Crapaudvert
49 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Ahmed Chfouka from Spiritualité - Mythes - Psychologie
Scoop.it!

Cherche « femme mystère » ayant jeté une antiquité Apple, 100 000 ... - Le Monde

Cherche « femme mystère » ayant jeté une antiquité Apple, 100 000 ... - Le Monde | Crapaudvert | Scoop.it
Cherche « femme mystère » ayant jeté une antiquité Apple, 100 000 dollars à la clé…

Via Jacques Laffitte
more...
No comment yet.
Rescooped by Ahmed Chfouka from Français Langue étrangère
Scoop.it!

Imparfait ou Passé composé?

Imparfait ou Passé composé? | Crapaudvert | Scoop.it

Révision de l'utilisation de l'imparfait ou le passé composé.


Via Pilar_Mun, Sandrine Pac-Kenny
more...
Sandrine Pac-Kenny's curator insight, January 23, 2014 3:44 PM

Excellent travail. J;aime l'idée de la caméra et de l'appareil photo. Attention ski et non sky et il est entré et non il est entrée.

Rescooped by Ahmed Chfouka from Art et Culture, musique, cinéma, littérature, mode, sport, danse
Scoop.it!

Comment lire une oeuvre d'art? : Méthodologie sous forme de carte heuristique

Comment lire une oeuvre d'art? : Méthodologie sous forme de carte heuristique | Crapaudvert | Scoop.it

Via Louis Levy, coup d'oeil
more...
CDI DOUAI Wagnonville 2014's curator insight, November 13, 2013 7:31 AM

ESC - ART

Louis Levy's curator insight, January 11, 2014 2:02 AM

très bien réalisé.

pbernardon's curator insight, January 11, 2014 3:18 AM

Je me sers du MIND-mapping également pour établir mes fiches de lecture d'un ouvrage ou d'un article.

 

Rescooped by Ahmed Chfouka from Art and culture
Scoop.it!

Broken Hopes, Oslo’s Legacy - Un webdocumentaire sur la fragmentation du territoire palestinien occupé

Broken Hopes, Oslo’s Legacy - Un webdocumentaire sur la fragmentation du territoire palestinien occupé | Crapaudvert | Scoop.it
Découvrez une expérience multimédia qui vous emmènera du Sud au Nord de la Cisjordanie, grâce à des témoignages de Palestiniens et d’Israeliens. Vingt ans après les accords d’Oslo, qu’en est-il de la situation en territoire palestinien occupé ?

Via Juan Carlos Hernandez
more...
Juan Carlos Hernandez's curator insight, September 17, 2013 1:29 PM

En cinq étapes, le photographe Cédric Gerbehaye fait le récit du quotidien de la Cisjordanie : accès à l'eau refusé, maisons détruites, contrôles incessants... Bédouins, fermiers, commerçants, militaires et colons israéliens, racontent ce qu'il reste, vingt ans après, des accords d'Oslo : un territoire morcelé et invivable. Un webdocumentaire de l'Agence VU' et Action contre la faim, en partenariat avec Mediapart.

Rescooped by Ahmed Chfouka from A WORLD OF CONPIRACY, LIES, GREED, DECEIT and WAR
Scoop.it!

The Dangers of Radiation with Dr. Edward Group

Dr. Group believes his personal mission is to help the world by teaching and promoting philosophies that produce good health, a clean environment, and positi...

Via Troy Mccomas (troy48)
more...
No comment yet.
Rescooped by Ahmed Chfouka from Le Marche another Italy
Scoop.it!

Urbino | La Citta Ideale | Ben Pentreath Ltd

Urbino | La Citta Ideale | Ben Pentreath Ltd | Crapaudvert | Scoop.it

[...] Urbino is one of those places, like Pienza in Tuscany, or perhaps, I guess, like Florence itself, which was built at a time when people were obsessed about creating the Ideal City. Of course, it’s far from that (um, for a start, it’s incredibly hilly… which makes it very beautiful but somehow not Ideal), but there’s something – something - about Urbino which is as pretty close to the idea of Civilisation as I’ve seen.  So it’s no surprise to find this painting, Laurana’s Ideal City, hanging in the Ducal Palace.  Yes, yes, I should have known that, but all I can say is I was never particularly brilliant at paying attention to the facts. [...]


Via Mariano Pallottini
more...
No comment yet.
Rescooped by Ahmed Chfouka from Natural Products Chemistry Breaking News
Scoop.it!

