bioblog
7 views | +0 today
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Ellen Sue
Scoop.it!

Taïwan : ils transforment un bus en forêt urbaine

Taïwan : ils transforment un bus en forêt urbaine | bioblog | Scoop.it
Pour verdir la ville et sensibiliser à la pollution de l’air, un bus forêt éphémère a fait sensation durant une semaine à Taïwan. Une forêt roulante que les habitants aimeraient voir circuler plus souvent.
more...
No comment yet.
Rescooped by Ellen Sue from Économie de proximité
Scoop.it!

Combien faudrait-il de producteurs en France pour manger bio et local ?

Combien faudrait-il de producteurs en France pour manger bio et local ? | bioblog | Scoop.it

C’est une question qui revient régulièrement : combien de paysans devrait-on avoir à proximité de nos villes ou communes, si l’ensemble des citoyens décidait de relocaliser leur alimentation, en plus de passer au tout bio ? L’association Terre de Liens nous apporte des éléments de réponse


Via Economie écologique, Franck Dupessey Pro
more...
No comment yet.
Rescooped by Ellen Sue from Nature to Share
Scoop.it!

Bio : un guide sur la vente directe disponible

Bio : un guide sur la vente directe disponible | bioblog | Scoop.it

Depuis 2005, le Groupement des Agriculteurs Biologiques de Loire-Atlantique (GAB 44) édite chaque année un fascicule “Producteurs biologiques de Loire-Atlantique pratiquant la vente directe”.

 

Ce guide gratuit permet de trouver tous types de produits bio locaux et de saison près de chez soi. Il recense 150 fermes sur 250 exploitations agricoles bio pratiquant la vente directe en 44 et référence 2 transformateurs bio et 17 magasins bio.

 

Nouveauté 2014, le GAB 44 propose aux consommateurs d’aller plus loin dans leur engagement en adhérant à l’association. Le document est fourni dans le guide. Ce dernier est téléchargeable sur le site Internet www.gab44.org. Ou peut être envoyé sur demande, au 02.40.79.46.57 ou par mail accueil@gab44.org.

 

A noter que la Loire-Atlantique est toujours le premier département français en surface agriculture bio. 1 ferme sur 8 est en bio dans le département.

 


Via Damoclès
more...
No comment yet.
Rescooped by Ellen Sue from De la Fourche à la Fourchette (Agriculture Agroalimentaire)
Scoop.it!

Le bio devient plus accessible pour échapper à la crise

Le bio devient plus accessible pour échapper à la crise | bioblog | Scoop.it

Les ventes dans les grandes surfaces progressent moins vite.Mais les industriels et les distributeurs continuent d'étoffer leurs offres.

L'appétit pour le bio peut-il résister à la crise ? Si le secteur a toujours le vent en poupe, il n'échappe visiblement pas à la mise sous surveillance de leur budget quotidien par les ménages. Des signes d'essoufflement ont été détectés par SymphonyIRI, qui a consacré une étude au sujet. Portées par une offre toujours plus large, les ventes de produits alimentaires bio en grande distribution étaient, en effet, habituées à enregistrer des croissances à deux chiffres. Y compris au moment du choc de 2008. Mais depuis mars, on assiste à une rupture de la tendance.

Sur six mois à fin août, le chiffre d'affaires réalisé par les aliments bio en hyper et supermarchés progresse de seulement 1,9 %, contre 10,9 % au semestre précédent. Et, même si elle est un peu moins marquée, la tendance reste assez proche en septembre et octobre. « Pris par les contraintes de pouvoir d'achat, les consommateurs sont en situation d'attente et font moins monter en gamme leur panier. Ces arbitrages influent sur le bio », analyse Jacques Dupré, directeur « insight » chez SymphonyIRI.

