Bourgeons
612 views | +0 today
Follow
Bourgeons
"une forêt qui pousse fait moins de bruit qu'un arbre qui tombe" : identifions ce qui lève en silence
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Jean-Baptiste Brochier
Scoop.it!

Prêt participatif : première opération française dépassant 1 M€...

Prêt participatif : première opération française dépassant 1 M€... | Bourgeons | Scoop.it
Jean-Baptiste Brochier's insight:

Taxis, mais aussi Banquiers sont ubérisables. Et toi aussi, oui, toi.

La question clef c'est : avons-nous compris le véritable potentiel du numérique, bâti une vision industrielle et une politique cohérente au niveau européen ? Je vous invite à (re)lire la synthèse d'une interview de Bernard Stiegler sur le thème "Entrer dans la troisième époque du web", dans cette même rubrique pour vous faire une idée. Qu'en dites-vous ?

more...
No comment yet.
Scooped by Jean-Baptiste Brochier
Scoop.it!

"Entrer dans la troisième époque du Web" Interview de Bernard Stiegler

"Entrer dans la troisième époque du Web" Interview de Bernard Stiegler | Bourgeons | Scoop.it
INTERVIEW - Le philosophe Bernard Stiegler analyse pour le JDD le plan du gouvernement pour le numérique de demain.
Jean-Baptiste Brochier's insight:

"C'est la fin du modèle consumériste, et le début du modèle des pairs" ou d'économie de la contribution qui suppose que chaque acteur est potentiellement consommateur & producteur : c'est d'ailleurs le cas dans le web 2.0 et les énergies renouvelables décentralisées. Bernard Stiegler pointe d'abord l'intensité des enjeux "Le numérique provoque une métamorphose de la société bien plus importante que ne le fit en son temps l'imprimé". 

 

Dans ce contexte il manque à la France comme à l'Europe une vision industrielle forte.  A cet égard le constat de Bernard Stiegler est sans concessions : "il faut investir massivement, faute de quoi l'Europe sera vassalisée – et à très courte échéance. Mais cela suppose une politique globale de développement, qui doit aller bien au-delà des investissements dans le très haut débit. Sinon, ces infrastructures seront exploitées à nos frais par des acteurs tels Google, Apple, Facebook et Amazon. Et nous financerons ce qui constituera notre colonisation numérique."


Après avoir qualifié les enjeux il insiste pour l'établissement d'une politique ambitieuse bien articulée globalement. Selon lui il n'est pas trop tard. Ce n'est pas premièrement une question de budget [bonne nouvelle pour Bercy] mais de vision industrielle du numérique.


Enfin il insiste sur l'échelle d'intervention. Selon lui "l'échelon national ne peut être qu'un point de départ. Si rien n'est fait, dans dix ans, nous, les Européens, disparaîtrons de la carte des pays développés." 


Il conclut en donnant quelques exemples phares des bouleversements qu'induit le numérique : 

"repenser le droit du travail""réorganiser les entreprises, en se rapprochant du modèle des intermittents""redéfinir les objectifs de la fiscalité" 
> "Il ne s'agit plus seulement de redistribuer du pouvoir d'achat, mais de savoir mettre en valeur son temps."
more...
No comment yet.