proposition dans le cadre d’un partenariat stratégique défendu par le gouvernement français.

Acquis au début des années 1980, les F-16, par ailleurs très sollicités ces dernières années, doivent être retirés du service à partir de 2023. Certes, ces appareils ont connu des mises à jour régulières. Mais leur potentiel s’amenuise. En outre, il s’agit aussi de faire en sorte que l’aviation belge ne soit pas « décrochée » par rapport à ses homologues europénnes. Enfin, il est aussi question de permettre à la Belgique de remplir ses obligations vis-à-vis de ses alliés.

Seulement, le programme ACCap ne fait pas l’unanimité parmi la classe politique belge… Et un memo de Lockheed-Martin, fabricant du F-16 et candidat à l’appel d’offres, leur a donné du grain à moudre.

Ainsi, dans ce document rédigé en avril 2017 et évoqué par la presse d’oute-Quiévrain, l’industriel américain estime que la durée de vie des F-16 belges pourrait être prolongée de quelques années. « L’avion moyen peut voler au ­delà des 8.000 [heures de vol]. En moyenne, l’avion peut rester en service pendant six ans de plus », y est-il affirmé. En clair, leur remplacement pourrait être envisagé en 2029…

La réaction de certains responsables politiques n’a pas traîné. Le chef de file des socialistes flamands, John Crombez, a plaidé pour suspendre la procédure ACCap, estimant que ce dossier a été « manipulé ». Et d’accuser le ministre de la Défense, Steven Vandeput, « d’avoir clairement dit des choses qui ne sont pas correctes. »

Les parti Écolo va plus loin encore. « Soit le ministre ne connaissait pas l’existence de cette étude, et donc il navigue à vue dans un marché estimé à 15 milliards sur 40 ans; soit le ministre savait et a volontairement caché une information cruciale aux parlementaires qui l’ont interrogé à ce sujet une dizaine de fois depuis un an », a affirmé le député Benoit Hellings, qui demande l’annulation pure et simple de l’appel d’offres. « Les Belges ont bien d’autres atouts et de projets à financer à hauteur de 15 milliards », a-t-il estimé.

Quant à M. Vandeput, il se défend d’avoir été mis au courant de l’existence ce memo. « J’apprends qu’un tel rapport existerait. Je n’ai pas encore pu en prendre connaissance. Je souhaite à présent d’abord savoir ce que ce rapport indique, quelles sont les implications et pourquoi il est resté dans le giron de la Défense », a-t-il affirmé, ce 20 mars.

Pour autant, M. Vandeput refuse de céder à la pression des opposants à l’achat de nouveaux avions de combat. « Cette procédure doit continuer », a-t-il affirmé. « Mais si les éléments mis au jour devaient être avérés, le gouvernement devrait en tenir compte dans sa décision », a-t-il ajouté.

En attendant, le Premier ministre belge, Charles Michel, a demandé l’ouverture d’une enquête interne au ministère de la Défense pour identifier le commanditaire de l’étude réalisée par Lockheed-Martin sur la prolongation des F-16 et savoir qui en connaissait l’existence.

Quoi qu’il en soit, cette affaire survient alors que le député Veli Yüksel, membre parti CD&V (Chrétiens-démocrates et flamands), a proposé d’acquérir des F-16 d’occasion ayant plus de potentiel que ceux actuellement utilisés par la force aérienne belge. « Cette piste permettrait d’avoir du temps et d’obtenir plus de marge de manoeuvre afin de prendre la meilleure décision concernant cet investissement », a-t-il expliqué, le 6 mars dernier.

Via Romain
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Pourquoi Thales va rester sur des courants ascendants

Pourquoi Thales va rester sur des courants ascendants | Defense tour | Scoop.it
Tout semble sourire actuellement au groupe d'électronique présidé par Patrice Caine. Et l'avenir apparait très prometteur.

