De toi à moi
1.0K views | +1 today
Follow
De toi à moi
Journal (mes intérêts, mes convictions, mes croyances, ma famille... moi)
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

Mlle MULALU souhaite un HappyBday à tata Pépée - YouTube

éza nango fête na yo mama
Pépée Ngongolo Mefalezi's insight:

Merci, ma belle Aude !

 

Source : Eric Mulalu

more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

L'écrivain congolais Auguy Ibanga parle de son livre, Pauvreté de l'Or - YouTube

L'écrivain congolais Auguy Ibanga parle de son livre, Pauvreté de l'Or,..CONGOMIKILI.COM
Pépée Ngongolo Mefalezi's insight:

Voici un homme qui, à travers son roman très émouvant tiré de faits de société, de faits réels, tire une sonnette d'alarme. Il ne veut pas seulement constater le déclin de son pays ni de son peuple, mais il met son savoir au service des siens, et apporte une pierre à l'édifice de notre très chère RDC, faisant ainsi un grand pas pour un essor qui ne saurait tarder si chacun y met du sien. Ce livre se lit très facilement et on s'y accroche très vite. Il nous entraîne dans les rues de Kin et on a l'impression de vivre les scènes décrites par l'auteur. Bravo Auguy Ibanga !

more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

Ne change pas...

Ne change pas... | De toi à moi | Scoop.it
Pépée Ngongolo Mefalezi's insight:

Un Maître Zen vit un scorpion se noyer et décida de le tirer de l’eau. Lorsqu'il le fit, le scorpion le piqua.
Par l’effet de la douleur, le maître lâcha l’animal qui de nouveau tomba à l’eau en train de se noyer.
Le maître tenta de le tirer nouvellement et l’animal le piqua encore. 

Un jeune disciple qui était en train d’observer se rapprocha du Maître et lui dit : 
« Excusez-moi Maître, mais pourquoi insistez vous ??? Ne comprenez vous pas qu’à chaque fois que vous tenterez de le tirer de l’eau il va vous piquer ? »

Le maître répondit: 
« La nature du scorpion est de piquer et cela ne va pas changer la mienne qui est d’aider. »

Alors, le maître réfléchît et à l’aide d’une feuille, il tira le scorpion de l’eau et sauva sa vie, puis s’adressant à son jeune disciple, il continua:

« Ne change pas ta nature si quelqu’un te fait mal, prends juste des précautions. 
Les uns poursuivent le bonheur, les autres le créent. Préoccupe-toi plus de ta conscience que de ta réputation. Parce que ta conscience est ce que tu es, et ta réputation c’est ce que les autres pensent de toi… »


more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

L'HYMNE NATIONAL "DEBOUT CONGOLAIS" EN KIKONGO PAR ALBERT KISUKIDI

Un acte tant patriotique que civique. Vraiment admirable ! Merci ! DEBOUT CONGOLAIS (Lutumba et Boka) EN KIKONGO, chanté par Albert KISUKIDI.

 

more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

PRESENTATION DU LIVRE BOKOMBA

Voilà un homme qui met son savoir au service du peuple pas seulement congolais, mais aussi africain. Un homme qui ne veut pas seulement constater le déclin de son peuple, mais qui veut apporter des solutions pour un essor qui ne saurait tarder si tout un chacun apporte du sien. Un exemple à suivre ! Le "Grand nzoku" ! Je valide !

 

www.bokomba.com

more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

ESOBE, SAÏ SAÏ, VUE DE LOIN, SIATULA... A PARIS

ESOBE, SAI SAI, VUE DE LOIN, LA DUCHESSE, SIATULA A PARIS.
more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

Disparition de 4 membres de la délégation olympique de la RDC

Disparition de 4 membres de la délégation olympique de la RDC | De toi à moi | Scoop.it

