DEFENSE NEWS
1.8M views | +34 today
Follow
 
Scooped by Romain
onto DEFENSE NEWS
Scoop.it!

Un T-50 de la patrouille Black Eagles accidenté au Singapore Airshow

Un T-50 de la patrouille Black Eagles accidenté au Singapore Airshow | DEFENSE NEWS | Scoop.it
La piste 1 de l’aéroport de Changi (Singapour) est momentanément fermée à la suite d’une sortie de piste d’un des avions avion de patrouille acrobatique sud-coréenne Black Eagles.

La patrouille acrobatique Black Eagles des forces aériennes coréennes évolue avec huit avions T-50B. © Singapore Airshow

L’incident s’est produit vers 13h24 h (heure locale), alors que la patrouille acrobatique était au décollage pour une présentation dans le cadre du salon aéronautique de Singapour qui a ouvert ses portes le 6 février 2018. Selon les autorités aéronautiques locales, le T-50 des Black Eagles a dérapé et s’est écrasé dans l’herbe, en bordure de la piste 1 de l’aéroport de Changi. Il a ensuite pris feu. Le pilote n’aurait subi que des blessures légères.

Du fait de la fermeture de la piste 1, un certain nombre de vols au départ et à l’arrivée ont été retardés.
more...
No comment yet.
DEFENSE NEWS
Revue de presse quotidienne des principaux articles concernant le secteur de la Défense, de ses industriels, des armements et technologies.
Curated by Romain
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Romain
Scoop.it!

Saab to unveil surface launch version of new RBS15 Gungnir at Euronaval

Saab to unveil surface launch version of new RBS15 Gungnir at Euronaval | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Saab will unveil the surface launch version of RBS15 Gungnir, the next generation anti-ship missile system at Euronaval in Paris.

The surface launch version of RBS15 Gungnir uses the all new RBS15 Mk4 Surface missile. This provides greater range, enhanced defense penetration and electronic protection as well as a more advanced target seeker, allowing it to engage any target, in all conditions.

The RBS15 Mk4 Surface missile is used in both the sea system and the land system of RBS15 Gungnir. It is designed to provide commonality through easy integration on both land- and sea-based platforms of almost any size. The system is fully backwards compatible, so an investment in Mk3 today opens a smooth path to transition into Gungnir tomorrow.

“With the RBS15 Gungnir we continue to build on the success and knowledge we have gained from the previous generations of RBS15. The surface launch version is a highly flexible missile system that can be integrated with existing command networks and on a wide range of the ships available on the market today”, says Görgen Johansson, Senior Vice President and head of Saab business area Dynamics.

The development and production programme, valued at 3.7 BSEK, was contracted in March 2017 with the Swedish Defence Material Administration (FMV). This next generation of the RBS15 system is named RBS15 Gungnir by Saab and is now being offered to the market as a complete missile system solution for air, sea and land based platforms.

The RBS15 missile family is jointly produced by Saab and Diehl Defence GmbH & Co. KG and serves with various navies, coastal batteries and air forces from Sweden, Finland, Germany, Poland, Croatia, Thailand and an undisclosed country.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La simulation 2.0 arrive

La simulation 2.0 arrive | DEFENSE NEWS | Scoop.it
L’entraînement au tir virtuel 2.0, c’est pour bientôt. Dans un appel d’offres publié le 13 octobre, la DGA a officiellement lancé le projet SINETIC, ou « système d’instruction et d’entraînement au tir de combat ».

À peine mentionné lors des débats préliminaires à l’adoption de la LPM 2019-2025, SINETIC est un programme interarmées visant au remplacement des 51 systèmes SITTAL (Simulateur de Tir Technique à l’Armement Léger), commandés en 1994 auprès de Gavap. Le besoin est estimé à 60-80 systèmes répartis en France métropolitaine et les établissements d’Outre-mer. La date limite de soumission des offres est fixée au 28 novembre prochain.



Seul contrainte – un classique des annonces BOAMP – : tout candidat, qu’il s’agisse d’un industriel unique ou d’un groupement d’opérateurs, doit justifier un chiffre d’affaires annuel sur les trois derniers exercices égal ou supérieur à 20M€.



D’après l’appel d’offres, SINETIC « est un simulateur d’instruction et d’entraînement en salle » qui prendra non seulement en compte le portfolio actuellement en dotation, mais également « les armes à venir de types fusil d’assaut, pistolet automatique, fusil de précision, fusil de combat rapproché et armement collectif » ainsi que le système FELIN.



L’entraînement au tir sera simulé avec des armes factices, donc non considérées comme des armes mais « présentant un haut niveau de représentativité ». SINETIC se subdivise en deux composantes interopérables au sein d’un même espace d’entraînement : l’un pour l’instruction au tir des armes légères, et le second pour les mitrailleuses en superstructures ou les armes légères montées sur véhicule.



Élément essentiel des processus de formation et de remise à niveau, ces simulateurs de tir en salle mesurent, par exemple, la précision des tirs et enregistrent les résultats d’impacts par tireur et par cible, ce qui permet ensuite aux formateurs de suivre avec précision les progrès de chacun de ses tireurs.



Quant aux potentiels candidats, difficile de ne pas penser à Gavap, devenu RUAG Defence France SAS en 2016 et dont le savoir-faire en matière de simulation est déjà reconnu au sein des forces françaises. La société de Terssac est notamment responsable, avec Thales, du développement du système CERBERE. Reste qu’avec un chiffre d’affaires de 18,6M€ en 2017, RUAG devra nécessairement s’aligner dans les starting blocks en compagnie d’un autre cador de l’écosystème de défense français.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

French 5th generation missile system shows excellent results in hot environment

French 5th generation missile system shows excellent results in hot environment | DEFENSE NEWS | Scoop.it
European missile house MBDA has announced that its 5th generation land combat missile system showed excellent results in a hot environment during tests in Djibouti.

According to the company’s announcement from August 25 to September 22 2018 in Djibouti, the French Army Technical Service (STAT), the French DGA (Direction Générale de l’Armement), with the support of MBDA, achieved the evaluation campaign of the MMP 5th generation land combat missile system. The objective of this operational evaluation was to check the suitability of the MMP weapon system for use in semi-desert condition.

