ASIA DIGITAL LEARNING
167 views | +0 today
Follow
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

#EdTech : Les MOOCs, ces formations gratuites pour accéder à de nouvelles compétences - Maddyness

#EdTech : Les MOOCs, ces formations gratuites pour accéder à de nouvelles compétences - Maddyness | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
Bienvenue dans l’ère de la gamification et cours en ligne ouverts à tous (MOOC).
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

Transformation digitale des organisations... Quel rôle du Digital Learning ? - YouTube

En savoir plus : www.vodeclic.com Description du webinar Aucune entreprise n'échappe à la transformation digitale. La rupture digitale s'applique à tous les ...
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexis Vervelle from Future of corporate learning
Scoop.it!

Cegos Survey - Learning trends across Asia Pacific Region

Cegos Survey - Learning trends across Asia Pacific Region | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
Cegos AsiaPacific is a Professional training and development company specialising in global facilitator led learning , blended learning and eLearning solutions.

Via Simon Vuillaume
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexis Vervelle from Future of corporate learning
Scoop.it!

2015 Top 20 Content Development Companies LIst | Training Industry

2015 Top 20 Content Development Companies LIst | Training Industry | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it

Via Simon Vuillaume
more...
Simon Vuillaume's curator insight, May 21, 2015 10:25 AM

Cegos Group is honoured to be again part of this prestigious Top 20 CONTENT DEVELOPMENT Companies List  list

Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

Plateforme LMS Cloud et SaaS pour tous les besoins de formation

Plateforme LMS Cloud et SaaS pour tous les besoins de formation | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
La CrossKnowledge Learning Suite vous apporte la souplesse, la visibilité et la maîtrise dont vous avez besoin pour mener à bien vos stratégies de formation.
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

Le Digital Learning, moyen et preuve de la transformation digitale

Le Digital Learning, moyen et preuve de la transformation digitale | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
Le Digital Learning est l’expression, dans le champ de la formation, de la transformation digitale qui touche un nombre toujours grandissant d’entreprises de tous secteurs. Cette mutation s’étend rapidement comme on peut s’en convaincre à chaque instant par les multiples exemples dont l’ensemble des médias (au reste les premiers touchés par ce mouvement général) se font l’écho. Le CES (Consumer Electronic Show) où les start-up françaises viennent de faire forte impression en a apporté de nouvelles preuves.

De fait, cette transformation digitale de la formation ne fait aucun doute pour l’apprenant : les activités pédagogiques qui lui sont à présent proposées sont sans commune mesure plus variées et plus riches que celles auxquelles il était habitué ; d’autant que les nouvelles activités n’ont pas chassé les anciennes. L’apprenant peut dorénavant se former en ligne, il s’affranchit des contraintes de lieu, à travers des activités auto-administrées, guidées ou non, ou menées collectivement ; il peut se former dans le cadre d’un « présentiel enrichi » mobilisant de nouvelles ressources pédagogiques (modules e-learning, simulation d’un réseau social d’expertise dans un groupe restreint ou ouvert, serious game, etc.). Le design de ces ressources a profondément évolué depuis cinq ans ; elles sont aujourd’hui plus proches de celles qu’on trouve sur le Web, plus proches aussi des nouveaux modes de consommation. Le département formation doit estimer à sa juste valeur que le Digital Learning est souvent la première occasion, pour les salariés, de prendre la mesure de la transformation digitale qui bouleversera plus tard, si ce n’est déjà le cas, leurs activités professionnelles courantes. Le Digital Learning, comme source d’analogie en quelque sorte.

L’enjeu du Digital Learning est donc toujours triple. D’abord l’enjeu de toute action de formation qui vise à développer les compétences personnelles ou opérationnelles des salariés : le Digital Learning est un moyen à l’instar des autres formats d’apprentissage qui prévalaient par le passé. Ensuite, le Digital Learning est un moyen de développer les compétences et la culture digitale des salariés-apprenants, tout simplement par l’utilisation même du digital pour apprendre. Enfin, comme nous le rappelions précédemment, le Digital Learning permet aux salariés d’imaginer, voire d’anticiper, les transformations digitales à venir de leur poste de travail.