Un judoka et trois autres membres de la délégation de la République démocratique du Congo (RDC) aux Jeux olympiques de Londres sont portés disparus depuis la fin des jeux dimanche soir, a-t-on appris lundi dans les médias de Kinshasa.
Défait en 49 secondes au premier tour de la compétition des +100 kg par le Russe Alexander Mikhaylin, Cédric Mandembo a disparu peu après la cérémonie de clôture et ne répond pas à son téléphone, a indiqué Radio Okapi, une station financée par l'Onu, citant le Comité olympique de la RDC.
L'entraîneur national de judo, Ibula Masengo, celui de la boxe, Blaise Bekwa, et le DTN de l'athlétisme, Guy Nkita, sont également portés disparus, selon la même source, qui a précisé que tous les quatre avaient quitté le village olympique avec leurs bagages.
Aucun détail supplémentaire n'était disponible à Londres, où un porte-parole du gouvernement britannique a dit que le Home Office (ministère de l'Intérieur) ne communiquait pas sur les cas individuels.
Les responsables des JO sont également à la recherche de cinq boxeurs, d'un nageur et d'un footballeur camerounais qui ont disparus pendant les Jeux.
Le Cameroun avait demandé au Comité d'organisation de l'aider à retrouver ces athlètes, qui auraient fui afin de rester en Europe pour des raisons économiques.
Richard Valdmanis, Baptiste Bouthier pour le service français.

 

Source : Yahoo Sport

more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

Pesa nga valeur na nga - Franc Congolais par Jean Goubald FT. Fally Ipupa -

Jean Goubald FeaTuring Fally Ipupa - Pesa nga valeur na nga - Muana Puo Franc Congolais version compléte...

 

more...
Pépée Ngongolo Mefalezi's comment, August 3, 2012 1:17 PM
Merci pour cet éveil de conscience qui, j'espère, aidera le peuple congolais à changer de mentalité concernant la manipulation des billets de francs congolais.
Peuple congolais, conscience e sala ! To changer pe ba mentalités, ba ndeko !
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

les ga' disent HB à tata Pépé ! - YouTube

mama éza fêti na biso tout !
Pépée Ngongolo Mefalezi's insight:

Trooooooooop fort ! Merci les ga' , mes ga' à moi toute seule !!!!!

 

Source : Eric Mulalu 

more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

LES CONGOLAIS DU CONGO-BRAZZA et DE LA RDC.

LES CONGOLAIS DU CONGO-BRAZZA et DE LA RDC. | De toi à moi | Scoop.it

Kin "Place du 30 Juin" (Ex Place de la gare)

Pépée Ngongolo Mefalezi's insight:

Il arrive que des décision politiques que l'on prend par un coup de tête parce que l'on est puissant, l'on fait peur, l'on a des cordes et des fusils pour pendre et fusiller les adversaires politiques peuvent avoir des conséquences inattendues.

L'on ne saurait par quel retournement de l'Histoire, nos frères du Congo-Brazzaville se moquent éperdument des Congolais de la RDC jusqu'à les traiter tous des "KULUNA ZAIROIS à TUER" comme l'on tuerait des insectes nuisibles. Et à un point tel qu'ils ne veulent absolument pas que le nom de Congolais soit porté communément avec les citoyens de la RDC ...

Ah Lumumba ! ah Kasa-Vubu ! ah Fulbert Youlou ! si vous pouviez sortir de vos tombes pour administrer quelques leçon de l'Histoire à tous ces USURPATEURS « INCULTES » qui vos ont succédé dont le véritable talent n' a été qu'à se laisser corrompre , qu' à voler les deniers publics, qu'à pendre, qu'à fusilles et empoisonner les meilleurs et les incorruptibles des Congolais qu'ils soient du Congo-Brazzaville que de la RDC.

Congolais de la RDC, Congolais du Congo-Brazza, si vous saviez au moins qui d'entre vous auront porté le nom de CONGOLAIS tout au long de l'Histoire de l'Afrique vécue ensemble avec les Européens esclavagistes et colonisateurs... Passons l'époque de l'esclavagisme et voyons cette nouvelle triste période de l'Afrique qui débute à la Conférence de Berlin de 1884-1885 du partage de l'Afrique entre les puissances occidentale.

Ce vaste territoire qu'avant 1885 que les Européens avait baptisé le BASSIN du CONGO nous couvrait tous du Cameroun jusqu'à une partie de l'Afrique de l'EST.
Mais au moment du partage de l'Afrique en 1885 à Berlin, le seul et l'unique territoire qui va garder le nom de CONGO, c'est le territoire actuel de la RDC et qui avait été l'Etat Indépendant du Congo (EIC) de Léopopld II.

Bref, nous les Congolais de la RDC, malgré la dureté de la colonisation que nos ancêtres avaient subie, nous étions parmi les rares colonisés d'Afrique qui portions un nom africain indigène des de « CONGOLAIS ». Pendant que les autres, ceux de l'Afrique Occidentale Française (AOF) et ceux de l'Afrique Équatoriale Française (AEF) se drapaient dans la fierté d'être FRANCAIS et de l'autre côté PORTUGAIS de la Province portugaise d'Angola.

