e-Health and connected things
3.1K views | +0 today
e-Health and connected things
Your new post is loading...
Rescooped by SOBAS from GIE GERS - La DATA référence & (big)data en santé
Scoop.it!

#Santé : nos #données personnelles peuvent-elles sauver des vies ? #data #hcsmeufr 

#Santé : nos #données personnelles peuvent-elles sauver des vies ? #data #hcsmeufr  | e-Health and connected things | Scoop.it
Le Comité consultatif national d’éthique a rendu public cette semaine son rapport des États généraux de la bioéthique 2018, qui soulève de multiples problématiques, dont les enjeux liés au Big Data dans la santé. En quoi l'utilisation des données de santé peut-elle faire évoluer la médecine ?

Via GIE_GERS
more...
GIE_GERS's curator insight, October 2, 4:09 PM

Le Comité consultatif national d’éthique a rendu public cette semaine son rapport des États généraux de la bioéthique 2018, qui soulève de multiples problématiques, dont les enjeux liés au Big Data dans la santé. En quoi l'utilisation des données de santé peut-elle faire évoluer la médecine ?

Rescooped by SOBAS from eHealth mHealth HealthTech innovations - Marketing Santé innovant
Scoop.it!

L’Institut Curie et Freenome collaborent pour associer analyse de l’ADN tumoral circulant et technologies d’intelligence artificielle

L’Institut Curie et Freenome collaborent pour associer analyse de l’ADN tumoral circulant et technologies d’intelligence artificielle | e-Health and connected things | Scoop.it
L’Institut Curie et Freenome ont annoncé une collaboration stratégique pour évaluer la plateforme d’intelligence artificielle de Freenome appliquée aux biomarqueurs tumoraux circulants comme outil de prédiction de réponse des patients aux immunothérapies.

Ces dernières années, les approches dites de biopsies liquides ont permis de détecter des fragments d’ADN tumoral circulant (ADNc) et des cellules tumorales circulantes (CTCs) dans le sang des patients atteints de cancer. Depuis plus de 20 ans, l’Institut Curie a été un pionnier dans le domaine à travers un premier programme sur les cellules tumorales disséminées (CTD) détectées dans la moelle osseuse de patientes atteintes de cancer du sein. Depuis, le laboratoire Biomarqueurs Tumoraux Circulants de l’Institut Curie a développé de nombreuses approches innovantes dans le domaine, notamment basées sur le séquençage haut débit et la PCR numérique.

De son côté, Freenome utilise des technologies de Machine Learning innovantes pour étudier l’ADN mais aussi d’autres biomarqueurs circulants dans le sang. En générant une bibliothèque de signatures, Freenome développe des tests sanguins non invasifs permettant la détection précoce des cancers et la prédiction de réponse à différents traitements anti-cancéreux.

Le premier objectif de cette collaboration entre l’Institut Curie et Freenome est d’analyser des échantillons sanguins provenant de l’étude clinique ALCINA. Cette étude a pour but d’évaluer différents biomarqueurs circulants et de les corréler avec des données cliniques et anatomopathologiques traduisant ou non la réponse aux traitements inhibiteurs de PD-1 seul ou en combinaison avec d’autres traitements.

« Nos chercheurs en Machine Learning et biologistes moléculaires étudient divers composants dont les génomes circulants qui, pour 60 à 80% proviennent de cellules immunitaires. Cela permet d’aboutir à une image plus complète et dynamique des interactions entre la tumeur et son environnement », explique Blandine Merino, VP of Business Development chez Freenome. « Notre approche inclue une variété de signaux biologiques tels que la génomique, la protéomique et l’épigénétique ouvrant de nouveaux horizons dans la compréhension des mécanismes de résistances et permettant de guider dans les choix thérapeutiques pour les patients ».

Via Dominique Godefroy
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from GIE GERS - La DATA référence & (big)data en santé
Scoop.it!