L’importance de ces enjeux croisés suppose que les professionnels de formation soient exemplaires dans leurs offres de service : ce qui est littéralement « en jeu », dans le Digital Learning, va bien au-delà de sa capacité habituellement reconnue à renforcer l’efficience de la formation et en optimiser les coûts. Mieux que cela, le Digital Learning est amené à jouer un rôle stratégique dans la transformation digitale de l’entreprise, car il est moyen et preuve à la fois de ce devenir digital. Un rôle que la formation ne pourra pleinement remplir sans être exemplaire, dans ses offres aux salariés ou aux clients ou partenaires externes, bien sûr... Tout comme dans la transformation digitale du département formation lui-même (ses processus, sa culture, etc.). Le travail ne manque pas !

Michel Diaz

Tribune initialement parue dans Formaguide
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

1 jour pour réussir votre stratégie LMS - Saison 2…

1 jour pour réussir votre stratégie LMS - Saison 2… | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
Pierre Berthou (Directeur général, FuturSkill Digital) : Le marché est désormais mature, ancré dans la transformation numérique qui change   profondément l’organisation des entreprises. Il est devenu polymorphe. Les attentes des entreprises dépassent largement le cadre du e-learning. Celles-ci veulent des réponses à des problématiques très larges qui vont du e-learning, de la création de contenus multi-supports, du développement des talents, de l’évaluation, des universités d’entreprise à la gestion de tous les  process administratifs et financiers. Il est donc essentiel, pour les fournisseurs de solutions, d’avoir un positionnement clair et lisible. Les LMS deviennent aussi des portails formation, de mieux en mieux marketés, au cœur de la relation entre le service formation et ses clients, internes ou externes. Le Digital n’est pas l’apanage des grandes entreprises. Les PME doivent maintenir et développer les compétences de leurs collaborateurs dans des  environnements très compétitifs et sont donc de plus en plus attirées par les solutions de type LMS. Nos réponses se sont adaptées avec des offres « access »,  prêtes à l’emploi  et opérationnelles en moins de 24 heures  pour les plus petits projets.

Geoffroy de Lestrange (EMEA Product Marketing Manager, Cornerstone OnDemand) : Le degré de maturité "LMS" des entreprises est très variable : d’une gestion simplissime de modules eLearning anciens à une véritable plateforme unifiée avec recommandations prédictives ! Nous constatons que les entreprises les plus matures sont celles dans lesquelles la formation est la plus proche de l’opérationnel, quand les besoins sont définis en lien avec la stratégie de l’entreprise. Pour en tirer un meilleur parti, il faut absolument ajouter cette composante opérationnelle, en commençant par l’évaluation de l’impact de la formation sur le terrain. Ces plateformes ne sont pas réservées aux grandes entreprises ! Il nous semble que la configuration minimum, pour toute société, est d’avoir un LMS liée à l’évaluation des personnels, de façon à se conformer a minima à la Réforme de la Formation et surtout d'articuler plus étroitement développement des compétences et mesure de la performance. Il n’y a pas de limite de taille pour cela !

Jérôme Bruet (Directeur général, e-doceo) : Les mentalités et les pratiques ont clairement évolué, aujourd’hui les LMS sont bien intégrés dans l’approche mais nous sommes encore loin d’un usage massifié. La raison première n’est pas tant lié au  LMS lui-même qu'à la brique fonctionnelle qui le précède, à savoir le LCMS (Learning Content Management System). En effet pour qu'un LMS soit pleinement utilisé et que les usages communautaires prennent, il faut être en capacité de les alimenter en contenus digitaux. S'il est vrai que ces plateformes étaient autrefois réservées aux grandes entreprises, leur utilisation s'en est largement démocratisée dans les entreprises de toute taille, pour des raisons parfois différentes : les structures plus petites y voient surtout un formidable outil pour soutenir le business (former des réseaux de vente directe ou indirecte, faciliter l’adhésion aux produits et à la marque, etc.).

