Big Data in Business
18.8K views | +32 today
Follow
 
Scooped by Georges-Edouard DIAS
onto Big Data in Business
Scoop.it!

Amazon conclut un accord avec le fisc français

Amazon conclut un accord avec le fisc français | Big Data in Business | Scoop.it
« Créer un électrochoc »

L'accord entre Amazon et l'administration fiscale française intervient en plein débat sur la fiscalité des entreprises du numérique, et alors que l'administration fiscale a redressé de nombreux géants du Net - Apple, Facebook, eBay... -, dont les montages permettent d'échapper en grande partie à l'impôt. La Commission européenne envisage une réforme pour mieux appréhender l'activité de ces entreprises, a indiqué dimanche le commissaire aux Affaires économiques, Pierre Moscovici. « Fin mars, je présenterai au nom de la Commission européenne une réforme, ambitieuse et globale, de la fiscalité du Net pour que les géants du Net qui réalisent plus de 750 millions de chiffre d'affaires, [...] puissent payer des impôts là où ils créent de la valeur », a-t-il précisé, annonçant des mesures « de nature à créer un consensus et un électrochoc ».

On notera toutefois au chapitre de l'impôt sur les sociétés qu'Amazon a indiqué vendredi que pour son exercice 2017, ses activités de commerce en dehors de l'Amérique du Nord avaient enregistré une perte opérationnelle de 3 milliards de dollars. On ne sait toujours pas si Amazon gagne de l'argent dans l'Hexagone. Il est probable que non.

more...
No comment yet.
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

L’hôtel japonais géré par des robots a renvoyé la moitié de ses machines

L’hôtel japonais géré par des robots a renvoyé la moitié de ses machines | Big Data in Business | Scoop.it
Envahi par une vague de robots, le concept de l’hôtel a commencé à montrer ses limites. Certains robots n’étaient en réalité que des gadgets, à l’instar de cette équipe de robots danseurs installée dans les couloirs de l’établissement. D’autres conçus pour un usage pratique, ne fonctionnaient pas. C’est le cas du robot porte-bagages, capable d’accéder seulement à une vingtaine de chambres parmi plus d’une centaine ou encore de Churi, le robot de chambre dont le vocabulaire se limite à « Bonjour, comment allez-vous ? ». Sans surprise, il a déçu les habitués des assistants d’Amazon et Google qui ont tenté d’avoir une conversation avec lui. 

« Lorsque vous utilisez réellement des robots, vous réalisez qu’il existe des endroits où ils ne sont pas nécessaires », a déclaré Hideo Sawada, Propriétaire du Henn na Hotel à nos confrères du Wall Street Journal. Mais la marque ne baisse pas les bras pour autant et apprend de ses erreurs. Elle conserve dans ses nouveaux établissements uniquement les machines qui ont prouvé leur efficacité et se tourne également vers des technologies plus subtiles. Par exemple, l’usage de panneaux solaires pour alimenter l’établissement en électricité ou encore de la reconnaissance faciale pour faciliter l’accès en chambre.
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Sécurité des données, services et objets IoT : l’usage de la blockchain a doublé en un an – L'Embarqué

Sécurité des données, services et objets IoT : l’usage de la blockchain a doublé en un an – L'Embarqué | Big Data in Business | Scoop.it
Plus globalement, l’enquête Gemalto révèle que les entreprises demandent aux gouvernements d’être plus proactifs. 79% d’entre elles aspirent à des directives plus solides quant à la sécurité de l’IoT, quand 59% cherchent à clarifier qui est responsable en matière de protection IoT. Bien que de nombreux gouvernements aient déjà adopté ou annoncé des réglementations spécifiques à la sécurité IoT, 95% des entreprises interrogées pensent que des réglementations uniformes devaient être appliquées, une tendance qui se retrouve chez les consommateurs qui souhaitent à 95% que les objets IoT soient régis par des réglementations de sécurité.

« Au vu de l'augmentation du nombre d'objets IoT, il est extrêmement préoccupant de voir que les entreprises ne parviennent toujours pas à détecter les failles de sécurité, indique Jason Hart, directeur technique en charge de la protection des données chez Gemalto. En l'absence de réglementation cohérente, il n'est pas surprenant de voir une recrudescence des menaces, et donc de la vulnérabilité des entreprises. Cette situation perdurera, à moins que les gouvernements n'interviennent dès maintenant pour aider les entreprises à éviter de perdre le contrôle. »

Compte tenu de cet environnement et des défis auxquels les entreprises se trouvent confrontées pour assurer la sécurisation des objets connectés et des services IoT, elles appellent à une intervention de l’État, indique l'enquête de Gemalto C’est particulièrement le cas dans le domaine de la confidentialité des données (38 %) et de la collecte de grands volumes de données (34 %). La protection d'un nombre croissant de données s'avère être problématique, avec seulement trois entreprises sur cinq (59%), parmi celles utilisant l'IoT et disposant de budgets pour la sécurité IoT, admettant crypter toutes leurs données. De leur côté, les consommateurs ne sont clairement pas satisfaits des efforts du secteur IoT, 62% d’entre eux estimant que la sécurité doit être améliorée. 54% d’entre eux craignent un manque de confidentialité lié à l’utilisation des objets connectés, tandis que 51% ont peur de la prise de contrôle de leurs objets par des tiers non autorisés et que 50% pointent le manque de contrôle sur leurs données personnelles.
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

#A#A#A : la devise terriblement matérialiste des 15-18 ans

#A#A#A : la devise terriblement matérialiste des 15-18 ans | Big Data in Business | Scoop.it

#Avoir, #Argent et #Apparence. Voilà les trois mots qui définissent le bonheur pour les 15-18 ans selon une enquête du cabinet Occurrence.

Superficiel, vous avez dit superficiel ? Crouler sous le cash, être connu.e.s dans le monde entier et avoir un physique de rêve quitte à passer sous le bistouri : voilà à quoi rêvent les jeunes Français.es. Inquiétant pour ne pas dire flippant ?

Une enquête du cabinet d’études Occurrence réalisé avec Malene Rydahl, l’auteur de plusieurs ouvrages comme « Heureux comme un danois » (Grasset, 2014, J’ai Lu 2015) et « Les 5 pièges du bonheur » (Flammarion 2017, J’ai Lu 2018) a cherché à préciser la définition que les jeunes âgés de 15 à 18 ans, ont du bonheur. La conclusion de ce sondage effectué en juillet dernier auprès de 1036 répondants peut se résumer en trois lettres : AAA pour #Avoir, #Argent et #Apparence.

