Alerte sur les ouvrages parus
1.3K views | +0 today
Follow
Alerte sur les ouvrages parus
Veille sur les ouvrages et articles parus
Your new post is loading...
Your new post is loading...
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Pierre Merle : Que sait-on des pratiques d'évaluation scolaires ?

Pierre Merle : Que sait-on des pratiques d'évaluation scolaires ? | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
"Il existe des principes d'évaluation des compétences scolaires plus favorables aux apprentissages que ceux trop souvent en vigueur dans l'école française". Avec ce nouveau livre (Les pratiques d'évaluation scolaire, PUF), Pierre Merle propose une véritable synthèse sur l'histoire et les différents types d'évaluation. Il montre aussi que l'évaluation évolue dans l'école française au bénéfice d'une évaluation formative plus adaptée aux besoins des élèves. Surtout il nous fait découvrir beaucoup de choses sur les différents types d'évaluation et leurs effets sur les élèves et les correcteurs. Des effets qui posent notamment la question de la "note juste".  S'il y a bien une activité qui définit le métier enseignant , c'est bien l'évaluation. Au point que les professeurs ont l'impression de passer leur temps à cela et vivent l'année comme une suite de devoirs à corriger. Et il est vrai qu'ils passent beaucoup de temps sur cette seule forme d'évaluation. Si l'on en croit la Depp, les professeurs des écoles consacrent 3h36 par semaine aux corrections. Dans le second degré, les professeurs de lettres et de maths consacrent 6h33 et 6h34 à corriger, contre 7h31 aux professeurs de langues et encore 1h49 pour le professeur d'EPS. Si l'évaluation est emblématique du métier enseignant, pour autant la lecture du livre de Pierre Merle montre qu'elle est encore très méconnue. Pierre Merle nous fait découvrir l'invention de la note, depuis les collèges jésuites jusqu'à la découverte de la notation sur 20 par Polytechnique. Il montre que l'invention de la note relève d'un processus scolaire mais aussi économique et politique. Autre point fort de l'ouvrage, l'état des connaissances en docimologie. Alors que chaque professeur pense noter avec rigueur et justesse, l'ouvrage montre tous les biais qui influent sur la notation : modes d'évaluation, effets d'ordre et de contraste, mais aussi biais liés aux caractéristiques scolaire et sociales des élèves. Cela lui permet d'être sévère pour l'évaluation prévue du le futur bac. Il analyse aussi les comportements des élèves face à l'évaluation, de la séduction à la contestation, et ce n'est pas le chapitre qui en apprend le moins... Les deux derniers chapitres font un bilan et ouvrent une prospective. Pour P. Merle, l'évaluation traditionnelle est un obstacle aux apprentissages. Et il explique pourquoi. Il pose les principes d'une évaluation plus équitable et plus efficace. En se basant sur des études, il montre que les nouvelles pratiques , comme les classes sans notes, font progresser les élèves. Cette partie fera probablement polémique , même si elle est bien étayée. Pourtant tout enseignant a pu constater d'énormes écarts d'un correcteur à un autre et a découvert que son évaluation finale n'est pas exempte de biais plus ou moins conscients, ne serait ce que le désir d'aider tel ou tel élève, ou la prise en compte de ses progrès.  Il y a une dernière raison pour réfléchir sur sa pratique de l'évaluation. C'est que, comme le montre C Terrier, celle ci influe beaucoup sur les résultats des élèves. Au point que c'est peut-être l'élément le plus facile à changer pour faire progresser l'école. François Jarraud Pierre Merle, Les pratiques d'évaluation scolaire. Historique, difficultés, perspectives, PUF 2018, ISBN 978-2-13-080412-3,  25€. Pierre Merle : "La notation traditionnelle est un problème pour les élèves en difficulté scolaire" Pourquoi tant d'ignorance sur l'évaluation ? Pierre Merle répond à 6 questions du Café pédagogique. A commencer par l'impossible notation juste... Vous dites que la note juste est impossible. Pourquoi ? Sur cette question, il existe des centaines de recherches. Les premières ont été menées sur les épreuves du Certificat d’Etudes Primaires par Alfred Binet au début du XXe siècle, peu après l’invention des notes ! Dans les années 1930, ces recherches ont même fait l’objet d’une discipline nouvelle  - la docimologie - centrée sur l’analyse statistique des notes et des examens. Toutes les recherches sont concordantes. Même avec un barème, y compris en mathématiques, la subjectivité des correcteurs est considérable. A titre d’exemple, l’ordre de correction des copies est un facteur important et souvent méconnu d’incertitude de la notation car le correcteur est inévitablement influencé par la correction de la copie précédente. Évaluer est un exercice de comparaison. Après une excellente copie, le professeur note plus sévèrement. Après une copie très faible, la notation est plus indulgente. Laugier et Weinberg ont calculé que, pour obtenir une « note vraie » aux épreuves du baccalauréat de 1930 (la « note vraie » correspond à la valeur scolaire d’une copie avec une marge d’erreur statistique faible), il faudrait recourir à la moyenne des notes de 13 correcteurs en mathématiques, 78 en composition française et 127 en philosophie. Ce calcul a l’intérêt de montrer que, compte tenu des aléas importants d’évaluation de chaque copie, la recherche d’une « note vraie » constitue une utopie scolaire. Les recherches ultérieures ont confirmé ce résultat. Si l'évaluation traditionnelle est injuste, elle est injuste pour qui ? La notation traditionnelle est injuste car, outre l’aléa de la note, il existe des « biais » de notation, c’est-à-dire des erreurs systématiques d’appréciation liées notamment aux effets d’attente et stéréotypes inconscients des correcteurs. Ainsi, les élèves redoublants et/ou plus âgés sont notés plus sévèrement que les élèves « à l’heure ». Un autre biais de notation concerne les enfants des catégories aisées. A compétences égales mesurées par des tests de compétences standardisés, ils sont systématiquement notés de façon plus indulgente que les autres élèves. Ce biais spécifique d’évaluation, présent dans toutes les recherches, est statistiquement très robuste. Il existe aussi des biais d’évaluation selon le genre. Ce biais est variable selon la discipline et le niveau scolaire. Par exemple, en