andreariccardiegidio
34 views | +0 today
Follow
andreariccardiegidio
Andrea Riccardi Sant'Egidio
Curated by presseegidio
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by presseegidio
Scoop.it!

achat trafic internet : Andrea Riccardi, le vaticaniste — Achat Trafic ...

Ministère de la Coopération internationale et de l'Intégration. Lui-même « surpris » d'avoir été appelé au gouvernement, pour prendre la tête d'un nouveau ministère de la Coopération internationale et de l'Intégration, Andrea ...
more...
No comment yet.
Scooped by presseegidio
Scoop.it!

Lourdes peines pour les admins de « Stomfront Italia » | ENKI PTAH ...

Au premier rang des « victimes » figuraient le président de la communauté juive de Rome, Riccardo Pacifici (présent lors du procès), le ministre Andrea Riccardi et trois juges de Palerme et l'écrivain Robert Saviano qui ont ...
more...
No comment yet.
Scooped by presseegidio
Scoop.it!

Riccardi accuse “Radio Padania” de racisme… et doit ...

Riccardi accuse “Radio Padania” de racisme… et doit ... | andreariccardiegidio | Scoop.it
La débâcle complète des listes « Avec Mario Monti pour l'Italie », dont il avait été un des principaux maîtres d'œuvre, n'a pas refroidi Andrea...
more...
No comment yet.
Rescooped by presseegidio from Autres Vérités
Scoop.it!

Un "nouvel Afghanistan" risque de naître au Mali, selon un ministre italien

Un "nouvel Afghanistan" risque de naître au Mali, selon un ministre italien | andreariccardiegidio | Scoop.it
Un "nouvel Afghanistan" risque de voir le jour au Mali, a mis en garde mercredi le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi, si des pays comme l'Italie ne s'engread more...

Via Autres Vériteurs
presseegidio's insight:

Un "nouvel Afghanistan" risque de voir le jour au Mali, a mis en garde mercredi le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi

more...
No comment yet.
Scooped by presseegidio
Scoop.it!

France : « La mondialisation, signe des temps majeur pour l'Église ...

France : « La mondialisation, signe des temps majeur pour l'Église ... | andreariccardiegidio | Scoop.it
Il s'agit d'inventer une pratique de l'amitié sociale", estime Andrea Riccardi, ministre italien et fondateur de la communauté Sant'Egidio, qui a inauguré à Paris, samedi 13 octobre, la chaire 2012/14 du Collège des Bernardins, ...
presseegidio's insight:

Il s'agit d'inventer une pratique de l'amitié sociale", estime Andrea Riccardi

more...
No comment yet.
Rescooped by presseegidio from Vatican II : Les 50 ans
Scoop.it!

Vatican II, une boussole pour la mondialisation et la nouvelle évangélisation par Antoine Guggenheim, directeur du Pôle recherche du Collège des Bernardins   | La-Croix.com

Vatican II, une boussole pour la mondialisation et la nouvelle évangélisation par Antoine Guggenheim, directeur du Pôle recherche du Collège des Bernardins   | La-Croix.com | andreariccardiegidio | Scoop.it
Et si Vatican II était une boussole pour la mondialisation ? C'est en quelque sorte le message d'Andrea Riccardi lors de la leçon inaugurale de la chaire qu'il préside pour deux ans au Collège des Bernardins (1).

Via Stéphane Lemessin
presseegidio's insight:

Et si Vatican II était une boussole pour la mondialisation ? C'est en quelque sorte le message d'Andrea Riccardi

more...
No comment yet.
Rescooped by presseegidio from Sant'Egidio
Scoop.it!

Mario Monti veut concourir - Courrier International

Courrier InternationalMario Monti veut concourirCourrier InternationalEn attendant les déclarations officielles, La Repubblica invite à méditer les propos d'Andrea Riccardi (fondateur de la communauté de Sant'Egidio et ministre de l'Intégration et...

Via julienramhouadec
more...
No comment yet.
Rescooped by presseegidio from egi dio
Scoop.it!

Conférence d'Andrea Riccardi:« Islam et Occident : une nouvelle ...

Conférence d'Andrea Riccardi:« Islam et Occident : une nouvelle ... | andreariccardiegidio | Scoop.it
Conférence d'Andrea Riccardi au Caire. Islam et Occident : une nouvelle vision de l'avenir afin que laMéditerrannée soit la civilisation du vivre ensemble.Lundi 26 novembre, Andrea Riccardi, minist… Hébergé par OverBlog.

Via julienramhouadec, presseegidio
more...
No comment yet.
Rescooped by presseegidio from egi dio
Scoop.it!

Berkley Center for Religion, Peace, & World Affairs: A Discussion with Valeria Martano |

Berkley Center for Religion, Peace, & World Affairs: A Discussion with Valeria Martano | | andreariccardiegidio | Scoop.it

A Discussion with Valeria Martano

Background: This discussion (by Skype), on September 19, 2012, between Valeria Martano and Katherine Marshall, focused on her work with the Community of Sant’Egidio and, more specifically, how the Community, in its internal workings and in its work in various countries, sees women’s roles. She points to the active roles that women play within the Community, even if they do not generally hold formal leadership positions. The Community’s work (by women and men alike) is driven by a deep commitment to the dignity of women, whether in peace negotiations or in programs like the HIV and AIDS program, DREAM, and by an appreciation for the complexity and diversity of the cultural expectations and forces at work. The roles that women play in Sant’Egidio’s programs, as in societies, vary widely across Asia, with women playing powerful roles in Muslim Indonesia and the Philippines. China, ironically (given its ideology) presents greater difficulties. The role that religion plays in work for peace may be most important in the framing of values and in their roles in communities. She stresses that there is much work still to do in these areas. At a broader level she describes her own involvement with the Community from the age of 15 and points to the important asset that the Community has, with its contacts both with very senior religious leaders and with very local communities, on a continuing basis.

Interview Conducted on September 19, 2012

If we consider the issues and roles for women and men in terms of spirituality, not formal religious practice, we can do much more than if we focus too much on formal hierarchies and positions.

How long have you been involved with the Community of Sant’Egidio? What are your current roles and responsibilities?

I became involved with the Community when I was very young: around 15 years old. It was Monseigneur Paglia, at that time a deputy parish priest, who introduced me to the community. He himself was then just coming to know the group who created our community, and he attracted many of us to the work of this small, committed group of young people. I found the group a nice way of belonging, a guide to how to behave and how to see my role in the community. It was a way of living out my own quest for spirituality. This was in the early 1970s, and the environment of the times was one of questioning and seeking.

Msgr. Paglia put us in touch with Andrea Riccardi and the group that became the Community of Sant’Egidio. At that time it was focused entirely in Rome and had no formal structure. All of us were young, mostly university students, mostly at La Sapienza. What it gave us was a way to live the Gospel as we understood it, through friendship and caring, and truly together with the poor. I discovered a new Rome, one that was very different from the lovely and comfortable neighborhoods that I had known. It was shocking for me to learn that children there were not going to school and faced challenges I had not imagined.

We came to appreciate through our work that young people do have power and can do something. And that meant girls and boys, men and women.

It was, as I said, the early 1970s and there was a ferment of ideas. Ours was a generation of political protests, and we wanted to build a new society. A young person like me was looking for a way to make a commitment to life, to find a way to live together with others. The core principle of friendship on which our community was built attracted me. Like many others, I found that the patterns of friendship I had known were not conducive to living the values I believed in. I found what I was looking for, and understood better who I could be, in the community.