En dépit d'une baisse des prises de commandes de 9% en 2017, Thales va bien. Très bien même. Le groupe d'électronique grimpe à des altitudes de rentabilité jamais atteintes (9,8% de marge). Et pourtant ce n'est pas encore fini. Son jeune PDG Patrice Caine, qui a su convaincre l'an dernier Gemalto de rejoindre sa galaxie malgré l'intérêt insistant du hussard Atos, veut envoyer son groupe sur des orbites encore plus élevées. Il vise en 2018 une croissance de l'Ebit entre 1,62 et 1,66 milliard (contre 1,54 milliard en 2017), des prises de commandes à hauteur à 15,5 milliards d'euros (14,9 milliards en 2017) et du chiffre d'affaires (entre 4% et 5%). Résultat, Thales a séduit les marchés et a donc cartonné mardi soir à la clôture de la bourse de Paris (+6,26% à 95,34 euros).

"2017 a été une nouvelle année record pour Thales (qui) a dépassé tous ses objectifs financiers annuels", s'est félicité mardi Patrice Caine.

Le groupe semble d'ailleurs bien armé pour satisfaire les ambitions de son PDG. Les marchés où Thales est présent, surfent actuellement sur des courants très ascendants (défense, aéronautique, cybersécurité, transport) à l'exception de quelques rares marchés comme celui des satellites de télécoms complètement atone. Patrice Caine peut donc avoir "la banane", tout lui a souri jusqu'à présent. Même l'activité transport en souffrance à son arrivée recommence à gagner de l'argent (72 millions d'Ebit) et Naval Group confirme son redressement (35% détenus par Thales). Cela devrait lui sourire encore quelque temps.
Faut-il être inquiet sur les prises de commandes en baisse?

Pour la deuxième année consécutive, les prises de commande ont baissé après avoir, il est vrai, atteint des sommets (18,8 milliards en 2015 et 16,5 milliards en 2016). Deux années marquées par les premières commandes de Rafale (Égypte et Qatar en 2015, puis Inde en 2016). 2017 a été une année blanche dans le carnet de commande du Team Rafale même si le Qatar a bien commandé douze Rafale supplémentaires en décembre... mais n'a pas encore versé le fameux acompte. Résultat, Thales enregistre un book-to-bill (ratio chiffre d'affaires sur prises de commandes) négatif depuis cinq ans (0,94, contre 1,11 en 2016 et 1,34 en 2015).

En prime, Thales n'a obtenu l'an dernier aucun très grand contrat supérieur à 500 millions d'euros contrairement aux deux années précédentes. Le groupe a toutefois engrangé 19 grandes commandes d'un montant supérieur à 100 millions (2,91 milliards d'euros au total). Conséquence : le carnet de commande s'effrite un petit peu à 31,9 milliards (contre 33,5 milliards en 2016). D'ores et déjà, Thales devrait récupérer en 2018, sauf accident, au moins un contrat Rafale (Qatar, voire l'Égypte). En février, il a déjà engrangé le très grand contrat de gestion du trafic aérien OneSKY en Australie (777 millions d'euros). Le groupe vise de façon conservatrice 15,5 milliards d'euros.

Il existe de nombreuses raisons de rester optimiste pour Thales. Les pays émergents vont évidemment poursuivre leurs investissements dans les grandes infrastructures même si les prises de commandes de Thales dans cette catégorie de pays se sont effondrées en 2017 (- 36%). Tirées par la France (+28%) et le Royaume-Uni (+15%) en 2017, elles se sont en revanche bien portées sur les marchés matures (+7% contre 3,9% en 2016). Ce qui est nouveau pour cette catégorie de pays d'obtenir une telle accélération de la croissance.

Plus précisément, dans la défense, le réarmement mondial bénéficie à Thales à l'image de la France qui fait un effort dans le cadre de la loi de programmation militaire (295 milliards entre 2019 et 2025) dans le domaine du renseignement, de l'anticipation,de la cybersécurité et de l'intelligence. Des segments de marché où est très présent Thales. D'ailleurs, le ministère des Armées vient de confier à Dassault Aviation l'intégration sur trois Falcon de la Capacité Universelle de Guerre Electronique (CUGE) développée par Thales (programme Epicure). Patrice Caine constate également une poursuite des investissements importants dans la défense des pays du Golfe, encouragés par la remontée des cours du pétrole, et d'Asie du Sud-Est.