Elodie Primo (Directrice générale, MOS-MindOnSite) : Côté "maturité LMS", la loi de Pareto s’applique : 80% des clients utilisent 20% des fonctionnalités et 20% des clients en utilisent le 80% ! Les fonctionnalités avancées qui rencontrent le plus de succès sont par exemple les portails gamifiés et « mobile », la gestion de l’évaluation selon les 4 niveaux de Kirkpatrick et la gestion des compétences. Les PME utilisent aussi de plus en plus les LMS comme des intranet / extranet tant à destination des populations internes qu’externes, notamment pour les réseaux de ventes et distribution. Si les grandes entreprises ont l’apanage des Talent Management Systems, les LMS dimensionnables et évolutifs sont accessibles à tout type d’organisation. Les solutions de type portails pré-packagés tant sur la partie interface utilisateurs que contenus limitent notamment l’investissement personnalisation. Il convient aussi de prendre en compte la réalisation des contenus et donc la dimension LCMS pour produire en mode agile et collaboratif à moindre frais.

Bertrand Gorge (Product Manager, CrossKnowledge) : Bien qu’aujourd’hui les entreprises soient presque toutes équipées de plateformes LMS, elles n’exploitent pas leurs capacités de manière optimale. Le degré de maturité ne se joue pas sur les aspects techniques mais plutôt sur le déploiement des projets. L’expérience prouve que pour pousser l’utilisation de ce type de plateformes et réussir la transformation digitale de la formation, il est nécessaire de s’appuyer sur des relais humains (sponsor, manager, coach…). Or, très souvent, on continue de déployer d'énormes programmes e-learning avec zéro relai humain. Du coup, on incrimine les plateformes alors qu’il est plutôt question d’accompagnement du changement. Les plateformes ne sont pas réservées aux grandes entreprises ; à chaque type d’organisation son LMS, avec des fonctionnalités et des coûts adaptés. Une petite organisation n'aura pas forcément besoin d'intégration avec un SIRH. En revanche, toutes doivent intégrer une réelle stratégie de transformation digitale de la formation, et faire preuve d’une volonté initiée et soutenue par le management, au risque de résultats décevants.
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

eLearning Forum Asia 2015

eLearning Forum Asia 2015 | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
eLearning Forum Asia (eLFAsia) is a non-profit organisation registered in Hong Kong. Together with industry and service providers of e-learning applications and solutions, eLFAsia organises annual forums to advance knowledge of the use of information technology in teaching and learning. These forums are held in turn in Hong Kong, Taiwan, and Singapore, and is gaining recognition as a major event for the Asian academic community.
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexis Vervelle from PTC University: eLearning Resource Center
Scoop.it!

China eLearning Market to Surge to $5.9 Billion by 2018

China eLearning Market to Surge to $5.9 Billion by 2018 | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
SEATTLE, Oct. 30, 2014 /PRNewswire-iReach/ -- China will be the top buying country for Self-paced eLearning in Asia throughout the forecast period, according to a new report by Ambient Insight called "2013-2018 China Self-paced eLearning Market."...

Via PTC Customer Success
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

It's time for e-learning to boom in Vietnam - VietNamNet Bridge

It's time for e-learning to boom in Vietnam - VietNamNet Bridge | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
 VietNamNet Bridge – E-learning, with its high usability and
interaction level, has become more and more popular in Vietnam. The
market is expected to witness a boom once more big e-learning app
developers jump into it.
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

Feature: E-learning market in Vietnam still untapped | Shanghai Daily

Feature: E-learning market in Vietnam still untapped | Shanghai Daily | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

Why To Use Professional Voice Actors In eLearning - eLearning Industry

Why To Use Professional Voice Actors In eLearning - eLearning Industry | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
A great resource for eLearning development is the use of professional voice actors in eLearning. Discover ways for voice actors to help your project.
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

Micro Learning, le format court qui en dit long ! - Webinar Vodeclic - YouTube

En savoir plus : www.vodeclic.com Confrontés à la fois aux évolutions technologiques rapides et à la profonde mutation des usages, et par là même des nouveau...
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexis Vervelle from Learning & Training 3.0
Scoop.it!