Nouveaux acteurs

L'effet prix a un rôle accru. Dans les catégories d'aliments où il réduit un peu l'écart par rapport aux produits « conventionnels », le bio progresse davantage. Les marques de distributeurs gagnent aussi du terrain. Elles ont dépassé la moitié des unités vendues. Dans le circuit du hard-discount, Dia vient d'étendre sa gamme avec 11 nouvelles références à son nom, ce qui porte le total à plus d'une cinquantaine de produits. Ce qui peut jouer en faveur du bio - consommé au moins une fois par mois par 40 % des Français, selon l'Agence Bio -, c'est son accessibilité. Les enseignes spécialisées se rénovent, comme Naturalia qui vient d'ouvrir un nouveau « concept store » parisien à Beaubourg. En grande distribution, l'acheteur peut de plus en plus souvent piocher parmi ses marques habituelles. Car de nouveaux acteurs se lancent dans la bataille. A l'instar de D'aucy. La marque de conserves de légumes arrive sur le créneau avec 6 références choisies parmi les légumes les plus consommés des Français. Elle a ouvert dans la foulée un site Internet consacré à la gamme. Il est possible d'y localiser sur une carte le périmètre des champs où les légumes sont cultivés grâce à son smartphone et au « QR code » figurant sur les boîtes de conserve.

Une offre pour les juniors

Les industriels déjà bien installés cherchent, eux, à élargir leurs publics. Les 2 Vaches, la marque bio du groupe Danone, s'adresse depuis la rentrée aux juniors avec les P'tits Miam, des fromages blancs aux fruits aux ingrédients racontés de manière pédagogique.

Ce sera en effet par l'explication et la démonstration de ce qu'est le bio que marques et distributeurs pourront tirer leur épingle du jeu. « Le ralentissement de la croissance observé sur le marché semble être une parenthèse. Les consommateurs expriment toujours des envies d'acheter des produits plus responsables. Aux acteurs du secteur de trouver le moyen de convaincre les plus sensibles au sujet », juge Jacques Dupré. Il reste à savoir combien de temps cette parenthèse est susceptible de durer.

à noter

Selon une compilation de 240 études effectuée par l'université américaine de Standford, il y a 30 % de risques en moins de trouver des pesticides dans les produits bio. Mais il n'est pas démontré que leur consommation apporte un réel bénéfice sanitaire.

Les chiffres

1 Million d'hectares
cultivés en bio
64 %
Le surcoût par rapport aux produits traditionnels


Via Paul-Jean Ricolfi
more...
No comment yet.
Rescooped by Ellen Sue from Build Green, la curation
Scoop.it!

Bio climatisation : quésaco ?

Bio climatisation : quésaco ? | bioblog | Scoop.it

En pleine chaleur estivale, comment ne pas souhaiter disposer d’un air plus frais, sain et naturel, tout en réalisant des économies d’énergie ? 

 

Le principe de la Bio-Climatisation : « Le rafraîchissement par évaporation, ou adiabatique, repose sur un principe 100% naturel qui consiste à mettre en contact air chaud et eau pour provoquer une évaporation qui absorbe la chaleur. Pour ce faire, ...


Via Build Green
more...
No comment yet.
Rescooped by Ellen Sue from Koter Info - La Gazette de LLN-WSL-UCL
Scoop.it!

Garden Tower - Jardin bio

Garden Tower - Jardin bio | bioblog | Scoop.it


Garden Tower : le jardin bio à domicile


Comment cultiver une nourriture saine de ses propres mains quand on habite en ville ? C’est pour répondre à cette question qu’est née la Garden Tower, véritable petit jardin urbain de 7,6 m2 de surface cultivable pour à peine plus de 1 m2 de surface au sol. Conçue en plastique recyclable, cette petite tour autonome qui vise à relocaliser la production alimentaire accueille jusqu’à 50 plantes grâce au compost qu’elle génère elle-même.


Qui n’a jamais rêvé de cultiver ses propres légumes et salades ? Séduisante, l’idée reste pourtant une utopie aux yeux de millions de citadins. Pour démocratiser l’accès à l’alimentation et répondre au défi de la sécurité alimentaire, une entreprise sociale américaine a lancé la Garden Tower. Remplie de terre, cette petite tour de 1,10 m de haut et 66 cm de large s’installe partout : sur une terrasse, un balcon, un toit, dans une cour ou encore le long d’un trottoir.