Avec, les Belges, pas de mélange possible, ni de nom, ni de statut. C'éatit méchant peut-être,mais au moins c'était clair et non-hypocrite. Ils étaient des BELGES et nous des CONGOLAIS. Et, nous avons été CONGOLAIS tout au long des 80 ans de la colonisation belge.

Et au jour dit du 30 juin 1960, nous avons changé de statut, d'anciens colonisés, nous devenions une Nation à construire, mais nous gardions notre nom de CONGOLAIS. Et c'est normal et logique. En effet, quand on entre en prison avec un nom connu, à la sortie de la prison l'on ne change pas de nom, à moins d'avoir été un grand criminel pour se faire oublier.

Quant à nos frères du Congo-Brazzaville, c'est-à-dire les ex-Français de l'AEF, si le territoire du Congo-Brazza actuel, pendant la colonisation, était désigné officieusement par « CONGO-FRANCAIS », cela on ne le doit qu'aux CONGOLAIS de l'x- CONGO-BELGE.
Et l'évocation du Congo-Français découlait analogiquement de l'existence à la fois du CONGO-BELGE officiel et d'une partie des Indigènes du CONGO-BELGE et une autre partie des habitants de l'AEF avec lesquels ils partageaient un passé, un territoire et un nom commun, à savoir l'ancien Royaume du Kongo et les Bakongo.
Et c'est ces mêmes Bakongo du CONGO-BELGE qui vont parler officieusement du « CONGO-PORTUGAIS » quand ils parlent de la partie portugaise (Angola) habitée par d'autres Bakongo.

Quand intervint l'avènement de Simon KIMBANGU en 1921, le mouvement messianique déclenché au Congo-Belge va s'étendre au "Congo-Français" et au "Congo-Portugais" et il va donner des disciples à Simon KIMBANGU en la personne de MATSWA (Congo-Français/AEF) et en la personne de Simao TOKO (Congo-Portugais/Portugal).

Quand en 1950 à Léopodville se crée par NZEZA-NLANDU, l'Association des Bakongo (ABAKO) pour la défense de la langue et de la culture kongo, tous les Bakongo de l'Afrique (Congo-Belge, l'AEF et Portugal) statutairement et dans le fait ils en faisaient partie, ainsi que tous les locuteurs de la langue kikongo au Congo-Belge.

Ainsi , en 1958 quand nos frères de l'AEF habitant la patrie de l'AEF que nous CONGOLAIS appelions « officieusement » « CONGO-FRANCAIS », sous la houlette de l'Abbé Fulbert YOULOU et les OPANGAULT, ils obtinrent leur autonomie , prélude à leur indépendance, ils choisirent le nom du CONGO, comme si subitement le nom de FRANCAIS qu'ils portaient si fièrement devenait ringard et lourd à porter.

Et lorsqu'en 1960, l'ex-CONGO-BELGE devint indépendant, nous Congolais de l'ex-CONGO-BELGE nous demeurions toujours CONGOLAIS que nous avons toujours été. Car nous n'avions jamais été désignés comme « Congolo-Belges » ou « Belgo-Congolais » pendant la colonisation, jamais !

L'ONU par ordre alphabétique enregistra nos deux Républiques sœurs comme République du CONGO-BRAZZAVILLE suivie de République du CONGO-LEOPOLDVILE (ou CONGO-KINSHASA, après au changement du nom de la capitale Léopoldville).

Ce n'était nullement une exception, les 2 Corée, les 2 Chine, les différentes GUINEE sont à l'ONU avec leur nom commun.
En principe nous Congolais de la RDC devrions avoir plus de fierté à porter le nom de CONGOLAIS que d'autres Congolais d'autres territoires que l'ex- CONGIO-BELGE qui choisiraient ce nom.

PE. LUMUMBA, KASA-VUBU et d'autres ténors de la lutte pour l'indépendance de l'ex-Congo-BELGE vivant, la République Démocratique du Congo ne se serait jamais appelée ZAIRE.
Et c'est cela que les membres de la Conférence Nationale Souveraine (CNS) avaient compris en décidant de reprendre le nom de la RDC avec ses emblèmes et armoiries.
Et Laurent-Désiré Kabila en 1997, les déborda à leur gauche. Dommage ,car tout aurait dû se faire en douceur.. Mais cela est une autre histoire.