#Data et #santé : un marché à 68,75 milliard $ d'ici 2025 #Hcsmeufr 

#Data et #santé : un marché à 68,75 milliard $ d'ici 2025 #Hcsmeufr  | e-Health and connected things | Scoop.it
Big Data et santé, un marché en pleine explosion ? C’est ce que suggère un rapport récemment publié par BIS Research. Selon le document, ce marché pourrait passer d’une valeur de 14,25 milliards de dollars en 2017 à 68,75 milliards de dollars en 2025.

Via GIE_GERS
more...
GIE_GERS's curator insight, March 30, 2:01 AM

Big Data et santé, un marché en pleine explosion ? C’est ce que suggère un rapport récemment publié par BIS Research. Selon le document, ce marché pourrait passer d’une valeur de 14,25 milliards de dollars en 2017 à 68,75 milliards de dollars en 2025.

Rescooped by SOBAS from Buzz e-sante
Scoop.it!

Une Intelligence Artificielle pour dépister et traiter la maladie d'Alzheimer plus vite

Une Intelligence Artificielle pour dépister et traiter la maladie d'Alzheimer plus vite | e-Health and connected things | Scoop.it
Bientôt, le meilleur moyen de despister la maladie d'Alzheimer sera un boitier composé de capteurs et d'une intelligence artificielle. Grâce à des algorithmes de deep learning, les médecins espèrent aussi mieux comprendre la maladie, et donc, mieux la traiter.

Via Rémy TESTON
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from 8- TELEMEDECINE & TELEHEALTH by PHARMAGEEK
Scoop.it!

Insuffisance respiratoire #IR : SRETT vise les 300.000 patients télésuivis en 2018 #esante #hcsmeufr #telemedecine

Insuffisance respiratoire #IR : SRETT vise les 300.000 patients télésuivis en 2018 #esante #hcsmeufr #telemedecine | e-Health and connected things | Scoop.it
Avec ses outils de connexion du matériel d'assistance respiratoire et sa plateforme de gestion des données de santé interopérable avec les équipements et logiciels des prestataires et professionnel de santé, la société SRETT ambitionne d'assurer le télésuivi de 300.000 patients insuffisants respiratoires d'ici la fin 2018, a expliqué à TICpharma Damien Rougeux, vice-président Healthcare de SRETT.

Via GIE_GERS, Lionel Reichardt / le Pharmageek
more...
GIE_GERS's curator insight, March 8, 3:01 PM

Avec ses outils de connexion du matériel d'assistance respiratoire et sa plateforme de gestion des données de santé interopérable avec les équipements et logiciels des prestataires et professionnel de santé, la société SRETT ambitionne d'assurer le télésuivi de 300.000 patients insuffisants respiratoires d'ici la fin 2018, a expliqué à TICpharma Damien Rougeux, vice-président Healthcare de SRETT.

Rescooped by SOBAS from Actus santé, médecine, innovations
Scoop.it!

MonDocteur dévoile une application mobile dédiée aux professionnels de santé — Silver Economie

MonDocteur dévoile une application mobile dédiée aux professionnels de santé — Silver Economie | e-Health and connected things | Scoop.it
MonDocteur vient de dévoiler une toute nouvelle version de son application mobile MonDocteurPro.

Via Vigipharm, Coralie Bouillot
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from GIE GERS - La DATA référence & (big)data en santé
Scoop.it!

#Données numériques de #santé : les hébergeurs en marche vers la #certification #data #hcsmeufr 

#Données numériques de #santé : les hébergeurs en marche vers la #certification #data #hcsmeufr  | e-Health and connected things | Scoop.it
l’heure où le gouvernement planche sur un plan de transformation de l’offre de soins, avec un important volet numérique, les acteurs hébergeant des données de santé se mettent en ordre de marche pour prouver qu’ils le font bien. Zoom sur la certification AFAQ « Hébergeurs de données de santé ».

