David Michelin
12 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by David Michelin from L'expertise immobilière
Scoop.it!

Le salon des nouvelles technologies pour l'immobilier au Palais Brongniart !

Le salon des nouvelles technologies pour l'immobilier au Palais Brongniart ! | David Michelin | Scoop.it

La première édition du salon Rent, Real Estate & New Technologies, se déroulera au Palais Brongniart, à Paris, les 5 et 6 novembre prochains. Destiné à tous les professionnels de l’immobilier, ce salon sera pour eux l’occasion de créer un échange avec les acteurs des nouvelles technologies. A deux mois de l’évènement, Hervé Parent, l’un des organisateurs, nous présente les temps forts de cette manifestation.

 

Comment se présente cette première édition du salon Rent ?

La première édition de Rent se présente très bien. Un lancement est toujours une aventure, mais nous sommes très confiants car des partenaires médias, des intervenants de haut niveau et tous les exposants potentiels nous ont fait confiance et ont répondu présents dès le départ. Nous pensons que le salon Rent est un évènement pertinent, dont la profession immobilière avait besoin. Aujourd’hui, à deux mois de l’évènement, les deux tiers de nos stands sont réservés. Soixante-dix exposants et plus de mille visiteurs sont attendus.

 

Quelle sera la typologie des exposants présents sur le salon ?

Plusieurs thématiques se dégagent clairement : un pôle sera consacré aux systèmes d’informations et aux logiciels ; un autre sera dédié à l’image et regroupera toutes les technologies liées à la visite virtuelle, la 3D, la photo spécialisée, la réalité augmentée, les plans ; et enfin, une partie sera centrée sur la thématique des services d’aide à la commercialisation ou à la diffusion des biens, à la communication sur Internet, sans oublier les services marketing innovants et sophistiqués. La manifestation aura une approche internationale avec la présence de trois stands pays représentés par le Canada, la Belgique et la Suisse. Toutes les interventions seront également traduites en anglais.

 

Quels seront les temps forts de la manifestation ?

Tout d’abord, la conférence inaugurale sur le webmarketing pour l’immobilier qui sera animée par Jimmy Mackin, le meilleur spécialiste américain sur le sujet. L’autre évènement très important sera le dating entre les business angels et les start-up. Cette rencontre permettra de découvrir de nouvelles innovations qui ne sont pas encore sur le marché. Enfin, un espace sera spécialement aménagé pour y accueillir les démonstrations des solutions proposées par les exposants. L’objectif du salon est de multiplier les occasions de rencontres, mais aussi d’affaires, à la fois sur les stands, lors des démonstrations, des conférences, des cocktails ou encore dans les espaces lounge mis à disposition.

 

Que réservent les conférences et keynotes de cette première édition ?

Douze conférences et keynotes sont au programme pour répondre à deux thématiques principales : la première, généraliste, abordera les problématiques liées au marketing de l’immobilier, les réseaux sociaux ou encore le marketing comportemental ; l’autre thématique sera, quant à elle, plus axée métier, et traitera de sujets pratiques, tels que l’agence immobilière de demain, le pilotage de l’agence immobilière, l’impact d’Internet sur l’immobilier d’entreprises ou la commercialisation des logements neufs à l’heure du tout virtuel.


Via Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
more...
Pôle-immo's curator insight, September 27, 2013 7:30 AM

www.annuaire-immobilier.pole-immo.com: Annuaire exclusivement réservé aux professionnels de l'immobilier, agences immobilières, mandataires, réseaux ainsi que les métiers et services connexes au secteur de l'immobilier ...

Scooped by David Michelin
Scoop.it!

Les nouveaux visages du viager immobilier

Les nouveaux visages du viager immobilier | David Michelin | Scoop.it
Depuis des décennies, le viager immobilier est une opération immobilière de gré à gré qui met en relation deux personnes physiques (l'une acheteuse et l'autre vendeuse).

 

Face à l'allongement de la durée de la vie et aux besoins croissants de liquidités des seniors, des nouvelles formules de viager font leur apparition. Le 25 octobre, la société 123 Venture a lancé la sicav 123 Viager. Après une collecte de fonds réalisée auprès d'épargnants en quête de rendement, la société de gestion va se constituer, entre 2013 et 2014, un portefeuille immobilier d'environ 300 biens achetés en viager à des particuliers. Comme dans le viager « classique », ces derniers toucheront du cash à la suite de cette opération. Ils auront au préalable été sélectionnés en fonction de l'emplacement de leur bien.