Occurrence of the Synthetic Analgesic Tramadol in an African Medicinal Plant

Occurrence of the Synthetic Analgesic Tramadol in an African Medicinal Plant | Crapaudvert | Scoop.it

The root of the matter: The analgesic tramadol has been isolated from the root bark of N. latifolia, an African medical plant. This finding is a rare example of a common synthetic drug that occurs at considerable concentrations in nature. Cl purple, N blue, O red.

 

Ahcène Boumendjel1,2,‡,Germain Sotoing Taïwe3,4,5,*,Elisabeth Ngo Bum6,Tanguy Chabrol1,3,Chantal Beney1,2,Valérie Sinniger1,3,Romain Haudecoeur1,2,Laurence Marcourt7,Soura Challal7,Emerson Ferreira Queiroz7,Florence Souard1,2,Marc Le Borgne8,Thierry Lomberget8,Antoine Depaulis1,3,Catherine Lavaud9,Richard Robins10,Jean-Luc Wolfender7,Bruno Bonaz1,3,Michel De Waard

 

Angewandte Chemie International Edition

 

Article first published online: 6 SEP 2013

DOI: 10.1002/anie.201305697


Via NatProdChem
more...
NatProdChem's curator insight, September 6, 2013 3:57 PM

After reversed-engineering here comes "reversed-ethnopharmacognosy" !

Rescooped by Ahmed Chfouka from Remue-méninges FLE
Scoop.it!

Quiz - Passé composé, Imparfait, Plus-que-parfait.

Quiz - Passé composé, Imparfait, Plus-que-parfait. | Crapaudvert | Scoop.it

 C'est l'histoire de Charles. Complétez-la avec la forme convenable du verbe.


Via Pilar_Mun
more...
No comment yet.
Rescooped by Ahmed Chfouka from Art et Culture, musique, cinéma, littérature, mode, sport, danse
Scoop.it!

Mort de Claudio Abbado, chef d'orchestre visionnaire

Mort de Claudio Abbado, chef d'orchestre visionnaire | Crapaudvert | Scoop.it
DISPARITION - Le célèbre chef d'orchestre italien est mort ce lundi, à l'âge de 80 ans. Il avait la particularité de tout diriger par cœur, y compris les opéras les plus longs.

Via coup d'oeil
more...
No comment yet.
Rescooped by Ahmed Chfouka from EXPLORATION
Scoop.it!

L’immigration de remplacement : quand l’ONU et l’UE organisent la disparition des peuples

L’immigration de remplacement : quand l’ONU et l’UE organisent la disparition des peuples | Crapaudvert | Scoop.it
Récemment des nouvelles passées relativement inaperçues ont été publiées malgré l’interdiction des statistiques « ethniques » en Europe : Londres est désormais peuplé de 45 % d’autochtones ( anglais « dit de souche » ), Bruxelles comprend 76 % de sa population issue directement ou indirectement de l’immigration, et en île-de-France 60 % de naissances seraient le fait de populations extra-européennes.

Ce processus de rapide érosion des populations européennes d’origine et leur remplacement par les populations immigrées n’est pas issue de nulle part. Cette politique qui va aboutir à la mise en minorité de la population chrétienne ou traditionnelle de l’Europe a été décidée à New York (ONU) et à Bruxelles (UE). Syndrome de l’aborigène européen ou vaste opération commerciale au détriment des populations mondiales ? Analyse.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2013_05_14/L-IMMIGRATION-DE-REMPLACEMENT-quand-l-ONU-et-l-UE-organisent-la-disparition-des-peuples/


Via L'Esprit Du Moment
more...
No comment yet.
Rescooped by Ahmed Chfouka from Spiritualité - Mythes - Psychologie
Scoop.it!

En 1900, des cartes postales imaginent l'an 2000

En 1900, des cartes postales imaginent l'an 2000 | Crapaudvert | Scoop.it
Marcher sur l’eau : Des trottoirs qui bougent : Déplacer des maisons par train : Cinéma à distance : Machines volantes personnelles : Machine à contrôler le temps : Train-bateau : Sous marins pour touristes : Des toits pour les villes : Encore des...

Via Jacques Laffitte
more...
Jacques Laffitte's curator insight, September 16, 2013 5:13 AM

Le fantasme est le frère jumeau du mythe ! Voici l'avenir que l'on rêvait en 1900 pour l'an 2000. Le plus étonnant est que nombre de ces rêves ont été réalisés, avec à peine quelques petites différences.

J.L.

Rescooped by Ahmed Chfouka from Le Marche another Italy
Scoop.it!