Via GIE_GERS
more...
GIE_GERS's curator insight, February 19, 5:26 PM

A l’heure où le gouvernement planche sur un plan de transformation de l’offre de soins, avec un important volet numérique, les acteurs hébergeant des données de santé se mettent en ordre de marche pour prouver qu’ils le font bien. Zoom sur la certification AFAQ « Hébergeurs de données de santé ».

Rescooped by SOBAS from GIE GERS - La DATA référence & (big)data en santé
Scoop.it!

L'#IA est devenue le stéthoscope du #médecin du XXIe siècle #esante #hcsmeufr 

L'#IA est devenue le stéthoscope du #médecin du XXIe siècle #esante #hcsmeufr  | e-Health and connected things | Scoop.it
L’IA est capable de lire 20 millions d’études cliniques en quelques minutes alors qu’un médecin, au meilleur des cas, lira 200 publications par an (en prenant compte qu’il les a retenu intégralement).

Via GIE_GERS
more...
GIE_GERS's curator insight, February 8, 2:37 AM

L’IA est capable de lire 20 millions d’études cliniques en quelques minutes alors qu’un médecin, au meilleur des cas, lira 200 publications par an (en prenant compte qu’il les a retenu intégralement).

Rescooped by SOBAS from MyPharmag
Scoop.it!

L’éthique en #télémédecine en question #esante #hcsmeufr #santé 2.0

L’éthique en #télémédecine en question #esante #hcsmeufr #santé 2.0 | e-Health and connected things | Scoop.it
Télémédecine. Le respect d’une éthique est la condition sine qua non pour passer du monde 2.0 au monde 3.0 Cette affirmation mérite des explications

Via MyPharmag
more...
MyPharmag's curator insight, January 29, 3:50 AM

L’éthique en télémédecine. Le respect d’une éthique est la condition sine qua non pour passer du monde 2.0 au monde 3.0 Posée ainsi, cette affirmation mérite des explications et la réponse à quelques questions. D’abord qu’entend-on par éthique en médecine ? Ensuite, l’éthique en télémédecine est-elle superposable à l’éthique en médecine ? Enfin, pour ceux qui ne le savent pas, quelle est la différence entre le 2.0 et le 3.0 ?

Source : http://www.theconnectedmag.fr/dr-loic-etienne-lethique-en-telemedecine/

Rescooped by SOBAS from Doctors Hub
Scoop.it!

ViViDoctor raises €400,000 to bring teleconsultations to Belgium hospitals

ViViDoctor raises €400,000 to bring teleconsultations to Belgium hospitals | e-Health and connected things | Scoop.it
ViViDoctor, a healthtech startup out of Brussels that offers teleconsultations with doctors, has raised €400,000 in seed funding as it continues to sell its service into hospitals.
Via Philippe Marchal
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from E-Santé, M-Santé, Télémedecine, Applications, Objets connectés, Intelligence artificielle
Scoop.it!

Quand la téléconsultation médicale séduit les complémentaires santé

Quand la téléconsultation médicale séduit les complémentaires santé | e-Health and connected things | Scoop.it
Plusieurs mutuelles santé (Axa, Harmonie, MatMut) offrent à leurs assurés un accès à un médecin par téléphone, messagerie ou même par vidéo. Une tendance de fond qui répond en partie à la pénurie de praticiens.

Via Vigipharm
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from L'Innovation Santé
Scoop.it!

Blockchain: un outil de gestion des données de santé bientôt disponible aux Etats-Unis

Blockchain: un outil de gestion des données de santé bientôt disponible aux Etats-Unis | e-Health and connected things | Scoop.it
Utiliser les caractéristiques des blockchain privées en termes de sécurité, de partage et de traçabilité des accès à l'information afin de répondre aux problèmes posés par la dispersion des données médicales d'un patient: telle est l'ambition que s'est fixé Robert Chu à l'été 2017 en créant la start-up Embleema.