My work with the community was initially focused on schools for peace that we ran in the city of Rome but gradually both the community (now more formally the Community) and I expanded our scope internationally. I took a course in Chinese language at university, and that was part of my early interest in the eastern parts of the world. I began teaching in the outskirts of Rome.

When I graduated from university, I continued my studies, more focused on Eastern languages. I had begun with Chinese but was increasingly drawn to Indonesia. By the late 1980s, the Community of Sant’Egidio had spread to many parts of the world. There was no plan behind this expansion: it was organic, with one person and story leading to another. The Indonesia connection began by chance with a young Indonesian woman who was studying in Rome, and came by chance to the daily prayers in Trastevere. The girl was deeply touched by the Community’s concept of living the Gospel and started a community in Indonesia. From there it spread to different parts of Asia.

After the 1986 Assisi meeting of religious leaders from all over the world (called by Pope John Paul II), the Community, which took on the challenge of organizing similar meetings each year, came far more into contact with religious leaders at senior levels. Thus the Community worked very much on a double track, on the one hand with increasingly deep relationships with spiritual and religious leaders, on the other at a very grass roots level. This led to a major expansion of the Community’s contacts and also their nature. That is the way many communities of Sant’Egidio were born, through very personal contacts. And it is the way of Sant’Egidio, to work at both the top and the bottom and to put those two levels together. It does not follow any plan but develops with a natural impetus driven by friendship. These are topics that are very sensitive and that calls for experience and knowledge as well as the caring that the Community brings. Those are central elements in what is needed to work for peace.

How did you get involved in Asia?

It was unexpected (and unplanned) that Indonesia was the one of the first countries where the Community saw this organic expansion and top/bottom work out in practice. We developed a very close friendship with a wonderful spiritual leader, Abdurrahmin Walid (Gus Dur), who was head of one of the world’s largest religious movements, Nahdlatul Ulama (NU). And we worked with very local communities, which spread across the country. Today there are communities in many parts of Indonesia. They began mainly in Christian communities, indeed they began with Chinese minorities, but now they are much broader, including all ethnic groups. There are communities in 16 of the 32 Catholic dioceses in Indonesia, from Sumatra to Flores to Timor. They welcome Muslims and those of other faiths and work for understanding and meaningful integration. There are two centers, in Jakarta and Yogjakarta.

In Indonesia, the Community’s work focuses on dialogue, working for peace from many different directions. The communities are present in many of the most sensitive areas. This year, for example, during Ramadan there were huge feasts that included both Christians and Muslims in these areas. The communities also work with the relevant media to address tensions and broaden understanding. At Sarajevo, Muhammaddiyah’s number one, Prof. Din Syamsuddin, was an active participant, as he has been throughout the annual prayers for peace.

Last October, a Memorandum of Understanding was signed between the Muhammaddiyah and the Community of Sant’Egidio, a first involving a Catholic organization and a Muslim organization. It calls for continuing cooperation on a range of areas, including education, work for non-violence, and conflict prevention.

The Community is also working with Muhammaddiyah to address the long-standing conflicts in the Philippines, specifically by establishing contact and dialogue with the guerrilla who are fighting in Mindanao. The approach there is to teach and advise on the tools that are needed to build democracy. The presence of Sant’Egidio can act as a bridge, part of the effort to work to cope with the coming of modernity.

How does your work in Asia with Sant’Egidio link to your own academic scholarship and research?

My personal academic focus has followed a rather different path but in many ways they come together! My research has centered on religious history, and especially Orthodox traditions and the church in the east. I also focus on their links with the Catholic Church and specifically with John XXIII. My scholarship and my work with the Community have required some quite different skills: I read Greek, which I need for my research, and speak Indonesian. However, though my research is quite different from my work with Asia and with the Community, I do try to find the links that unify the two. Some of my publications highlight the common themes. Thus, while the locations, cultures, and time periods are different, I find important common themes, above all the challenges of living together. That runs through it all like a red thread (fil rouge).

In many senses, Sant’Egidio is my way of life, the way I take care of my family, reflecting my values. Many ask me how to match a strong commitment and the care of family. This is not a true issue, however. Being a member of Sant’Egidio strengthens my family links, and encourages me to take care of the members of my family with mercy and love. For example, we took care of my husband’s father, an old man, 95 years old, during a long and painful illness. It was not easy for us to organize his care: my husband is a journalist and has a demanding job and I travel a lot, but we managed. It is part of what we believe in the Community: that we care for people. We were able to avoid hospitalization. That is the idea of the Community, that we take care of each other as a family. It is a central part of our life.

How has the Community of Sant’Egidio seen the roles of women, within the Community, and in its work?

One of the characteristics of the Community is that, as a lay organization, members and those responsible for leadership can be men or women, priests or lay people, married or unmarried. What is important is the spirituality, which is at the core of our understanding of dignity and of friendship. So it is not a competition but cooperation. Thus there are roles for women at many levels.

Women are very much part of the Community, including its leadership, and they can and do a lot. But women’s roles do present a challenging issue that, at a personal level, I am very much aware of. The path within the Church (and within all religious communities) to women’s full equality and leadership is a long one. But if you look only at the formality of leadership roles you can miss many important elements and also miss opportunities. And focusing too much on formal leadership can be an obstacle when there are important differences among traditions. If we consider the issues and roles for women and men in terms of spirituality, not formal religious practice, we can do much more than if we focus too much on formal hierarchies and positions.

Women’s roles within religious communities are much less determined by law than by practice, for example how relationships are shaped within families. That is where the dimension of spirituality comes in. And women’s styles can allow them to do a lot, even as it can also represent a handicap. The difference can be between the formal and what actually happens. For example, it was the President of Sant’Egidio who signed the Memorandum of Understanding with Indonesia, but it was a woman who made it happen and worked out the details (me!).

In Africa, and especially in the DREAM program (Sant’Egidio’s HIV and AIDS program), the dignity of women is a central value and objective. We highlight often the suffering and courage of women. Women are so often victims and they carry the heaviest burdens. They are raped and their suffering and needs are ignored and neglected. They face many stigmas and are often alone in their struggles. The DREAM program works hard to rectify this.

Thus there are issues that do affect women particularly and areas where women’s voices and work are much needed. Sadly many women are the first to give up when they do not find an easy path to express their needs and use their capacities. There is a lot that needs to be done in this area. That is true everywhere, in Europe, Africa, and in Asia. It is in part a question of generations: older generations are more accustomed to defer to men, but it goes deeper.

We need to recognize that these questions about women’s roles are very complex. In Asia, it can seem on the surface that women are in inferior roles, that the countries are very male dominated and male oriented, and indeed in many ways they are. Yet it is Asia that has given us most of the world’s strong women heads of state. What are the paradigms that allow this? And it is important that we indeed reflect more on the roles that women play, and can play, in peacemaking.

How would you describe the Community’s approach?

We place much importance on education and on this commitment to dignity. The schools of peace that are an important part of the Community’s approach have lots of girls and we focus a lot on them. There are Christians but also young people from other traditions.

There are important differences in status and skills that we try to address. In Pakistan, for example, the schools of peace have many Muslims as well as Christian men and women. But we realized that many of the girls simply could not read at all, even when they were at the same social and economic level as the men. The issue there is not religion – it is culture. The girls are simply not going to school. So we focused on providing them with those basic skills.

