Chroniques inédites (Philosophie, médias et société)
836 views | +0 today
Follow
Chroniques inédites (Philosophie, médias et société)
Chroniques personnelles publiées également sur Tumblr (http://julien-lecomte.tumblr.com), mais pas sur http://www.philomedia.be : prises de position, études de cas, analyses critiques... Thèmes : philosophie (épistémologie et éthique), médias, enseignement et société
Curated by Julien Lecomte
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Confiance et défiance envers les médias

J'ai été interviewé pour cet article relatif à la confiance envers les médias, dans le journal Le Monde : http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/09/26/sale-temps-pour-les-medias_3485500_3246.html

 

J'y tiens le propos suivant : "Parfois, afficher de la méfiance est une façon de se positionner socialement".

 

Au-delà de ce passage cité, la question est très complexe et peut être abordée selon de nombreux points de vue, notamment en regard des opinions déclarées des usagers à l'égard des médias (par exemple via le baromètre TNS Sofres - http://www.tns-sofres.com -, également cité dans l'article), mais aussi en fonction des comportements de consommation de ceux-ci, ou encore de leur signification sociale et culturelle.

 

Plusieurs raisons factuelles peuvent alimenter une certaine défiance (accointances, orientations idéologiques, erreurs, coquilles, simplisme, stratégies marketing fallacieuses, etc.). Une question consiste à se demander si les médias remplissent toujours bien leur rôle social de contre-pouvoir, dès lors qu'il sont eux-mêmes sujets à un tel contre-pouvoir.

 

Cependant, il serait faux de croire que la méfiance est généralisée, absolue (et en outre qu'elle ne serait que rationnelle). Avec Internet, elle trouve de nouveaux lieux où s'exprimer (il suffit de lire les commentaires sur les sites de presse - le cas des trolls, notamment -, ou encore de constater la montée en nombre de sites d'info alternatifs), et elle trouve également un écho dans les médias traditionnels eux-mêmes, via certaines rubriques ou émissions (cf. ma chronique pour l'asbl Gsara : http://www.scoop.it/t/media-et-societe/p/4008274957/causes-toujours-30-pdf).


Par ailleurs, celle-ci n'est pas toujours rationnelle, mais plutôt socio-affective, voire orientée (cf. http://www.philomedia.be et http://www.scoop.it/t/media-et-societe/p/4002779009/critique-des-medias-critique-logique-ou-critique-sociale).

Je consacre une bonne partie de mon ouvrage "Médias : influence, pouvoir et fiabilité" (http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=38392) à la question de la confiance envers les médias.

 

Voir aussi :

- http://www.philomedia.be

- https://ed.stanford.edu/sites/default/files/party_over_policy.pdf

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Lecomte from Média et société
Scoop.it!

« Tout comme les trains, la presse déraille peut-être moins souvent qu’elle ne roule correctement, mais personne n’en parle » | IRM : Imagerie par Résonance Marketing

« Tout comme les trains, la presse déraille peut-être moins souvent qu’elle ne roule correctement, mais personne n’en parle » | IRM : Imagerie par Résonance Marketing | Chroniques inédites (Philosophie, médias et société) | Scoop.it

Publié le 10 septembre 2013 par Julie Vanderkar (Gsara asbl)

Rencontre avec Julien Lecomte, titulaire d’un Master en information et communication, expert auprès du Csem (2012-2013), auteur du livre « Médias : influence, pouvoir et fiabilité » et qui traite notamment d’éducation aux médias.

 

Thèmes abordés :

- Fonctionnement des médias : publicité, économie et impacts sur les contenus et leur fiabilité (exemples : RTBF, RTL-TVI... + phénomènes clash, buzz, etc.)

- Agenda setting (Mc Combs & Shaw)

- Le(s) public(s) sont-ils demandeurs ? Divertissement, socialisation et/ou info

- Analyse critique des médias et médias critiques : Acrimed, Petit Journal, @rrêt sur images, MediaTIC, Medialog...

more...
No comment yet.
Rescooped by Julien Lecomte from Média et société
Scoop.it!

Explosion à Schellebelle : du nombre de morts dans les titres de presse

Explosion à Schellebelle : du nombre de morts dans les titres de presse | Chroniques inédites (Philosophie, médias et société) | Scoop.it

Deux choses :

- De la nécessité (?) de préciser le nombre de morts / blessés dans le titre (seule chose qui compte = chiffrer le drame?)

- De la précision ridicule de ces chiffres alors que les informations (officieuses ou officielles) divergent manifestement

more...
Julien Lecomte's curator insight, May 4, 2013 6:42 PM

Deux choses :

- De la nécessité (?) de préciser le nombre de morts / blessés dans le titre (seule chose qui compte = chiffrer le drame?)

- De la précision ridicule de ces chiffres alors que les informations (officieuses ou officielles) divergent manifestement

Rescooped by Julien Lecomte from Média et société
Scoop.it!

Causes toujours 30 (pdf)


Via Julien Lecomte
Julien Lecomte's insight:

Je me suis entretenu avec Julie VDK de l'asbl GSARA.