classe de sixième, les filles sont mieux notées que les garçons à compétences égales. Mais ce biais est inversé en classe de seconde. Ce sont les garçons qui sont sur-notés en mathématiques. La notation traditionnelle est injuste aussi pour une autre raison : elle exerce des effets défavorables aux apprentissages des élèves en difficulté scolaire. Des notes faibles provoquent un processus psychologique de « résignation apprise ». Les élèves sont découragés, développent un sentiment d’incompétence scolaire qui réduit sensiblement leur « ressources attentionnelles ». Cette résignation apprise bloque le processus d’apprentissage. Elle est notamment liée « aux comparaisons sociales forcées » produites par le recours aux notes. Pour les élèves en difficulté, la comparaison systématique à des élèves meilleurs provoque une baisse du sentiment de compétence scolaire, source de décrochage et de déviance, notamment d’absentéisme, de dégradation de matériel, de violences verbales et physiques. L'évaluation est aussi au coeur des projets ministériels. On se rappelle les projets de Najat Vallaud Belkacem pour la changer. Que penser de ceux-ci ? Sur les pratiques d’évaluation, la réforme des pratiques d’évaluation souhaitée par Najat Vallaud Belkacem a prolongé une réflexion menée depuis 2005 sur « l’évaluation par compétences ». Depuis les années 2000, à l’école élémentaire, une évaluation par compétences a progressivement remplacé l’évaluation par note. Avec cette nouvelle pratique d’évaluation, pour une même copie, le professeur précise, par exemple par un code couleur (vert compétences acquises, jaune pour compétences presque acquises, orange pour compétences en cours d’acquisition, rouge pour compétences non acquises), le niveau de maîtrise des différentes compétences évaluées lors de chaque contrôle. Cette pratique d’évaluation revient à donner à chaque élève des indications beaucoup plus précises qu’une note globale. Il s’agit d’une « évaluation pour les apprentissages » qui a pour objet de guider l’élève alors qu’une note, mesure synthétique mais imprécise, constitue une modalité d’évaluation des apprentissages. L’évaluation par compétences est une évaluation dite « formative » sa finalité première est d’aider, alors que la notation est une évaluation dite « sommative » dont la finalité première, historiquement, explicitement ou implicitement, est de classer les élèves. Les évaluations formative et sommative ne sont certes pas exhaustives l’une de l’autre mais, dans les faits, elles se concurrencent. Lorsqu’une note est présente sur une copie, les élèves, tout comme les parents, se focalisent sur celle-ci, sont enthousiastes ou déçus et, le plus souvent, peu attentifs aux commentaires pourtant essentiels du professeur. Un autre avantage du remplacement de la notation traditionnelle par une évaluation par compétences est de réduire en partie les « comparaisons sociales forcées » (cf. ci-dessus). Il n’est pas facile de faire des moyennes et des classements avec des verts, des jaunes, des oranges et des rouges. Outre son inutilité pour les apprentissages, le classement des élèves favorise l’individualisme, voire même la tricherie. Notes et classements détournent les élèves du travail en commun alors qu’il faudrait renforcer l’enseignement de cette compétence essentielle à la vie professionnelle. Dans la réforme du collège de 2016, les niveaux de maîtrise retenus pour évaluer les compétences des élèves (Très bonne maîtrise, maîtrise satisfaisante, maîtrise fragile, maîtrise insuffisante) pose toutefois problème. Dans les faits, une grande partie des élèves sont « en cours d’apprentissage ». Ils ont un niveau scolaire « moyen », niveau non envisagé dans cette échelle d’évaluation. Dès la fin du XIXe siècle, l’inspecteur général Pécaut préconisait une échelle d’évaluation de quatre niveaux (Mal, Passable, Assez bien, Bien). Il s’agit d’une échelle asymétrique (une seule évaluation est négative), plus pertinente pour évaluer de façon efficace les compétences scolaires des élèves que celle actuellement en vigueur (Merle, 2014). Peut-on utiliser l'évaluation pour faire progresser ses élèves ? Une partie des professeurs ont une connaissance variable des effets des modalités d’évaluation sur le niveau de progression de leurs élèves. À titre d’exemple, certains professeurs de mathématiques ont tendance à surévaluer les compétences scolaires des filles en classe de sixième. Concrètement, à compétences égales avec les garçons, mesurées par des tests standardisés, ces professeurs mettent des notes plus élevées aux copies rédigées par des filles. Camille Terrier (2014) a montré qu’une telle pratique évaluative favorise les progrès scolaires des filles dont les copies sont sur-notées. Ce n’est évidemment pas la note qui, en soi, permet des progressions scolaires plus rapides mais la suppression de notes très faibles qui réduit la motivation des élèves quel que soit le genre.  Dans le chapitre 8 de mon ouvrage consacré aux « Principes d’une évaluation scolaire équitable et efficace », outre l’effet positif des notes indulgentes par rapport aux notes sévères, je mentionne aussi la nécessité, autant que possible, de préserver l’anonymat social et scolaire des élèves pour réduire les biais d’évaluation (cf. question précédente). Il faut aussi avoir à l’esprit que l’usage des notes est largement majoritaire au collège, et encore plus au lycée, et que cet usage constitue une source importante de stress et d’anxiété scolaires défavorables aux processus d’apprentissage. La peur du mauvais résultat, du déclassement scolaire, des moqueries des camarades et des remontrances parentales produit des « pensées distractives » qui affectent les capacités de concentration et la réussite des élèves. Dans le cadre de la réforme du collège, Najat Vallaud Belkacem avait raison de promouvoir la bienveillance comme principe pédagogique central. Certains professeurs se sont offusqués de ce slogan considérant que cette bienveillance était déjà présente. Ils ont certes raison. Toutefois, la recherche de Guimart (2015) montre que 75 % des collégiens ont « peur d’avoir de mauvaises notes ». Moins de mauvaises notes et plus de bienveillance seraient favorables à un meilleur climat scolaire et à des apprentissages plus rapides. En 2016, une recherche de la World Health Organisation montre aussi que les collégiens français