We work also at the level of families and take account of practices of different ethnic groups. In our programs for long distance adoption (Sant’Egidio’s model of child sponsorship) and foster care we give priority to girls and women.

There are women in many traditions who have come to play strong and meaningful roles and the Community has been able to provide support. Indonesia is an example. Last summer I worked with a girl from a slum area of Jakarta who was, many years ago, part of the long distance adoption. She did well, went to university in Yogyakarta, and is now working in cinema and broadcasting with her own company that she created. She is one who has benefitted from a program that is 12 or 13 years old.

What do you see as priorities to address these complex issues around women and religion?

The most important place to start is at the cultural level. If we don’t win there we won’t win anywhere. That means addressing attitudes and practices at the level of the community and the family. We need to appreciate that western women do not have a complete framework that allows them to speak for women everywhere or address their problems. There are too many preconceptions and prejudices at work among both men and women.

We need to go beyond the superficial level to understand what the issues really are. For example, there are wide differences among Asian countries in attitudes towards women and thus the roles they play in working for peace. Attitudes towards headscarves (the veil) are a good example. In Indonesia many women wear the veil but it certainly does not mean that they are subordinate to men. Many who wear the veil are very powerful in society, far more so than their husbands, involved in politics and business. In China, in contrast, I have found an extraordinarily male-oriented culture, even though the rhetoric speaks of equality and the obstacles to women’s roles is not evident in dress or other superficial signs. Italy seems to be free, but again there are many underlying cultural pressures at work that keep women away from leadership positions.

In the Philippines, women are especially active in working for peace in many areas and at many levels. Teresita Quintos-Deles is a remarkable woman who is formally part of the government’s peace negotiating team [Presidential advisor for the peace process]. She was supposed to come to the Sant’Egidio meeting in Sarajevo, but could not because she was involved in peace negotiations. She comes out of a long tradition of Catholic peace building.

It is very true and indeed unfortunate that women are very rarely involved in formal peace processes. But that does not mean that they do not have a clear framework. Many have a different cultural orientation that affects how they present their roles, but it does not mean that they are not active and significant. And very often their religious beliefs and communities are part of those frameworks, what they bring to discussions of peace at every level.

In Indonesia, again, many of the societies are, by long tradition, matriarchal. Women need to sanction the holders of power. In Sumatra, even the radical Islamists had to accept that they must seek the sanction of women leaders for them to have legitimacy within the Muslim community. So you have the irony that in the part of Indonesia with perhaps the most radical Islam, everything to do with power –property, economics, and so on, are part of the matriarchal system. Muslim leaders there refer to a document (which I have not seen) signed in Mecca that approves this recognition of women’s power, affirming that it is acceptable in Islam.

There are important differences between the Asian and Arab Muslim cultures that we should not ignore or underestimate. It is striking that the roles of women in Islamic Indonesia are much more advanced than in industrialized Japan or China, and of course many parts of the Arab Middle East. Across Asia, the roles of women differ widely but prejudices and damaging practices are still very common, witnessed for example in child marriage and the abortion of girl fetuses. This is a huge issue; not a minor one.

A small story with a moral: I was running a course in China and we had insisted on having an equal number of men and women. At a certain point I noticed that many of the women had vanished so I looked for them. I found them in the kitchen, preparing the meal. When I protested, they were shocked: that was their role, they believed, and they had no notion of an alternative way of looking at it. The lesson: we need to work with women, perhaps first and foremost, so that they redefine their roles. If women do not want to take on leadership, do not see themselves in these roles, we will get nowhere. In contrast, in Africa, women are far more ready to look for and take on leadership positions.

What roles do you see women playing within the Community of Sant’Egidio looking forward?

Women are very active, and full partners within the community. The president of the Community now is a man, but two vice presidents are women, for example. And several women play roles of responsibility in crucial sectors of the Community. In many Sant’Egidio communities, women are in the majority. In Indonesia over 60 percent are women. And the members of the Community, throughout, are deeply and sincerely committed to the dignity of women. That is a foundation to build on.

What do you see as some priorities for the future in this area?

We need perhaps to start by looking at ourselves. Westerners, including western women, can be very self-referential. That makes it difficult to open discussions and to understand the perspectives of others, which may be very different. The symbols we see and use in the west are not necessarily true indicators of where power lies. We need to change the perceptions of what it means to be emancipated, because these are too often shaped by superficial features, not the fundamental beliefs and practices. We also need to be willing to disagree but still continue to work together. That does not mean that we accept that women are sidelined. There is a historical turbulence at work, part of modernization and globalization, and we need to take into account the stresses involved, and also to see the signs of change. And we need to work within the religious paradigms and beliefs of the women and men who are involved in trying to live their values and to build peaceful societies.

Globalization makes the challenge of living together in a pluralistic society much harder. People may fear that they will lose their identity amidst so many different nationalities, races, and religions. People feel the need to stress their identity as a way to enhance their sense of security. This can translate into a culture of contempt toward other religions and using one’s religion as a contraposition toward other groups. There can be no healthy religious freedom if a society practices their religion only to counter others. A continuous dialogue among different groups is vital for peaceful coexistence in a pluralistic society. This is true for a family whose members embrace different religions, as well as for a community and a nation. Dialogue, expressing what we think and feel, is the key to ensuring that each and every one of us as members of society has the freedom to express and live their faith and work for a better, common future.


Via julienramhouadec, presseegidio
more...
No comment yet.
Scooped by presseegidio
Scoop.it!

Un ballet diplomatique impressionnant durant le week-end - L'Orient-Le Jour

Un ballet diplomatique impressionnant durant le week-end L'Orient-Le Jour Ainsi, le ministre italien de la Coopération, Andrea Riccardi, le ministre autrichien des Affaires étrangères, Michael Spindelegger, le ministre saoudien de la Justice,...
more...
No comment yet.
Scooped by presseegidio
Scoop.it!

Fabrice Hadjadj, Prix Spiritualités d'Aujourd'hui 2013 - Portail - Église Catholique en France

Fabrice Hadjadj, Prix Spiritualités d'Aujourd'hui 2013 - Portail - Église Catholique en France | andreariccardiegidio | Scoop.it
Portail - Église Catholique en France
Fabrice Hadjadj, Prix Spiritualités d'Aujourd'hui 2013
Portail - Église Catholique en France
...
presseegidio's insight:

Andrea Riccardi (2006),

more...
No comment yet.
Scooped by presseegidio
Scoop.it!

Les secrets du conclave dévoilés: ce qui explique l'élection de Jorge Mario Bergoglio comme pape | Slate

Les secrets du conclave dévoilés: ce qui explique l'élection de Jorge Mario Bergoglio comme pape | Slate | andreariccardiegidio | Scoop.it
Après l’excitation et l’étonnement qui ont suivi la fumée blanche et l’élection d’un non Européen depuis près de 1.000 ans, la presse italienne décortique les mécanismes qui ont mené à l’élection de Jorge Maria Bergoglio.
presseegidio's insight:

Enfin, les conclavistes proches de la communauté de Sant’Egidio (créée en 1968, après Vatican II, elle lutte contre la pauvreté, pour l'abolition de la peine de mort, contre le sida...) comme Crescenzio Sepe n’appréciaient pas que Scola soit proche du mouvement Communion et Libération, si éloigné de leurs points de vue.

more...
No comment yet.
Scooped by presseegidio
Scoop.it!