For this purpose, nine firings were achieved with all the missiles reaching their target. The results confirm the reliability of the weapon system in hot environment as well as its performance in operational firing scenarios.

Two firings have been performed by Navy commandos from the Rigid-Hulled Inflatable Boat ECUME (Embarcation Commando à Usage Multiple Embarquable – embarked multi-purpose commando boat): a first firing from the sea on a land target and the second one from the sea on a sea target. MMP is the first weapon system of this class of performance whose implementation on ECUME has been made possible.

In Djibouti, French Forces have a training environment with climatic conditions similar to those encountered in the current zones of engagement in the Sahel-Saharan belt. The results achieved during this campaign in hot conditions fully allow the deployment of the MMP weapon system as part of Operation Barkhane, in the coming weeks.

MMP is the latest (fifth) generation land combat missile system designed for dismounted infantry as well as for integration on combat vehicles.

Featuring both fire-and-forget and man-in-the-loop operation, network-enabled MMP also receives third party target designation for indirect firing scenarios. MMP’s design includes the growth potential necessary for a future family of missiles for modern land combat.

MMP was developed for replacing the Milan and Javelin anti-tank missiles in service with the French Army and special forces.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

OPV argentins : La France attend l’entrée en vigueur du contrat

OPV argentins : La France attend l’entrée en vigueur du contrat | DEFENSE NEWS | Scoop.it
La commande par l’Argentine de quatre patrouilleurs hauturiers à la France devrait bientôt entrer en vigueur. Un contrat qui a été signé le 22 dernier et en est au stade du bouclage des modalités financières. Une étape qui devrait être finalisée « dans quelques semaines », selon une source proche du dossier.

Le programme des OPV argentins porte sur la vente du patrouilleur hauturier L’Adroit et la construction en Bretagne de trois bâtiments similaires. Prototype de la nouvelle gamm
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Les 32 premiers stagiaires du Collège de Défense du G5 Sahel ont rejoint Nouakchott

Les 32 premiers stagiaires du Collège de Défense du G5 Sahel ont rejoint Nouakchott | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Le Collège de Défense du G5 Sahel (CDG5S), basé à Nouakchott, accueille depuis le lundi 15 octobre 2018 sa première promotion de 32 stagiaires, issus des cinq pays du G5 Sahel, pour une formation opérationnelle et académique de neuf mois.

Rattachée au Secrétariat Permanent du G5 Sahel, cette école est "la première école de guerre transnationale dans le monde", explique-t-on à la Direction de la coopération de sécurité et de défense (DCSD) qui soutient ce projet depuis ses origines, "notamment par la présence d’un coopérant inséré, des missions d’appui pédagogique et la fourniture d’équipements".

Ce collège formera les futurs officiers brevetés d’état-major en 9 mois. Il s'agit:
- de créer et développer une école de formation de haut niveau qui renforcera les capacités des armées nationales du G5 Sahel confronté à des défis sécuritaires importants,
- de renforcer la coopération des cinq armées, gardes nationales ou nomades et gendarmeries du Sahel par une formation commune, la connaissance mutuelle et le partage de procédures opérationnelles communes,
- d'améliorer l’efficacité de la force conjointe et ainsi renforcer la lutte contre le terrorisme et les trafics,
- de mutualiser une formation longue (40 semaines) et coûteuse pour les pays du G5, et la rendre plus proche des réalités du terrain,
- de participer à la réflexion globale autour des problématiques de sécurité et de défense dans le Sahel et les régions limitrophes.

L’ouverture du CDG5S est appuyé par de nombreux partenaires : la France (1 million d'euros pour l’ingénierie pédagogique), l’Allemagne (1,2 millions d'euros pour l'équipement) mais aussi le Maroc, l'Espagne, l'Italie, la Belgique, les EAU, les USA, l'OTAN, l'Union Européenne, le CICR, ou encore la fondation Konrad-Adenaeur.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

L'administration Trump booste les exportations américaines d'armement... mais pas trop !

L'administration Trump booste les exportations américaines d'armement... mais pas trop ! | DEFENSE NEWS | Scoop.it
C’est un faux exemple de la reprise économique visible aux États-Unis depuis l’arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump. En deux ans les exportations de matériels militaires ont augmentés entre les industries américains et leurs clients, habituels ou nouveaux. Une situation qui existe aussi dans le secteur aéronautique où avions et hélicoptères se vendent bien mais qui masque mal le fait que les meilleurs années furent durant l’administration Obama. Une nouvelle donc mi-figue mi-raisin pour l’Union Européenne et la Russie qui du coup se retrouvent un peu à la peine face à l’agressivité commerciale américaine.

En fait, et quoi que l’on puisse penser de lui, une bonne partie de cette forme d’embellie commerciale et industrielle est directement le fait de l’actuel Président des États-Unis. Donald Trump a en effet dès son accession au pouvoir fait en sorte de faciliter les exportations d’armements vers ses alliés mais également de nouveaux clients.
Dans le même temps la Maison Blanche a augmenté les pouvoirs de contrôle et de renseignement de la DSCA (pour Defense Security Cooperation Agency) en charge justement d’autoriser ou de refuser ces contrats d’exportation, et ce quelque soit le client en question. Même la France ou le Royaume-Uni, pourtant alliés privilégiés des États-Unis doivent s’y soumettre.
Pour l’exercice fiscal 2017-2018 les augmentations sont de l’ordre de 33%, ce qui laisserait songeur plus d’un dirigeant d’entreprises de défense. Pour autant les deux meilleurs années en termes d’exportations demeurent 2012 et 2014, époque à laquelle c’est Barack Obama qui dirigeait le pays. C’est d’ailleurs à cette époque, et non sous l’administration Trump, que la majorité des juteux contrats liés au Lockheed-Martin F-35 Lightning II furent finalisés. Idem pour

Pourtant les grands vainqueurs de cet essor commercial sont, dans le secteur aéronautique bien sûr, toujours les mêmes : Beechcraft, Bell Helicopters, Boeing, Lockheed-Martin, et Northrop-Grumman pour ne citer qu’eux. Pour autant cela ne signifie pas uniquement des ventes d’avions, d’hélicoptères ou encore de drones mais également d’armements et de services.
Le secteur aéronautique américain se porte donc globalement assez bien en cet automne 2018.