Écologique et quasi autonome


Perforée de larges fentes, la tour permet de cultiver jusqu’à 50 plantes différentes de façon rapide et naturelle. L’astuce vient du cœur de la tour. En son centre, la Garden Tower renferme un tube percé de 28 trous qui accueille les déchets alimentaires. Une petite colonie de vers de terre nichés dans le tube se chargent ensuite de les transformer en un compost qui pourra être réutilisé pour fertiliser en continu la tour. Les trous du tube permettent aux vers de circuler librement dans la terre, de l’aérer et de la renouveler en permanence.


De par sa structure qui limite l’évapotranspiration, la tour consomme moins d’eau qu’une culture sur sol à surface équivalente ou d’autres conteneurs traditionnels. Autre astuce, l’eau qui descend jusqu’au sol n’est pas perdue, mais récupérée dans un bac. Ce « thé vers » enrichi en minéraux et micronutriments pourra lui aussi être reversé au sommet de la tour pour fertiliser les plantes, ce qui le rend système quasi autonome et plus productif.



Projet collaboratif et socialement responsable


Conçue en plastique recyclable pour être utilisable par des adultes, enfants et personnes handicapées, la Garden Tower vise à démocratiser l’agriculture biologique en milieu urbain et relocaliser la production alimentaire pour réduire les émissions de CO2 qui alimentent le réchauffement climatique. Ce jardin urbain pourrait également selon ses concepteurs constituer un bon outil de renforcement de la sécurité alimentaire des populations des régions sèches.


Son succès, la Garden Tower le doit en partie à une opération de crowdfunding en 2013. En six jours à peine, ses créateurs basés dans l’Illinois ont atteint leur objectif initial de financement fixé à 28 000 dollars. Depuis, les soutiens versés au projet dépassent les 88 000 dollars. Dans une logique toujours collaborative, un réseau d’utilisateurs devrait être monté à travers les États-Unis. Baptisé « Growing Circles » ce réseau aura vocation à sensibiliser les communautés et écoles à la production alimentaire bio et locale via la Garden Tower.


On estime à ce jour à plus d’un millier les premiers adeptes outre-Atlantique de ce nouveau jardin urbain.



Par Nicolas Blain — courantpositif.fr – le 8 juillet 2014

Plus de détails en vidéo (en anglais) : ici 



Via Koter Info
more...
No comment yet.
Rescooped by Ellen Sue from Toxique, soyons vigilant !
Scoop.it!

Des différences significatives entre les aliments biologiques et non biologiques

Des différences significatives entre les aliments biologiques et non biologiques | bioblog | Scoop.it

Une nouvelle étude (1) révèle des différences significatives entre les aliments biologiques et non biologiques en faveur des aliments bios !
 
Dans la plus grande étude en son genre, une équipe internationale d’experts dirigée par l’Université de Newcastle au Royaume-Uni, a prouvé que les cultures biologiques et les aliments à base de plantes cultivées en agriculture biologique possèdent jusqu’à 60% de plus de certains d’antioxydants essentiels que les  cultures conventionnelles.

(...)


Via Build Green
more...
No comment yet.
Scooped by Ellen Sue
Scoop.it!

WeBiorganic

WeBiorganic | bioblog | Scoop.it
Blog bio sur la cosmétique bio, les remèdes et matières naturels respectueux de la santé et de la beauté au naturel !
more...
No comment yet.
Rescooped by Ellen Sue from Build Green, la curation
Scoop.it!

Un projet pilote de 35 maisons bioclimatiques innovantes

Un projet pilote de 35 maisons bioclimatiques innovantes | bioblog | Scoop.it

Initié par l’Epamarne, établissement public d'aménagement de la ville nouvelle de Marne la Vallée, en partenariat avec la ville de Chanteloup en Brie, un projet de maisons innovantes et bioclimatiques a été développé dans le cadre d’un concours restreint. L'architecte (AW⊃2;) et Bouygues Immobilier se sont impliqués dans une démarche de recherche et de développement de modèles jusqu'ici non réalisés.