Un job oui mais pour gagner gros
Ces futures adultes sont, avant toute chose, extrêmement matérialistes. Pour eux, la clé du bonheur est le cash. 71% des jeunes pensent ainsi qu’être riche rend heureux et 1 adolescent sur 3 juge que l’argent lui permettra d’être heureux à 30 ans. Leur futur emploi doit donc être, pour eux, extrêmement rémunérateur et il doit les aider à devenir célèbres.
Beaucoup souhaitent ainsi travailler dans les réseaux sociaux et devenir instagrameurs, influenceurs ou youtubers. Le métier d’avocat séduit aussi de nombreux mineurs. « Je ne m’attendais pas à ce que l’argent soit aussi puissant auprès des 15-18 ans », reconnaît Assaël Adary, président d’Occurrence. Pour être « rich et famous », la génération Z estime aussi devoir être « belle ». Et le moins que l’on puisse dire, est que les jeunes ne sont pas satisfaits de leur apparence.

Vive la chirurgie esthétique
 Seuls 7% des adolescent.e.s se trouvent tout à fait belles ou beaux. Pour corriger leurs petits défauts ou plus si affinité, 40% des filles aimeraient faire au moins une opération esthétique. 20% des garçons souhaiteraient, eux aussi, passer sous le bistouri d’un chirurgien plastique. La beauté est pour ces jeunes étroitement liée à la notion d’être sexy. « Leur vision de l’apparence est très sexuée », confirme Assaël Adary.

more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

La blockchain désormais sous l’œil de Pékin


La Chine va imposer aux sociétés exploitant une blockchain de nouvelles réglementations strictes leur imposant de censurer le contenu, d’autoriser les autorités à accéder aux données et d’identifier les utilisateurs.

L’Administration chinoise du cyberespace (CAC) a introduit de nouvelles réglementations concernant les sociétés exploitant la technologie blockchain qui opèrent dans le pays.

Sous couvert d’assainir le secteur de la blockchain

Ces réglementations sont regroupées sous l’appellation «Réglementation sur la gestion des services d’information sur la blockchain»,

L’annonce a été publiée sur le site Web de l’organisme de réglementation le jeudi 10 janvier. Les lignes directrices, qui entreront en vigueur le 15 février, ont été élaborées dans le but de contribuer au “développement sain de cette industrie”.

Le CAC estime que ces nouvelles règles sont faites pour «préserver la sécurité nationale et les intérêts publics sociaux, tout en protégeant les droits et intérêts légitimes des citoyens».

Après les cryptomonnaies, la blockchain

La Chine réprime les crypto monnaies depuis 2017, année où le gouvernement chinois a tout simplement interdit les ICO et empêché les échanges de crypto-monnaie sur son marché intérieur.

La technologie de la blockchain semble, elle, tolérée, même si Pékin veut garder un oeil sur son usage.

Ainsi, les sociétés concernées seront tenues d’enregistrer les utilisateurs avec leur nom et leur identité nationale ou leur numéro de téléphone portable tout en éliminant tout contenu jugé interdit par la législation chinoise en vigueur.

Les entités qui violeraient ces règles seront passibles d’amendes ou de poursuites, a déclaré la CAC. Les amendes vont de 5 000 à 30 000 yuans (640 à 3900 euros).
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

#CES2019 : La sonnette connectée, une solution pour accueillir les clients d'Airbnb et consorts ?

#CES2019 : La sonnette connectée, une solution pour accueillir les clients d'Airbnb et consorts ? | Big Data in Business | Scoop.it
Les sonnettes connectées ont le vent en poupe sur le marché de la maison intelligente, en témoigne la douzaine de projets repérés au CES 2019. Si Amazon y voit déjà une opportunité d’optimiser son service de livraison à domicile, les acteurs positionnés sur le segment de l’hébergement alternatif ont aussi leur carte à jouer. De tels dispositifs ne permettraient-ils pas, notamment, de déverrouiller la porte aux touristes quand l’hôte ne peut être présent ?

Ring, Netatmo, Kasa, Ezviz, Tuya, Maximus Altro Smart… Avec près d’une douzaine de projets repérés lors du CES 2019, les sonnettes connectées sont venues en force aux États-Unis. Ces supports ajoutent une palette de fonctionnalités au segment de la maison intelligente. Si chaque marque tente de se démarquer au travers d’un design ou d’une fonctionnalité particulière, la majorité des projets propose le même type de service. Équipés d’une caméra, d’un haut-parleur, d’un assistant personnel — Google Assistant, Alexa ou Siri — et connectés au smartphone de l’utilisateur, ces appareils constituent de nouveaux dispositifs de sécurité.

Certains, comme l’Altro Smart, permettent d’ouvrir à distance la porte de l’habitation à un individu. Dans le commerce, Amazon y voit déjà une opportunité pour ses livreurs de déposer un colis à l’intérieur de la maison ou de l’appartement tandis que le propriétaire est absent. Mais dans le Tourisme, ce genre de serrure pourrait avoir une toute autre utilité…
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Walmart's New Campaign Spotlights Digital Grocery Business

Walmart's New Campaign Spotlights Digital Grocery Business | Big Data in Business | Scoop.it
The campaign, which debuted during the Golden Globes award show, uses famous vehicles from film and television—including the Batmobile, the DeLorean from "Back to the Future" and Scooby Doo's Mystery Machine—to highlight the convenience and ease of buying online and picking up in-store (BOPUS).

But the marketing effort isn't limited to traditional linear TV. In a blog post, Walmart's CMO Barbara Messing wrote that it's cross-platform, with creative being spread across social media, online video, radio and in-store platforms.

The campaign comes as Walmart and Amazon continue to fight for supremacy in the US digital grocery space. A Deutsche Bank Securities report published in October predicted that, by the time 2018's sales were counted, Walmart would likely overtake Amazon as the largest digital grocery player in the US.

Similarly, data from The Retail Feedback Group shows that Walmart might hold a slight advantage over Amazon among consumers. The November 2018 survey of US digital grocery shoppers found that 33% had bought groceries from Walmart online within the past month, compared with 31% for Amazon.
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

The majority of marketers don't have a marketing qualification

The majority of marketers don't have a marketing qualification | Big Data in Business | Scoop.it
More than half of marketers (53.8%) say they have not studied a marketing-related academic or professional qualification of any kind. Marketing Week’s 2019 Career and Salary Survey, which questioned 4,415 marketers, shows they clearly find their way into the profession via a wide variety of routes. Just 25.7% have a marketing undergraduate degree as their highest qualification, and 16.3% a marketing master’s degree, diploma or doctorate.