Pour autant la concurrence fait rage, et elle vient principalement d’Union Européenne et dans une moindre mesure de Russie. Des avionneurs et hélicoptéristes qui comptent bien comme par le passé (récent) ne pas se laisser faire par les industriels américains.
Un petit sujet qui permet ainsi de remettre en perspective les annonces faites récemment par la DSCA et la Maison Blanche.

Photo © Lockheed-Martin
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Naval Group / Fincantieri : Des annonces attendues la semaine prochaine

Naval Group / Fincantieri : Des annonces attendues la semaine prochaine | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Des annonces devraient intervenir la semaine prochaine, à l’occasion du salon Euronaval, sur le projet Poseidon de rapprochement entre Naval Group et Fincantieri. Pour mémoire, les discussions se sont inscrites dans le cadre d’un accord conclu en septembre 2017 entre les gouvernements français et italiens. Depuis, les élections générales de l'autre côté des Alpes, qui ont porté la Ligue et le Mouvement 5 étoiles au pouvoir, ont vu les relations se dégrader sensiblement entre les deu
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Egypte: nouvelles manoeuvres militaires avec la Russie

Egypte: nouvelles manoeuvres militaires avec la Russie | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Les forces égyptiennes et russes se sont donné rendez-vous dans le désert nord-africain pour renforcer leurs capacités en matière de lutte anti-terroriste et de mettre à jour leurs compétences dans les dernières technologies. Dans un peu plus d'une semaine démarreront les manoeuvres militaires conjointes entre les forces égyptiennes et celle de la Fédération de Russie, le 24 octobre prochain. Durant 5 jours, les "Defenders of Friendship 3" se dérouleront jusqu'au 28 octobre sur le sol égyptien.

Ces exercices, selon un communiqué de l'armée égyptienne, entre dans "le cadre de la coopération et de la coordination des efforts déployés par les forces armées des deux pays frères pour atteindre le plus haut niveau d'efficacité de préparation au combat". Visiblement, il s'agira surtout d'un entraînement de parachutistes des deux pays. L'objectif est de renforcer leurs capacités respectives en matières d'intervention anti-terroriste, de libération d'otages, tout en formant le personnel militaire sur les dernières technologies.

L'année dernière, les "Defenders of Friendship 2017" s'étaient déroulés en Russie, et les parachutistes égyptiens y avaient pris part.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le 5e Régiment de Dragons se sépare de ses derniers chars AMX-30 Brenus

Le 5e Régiment de Dragons se sépare de ses derniers chars AMX-30 Brenus | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Recréé en 2016, le 5e Régiment de Dragons [RD] s’est vu confier trois missions : prendre part au contrat opérationnel de la 7e Brigade Blindée, à laquelle il fournit ses trois escadrons de chars Leclerc, participer aux expérimentations tactiques du programme SCORPION [Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation, ndlr] et servir de Force adverse [FORAD] afin d’assurer l’entraînement des unités de passage au Centre d’entraînement au combat [CENTAC] de Mailly-de-Camp.

Pour tenir le rôle de la FORAD, le 5e RD avait hérité de quelques vieux chars AMX-30B2 « Brenus » de 40 tonnes, dont le camouflage s’inspirait de celui utilisé pour les véhicules soviétiques.

Doté d’un canon CN-105 de 105 mm Modèle F1, d’une mitrailleuse de 7,62 mm opérée sous blindage et d’un canon-mitrailleur M693 de 20 mm, l’AMX-30B2 aura été l’épine dorsale de l’arme blindée cavalerie pendant près de trente ans. Pour la petite histoire, sa conception fut lancée l’échec d’un projet de char franco-allemand (acté en 1963). La version dite « Brenus » est arrivée dans les années 1990. N’ayant équipé que deux régiments, elle se caractérisait par un système de blindage réactif.

Avec l’arrivée, dans les régiments ayant échappé aux dissolutions décidées dans le cadre de la professionnalisation des armées, du char Leclerc, les AMX-30B2 ont été retirés du service. À l’exception, donc, de ceux utilisés au CENTAC.

Mais ces derniers n’ont pas échappé à leur destin. En effet, via les réseaux sociaux, le 5e RD a annoncé qu’il venait de se séparer de ses derniers exemplaires.

« Ils étaient entreposés dans un espace réservé en zone technique. Les phares éteints, les freins serrés et les soupapes sèches. Depuis plusieurs mois, ils attendaient leur reversement. La semaine dernière, c’était le grand départ pour eux. Chargés sur des camions du 8e RMAT ils ont pris la route, les derniers AMX 30 du 5e Régiment de Dragons. Mais bon, place au Leclerc quand même! », a en effet indiqué la cellule communication de cette unité, via un message publié sur Facebook.

Cependant, l’armée de Terre continue d’utiliser des AMX-30… mais en version dépannage. D’après les derniers chiffres-clés du ministère des Armées, 30 exemplaires étaient encore en dotation au 1er juillet 2018. Le châssis de ce char a également servi à mettre au point l’Engin blindé du Génie (EBG), dont 42 unités « revalorisées » sont encore en service.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

F-22 Raptor aircraft arrived at Kleine Brogel Air Base in Belgium

F-22 Raptor aircraft arrived at Kleine Brogel Air Base in Belgium | DEFENSE NEWS | Scoop.it
U.S. Air Forces in Europe – Air Forces Africa has announced that F-22 Raptor aircraft arrived at Kleine Brogel Air Base, Belgium today from RAF Lakenheath, England, to conduct local training with the Belgian air force.

The F-22s are deployed from the 27th Fighter Squadron, 1st Fighter Wing, Joint Base Langley-Eustis, Va. and arrived in Europe on Oct. 5.