Thales continue également de miser sur l'espace, un marché où il y a "énormément d'avenir", estime Patrice Caine. Notamment en vue de réduire la fracture numérique, d'accompagner la croissance dans l'observation civile et les besoins en matière de surveillance de l'espace et de la maintenance en orbite. Le groupe devrait également profiter de l'émergence de nouveaux "business models" avec la multiplication des applications spatiales (agriculture, pétrole et gaz...). Par ailleurs, les commandes d'avionique et de multimédia à bord (IFE) dans l'aéronautique restent dynamiques en raison de la hausse des cadences de production des avionneurs (Airbus et Boeing notamment). Enfin, dans le domaine du transport, les pays émergents continuent de vouloir investir dans les infrastructures (signalisation urbaine et pour les grandes lignes) et les pays matures dans les trains autonomes.
Thales accroît ses investissements dans la R&D

Le groupe a également augmenté de 9% ses dépenses de recherche et développement (R&D) en 2017. Thales a investi l'an dernier sur fonds propres 797 millions d'euros (contre 731 millions d'euros en 2016). Et la R&D devrait représenter 5,5% du chiffre d'affaires du groupe en 2018 (contre 5,2% en 2017). Soit une hausse d'environ 10% pour 2018. Au total, la croissance des dépenses de R&D est supérieure à 40% sur six ans. La croissance de la R&D est plus rapide que celle du chiffre d'affaires pour la deuxième année consécutive. Ces dépenses "ne se font pas au détriment de la profitabilité" du groupe, rappelle Patrice Caine.

"La R&D, c'est vraiment le nerf de la guerre pour Thales, une entreprise technologique comme la nôtre base son futur sur sa capacité à investir toujours plus, souligne-t-il. Ces investissements permettent de jouer dans la cour des grands, dans la ligue des champions". Car pour Thales, l'innovation et la R&D sont deux éléments de différenciation clés sur les cinq grands marchés du groupe. Au global, le groupe investit en moyenne entre 2,5 et 3 milliards par an dans la R&D, les clients payant la facture de la R&D dans le cadre du développement de leur programme.
Gemalto, une nouvelle pépite dans la galaxie de Thales

Thales, qui a annoncé l'acquisition fin 2017 du spécialiste français de la sécurité numérique Gemalto, estime que la "préparation de cette offre se déroule comme prévu". "L'opération devrait être réalisée peu de temps après l'obtention de toutes les autorisations règlementaires usuelles, ce qui est envisagé pour le second semestre 2018", précise Patrice Caine. Surtout ,"ce projet consolidera notre position de leader de la transformation digitale de nos métiers et de nos clients, et nous permettra de construire un leader mondial du marché de la sécurité digitale", estime le PDG de Thales.

Le rachat de Gemalto par Thales vise à créer un leader mondial dans le traitement et la protection des données, avec une offre complète de sécurisation de l'internet des objets (IoT), et à ouvrir de nouveaux marchés pour le groupe d'électronique, comme la voiture connectée. "Nous sommes en train de rapprocher deux des plus grandes sociétés de technologies en Europe", avait expliqué en décembre Patrice Caine. "Dans le domaine de la connectivité, de l'IOT, et de la cybersécurité, la combinaison de Thales et Gemalto est tout à fait spectaculaire", avait-il précisé. Et source de profit
more...
No comment yet.
Rescooped by GiroMaxi from DEFENSE NEWS
Scoop.it!

L'US Army et ses alliés mènent leur plus grand exercice d'artillerie

L'US Army et ses alliés mènent leur plus grand exercice d'artillerie | Defense tour | Scoop.it
Un peu d’actualité des forces armées alliées : en ce moment ce sont plus de 3 700 soldats de 26 pays différents qui participent au Dynamic Front 18, le plus important exercice d’artillerie de l’US Army sur le continent européen. L’exercice, qui a débuté le 23 février et qui se terminera samedi, a accueilli presque trois fois plus de participants que l’année dernière.En marge de l’exercice du mercredi 7 mars, le commandant adjoint de l’armée américaine en Europe, le général de division Timothy P. McGuire, a déclaré aux journalistes présents que Dynamic Front 18 était trois fois plus conséquent que la session de l’an passé. Pour le major-général américain, l’exercice visant à renforcer la défense de l’alliance de l’OTAN est un grand succès. « Je pense que tout le monde se rend compte de l’importance de la préparation, et c’est un excellent exercice de préparation (…) de plus, les unités réalisent combien nous pouvons faire dans ce domaine d’entraînement et le genre d’expérience de qualité que vous obtenez lorsque vous travaillez ensemble ici » a-t-il ainsi souligné.

