Celine Rocher
13 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Rescooped by Celine Rocher from Nature to Share
Scoop.it!

SARTHE: Manger local au supermarché, c'est possible !

SARTHE: Manger local au supermarché, c'est possible ! | Celine Rocher | Scoop.it

100 kilomètres du champ à l'assiette. La devise des locavores gagne du terrain avec la crise de confiance des consommateurs. Pas en reste, la viande sarthoise régale ceux qui savent où la trouver... même au supermarché.


Des aliments de qualité, produits à proximité, disponibles dans les supermarchés. C’est possible ! Petite démonstration avec Michel Desveaux, locavore à temps plein.

 

Au rayon viande, le retraité de Gréez-sur-Roc scrute les emballages. « Il faut du temps pour décrypter les étiquettes », prévient-il. Côté côtelettes de porc, pas de problème.

 

« Le label « porc de la Sarthe » assure que les bêtes ont été bien nourries, sans OGM. Sinon il peut y avoir n’importe quoi dans les farines animales puisqu’il n’y a aucune réglementation sur les OGM les concernant ! Et les fournisseurs auront tendance à y mettre bien sûr ce qu’il y a de moins cher. »


Un affichage qui induit en erreur


La charte du label stipule que ces derniers ont été « engraissés sur litière végétale » plutôt qu’en stabulation. 

 

Ainsi, ils peuvent « bouger et se servir de leurs pattes », précise Michel Desveaux. Le goût de la viande s’en trouverait meilleur. « En bonne santé, les porcs n’ont pas à ingérer des antibiotiques qui se retrouvent ensuite dans les assiettes. »


Même recommandation pour le bœuf : « En plus du label national (N.D.L.R. : viande de porc française ou viande bovine française) il faut chercher une appellation qui regroupe la production des éleveurs locaux. »


Le nom de cette appellation diffère d’une chaîne de grande distribution à une autre. Et il ne suffit pas de l’avoir repéré. La boucherie d’un supermarché de La Ferté-Bernard -d’une enseigne jouant la transparence-, affiche sur son immanquable panneau mettant en avant les promotions, de la viande du Loir-et-Cher comme du « boeuf local ».

 

Systématiquement, Michel Desveaux vérifie aussi la race inscrite sur l’étiquette : « Autant manger la meilleure, en choisissant une race à viande plutôt qu’une laitière ou une « mixte ». »


« Des bananes qui viennent d’Égypte, ça n’a rien de bio »


Côté légume, il faut « soulever la cagette pour voir ce qu’on achète ». Bannir, bien sûr, les bananes bio qui viennent d’Égypte. « Quand on prend en compte les émissions de CO2 liés à leur transport ça n’a rien de bio. »

 

De même, les plats tout préparés ont été bannis de l’alimentation du retraité : « On sait où ça a été conditionné mais pas du tout avec quoi. Il n’y a aucune réglementation à ce propos. Les 3/4 du temps, les matières premières des moins chers viennent de l’étranger. »



Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Celine Rocher from locavore
Scoop.it!

BALLE : 30 000 entrepreneurs indépendants lancent la révolution tranquille des économies locales durables

BALLE : 30 000 entrepreneurs indépendants lancent la révolution tranquille des économies locales durables | Celine Rocher | Scoop.it

« L’Alliance d’entreprises pour des économies locales vivantes » (Business Alliance for Living Local Economies, ou BALLE) a été montée il y a 10 ans par Judy Wicks, fondatrice du White Dog Café, un restaurant bio et locavore de Philadelphie, et Laury Hammel, créateur à Boston des clubs de sport Longfellow et pionnier de la Responsabilité Sociale des Entreprises. Le réseau rassemble aujourd’hui 30 000 entrepreneurs indépendants – américains et canadiens – autour de deux idées maîtresses : « Nos entreprises indépendantes sont solidaires de la communauté locale dans laquelle elles naissent et se développent » et « Rien de durable ne peut être fait tout seul ». Ces entrepreneurs d’un nouveau genre militent pour une économie vraiment soutenable. Ils travaillent ensemble et avec des investisseurs publics et privés locaux dans plus de 80 réseaux, généralement à l’échelle de la ville ou du comté. Ils se préoccupent de la santé, de la prospérité et du bien-être des entreprises et des habitants de leur communauté. Tous les secteurs d’activité (commerce, agriculture et nourriture, éco-construction, énergies renouvelables, déchets, industrie, services, transports verts, santé, communication et médias, etc.) sont concernés.


Via Jón Sallé, Marie Defrance, Lars Peter Eriksen, Raphael Souchier, Marie-Hélène Faure, Bernard BRUNET, Romuald Santini
more...
Raphael Souchier's comment, February 13, 2013 5:06 AM
...Mais ces initiatives tiennent leur force du fait qu'elles sont d'abord locales.
congruence-RSO's curator insight, February 14, 2013 5:57 AM

un apport complémentaire essentiel ... "aider les réseaux locaux à sensibiliser les investisseurs, banquiers et fondations de leur territoire à ce nouveau réflexe éthique et durable".

 

Merci pour ce scoop.

espacesolidarite974.fr's curator insight, February 16, 2013 9:59 AM

Depuis des années, la société et l’économie nord-américaines sont malmenées. Cette crise n’est pas seulement économique, c’est aussi une crise du fonctionnement démocratique et, plus profondément, une crise des valeurs partagées : le « rêve américain » bat de l’aile. Dans ce contexte, de multiples initiatives voient le jour pour changer la donne. Le réseau BALLE en est une, particulièrement dynamique et novatrice.

Rescooped by Celine Rocher from locavore
Scoop.it!

"D'ici": un grand magasin de produits locaux ouvre ses portes à ... - RTBF

"D'ici": un grand magasin de produits locaux ouvre ses portes à ... - RTBF | Celine Rocher | Scoop.it
RTBF
"D'ici": un grand magasin de produits locaux ouvre ses portes à ...
RTBF
Il y aura aussi un coin boulangerie et même un espace de restauration à base de produits locaux.

Via Romuald Santini
more...
No comment yet.