Ce que nous devons retenir est que personne ne peut se permettre de nous disputer la primauté du nom de CONGOLAIS qui est notre patrimoine.
Il n ' y a qu'aux FAIBLES qu'on peut arracher leur patrimoine qu'ils détiennent tout au long de leur histoire.

Savoir est un grand argument de liberté et des droits !

Albert KISUKIDI

more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

ÉCOUTEZ. François Hollande : "Nous, la droite..."

ÉCOUTEZ. François Hollande : "Nous, la droite..." | De toi à moi | Scoop.it
En 1983, le président de la République se faisait passer pour un homme de droite ! Une tromperie qui prend une tout autre saveur aujourd'hui...
Pépée Ngongolo Mefalezi's insight:

Difficile après cela de fustiger les faux-semblants et les mensonges en politique ! Difficile de crier au traître quand un politicien de gauche passe à droite (ou réciproquement) ! Difficile enfin d'en appeler à la morale en politique ! Ou de faire de la transparence, de l'honnêteté et de la "traçabilité" de nos dirigeants une valeur cardinale et irréductible de notre démocratie ! François Hollande ou l'art de la dissimulation...


Source : www.lepoint.fr  

more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

Le jour où j'ai été tchipée dans le métro

Le jour où j'ai été tchipée dans le métro | De toi à moi | Scoop.it
Le tchip est une onomatopée qu'on retrouve dans presque toutes les diasporas africaines.

Avez-vous déjà été tchipé? Moi oui. A mon insu, car à l’époque, j’ignorais l’existence de ce verbe transitif.

Heure de pointe dans le métro parisien, personne n’ose se regarder, ni faire le moindre mouvement, sinon les six personnes devant vous risquent de s’énerver.

Au moment où vous vous apprêtez à descendre du wagon, vous bousculez un jeune homme, qui en l’espace de trois secondes vous lance un regard méprisant et vous tchipe. Aucun mot. Et pourtant son agacement n'échappe à personne.

Le tchip est une onomatopée produite par un mouvement de succion des lèvres contre les dents parallèlement à un mouvement opposé de la langue.

Il n’est pas rare que l’onomatopée soit accompagnée d’un mouvement de tête, allant dans le sens inverse de la personne qu’on tchipe. Eh oui! L’exaspération est telle que la personne qui tchipe se détourne de celle qui la contrarie.

Le tchip, c’est encore plus fort qu’une insulte.»

Encore plus fort, car le tchip n’a pas d’équivalent dans la famille des insultes. Tchiper une personne, ce n’est pas exactement lui dire «tu m’énerves» ou «mais qu’est ce que tu es con». Non, le tchip ne se réduit pas à une vulgaire insulte. C’est peut-être là toute sa force.

Le tchip est l’une de ces onomatopées, reprises et véhiculées par la majorité des cultures noires qu’elles soient africaines, caribéennes ou américaines.

Au Burkina Faso, cette onomatopée est appelée «Tchouro». Aux Etats-unis, les Africains-Américains utilisent l’expression “to suck his teeth”, ce qui signifie littéralement «sucer ses dents».

En Afrique, les onomatopées ont une place qu’elles n’ont pas Europe. La littérature orale africaine permet l’existence d’une variété d’onomatopées dont la littérature écrite est dépourvue.

Au final, même si le phénomène est courant, le tchip est rapidement devenu «le marqueur d’un groupe restreint, une manière de signaler ouvertement son appartenance sociale et culturelle», selon le linguiste Pierre Hambye.

 

Source : http://www.slateafrique.com 

more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

Les cinq fois où Jossart a survécu miraculeusement

Les cinq fois où Jossart a survécu miraculeusement | De toi à moi | Scoop.it

Depuis le 7 septembre 1953, il a empilé, une à une, les années d’une vie exceptionnelle par les événements personnels et professionnels qui l’ont façonné. De l’insouciance et l’inconscience de l’enfance, Jossart N’yoka Longo est passé très vite de la mélancolie due à la solitude aux sommets de la musique congolaise aujourd’hui. Entre ces deux périodes, le chanteur aura tout connu : la gloire, l’opprobre, l’empoisonnement, des quolibets et une renaissance artistique inattendue aux cris de Vimba, Vimba, Pschiiiitttt ! Et revoilà le chanteur, le moral regonflé, l’éclat retrouvé et surtout un homme plus que rasséréné et apaisé comme s’il venait enfin de trouver le sens de la vie, comme s’il était enfin parvenu à donner un sens à sa vie. L’ordre et l’enchaînement des coups durs expliqueraient son état d’esprit. Retour sur cinq faits marquants de sa vie et de sa carrière.