Mutualiser le risque


Ce système joue sur la mutualisation du risque, qui ne repose plus sur le décès d'une seule personne, mais d'une population. Depuis un an, la mutuelle Corem propose à ses sociétaires le concept de « viager mutualisé ». « C'est une façon pour les retraités de monétariser leur patrimoine immobilier », indique Eric Guillaume, directeur général de Coremimmo, filiale immobilière de cette mutuelle. A partir de la valeur d'expertise du bien à laquelle est ôtée une valeur d'usage (calculée en fonction de l'espérance de vie), Corem propose de verser, au vendeur, un capital. Ainsi, une femme de soixante-quatorze ans propriétaire d'un bien estimé à 280.000 euros pourra, après de savants calculs, percevoir 126.289 euros, tout en continuant à vivre chez elle. En cas de décès, les héritiers disposeront d'un droit de préemption leur donnant le droit d'acheter le bien de leurs parents défunts.

more...
No comment yet.
Rescooped by David Michelin from L'expertise immobilière
Scoop.it!

Loi de finances 2014 : ce qui va changer pour l'immobilier

Loi de finances 2014 : ce qui va changer pour l'immobilier | David Michelin | Scoop.it

Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté le 25 septembre dernier. Si le texte ne prévoit pas de bouleversements, l'immobilier est concerné pas plusieurs mesures : baisse de la TVA sur les travaux de rénovation des logements, hausse des frais de notaire, aménagement du crédit d'impôt « vert » et de l'éco-PTZ, gel des aides au logement. Par ailleurs, le PLF 2014 entérine la réforme de la taxation des plus-values immobilières des particuliers entrée en vigueur le 1er septembre dernier. Panorama des nouveautés du budget 2014.

Le projet de loi de finances pour 2014 (PLF 2014) a été présenté en Conseil des ministres puis à la presse le 25 septembre dernier. Selon le ministre de l'Économie et des Finances Pierre Moscovici, le budget 2014 poursuit deux ambitions : « stimuler la croissance et dynamiser l'emploi ».
L'immobilier est comme chaque année concerné par plusieurs mesures : réforme de la taxation des plus-values, hausse des frais de notaire, aménagement des aides écologiques, etc. Le point sur le futur budget 2014.

 

Le projet de loi de finances entérine la réforme des plus-values immobilières du 1er septembre 2013

Afin de « fluidifier le marché immobilier » mais aussi de « lutter contre la rétention foncière », la taxation des plus-values immobilières des particuliers est réformée depuis le 1er septembre 2013. Cette réforme est validée par le projet de loi de finances pour 2014 qui en reprend l'intégralité.

L'allègement de l'impôt pour les ventes de résidences secondaires

Pour fluidifier le marché et créer un « choc d'offre », c'est-à-dire augmenter le nombre de transactions qui a beaucoup chuté depuis deux ans, la taxation des plus-values réalisées lors de la vente d'une résidence secondaire est grandement allégée depuis le 1er septembre dernier. Il est vrai que la baisse du volume des transactions pénalise fortement le budget des collectivités locales qui touchent l'essentiel de l'impôt intégré aux frais de notaire payés lors de chaque transaction...
L'allègement de la taxation passe par :

la réduction du délai de détention de 30 à 22 ans pour la part de la taxation correspondant à l'impôt sur le revenu ;des abattements pour durée de détention plus avantageux ;un abattement exceptionnel supplémentaire de 25 % pendant un an.

Au total, pour les particuliers l'économie d'impôt est importante : de plusieurs milliers à plusieurs dizaines de milliers d'euros selon les situations. Il est donc redevenu très intéressant de vendre !
Cet allègement concerne tous les logements autres que la résidence principale (résidence secondaire,investissement locatif) ainsi que tous les autres biens immobiliers autre que les terrains à bâtir). Rappelons que la vente d'une résidence principale est systématiquement exonérée de taxation sur la plus-value.

 

L'alourdissement de la taxation pour les ventes de terrains à bâtir

Pour lutter efficacement contre la crise du logement, il faut construire plus qu'actuellement... mais construire nécessite des terrains à bâtir. Pour mobiliser ceux qui appartiennent en nombre aux particuliers, le gouvernement va utiliser l'arme fiscale en durcissant fortement la taxation sur les terrains à bâtir. L'idée est de lutter contre la « rétention foncière », phénomène qui consiste à conserver son terrain le plus longtemps possible pour faire baisser la taxation sur la plus-value voire à bénéficier d'une exonération totale. Pour y parvenir, les abattements pour durée de détention seront purement et simplement supprimés à compter du 1er janvier 2014 afin de dissuader les propriétaires de terrains à bâtir d'attendre pour vendre. En effet, à compter de cette date, l'intérêt de conserver un terrain sera fiscalement nul.
En revanche, il y a un intérêt à vendre d'ici le 31 décembre 2013 pour bénéficier des actuels abattements !

 

La possible augmentation des frais de notaire

Les frais de notaire payés par l'acheteur devraient augmenter notablement en 2014.