âgés de quinze ans ont un sentiment de compétence, mesuré par la déclaration d’un bon ou très bon niveau scolaire, sensiblement plus bas que celui des élèves des autres pays. En France, seulement 45 % des filles et 43 % des garçons se déclarent « bons » ou « très bons ». Ces proportions sont respectivement de 62 % et 58 % pour la moyenne des 42 pays enquêtés. De surcroît, ce sentiment de compétence baisse sensiblement de la classe de sixième à celle de troisième. Réduire le recours aux notes en substituant une évaluation formative à une évaluation sommative a notamment pour objet d’améliorer le sentiment de compétence des élèves, indispensable à leur motivation et à leurs progressions. Vous prenez parti pour les classes sans notes. Leurs effets sont-ils vraiment positifs et durables ? Les classes sans note ont été expérimentées à l’initiative de Luc Chatel, ministre de l’Education nationale sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy. Beaucoup de personnalités politiques de premier plan, généralement situées à droite, se sont opposées à cette expérimentation. En 2012, Luc Ferry déclarait « Ce n’est pas une bonne idée de supprimer les notes […]. C’est absolument indispensable d’avoir des points de repère […]. Casser le thermomètre ne sert absolument à rien. » (…) « Je ne comprends pas que des gens intelligents cèdent à l’idéologie gentillette selon laquelle les notes chiffrées seraient “traumatisantes” pour les enfants ». Le propos de l’ancien ministre manifeste une méconnaissance certaine des centaines de recherches relatives aux notes. Les notes chiffrées peuvent sans aucun doute être « traumatisantes » pour les élèves dont les notes sont régulièrement basses. Et elles ne constituent nullement un repère indispensable pour les apprentissages. Pendant des siècles, les professeurs ont d’ailleurs enseigné sans y avoir recours… Outre que l’expérience des classes sans note fait l’objet d’une évaluation positive par une large majorité d’élèves, de professeurs et de parents, cette expérimentation a fait récemment l’objet d’une évaluation de type scientifique nettement positive en mathématiques. La comparaison des progressions des élèves de niveau comparable scolarisés dans des classes sans notes et des classes avec notes montre des progressions moyennes scolaires plus fortes dans la première situation par rapport à la seconde. Cette élévation du niveau moyen résulte d’une progression plus rapide des élèves de niveau scolaire faible sans altérer les progressions scolaires des bons élèves. Ce résultat est logique puisque ce sont les élèves faibles, ceux qui font l’objet de notes basses, qui sont pénalisés par la notation traditionnelle. Les classes sans note constituent donc un moyen de corriger une des caractéristiques centrales de l’école française : des écarts de compétences très importants entre les élèves. L'évaluation est au cœur du métier enseignant. Et pourtant tout cela reste mal connu et objet de débats. Pourquoi ? Cette question est centrale. La notation traditionnelle est un problème essentiellement pour les élèves en difficulté scolaire, ceux qui font l’objet, souvent dès le début de leur scolarité, de notes faibles dans plusieurs, voire la totalité des disciplines. Progressivement, ces élèves ont un sentiment de nullité scolaire qui débouche sur de la « résignation apprise » et une grande passivité en classe. La récurrence des mauvaises notes a détruit la motivation de ces élèves, parfois atteints d’apathie chronique, de burn out et de phobie scolaires. À l’inverse, pour les bons élèves, la note traditionnelle renforce leur sentiment de compétence, leur motivation et leur désir de réussite. Après des études supérieures réussies, cette élite scolaire compose une partie des élites économiques et politiques. Leur expérience subjective de l’école, fortement positive, les conduit à une vision conservatrice de celle-ci, surtout à l’égard des notes qui ont consacré leur réussite scolaire. Seule la connaissance scientifique leur permettrait d’objectiver leur expérience personnelle, de comprendre sa singularité en tant que membre de l’élite scolaire et sociale, et la nécessité de promouvoir une autre façon d’évaluer les compétences des élèves pour réduire l’échec scolaire. Cette connaissance est trop souvent absente. Lorsque J.-M. Huart, directeur général de l’enseignement scolaire, le numéro deux du ministère après le ministre, déclare que « L’intérêt de la note, c'est la clarté dans le cadre d'un dialogue avec les familles  », il contribue à la désinformation des parents et des professeurs sur la question centrale des pratiques d’évaluation des élèves. Cette défense de la note traditionnelle, tout à fait contraire à la connaissance scientifique dont le ministère prétend pourtant s’inspirer, participe à la perpétuation d’une des lacunes majeures de l’école française, le nombre très élevé, presque 100 000, des jeunes sortant chaque année sans diplôme. Le coût économique et humain de cet échec scolaire est considérable. Envers les professeurs, les parents et l’ensemble des citoyens, un devoir moral de vérité et de connaissances devrait, quelles que soient les responsabilités exercées, toujours primer sur l’opportunité politique et la défense d’une tradition scolaire source d’injustice et d’inégalités scolaires. Par ignorance ou par cynisme, consciemment ou pas, les élites économiques et politiques privilégient trop souvent leurs intérêts particuliers à ceux de la nation. Propos recueillis par François Jarraud Pierre Merle, Les pratiques d'évaluation scolaire. Historique, difficultés, perspectives , PUF 2018, ISBN 978-2-13-080412-3,  25€. Références Guimart Philippe et al. (2015), « Le bien-être des élèves à l’école et au collège », Éducation et formations, n° 88-89, p. 163-184. France Culture, La Rue des écoles, « L'école abuse-t-elle thèse des notes ? », 20 mai 2018,  https://www.franceculture.fr/emissions/rue-des-ecoles/lecole-abuse-t-elle-des-notes Merle Pierre (2014), « L’échelle de notation des élèves : un faux problème ? », Le Café pédagogique. Terrier Camille (2014), « Un coup de pouce pour les filles ? Les biais de genre dans les notes des enseignants et leur effet sur le progrès des élèves », Les Notes de l’IPP, n° 14. Dans le Café : C Terrier : quand les études de genre révolutionnent l'évaluation
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