Passé chez IBM, puis chez IMS Health (aujourd'hui Iqvia) où il a occupé différents postes de direction entre 2010 et 2017, ce polytechnicien a monté Embleema avec ses fonds avec l'idée de dépasser les discours sur les promesses de la blockchain pour le secteur de la santé et d'entrer dans le vif du sujet en sortant un premier prototype d'application.

L'outil PatientTruth, déjà fonctionnel dans une version pré-alpha aux Etats-Unis, permet aux citoyens américains de récupérer les données essentielles de leurs dossiers médicaux auprès des différents acteurs de santé et de les stocker dans la blockchain pour mieux gérer leur accès par des tiers.

"L'intention à terme est de bâtir un modèle économique sur ce réseau en émettant une crypto-monnaie de la santé", a indiqué Robert Chu.

"Nous allons pouvoir récompenser le patient avec cette crypto-monnaie lorsqu'il rapatriera ses dossiers médicaux ou qu'il permettra l'accès aux données à un nouvel utilisateur. Cette monnaie pourra aussi être utilisée par le patient pour payer son stockage et son abonnement annuel", a-t-il détaillé.

A plus long terme, Robert Chu envisage d'inclure d'autres acteurs à cette blockchain, tels que les développeurs d'applications mobiles de santé qui pourront monétiser leurs services aux patients avec la crypto-monnaie.

Via Dominique Godefroy, DIRECT MEDICA by Webhelp
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from L'Innovation Santé
Scoop.it!

[CES 2018] Comment BoneTag veut rendre les prothèses de genou "intelligentes"

[CES 2018] Comment BoneTag veut rendre les prothèses de genou "intelligentes" | e-Health and connected things | Scoop.it

[UN JOUR, UNE START-UP] La start-up perpignanaise BoneTag développe avec l’Institut d’Electronique et des Systèmes de l’université de Montpellier un dispositif médical implantable, utilisant des capteurs et la technologie RFID passive, pour identifier les prothèses de genou, assurer la traçabilité et le monitoring . Au CES 2018 de Las Vegas, BoneTag recherche notoriété et investisseurs. La jeune pousse souhaiterait lever 5 millions dans un an.

Via DIRECT MEDICA by Webhelp
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from E-Santé, M-Santé, Télémedecine, Applications, Objets connectés, Intelligence artificielle
Scoop.it!