(...)


Via Build Green
more...
No comment yet.
Rescooped by Ellen Sue from Abeilles, intoxications et informations
Scoop.it!

Des OGM autorisés dans les produits «bio»

Des OGM autorisés dans les produits «bio» | bioblog | Scoop.it

Un label “bio” européen qui autorise les pesticides.

Les produits biologiques vendus en Europe pourront dorénavant contenir des résidus d’organismes génétiquement modifiés (OGM) sans étiquetage particulier, conformément à un nouveau règlement européen qui est entré en vigueur ce 1 janvier 2009.

 

Adopté en juin 2007 par les ministres européens de l’Agriculture, ce nouveau texte législatif autorise la présence « fortuite ou techniquement inévitable »d’OGM à hauteur de 0,9% dans les produits « bio ». Au-delà de ce seuil, ces aliments devront être étiquetés comme contenant des OGM. En deçà, aucune indication au consommateur n’est prévue.

 

Le ministre de l’Agriculture et de l’Environnement belge, Benoît Lutgen, rappelle sur RTLinfo que ce nouveau règlement sur l’étiquetage des produits bio est en totale contradiction avec les objectifs de développement d’une « agriculture basée sur des liens de confiance forts entre producteurs et consommateurs et sur des produits de haute qualité ». Et pour cause !

Le règlement [2]. L’augmentation des cas de contaminations OGM est même extrêmement préoccupante. Dès 2002 les Verts alertaient déjà sur la contamination lente et irréversible du territoire français par les produits transgéniques (OGM : La contamination s’étend, 9 août 2002).

 

Mais détecter la présence de gènes manipulés coûte cher et seules quelques grosses associations, comme Greenpeace et Genewatch le font, partiellement, et uniquement à partir des accidents de contamination identifiés.

 

Ce nouveau règlement européen rappelle ainsi à ceux qui en doutaient qu’on ne parle plus aujourd’hui « de risque de contamination par les OGM », la contamination par dissémination de produits transgéniques dans l’environnement est maintenant plus qu’avérée, elle est convenue : elle est en train de se produire.

 

Il est impossible d’organiser la coexistence entre variétés transgéniques et conventionnelles : la pollution génétique est scientifiquement inévitable.

 

Ce nouveau règlement étend donc aux produits « bio » les dispositions européennes déjà en vigueur depuis 2004 pour l’ensemble des aliments issus de l’agriculture conventionnelle.

 

Vu qu’il est prévisible qu’à terme tous les produits de l’agriculture et donc tous nos aliments seront contaminés par les organismes transgéniques, les décideurs politiques viennent donc d’autoriser la présence d’OGM, en deçà d’un certain seuil (0,9%) dans les éléments étiquetés « biologiques ».


Via Bee Api?
more...
Bee Api?'s curator insight, May 28, 2013 2:30 PM

add your insight...

Rescooped by Ellen Sue from Abeilles, intoxications et informations
Scoop.it!

Sciences Politiques Toulouse - Christophe Rafenberg : “Relation entre perte du cheptel d’abeilles, pollinisation, production agricole et santé publique : impact d’une perte de biodiversité”

Sciences Politiques Toulouse - Christophe Rafenberg : “Relation entre perte du cheptel d’abeilles, pollinisation, production agricole et santé publique : impact d’une perte de biodiversité” | bioblog | Scoop.it

Christophe Rafenberg est chargé de missions au ministère de l’écologie, MEDDE CGDD Paris. En charge de l’évaluation économique des impacts de l’environnement sur la santé et la qualité de la vie, des politiques d’environnement et de gestion des risques, et particulièrement des engagements du Grenelle de l’environnement. Travaux sur : santé inondation, nutrition santé, pollution de l’air/santé, polluants émergents, santé biodiversité (pollinisation). le 11 avril 2014 14h-16h


Via Bee Api?
more...
No comment yet.
Rescooped by Ellen Sue from De la Fourche à la Fourchette (Agriculture Agroalimentaire)
Scoop.it!