L’objectif de Dynamic Front est d’améliorer la communication entre l’artillerie des différentes nations et d’identifier la meilleure façon d’utiliser leurs atouts : « L’exercice nous permet de nous parler » selon l’officier américain. Marcus Box, un officier d’artillerie britannique, a lui plutôt donné dans la métaphore : « C’est comme les voitures (…) nous utilisons tous des marques et des modèles différents, mais nous avons tous des voitures et nous pouvons généralement déterminer ce que chaque voiture sait faire de mieux que les autres. Alors on se demande comment tirer parti de chacune de ces qualités particulières. »



Lorsque le général McGuire a demandé aux artilleurs américains et étrangers de l’exercice Dynamic, « comment pouvons-nous nous assurer que nous avons des feux réactifs pour maintenir de fortes capacités de dissuasion ici en Europe? », certains auraient proposé (précisons que le journal Stars & Stripes rapporte les dires) d’encourager les alliés de l’OTAN à intégrer l’ASCA (Artillery System Co-operation Activities), un programme informatique utilisé par plusieurs d’entre-eux pour communiquer en temps réel, reliant leur artillerie de campagne et leurs systèmes de commandement et de contrôle. Allemands, Français, Britanniques, Italiens,Turques mais aussi Lituaniens et Polonais ont pu s’y essayer.

Les plus gros contributeurs de l’exercice ont chacun déployé une dizaine de leurs éléments d’artillerie : canons automoteurs allemands PzH 2000, canons légers britanniques L118, obusiers américains M777 de 155 mm, camions équipés d’un système d’artillerie (CAESAr) français également de 155mm. Ajoutez-y des hélicoptères lourds, des mortiers français de 120mm, des M270 lance-roquettes multiples et des artilleurs de tous les uniformes et vous obtenez un superbe spectacle de sons et lumières…et très probablement un calvaire pour nos voisins allemands de Grafenwoehr.



Au-delà des questions de communication, d’interaction et d’interopérabilité de l’appui-feu aux fantassins alliés, cette semaine d’exercices permet de réfléchir à de multiples problématiques opérationnelles, comme contrer une menace d’essaims de drones tirés depuis un système d’artillerie ennemi ou faire progresser la sécurité des artilleurs dans un tel environnement de combat. Sur la question des drones, la capitaine de l’US Army, Craig Maybee a déclaré que c’était un début prometteur pour les alliés dont certains devraient rêver longtemps de la technologie américaine : « même s’ils n’ont pas les capacités de les vaincre comme ils le voudraient, ils vont retourner à leurs commandements et à leurs stations d’attache et y réfléchir » alors « ils voudront soit investir soit proposer des contre-mesures sérieuses ».



Ni l’État-major des Armées ni l’industriel Nexter à l’origine du CAESAr, qui souhaitent tous deux voir un système d’artillerie commun entre la France et l’Allemagne, n’en ont encore profité pour communiquer sur l’avenir de l’interopérabilité OTAN de l’artillerie dont devrait faire partie le système ASCA, élément primordial de cette édition 2018 du Dynamic Front.

Via Romain
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Disponibilité des aéronefs militaires: c'est vraiment très, très alarmant ! (1/3)

Disponibilité des aéronefs militaires: c'est vraiment très, très alarmant ! (1/3) | Defense tour | Scoop.it
La disponibilité de certaines flottes d’aéronefs militaires est jugée "particulièrement critique", selon Christian Chabbert, auteur d'un rapport sur le MCO aéronautique, que La Tribune s'est procuré. Elle "ne permet pas d'honorer le contrat opérationnel" des forces armées.

Le rapport Chabbert sur le MCO aéronautique (Maintien en condition opérationnelle), sur lequel s'est appuyé en décembre la ministre des Armées Florence Parly pour lancer la réforme du MCO en vue d'augmenter la disponibilité des aéronefs militaires, a été mis sous le boisseau. Et pour cause. Ce rapport est très, très explosif... On connaissait déjà la gravité de la situation sur la disponibilité "particulièrement critique" de certaines flottes d'aéronefs militaires, mais le rapport Chabbert, dont La Tribune a pris connaissance, va beaucoup plus loin en révélant les conséquences très inquiétantes de ce constat sur les contrats opérationnels des forces.