La santé numérique, espoirs, défis et réalisations

La santé numérique, espoirs, défis et réalisations | e-Health and connected things | Scoop.it
Les technologies évoluent très rapidement, et la santé n’est pas en reste : impression 3D pour créer des exosquelettes, intelligence artificielle, robotique, nanotechnologies, télémédecine… Le 7 mars dernier, lors des 9e assises des technologies numériques de santé, les débats entre experts furent animés autour de plusieurs problématiques : le numérique peut-il « sauver » notre système de santé ?,  et les deeptechs peuvent-elles aider à prédire, mieux accompagner et économiser? Du numérique et ses multiples expérimentations… « L’enjeu que représente la santé numérique est sans précèdent car elle doit permettre de diminuer les inégalités territoriales, sociales et économiques. L‘industrialisation du numérique constitue une véritable  opportunité de faire bouger les lignes» a déclaré Isabelle Adenot, membre de la HAS et présidente de la Cnedimts (1). Les patients comme les professionnels de santé l’ont d’ailleurs bien compris : 9 Français sur 10 sont favorables au renouvellement d’ordonnance en ligne, 8 Français sur 10 sont favorables au partage de leurs données de santé auprès des professionnels de santé, et 7 Français sur dix sont pour le remboursement des actes de télémédecine dans les territoires isolés. Côté professionnels de santé, 7 pharmaciens sur 10 sont prêts à vendre des objets connectés 9 médecins sur 10 déclarent que les patients devraient avoir accès à leur dossier médical électronique. Malgré cet élan collectif, il faut attendre la loi HPST du 21 Juillet 2009 et son article 78 pour que la télémédecine soit enfin mentionnée, et une année supplémentaire pour que le décret permettant son application soit publié. Les expérimentations se multiplient, suivies d’une longue phase d’évaluation… Et la France finit par accuser un certain retard par rapport à l’international : États-Unis, pays nordiques qui rencontrent moins de freins au développement de ces nouvelles technologies dans la santé ont le vent en poupe. Le temps de former les professionnels de santé et d’informer les patients sur ces nouvelles technologies est trop long. … Aux freins empêchant de passer à l’action Si la population semble prête à intégrer les technologies numériques de santé à leur quotidien,  « le parcours de soins reste néanmoins un véritable parcours du combattant pour le patient », selon Charles Journé, médecin et chairman de Deeplink medical. Les facteurs de résistance au changement qui empêchent d’arriver à un parcours de soins fluide sont liés selon lui à l’insuffisante confiance entre les professionnels de santé et entre services, ainsi qu’au fonctionnement en silos de la médecine. Et puis il existe une dichotomie entre médecine libérale et médecine hospitalière, ainsi que dans les prises de décisions qui  en découlent… Le décloisonnement des compétences sur plusieurs établissements, entre libéraux et hospitaliers, est encore difficile. « Or, la rigidité du cadre lié aux technologies numériques appuie là où ça fait mal car il fait appel à des nouvelles méthodes de travail et de prises de responsabilités. Fini le dossier médical papier orné de post-it de différentes couleurs. Aujourd’hui nous devons trouver de vraies solutions aux nombreux problèmes inhérents à notre système de santé. Le numérique est une réponse. Cela fait plus de dix ans que nous faisons des expérimentations que nous évaluons ensuite. Il faudrait passer à l’action ! ». Même son de cloche du côté du directeur  innovation de Docapost, David de Amorim, pour qui il est urgent d’arrêter les tests et expérimentations : « il faut maintenant identifier parmi toutes ces expérimentations lesquelles doivent passer à l’échelle. Il faut aider ce marché à se consolider et non à se fragmenter, et pour cela, il faut un modèle économique de pérennisation du système ! ». Pour ce faire, il faut que les patients s’approprient ces nouvelles technologies de santé, ce qui implique qu’un personnel formé vienne leur expliquer le fonctionnement de ces dispositifs médicaux connectés avec pédagogie et empathie. Le lien numérique entre patients et professionnels de santé, dont la télémédecine est emblématique, va devenir indispensable. Il faudra mettre en œuvre les moyens nécessaires pour accélérer sa diffusion. Cela permettra aux personnes en perte d’autonomie par exemple de rester chez elles