L'apprentissage collaboratif | Office Central de la Coopération à l'École

L'apprentissage collaboratif | Office Central de la Coopération à l'École | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Plus qu'une méthode collective? Qu’est-ce que l’apprentissage collaboratif ?
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Le désenchantement de l'internet

Le désenchantement de l'internet | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Le désenchantement de l'internet Désinformation, rumeur et propagande De Romain Badouard ISBN ISBN 978-2-36405-157-7 Parution le 15 septembre 2017 aux éditions FYP Internet est-il devenu l’ennemi de la démocratie ? Rumeur, fake news, harcèlement, propagande, surveillance généralisée…, le débat public en ligne s’est transformé en véritable champ de bataille. Pourtant, il y a encore une dizaine d’années, on louait l’exemplarité de l’internet comme étant l’outil d’un renouveau démocratique. Comment expliquer ce retournement ? Cet ouvrage propose une synthèse claire et pédagogique sur les enjeux politiques de l’internet. L’auteur montre que le pouvoir se loge au coeur même des technologies. Internet porte en lui un modèle communautariste qui favorise les clivages. Dans cet univers profondément conflictuel,l’enjeu n’est plus d’échanger, mais d’occuper l’espace. La dérégulation généralisée du marché de l’information fait peser de sérieuses menaces sur l’exercice de la liberté d’expression. C’est la défense de l’internet comme bien commun qui est en train de se jouer aujourd’hui. Et parce que le numérique est l’affaire de tous, c’est aussi l’avenir de nos démocrates dont il est question. Commandez le maintenant pour bénéficier du prix de lancement de 17 euros TTC. Offre valable jusqu’au  24 septembre : http://www.fypeditions.com/desenchantement-de-linternet-rumeur-propagande-desinformation/ Sommaire : Télécharger le fichier «Sommaire.pdf» (64.9 KB)
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Comment développer le conseil pédagogique dans l'enseignement supérieur ?