Romantic poet, philosopher Leopardi headed to big screen - ANSA.it

Romantic poet, philosopher Leopardi headed to big screen - ANSA.it | Crapaudvert | Scoop.it

Actor Elio Germano will bring Italian Romantic poet and philosopher Giacomo Leopardi to life in a new film that will soon begin shooting in Italy.
The biopic "Il Giovane Favoloso" (Fabulous Youth), directed by Mario Martone, will be produced by Carlo Degli Esposti for Palomar with Rai Cinema.
Further details are expected to be released late this week.
Germano, a rising screen star in Italy, won the Best Actor Award at the 2010 Cannes Film Festival for his role in "La Nostra Vita", sharing the prize with Javier Bardem for his role in "Biutiful". Shooting on the film is scheduled to start September 16 in the central Marche region the 19th-century writer came from.
The film will be shot not only in Leopardi's birthplace, the small hilltop village of Recanati, but also in cities like Florence, which inspired him, and Naples, where he died aged 38 in 1837.
Leopardi enjoys iconic status in Italy and his poems are widely loved classics. [...]


Via Mariano Pallottini
more...
No comment yet.
Scooped by Ahmed Chfouka
Scoop.it!

UNION EUROPÉENNE: La pêche profonde en Europe - un massacre environnemental ignoré

UNION EUROPÉENNE: La pêche profonde en Europe - un massacre environnemental ignoré | Crapaudvert | Scoop.it
La pêche profonde est un non-sens historique qui peine à prendre fin, d’une façon inversement proportionnelle à la charge d’arguments qui pèsent contre elle.

 

Commençons par un test : tâchez d’imaginer ce que serait votre niveau de tolérance pour un homme qui justifierait de détruire la forêt amazonienne par le nombre d’emplois de conducteurs de bulldozers créés. Comment jugeriez-vous cet argument économique en regard de l’anéantissement d’un réservoir mondial de biodiversité ? Sans doute, seriez-vous enclin à aider ces hommes-là à se convertir vers une activité plus durable même s’ils avaient choisi cette voie en ayant pleinement conscience des dommages irréversibles imposés à la nature et, indirectement, à leurs concitoyens. Ainsi en va-t-il de la pêche profonde en France comme dans le reste du monde : la gouvernance du bien commun se heurte au « menottage » financier des uns et au calendrier électoral court-termiste des autres. Ajoutons à cela une ignorance publique généralisée de la tragédie silencieuse à laquelle nous participons tous en consommant des espèces profondes, bien plus menacées que le thon rouge, et nous aboutissons à l’irresponsable laisser-faire actuel.

 

La destruction massive des écosystèmes marins, crime contre l’humanité

 

Notre pays se trouve engagé dans ce qui sera sans doute jugé dans un avenir proche comme le crime écologique le plus rapide, le plus étendu et le plus absurde de l’histoire de l’humanité : la destruction des écosystèmes marins profonds (au-delà de 200 mètres de profondeur) et des nombreuses espèces vulnérables qui les peuplent, pour éviter de contrarier les intérêts économiques d’une poignée d’individus.

 

Les pêches en eaux profondes se réalisent majoritairement avec des chaluts profonds, c'est-à-dire d’immenses filets de pêche lourdement lestés qui raclent le fond des océans jusqu’à 2000m de profondeur et ne laissent que désolation dans leur sillage. Moins de 300 bateaux (dont en France le groupe Intermarché) à travers le monde participent à cet « océanocide » pour capturer quelques poissons à forte valeur commerciale, mais ils anéantissent de façon irréversible des colonies de coraux vielles de 10 000 ans, patrimoine naturel mondial de l’humanité. Lorsqu’un trait de chalut les réduit en poussière, c’est comme si nous acceptions de jeter à la benne les témoins directs de l’évolution de la vie sur terre et d’effacer une page de notre histoire.

 

Dire que les pêcheries au chalut « ciblent » des espèces est un bien grand mot puisqu’elles ne peuvent pas, par nature, être sélectives ; néanmoins les pêcheurs connaissent les habitudes des poissons et savent où et quand trouver les espèces à forte valeur commerciale : essentiellement le grenadier de roche, la lingue bleue et le sabre noir. Ces poissons, bien qu’apparus récemment sur nos menus (dans les années 1990), sont vite devenus familiers des français, qui en font une si grande consommation que les captures françaises ne suffisent plus à satisfaire la demande nationale et qu’il nous faut désormais importer des poissons profonds de l’étranger.