Of those who say they have studied a marketing degree, just 32.2% found it very useful, with 55.9% describing it as fairly useful and 11% not very useful. Similarly, 35.9% of marketers who have studied a professional qualification – whether from the Chartered Institute of Marketing or another organisation – describe their course as very useful, 50.3% fairly useful and 12.6% not very useful.
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Chinese Tech at CES: An Alternative POV

Chinese Tech at CES: An Alternative POV | Big Data in Business | Scoop.it
Much has been written about China’s diminished presence at CES 2019. Looking strictly at the numbers, the story seems clear. The CES 2019 Exhibitor directory listed 1,211 Chinese exhibitors, down from 1,551 at the 2018 show (a 20 percent drop). Add in the congressionally approved CFIUS (the Committee on Foreign Investment in the United States) reforms, which all but dried up Chinese venture money flowing into the United States, then add the on-again/off-again China-vs.-US trade war, and it’s easy to adopt a bearish attitude toward Chinese tech. But there’s more to this story than the numbers and the politics suggest.

CES 2019 Tech East Central Hall

Walking into the Central Hall of CES 2019, you might have been overwhelmed by the three incumbent tech giants. Samsung, LG, and Sony all had exhibits in their customary locations, and they were impressive. The jewels in their respective crowns were 8K smart TVs and, to be fair, the image quality from all three manufacturers was breathtaking.

We can get into whether or not 8K video is ever going to be a thing for consumers, or if broadcasters and production companies will ever be able to afford to upgrade their workflows to deliver 8K (no one will pay more for 8K content than they pay for 4K content). What’s important here is that 8K is what the “Big Three” were using to demonstrate the state of the art in display technology.

CES, the “Chinese Electronics Show”

If you walked a little farther into Central Hall, you absolutely would have been overwhelmed with the number and size of the Chinese exhibits: Hisense, Haier, Huawei, TCL, and Changhong all had massive booths with exceptional technology on display. Hisense and TCL both have 8K smart TVs in the works and TCL will start producing an 8K set with Roku built-in by the end of 2019. That’s at the cutting edge.
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Cette nuit en Asie : Un milliardaire japonais génère le tweet le plus retweeté de l'histoire

Cette nuit en Asie : Un milliardaire japonais génère le tweet le plus retweeté de l'histoire | Big Data in Business | Scoop.it
L'excentrique milliardaire Yusaku Maezawa, patron du site de vente en ligne de vêtements Zozotown, a promis d'offrir au total 800.000 euros à 100 personnes choisies parmi ses followers.

Battus les Ellen DeGeneres, Barack Obama et autre Ariana Grande ! Depuis, ce lundi matin, le tweet le plus retweeté de l'histoire du réseau social appartient à l'excentrique milliardaire japonais Yusaku Maezawa.

L'homme d'affaires, patron du site de vente en ligne de vêtements Zozotown, a réussi à générer en 36 heures plus de 3,8 millions de retweets d'un message qu'il avait posté, en japonais, tard samedi soir.

Dans son tweet, le patron de 43 ans, qui s'était fait connaître en Occident en septembre dernier en achetant à Elon Musk les premiers billets pour  un voyage touristique dans l'espace à bord d'une fusée de SpaceX , a promis d'offrir au total 100 millions de yens (800.000 euros) à 100 personnes choisies parmi ses followers qui allaient retweeter ce message avant ce lundi soir. Il a indiqué qu'il remettrait 1 million de yens (8.000 euros) provenant de sa fortune personnelle à chaque heureux gagnant choisi au hasard. Tous recevront un message privé de sa société.

Immédiatement, ce tweet a enflammé les réseaux sociaux nippons et le nombre d'abonnés au compte de Yusaku Maezawa a bondi de 500.000 à près de 4 millions ce lundi. Il approche aussi désormais le million de « likes ».
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Amazon a déjà placé Alexa dans 100 millions d'objets connectés

Amazon a déjà placé Alexa dans 100 millions d'objets connectés | Big Data in Business | Scoop.it
Plus de 150 produits différents intègrent ainsi la technologie de reconnaissance vocale Alexa et plus de 28.000 sont compatibles avec lui, fabriqués par plus de 4.500 marques différentes. Pour le plus grand bonheur de ces dernières, puisque le label « Compatible avec Alexa » semble faire un bel effet marketing.

Les spécialistes attendent du CES que Google révèle ce qu'il en est pour son assistant intelligent, ses chiffres étant inférieurs au dernier comptage. En attendant, le speaker intelligent maison d'Amazon, le « Echo » n'est donc pas le seul vecteur de diffusion d'Alexa. Même si Dave Limp explique que sa déclinaison « Echo Dot » est en rupture de stock après la saison de Noël, sans vouloir de donner de chiffres supplémentaires.

Comme l'explique Dave Limp à « The Verge », Amazon n'est pas même inquiet que certains produits contenant Alexa soient de mauvaise qualité. Ce qui est important, note-t-il, est qu'il y en ait suffisamment qui donnent pleine satisfaction. La marque Alexa est assez puissante pour cela.

Comme dans le cloud

Surtout, Amazon semble faire un plaidoyer pour l'interopérabilité des assistants intelligents. Non seulement le groupe veut que les gadgets vocaux, comme les enceintes, de la maison connectée puissent intégrer les assistants de Google, d'Apple ou d'autres, mais il est prêt à ce qu'ils puissent collaborer afin que le consommateur n'ait pas tous les réglages à refaire.  Son Echo intègre même Apple Music .
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Ledger Unveils Bluetooth-Enabled Hardware Wallet

Ledger Unveils Bluetooth-Enabled Hardware Wallet | Big Data in Business | Scoop.it

The new wallet has been redesigned and can be pre-ordered starting on Monday. It is priced at $119 and is expected to start shipping in March. The company will also launch a mobile app, the Ledger Live Mobile, for both iOS and Android platforms.

The Nano X joins Ledger’s two existing consumer hardware wallets: the Nano S and the Ledger Blue. The former currently retails for $59 and the latter $269.99. The company claims in its Monday’s announcement that over 1.5 million Ledger Nano S devices have been sold worldwide. The Nano X is only available in one color at present while the Nano S comes in six colors.