La Commission européenne lance une large consultation sur le bio - Wikiagri

La Commission européenne lance une large consultation sur le bio - Wikiagri | bioblog | Scoop.it

Quels consommateurs de bio sommes-nous, et à partir de là, quelles modifications apporter à l’organisation de la filière au niveau européen ? C’est pour répondre à ces questions que la Commission européenne a lancé une large consultation en ligne.

Les producteurs d’agriculture biologique peuvent s’attendre à des modifications dans les règlements européens les concernant. A travers les questions posées aux consommateurs bio, on comprend d’autres questions, celles que se pose l’administration européenne pour réformer la filière.

Ainsi, faut-il harmoniser les règles pour tous les producteurs bio européens ? Quelles dérogations accepter, et dans quelle quantité, aux cahiers des charges ? Sur quels secteurs faut-il engager la recherche (entre autres propositions de réponse, la cohabitation avec les OGM) ? Faut-il davantage de contrôles ou non ? Peut-on, à l’inverse, effectuer moins de contrôles pour les producteurs déjà recensés pour leur bonne conduite ?

D’autres questions portent sur l’affichage du bio, sur les sanctions éventuelles, ou encore sur les échanges entre l’Union européenne et les pays à propos des produits bio : visiblement, la demande augmente plus vite que la production, d’où des importations.

Un plan protéines européen ?

Enfin, parmi toutes ces questions, j’en ai noté plusieurs portant sur les protéines, dont ont besoin les éleveurs bios pour leurs bêtes. A lire entre les lignes, on comprend que la Commission s’interroge sur l’opportunité d’encourager la production de cultures protéiques en Europe.

Mais le mieux, pour vous rendre compte, est encore d’aller lire vous-même le questionnaire, et même d’y participer. La consultation est ouverte depuis ce 15 janvier et se terminera le 10 avril 2013.

Et vous, qu'en pensez-vous ? Pour en débattre, rendez-vous ci-dessous dans l’espace « Ecrire un commentaire ».

En savoir plus : http://ec.europa.eu/agriculture/consultations/organic/2013_fr.htm (les raisons de la consultation expliquées par la Commission européenne) ; http://ec.europa.eu/yourvoice/ipm/forms/dispatch?form=orgagric2013&lang=fr (le questionnaire en ligne)


Via Paul-Jean Ricolfi
more...
No comment yet.
Scooped by Ellen Sue
Scoop.it!

HORLOGE BIOLOGIQUE: La remettre à l'heure par manipulation diététique

HORLOGE BIOLOGIQUE: La remettre à l'heure par manipulation diététique | bioblog | Scoop.it
Ce que vous mangez peut affecter votre horloge biologique, démontre cette étude de l'Université de Yamaguchi (Japon).
more...
No comment yet.
Scooped by Ellen Sue
Scoop.it!

Les aliments issus de l’agriculture biologique sont nettement différents des autres…en mieux!

Les aliments issus de l’agriculture biologique sont nettement différents des autres…en mieux! | bioblog | Scoop.it
L’inquiétude du public vis-à-vis de l’effet néfaste sur l’environnement et sur la santé humaine des produits de synthèse chimique utilisés en agriculture, a favorisé l’expansion de la demande des consommateurs pour les cultures organiques ou...
more...
No comment yet.
Rescooped by Ellen Sue from Meilleure revue de presse de l'univers connu
Scoop.it!

Comment les cubains ont converti leur île au bio - Kaizen magazine

Comment les cubains ont converti leur île au bio - Kaizen magazine | bioblog | Scoop.it
Les écologistes du monde en entier en rêvent, les Cubains l’ont réalisé. Depuis plus de vingt ans, l’île s’est convertie à l’agriculture biologique. Nécess

Via Christophe Tisseyre
more...
Christophe Tisseyre's curator insight, July 16, 2014 8:25 AM

Ils sont bien partis pour devenir le 1er fournisseur mondial de bio ;-)