 

Pourquoi aller pêcher si profond et pourquoi se donner tant de mal pour capturer des poissons dont personne ne voulait il y a encore 20 ans et qui étaient rejetés morts par-dessus bord ?

 

Parce que la pêche profonde résulte directement de l’épuisement des ressources marines dans les eaux de surface. Après avoir surexploité les stocks de poissons en surface, les flottes de pêche industrielles se sont tournées vers les grands fonds pour trouver la ressource qui leur faisait défaut. Cette logique inexorable de la surexploitation des ressources et de la destruction des milieux connaît un épisode particulièrement douloureux dans les grandes profondeurs car là, plus que n’importe où, existe un contraste violent entre l’immense efficacité technologique de l’outil industriel et l’excessive vulnérabilité de la faune et de l’environnement. La pêche profonde résulte donc d’un échec global à gérer de façon durable les écosystèmes côtiers qui forment les zones les plus productives des océans. Alors que les captures de poissons sont en chute depuis le début des années 1990 et que les ressources marines sont exsangues, les nations et les institutions supra nationales comme la Communauté Européenne ou les banques de développement international ont encouragé et financé la construction de flottes de pêche à travers le monde. La capacité de capture est maintenant au minimum deux fois trop importante par rapport aux ressources naturelles.

 

Il faut se représenter les flottes de pêche dans un grand entonnoir : elles sont actuellement engagées dans une course aveugle pour survivre, une sorte de guerre contre la nature qui voit les efforts de pêche se redéployer sur à peu près tout ce qui peut être consommé, sachant que le client final que nous sommes ne fait plus la fine bouche sur ce qu’on lui présente dans l’assiette. Poisson profond, requin, panga, perche du Nil, saumon d’élevage, peu importe tant que cela satisfait notre appétit insatiable pour les protéines animales… Pour le moment, ça tourbillonne dans la partie évasée de l’entonnoir, souvent de façon chaotique car ces changements d’espèces dans les captures ont entrainé de sévères baisses des profits (perte de 45% de la valeur des poissons débarqués par les flottes françaises) qui mettent en péril la viabilité économique des entreprises de pêche. Les ressources s’amenuisant sans cesse, les navires se trouvent de plus en plus aspirés vers l’épilogue : le goulot resserré de l’entonnoir. La réalité de la pêche aujourd’hui est ainsi résumée par la Commission européenne : « Une pression de pêche excessive a érodé la productivité actuelle et future des stocks de poissons ». L’avenir n’est pas riant.

 

Des poissons pêchés pour être relâchés morts dans la mer

 

L'IFREMER a montré que pour trois espèces ciblées par ces navires de pêche, 144 (1) autres sont sacrifiées, remontées des profondeurs puis rejetées mortes à la mer. En effet, l’IFREMER a calculé un taux de rejet moyen des chaluts profonds compris entre 20 et 50% en poids, ce qui signifie que près de la moitié des captures sont rejetées à la mer, mortes.. Quant aux impacts des chaluts sur les écosystèmes profonds, ils sont décriés par l’ensemble des chercheurs internationaux. En 2004, près de 1500 d’entre eux sont même sortis de leur réserve « d’objectivité scientifique » pour se mobiliser et demander à l’ONU d’interdire le chalutage profond comme méthode de pêche. Les quelques nations de pêche impliquées dans ces pratiques (une dizaine) ont alors bloqué le vote du moratoire mais plusieurs résolutions ont depuis été adoptées par l’Assemblée Générale des Nations Unies. Par leur biais, les nations de pêche profonde se sont ainsi engagées à prouver que celle-ci ne générait pas d’impact important pour les écosystèmes marins vulnérables, sans quoi les Etats n’autoriseraient pas les navires à poursuivre leurs activités. Inutile de dire que ces résolutions n’ont pas été suivies d’effet et que bien qu’elle soit de facto devenue une activité illégale, la pêche profonde se poursuit comme si de rien n’était… Voilà donc en résumé ce que pensent chercheurs et institutions internationales des pêches profondes…

 

Une résistance d’irréductibles gaulois grâce aux pouvoirs du lobbying

 

La question désormais est de savoir qui réussira à sauver sa peau dans cette crise profonde du secteur. Les pouvoirs publics vont-ils privilégier le maintien des emplois, du plus grand nombre possible de pêcheurs sur le littoral ou l’efficacité de pêche de quelques grandes entreprises de pêche ? On aimerait croire que le choix va porter sur l’humain, mais ce serait être utopiste de croire que gouvernants et administrations savent faire fi des pressions industrielles et corporatistes qui pèsent sur eux.