According to Ledger, up to 100 cryptocurrency apps can be installed on the Nano X at the same time. The device also supports over 1,100 assets with more to be added each month. In comparison, the Nano S can simultaneously run up to 18 cryptocurrency applications with support for only 40 assets in total.

more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Hyundai's Elevate Concept Uses Legs and Wheels to Go Anywhere

Hyundai's Elevate Concept Uses Legs and Wheels to Go Anywhere | Big Data in Business | Scoop.it
Today at CES in Las Vegas, the automaker fleshed out the details on an insect-like concept car that isn’t limited by its wheels. This thing also has legs, which allow it to go where there are no roads, by trekking or climbing over difficult terrain, fording rivers, clambering over crumbled concrete, or even climbing stairs.

In this city without restraint, CES is a safe space to showcase outrageous concepts unlikely to make it to production. But Hyundai has thought through a business case for the machine it’s calling Elevate, or the Ultimate Mobility Vehicle (how about the ummmm … V?). It pitches the blend of car, robot, and Mars rover as the ideal machine for first responders. While a car or truck would get stumped at the edge of a debris field of broken buildings, for example, the Elevate can just clamber on over, to the heart of the problem, instead of leaving firefighters or anyone else to trek in on foot. Hyundai says that, with a modular platform, the body atop the walking wheels could be swapped out for different applications. It also shows a taxi concept that can climb entrance steps to a building, to allow wheelchair users to roll in and out easily.

The platform itself puts the four wheels on the ends of robot legs with five degrees of freedom (meaning they can move in just about any direction). Propulsion comes from electric motors mounted inside each wheel hub, like on the Mars Curiosity Rover.

When the legs are folded under the vehicle, the Elevate can travel at highway speeds, almost resembling a normal car. But it looks cleverest, and scariest, when it rises up to full height, using the wheels as feet. It can replicate the walking patterns of both mammals and reptiles, so it can stride across most terrains confidently, even snow and ice, with the wheels turned sideways as nonslip pads. “Imagine a car stranded in a snow ditch 10 feet off the highway being able to walk or climb back to the road,” says David Byron, design manager at Sundberg-Ferar, the Detroit-based design studio that worked with Hyundai to develop the concept.
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Apple and Samsung steal CES 2019

Apple and Samsung steal CES 2019 | Big Data in Business | Scoop.it

Apple and Samsung have done it again.

In a week in which pretty much every tech company in the world is unveiling flashy new products, the two giants have managed to steal the limelight. This time, it was at CES 2019, the world's biggest electronics show. 

The Las Vegas confab is the event that sets the stage for the coming year in tech. Big players like Samsung, LG and Sony unveil their newest TVs, home appliances and other devices, while smaller companies show off everything from, say, bread-making robots to a toothbrush that scrubs your entire mouth in 10 seconds. This year there was also a lot of noise from Google and Amazon, which are vying to be the primary voice assistant provider for smart home gadgets and other technology. 

Even with all of that, Apple and Samsung -- two of the most powerful companies in tech -- managed to generate some of the biggest buzz in Las Vegas and they didn't have to hold major press events to get the attention. 

In the case of Apple, it's started letting TV makers, like LG and Vizio, access its AirPlay and HomeKit technology, and Samsung's 2019 TVs will even come with iTunes built in. Playing nice with the world's biggest TV makers is natural step for Apple ahead of the launch of its long-rumored streaming video service. 

more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Apple reportedly replaced 10 times as many batteries as expected in 2018

Apple reportedly replaced 10 times as many batteries as expected in 2018 | Big Data in Business | Scoop.it
If 11 million people replaced their iPhone’s battery for $29 rather than spending $1,000 on a new iPhone, that would roughly equate to $11 billion in lost revenue. For reference, Apple said it expected to make between $5 and $9 billion less in its revised forecast. Of course, not every customer that replaced their battery would have definitely bought a new phone, and Apple’s original earnings forecast should have accounted for the replacements, but these numbers give an idea at the scale of the consumer response.

COOK SAID THAT “UPGRADE RATES” DID NOT FACTOR INTO THE DECISION


The discounted pricing for battery replacements was offered in light of the iPhone throttling scandal, which saw Apple degrade performance of older phones to compensate for their aging batteries. After a considerable outcry when the hidden “feature” was discovered, Apple announced it would attempt to make up for its poor communication by offering cheaper replacement batteries for a year. New batteries would remove the need to throttle older devices that were at risk of crashing when under intense loads.

In the first earnings call after the reduced pricing was announced (transcribed by Six Colors), one financial analyst asked whether consumers’ increased awareness that they could replace their batteries rather than upgrade their phones should be a concern for investors. Cook said that “upgrade rates” did not factor into the decision to reduce the price of replacement batteries.

more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

La légende des taxis-motos kényans

La légende des taxis-motos kényans | Big Data in Business | Scoop.it

Bus, automobiles, trottinettes et bicyclettes électriques ou pas, centres ville et quartiers piétonniers ou pas, l’augmentation des taxes sur l’essence… la mobilité urbaine motorisée est en cause sur fond de protection de l’environnement et du bien-être des citadins. Posant les questions des infrastructures et des moyens mis en place en amont et concrètement pour que les mesures prises ne soient perçues ni comme pénalisantes ni comme une injustice par les intéressés. Même problématique en milieu urbain africain avec un flux de déplacements et des embouteillages nombreux, en raison d’une concentration accrue de la population dans ces zones.

Un phénomène qui ne va pas s’arranger puisque selon des estimations récentes, la population urbaine de l’Afrique passera de 472 millions actuellement à environ 660 millions d’ici à 2025, et à 1 milliard d’ici à 2040. Et déjà de grands groupes occidentaux tels que RATP Dev, Bolloré, Bombarbier, Alstom ou même Uber apportent et adaptent leurs solutions. Tandis que des start-up, avec leurs applis et leur communauté, se lancent dans la course parmi lesquelles Easy Taxi (Rocket Internet) ou Maramoja au Kenya. Sans compter les gouvernements de pays africains subsahariens qui s’activent de plus en plus pour un écosystème autour de la mobilité en ville plus vertueux et efficace. Ainsi l’Agence Marocaine de l’Efficacité Energétique a initié un projet de vélos électriques, tandis qu’en 2017 a eu lieu à Marrakech, la première course de Formule « E » (bolides électriques)*.