Blended Learning Is a Comfortable Alternative to MOOCs and Online Learning [#Infographic]

Blended Learning Is a Comfortable Alternative to MOOCs and Online Learning [#Infographic] | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
A close look at brick-and-mortar classrooms highlights differences between blended learning and other trends. (Blended learning.. The best of both worlds .. Info graphic.

Via joanncorley
more...
No comment yet.
Rescooped by Alexis Vervelle from Future of corporate learning
Scoop.it!

Learning and development: Into the spotlight

Learning and development: Into the spotlight | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it

Companies see an urgent need to build skills and capabilities, and they are now focused on transforming their learning organizations and strategies.


Via Simon Vuillaume
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

The Top LMS Statistics and Facts For 2015 You Need To Know - eLearning Industry

The Top LMS Statistics and Facts For 2015 You Need To Know - eLearning Industry | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
The Top Learning Management System Statistics and Facts For 2015! Check also the The Top LMS Statistics and Facts For 2015 You Need To Know Infographic!
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

S’évaluer, c’est apprendre

S’évaluer, c’est apprendre | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
C’est ce qui se dit, et se démontre très sérieusement, comme le montre une étude de 2011 rapportée dans le New York Times (« To Really Learn, Quit Studying and Take a Test ») : on peut apprendre efficacement en se testant : trois groupes (d’étudiants), trois méthodes distinctes de préparation à l’examen : le taux de mémorisation / réussite est de très loin le plus important dans le groupe qui a utilisé l’approche test (réponse aux questions, feed-back), les deux autres groupes ayant bachoté ou mis en oeuvre des cartes mentales.

L’efficacité des tests est avérée dans les entreprises qui utilisent des modules e-learning plus particulièrement centrés sur l'évaluation. Rappelons que si, à l’instar de la plupart des modalités de formation, un module e-learning propose 3 types d'activités pédagogiques - apport de connaissances, mise en pratique et évaluation -, on constate que ces deux dernières se confondent fréquemment, la mise en pratique (au sens où on l’entend dans le e-learning) prenant toujours plus souvent la forme d'une évaluation formative à travers des questions de formats variés.

Cette tendance s'explique par les contraintes qui pèsent sur la production et la consommation des modules e-learning. Ceux-ci sont de plus en plus courts (souvent moins de 10’, aujourd’hui) afin d’être joués en situation de travail sans trop empiéter sur les tâches du poste ; mieux que cela : devenus supports à la performance opérationnelle, ces modules s’intègrent de mieux en mieux dans le flux du travail. Cette nouvelle brièveté contraint les concepteurs pédagogiques à se concentrer sur l'essentiel : les messages (connaissances) que les apprenants ont à retenir et la vérification de cette rétention (évaluation). L’absorption de la mise en pratique dans les activités d’évaluation n’est pas le reflet d’une quelconque paresse des concepteurs pédagogiques ! Preuve par le Serious Game  : quand on leur en donne les moyens, ils ne demandent pas mieux que d’élaborer des stratégies de mise en pratique hautement sophistiquées.
 
La place faite à l’évaluation s'explique aussi par son efficacité. Efficacité pédagogique dont les études, nous le disions, confirme la réalité, dès lors que l’évaluation formative ou sommative s'accompagne d'un solide feed-back à l'apprenant - répondant. La séquence - Je réponds à une question ; bonne réponse, je passe à la suivante ; mauvaise réponse, feed-back : on m’indique où j’ai échoué, et quelles ressources je dois consulter pour repasser le test avec une meilleure chance de réussite -, cette séquence peut être d’une efficacité pédagogique redoutable, si l’on permet à l’apprenant de passer le test autant qu’il est nécessaire.