 

Thèmes abordés :

- médias publics, médias privés et pub

- stratégies de séduction des médias

- éducation aux médias

- la place de la critique et de l'analyse des médias : dans les médias "traditionnels" (MédiaTIC, MediaLog, Alain Gerlache, Le Petit journal, Vincent Glad...), dans des médias et projets alternatifs (Acrimed, @SI, Gsara, Media Animation...) ainsi que dans des instances (CDJ, CSA, CSEM, AJP...)

- journalisme et opinion

 

La retranscription de cet entretien figure pp. 18-21.

more...
Julien Lecomte's curator insight, September 26, 2013 9:04 AM

Je me suis entretenu avec Julie VDK de l'asbl GSARA.

 

Thèmes abordés :

- médias publics, médias privés et pub

- stratégies de séduction des médias

- éducation aux médias

- la place de la critique et de l'analyse des médias : dans les médias "traditionnels" (MédiaTIC, MediaLog, Alain Gerlache, Le Petit journal, Vincent Glad...), dans des médias et projets alternatifs (Acrimed, @SI, Gsara, Media Animation...) ainsi que dans des instances (CDJ, CSA, CSEM, AJP...)

- journalisme et opinion

 

La retranscription de cet entretien figure pp. 18-21.

Scooped by Julien Lecomte
Scoop.it!

Le Point se déresponsabilise des conséquences de son sondage et échoue ainsi à relever les enjeux de fond

Le Point se déresponsabilise des conséquences de son sondage et échoue ainsi à relever les enjeux de fond | Chroniques inédites (Philosophie, médias et société) | Scoop.it

Le 23 juillet 2013, Le Point publie un sondage pour le moins polémique, sur base des propos de Gilles Bourdouleix : http://www.lepoint.fr/chroniques/hitler-n-en-a-peut-etre-pas-tue-assez-les-propos-de-gilles-bourdouleix-depute-maire-de-cholet-a-propos-des-gens-du-voyage-installes-sur-sa-commune-suscitent-la-polemique-23-07-2013-1707426_2.php

Désormais supprimé, ledit sondage a été maintes fois copié sur Twitter : https://pbs.twimg.com/media/BP2iM-dCcAAeqsI.jpg

 

Suite aux nombreuses railleries et critiques sur les réseaux sociaux, Le Point réagit : « Un journaliste ne s'interdit de poser aucune question, et surtout les plus dérangeantes… » : http://www.lepoint.fr/societe/explications-sur-un-sondage-23-07-2013-1707523_23.php


Voir ici : https://pbs.twimg.com/media/BP22bjACMAEiTEn.png

 

Par cet argument, Le Point se déresponsabilise des conséquences de son sondage et échoue ainsi à relever les enjeux de fond, non seulement sur les questions relatives à la validité de ce sondage, à ses (nombreux) biais manifestes, mais aussi par rapport aux réponses plus ou moins suscitées.

 

Aux environs de 15h45, la rédaction assume davantage et se décide à supprimer le sondage problématique : "Nous comprenons néanmoins que cette question ait pu choquer et nous excusons auprès de nos lecteurs. Pour cette raison, nous avons supprimé le sondage".

 

Coïncidence : le même jour, Le Point publie une interview de J.-M. Le Pen (...) où celui-ci déclare : "Je renvoie bien sûr ces cuistres à l'étude du Larousse". Cette attitude est typiquement ce que je déconstruis dans l'article "Les polémistes sont-ils responsables des interprétations de leurs propos?" : http://julien.lecomte.over-blog.com/article-polemiques-ce-n-est-pas-ce-que-j-ai-voulu-dire-je-persiste-et-signe-99011690.html

 

Ce dernier article offre peut-être un éclairage global sur cette journée au Point. En effet, le problème, c'est qu'il y a tout un public à ces affrontements de surface, un public qui interprète et se positionne. Il se positionne en fonction d'affects, de frustrations et de vécus personnels. Comme dans le cas de l'intervention de Guéant par rapport aux civilisations, le public est ici encore mis devant des choix factices.

Ceux qui prétendent ne pas être responsables des polémiques qui en découlent le sont en réalité d'autant plus dans la mesure où ils adoptent une rhétorique simpliste qui prend le pas sur les questions et enjeux de fond.

Ce public, il est incorrect de ne pas le prendre en compte, de faire comme si seuls les mots et les idées exprimées par les médias ou les politiques comptaient.

Le Point ne peut pas faire comme s'il n'était pas responsable des conséquences de son sondage.

Du moins, il rate le coche d'un double effort, d'analyse et de pédagogie, par rapport à la polémique née de ce dispositif.

 

Au sujet des enjeux de fond (place de la problématique du racisme et autres propos incitants potentiellement à la haine dans les médias, notamment) et de la responsabilité du Point (rôle du journalisme, responsabilité, utilité sociale...), quelques pistes, justement :

- DE HAAN, M. (2013), "Le cordon sanitaire médiatique nous est utile" : http://www.ajp.be/egmi/content/marc-de-haan-atelier3

Marc de Haan ne pense pas que les citoyens belges francophones soient dotés d'un surcroit de moralité par rapport aux autres pays. Or, les partis extrêmistes, radicaux, n'y percent pas comme ailleurs. Une des hypothèses tient dans le "cordon sanitaire" qui n'empêche certes pas de parler de la problématique du racisme, mais bien de tout simplement refuser l'accès à la parole publique à ce genre de discours.