Comment développer le conseil pédagogique dans l'enseignement supérieur ? | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Conseiller, former et évaluer sont généralement les trois missions principales des conseillers pédagogiques dans l'enseignement supérieur. Cet ouvrage propose des outils pour l'action et l'analyse de ces trois missions.
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

L’école du cerveau - Les Cahiers pédagogiques

L’école du cerveau - Les Cahiers pédagogiques | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Un ouvrage qui se veut « référence sur la neuropédagogie » et que Olivier Houdé, spécialiste du développement psychologique de l'enfant, a conçu comme (...)...
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Moments d'apprentissages coopératifs au collège et au lycée | Office Central de la Coopération à l'École

Moments d'apprentissages coopératifs au collège et au lycée | Office Central de la Coopération à l'École | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Classeur qui regroupe des exemples de moments d'apprentissages coopératifs en second degré. Ni recueil de recettes, ni extraits d'une démarche dogmatique, ces témoignages se veulent juste illustratifs des fondements philosophiques, psychologiques et pédagogiques qui sous-tendent la "coopération à...
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Les batailles d’Internet |

Les batailles d’Internet | | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Pour Philippe de Grosbois, enseignant en sociologie au collégial et auteur de Les batailles d’Internet - Assauts et résistances à l’ère du capitalisme numérique, «Internet n’est pas seulement un outil technique, c'est avant tout une construction sociale, une création humaine et collective marquée...
more...
Institut d'éducation à l'agro-environnement de Florac - Montpellier SupAgro's curator insight, May 17, 10:35 AM
L’objectif de l’auteur avec ce livre est de «contribuer à approfondir l’analyse sociologique d’Internet et des luttes sociales et politiques qui s’y déroulent»
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Fertiliser et soigner son jardin par les plantes par Joaquim Mayer et Franz-Xaver Treml – Journalistes Écrivains

Fertiliser et soigner son jardin par les plantes par Joaquim Mayer et Franz-Xaver Treml – Journalistes Écrivains | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Remplacer les produits phytosanitaires par sa propre pharmacopée est désormais à la portée de tous. Cet ouvrage traduit de l’allemand par Sylvie Girard-Lagorce est un guide précieux pour tous les jardiniers qui souhaitent passer à l’acte. Joachim Mayer est ingénieur agronome et Franz-Xaver Treml expert en plantes aromatiques. La première partie de l’ouvrage est consacrée à la fertilisation qui commence naturellement par l’étude attentive de son sol. Il y est également question de compost et biofertilisants comme les engrais verts, le paillis, etc. Mais en cultivant des plantes telles que la valériane, la camomille, la sauge, la rhubarbe ou la tanaisie à partir desquelles fabriquer des purins ou des infusions, le jardinier peut également nourrir son sol et guérir les maladies courantes sans avoir recours à la chimie. Vingt-quatre plantes sont ainsi présentées par ordre alphabétique. On y découvre leurs vertus et comment les utiliser. Un livre indispensable pour tous les jardiniers soucieux de leur santé et de celle de la planète. … Éditions du Rouergue, 128 pages, 19,90 € – www.lerouergue.com Contact presse : Noémie Sauvage. Tél.: 01 55 42 63 17 – noemie.sauvage@lerouergue.com (Danièle Boone) …
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Presses Universitaires de Rennes - L’anthropologie comme éducation Tim Ingold. Maryline Pinton (trad.)

Presses Universitaires de Rennes - L’anthropologie comme éducation Tim Ingold. Maryline Pinton (trad.) | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
L’anthropologie comme éducation L ’éducation, c’est bien plus que l’enseignement et l’apprentissage ; l’anthropologie, bien plus qu’étudier la vie des autres personnes. Dans ce livre provocateur, Tim Ingold soutient que l’anthropologie, comme l’éducation, constituent des manières d’étudier la vie, et de la mener, avec les autres et va bien au-delà de l’exploration de l’interface entre les deux disciplines de l’anthropologie et de la recherche en éducation. Avec une postface de Yves Citton. 2018 Tim Ingold. Maryline Pinton (trad.) Domaines : Sciences humaines et sociales | Anthropologie Sciences humaines et sociales | Éducation Sciences humaines et sociales | Sociologie Collection : Paideia Format : 17 x 24 cm Nombre de pages : 122 p. ISBN : 978-2-7535-6541-8 Disponibilité : en librairie Prix : 20,00 €   SommaireDocumentsAuteur(s) Postface de Yves Citton   Contre la transmission Pour l’attention L’éducation en mineur L’anthropologie, l’art et l’université Téléchargement : Table des matières (Fichier pdf, 179 Ko) 4e de couverture (Fichier pdf, 25 Ko)   Tim Ingold est professeur d’anthropologie sociale à l’université d’Aberdeen (Écosse). Il a publié notamment, en français, Une brève histoire des lignes (Zone sensible) ; Marcher avec les dragons (Zone sensible) ; Être au monde, Quelle expérience commune ? (avec Philippe Descola, PUL) ; Faire – Anthropologie, Archéologie, Art et Architecture (Dehors).
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Changer les comportements, faire évoluer les pratiques sociales vers plus de durabilité : l'apport des sciences humaines et sociales pour comprendre et agir | Réseau d'Education à l’Environnement d...