Un "nouvel Afghanistan" risque de naître au Mali selon un ministre italien

Un "nouvel Afghanistan" risque de voir le jour au Mali, a mis en garde mercredi 19 septembre le ministre de la coopération internationale italien, Andrea Riccardi, si des pays comme l'Italie ne s'engagent pas davantage dans cette région d'Afrique pour consolider la démocratie. [...]

presseegidio's insight:

Un "nouvel Afghanistan" risque de voir le jour au Mali, a mis en garde mercredi 19 septembre le ministre de la coopération internationale italien, Andrea Riccardi

more...
No comment yet.
Rescooped by presseegidio from pressactu
Scoop.it!

Ktotv - Vidéo Un Coeur qui écoute - Valérie Régnier

Ktotv - Vidéo Un Coeur qui écoute  - Valérie Régnier | andreariccardiegidio | Scoop.it
Valérie Régnier est Responsable en France de la Communauté de Sant' Egidio. Cette communauté a été fondée en Italie en 1968 par Andrea Riccardi, à la suite de la rencontre interreligieuse d'Assise de 1986. Son charisme est intimement tourné vers le dialogue interreligieux et le travail pour la paix. Valérie nous raconte dans cette émission son cheminement personnel qui l'a conduit à connaître puis intégrer cette communauté et plus tard à fonder l'antenne de Sant'Egidio en France.

Via julienramhouadec
presseegidio's insight:

Cette communauté a été fondée en Italie en 1968 par Andrea Riccardi, à la suite de la rencontre interreligieuse d'Assise de 1986

more...
No comment yet.
Scooped by presseegidio
Scoop.it!

Egypte: Le cheikh d'Al-Azhar met l'accent sur l'importance des religions en faveur de l'humanité

Le Grand Imam d'Al-Azhar, Ahmed el-Tayeb a mis l'accent sur l'importance des religions pour éviter les grands problèmes qu'affronte l'humanité au cours de cette époque.

Lors de son entrevue avec le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi, M. el-Tayeb a indiqué que le Choura (la consultation) faisait partie des fondements de l'Islam, soulignant que la démocratie était une forme de la consultation.

Le Grand Imam d'Al-Azhar a salué la fondation italienne "Sant' Egidio", présidée par le ministre italien, pour ses activités sociales, culturelles et sanitaires au service de l'humanité dont le traitement des malades, la construction des hôpitaux et des écoles en faveur des pauvres.

M. el-Tayeb a mis en exergue le rôle éminent joué par la fondation dans le dialogue interreligieux.


(Egypt State Information Service)

 

presseegidio's insight:

Lors de son entrevue avec le ministre italien de la Coopération internationale, Andrea Riccardi, M. el-Tayeb a indiqué que le Choura (la consultation) faisait partie des fondements de l'Islam, soulignant que la démocratie était une forme de la consultation.

more...
No comment yet.
Scooped by presseegidio
Scoop.it!

Andrea Riccardi et les chrétiens non-conformistes des années 2010 ...

Andrea Riccardi et les chrétiens non-conformistes des années 2010 ... | andreariccardiegidio | Scoop.it
Le colloque organisé au Collège des Bernardins les 16-17 novembre 2012 par l'Académie Catholique de France en partenariat avec le Collège des Bernardins,...
more...
No comment yet.
Rescooped by presseegidio from egi dio
Scoop.it!

Andrea Riccardi : « Ici, on comprend vite que l’urgence, c’est vivre ensemble » | La-Croix.com

Andrea Riccardi : « Ici, on comprend vite que l’urgence, c’est vivre ensemble » | La-Croix.com | andreariccardiegidio | Scoop.it
Pour Andrea Riccardi, fondateur de la communauté Sant’Egidio et ministre italien de l’intégration et de la coopération internationale, le déroulement de la

11/9/12 - 15 H 52 MIS À JOUR LE 11/9/12 - 16 H 47

0 réaction Réagir

    VERSION PAPIERVERSION WEB       Andrea Riccardi : « Ici, on comprend vite que l’urgence, c’est vivre ensemble »

Pour Andrea Riccardi, fondateur de la communauté Sant’Egidio et ministre italien de l’intégration et de la coopération internationale, le déroulement de la rencontre annuelle à Sarajevo a plus qu’une valeur symbolique.

(ALBERTO PIZZOLI / AFP)

Andrea Riccardi devant le parlement italien le 18 novembre 2011 à Rome.

 

 

 Au-delà de la commémoration, vingt ans après, du début de la guerre dans l’ex-Yougoslavie, pourquoi la communauté Sant’Egidio avait-elle choisi Sarajevo pour sa 26   e   rencontre annuelle qui s’est achevée mardi 11 septembre ?  

 Andrea Riccardi  : Il y a un lien très fort entre Sarajevo et l’esprit d’Assise, une sorte d’affinité immédiate. D’une certaine manière, cette ville est le contraire de l’esprit d’Assise puisqu’elle symbolise la lutte entre communautés religieuses. Mais ce lieu de conflit et de cohabitation a justement besoin de ce souffle de paix. Ici, en voyant les cimetières, on comprend vite que l’urgence, c’est vivre ensemble, et que c’est une chance. Les guerres de religion, c’est l’exploitation des religions.

 Dimanche, vous vous êtes référé à votre expérience au Rwanda en rappelant votre interrogation d’alors : comment vivre ensemble après de telles tragédies ?  

Oui, au Rwanda comme au Burundi, il y a beaucoup de pays où le feu couve sous la cendre. Partout, il ne faut pas attendre le futur de façon béate mais le préparer. En pensant à la dimension éducative et au rôle créatif des religions. L’image d’Assise, c’est un exemple pédagogique pour le monde entier. Mais pour vivre ensemble, il faut découvrir les racines spirituelles de cette cohabitation. On ne vit bien ensemble que si on est égaux. Dieu a créé l’homme et la femme égaux et différents.

 Justement, dix-sept ans après la fin de la guerre, il est beaucoup question à Sarajevo de discriminations entre fidèles de confessions différentes…  

Question compliquée… Elle montre déjà qu’il est important que catholiques et orthodoxes soient unis ici pour éviter les risques d’homogénéisation de la population. De ce point de vue, la venue pour notre rassemblement de Irinej, le patriarche de l’Église orthodoxe serbe, a été un geste fort. Concernant les personnes qui disent souffrir de discriminations, je les écoute et les soutiens.

 Est-ce que cela suffit ?  

D’abord, il ne faut pas oublier les populations de Sarajevo comme beaucoup l’ont fait. C’est pourquoi je suis heureux que la rencontre de Sant’Egidio ait accueilli cette année deux grandes personnalités européennes : Mario Monti, le président du Conseil italien et Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen.

 Là encore, ne peut-on pas s’interroger sur l’utilité de la présence de ces têtes d’affiche ?  

Cela, je l’ai entendu des milliers de fois… Et je réponds : quel est le résultat de la prière ? Nul peut-être, mais que serait le monde sans la prière ? Le patriarche Athenagoras disait que la prière protège secrètement le monde. Il en va de même pour le dialogue. 

Nos rencontres ne sont pas des vitrines, elles constituent des avancées. Ceux qui disent qu’elles sont des vitrines sont des pessimistes, de petits esprits, incapables de vision. La vision, c’est déjà une garantie pour le futur.

 

 

RECUEILLI PAR B. B. (à Sarajevo)

  11/9/12 - 15 H 52 MIS À JOUR LE 11/9/12 - 16 H 47


Via julienramhouadec, presseegidio
more...
No comment yet.
Rescooped by presseegidio from egi dio
Scoop.it!