Prior to arrival, the Raptors conducted dissimilar aircraft combat training with Belgian F-16s in nearby aerial training areas.

We appreciate our close cooperation with Belgium in the training of fighter aircraft to ensure the security of Europe.

The presence of F-22 aircraft underscores our commitment to the collective defense of the NATO alliance and our willingness to use our most technically advanced assets to deter any potential threats and increase regional security.

The 5th Generation F-22’s unique combination of stealth, speed, agility, and situational awareness, combined with lethal long-range air-to-air and air-to-ground weaponry, makes it the best air dominance fighter in the world.

The F-22’s ability to collect and share tactical information with friendly assets enables U.S. and allied forces to engage targets with unmatched battlespace awareness. The Raptor makes other coalition aircraft more survivable.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La DGA s'intéresse aux catapultes électro-magnétiques dans le cadre des études sur le futur porte-avions

La DGA s'intéresse aux catapultes électro-magnétiques dans le cadre des études sur le futur porte-avions | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Pour faire décoller les Rafale et autres E-2C Hawkeye, le porte-avions Charles de Gaulle utilise une catapulte à vapeur, constituée d’un sabot, d’une élingue (ou d’une barre métallique pour les avions les plus récents) et d’un tube situé sous le pont d’envol.

Ainsi, pour « catapulter » un avion, on accroche son train avant par l’élingue au sabot, qui est lui même relié au tube. Ce dernier reçoit alors de la vapeur à haute pression. Propulsé vers l’avant, le sabot entraîne l’avion, avant d’être stoppé par un frein hydraulique quand il arrive au bout du pont d’envol. Puis, continuant sur la lancée, l’appareil peut alors décoller.

Mais ce système vit peut être ses dernières années, étant donné que la nouvelle classe de porte-avions américains [classe Gerald R. Ford, ndlr] utiliseront des catapultes électro-magnétiques, appelées EMALS [Electromagnetic Aircraft Launch System].

Le principe est presque identique à celui des catapultes à vapeur, sauf qu’il repose un moteur à induction linéaire utilisant des courants électriques, lesquels générent des champs magnétiques. En théorie, ce dipositif permet de faire décoller des aéronefs (avions ou drones) emportant une quantité plus importante de carburant et de munitions et d’augmenter la fréquence des catapultages. En outre, les contraintes mécaniques sont moins importantes, tant pour la structure du navire que pour la cellule des aéronefs catapultés.

Visiblement, le système EMALS intéresse la Direction générale de l’armement [DGA], dans le cadre des études préparatoires relatives au futur porte-avions de la Marine nationale, appelé à remplacer le Charles-de-Gaulle.

En effet, le responsable des programmes navals au sein de la DGA, l’ingénieur général de l’armement Laurent Sellier, a confié au site Navy Recognition que des « discussions préliminaires » concernant les catapultes EMALS avaient commencé, durant l’été, avec la partie américaine. D’après la même source, il ne s’agit que d’un dialogue « technique » et « aucune décision ferme » de doter le futur porte-avions français avec un tel dispositif n’a encore été prise.

Le choix du mode de catapultage est un élément essentiel étant donné qu’il aura des incidences sur la consommation en énergie du futur porte-avions. Mais les discussions évoquées par le responsable de la DGA ne sont pas une surprise, le dispositif EMALS ne manquant pas de partisans en France.

À commencer par le le directeur des applications militaires du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), François Geleznikoff, qui, en 2016, laissa entendre que le catapultage électromagnétique permettrait « d’améliorer les choses » car les « pics d’énergie qu’il demande nécessitent des dispositifs d’accumulation d’énergie dont le chargement peut être lissé dans le temps ». Et d’ajouter : Ainsi, « on charge de l’énergie dans le temps, ce qui fait donc moins de pics de besoin qu’avec la vapeur. »

Cela étant, faut-il encore que le système EMALS fonctionne… Or, leur mise au point ne s’est pas faite sans problème. Un récent rapport du Congrès américain avait mis en cause sa fiablité. Et le président Trump ne manqua pas de critiquer la complexité de ce nouveau dispositif. « C’est très compliqué. Il faut être Albert Einstein pour comprendre. […] Cela « coûte des centaines de millions de dollars et ce n’est pas bon », avait-il lancé, en mai 2017, avant d’estimer que l’US Navy devait revenir à « la foutue vapeur ».
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

French AF starts Phénix tanker trials

French AF starts Phénix tanker trials | DEFENSE NEWS | Scoop.it
The French AF has kicked off a test campaign with its first A330 Phénix Multi Role Tanker Transport (MRTT). It hopes to achieve initial operational capability within one year.

Fifty-five years after the arrival of the French Air Force's first Boeing C135 tanker aircraft, the A330 Phénix multirole tanker transport (MRTT) took off from Istres air base on 12th October on its first flight after having officially joined the Air Force.

Piloted by a crew of the MRTT team of the Military Aviation Expertise Center (CEAM), the new tanker aircraft made a first refueling trial flight with the aircraft of the 2/2 "Côte-d'Or" Calibration Squadron.

The flight marks the beginning of the experimental and test campaign with the goal of achieving initial operational capability within a year. Integrated into the 31st EARTS (strategic air refueling squadron), the trial team will perform multiple test flights to qualify the aircraft for all of its future missions.

The first phase will be dedicated to in-flight refuelling missions of the various French AF aircraft and those of allies, in multiple configurations, by day or night and in all weather conditions.

Once the refuelling capabilities have been validated, the trials will be expanded to include strategic cargo and personnel transport and medical evacuation. The Phénix will ultimately replace the French AF fleet of strategic aircraft (C135, A310 and A340) which are currently used for long-range missions.

Operated by the strategic air forces, the fleet of 12 aircraft (15 after 2025) will be stationed at the 125 Istres air base, whose role as the force's "logistics hub" will be increased tenfold.

Given that the A330 Phénix is one and a half times larger than the C135, the entire infrastructure of Air Base 125 has had to be reviewed. A first maintenance hangar, a parking lot and new air traffic routes have been created at the air base.