Ce qui vaut pour les modules e-learning peut être étendu aux autres modalités de formation qu’on trouve combinées dans le blended learning : l'évaluation mixte (ou blended evaluation) rend alors de précieux services aux nouvelles stratégies pédagogiques.

Michel Diaz
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

COOC : l'avenir du blended learning en entreprise ?

COOC : l'avenir du blended learning en entreprise ? | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
Un COOC, c'est donc d'abord un ensemble de ressources pédagogiques en ligne, en rupture avec les modules e-learning actuellement utilisés dans les entreprises. Largeur du catalogue : le petit patrimoine de modules e-learning (10, 20, 30…), plus ou moins scénarisés, plus ou moins riches en médias, est remplacé par un catalogue pouvant d'autant plus facilement contenir des centaines, des milliers de ressources, que le département formation saura intégrer des ressources externes "curées" sur le Web à ces propres objets de formation métier. Nature des ressources ensuite : la vidéo est privilégiée, parce qu'elle est nettement plus facile et moins chère à produire que le e-learning scénarisé, parce qu'elle est en prise avec les attentes des apprenants (YouTube est le 2ème moteur de recherche utilisé dans le monde) ; ces vidéos sont complétés par des ressources - e-reading, rapid learning - dont le choix témoigne d'un constant souci de délivrer rapidement et à moindre coût des contenus allant à l'essentiel. Taille du catalogue, nature et variété des ressources en ligne : les COOCs ont de vrais atouts pour remplacer le e-learning (a fortiori quand ils estampillés d'une marque d'éducation supérieure mondialement connue). A quoi il faut ajouter, le poids donné au "pull" plutôt qu'au "push" : les apprenants accèdent à la plupart des ressources en libre-service, dès lors qu'ils se sont enregistrés sur le portail de formation (enregistrement souvent simplifié).

L'autre rupture, c'est celle du social learning, qui offre la possibilité d'une pédagogie favorisant les échanges entre les salariés - apprenants. Cette pédagogie n'existe pas dans l'entreprise, ou plutôt elle se glisse parfois dans le présentiel, seul format qui donne corps (quand il est bien mené) à ces communautés (certes éphémères) d'apprentissage ou de pratique. Elle n'existe pas en revanche dans la formation distancielle, malgré les fonctionnalités de type réseau social présentes dans nombre des plateformes LMS qui équipent les entreprises. On peut penser que l'avénément des COOCs, et les facilités de collaboration offertes par les portails correspondants, devraient faciliter le développement des apprentissages sociaux dans les entreprises (au moins des apprentissages au sein de la communauté des apprenants). Cette pédagogie transversale ne signe pas la disparition du formateur ; au contraire, son rôle gagne en importance : modération, animation des communautés bâties autour des COOCs, challenging des participants, expertise de contenus, voire sélection des meilleures contributions apprenants dans la base de KM de l'entreprise. On est bien loin, dans ce modèle, des parcours blended learning qui enchaînent mécaniquement modules e-learning et regroupements présentiels parfois réduits à la simple diffusion d'une information PowerPoint.

On pourrait mentionner d'autres ruptures en cours dans les COOCs. Par exemple, le sérieux apporté à l'évaluation (blended evaluation : en ligne, sociale avec les travaux de groupe, etc.) débouchant en cas de réussite sur une certification qui a une autre allure, admettons-le, qu'une simple attestation de suivi d'une  formation interentreprise (par exemple) d'un OF lambda. Ces dispositifs d'évaluation sont actifs dans les universités qui offrent des MOOCs ; ils pourraient le devenir rapidement aussi dans ces Learning Academies qu'on voit fleurir dans les entreprises, et qui, sans doute, dépasseront le seul objectif de formation interne (et leurs populations cibles limitées en nombre), pour s'étendre à celui d'informer et de former l'écosystème plus vaste de l'entreprise (clients, distributeurs, pouvoirs publics, etc.). L'entreprise comme offreur de formation, voire marque d'éducation ? On n'en serait plus très loin… . Les COOCs auraient été une étape vers cette ouverture.