Discours d'Andrea Riccardi pour l'inauguration de la Chaire du Collège des Bernardins | La-Croix.com

Le fondateur de la Communauté Sant’Egidio et actuel ministre de la coopération internationale et de l’intégration, Andrea Riccardi, a prononcé samedi 13 octobre son discours inaugural de la chaire du Collège des Bernardins à Paris qu’il présidera...

1
Les chrétiens et la globalisation
(Andrea Riccardi)
Le mot globalisation est sur toutes les lèvres, et les rayonnages des bibliothèques se remplissent
de textes traitant de ce sujet. Il est difficile de définir la globalisation, mais notre génération a
un privilège : elle peut dire qu’elle a rencontré personnellement ce qu’auparavant elle ne
connaissait pas et ne vivait pas. En effet, à un moment donné, la globalisation est entrée dans la
vie de tous : nous l’avons rencontrée. La prochaine génération, née dans ce contexte, ne pourra
pas percevoir avec autant d’acuité la nouveauté qu’elle représente. La globalisation est
apparue, au milieu d’un cortège d’acclamations, comme la pleine réalisation du long processus
de la modernité.
De fait, après un premier accueil enthousiaste, son aspect problématique s’est très vite imposé,
plus encore la difficulté à habiter ce nouveau cadre. Il ne s’agit pas seulement d’un problème
réservé à des personnes qui avaient été habituées à vivre autrement. Le saut accompli au cours
des années Quatre-vingt-dix à partir du monde d’avant 1989 a été rapide et profond. Les
limites évidentes d’un univers séparé par des frontières bien fermées, entre l’empire d’Orient
et l’empire d’Occident, pour utiliser ces expressions-là, se sont effacées, tandis que, dans le sud
du monde, était apparu, selon l’intuition du démographe Alfred Sauvy en 1952, le dit Tiers
Monde, une aire immense, magmatique, traversée par les influences de l’Est et de l’Ouest. Les
frontières constituent une limite, mais elles entourent aussi un monde. Avec l’avènement de la
globalisation, ces frontières sont tombées et l’on est retrouvé en pleine océan. L’idée de l’État
bien identifié par une nation, par exemple l’État social, est entrée en crise.
Le dépaysement
Francis Fukuyama, pour citer un des auteurs les plus connus, a vu dans la globalisation la
victoire du marché qui apportait partout la paix et la liberté ; c’était, en somme, la fin de
l’histoire telle qu’elle avait été conçue. Il ne fait aucun doute que le marché a triomphé, tout
comme il est indéniable que l’aspect économico-financier a acquis un caractère prédominant.
Mais les résultats obtenus n’ont pas été ceux espérés. L’optimisme d’une globalisation
providentielle a été démenti.
D’aucuns ont parlé d’un monde marqué par un modèle occidental américain, qu’ils ont appelé
Mc World. Notre univers reste toutefois compliqué et, par certains aspects, conflictuel et peu
respectueux de la liberté. Giulio Tremonti, homme politique italien, homme de réflexion, utilise
2
l’expression « mercatisme », version dégénérée du libéralisme, pour définir le système actuel de
relations du monde-marché global. En attendant, – et c’est un fait de grande portée historiqueen
2001, la Chine, avec son immense marché, ses fragilités et ses ressources, est entrée dans
l’OMC, la grande organisation du commerce mondial. Économiquement, le monde s’est unifié
comme jamais auparavant dans l’histoire, surtout en tant que marché, mais aussi en tant que
système de communications de tous types, qui fait qu’il est de plus en plus difficile d’exercer
une dictature totale sur une partie du monde.
Pourtant, dans ce monde globalisé, l’homme et la femme, les peuples vivent cette condition que
Todorov désigne bien comme un « dépaysement ». Telle est la quadrature que je voudrais
souligner : l’homme et la femme de la globalisation sont souvent dépaysés. Zigmunt Bauman a
consacré diverses réflexions aux conséquences de la globalisation sur les personnes et sur leur
solitude. Je voudrais seulement en évoquer brièvement quelques-unes : la prédominance de la
dimension du consommateur sur le citoyen, mais aussi l’affaiblissement de la dimension
nationale, la crise de la représentation et de la politique, la crise même de la ville. Mais surtout,
dans le monde global, prévaut un sentiment d’insécurité face à des vents froids qui viennent de
loin (qu’il s’agisse des crises financières, des migrants ou d’autres phénomènes encore).
Pourtant, jamais dans l’histoire, le monde n’a été aussi sûr. Bauman conclut : « l’insécurité
actuelle ressemble à la sensation que pourraient éprouver les passagers d’un avion qui
découvrent que la cabine de pilotage est vide … ». L’auteur fait-il référence à l’absence d’un
projet partagé, tel qu’en portaient partiellement les univers idéologiques d’avant 1989, ou bien
à la dimension quotidienne de la vie, exposée aux vents froids d’un monde sans frontières ?
Alain Touraine, spécialiste de la société postindustrielle, a publié un livre en 2004, dont le titre
a été traduit de manière significative en italien : La globalisation et la mort du social. Un des
effets de cet univers aux frontières élargies est l’individualisme, qui a desserré les liens sociaux
et communautaires et qui a déraciné les mouvements de masse (typiques du 20e siècle). Bauman
insiste : « Ce n’est pas le fait d’être ensemble, mais le fait de s’éviter et le fait d’être séparé qui
sont devenus les principales stratégies de survie dans les mégalopoles contemporaines… ».
C’est la crise qui affecte bien des modèles communautaires, depuis les partis de masse
historiques jusqu’à la ville, en passant par la famille elle-même, entendue comme dimension de
l’existence. Tout cela se réalise comme un mouvement tendanciel dans notre société, capable de
cohabiter avec des institutions et des modèles de vie d’hier sans déverrouiller les cadres
juridiques ni les réalités concrètes des pratiques sociales. Il s’agit en somme d’une révolution
anthropologique silencieuse dont il n’est pas facile de décrire la nouveauté.
Globalisation et choc des civilisations
Enquêter sur ces problèmes et d’autres encore pourrait nous entraîner loin du thème proposé.
3
Il est vrai par ailleurs que le monde global n’a pas créé une « cosmopole ». Il n’a pas créé non
plus, soit dit en passant, une société pire que celle de la guerre froide, aussi conflictuelle. Mais
la société qu’il ébauche n’est pas une société ordonnée. Face à une économie globalisée, le
monde apparaît multipolaire, sans pouvoir régulateur, réparti dans différentes régions du
monde. A l’optimisme du triomphe de la liberté a correspondu dans les années 1990 un
pessimisme réaliste, dont Samuel Huntington s’est fait le propagateur : notre monde, dans son
intime composition, serait destiné à l’affrontement entre des univers caractérisés par une
identité constituée de la religion, de la culture et de l’histoire. C’est en somme, la théorie bien
connue du choc des civilisations et des religions qui, le 11 septembre 2001, connaîtrait une
confirmation saisissante du défi que constitue le terrorisme islamiste global pour l’Occident.
C’est le côté tragique de la globalisation, qui a conduit à une succession d’actes terroristes
inhumains, mais aussi à la réponse militaire en Afghanistan et en Irak. Il va sans dire que la
théorie du choc des civilisations a été une tentative d’expliquer de façon simple la complexité
du monde global, en reprenant des thèses déjà soutenues entre les deux guerres. Il suffit de