Une hausse des frais de notaire de 0,7 point pendant deux ans

Toute vente immobilière s'effectue chez le notaire et occasionne des frais d'acquisition supportés par l'acheteur qui représentent de 6 à 7 % du prix d'achat dans l'ancien. Ces « frais de notaire », comme il est d'usage de les qualifier, sont en grande partie constitués par l'impôt, appelé « droits de mutation » ou « droits d'enregistrement ».
Le taux global de cet impôt est aujourd'hui de 5,09 % du prix du bien dont un droit départemental d'un montant maximal de 3,80 % du prix. Le plafond du droit départemental serait porté à 4,50 % soit une hausse de 0,7 point. Le surcoût pour l'acheteur serait donc de 1.050 € pour un bien de 150.000 €, de 3.500 € pour un bien de 500.000 € et de 7.000 € pour un bien de 1.000 000 €. La mesure serait transitoire et s'appliquerait pendant deux ans du 1er mars 2014 au 29 février 2016.

Une hausse des frais de notaire qui finance la solidarité mais pénalise les acheteurs

La hausse des frais de notaire s'explique par la volonté du gouvernement d'aider les départements qui peinent à financer les dépenses de solidarité qui leur incombent (RSA, prestation de compensation du handicap, etc.) et qui augmentent dans le contexte actuel de crise économique et sociale. Mais elle est aussi un mauvais signal pour des acheteurs déjà très attentistes ! Une hausse aussi substantielle du coût global d'un achat vient également contrecarrer la volonté de fluidifier le marché qu'illustre la réforme de la taxation des plus-values immobilières. Les deux mesures peuvent même apparaître contradictoires, au moins dans leurs effets...
Il est difficile de savoir laquelle des deux mesures l'emportera et si l'espoir de voir le volume des transactions augmenter se réalisera.

 

La probable baisse de la TVA pour les travaux de rénovation des logements

Les travaux de rénovation (amélioration, transformation, aménagement et entretien) portant sur les logements achevés depuis plus de deux ans bénéficient actuellement de la TVA au taux réduit de 7 %, taux qui devait passer à 10 % au 1er janvier 2014. Le projet de loi de finances prévoit de ramener ce taux à 5 % à compter du 1er janvier 2014. Le projet de loi limite cette mesure aux seuls logements sociaux mais le président de la République a annoncé le 20 septembre dernier qu'elle concernerait également le parc privé, du moins en ce qui concerne les travaux d'économie d'énergie. Cette mesure poursuit un double objectif : soutenir l'emploi dans le secteur du bâtiment et favoriser la « transition énergétique ».

Le taux de la TVA sera également réduit à 5 % (contre 7 % aujourd'hui) pour les opérations d'accession à la propriété dans les zones d'aménagement et de rénovation urbaine (zones dites « ANRU ») et à leur périphérie.

La nouvelle réforme des aides écologiques (crédit d'impôt « vert », éco-PTZ)

Comme c'est le cas depuis plusieurs années, les aides aux travaux d'économie d'énergie seront une nouvelle fois réformées, avec comme contrainte deux objectifs difficilement conciliables :

la nécessité de rendre les aides suffisamment puissantes et efficaces pour encourager la transition énergétique et la rénovation thermique (en plus de leur aspect écologiquement vertueux, ces travaux concernent des emplois non délocalisables) ;la nécessité de maîtriser la dépense publique.

Pour atteindre cet équilibre, le crédit d'impôt en faveur du développement durable (CIDD), dit crédit d'impôt « vert », et l'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) seront modifiés :

le CIDD serait réservé à la réalisation d'un bouquet de travaux (au moins deux actions), sauf pour les ménages modestes ; les taux du crédit d'impôt seront simplifiés : 15 % pour une seule action, 25 % pour un bouquet de travaux ;le CIDD serait recentré d'une part sur l'isolation thermique de l'habitat et d'autre part sur les équipements de production d'énergie renouvelable ne bénéficiant pas d'autres formes de soutien public ou encore peu diffusés. Seront donc exclus les panneaux photovoltaïques, les appareils de régulation de chauffage ainsi que les équipements de récupération et de traitement des eaux pluviales ;les propriétaires bailleurs ne bénéficieront plus du crédit d'impôt « vert » et devront se contenter de déduire les dépenses de travaux de leurs revenus fonciers ; l'octroi de l'éco-PTZ sera, à terme, conditionné par le recours à des entreprises satisfaisant à des critères de qualification. Cette « éco-conditionnalité » vise au bon usage de la dépense publique ainsi qu'à l'émergence d'une filière d'excellence en matière de travaux écologiques ;l'éco-PTZ sera prorogé jusqu'au 31 décembre 2015.Le gel des aides au logement (APL, ALS, ALF)

Dans un objectif de « maîtrise » des dépenses de l'État, les barèmes de l'aide personnalisée au logement (APL), de l'allocation de logement sociale (ALS) et de l'allocation de logement familiale (ALF) ne seront pas revalorisés comme chaque année au 1er janvier et resteront donc identiques en 2014 à ceux de 2013. Cette absence d'augmentation des aides au logement est un mauvais coup, notamment pour les étudiants dont les syndicats ont dénoncé la mesure. Le pouvoir d'achat des locataires devrait donc baisser sauf à voir l'encadrement des loyers prévu par la loi Duflot dite « Alur » s'appliquer rapidement.

 

 


Via Julien Arthapignet (Acheterduneuf.com)
more...
No comment yet.