plus longtemps et dans les meilleures conditions possibles. La santé numérique pour lutter contre les inégalités Plus concrètement, le numérique, pour Pauline d’Orgeval, CEO et co-fondatrice de deuxiemeavis.fr et de CoActis Santé, « représente la possibilité de créer des outils adaptés, notamment aux personnes handicapées, afin qu’elles ne renoncent plus aux soins. Ces outils sont une aide à la compréhension des informations relatives à leur pathologie, à la consultation et aux soins parfois intrusifs. Jusqu’à présent, des outils existaient mais ils étaient trop atomisés : un outil pour la déficience intellectuelle, un autre pour la trisomie… Les professionnels de santé comme les familles ne s’y retrouvaient pas. Le numérique est la clé pour créer un outil référentiel. L’inégalité d’accès à l’expertise médicale est aussi une réalité que l’on peut combattre grâce au numérique, afin de permettre aux patients qui habitent dans des déserts médicaux de transmettre leur dossier à des spécialistes de certaines maladies rares.» Bénéfices au service du personnel médical et des patients « L’écosystème autour du numérique va bouleverser nos usages par la constitution d’un portefeuille de solutions innovantes non invasives pour le patient et les professionnels de santé, en particulier concernant les maladies chroniques », ajoute David Guez, responsable de l’e-santé chez Servier.  Les deeptechs, c’est-à-dire les capteurs, les biomarqueurs et tous les systèmes d’imagerie, vont permettre de recueillir des données par des moyens différents de ceux que l’on avait jusqu’à présent. Tous ces nouveaux outils vont aider à poser un diagnostic et un traitement en agissant plus en amont, donc de manière plus préventive. Autre point positif : ces outils au service  du patient seront un moyen de vaincre  son anxiété lorsqu’il rentre chez lui,  car il reste connecté avec le cloud et un médecin. Les deeptechs sont une solution pour rendre le patient plus proche de son médecin et lui éviter de nombreuses hospitalisations. « Il faut travailler sur la manière dont ces datas vont être valorisées. L’idée est de raccourcir les temps de diagnostics et d’aller vers une plus grande précision diagnostique. » conclut David Guez. Dans le service d’urologie de l’hôpital Tenon (AP-HP) du Pr Cussenot, les deeptechs sont entrées sous la forme de systèmes experts supervisés dans la prise de décisions pour les patients, et servent d’assistant au cours de réunions de concertations pluridisciplinaires, et plus spécifiquement en cancérologie. « L’idée est d’avoir une aide à la décision médicale  à partir d’expériences de bases de données de patients afin d’améliorer leur prise en charge. Ces systèmes ont été développés avec le List, institut de CEA tech (2), selon un modèle qui nous permet lors de la prise en charge des patients d’avoir une vision des recommandations actuelles de façon automatisée, et de pouvoir discuter des patients en fonction de l’expérience au sein du service de la base de données, c’est-à-dire du devenir de patients qui ont déjà été traités depuis de nombreuses années au sein du service. » Et puis les deeptechs interviennent dans le cadre de la prévention des maladies, puisque sont également intégrées des données de susceptibilité aux pathologies, ainsi que dans l’aide à la décision dans la gestion des risques en cancérologie, c’est à dire mieux apprécier le bénéfice-risque des traitements pour les patients.   L'essentiel Pour le patient, les deeptechs sont un moyen de mieux comprendre sa prise en charge en fonction d’une évolution des risques ou des bénéfices, et conforte sa  « sécurité » dans la prise en charge thérapeutique et diagnostique. Autre impact, les deeptechs sont un moyen de mieux gérer les examens complémentaires puisqu’on peut optimiser les prescriptions et éviter un certain nombre d’examens invasifs inutiles. C’est donc bénéfique pour le confort de vie du patient, mais aussi pour diminuer des coûts hospitaliers. Enfin, elles améliorent l’humanisation de la prise en charge du malade car elles libèrent des temps consacrés aux tâches techniques ou à des relevés de données fastidieuses au lit du patient, pour revenir à l’aspect humain de contact avec la personne. Ces technologies ne remplacent pas les soignants. Elles sont soit des systèmes d’alerte, soit d’aide à la décision ou à l’action, qui ne sont jamais autonomes vi- à-vis du patient : la décision reste prise par le soignant.