penser au Déclin de l’Occident d’Oswald Spengler, publié après la première guerre mondiale,
qui fait un large recours à la catégorie de civilisation pour en souligner la mise à mal.
L’historien Arnold Toynbee avait réfléchi sur le rapport entre l’Occident et les autres
civilisations. Le moment où Huntington a proposé sa thèse était fortement porteur d’un besoin
d’orientation. Devant un champ aussi largement ouvert, d’où la menace vient-elle ? Nombreux
étaient ceux qui voulaient entendre dire à haute voix ce que Huntington avait écrit. Les
orphelins de la lutte contre le communisme le souhaitaient, qui étaient à la recherche d’un
nouvel ennemi et de nouveaux barbares. J’ai plaisir à signaler – c’est un hommage à la culture
catholique française- que dans les années Trente déjà, les Semaines Sociales des catholiques
français à Versailles tinrent une session dédiée aux conflits de civilisation, en identifiant
différentes civilisations, parmi lesquelles les civilisations musulmane, soviétique, juive. La thèse
défendue était que le christianisme transcendait les civilisations comme force de pacification.
Globalisation et catholicisme
Notre catholicisme a depuis longtemps fait ses comptes avec la réalité et la catégorie de la
sécularisation, moins avec la nouvelle catégorie de la globalisation. Danièle Hervieu-Léger,
prenant acte de la laïcisation, puis sécularisation et enfin exculturation du catholicisme
français, a déclaré il y a quelques années : Catholicisme, la fin d’un monde. Après les premiers
temps de ferveur postconciliaire, notre catholicisme européen a été parcouru par le sentiment
d’un déclin inévitable. Plus de modernité, moins de religion : telle semblait être la loi de
l’histoire. Pourtant –je tiens à le dire-, aujourd’hui le problème n’est pas tant la sécularisation,
qui privatise le christianisme et le relègue aux marges de la vie sociale. Au contraire, malgré la
4
réalité de la sécularisation, nous pourrions parler d’une revanche de Dieu, comme le dit Gilles
Kepel avec bien d’autres auteurs. Certes, la société est sortie de Dieu. Cela, Émile Poulat
l’explique depuis des années. Depuis plus de deux siècles, elle n’a plus sa référence en Dieu,
dans le Dieu de l’Église et du Credo. Mais elle est largement habitée par le religieux et par de
nombreuses religions.
En réalité, au cours du 20e siècle, un changement radical est intervenu dans le monde chrétien,
qui ne va pas dans le sens de son extinction : en cent ans, la communauté religieuse pentecôtiste
et indépendante est passée de zéro à un demi-milliard de fidèles, tandis qu’au 21e siècle
globalisé ses effectifs croissent de façon vertigineuse. Le pluralisme pentecôtiste, en termes de
communautés, de théologies et de structures, se fonde sur l’autonomie de l’individu, dans des
formes qui correspondent tout à fait à la globalisation. L’individualisme fait en sorte que l’on
recherche son bonheur « religieux » dans une communauté qui répond à ce besoin dans le
cadre d’un véritable marché des religions. Nous le voyons dans le sud du monde. Du reste, la
facilité des migrations dans le monde globalisé a amené des chrétiens d’autres pays à habiter
dans nos sociétés européennes, si bien qu’en Angleterre la présence au culte d’immigrés
dépasse de très loin celle des anglicans.
Or ce n’est pas la seule conséquence de la globalisation sur le christianisme. Dans notre
catholicisme, nous pouvons constater une attitude contraire à la globalisation. Plus encore, bien
que de grands catholiques aient été à l’origine de l’Union européenne, il existe aujourd’hui une
pensée hostile à l’Europe parmi les catholiques et les évêques, au prétexte que l’Union
introduirait des modèles familiaux, sexuels, sociaux, opposés aux modèles traditionnels.
Considérer la menace comme un élément venant de l’extérieur ou de loin est typique d’un
certain intransigeantisme catholique. Il en irait ainsi, par exemple, de l’islamisation de
l’Europe. Du reste, une sensibilité analogue se fait jour dans différents milieux orthodoxes, qui
proposent à nouveau des valeurs nationales et religieuses. Dans un catholicisme peu attentif à
la culture, on risque de faire abstraction de la globalisation ou de s’y opposer sans la
comprendre.
Dans la confrontation avec un processus de déracinement globalisant, on rappelle que le
christianisme est constitutif des racines nationales. Après les menaces apportées par la
sécularisation domestique, la globalisation risque-t-elle de constituer un problème encore plus
grave pour l’Église ? J’ai accepté ce défi culturel qui m’a été posé par le Collège des
Bernardins, parce que je crois qu’il est nécessaire de s’interroger sur les formes que prend et
les problèmes que soulève le fait de vivre en chrétien dans un monde qui a changé. Nos
catégories n’ont-elles pas vieilli ?
La globalisation n’est pas une si grande surprise.
5
Je voudrais rappeler que notre globalisation n’est pas la première de l’histoire, même si elle est
très originale et vaste. Notre histoire en a connu d’autres. L’Église en a connu d’autres. Je
rappellerais la conquête des Amériques avec ses effets de métissage culturel et de diffusion du
catholicisme. A sa manière, le christianisme est apparu comme une globalisation de la foi audelà
des frontières ethniques, linguistiques et culturelles. A l’ère du colonialisme – qui était lui
aussi une globalisation-, les chrétiens se positionnèrent à leur manière en réalisant la croissance
missionnaire des Églises catholiques et protestantes.
Jean Chrysostome, entre le 4e et le 5e siècle, commente ainsi l’Évangile de Jean :
« Que veulent dire ces paroles : ‘Pour rassembler et réunir ceux qui sont proches, et ceux qui
sont éloignés (Jean XI, 52) ?’ Il les a tous réunis en un seul corps - conclut-il : celui qui est à
Rome regarde les Indiens comme ses membres. Quoi de comparable à une pareille société
(sodalicium) ? » Dans ses chromosomes, le christianisme n’est pas une « société » étrangère ou
opposée à la globalisation. Le Père de Lubac, parlant de la signification de « catholique »,
disait : « ce n’est pas une question de géographie ou de chiffres […] c’est avant tout quelque
chose d’intrinsèque à l’Église ». La vie catholique a souvent été une incitation à franchir les
frontières d’un monde. Saint Augustin polémiquait avec les donatistes, qui négligeaient le
monde parce qu’ils considéraient « les autres nations comme quasiment perdues » et
réduisaient la vie à l’Afrique du Nord : « je ne sais, disait-il, qui, en Afrique, place des
frontières à la charité ». L’Église à sa manière est une globalisation. Et elle a vécu dans
différentes globalisations.
Mais nous ne pouvons pas être superficiels. Je voudrais dire que, dans le monde des chrétiens –
Paul VI parle d’eux comme « des experts en humanité »-, il y a eu une perception des
transformations du monde dans un sens global. Je me permets de citer le grand patriarche
orthodoxe de Constantinople, Athénagoras qui, en 1968, dans un livre inoubliable avec Olivier
Clément, un chef-d’oeuvre humaniste du 20e siècle, affirme que le monde contemporain s’unifie
(c’est le mot qu’il emploie). Clément insiste sur ce point : « Il y a d’une part l’avènement de
l’homme planétaire dans une histoire devenue mondiale. Mais d’autre part, chaque peuple,
sans doute pour échapper au caractère impersonnel de la civilisation industrielle, s’enracine
