Marasme vous avez dit marasme?

L'histoire de Benoît Lauwerier est un exemple à suivre.

Il mène de main de maître sa petite entreprise générale  du bâtiment depuis 2005.

Sa spécialité : rénover, agrandir faire du beau avec du vieux.

Son affaire prenant de l'envergure , il investit dans l'humain.

C'est ainsi qu'il fait le choix de transmettre son savoir faire à des jeunes en contrat de professionnalisation.

Première expérience : échec, manque de motivation, erreur de casting qu'à cela ne tienne il réitère.

Deuxième recrutement : idem avec l'envie qui s'émousse.

Car intégrer, former, accompagner nécessitent  du temps, de l'organisation et de la méthodologie.

Face à ce constat, il n'est plus très sûr de vouloir intégrer du personnel même si le travail ne manque pas.

Il croise Jean Yves , ancien de la publicité, sénior qui souhaite se reconvertir.

Jean Yves , motivé, fort d'une expérience réalise une évaluation dans sa structure.

Pourtant monsieur Lauwerier hésite.

Mais vous avez dit banco pourquoi ? " J'ai compris que pour faire avancer mon entreprise , il fallait que je sois accompagné . J'ai rencontré Natacha Danilov de Ctes qui m'a montré l'intéret de recruter un sénior, les différents coûts de recrutement selon les contrats, que le salarié avait besoin de s'adapter sur le terrain et d'être suivi par un tuteur externe. Je connais mon métier mais j'ai eu l'habitude d'avancer seul alors je peux passer à côté de certains détails "

Jean Yves a signé son contrat comme cadeau de Noël et monsieur Lauwerier montre que choisir un sénior en contrat d'insertion c'est montrer l'exemple.

 

Affaire à suivre

Voldina