Changer les comportements, faire évoluer les pratiques sociales vers plus de durabilité : l'apport des sciences humaines et sociales pour comprendre et agir | Réseau d'Education à l’Environnement d... | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Cet ouvrage apporte une réflexion sur la manière dont les sciences humaines et sociales entrent en compte dans le changement de comportement. Dans une première partie, il est expliqué comment la personne seule peut à son échelle agir en fonction de son environnement proche, mais aussi en étant en groupe, ce qui amène à avoir un regard plus large et à penser par rapport à l'échelle du groupe lui-même ; les actions collectives jouent un rôle plus important dans le changement de comportement, en les abordant d'un point de vue anthropologique et sociologique. Ces actions doivent être pensées en fonction de toutes les contraintes aux dimensions économiques, techniques, sociales et culturelles.
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

La forêt-jardin – Créer une forêt comestible en permaculture pour retrouver autonomie et abondance par Martin Crawford – Journalistes Écrivains

La forêt-jardin – Créer une forêt comestible en permaculture pour retrouver autonomie et abondance par Martin Crawford – Journalistes Écrivains | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Beaucoup de personnes qui se lancent dans la permaculture rêvent de créer une forêt-jardin ou forêt comestible. Mais, c’est un concept qui s’inspire des forêts tropicales et il y a peu d’exemples en Europe. C’est pourquoi, l’expérience de Martin Crawford, commencée il y a plus d’une vingtaine d’années dans le Sud-Ouest de l’Angleterre, est précieuse. […]
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

L’Hypothèse collaborative | Les Éditions Hyperville

L’Hypothèse collaborative | Les Éditions Hyperville | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Description du produit L’Hypothèse collaborative Conversation avec les collectifs d’architectes français   Deux ans d’enquêtes menées par l’atelier georges et Mathias Rollot chez ces « collectifs d’architectes », augmentées de points de vue critique par des chercheurs aguerris et parsemées des regards de divers témoins proches de ces pratiques ———– Depuis plus d’une dizaine d’années, des « collectifs d’architectes » essaiment et sont maintenant identifiés tant par les médias que par les institutions. C’est à cette nébuleuse informelle qui recouvre une large diversité de pratiques regroupées sous le thème « faire la ville autrement » que cet ouvrage cherche à rendre compte. Par la mise en avant de méthodes implicatives ou la pratique de chantiers ouverts et vivants, ce nouveau métier invite incidemment nombre d’acteurs, institutionnels et autres, à se questionner sur leurs façons de faire. Ce projet éditorial vise à établir une cartographie problématisée des savoir-faire inventifs, expérimentations heureuses ou malheureuses des “collectifs” français. Les nouveaux enjeux écologiques, possibilités technologiques et données économiques posent questions, et poussent architectes, urbanistes et paysagistes à se tourner vers d’autres voies, méthodologies et finalités alternatives. Comment penser le devenir des territoires dans l’optique d’intégrer l’imprévu, le spontané, l’autonomie habitante? Sur quelles bases et énergies s’appuyer pour concevoir des dynamiques urbaines et rurales plus cohérentes et soutenables ? Notre hypothèse est celle de la collaboration. C’est à un travail de cartographie et d’interrogation de ces nouvelles capacités collaboratives que tente de se livrer ce projet : une éloge de la collaboration, mais aussi une tentative d’en cerner les potentialités latentes, limites, dangers et dérives. À l’heure où une certaine reconnaissance par les pouvoirs publics se fait sentir et où la crise sociale et économique bouleverse nos équilibres, il est plus que jamais nécessaire d’ouvrir des espaces de réflexions collectifs, critiques et constructifs : c’est bien l’objet et la méthode que cet ouvrage propose. Il dresse un panorama non-exhaustif mais convaincant sur une pratique en pleine ébullition, construit tant sur des paroles récoltées que des points de vue critique. ———– Dirigé par georges et Mathias Rollot, mis en forme par les graphistes de PierrePierre et édité par Hyperville. ———– Sommaire et contributeurs : Introduction par georges et Mathias Rollot Point de vue par Julien Boidot, Enrico Chapel, Elise Macaire – Faire sur le terrain pour savoir comment faire, où la parole est donnée aux constructeurs, qui revendiquent que pour être architecte, il faut savoir construire, bricoler sur place et avec les gens Edith Hallauer, Encore Heureux, Aurore Boutry-Jacob, Bellastock, David Blondeau, Quatorze, Delphine Négrier, MIT, Collectif Etc, Alice Frémeaux, Parenthèse, Fil, Frédéric Bonnet. – Faire sur le moment pour faire avec, qui propose de donner la parole aux incrémentalistes, qui font de façon empirique : sans approche « a priori », en préservant une part d’improvisation, décidant sur le moment qui ils sont et ce qu’ils proposent Cécile Diguet, Bruit du Frigo, Pascal Allançon, Saprophytes, Alexandre Labasse, Cochenko, Carton Plein, Edouard Letailleur, YA+K, Marion Waller, Yes We Camp, Approches, Paul Citron. – Faire sans, faire autrement, avec ceux qui revendiquent qu’il ne faut pas forcément construire, aménager l’espace – que ce n’est pas le sujet, pas leur compétence. Nous donnerons la parole à ceux qui ne sont pas architectes ou qui ont cessé de l’être mais qui utilisent l’architecture comme un moyen Mathias Rollot, Echelle Inconnue, Flavien Menu, ANPU, AAA, Paul Jarquin, Bergers Urbains, 2M26, Olivier Caro, Philippe Rizzotti Ouverture, Julia Tournaire. Note de l’éditeur, Hyperville.
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Parution de l'ouvrage "Éloge des mauvaises herbes. Ce que nous devons à la ZAD" coordonné par Jade Lindgaard