dans son originalité… ». Il y a un grand défi à relever pour le patriarche, que Clément définit
comme un « amoureux de l’universel » : « Aujourd’hui le lointain devient physiquement
proche. Il faut qu’il le devienne spirituellement ». Il y a une spiritualité à créer, qui ne soit pas
exiguë, mais capable de répondre au défi de l’homme planétaire, et de nouvelles proximités à
établir entre les mondes.
Le même Paul VI –nous sommes toujours dans les années Soixante- avait compris le processus
d’unification à l’oeuvre au temps de la guerre froide. Dans son encyclique Populorum
progressio, il avait parlé de « heurts de civilisation », mais aussi du nécessaire « dialogue
6
sincère », « créateur de fraternité ». Du reste, le pape Montini devait, à mon avis, connaître les
thématiques de Marshall Mc Luhan sur le village global et les communications. Pour sa part, le
cardinal Lustiger écrivait en 1987 : « Nous vivons dans une société qui s’est mondialisée et qui,
en même temps, s’est segmentée, au fur et à mesure qu’elle s’unifie, dans des cultures qui
s’opposent. Autrefois, les cultures différaient les unes des autres parce qu’elles ne se
connaissaient pas et ne voulaient pas se connaître ; aujourd’hui, nous risquons d’arriver à
l’affrontement parce que précisément elles se connaissent et deviennent communicantes ».
Le concile Vatican II
Il y a 50 ans, le Vatican II a préparé l’Eglise à la mondialisation. Le globalisme du concile
Vatican II s’explique par les provenances géographiques des pères de l’Est communiste, de
l’Ouest et du Tiers Monde, dépassant de fait la logique de la guerre froide au nom de la
communion de la foi. Mais cette globalité se rencontre également dans l’intérêt ad extra du
Concile, cet intérêt envers l’autre : le non catholique, le chrétien, le juif, le musulman, le
croyant d’une autre religion, le non croyant, tous entrent dans l’horizon catholique, comme
jamais auparavant. Un Concile pour « mettre à jour » –j’emploie le terme de Jean XXIIIl’Église
afin qu’elle vive avec les autres dans un monde complexe où elle peut développer une
théologie positive de l’autre. Dans une conférence de 2005, le cardinal Lustiger mettait en
relation la déclaration Nostra Aetate et la globalisation. Il faudrait lire le Concile dans la
perspective de la préparation à la mondialisation, même si elle était perçue de façon
fragmentaire. Des idées comme l’oecuménisme, le dialogue, la mission elle-même, la paix,
l’unité des peuples, l’universalisme ont été revisitées et pensées à nouveaux frais et en
préparant des instruments inédits. En réalité, la suite du concile Vatican II a été trop
longtemps vécue dans la polarisation entre progressistes et conservateurs, en tenant peu
compte des dimensions universalistes du Concile. En 1967, Joseph Ratzinger écrivait :
« Le Concile marque le passage d’une attitude de conservation à une attitude missionnaire, et
le concept conciliaire contraire à ‘conservateur’ n’est pas ‘progressiste’, mais ‘missionnaire’ ».
Jean-Paul II a incarné cette vision globale et tournée vers l’extérieur de Vatican II. La
réception de ce Concile ne peut être dissociée de la figure de ce pape, qui a représenté un
catholicisme se mesurant à la scène du monde. La mission n’est pas le prosélytisme, mais une
perspective d’ouverture au monde du christianisme au-delà de ses frontières traditionnelles, le
contraire d’un retranchement défensif et traditionaliste. Cette opération, Paul VI l’explique
dans l’encyclique Ecclesiam suam dès 1964, quand il réfléchit à nouveaux frais sur l’identité de
l’Église et la projette dans le dialogue : « Personne n’est étranger au coeur de l’Église –écrit-il.
Personne n’est indifférent pour son ministère. Pour elle, personne n’est un ennemi, à moins de
vouloir l’être de son côté. Ce n’est pas en vain qu’elle se dit catholique ; ce n’est pas en vain
7
qu’elle est chargée de promouvoir dans le monde l’unité, l’amour et la paix » Un catholicisme
arrivé à sa croissance maximale dans les années Soixante (pensons à sa croissance en Afrique)
se déclare intéressé par toutes les dimensions de la vie du monde, même celles qu’il ne peut
ramener à lui-même.
Se mesurer avec l’autre globalisation
Si la globalisation d’après 1989 n’a pas du tout surpris l’Église, il est évident qu’il s’agit d’une
autre globalisation par rapport au catholicisme global. En 2001, Jean-Paul II affirmait : « La
globalisation n’est, a priori, ni bonne ni mauvaise. Elle sera ce que les personnes feront d’elle
[…] elle est rapidement devenue un phénomène culturel. Le marché, en tant que mécanisme
d’échange, est devenu l’instrument d’une nouvelle culture. De nombreux observateurs ont noté
le caractère d’intrusion, et même d’invasion de la logique de marché, qui réduit de plus en plus
l’espace disponible à la communauté humaine […] Le marché impose sa façon de penser et
d’agir... ». Pour le pape, la globalisation est le défi actuel pour le christianisme en raison des
modèles qu’il communique, comme la transformation de l’homme.
C’est un grand défi, que l’on ne surmonte pas en l’ignorant ou en en faisant abstraction. C’est
le sens de la réflexion que nous menons, car la globalisation est une chute des murs qui change
et élargit les perspectives de l’existant. L’Église a-t-elle réfléchi sur la globalisation ? Après
avoir beaucoup parlé dans la période postconciliaire de « signes des temps », il me semble que
l’Église n’a pas donné toute son attention à un « signe des temps » plus grand. Cette attitude
n’est pas le résultat d’une opposition préconçue ; on la doit plutôt à une perte des clés
d’interprétation et de la culture dans l’Église, qui se concentre sur un discours ecclésiastique,
du fait aussi que, dans de nombreuses régions du monde, sa survie est mise au défi, en raison
notamment du manque de cadres ecclésiastiques. Il faudrait un débat historique, sociologique,
théologique, comme celui qui a conduit au concile Vatican II. En effet, l’histoire est allée très
vite.
La proximité de l’Église et son universalité
L’Église est une internationale, une globalisation fondée sur la communion de foi, qui ne
connaît pas de frontières, comme le disait Jean Chrysostome. L’Atlas hierarchicus, édité par le
Vatican, montre une cartographie qui divise le monde entier en d’innombrables diocèses
territoriaux, sans exclure aucune région. La communion –parole clé dans la pensée de Vatican
II- a des dimensions locales et mondiales. Le cardinal Lustiger écrivait que le ministère du pape
est facteur d’unité, « le seul qui traverse toutes les cultures et toutes les frontières pour opérer
la communion de tous les catholiques ».
Or le catholicisme n’est pas un universalisme générique : il ne se dissout pas dans le virtuel ou
8
dans une internationale de valeurs. Il est aussi une communauté concrète d’hommes et de
femmes aux relations personnelles et directes. L’Eucharistie, ses sacrements passent à travers
un nous, un rapport je-tu., « paroikia » en grec qui a donné le mot paroisse, veut dire voisinage.
L’Église a une maison et un visage sur le territoire qui s’appelle église.
Les communautés se rassemblent dans l’identité primaire qu’est l’Église locale de la ville. En
général, chaque diocèse porte le nom de la ville. L’Église insiste sur la ville Mais aujourd’hui
justement, dans la ville, se développe l’insécurité dont parle Bauman, tandis que le tissu social
se déchire : « les villes sont devenues les décharges des problèmes provoqués par la