Entre projet artistique et reportage
 

Encourageant, mais balbutiant. Alors en attendant, le commun des mortels qui, lui, est confronté quotidiennement aux tracas de la mauvaise circulation urbaine, s’organise et même s’amuse. Tel est le cas de ces « moto taxi drivers » baptisés Boda Boda et qui trimbalent à fond les manettes leurs clients sans relâche notamment dans les rues de Nairobi. Leurs deux roues customisés à grands renforts de couleurs et d’accessoires tels des engins de super héros pour attirer le client, ont inspiré Bobbin Case, styliste ougandais-kényan, et Jan Hoek, photographe et écrivain néerlandais.

En effet, fascinés par ces motos aussi improbables et originales que réjouissantes pour l’œil, ils ont lancé leur récent projet commun intitulé : « Boda Boda Madness » grâce auquel ils ont habillé sur-mesure 7 de ces motards (qui ont eu leur mot à dire), d'incroyables panoplies complétant avec superbe le thème de leur attelage. Puis ils les ont photographiés, enfourchant leur machine et in situ, pour en faire une galerie de portraits à la fois esthétique et très réaliste, entre reportage et objet artistique. Faisant de Meet Mad Max Driver, Machette, Vibze, Ghost Rider, Red Devil, Lion ou encore de The Rasta Driver, de vraies stars du bitume tout droit sorties d’un univers fantasmagorique. Ajoutant ainsi à Nairobi une attraction aussi utile que récréative sur fond de culture traditionnelle. Mais bien réels, ces rois de la bécane infernale mis ainsi en scène, abordent par l’image ce problème ténu de la mobilité en ville. Une controverse qui a désormais ses légendes vivantes.

more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

UP Magazine - Objets connectés : comment réguler cette vague qui déferle dans notre quotidien ?

UP Magazine - Objets connectés : comment réguler cette vague qui déferle dans notre quotidien ? | Big Data in Business | Scoop.it
Collectivement, l'IoT peut nous rendre plus connectés, mieux informés, plus efficaces et moins gaspilleurs. Mais s'il est mal utilisé, il peut affaiblir la sécurité et la résilience de nos réseaux informatiques et de nos données. Car c'est la relative simplicité des dispositifs de l'IoT qui est la source des problèmes mais aussi des opportunités. « Les avantages sont nombreux mais, dans le même temps, les plus grands risques pèsent sur la résilience et la sécurité » souligne François Coallier, Président du sous-comité SC 41, Internet des objets et technologies connexes, du comité technique mixte ISO/IEC en charge de la normalisation de l’Internet des objets .
 
Les défis que posent l'interopérabilité – c'est-à-dire la capacité des dispositifs de l'IoT de se connecter sans difficulté entre eux et avec d'autres systèmes – et la sécurité sont liés. « Les technologies évoluent sans cesse et à un rythme extrêmement rapide », ajoute François Coallier, « de sorte que leur adjonction au réseau s'est effectuée à la fois rapidement et souvent au cas par cas, au fur et à mesure de l'émergence de nouvelles technologies ». La croissance de l'IoT est exponentielle, et l'on estime que d'ici à 2020 le nombre de dispositifs IoT connectés pourrait atteindre les 50 milliards, avec un marché se chiffrant vraisemblablement en milliards de dollars.
 
Le maillon faible
2016, l'année où a été créé le JTC 1, l’organisme qui traite de la normalisation internationale dans le domaine. Ce futa également été une année frappante, au sens propre comme au figuré, pour l'Internet des objets, en raison d'attaques de grande ampleur sur les réseaux. En mars de cette année-là, par exemple, l'attaque du logiciel Mirai, qui a paralysé une grande partie de l'Internet dans l'Est des États-Unis, a été la plus grosse offensive sur l'Internet jamais réalisée. Beaucoup de gens ont été surpris de la rapidité de la propagation du code malveillant et de la facilité avec laquelle le pirate avait pu entrer dans des réseaux prétendument sécurisés. Alors, comment une telle frappe a-t-elle été possible ? En ciblant le maillon faible d'une chaîne ou, dans le cas précis, les dispositifs IoT à la périphérie du réseau.
« Les auteurs de la frappe ont ciblé notamment des dispositifs tels que les caméras de vidéosurveillance sans fil et les téléviseurs intelligents vendus avec un nombre limité de noms d'administrateur et de mots de passe par défaut », explique François Coallier. Le fabricant a produit des millions de ces dispositifs. Le botnet des pirates « a essayé tour à tour chaque combinaison de nom d'administrateur et mot de passe jusqu'à ce qu'il trouve la bonne combinaison pour prendre le contrôle du dispositif » précise-t-il. « En parvenant à pirater plus d'une centaine de milliers de ces dispositifs, les pirates ont pu générer des attaques de déni de service à grande échelle qui ont mis temporairement à genou une partie du Web américain. »
 
Concernant un autre acte de piratage largement relayé dans les médias – une attaque d'ingénierie sociale sur les ordinateurs personnels (PC) de l'administration d'une usine ayant abouti à la paralysie de sa chaîne de production – François Coallier précise, « dans ce cas, il semble qu'il ait été possible d'accéder aux systèmes de production de l'usine à partir de ses PC, ce qui n'aurait pas été le cas si les systèmes de production avaient été isolés des PC connectés à l'Internet par une segmentation adéquate du réseau. » Qui plus est, le réseau aurait pu être beaucoup plus sûr simplement en appliquant les processus et procédures bien documentés déjà décrits dans de nombreuses normes liées à la sécurité informatique, qui préconisent la segmentation des réseaux pour une sécurité accrue.
 
La même année que le botnet Mirai, un groupe de chercheurs israéliens a démontré comment il est possible de pirater un réseau d'éclairage, simplement à l'aide d'un drone aéroporté modifié, en exploitant la vulnérabilité d'une ampoule intelligente courante. En contournant les mesures de sécurité d'une seule et unique lampe, il est possible d'infecter les ampoules adjacentes compatibles et d'en prendre le contrôle. Selon ces chercheurs, s'il y a, dans une ville, suffisamment d'ampoules intelligentes utilisant les mêmes protocoles de communication, des attaquants malveillants peuvent facilement accéder et infecter en quelques minutes l'ensemble du réseau d'éclairage. Scénario extrême servant à démontrer la réalité des failles, l'exercice a montré le potentiel d'attaques malveillantes de grande ampleur dans des réseaux apparemment sécurisés, en exploitant des vulnérabilités négligées dans des dispositifs simples en périphérie du réseau.
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

#CES2019 : « si elle ne rassure pas le public, l’industrie des véhicules autonomes ne verra jamais le jour »

#CES2019 : « si elle ne rassure pas le public, l’industrie des véhicules autonomes ne verra jamais le jour » | Big Data in Business | Scoop.it
« La société n’acceptera jamais une machine qui tue des gens »

Au 21 décembre 2018, le ministère des véhicules motorisés comptabilisait 129 accidents mettant en cause des véhicules autonomes dans l’état de Californie. Un chiffre dérisoire en comparaison avec les 1000 morts chaque année sur les routes américaines causées par l’alcool. Pourtant les accidents impliquant des véhicules autonomes ont fait couler beaucoup d’encre. « La société n’acceptera jamais une machine qui tue des gens. », a réagi Amon Shashua, Professeur et CEO de Mobileye, une filiale d’Intel dédié au développement de système autonome embarqué. Pour lui, l’enjeu ne consiste pas à prouver la sécurité des dispositifs, mais avant tout à la définir.