 

Qu’on se le tienne pour dit : il vaut mieux ne pas compter sur eux pour maintenir l’emploi dans le secteur. En 15 ans, les marins pêcheurs ont peu à peu été remplacés par une technologie plus performante conduisant à une capacité de pêche toujours plus élevée. On pourrait penser que la performance technologique est automatiquement synonyme de performance économique et que c’est le but poursuivi par les politiques publiques de soutien au secteur de la pêche, mais là encore, nos a priori nous trompent. Une analyse de la situation comptable des trois flottes principales de pêche profonde en France (Euronor, Dhellemmes et Scapêche, la flotte du groupement Les Mousquetaires-Intermarché) révèle pour chacun une exploitation déficitaire chronique, non rentable et non viable, malgré des aides publiques pourtant substantielles, comptabilisées en plusieurs millions d’euros. Alors pourquoi les institutions européennes décident-elles d’allouer des sommes colossales aux pratiques de pêche profonde manifestement non rentables, constamment fragilisées par leur dépendance au gasoil et la flambée des prix de celui-ci, destructrices de la ressource et du milieu marin ? Si la réponse ne réside pas quelque part dans ce qui se nomme le « lobbying », il faudra me faire la démonstration de la rationalité comme de l’humanisme de ces choix de politique publique. Il semblerait que « réseauter » à Bruxelles paye, pas plus tard que le 16 novembre 2010 pour la Scapêche. La flotte d’Intermarché s’est ainsi trouvée propulsée par la Commission Européenne au rang des entreprises de pêche « modèle » méritant de venir exposer, devant un parterre de plus de 400 personnes, leurs pratiques « vertes » et « responsables ». Une présentation dure à avaler pour certains représentants de la recherche et des associations de défense du bien commun, ou quiconque d’ailleurs qui serait un tant soit peu au courant de la réalité de la pêche profonde.

 

Comment, dans ce contexte, la filiale d’Intermarché, la Scapêche, peut-elle auto-proclamer ses pratiques comme « vertes » et s’attribuer un label de « pêche responsable » ? Rien de plus simple, il suffisait d’y penser : le groupe a déterminé ses propres critères de pêche ‘responsable’ et a ensuite demandé au Bureau Veritas de vérifier que l’entreprise se trouvait bien en conformité avec ces règles auto-promulguées, et il va sans dire, sans aucune considération pour l’impact des pêches sur les milieux marins. Le sceau de conformité délivré par Veritas permet ainsi à Intermarché de clamer sur son site que leur label correspond à « un engagement reconnu de tous ». Le « tous » correspondant en réalité à un bureau rémunéré pour certifier la démarche…

 

Il ne restait plus qu’à créer un logo à l’aspect étrangement ressemblant au logo MSC, de plus en plus reconnu par les consommateurs, pour achever de semer une confusion totale dans les esprits des acheteurs. En somme, la recette de l’éco-certification selon Intermarché est simple : des normes déterminées en interne, un chèque à bureau certificateur, un glissement sémantique (remplacement de « durable » par « responsable »), une filiation graphique à un éco-label de référence, et le tour est joué. Voilà comment des poissons comme le sabre noir et la lingue bleue se retrouvent « blanchis » aux yeux du consommateur alors que leur pêche a engendré la capture d’espèces en danger critique d’extinction et la destruction d’écosystèmes et d’organismes profonds extrêmement vulnérables… Heureusement, le Jury de Déontologie Publicitaire a donné raison à BLOOM qui a porté plainte contre Intermarché pour publicité mensongère et leur publicité a été interdite (juin 2012), mais malheureusement, pas le label, qui continue à sévir dans les rayons d'Intermarché...

 

Le chercheur écossais John Gordon a résumé en une phrase la feuille de route à suivre par nos gouvernements et institutions européennes en ce qui concerne l’exploitation des milieux marins profonds : « Le consensus général est que les pêches profondes ne sont pas durables et que la plupart d’entre elles, sinon leur totalité, devraient être fermées. »

 

Destruction de la faune, des écosystèmes, des finances publiques, que leur faut-il de plus pour agir ?