- DESMET, F. (2013), "L'impasse moralisatrice de la lutte contre le racisme" : http://francoisdesmet.wordpress.com/2013/05/07/limpasse-moralisatrice-de-la-lutte-contre-le-racisme/

François Desmet pense quant à lui que cette lutte peut mener à une impasse lorsque celle-ci se résume à une censure arbitraire et parfois peu pertinente, et dans la mesure où c'est du "one-shot", basé sur une logique d'interdictions. Il relève que cette stratégie postule en quelque sorte la malléabilité de l'opinion publique : en gros, si on "censure", c'est parce qu'on a peur que la populace soit influencée et que des dérives en découlent effectivement (hypothèse qui semble malheureusement se vérifier en partie, au vu du nombre de partages liés à des images et propos ambigus ou explicitement haineux).

J'ajouterais que le format médiatique n'est pas toujours propice à la complexité et donc à offrir une place confortable à une déconstruction adéquate des propos simplistes, ce qui donne un "avantage" aux propos de ce type.

Pour F. Desmet, un des problèmes est que la censure confine les auteurs des propos censurés dans leur rôle de victime (et la rhétorique qui l'accompagne) et éventuellement dans leur frustration. "[E]lles [les stratégies d'interdictions et de censure] tendent même, par un effet pervers et inattendu, à cliver et radicaliser des positions qui l’invoquent rapidement de part et d’autre ; elles tendent également à crisper une partie importante de la population qui estime « qu’on ne peut plus rien dire », et qui ignore généralement à quel point sa jurisprudence est limitée et encadrée".

Cela ne règle pas la question des éventuelles "prédispositions" des récepteurs.

Selon lui, un des enjeux se situe justement dans un travail de socialisation de fond, par l'éducation notamment. Ces questions sont complexes et méritent d'être abordées, mais pas n'importe comment, n'importe où.

- LIBOIS, B. (2012), "Médias, éthique et régulation" : http://www.philomedia.be

A la question de savoir si le journaliste peut tout dire, sous prétexte d'informer et de rendre compte de manière "neutre" de l'opinion publique, il faut remettre ce sacro-saint "droit d'informer" (voire ce "devoir" d'informer, comme s'en revendiquent certains missionnaires) dans le contexte de l'utilité sociale du journalisme, de sa fonction dans un Etat démocratique, dans une société harmonieuse. Or, tel qu'il est présenté ici, ce sondage loupe complètement le coche de l'émancipation sociale...

 

Cette problématique est d'autant plus marquée dans la mesure où l'accès à l'espace public peut désormais se faire via les réseaux sociaux, les commentaires sur les sites de presse, etc. On l'a vu avec le cas Trullemans ou encore en 2012 avec des milliers de partages d'une image ouvertement hostile aux étrangers (cf. http://www.philomedia.be ) : quels dispositifs mettre en place pour éviter les dérives menant à la haine, à des comportements ou des mesures antidémocratiques?

Julien Lecomte's insight:

Suite à la polémique résultant du sondage du Point publié mi-juillet, le débat sur la censure des propos racistes est encore une fois relancé. Là où je trouve que Le Point a échoué à reprendre la balle au bond et à s'exprimer de manière constructive à ce sujet, je vous propose plusieurs pistes pour alimenter le débat : "Faut-il censurer les propos racistes ?" | http://www.philomedia.be

more...
Julien Lecomte's curator insight, July 28, 2013 10:23 AM

Suite à la polémique résultant du sondage du Point publié mi-juillet, le débat sur la censure des propos racistes est encore une fois relancé. Là où je trouve que Le Point a échoué à reprendre la balle au bond et à s'exprimer de manière constructive à ce sujet, je vous propose plusieurs pistes pour alimenter le débat : "Faut-il censurer les propos racistes ?" | http://www.philomedia.be

Rescooped by Julien Lecomte from Média et société
Scoop.it!

Twitter / BlogPhilo: La critique traditionnelle ...

La critique traditionnelle des médias pointe des préférences particratiques. Quid de l'idéologie d'un clash nécessaire entre les idées?

 

Que "les" journalistes et "les" gens aient des opinions est normal, mais même des pseudo-intellectuels ne relèvent que les petites phrases.

 

Si l'on sait aujourd'hui que les diverses joutes et débats ont un résultat difficile à mesurer quant aux votes (quid des millions d'euros dépensés en campagnes d'affichages et en papier?), il me semble également légitime de s'interroger sur cette présentation qui lie intimement la discussion et la guerre... Cette idéologie -parmi d'autres- me parait bien plus pernicieuse que la question réductrice et trompeuse des préférences affichées ou non des journalistes. Elle ne se limite d'ailleurs pas à leurs pratiques, mais aussi aux façons de lire et interpréter de leurs publics.

 

Lire mon article "Lakoff - La discussion, c'est la guerre" : http://www.philomedia.be

more...
No comment yet.