This site, the largest currently in terms of investments for the French Ministry of the Armed Forces, will accommodate 12 aircraft by 2023. In addition to two other maintenance hangars, Istres will have a new terminal for personnel and logistics transport missions which are currently carried out by the 1/60 "Estérel" transport squadron from Roissy Charles-de-Gaulle airport.

The first French AF Phénix made its maiden flight in September 2017.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Airbus évalue la combinaison avions

Airbus évalue la combinaison avions | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Airbus a mené des essais afin d'évaluer l'apport représenté par la collaboration entre aéronefs habités et drones.

Airbus a annoncé le 2 octobre avoir conduit une campagne d'essais en vol réunissant avions habités et drones, réalisée dans le cadre du programme FCAS (future combat aircraft system / système de combat aérien du futur). Airbus souhaite ainsi développer les technologies permettant de contrôler des drones directement depuis un avion. « Ces campagnes de démonstrations ont impliqué cinq drones cibles DO-DT25 produits par Airbus, contrôlés depuis un commandement opérationnel localisé dans un avion habité équipé d'un C2 (command and control) », rapporte ainsi l'industriel.

Les essais en vol ont été réalisés au-dessus de la mer baltique, dans une zone d'essais appartenant à l'Allemagne. Plusieurs éléments devaient être évalués au cours de ces essais, notamment la connectivité, l'interface homme-machine ainsi que les échanges d'information entre les drones et le centre de commandement. Airbus vise à mettre en œuvre des essaims de drone, ce qui vient complexifier les systèmes de communication en comparaison à une liaison établie entre l'aéronef habité et un drone unique. « Un des éléments clés ayant contribué à la réussite de ces vols repose sur le système de contrôle de vol et de gestion de vol développé par Airbus pour les aéronefs inhabités », rapporte l'industriel. Cette technologie facilite le guidage et le contrôle de l'essaim de drones.

La combinaison de drones et d'avions permettra de renforcer la sécurité des équipes en opérations. Les essaims serviront ainsi d'oeil déporté et pourront, à partir des images collectées, informer les opérationnels sur leur environnement.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

La France, deuxième pays contributeur pour l’exercice Trident Juncture 18

La France, deuxième pays contributeur pour l’exercice Trident Juncture 18 | DEFENSE NEWS | Scoop.it
C’est un exercice majeur de l’OTAN. Trident Juncture a déjà été organisé par le passé, maisprend cette année une nouvelle dimension. Débutant le 25 octobre et se terminant le 24 novembre, il prendra place dans l’Atlantique nord, en Islande et en Norvège, pays hôte des opérations terrestres. Il se composera de deux phases, des manœuvres sur le terrain jusqu’au 7 novembre et un exercice de commandement virtuel du 13 au 24 du même mois. En tout, 45.000 militaires de 31 nations, près d
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

De nouveaux moyens techniques viendront doter les chasseurs russes ultramodernes Su-34

De nouveaux moyens techniques viendront doter les chasseurs russes ultramodernes Su-34 | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Visant à moderniser les capacités techniques des chasseurs-bombardiers russes Su-34 en les dotant notamment d’un nouveau système d’exploration aérienne, le ministère russe de la Défense organisera un concours fermé.

Le ministère russe de la Défense envisage d'équiper les chasseurs-bombardiers russes Soukhoi Su-34 d'un système d'exploration aérienne.

«Le ministère de la Défense russe annonce l'organisation d'un concours fermé visant la réalisation de travaux sur le travail d'entretien, de surveillance technique de moyens et de complexes d'exploration aérienne, selon la liste certifiée par le ministère russe de la Défense: la modernisation des chasseurs Su-34 pour l'utilisation de containers standardisés d'exploration et leur rééquipement de pylônes», relate le document publié sur le site du marché public.
L'exécuteur du contrat sera déterminé le 6 novembre. Il a également été précisé que les travaux devront être terminés avant le 10 novembre.

Aujourd'hui, les forces armées russes disposent de plus de 100 chasseurs-bombardiers Su-34. En raison de la forme aplatie de son nez, les pilotes militaires ont surnommé l'avion «caneton».

Doté d'un haut degré de manœuvrabilité, le Su-34 peut embarquer des bombes et des missiles de tous genres. Il peut tirer 16 types d'armes guidées de haute précision et 19 types de munitions non guidées, soit 35 armements, ce qui en fait un engin unique dans le monde.

Le Su-34 est capable de tirer sur quatre cibles terrestres ou navales simultanément: à cet effet, il dispose de 12 fixations pour embarquer divers types de bombes et de missiles.

La vitesse maximale de l'avion est de 2.200 kilomètres par heure, tandis que son rayon d'action atteint 1.100 kilomètres.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le Mirage F1 d'ATAC a gardé son camouflage français

Le Mirage F1 d'ATAC a gardé son camouflage français | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Drapeau US et le sigle "ATAC" sur l'empennage : un Mirage F1 a été présenté le 12 octobre, à Fort Worth, lors de la pose de la première pierre du nouveau centre de maintenance de la société, le Adversary Center of Excellence (ACE).

A noter que l'avion a gardé son camouflage français, ATAC ayant décidé d'attendre les consignes de l'USAF dans le cadre du futur contrat de plastronnage "ADAIR" dont j'ai parlé à plusieurs reprises. Il s'agit de fournir des appareils qui réaliseront quelque 30 000 sorties par an. Actuellement, l'USAF ne dispose plus que de deux escadrons qui jouent le rôle des agresseurs: le 64e Aggressor Squadron à Nellis AFB et le 18te Aggressor Squadron à Eielson AFB, en Alaska.

Par ailleurs, les premiers vols de Mirage sont désormais prévus au début de l'année 2019 (photos ATAC).
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

US donates UH-60M helicopters to Croatia

The United States will donate two UH-60M helicopters to Croatia, Defence Minister Damir Krstičević has announced. The announcement was made during a visit involving two US Army UH-60Ms from Germany to Pleso airbase near Zagreb on 12 October.