Michel Diaz
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

Pierre Berthou (FuturSkill) et Sophie Maladri (KPMG) @HR Speaks 2014 - YouTube

more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

Ambient Insight | International eLearning Research

Ambient Insight | International eLearning Research | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
Global eLearning Market Research
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

Blended Learning is Useful for Designing Corporate E-learning Courses

Blended Learning is Useful for Designing Corporate E-learning Courses | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

Philippines Education Industry Size: Research Report to 2018

Philippines Education Industry Outlook to 2018 – Next Wave of Growth Driven by Test Preparation, Teacher Training and Vocational Training Segment” presents ...
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

e-doceo à la conquête de l’Asie avec deux nouvelles structures à Singapour et à Hong Kong

e-doceo à la conquête de l’Asie avec deux nouvelles structures à Singapour et à Hong Kong | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
e-doceo, l’éditeur de solutions dédiées à la formation à distance, annonce aujourd’hui son implantation sur le territoire asiatique. Un nouveau pas en avant dans la stratégie d’expansion à l’international de l’entreprise française.

Singapour, la « Silicon Valley » de l’Asie

Réputée pour son dynamisme et son environnement propice aux entrepreneurs du numérique, Singapour affiche un haut niveau d’évolution digitale et représente un marché attractif pour les acteurs de ce secteur ainsi que pour les grands noms de la High Tech tels que Google et Microsoft.

C’est pour ces raisons qu’e-doceo a choisi d’ouvrir son premier établissement en Asie dans la « Cité-Etat ». Jérôme Bruet, Directeur Général de l’entreprise, précise : « Cette implantation à Singapour nous offre une porte d’entrée unique sur le marché asiatique du sud-est : la Thaïlande, la Malaisie et l’Indonésie sont des pays en constante évolution digitale, ce qui représente un fort potentiel dans le secteur de la formation digitale. »

Hong Kong pour la Chine

L’Asie est l’endroit au monde où l’on trouve le plus grand nombre d’utilisateurs de smartphones et de tablettes. La Chine et la Corée du Sud ont été les pays précurseurs à convertir au digital tous leurs lycées et leurs universités. e-doceo a choisi Hong Kong comme second point d’ancrage asiatique pour conquérir ce marché chinois du digital learning.

Teng Mun Chow, qui dispose de 25 ans d’expérience dans l’industrie de l’IT chez Intel ou encore Microsoft ainsi que d’une excellente connaissance du marché dans cette région du monde, a été choisi comme nouveau directeur d’e-doceo en Asie. Le défi est ambitieux : faire d’e-doceo le premier fournisseur e-learning du continent au cours de la prochaine décennie.

« Nous venons de franchir une étape supplémentaire dans le renforcement de notre présence à l’international. L’expansion de nos implantations est essentielle pour assurer, à long terme, une croissance de nos ventes et développer un service de proximité pour mieux répondre aux besoins de nos clients internationaux.» déclare Jérôme Bruet.

Les nouveaux bureaux de Singapour et d’Hong Kong ouvrent à e-doceo les portes de l’Asie. Cette opération stratégique permet à l’entreprise française d’affirmer ses ambitions de développement à l’international et d’élargissement de son champ d’action. e-doceo compte aujourd’hui près de 6 millions d’utilisateurs dans le monde, et entend voir grimper ce chiffre grâce à ces nouveaux marchés.

Pour en savoir plus, consultez le site : www.e-doceo.net
 
more...
No comment yet.
Scooped by Alexis Vervelle
Scoop.it!

Online Training: A Competitive Edge For The Pharmaceutical Industry - eLearning Industry

Online Training: A Competitive Edge For The Pharmaceutical Industry - eLearning Industry | ASIA DIGITAL LEARNING | Scoop.it
For the Pharmaceutical Industry, online training has a competitive edge over any other form of learning. Online Training Competitive Edge Can't Be Ignored.
more...
No comment yet.