« Nous avons créé un modèle pour définir le concept de prudence d’un point de vue mathématique de manière à ce qu’il puisse être implémenté au sein d’une intelligence artificielle », a-t-il ajouté. Les équations de ce modèle ont été partagées au travers d’un livre blanc par Intel afin d’être reprises par les différents constructeurs. Le gouvernement chinois, Baidu, Huawei et Valeo ont d’ailleurs débuté les essais la semaine précédant le CES 2019. Le conférencier a invité tous les acteurs du segment, même ses concurrents, à rejoindre l’initiative qui bénéficiera à l’intégralité de l’industrie. « Il n’est pas question de créer de la concurrence sur des sujets sécuritaires », a déclaré Déborah A.P Hersman, Présidente et CEO National Safety Council, saluant l’initiative menée par Mobileye.
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Latin American P2P Markets Defy Global Trend to Smash Volume Records

Latin American P2P Markets Defy Global Trend to Smash Volume Records | Big Data in Business | Scoop.it

Despite a steady decline in global Localbitcoins volume during recent weeks when measuring in fiat currency, several Latin America P2P markets consistently posted record trade activity heading into the new year.

The months of November and December 2018 saw the Colombian Localbitcoins post consecutive records for weekly trade activity.

The increased volume appears to have peaked during the end of December, with the current record of 759 BTC or 8.40 billion Colombian Pesos (COP) (approximately $2.66 million) worth of cryptocurrency changing hands during the week of Dec. 22, 2018.

Since then, volume has significantly receded, with 346 BTC or approximately 4.26 billion COP (roughly $1.35 million) worth of bitcoin core trading hands during the week of Jan. 5th, 2019 – a drop in volume of between 50 and 55 percent over the course of just two weeks.

Peruvian and Argentinian Trade Activity Drops 50% Since December Surge

When measuring in fiat currency, the Peruvian Localbitcoins markets posted six consecutive records for weekly trade volume from the week of Nov. 14, 2018, until Dec. 29, 2018.

Peruvian P2P trade saw a new record posted for both fiat and cryptocurrency volume with 252 BTC or 3.46 million Peruvian Sol (PEN) (nearly $1.04 million) worth of trade during the final week of 2018. Since posting the current record, P2P trade between PEN and BTC has dropped by roughly 25 percent to 190 BTC or 2.59 million PEN (approximately $776,000).

When measuring in fiat currency, the Argentinian Localbitcoins markets posted record volume of nearly 9.45 million Argentine Pesos (ARS) (roughly $256,000) during the week of Dec. 8, 2018. The same week saw 65 BTC traded on the platform, the most to change hands since April 2017.

Despite the significant burst in trade activity, Argentinian P2P trade appears to have since dropped off by between 40 and 50 percent in roughly one month, with 30 BTC or 5.64 million ARS (approximately $153,000) worth of crypto trading on Localbitcoins during the week of Jan. 5, 2019.

Dominican and Mexican P2P Trade Spikes During Week of Dec. 22, 2018

P2P trade between the Dominican Peso (DOP) and BTC broke records twice during December 2018, with volume more than doubling during the week of Dec. 22 to post the current record of 47 BTC worth of weekly trade when measuring in cryptocurrency.

When measuring in fiat, the 9.2 million DOP (roughly $182,000) worth of BTC traded during the same week comprises the third strongest weekly trade activity on record, and the strongest volume posted since the week of Jan. 13, 2018.

Mexico also saw a surge in P2P trade during the week of Dec. 22, 2018, with 9.34 million Mexican Pesos (MXN) (roughly $488,000), or 115 BTC, changing hands in a single week – the second strongest on record when measuring in MXN.

Venezuelan Cryptocurrency Trade Continues to Surge

Seven weeks during November and December of last year saw record volume posted for Venezuelan Locabitcoins trade when measuring BTC, six of which also comprised then-record volume when measuring in Venezuelan Bolivars (VES).

After posting a new record of 1,974 BTC or 5.29 billion VES (nearly $6.66 million) worth of trade during the week of Dec. 22, the Venezuelan Localbitcoins markets have since failed to post a new record for two consecutive weeks when measuring in cryptocurrency for the first time since September 2018.

more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

No, IBM’s Quantum Computer Won’t Break Bitcoin

No, IBM’s Quantum Computer Won’t Break Bitcoin | Big Data in Business | Scoop.it
IBM’s commercial launch of its new quantum computing system has fueled reports claiming that the technology may spell doom for bitcoin and cryptocurrency.

The reports are based on a long-standing fear that the advent of quantum computing could break contemporary encryption practices, undermining the security of distributed ledger technologies.

The Q System One uses IBM’s 20-qubit chip, with the company claiming that the unit is “designed for commercial use.” At launch, Arvind Krishna, director of IBM Research, described the system as “critical in expanding quantum computing beyond the walls of the research lab as we work to develop practical quantum applications for business and science.”

Despite IBM implying that the computer can be physically purchased, the device is only accessible via the cloud due to the extreme delicacy and climate required to operate quantum chips. According to Gizmodo, IBM also “already offers cloud-based access to its [quantum] experience, which includes the 20-qubit chip.”

Experts Doubt Practical Uses for IBM’s 20-Qubit System

While a number of analysts have noted the commercial significance of IBM’s Q System One, many onlookers are skeptical of the capabilities of the system, instead suggesting that 50-qubit chips are likely to have a greater array of practical applications.

Helmut Katzgraber, principal researcher at Microsoft Quantum, similarly described IBM’s announcement as a “historical milestone to be able to commercially acquire a digital device, even though the technology is at its infancy,” but anticipates that the system will be of little use beyond research and PR.