Via Vigipharm
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from E-Santé, M-Santé, Télémedecine, Applications, Objets connectés, Intelligence artificielle
Scoop.it!

Appli : S.A.U.V LIFE pour éviter l'accident cardiaque fatal !

Appli : S.A.U.V LIFE pour éviter l'accident cardiaque fatal ! | e-Health and connected things | Scoop.it
Une petite application qui vient de sortir et qui peut sauver des vies !!! Vite téléchargez S.A.U.V LIFE et restez en contact avec le SAMU si vous êtes amenés à aider une victime d'infarctus du myocarde ou tout autre souci d'ordre cardiaque.

Via Vigipharm
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from Buzz e-sante
Scoop.it!

Zemy : solution digitale dans le cancer du sein

Zemy : solution digitale dans le cancer du sein | e-Health and connected things | Scoop.it
Roche développe avec Voluntis une solution compagnon digitale pour améliorer l’accompagnement des patientes atteintes de cancer du sein : Zemy.

Via Rémy TESTON
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from E-Santé, M-Santé, Télémedecine, Applications, Objets connectés, Intelligence artificielle
Scoop.it!

Lancement de l’ordonnance digitale par Hellocare

Lancement de l’ordonnance digitale par Hellocare | e-Health and connected things | Scoop.it
Lancement de l’ordonnance digitale par Hellocare : les médecins de l’app peuvent désormais délivrer des ordonnances en France.

Via Vigipharm
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from 8- TELEMEDECINE & TELEHEALTH by PHARMAGEEK
Scoop.it!

Insuffisance respiratoire #IR : SRETT vise les 300.000 patients télésuivis en 2018 #esante #hcsmeufr #telemedecine

Insuffisance respiratoire #IR : SRETT vise les 300.000 patients télésuivis en 2018 #esante #hcsmeufr #telemedecine | e-Health and connected things | Scoop.it
Avec ses outils de connexion du matériel d'assistance respiratoire et sa plateforme de gestion des données de santé interopérable avec les équipements et logiciels des prestataires et professionnel de santé, la société SRETT ambitionne d'assurer le télésuivi de 300.000 patients insuffisants respiratoires d'ici la fin 2018, a expliqué à TICpharma Damien Rougeux, vice-président Healthcare de SRETT.

Via GIE_GERS, Lionel Reichardt / le Pharmageek
more...
GIE_GERS's curator insight, March 8, 3:01 PM

Avec ses outils de connexion du matériel d'assistance respiratoire et sa plateforme de gestion des données de santé interopérable avec les équipements et logiciels des prestataires et professionnel de santé, la société SRETT ambitionne d'assurer le télésuivi de 300.000 patients insuffisants respiratoires d'ici la fin 2018, a expliqué à TICpharma Damien Rougeux, vice-président Healthcare de SRETT.

Rescooped by SOBAS from Doctors Hub
Scoop.it!

Des capteurs de santé dans les futurs AirPods d’Apple ?

Des capteurs de santé dans les futurs AirPods d’Apple ? | e-Health and connected things | Scoop.it
Et si les futures versions des AirPods d'Apple embarquaient des capteurs de santé ? Un brevet déposé par Apple détaille le fonctionnement “des écouteurs (...)

Via Vigipharm, Philippe Marchal
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from eHealth mHealth HealthTech innovations - Marketing Santé innovant
Scoop.it!

#MedTech : Ces défis que la e-santé doit relever pour se développer

#MedTech : Ces défis que la e-santé doit relever pour se développer | e-Health and connected things | Scoop.it

L’e-santé a du mal à s’imposer en France, malgré le volontarisme de l’État et un écosystème favorable. En cause : des startups qui peinent à se saisir des enjeux de la médecine numérique. Et à répondre aux besoins réels des patients. Andréa Bensaid, CEO d’Eskimoz, fait le point sur les enjeux du développement de l’e-santé en France.

Le marché de l’e-santé ne cesse de grandir. En 2022, il pourrait peser quelque 400 milliards de dollars à l’échelle de la planète ! Et pourtant, les technologies médicales connectées peinent encore à s’imposer auprès des patients, pourtant en première ligne. Entre suivi à distance, gestion des données personnelles et annuaire de médecins, les startups de la médecine numérique devront répondre à plusieurs défis majeurs pour trouver leur place au chevet des malades.

Croire en l’e-santé tout en se méfiant de ses effets négatifs : tel est le paradoxe français vis-à-vis de la transformation numérique de la médecine. Selon une étude Harris Interactive, nos compatriotes sont majoritairement favorables au développement de cette discipline (à 78%). Ils sont également nombreux à penser que les progrès de la médecine permettront de vivre plus longtemps (73%). Mais, dans l’ensemble, ils restent prudents quant à l’utilisation qui est faite de leurs données personnelles (à 64%). Précisément parce que ces données tombent entre les mains d’entreprises privées, dont les objectifs à long terme sont incompatibles avec le besoin de confidentialité des patients. Même si l’État français semble disposé à accélérer les chantiers de l’e-santé, c’est donc un défi de taille qui l’attend.