The helicopters are expected to be delivered by 2020 and will be used mainly by the Croatian Armed Forces’ Special Forces Command. The Croatian Ministry of Defence said the helicopters would be used for airborne assault, air-medical evacuation, casualty evacuation, search and rescue, surveillance, command, troop and cargo transport and, if armed, for firing weapons such as rockets.

Krstičević placed the donation in the context of a wider Croatian transition to western military equipment, stating that it represents “further evidence of a true alliance and strategic partnership between two countries”.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Une ONG reproche à la France de livrer des armes à l'Égypte, malgré la menace jihadiste

Une ONG reproche à la France de livrer des armes à l'Égypte, malgré la menace jihadiste | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Dans la présentation d’une « enquête » publiée le 16 octobre, Amnesty International a reproché à la France de livrer à l’Égypte des armes qui serviraient à réprimer les opposants au gouvernement égyptien. Seulement, il y aurait beaucoup à dire sur les faits tels qu’ils ont été présentés par l’ONG, qui, de surcroît, a lancé une campagne pour que Paris cesse d’équiper les forces armées égyptiennes.

À noter que la version en langue anglaise de ce rapport est beaucoup plus virulente que celle en français dans la mesure où la France est accusée, ni plus ni moins, de « bafouer le droit international ».

Pour étayer son dossier à charge, Amnesty International remonte à l’été 2013, époque où l’ex-président Morsi, issu des Frères musulmans, fut destitué par l’armée égyptienne, avec le général Abdel Fattah al-Sissi à la manoeuvre. Et d’affirmer que des munitions et des blindés français furent « au cœur de la répression sanglante des manifestations. »

Ce qui est exact puisque des véhicules Sherpa, livrés en 2012, furent engagés par les forces de sécurité égyptienne. S’agissant des munitions évoquées, l’on ne peut qu’être circonspect : les efforts pour remettre sur les rails une filière françaises de munitions de petits calibres ayant échoué.

Puis, l’ONG souligne que les ventes d’armes françaises à l’Égypte n’ont cessé de prendre de l’ampleur à partir de 2014. Et cela, en contradiction avec une décision prise quelques mois plus tôt par les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne de ne plus accorder au autorités égyptiennes de « licences d’exportation pour les équipements pouvant être utilisés dans le cadre de la répression interne. »

Or, si les ventes de matériels militaires français à l’Égypte ont progressé significativement depuis l’arrivée d’Abdel Fattah al-Sissi au pouvoir, c’est que plusieurs contrats ont été signés : commande de 24 avions Rafale, de corvettes Gowind, d’une frégate multimissions et des deux Bâtiments de projection et de commandement [BPC] initialement destinés à la Russie. L’ONG considère-t-elle ces équipements comme pouvant servir à la « répression interne »?

En outre, la France n’est pas la seule à livrer des armes à l’Égypte. La Russie, les États-Unis et l’Allemagne également. Pour autant, seules les ventes de Rafale et de FREMM semblent susciter le courroux de l’ONG. Et l’on se demande bien pourquoi… d’autant plus que, en 2015, l’administration Obama a levé les restrictions sur les livraisons d’armes aux forces égyptiennes qu’elle avait imposées deux ans plus tôt… Et que d’autres contrats sont en cours de négociation (à ce sujet, l’allemand TKMS aimerait bien détrôner le français Naval Group pour livrer des frégates à la marine égyptienne).

Par ailleurs, l’Égypte est aux prises avec une double menace jihadiste : à l’ouest, avec la présence d’éléments terroristes en Libye, et à l’est, précisément au Sinaï, avec la branche égyptienne de l’État islamique. Ce qui justifie, aux yeux de Paris, la livraison d’armes au Caire, ainsi que le renforcement des relations militaires bilatérales.

Dans son rapport, qui évoque aussi l’utilisation de véhicules et d’avions F-16 américains dans les opérations anti-terroristes égyptiennes (sans pour autant incriminer Washington), Amnesty International évoque cette menace jihadiste et rappelle même que, depuis 2013, 700 policiers et militaires ont perdu la vie lors d’attaques terroristes.

Mais, affirme-t-elle, « le gouvernement égyptien se sert de telles menaces pour la sécurité comme prétexte pour réprimer celles et ceux qui, pacifiquement, s’opposent à sa politique, la critiquent ou défendent les droits humains, tout en affirmant au reste du monde qu’il combat le terrorisme sur son territoire et dans la région, afin de rétablir la sécurité après des années de troubles dans le pays. »

Le document en question ne dit pas un mot sur l’attentat contre la mosquée soufie de Bir al-Abed, en novembre 2017 (300 tués), ni sur les attaques dont ont été victimes les chrétiens coptes. Dans une note en bas de page, cependant, Amnesty International dit condamner « sans réserve toute attaque ciblant des civils, et demande que soient traduits en justice les responsables de ces attentats. »

Reste que, le 16 octobre, soit le même jour de la publication de l’enquête menée par l’ONG, l’armée égyptienne a indiqué avoir tué 450 jihadistes dans la péninsule du Sinaï, dans le cadre d’une opération antiterroriste lancée en février dernier contre l’État islamique. Dans le même temps, une trentaine de soldats égyptiens y ont laissé la vie.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Nicolas Lerner nommé à la tête de la DGSI

Nicolas Lerner devrait être nommé à la tête de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) pour succèder à Laurent Nuñez, nommé hier secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Intérieur.

Nicolas Lerner était jusqu’à present directeur de cabinet adjoint de Gérard Collomb, place Beauvau. Issu de la préfectorale, il est un camarade de promotion (Léopold Sédar Senghor) d’Emmanuel Macron à l’ENA. Il est, par ailleurs, proche de Laurent Nuñez.

D’abord administrateur civil à l’Intérieur, il a été en poste à Montpellier et à Béziers. Il connait bien la préfecture de Police de Paris, où il a été chef de cabinet, puis directeur adjoint du cabinet. Il a joué un rôle actif dans la rédaction du Livre Blanc de la sécurité publique, paru en 2011.