IBM Q System One Comprises Commercial Rather Than Computational Milestone

Despite describing the increasing accessibility of quantum computing as “significant,” Andrew Childs, the co-director of the Joint Center for Quantum Information and Computer Science at the University of Maryland, expressed skepticism regarding IBM’s device, stating: “Ultimately though, I think figuring out how to make a lot of low-noise qubits is a lot more important than figuring out how to put them in a beautiful package.”

“It’s more like a stepping stone than a practical quantum computer,” stated Winfried Hensinger, professor of quantum technologies at the University of Sussex. “Don’t think of this as a quantum computer that can solve all of the problems quantum computing is known for. Think of it as a prototype machine that allows you to test and further develop some of the programming that might be useful in the future,” he added.
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Most Retailers Delivered Gifts on Time This Holiday Season

Most Retailers Delivered Gifts on Time This Holiday Season | Big Data in Business | Scoop.it

Consulting firm Kurt Salmon—a part of Accenture Strategy—placed orders at 52 US retailers, ranging from big-box stores to online-only brands. Roughly 93% of retailers successfully completed deliveries to their customers by the last guaranteed shipping date.

Amazon stood out as one of the top performers, delivering up until midnight on Christmas Eve through its Amazon Prime Now service, and fulfilled orders placed on December 22 by Christmas. Nordstrom, lululemon and Best Buy were among the top-performing retailers.

According to data from Rakuten Intelligence, analyzed the week of December 2, Amazon also had the fastest average delivery time, from click to door—3.4 days. In contrast, Best Buy averaged 4.6 days, as did Target, while Walmart averaged 5.5 days.

“Amazon has always set the pace for fast delivery, but the good news for consumers is that the rest of the industry has been catching up,” said Andrew Lipsman, principal analyst at eMarketer. “Click-to-door times continue to get better and almost all packages are getting where they need to be by critical deadlines.”

A separate study Rakuten Intelligence conducted last year already noted how much Amazon had pushed other retailers to shrink their delivery windows.

These improvements by retailers and logistics providers are creating a better customer experience for online shoppers and fueling strong gains in the ecommerce sector. According to data firm ShipMatrix Inc., UPS and FedEx both improved their on-time delivery. During a four-week stretch this holiday season, UPS had a 98.3% on-time delivery rate, while FedEx reached 96.9%.

Retailers have also set better expectations. Roughly a third abandoned their “last order promise date,” in an effort to not disappoint consumers in case they weren’t able to deliver holiday orders on time, according to Kurt Salmon. Instead, many pushed their BOPUS (buy online, pick up in-store) capabilities, driving last-minute sales and reducing the risk of last-mile delivery hiccups.

more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

UP Magazine - Transition énergétique : et si on s’intéressait avant tout aux humains ?

UP Magazine - Transition énergétique : et si on s’intéressait avant tout aux humains ? | Big Data in Business | Scoop.it
La transition énergétique est souvent un thème de discorde. Tout le monde admet la nécessité de changer nos modèles énergétiques ; il en va de notre survie sur cette planète. Les solutions existent, souvent en nombre et anarchiques. Elles possèdent toutes plus ou moins d’externalités négatives avec lesquelles il faut faire des compromis éconmiques, financiers, techniques, géostratégiques.... Mais si on revenait à l’essentiel ? Si la priorité était la relation de l’humain avec les choix énergétiques qu’on lui propose. Pour le savoir, il faut aller rencontrer … des humains. Et si possible dans différents endroits du monde, avec des cultures différentes, des enjeux et des ressources différentes. C’est ce que font les « Vagabonds de l’énergie ». Ils partent à travers le monde, à pied, en voiture, en bateau ou en auto-stop, pour des voyages à la rencontre des gens et de leur relation à l’énergie ; aux énergies. 
 
L’énergie, tout le monde en a un avis, toutes les activités humaines en sont dépendantes, tous les pays la placent dans la balance des rapports de force géopolitique. Et force est de constater que des solutions qui fonctionnent ici ne fonctionnent pas nécessairement là-bas et que des solutions qui ont fait leurs preuves en laboratoire sont rejetées par le tissu social. Il y a une sociologie de l’énergie à développer pour comprendre les raisons sociales qui font un succès ou un échec technique.
 
Le monde se met entre les mains de la rationalité des techniciens pour lui élaborer des solutions. Mais rien d’efficace ne pourra émerger tant que les sociétés humaines et l’énergie qu’elles consomment ne seront pas pensées comme un tout. Car il ne s’agit pas de trouver une source d’énergie pour remplacer les précédentes, il s’agit en réalité de savoir si les modes de vies et les sociétés actuelles trouveront le moyen de se pérenniser. La vraie question de l’énergie est là, assez loin des considérations techniques finalement.
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Gary Shapiro

Gary Shapiro | Big Data in Business | Scoop.it
A croire Gary Shapiro, une pluie de « ninjas » va s'abattre cette semaine sur Las Vegas, une ville qui avait pourtant déjà fort à filer en termes de métaphores avec sa fausse pyramide de Louxor, sa Tour Eiffel en carton-pâte et son imitation de l'Empire State Building. « Ninja », voici en effet le qualificatif que le prêtre de la grand-messe technologique qu'est le CES utilise pour désigner les entrepreneurs, disrupteurs et innovateurs en tous genres.

Mais ninja, il l'est lui aussi. Gary Shapiro s'immisce depuis plusieurs années dans les couloirs de Washington, où il est considéré comme l'un des lobbyistes les plus influents sur les questions de technologies. Il y susurre notamment à l'oreille des dirigeants que le droit à la liberté d'expression en ligne est primordial, et l'immigration des talents vitale. Car notre homme croit aux mercenaires étrangers qui composent, selon ses calculs, la moitié des troupes des startuppeurs à succès américains.

Mais, comme les ninjas devaient se méfier des samouraïs, qui jugeaient leurs méthodes non-conventionnelles déshonorantes, c'est des régulateurs que Shapiro se garde avant tout. Lors d'un récent passage à Paris, il a d'ailleurs vivement condamné notre RGPD, assurant que l'Europe allait « perdre du terrain sur la Chine et les Etats-Unis », à trop vouloir protéger la vie privée de ses citoyens.