Via Dominique Godefroy
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from E-Santé, M-Santé, Télémedecine, Applications, Objets connectés, Intelligence artificielle
Scoop.it!

Prévenir les crises d’épilepsie avec le bracelet connecté Embrace

Prévenir les crises d’épilepsie avec le bracelet connecté Embrace | e-Health and connected things | Scoop.it
Cet objet connecté pourrait prévenir les épisodes épileptiques en enregistrant et en analysant certains signaux physiologiques comme les mouvements ou encore la température corporelle.

Via Vigipharm
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from Les actualités du GIE GERS - Groupement pour l'Elaboration et de Réalisation Statistiques
Scoop.it!

La #télémédecine ciblera les malades chroniques et les déserts médicaux #hcsmeufr #esante 

La #télémédecine ciblera les malades chroniques et les déserts médicaux #hcsmeufr #esante  | e-Health and connected things | Scoop.it

+ VIDEO. Les négociations entre l'assurance-maladie et les médecins ont commencé jeudi. La mise en place de tarifs remboursés sera dans un premier temps réservée aux malades chroniques ainsi qu'aux patients « ayant des difficultés d'accès territorial aux soins ».

Via GIE_GERS
more...
GIE_GERS's curator insight, January 22, 1:50 PM

Les négociations entre l'assurance-maladie et les médecins ont commencé jeudi. La mise en place de tarifs remboursés sera dans un premier temps réservée aux malades chroniques ainsi qu'aux patients « ayant des difficultés d'accès territorial aux soins ».

Rescooped by SOBAS from innovation & e-health
Scoop.it!

Toutes les annonces du CES 2018 en réalité Virtuelle par GoGlasses y compris dans la santé avec SimforHealth

Toutes les annonces du CES 2018 en réalité Virtuelle par GoGlasses y compris dans la santé avec SimforHealth | e-Health and connected things | Scoop.it
Réalité Virtuelle : Toutes les annonces et nouveautés du CES 2018. Au bilan : Vive Pro, casque VR autonome, jeux VR, des caméras 360 et des accessoires VR.

Via Jerome Leleu
more...
No comment yet.
Rescooped by SOBAS from Les actualités du GIE GERS - Groupement pour l'Elaboration et de Réalisation Statistiques
Scoop.it!

La #FrenchTech #esanté en force au #CES18 de Las Vegas

La #FrenchTech #esanté en force au #CES18 de Las Vegas | e-Health and connected things | Scoop.it
La France a misé sur la santé cette année au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, vitrine de l'innovation technologique et de l'électronique qui se déroule jusqu'au 12 janvier.

364 entreprises françaises dont 274 start-up ont été sélectionnées pour participer à cette grande messe dans le Nevada. Le cru tricolore 2018 réserve une place de choix au secteur de la santé puisque 49 sociétés représentent ce secteur en ébullition, le deuxième le plus représenté juste derrière celui de la maison connectée.

Via GIE_GERS
more...
GIE_GERS's curator insight, January 12, 3:09 AM

La France a misé sur la santé cette année au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, vitrine de l'innovation technologique et de l'électronique qui se déroule jusqu'au 12 janvier.

364 entreprises françaises dont 274 start-up ont été sélectionnées pour participer à cette grande messe dans le Nevada.

Le cru tricolore 2018 réserve une place de choix au secteur de la santé puisque 49 sociétés représentent ce secteur en ébullition, le deuxième le plus représenté juste derrière celui de la maison connectée.

Rescooped by SOBAS from Public Health - Santé Publique
Scoop.it!

La stratégie nationale de santé 2018-2022 #hcsmeufr 

La stratégie nationale de santé 2018-2022 #hcsmeufr  | e-Health and connected things | Scoop.it
La stratégie nationale de santé constitue le cadre de la politique de santé en France. Elle est définie par le Gouvernement et se fonde sur l'analyse (...)

Via Patrice FACIN, Lionel Reichardt / le Pharmageek
more...