Nicolas Lerner n’est pas policier, alors qu’il est appelé à diriger une maison, la DGSI, très fortement marquée par la culture policière, notamment celle de l’ancienne DST et, dans une moindre mesure, des RG. Il devra donc s’y imposer comme son prédécesseur Laurent Nuñez était parvenu à le faire.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Brazilian Army eyes acquisition of 155 mm towed howitzers

The Brazilian Army is considering the purchase of 155 mm towed howitzers to progressively replace its 42 M114 and 33 M114A1 155 mm guns.

To move forward with this effort it has recently approved operational, technical, logistics, and industrial requirements to procure a howitzer and associated towing, ammunition resupply, and troop transport/fire centre high-mobility trucks.

The project is currently in its initial phase, with quantities, schedules, equipment, and accessories pending definition, the army recently told Jane’s . However, the acquisition will depend on budget availability, it added.

A procurement process is currently being formulated after studies were conducted on the prospect of finding equipment that meets the requirements, the army told Jane’s.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le remplaçant du fusil G36 recalé par la Bundeswehr

Le remplaçant du fusil G36 recalé par la Bundeswehr | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Qui aurait pu le croire ? Et pourtant… L’armée allemande veut remplacer son fusil d’assaut G36 (Gewehr 36) et l’on pouvait s’attendre à ce que Heckler und Koch (H&K), fabricant du G36, gagne la compétition. Eh bien non ! Le fournisseur du HK 416 qui est en train d’équiper l’armée française fait partie des recalés ! Le plan de la ministre de la Défense, Ursula von der Leyen, pour mettre en service la nouvelle arme est retardé d’au moins huit mois. Voire des années.

A ce stade, personne ne décroche le jackpot : aucun fabricant d’arme n’a réussi à satisfaire aux conditions de l’appel d’offres lancé en avril 2017 pour équiper l’armée allemande d’un nouveau fusil d’assaut requis pour succéder au vénérable G36 de la firme H&K, en service depuis 1966, a rapporté le journal dominical Welt am Sonntag. Le plan de remplacement annoncé en 2015 fait flop… Vu le type d’intervention extérieure où s’implique la Bundeswehr – à commencer par l’Afghanistan –, il est urgent de remplacer cette arme qui surchauffé et perd en précision lorsqu’elle est utilisée intensivement par temps chaud.



En février dernier, la liste des concurrents à cet appel d’offres n’avait pas été dévoilée mais on s’attendait évidemment à ce que H&K y figure. Mais voilà… Il est apparu au fil des tests réalisés depuis lors qu’aucune des armes présentées par les différents fabricants ne respectait les exigences incontournables. Une lacune a de quoi étonner : les entreprises concurrentes n’ont soumis que des armes en calibre de 5,56 millimètres, alors que certaines unités de l’armée ont besoin d’une arme en calibre 7,62 millimètres.
Bon, chef, et que fait-on, maintenant ? Les fabricants ont reçu un nouveau délai de soumission : février 2019. D’ici là, les lacunes et défaillances doivent avoir été corrigées pour que les armes puissent être soumises aux nouveaux tests. Effet domino, le calendrier de l’armée allemande pour la mise en service progressive du nouveau fusil d’assaut a été repoussé d’environ huit mois, ce qui entraîne incidemment un surcoût d’environ 750.000 € pour ce plan de remplacement. Aussi le bureau des achats a-t-il prévenu que si aucune des armes présentées en 2019 ne satisfaisait au cahier des charges, le marché serait suspendu, privant la Bundeswehr d’un successeur à son G36 pour un bon bout de temps. Il est question d’années. Nul doute que les soldats allemands observeront alors avec envie leurs collègues français armés du HK 416… allemand. Un comble, non ?
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Le croiseur russe Marchal Oustinov détruit des missiles de croisière en Méditerranée

Le croiseur russe Marchal Oustinov détruit des missiles de croisière en Méditerranée | DEFENSE NEWS | Scoop.it
L'équipage du croiseur lance-missiles russe Marchal Oustinov a mené des exercices en Méditerranée, consistant à assurer sa défense antiaérienne.

Lors d'exercices en Méditerranée, l'équipage du croiseur lance-missiles russe Marchal Oustinov s'est entraîné à détruire des missiles de croisière d'un ennemi conventionnel, a annoncé aux journalistes le porte-parole par intérim de la Flotte russe du Nord, le capitaine Andreï Louzik.

«L'équipage du croiseur lance-missiles de la Flotte russe du Nord Marchal Oustinov, en mission en Méditerranée, s'est entraîné à parer une attaque de missiles», a indiqué le capitaine.
Selon lui, les exercices consistaient à identifier les cibles d'un ennemi conventionnel, à suivre leur trajectoire et à les détruire, s'agissant de missiles de croisière embarqués.

Par ailleurs, le croiseur s'est ravitaillé en eau, carburant et aliments auprès du bateau citerne Doubna.

Auparavant, l'équipage s'est entraîné à détruire des drones à l'aide d'artillerie à tir rapide et de mitrailleuses lourdes, fonctionnant tant en régime automatique que manuel.

Le croiseur Marchal Oustinov avait quitté son port d'attache à Severomorsk le 5 juillet et a parcouru depuis une distance de plus de 15.000 miles marins.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Brazilian Navy chief says new nuclear submarine will be delayed until late 2020s

Brazil's new modern nuclear submarine, which was initially expected to enter service as early as 2021, will now likely be delayed until the end of that decade, according to Admiral Eduardo Bacellar Leal Ferreira, commander of the Brazilian Navy.

The submarine should be ready "by the late 2020s", Adm Leal Ferreira said recently.

Brazil and France signed a deal for the Submarine Development Program (PROSUB) on December 2008, but a decade later, construction of the nuclear submarine, Álvaro Alberto (SN-10), has yet to commence. The schedule has been regularly modified, and at one point it was expected that construction would begin in 2015 and be completed by 2021.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

​Manila eyes Gripen for future fighter force

The Philippines has identified the Saab Gripen as the best candidate for the nation’s fighter requirement.

The government-owned Philippine News Agency recently quoted defence secretary Delfin Lorenzana as saying that the Swedish fighter is the best option in terms of price and capability.