Libéral en tout point, au sens américain du terme, notre Monsieur Tech se positionne en outre en défenseur de l'environnement. Discret comme un soldat japonais, il omet cependant de préciser que le numérique émet aujourd'hui plus de CO2 que l'aviation civile... que le CES soutient également largement : plus de 180.000 personnes issues de 155 pays y sont attendues.
more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Crypto-Friendly Statesman Takes Over Swiss Presidency

Crypto-Friendly Statesman Takes Over Swiss Presidency | Big Data in Business | Scoop.it

Ulrich ‘Ueli’ Maurer is one of seven members of the Swiss Federal Council. The body that holds the executive power in the country is headed by a rotating presidency shared among the councillors. The position is largely ceremonial and symbolic, but the president has one important role – his vote can tip the scales when the council is divided on important decisions. On Dec. 5, Maurer was elected by the Swiss parliament for a one-year term in 2019 with the impressive support of 201 out of 209 members.

The 68-year-old trained accountant has been credited for his policies as head of the Federal Department of Finance controlling the public budget, Swissinfo reports. Maurer has also demonstrated capability to understand the changes that are taking place in the financial sector and the need to adopt liberal regulations for the industry built around blockchain technologies and cryptocurrencies. Digitalization is among the president’s top priorities as well.

Over the past few years, Switzerland has gradually become one of the most crypto-friendly jurisdictions in Europe and on the global stage. Last month, the Swiss government announced a comprehensive strategy recognizing distributed ledger technologies as an important development for the financial sector and aiming to build a legal foundation for their implementation.

The document calls for the adoption of amendments to the current laws that would improve Switzerland’s status as a crypto-friendly nation. Among other proposals, the strategy focuses on the integration of decentralized digital currencies into the country’s economic and financial infrastructure. That’s an emphasis that hundreds of crypto startups based in the Swiss Crypto Valley in Zug should certainly appreciate.

more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

Google's New Interpreter Mode Translates Your Conversation

Google's New Interpreter Mode Translates Your Conversation | Big Data in Business | Scoop.it

The company showed off the new feature to members of the press in a late-night demo in Las Vegas, hours before the CES show doors officially opened. A concierge at Caesar’s Palace, one of the early beta testers of the feature, was approached by a German “tourist” (really a German-speaking Google employee) and asked about show tickets. The concierge turned to a Google Home Hub and, using voice, prompted the Assistant to go into German interpreter mode. The concierge and guest had a back-and-forth conversation, with the Assistant translating, and tickets were procured.

During a demo with WIRED, the Assistant mistranslated at one point—though the translated text also appeared on the seven-inch smart display, so both men were able to use context clues to figure out what the other was asking. (Humans! So clever.) The conversation also didn’t feel completely frictionless, since the Assistant takes a second or two to translate in between each person’s remarks. But the brief interaction we saw still pointed toward a future in which Babel fish\–like translators exist at any kind of service desk where language could potentially become a barrier.

Google already offers near-instantaneous translations on the web and on mobile with Google Translate. And when it released its wire-free Pixel Buds headphones a couple of years ago it introduced the concept of language translation in near real time, with the tap of a button. That same translation feature later came to all Google Assistant–optimized headphones. But that doesn’t always work so well; primarily because it’s an isolating experience, and only the person wearing the headphones hears the translation. And Google Translate requires you to open an app first.

The Interpreter feature is launching today as a small pilot at a few hotels; one in New York, another in San Francisco, and Caesar's Palace in Vegas. It will support 27 languages to start, and will be available only on the Google Home Hub, Google Home speakers, and third-party Google Assistant displays.

Google also said that the Assistant would now work within Google Maps, so you can use your voice to reply to texts or send your ETA while you’re driving. Amazon’s Alexa, meanwhile, has appeared in literally dozens of new products so far at the show, ranging from lighting kits to “smart” beds to a voice-controlled toilet.

more...
No comment yet.
Scooped by Georges-Edouard DIAS
Scoop.it!

World Central Banks Proceeding Cautiously on Issuing own Digital Currencies

World Central Banks Proceeding Cautiously on Issuing own Digital Currencies | Big Data in Business | Scoop.it

70 Percent of Central Banks Working Towards Own Digital Money

Swiss-based BIS, dubbed the central bank of central banks, surveyed 63 of its members on central bank digital currencies (CBDC), a form of government issued digital money that might not necessarily be underpinned by blockchain, as the case is with bitcoin.

About 70 percent of the banks surveyed said that they were involved in some kind of work to issue their own CBDCs, according to the report, which gathered views from central banks that are responsible for 80 percent of the world’s population.

Five central banks have initiated pilot projects, including the central banks of Sweden, Uruguay and South Africa. BIS found that less than a quarter now have the authority to issue a digital currency of their own in the near term and 40 percent remain uncertain. Many are progressing from conceptual work into experimentation and proofs-of-concept, but a great number remain unsure of issuing their own digital coins.

“Only a limited number of central banks are proceeding to the pilot stage with CBDCs, and even fewer see issuance of a CBDC as likely in the short or medium term,” reads the report. “At this stage, most central banks appear to have clarified the challenges of launching a CBDC but they are not yet convinced that the benefits will outweigh the costs.”

The survey revealed that “central banks are proceeding cautiously, and also that they are collaborating and sharing the results of their work.” It highlighted two types of digital currencies that can be issued by central banks – wholesale and general purpose. Whereas wholesale digital currencies are generally limited to specific tasks such as interbank payments, general purpose currencies are designed to replace cash and will be made available to the public. The report said:

Caution and collaboration will reduce the likelihood of unintended consequences. To meet the payment needs of the future, physical cash is unlikely to be the main answer. Most people will have to wait to use a central bank digital currency. However, central banks are working hard to make sure the wait is worth it.
‘Bitcoin Is a Niche Pursuit’

While some central banks from Canada, Singapore and South Africa are attempting to replicate wholesale payment systems using distributed ledger technology – the backbone of major independent cryptocurrencies such as bitcoin – almost all of them refused to acknowledge the impact of these digital currencies in their jurisdictions. Central bankers tended to regard cryptocurrency as a niche pursuit, rather than as the future of money.

“No central banks reported any significant or wider public use of cryptocurrencies for either domestic or cross border payments in their jurisdictions,” BIS said. “Usage of cryptocurrencies is assessed to be either minimal (‘trivial/no use’) or concentrated in niche groups.”

BIS added that the majority of central banks believe that the use of cryptocurrency “will remain minor” due to “low retail acceptance, compliance issues, better public understanding by the general public of the risks involved and, for some jurisdictions, outright bans.”

more...
No comment yet.