La disponibilité des flottes des forces françaises stagnent depuis 2012, autour de 44%. En 2016, elle s'élevait à 44,4% et sur les six premiers mois de 2017 à 44,1%. Ces chiffres signifient que moins d'un aéronef sur deux est en mesure d'effectuer la mission pour laquelle il a été acquis. Et selon le rapport, "la disponibilité des hélicoptères, des avions de patrouille maritime et de l'aviation de transport tactique ne permet pas d'honorer le contrat opérationnel seuil bas, nécessaire pour répondre à la tenue de la situation opérationnelle de référence et à la préparation opérationnelle". Au-delà de la difficulté à tenir les contrats opérationnels, le manque de disponibilité des appareils "obère la capacité des forces à soutenir dans la durée l'activité aérienne", estime Christian Chabbert.
La disponibilité des hélicoptères reste catastrophique

Il faut dire que la disponibilité des appareils cités dans le rapport n'excède jamais 40%, à l'exception de l'hélicoptère de transport NH90 en 2016 (41%). C'est notamment le cas des hélicoptères des trois armées. Pour l'armée de Terre, la disponibilité des Tigre s'est élevée à 25% en 2016 et 26% entre janvier/août 2017, des Puma à 31% et 32%, des Cougar à 21% et 24%, des Caracal à 27% et 24%, et, enfin, des Caïman (NH90 TTH) à 37% et 37%. Les NH90 de la Marine avaient une disponibilité de 41% en 2016 pour retomber à 33% sur les six premiers mois de 2017. Enfin, les H225M et les Puma de l'armée de l'air ont eu une disponibilité respectivement de 29% et 28% en 2016 et de 30% et 32%.

Sur les avions, la disponibilité des A400M et des C130 n'était guère mieux que celle des hélicoptères : les A400M (18% en 2016 et 30% sur les six premiers mois de 2017) et les C130 (23% et 18%). Par ailleurs, les ATL2 de la Marine ont également une disponibilité médiocre : 24% et 27%.
La disponibilité en métropole ne dépasse pas 30%

En dépit de ces taux de disponibilité très faibles, les besoins militaires liés à l'activité aérienne ont été satisfaits à 93% en 2016. "Cependant, ce constat doit être nuancé", fait valoir Christian Chabbert. Car la programmation de l'activité tient compte de l'anticipation de la disponibilité. Ainsi, la situation est "en général présentée de façon favorable" : dans le Contrat unifiée de gestion (CUG) de 2017, il est fixé un objectif de 20 Tigre disponibles sur un parc de 61 machines dont 41 en ligne. Toutefois, "les flottes très peu disponibles ont des taux de 15 à 20 % inférieurs à la programmation", précise-t-il.

Enfin, les heures de vol effectuées en opérations portent très fortement l'activité aérienne. Ainsi la disponibilité atteint 80 % en opérations extérieures mais a contrario, elle ne dépasse pas 30 % en métropole. "C'est donc l'activité aéronautique réalisée en métropole qui demeure, depuis plusieurs années, toujours en deçà de celle prévue, explique le rapport. La formation des pilotes, leur entraînement et la régénération des matériels sont par conséquent extrêmement contraints".

"Si les opérations sont donc réalisées, c'est au prix de l'augmentation non maîtrisée d'une dépréciation de l'actif, créateur d'une dette technique et en compétences humaines qui remet en question la capacité des armées à conduire demain les missions qui leur seront confiées dans le domaine aéronautique".

Tous les besoins ne sont pas couverts

Les besoins réels des armées estimés à 18,58 milliards d'euros sur la période 2018-2023 ne seraient pas couverts par le ministère des Armées, constate Christian Chabbert. Ainsi, il prévoirait seulement 17,64 milliards d'euros, dont 16,58 milliards d'euros de ressources budgétaires lors d'une programmation présentée en comité ministériel d'investissement (CMI) le 18 septembre 2017. Soit un différentiel de 943 millions d'euros. Mais Christian Chabbert estime les besoins réels de MCO à 4,1 milliards d'euros par an sur la période 2018-2023. Ils "ne seraient pas couverts" par cette prévision.