He is reported as saying that the inclination to acquire Gripen follows thorough research into the matter.

The comments come after Saab heavily promoted its Gripen C/D at a recent defence show in Manila.

Lorenzana also said that the US had pitched the Lockheed Martin F-16, but that this solution was deemed cost prohibitive.

The article gave no details of the numbers of fighters the Philippines intends to acquire.

In 2014, Manila signed a deal $420 million deal with Korea Aerospace Industries for 12 FA-50s, all of which have been delivered.

The arrival of the FA-50s from 2015 saw the Philippine Air Force operating its first fast jets since retiring its Northrop F-5s in 2004. In the 2000's, Manila’s focus was primarily on counterinsurgency missions in the southern Philippines, but China’s ever growing presence in the South China Sea has forced Manila to rethink conventional capabilities.

Should Manila acquire the Gripen, it would be the second operator of the type in the region. Thailand operates 11 Gripens. It had 12, but one was lost in a 2017 crash during a flying display, killing the pilot.
more...
No comment yet.
Scooped by Romain
Scoop.it!

Et l'américain Palantir a désormais un rival "Made in France"

Et l'américain Palantir a désormais un rival "Made in France" | DEFENSE NEWS | Scoop.it
Un groupe de 22 entreprises françaises propose dès à présent une offre commerciale, qui permet de répondre aux enjeux du renseignement et du traitement massif des données.

Le vœu du directeur général de l'ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information) a été enfin exaucé. "Pour ce qui est de l'exploitation de données massives non structurées, j'avoue ne pas comprendre pourquoi l'on n'est pas capable de faire un Palantir européen. Cela ne me paraît pas hors de portée. (...) Le temps presse", a estimé début octobre Guillaume Poupard au Sénat. C'est fait. Un groupe de 22 sociétés françaises (grands groupes, ETI-PME et start-ups), réunies au sein d'un cluster "Data intelligence", propose une alternative technologique et commerciale à l'américain Palantir. Une société qui sent le soufre en raison d'un financement initial par un fond d'investissement de la CIA.

"Ceux qui dirigeront le monde demain sont ceux qui seront capables de posséder les données et de savoir comment les traiter, a souligné Guillaume Poupard. Renoncer au traitement des données nous condamne à être des vassaux".

Cette alternative française présente une offre commerciale, qui permet de répondre aux enjeux du renseignement et du traitement massif des données. Ce groupe d'entreprises propose, assure-t-on à La Tribune, "une offre plus élargie que celle de Palantir", qui vient de recruter l'ex-numéro deux d'Airbus, Fabrice Brégier. Le cluster a d'ailleurs répondu à, au moins, un appel d'offres à l'étranger. Et selon les appels d'offres, il soumet après consultation des membres du cluster, des propositions à tiroir, qui permettent d'impliquer un maximum de sociétés du groupe. Le cluster "Data intelligence" est tiré par quelques poids lourds comme Airbus Defence & Space, Atos et le missilier MBDA, entourés de jeunes start-ups prometteuses à l'image d'Aleph-Networks, qui explore le deep et le dark web, Othello, qui a développé une approche scientifique du comportement humain ou encore l'éditeur de logiciels Linkurious, qui fournit des analyses de réseaux sociaux.
Sous l'impulsion du GICAT

La création de ce cluster a été provoquée par une prise de conscience salutaire à la suite d'un électrochoc, et plus précisément de la signature d'un contrat de 10 millions d'euros en mars 2015 par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à Palantir. À l'époque, aucune entreprise française ne disposait d'une telle solution. Fin 2016, un groupe de travail, sous le pilotage du GICAT, s'est constitué pour réunir les acteurs industriels français impliqués dans des solutions de renseignement en y associant le monde de la recherche universitaire. Et il a créé le cluster "Data Intelligence".

"Après deux années de travail, il existe aujourd'hui une offre cohérente, souveraine, modulaire, compétitive, répondant concrètement aux besoins, avec un coût de possession transparent, à disposition des services de renseignement et entreprises ayant des problématiques liées au Big data", explique-t-on à La Tribune.

Cette offre répond aux besoins de l'administration française, notamment des services de renseignement et des entreprises françaises, qui souhaitent s'exonérer des risques que peut induire un choix en faveur de Palantir. Pourquoi ? Guillaume Poupard est très clair quand il explique à l'Assemblée nationale en mars dernier, qu'il "va de soi qu'il faut par exemple déconnecter les logiciels Palantir, qui permettent d'effectuer des recherches dans les données, car il est hors de question que l'éditeur de Palantir ait accès aux données opérationnelles traitées par le logiciel. Or, c'est de plus en plus compliqué : de nombreux éditeurs logiciels, en effet, dégagent leur plus-value en fournissant non plus un simple CD-ROM comme autrefois mais un système à distance, en cloud, qui, pour fonctionner, ne doit plus se trouver chez le client mais chez l'éditeur, ce qui soulève de nombreuses questions". D'ailleurs, le directeur du renseignement militaire, le général Jean-François Ferlet, a indiqué que son service a étudié le logiciel de Palantir, mais qu'il ne l'a pas retenu pour des questions de maîtrise du logiciel.
La DGA travaille également sur une alternative

"Il existe une volonté globale de créer une alternative française de confiance, et la DGA y travaille", avait rappelé en mars dernier Guillaume Poupard. C'est le programme Artemis (Architecture de traitement et d'exploitation massive de l'information multi-source), qui a été lancé en novembre 2017 par la direction générale de l'armement (DGA). Ce programme, qui servira à exploiter les bases de données de toute nature, est une composante importante de la feuille de route Intelligence Artificielle (IA) du ministère des Armées, annoncée en mars dernier par Florence Parly.

Ce projet vise à doter le ministère des Armées d'une infostructure souveraine de stockage et de traitement massif de données en captant l'innovation des PME, start-ups et laboratoires qui travaillent sur les applications civiles de l'IA. Une première version du système sera fournie fin 2019 et des déploiements pilotes suivront en 2020 à Brest, Rennes et en région parisienne puis sur l'ensemble des réseaux du ministère des Armées.
more...
No comment yet.