Parution de l'ouvrage "Éloge des mauvaises herbes. Ce que nous devons à la ZAD" coordonné par Jade Lindgaard | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Le 13 juin 2018 est paru l’ouvrage Éloge des mauvaises herbes. Ce que nous devons à la ZAD, coordonné par Jade Lindgaard.Ont contribué à cet ouvrage : Olivier Abel, Christophe Bonneuil, Patrick Bouchain, Alain Damasio, Virginie Despentes, Amandine Gay, John Jordan, Bruno Latour, Wilfried Lupano, ...
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Comment évaluer les apprentissages dans l’enseignement supérieur professionnalisant ?

Comment évaluer les apprentissages dans l’enseignement supérieur professionnalisant ? | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Un ouvrage pragmatique qui présente les pratiques évaluatives actuelles et innovantes réalisées en formation supérieure professionnalisante.
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Gilbert Rist la tragedie de la croissance

Gilbert Rist la tragedie de la croissance | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Comment sortir de l';impasse ? Paru en mai 2018 aux Presses de Science-Po....
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Neuf essentiels pour penser la culture en commun(s) - ouvrage collectif

Neuf essentiels pour penser la culture en commun(s) - ouvrage collectif | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Paru chez Culture et Démocratie dans la collection des «Neuf essentiels» (à découvrir en accès libre !), cet ouvrage collectif compile les notices bibliographiques d’ouvrages et écrits incontournables autour du thème « la culture en commun(s) ». Après une belle introduction (p.9-39) par Irène Favero,...
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Comment développer le conseil pédagogique dans l'enseignement supérieur ?

Comment développer le conseil pédagogique dans l'enseignement supérieur ? | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Conseiller, former et évaluer sont généralement les trois missions principales des conseillers pédagogiques dans l'enseignement supérieur. Cet ouvrage propose des outils pour l'action et l'analyse de ces trois missions.
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

La Fabrique Ecologique

La Fabrique Ecologique | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Fondation pluraliste et transpartisane qui a pour objectif de promouvoir l’écologie et le développement durable sur la base de propositions pragmatiques...
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

La forêt-jardin – Créer une forêt comestible en permaculture pour retrouver autonomie et abondance par Martin Crawford – Journalistes Écrivains

La forêt-jardin – Créer une forêt comestible en permaculture pour retrouver autonomie et abondance par Martin Crawford – Journalistes Écrivains | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Beaucoup de personnes qui se lancent dans la permaculture rêvent de créer une forêt-jardin ou forêt comestible. Mais, c’est un concept qui s’inspire des forêts tropicales et il y a peu d’exemples en Europe. C’est pourquoi, l’expérience de Martin Crawford, commencée il y a plus d’une vingtaine d’années dans le Sud-Ouest de l’Angleterre, est précieuse. Dans ce gros ouvrage, il détaille comment concevoir une forêt-comestible en cultivant de manière étagée et en jouant avec la lumière. Pour chaque strate de culture, il présente de nombreuses plantes (arbres, arbustes, légumes, lianes…). Chaque fiche contient des informations sur leur mode de culture, leur entretien et leur multiplication, ainsi que des détails sur leur récolte et leur conservation. Des conseils très utiles éclairés par son expérience pratique. Les deux préfaces, signées de Rob Hopkins, l’initiateur du mouvement de la transition et Charles-Hervé Gruyer, co-fondateur de la ferme du Bec Hellouin en Normandie, qui a mis en place également plusieurs expérimentations de forêts comestibles, sont également riches d’enseignement. Un ouvrage de référence illustré de nombreux dessins et photographies, salutaire en ces temps où l’érosion de la biodiversité et le changement climatique font qu’il est plus que jamais nécessaire de planter des arbres et une grande variété d’espèces végétales. … Éditions Ulmer, 320 pages, 35 € – www.editions-ulmer.fr Contact presse : Christine Dychus. Tél.: 06 80 46 77 50 – cdychus@relationsdurables.fr, (Carine Mayo) …
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Ifé - Veille et analyses