Très tôt, seul au monde

Entre un papa salarié à la prestigieuse société Philips, une maman dévouée, attentionnée et une grande sœur qui le couve, N’yoka Longo suit une scolarité exemplaire au Collège Boboto, le collège catholique le plus prestigieux de Kinshasa. Mais très vite ce cocon douillet va se dépeupler et la grande faucheuse emporter tour à tour Papa, maman et yaya. Le jeune orphelin a dû expérimenter ce qu’il y a de plus dur chez un orphelin : on t’offre la compassion, le gîte et le couvert et, en retour, tu te crois obligé de le mériter en te montrant serviable et parfois même servile. Il y aura, outre la famille élargie, des prêtres qui vont prendre Jossart en main et faire son éducation philosophique et religieuse.

Accusé et honni en 1988

Aussi inattendu que cela a dû paraître à l’époque, N’yoka Longo va se bâtir une famille qui s’appelle Zaïko Langa Langa alors que la musique des jeunes manquait de noblesse. La progression et la stabilité de ce groupe l’obsédaient au point parfois d’en faire presqu’une affaire personnelle. Et à ceux que cela surprenait, il répondait qu’il a vécu avec les musiciens de Zaïko Langa Langa plus qu’avec les membres de sa famille élargie : « Je les connais et ils me connaissent plus que mes oncles, tantes et cousins ».

Jossart a toujours vécu comme un déchirement chaque scission de cet orchestre, même quand elle était inévitable et se révélait au final salutaire. Mais la plus terrible fut la création, en 1988, de Zaïko Familia Dei accompagnée d’une campagne médiatique impitoyable à son encontre. Le coupable parfait encaissa sans se défendre jusqu’à quand il décida de me livrer longuement sa vérité à Nsele où l’orchestre était interné pour éviter le naufrage et résister à la tempête Machette Likwangola. La longue interview publiée dans « Elima-Dimanche » était une première pour cet artiste taciturne. Bien lui en prit car il donna à voir une générosité et une droiture insoupçonnées. Outre l’affaiblissement de l’orchestre juste quand il devait se produire au Zénith de Paris, N’yoka Longo était meurtri de voir ses frères Bimi Ombale et Lengi Lenga quitter le groupe comme il le dira avec rage lors des obsèques du premier cité, plus de vingt ans après.

Breuvage assassin servi par une main au dessus de tout soupçon

À chaque fois qu’il en parle, l’émotion est palpable et donne l’impression de ne pas toujours réaliser qu’un proche ait osé lui faire cela : le bon vin blanc qu’il adorait, Jossart a dû l’avaler, un soir à Kinshasa, assaisonné d’un poison carabiné qui ne devait lui laisser aucune chance. La mort, pourtant réputée insatiable, se refusa à lui. De quoi renforcer la foi de ce catholique pratiquant qui s’abstient toujours de dénoncer son empoisonneur et envers qui il se comporte comme si rien ne s’était passé.

Visa pour la prison

Par nécessité ou simplement tenté par l’argent facile, N’yoka Longo va se retrouver accusé de trafic des visas. Cela lui vaudra une longue détention provisoire dans une prison de Belgique. Sa culpabilité n’était pas formellement établie mais des indices le rendaient fortement suspect aux yeux d’un juge belge un peu rigoriste. À sa sortie de prison, le chanteur va s’effondrer en larmes devant les caméras d’une télé congolaise.

S’ensuivront un long séjour en Europe pendant lequel l’artiste perdit de son aura et de sa superbe même s’il réalisa la chanson Les 19 minutes de Ngwasuma devenue un must des soirées et fêtes congolaises et aussi un album de qualité RencontreS sans oublier des concerts mémorables comme celui du 38ème anniversaire de Zaïko Langa Langa à la salle Le Millénaire en région parisienne.

Face à la pluie des quolibets, il enfile la carapace d’une tortue

Après plus de six ans de séjour qu’il trouvait lui-même interminable, les mélomanes congolais avaient déjà enterré Jossart N’yoka Longo. Peu de gens le voyaient, en effet, relancer Zaïko Langa Langa dans un contexte musical dominé par Koffi Olomide, Werrason et JB Mpiana. Surtout que ces trois chanteurs ont imposé une musique qui est ce que l’antéchrist est à Jésus. Jossart fera même l’objet de railleries et de moqueries de la part de ses musiciens restés en Europe. Internet leur servit de défouloir et de potence pour leur ancien patron. Son honneur bafoué, sa dignité attaquée, l’intéressé va pourtant connaître une renaissance éclatante : deux chansons d’ambiance (génériques), deux reprises et la danse Mukongo ya koba vont rendre Kinshasa à Jossart et Zaïko comme on rendrait son royaume à un souverain auréolé d’une reconquête chevaleresque.