En outre, en cas d'amélioration de la performance de la fonction MCO, une remontée d'activité pour atteindre les normes d'entraînement (normes OTAN) des équipages entraînera "mécaniquement une nouvelle hausse de l'entretien programmée du matériel (EPM)" note le rapport. Des éventuels surcoûts qui devraient s'ajouter à l'augmentation des dépenses d'EPM prévues ces prochaines années : surcoûts liés aux opérations extérieures (régénération des matériels), la chute d'activité qui doit être enrayée, montée en puissance des nouvelles flottes (Tigre, Caïman et A400M) dont le coût d'EPM est
supérieur à celui des flottes remplacées, maintien en activité de flottes anciennes dont le coût du MCO ne cesse d'augmenter (Alouette III, C160, Gazelle ...), externalisation du soutien de certaines flottes (contrat FOMEDEC). La partie est loin d'être gagnée par Florence Parly.
more...
No comment yet.
Rescooped by GiroMaxi from Renseignements Stratégiques, Investigations & Intelligence Economique
Scoop.it!

Décryptage : La guerre numérique | Monde

Décryptage : La guerre numérique | Monde | Defense tour | Scoop.it
Au moins 71 attaques informatiques ont été perpétrées par des États ou des groupes avec le soutien d’un État depuis 2015. Un conflit invisible qui fait rage partout dans le monde, y compris au Canada.

Via Intelligence Economique & Détective Privé
more...
No comment yet.
Scooped by GiroMaxi
Scoop.it!

Lockheed, Rheinmetall team up to bid for German helicopter order

Lockheed, Rheinmetall team up to bid for German helicopter order | Defense tour | Scoop.it

U.S. arms manufacturer Lockheed Martin Corp and German peer Rheinmetall AG said they will team up to compete for a contract valued at around 4 billion euros ($4.9 billion) to supply the German military with heavy-lift helicopters.
Lockheed Martin's logo is seen during Japan Aerospace 2016 air show in Tokyo, Japan, October 12, 2016. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

The two companies told Reuters they had signed a strategic agreement on the tie-up, which they are set to formally announce on Tuesday.

Germany in December approved plans to buy 45 to 60 new heavy-lift helicopters, kicking off a competition between Lockheed, which is offering its massive CH-53K helicopter, and Boeing Co (BA.N), which will offer its smaller twin-rotor CH-47.

The German defense ministry expects to issue a request for information in the second half of 2018, with a contract expected to be awarded in mid-2020 and deliveries to begin in 2023, replacing Germany’s existing fleet of CH-53G aircraft.

Die Welt said ministry officials would meet with industry executives to discuss the procurement program on Feb. 28.

Lockheed said in an emailed statement to Reuters that it had chosen Rheinmetall as its “lead teammate” for the bid because of the German company’s “wealth of experience and knowledge.”

It said it would name other German partners in coming weeks.

“The goal is to offer German military forces as a comprehensive solution that includes the CH-53K helicopters as well as additional services in maintenance, service, training and program support,” Rheinmetall said in an emailed statement to Reuters.

Rheinmetall Chief Executive Armin Papperger said the team would offer “the best possible state-of-the-art aircraft for the German Air Force as successor for the legacy CH-53G fleet.”

Dan Schultz, president of Lockheed’s Sikorsky helicopter unit, who flew earlier CH-53 model helicopters while serving in the U.S. Marine Corps, said in Lockheed’s statement that the new CH-53K model was “the most powerful heavy-lift helicopter that we have ever built.”

Boeing plans to offer Germany the CH-47 Chinook already used by eight other NATO countries. It said it already worked with 100 companies in Germany, and a future contract for the Chinook would create additional work for its supply base.

“We are developing additional partnerships with German industry for the (heavy-lift helicopter) competition and will announce those at the appropriate time,” said Boeing spokeswoman Marcia Costley.

Lockheed’s CH-53K, which includes an on-board diagnostic system, is due to make its international debut at the Berlin air show in April.

The U.S. Marine Corps plans to buy 200 of the new CH-53K helicopters at an average price of around $88 million per plane and expects to declare it ready for combat use in 2019.

Germany hopes to start buying its helicopters in 2023, and Israel and Japan have also expressed interest in the CH-53K.

Experts say the Boeing Chinook could cost Germany less to buy, but it will require upgrades in coming years that could add costs. It also carries less, so it would take more flights to accomplish the same mission as a CH-53K

more...
No comment yet.