globalisation » -conclut-il. Les villes globalisées dressent des murs entre leurs différentes
composantes. Voisinage physique ne signifie pas proximité, au point qu’un psychanalyste
italien perspicace, Luigi Zoja, parle à notre époque de « mort du prochain ».
La proximité humaine, non épisodique ou fonctionnelle, mais fondée sur la gratuité est
naturellement liée au christianisme. La conscience antique de la Genèse affirme : « Il n’est pas
bon que l’homme soit seul ». La question que Dieu pose à celui qui tue ou qui élimine son frère,
Abel, reste évidente : « Où est ton frère ? ». Et Jésus explique, avec la parabole du bon
Samaritain, que le pauvre, par définition inutile, s’impose dans la géographie de la proximité :
ce qui fait émerger la valeur de la gratuité qui imprègne la vie de l’individu et de la
communauté.
La déstructuration de la proximité est inacceptable pour le christianisme : fraternité, proximité
avec les pauvres, communion entre les personnes sont des valeurs indispensables. La solitude
est une limite à surmonter pour le christianisme. Pour cela, l’Église est amie de la famille,
fondée sur la fidélité entre la femme et l’homme, ouverte aux générations qui viennent, comme
l’expression d’un destin familial de l’être humain L’insistance sur la famille n’est pas le fruit
d’un archaïsme social, mais d’une intimité naturelle avec la culture familiale, qui ne partage
pas un individualisme généralisé. La famille, dans la récente réflexion catholique, manifeste des
valeurs de fidélité et de gratuité, fondatrices de la stabilité humaine dans un monde en
mouvement. On ne vit pas la globalisation sans –j’emploie le terme bénédictin- stabilitas loci.
L’Église investit sur la famille et sur la ville. Elle est convaincue du besoin de l’autre polarité
représentée par la ville, dans un monde où, l’année 2007, l’homo urbanus, les habitants des
villes ont dépassé, pour la première fois dans l’histoire, les habitants des campagnes. Le
catholicisme, par son histoire notamment, n’est pas effrayé par le vertige de la globalisation,
mais propose à nouveau à l’homme planétaire la stabilité faite de la famille, de la ville et de la
communauté.
Un avenir problématique
Le monde contemporain se présente tiraillé entre un mouvement de rapprochement de
9
personnes différentes et une différenciation conflictuelle, pour défendre ou créer sa propre
identité, jusqu’aux conflits ethniques ou religieux. Pourtant les impulsions vers les
« cosmopoles » sont puissantes : 50 000 avions survolent la planète, acheminant partout des
passagers et des marchandises, 3 500 milliards de dollars sont échangés sur les marchés à la
vitesse de la lumière, 2 500 satellites gravitent autour de la terre véhiculant toutes sortes de
nouvelles, l’anglais est parlé par un milliard et demi de personnes. Selon Jeremy Rifkim, dans
La civilisation de l’empathie, nous vivons le pic historique de l’empathie globale. A son avis, le
dépassement des identités religieuses amenées à se diversifier sous l’effet d’une pratique
tolérante de la spiritualité serait aussi un motif de croissance. Le mouvement empathique serat-
il la religion humaniste et spirituelle de demain ?
Pour revenir au sujet chrétiens et globalisation, on enregistre une fragilisation de l’Église dans
les régions les plus développées, fruit non seulement de la sécularisation, mais aussi de la
globalisation qui conduit à l’individualisation. La forte identité et la structure du catholicisme
passeraient mal dans le monde du soft power, pour reprendre l’expression de Nye. Mais l’Église
est-elle un hard power ? Quel est son avenir ? Nous repensons à la phrase qui donnait son titre
à la lettre pastorale du cardinal Suhard en 1947, Essor ou déclin de l’Église ?
La globalisation est très différente de la modernité sécularisée avec ou contre laquelle l’Église
s’est retrouvée entre les 19e et 20e siècles. Elle n’est pas idéologique, mais elle n’est pas
dépourvue de conséquences anthropologiques. Le catholicisme du passé pouvait concevoir des
plans de résistance ou, au contraire, d’adaptation. Aujourd’hui, c’est différent. Cinquante ans
après, le Concile constitue néanmoins une grande base pour le catholicisme dans le monde
global, en dialogue avec tous ceux qui croient de façon différente, mais qui veut cultiver une
identité théologique et ne pas être une parmi les grandes spiritualités contemporaines. Dans
cette perspective, les chrétiens se souviennent que l’homme déraciné n’est pas l’avenir.
L’homme ouvert à l’avenir a des racines et des limites : « l’homme n’est réellement homme
qu’en vertu de sa participation à une tradition » -affirme Hossein Nasr, chercheur iranien.
Essor ou déclin de l’Église ? C’était sans doute plus simple à l’époque du vieux cardinal, mais
l’issue semblait dramatique. Il n’est pas facile de répondre dans la complexité de la situation
présente. Le déclin est une réalité, mais une réalité souvent choisie par la communauté des
croyants qui raisonne en termes d’effectifs, en fonction de vieux schémas et de logiques d’hier
(pas seulement la logique de vaincre, peut-être même celle de perdre en restant peu nombreux
mais tranquilles et purs). Le point de départ pour le croyant - permettez-moi de le dire- est de
se changer soi-même : le seul levier pour transformer le monde que personne ne peut m’enlever
(dit Martin Buber avec bien d’autres). Un saint orthodoxe de l’Athos, Silouane, affirmait :
« L’unité ontologique de l’humanité totale est telle que toute personne, qui surmonte en ellemême
le mal, inflige une si grande défaite au mal cosmique, que les conséquences de cette
10
victoire se répercutent de manière bénéfique sur les destinées du monde entier ».
La dimension spirituelle chrétienne est profondément liée à une dimension sociale –disait
Clément-, autrement dit à la proximité humaine. Il y a une posture spirituelle et humaine du
chrétien dans la globalisation, entre la proximité et l’universalisme. L’histoire des chrétiens se
développe dans de nombreuses dimensions souterraines ou plus évidentes, mais, quelquefois,
elle se pose comme proposition culturelle pour notre temps.
C’est le cas, pour donner un exemple qui m’est cher, de ce qu’on appelle depuis 1986, l’ « esprit
d’Assise », image symbolique et réelle des religions (et des laïcs) les uns à côté des autres, et non
plus les uns contre les autres. Dans cette vision, on compose la multiplicité du monde, mais on
propose d’être ensemble en paix, non pas dans le métissage interreligieux et cosmopolite, mais
fondé sur les racines spirituelles de chacun. C’est une image, germée de l’Église de Jean-Paul
II, qui est significative à l’époque de l’affrontement : elle montre que l’avenir n’est pas
l’affirmation de l’une ou de l’autre civilisation, mais l’affirmation de ce que j’appelle la
civilisation du vivre ensemble. En effet, dans ce monde global, il est évident que l’on ne peut
pas vaincre, contrôler, exercer son hégémonie. La civilisation du vivre ensemble est dans les
chromosomes de ce christianisme qui définit Dieu comme amour. Ce ne sont que de modestes
réflexions dont je voudrais qu’elles nous accompagnent, alors que nous sommes au seuil d’une
ère inexplorée, d’une autre saison historique de ce monde qu’Antonio Gramsci, original
penseur marxiste italien du siècle passé, définissait « monde grand, beau et terrible ».


Via julienramhouadec, presseegidio
more...
No comment yet.