NOUVIAN Claire

 

Claire Nouvian est une environnementaliste qui lutte contre l’exploitation des océans dans le monde. Elle œuvre à sensibiliser le grand public et les autorités aux problèmes posés par l’exploitation d’espèces et de milieux marins vulnérables tels que les requins et les océans profonds. Elle est une fervente défenseuse des océans et des équilibres socio-économiques qui en dépendent, notamment de la pêche artisanale, qu'elle juge laissée pour compte des décisions publiques. Depuis 2005, Claire Nouvian est la fondatrice et directrice de BLOOM, pierre angulaire de toutes ses actions d’éducation et de conseil politique. Elle s’est donné pour mission de partager ses découvertes abyssales avec le monde entier, à travers le livre Abysses et l’exposition éponyme itinérante. Tous deux ont pour but de relayer son combat, au moyen de l'éducation et de la sensibilisation du public.

more...
No comment yet.
Rescooped by Ahmed Chfouka from Newsletter navale
Scoop.it!

Marine et océans | Point de situation sur la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée

Marine et océans | Point de situation sur la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée | Crapaudvert | Scoop.it

Du 24 au 25 juin 2013 s'est tenu à Yaoundé (Cameroun) un sommet de chefs d'Etats et de gouvernements sur la sécurité maritime dans le golfe de Guinée. L'objet de la rencontre était la signature des documents proposés durant la Conférence interministérielle CEDEAO, CEEAC et CGG (Commission du golfe de Guinée) sur la sécurité maritime dans le golfe de Guinée de mars 2013.

Onze chefs d'Etats africains étaient présents à savoir les présidents du Cameroun, du Nigéria, du Gabon, de la Côte d'Ivoire, du Tchad, du Bénin, de la république de Congo, du Burkina Faso, du Togo, du Niger, et de Sao Tomé et Principe. Si nombre d'entre eux étaient d'accord pour une "mutualisation" des efforts et des actions des Etats africains pour lutter contre la piraterie maritime, les résultats concrets ont été réduits à la création d'un centre de fusion du renseignement, au Cameroun, seule mesure adoptée à ce jour.

Plus ambitieux, le président tchadien, Idriss Deby a défendu l'idée que l'Union africaine se dote d'une "composante maritime", avec pour ambition la mise en place d'une force navale internationale, équivalente à celle déployée depuis 2008 dans le golfe d'Aden. Dans sa déclaration, le Représentant spécial pour l'Afrique centrale du Secrétaire général de l'ONU a assuré que les Nations unies apporteront les ressources financières nécessaires à la mise en œuvre d'une stratégie régionale contre la piraterie maritime.

De leur côté, les nations contributrices à l'EU NavFor, qui s'interrogent sur la poursuite de l'opération européenne Atalanta au large de la Somalie au-delà de son mandat de 2014, ou les autres puissances navales déployant des unités au large de la Corne de l'Afrique (Etats-Unis, Russie, Japon, Chine...) mettent en question la possibilité d'une extension de leur action au golfe de Guinée.

Selon un récent rapport de juin 2013 de "Oceans Beyond Piracy", intitulé "Human Cost of Maritime Piracy 2012", le coût de la piraterie maritime dans le golfe de Guinée serait estimé entre 740 et 950 millions de dollars US. Ces chiffres reprennent les estimations des coûts directs faites par le BMI (Bureau maritime international), qui estime qu'en 2012, au moins 966 marins auraient été victimes d'attaques dans le golfe de Guinée et que le coût des marchandises volées par les pirates serait évalué entre 34 et 101 millions de dollars. A cela doivent être ajoutés les coûts indirects comme les surprimes d'assurance...

Trois documents ont fait l'objet de la Conférence interministérielle en mars 2013 :

- une lettre d'intention (Memorandum of Understanding) entre la CEDEAO, la CEEAC et la CGG sur la sécurité et la sûreté maritime en Afrique de l'Ouest et Afrique Centrale.
- une déclaration politique des chefs d'Etats et de gouvernements
- un code de conduite sur la répression de la piraterie, des vols armés sur navires et les activités maritimes illicites (à l'image du Code de Djibouti).

Les impacts économiques sont directs sur les Etats côtiers, notamment le Nigeria, le Bénin, la Côte d'Ivoire, le Cameroun, la Guinée équatoriale, le Gabon et le Togo. Ils concernent également les Etats européens, ce qui pourrait décider ces derniers à prolonger leur action antipiraterie dans le golfe de Guinée, le libre approvisionnement du pétrole exploité sur la zone pouvant être menacé. L'UFIP (Union Française des Industries Pétrolières) estimait en février 2011 que plus de 11% du pétrole brut importé en France provenait de cette région du monde.


Via Patrick H.
more...
No comment yet.