Ifé - Veille et analyses | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Vous êtes ici : Accueil » Actualités des livres » Détails de la publication Émanciper : une visée émancipatrice de l'éducation a-t-elle toute sa place à l'école de la République ? Auteur(s) :  CHAUVIGNE Céline (dir.) Editeur(s) :  L'Harmattan 118 pages, 14€ Année d'édition :  2018 (paru en février 2018) Émanciper et/ou intégrer, instruire, former, éduquer telles sont les grandes questions qui entourent l'École. Les auteurs de cet ouvrage interrogent leur possible articulation dans le domaine des apprentissages scolaires, des pratiques citoyennes et de l'évaluation des élèves tout au long de leur parcours. Jusqu'où ces formes d'éducation permettent-elles un processus d'émancipation des élèves ? lien :  http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&isbn=978-2-343-13941-8 mot(s) clé(s) :  éducation civique et morale
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Enseignant trappeur, pourquoi pas ! (média) - Réseau IDée asbl

Enseignant trappeur, pourquoi pas ! (média) - Réseau IDée asbl | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Enseignant trappeur, pourquoi pas ! Quand la nature réenchante l'école Auteur(s) Philippe Nicolas (texte). Éditeur Le Souffle d'Or. Collection Naître et grandir Date et lieu d'édition 2017 - Prix indicatif 16€ Approche essais / réflexion, expérience vécue. Support livre/album broché, 248 pages, 15x21cm, ISBN :  978 2 84058 574. Thème(s) nature / biodiversité. Mots clés nature, dehors, sortir, sens, école. Public(s) enseignants, animateurs / éducateurs. Présentation : Préface d’Isabelle Peloux, fondatrice de l’école du Colibri du centre agroécologique des Amanins. Après un été passé au bord de la rivière Varenne en compagnie des truites et des saumons, Philippe Nicolas réalise à quel point la rupture de nos liens avec la nature représente une véritable menace pour l'humanité. De là, ce professeur des écoles entreprend de déployer ses découvertes et en tire des applications pour sa conduite de classe au pied des grands ensembles urbains. Cet enseignant trappeur puisqu'il se définit comme tel, nous invite à réenchanter l'école à travers une éducation globale des cinq sens. Il prône une école des éléments ouverte sur le monde et connectée à la nature afin que l'enfant devenu adulte se sente en charge de la vie et ouvert à ses possibles. A l'heure du réchauffement climatique, l'auteur nous propose ni plus ni moins que de consentir à vivre sobrement et en harmonie avec le Vivant. Sorte de journal de bord, voici un manifeste profond et intégral servi par une écriture passionnée, poétique et philosophique et illustré de nombreuses photos de sorties de classe. Une ode à la joie, la liberté, la coopération et à la nature. Avis et conseil d'utilisation : Vous avez utilisé cet outil et désirez partager votre expérience sur cette fiche? Cliquez sur ce lien pour nous transmettre votre commentaire. Où consulter cet outil? Au Réseau IDée: consultable au(x) centre(s) de documentation de : Bruxelles Où acheter/emprunter cet outil? Diffusion en magasin, sur internet : en librairie / magasin spécialisé Diffuseurs(s) (vente ou prêt) : Vous prêtez / louez / mettez en consultation cet outil et vous désirez être répertorié comme tel dans notre base de données? Cliquez sur ce lien.
more...
No comment yet.
Scooped by Veille Supagro Florac
Scoop.it!

Fertiliser et soigner son jardin par les plantes par Joaquim Mayer et Franz-Xaver Treml – Journalistes Écrivains

Fertiliser et soigner son jardin par les plantes par Joaquim Mayer et Franz-Xaver Treml – Journalistes Écrivains | Alerte sur les ouvrages parus | Scoop.it
Remplacer les produits phytosanitaires par sa propre pharmacopée est désormais à la portée de tous. Cet ouvrage traduit de l’allemand par Sylvie Girard-Lagorce est un guide précieux pour tous les jardiniers qui souhaitent passer à l’acte. Joachim Mayer est ingénieur agronome et Franz-Xaver Treml expert en plantes aromatiques. La première partie de l’ouvrage est consacrée […]
more...
No comment yet.