Retour à ses vraies valeurs

Est-ce la prison ou la pondération et la lucidité d’un homme assagi par la force des choses ? Malgré l’euphorie d’une grande popularité retrouvée et le fait d’amasser et de brasser des billets verts toutes les semaines, à 59 ans, Jossart N’yoka Longo a remis sa foi au cœur de sa vie et aussi de celle de son orchestre. Chaque séance de répétition et chaque concert sont précédés d’une séance de prières. Deux musiciens qui ont pris l’habitude de se soustraire à ces séances ont écopé récemment d’une suspension. On peut trouver peu démocratique le fait d’imposer sa foi à ses collaborateurs, mais comment ne pas saluer la promotion qu’il fait, par ce biais, des valeurs universelles comme l’amour du prochain, la générosité, la tolérance, l’humilité et la repentance perpétuelle ?

 

Par : Botowamungu Kalome(AEM)

 

 Source : http://www.afriquechos.ch

more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

Siatula show : Fête de l'Indépendance à l'Ambassade la RDC (Mister Siatula)

more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

MICHAEL JACKSON ET ADOLPHE DOMINGUEZ EN RDC

(Parodie) Michael Jackson fait la pub de Dominguez Tata Adolpheen Afrique "RD Congo"...

more...
No comment yet.
Scooped by Pépée Ngongolo Mefalezi
Scoop.it!

Aux femmes exceptionnelles

Aux femmes exceptionnelles | De toi à moi | Scoop.it

Aux femmes exceptionnelles

Monsieur et Madame regardent la télé, quand tout à coup
madame dit : "Je suis fatiguée et il se fait tard, je crois que je vais aller me coucher.
Elle se rend à la cuisine pour préparer les petits déjeuners du lendemain, rince tous les bols de pop-corn, sort de la viande du congélateur pour le souper du lendemain soir, vérifie s'il reste des céréales, remplit la boite à sucre, met des cuillères et des bols sur la table et prépare le café pour le lendemain matin.
Puis, elle met le linge dans le sèche-linge, met une autre brassée dans la machine à laver, repasse un chemisier et recoud un bouton.
Elle ramasse les journaux qui gisent sur le plancher, des pièces de jeux qui traînent sur la table et remet l'annuaire téléphonique en place.
Elle arrose les plantes, vide les paniers de linge et étend les serviettes pour les faire sécher.
Elle baille et s'étire et, se dirigeant vers la chambre à coucher, elle s'arrête près du bureau, écrit une note au professeur de son fils, lui sort de l'argent et ramasse un livre de classe qui traînait sous une chaise.
Elle signe une carte de fête pour un ami, adresse et colle un timbre sur l'enveloppe.
Elle écrit une petite liste pour l'épicerie.
Elle met l'enveloppe et la liste près de son sac. Elle ajoute trois choses à faire sur sa liste du lendemain.
Elle se rend à la salle de bains, s'applique de la crème sur le visage, brosse ses dents puis se fait les ongles.
Son mari lui dit : "Je croyais que tu allais te coucher !"
"J'y vais", répond-elle.
Elle remplit le bol d'eau du chien et met le chat dehors, puis elle s'assure que les portes sont fermées.
Elle fait le tour des chambres des enfants, donne une pastille à celui qui tousse, replace une lampe, raccroche une chemise, met les chaussettes sales dans la corbeille à linge et échange quelques mots avec un des adolescents qui est encore à faire ses devoirs.
Une fois rendue dans sa chambre elle programme l'alarme de son réveil , sort ses vêtements pour le jour suivant, replace le support à chaussures.
Pendant ce temps, son mari ferme le téléviseur et dit tout bonnement :"Moi aussi je vais me coucher", il se rend dans la chambre et se couche...
Cela vous rappelle-t-il quelqu'un que vous connaissez ou que vous avez connu ???
De plus elle doit toujours être jolie, sexy, souriante, de bonne humeur, pas chiante et quand sexisme rime avec féminisme et objectivisme, c'est un plaisir !
Bravo, les mamans !

more...
No comment yet.